Guillermo del Toro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir del Toro.
Guillermo del Toro
Description de cette image, également commentée ci-après

Guillermo del Toro durant le Comic-Con en 2014.

Nom de naissance Guillermo del Toro Gómez[1]
Naissance (50 ans)
Guadalajara, Jalisco
Nationalité Drapeau du Mexique Mexicaine
Profession Réalisateur
Scénariste
Producteur
Écrivain
Films notables L'Échine du Diable
Hellboy
Le Labyrinthe de Pan
Pacific Rim

Guillermo del Toro est un réalisateur, scénariste, romancier et producteur de cinéma mexicain né le à Guadalajara, dans l'État de Jalisco.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Guillermo del Toro en 1993.

Né à Guadalajara, Guillermo del Toro est élevé par sa grand-mère catholique. C'est à 8 ans qu'il est pour la première fois impliqué dans la production cinématographique[réf. nécessaire]. Il étudie à l'Instituto de Ciencias avant de devenir l'élève de Dick Smith, créateur des maquillages de Little Big Man et L'Exorciste notamment. Il travaille comme maquilleur et spécialiste en effets spéciaux pendant environ dix ans, et créé au début des années 1980 sa propre société, baptisée Necropia[2]. Il produit son premier film en 1985, à l'âge de 21 ans, et cofonde le festival international du film de Guadalajara, dont la première édition a lieu en 1986.

Ron Perlman et Guillermo del Toro pour la sortie de Cronos en 1993.

En 1993, il sort son premier long-métrage comme réalisateur, Cronos, un film d'horreur avec Ron Perlman qui remporte de nombreux prix, notamment au Festival de Cannes 1993 et aux Premio Ariel (équivalents des César du cinéma au Mexique)[2]. Il fonde sa propre société de production : le Tequila Gang.

En 1997, son père, Federico, est enlevé au Mexique puis libéré contre une rançon, ce qui incite le cinéaste à s'expatrier[3].

Hollywood[modifier | modifier le code]

À peine arrivé en Californie, del Toro coécrit et dirige un nouveau film horrifique Mimic avec notamment Mira Sorvino[2]. Dès lors, il développe un univers singulier et personnel. Pour son film suivant, L'Échine du Diable (2001), il part tourner en Espagne. Toujours dans l'horreur, il situe son film dans le contexte de la Guerre d'Espagne (1936-1939). Le film est en partie financé et produit par Pedro Almodóvar et son frère Agustín, via leur société El Deseo.

Guillermo del Toro alterne ensuite avec de plus grosses productions hollywoodiennes comme Blade 2 (2002), avec Wesley Snipes, d'après des comics édités chez Marvel. Ron Perlman est également présent dans le film. Suite au succès du film, on lui propose naturellement de réaliser la suite, Blade: Trinity ainsi que Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban[2], il préfère adapter un autre héros de comics, Hellboy, créé par Mike Mignola. Alors que le studio souhaite Vin Diesel, Guillermo del Toro et Mignola insistent fortement pour que Ron Perlman incarne le personnage principal[2]. Le film Hellboy sort en 2004.

Il poursuit ensuite son diptyque sur la Guerre d'Espagne avec le conte fantastique Le Labyrinthe de Pan (2006), qui rappelle L'Esprit de la ruche de Víctor Erice. Le film est projeté pour la première fois en compétition officielle du festival de Cannes 2006 où il reçoit une standing ovation de 22 minutes[4]. C'est également un succès critique et public, rapportant au box-office mondial 83 258 226 $ (dont 37 634 615 $ aux États-Unis et au Canada) pour un budget initial de 19 millions[5]. Il réalise 415 740 entrées en France, 53 198 en Belgique et 27 309 en Suisse, et dépasse le million d'entrées en Espagne (1 650 227)[6]. En 2010, le magazine Empire classe le film 5e des meilleurs films non-anglophones de tous les temps[7].

Guillermo del Toro revient ensuite aux États-Unis pour y tourner Hellboy 2 : Les Légions d'or maudites, qui sort en 2008. La même année, Peter Jackson lui propose de réaliser Bilbo le Hobbit, d'après le roman de J. R. R. Tolkien, préquelle à la saga Le Seigneur des anneaux, adaptée par Jackson de 2001 à 2003. Mais le , del Toro abandonne le projet à la suite de retards répétés dus à la situation financière de la MGM, qui produit le film. Il continue néanmoins à travailler sur les scénarios jusqu'à ce qu'ils soient achevés[8], le projet ayant été rallongé en 3 films distincts (Un voyage inattendu, La Désolation de Smaug et La Bataille des Cinq Armées) suite à l'adjonction de divers textes de Tolkien dont les Contes et légendes inachevés et les appendices du Seigneur des anneaux.

En 2009, del Toro publie le roman The Strain, coécrit avec Chuck Hogan. Le roman sera suivi par The Fall en 2010 et The Night Eternal en 2011.

Il est pressenti pour mettre en scène Harry Potter et les Reliques de la Mort en 2010, septième et dernier volet de la saga finalement confié au britannique David Yates[9].

En 2013, sort son premier long-métrage en tant que réalisateur depuis Hellboy 2 : le blockbuster Pacific Rim, produit par Legendary Pictures et inspiré des films japonais de kaijūs, comme Godzilla (1954). Avec son énorme budget de 190 millions de dollar, le film est un succès mondial et récolte 411 002 906 $ de recettes mondiales[10]. Toujours en 2013, del Toro réalise le gag du canapé de l'épisode Simpson Horror Show XXIV de la série Les Simpson[11].

En , la chaîne de télévision FX diffuse la série télévisée The Strain, créé d'après sa trilogie littéraire avec Carlton Cuse. Il réalise également l'épisode pilote[12]

En 2014, il réalise le film d'horreur Crimson Peak, coécrit avec Matthew Robbins et Lucinda Coxon[13] et dont la sortie est prévue en octobre 2015.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Guillermo del Toro dédicaçant un DVD de Blade 2.

En 2010, Guillermo del Toro s'allie avec l'éditeur de jeux vidéo THQ pour le développement d'un jeu vidéo d'horreur pour adultes, qu'il décrit comme « lovecraftien ». Initialement prévu pour 2013, son développement a pris du retard à la suite de l'abandon de THQ en 2012. Guillermo del Toro en a repris la propriété intellectuelle et envisage toujours de faire d'InSane le premier volet d'une trilogie. La première vidéo est présentée lors des Video Game Awards en décembre 2010[14]. Guillermo Del Toro se réserve également les droits d'adaptation cinématographique de ces jeux. Le développement de cette trilogie pourrait prendre jusqu'à 10 ans, Del Toro voulant proposer un scénario avec une narration de qualité[15].

En août 2014, à la suite de la conférence Sony à la Gamescom, une bande annonce jouable mise en ligne sur le PlayStation Store révèle qu'un nouvel épisode de la franchise Silent Hill sur PlayStation 4 sera dirigé par Hideo Kojima en collaboration avec Guillermo del Toro[16], l'acteur Norman Reedus devant prêter ses traits au héros. Malheureusement probablement suite aux déboires entre Konami et Hideo Kojima le projet est annoncé officiellement avorté le 27 avril 2015 suscitant une grande déception chez les fans de la série[17].

Projets[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Boris Karloff joue le monstre créé par le docteur Frankenstein dans le film de James Whale (1931).

Parmi les nombreux projets prêtés à Guilermo del Toro se trouvent (sous toutes réserves) :

Vie privée[modifier | modifier le code]

Guillermo del Toro vit à Agoura Hills (Californie), avec son épouse Lorenza Newton et ses deux filles, Mariana et Marisa.

Parmi ses amis proches se trouvent Alfonso Cuarón et Alejandro González Iñárritu avec lesquels il partage de nombreux liens ainsi que confié lors d'un entretien avec Charlie Rose[21] :

Univers[modifier | modifier le code]

Lors d'une interview menée par Leonard Lopate pour son émission diffusée sur la chaîne WNYC, Guillermo del Toro dresse la liste de plusieurs fantasmes qui sont devenus des éléments récurrents dans ses films : « J'éprouve une sorte de fétichisme pour les insectes, les appareils servant à mesurer le temps (tels que les horloges), les monstres, les endroits mal éclairés, et ce qui est à l'état larvaire. »[réf. nécessaire] Ses œuvres sont effectivement très souvent peuplées de créatures monstrueuses. Dans des entretiens récents, il a déclaré qu'il avait toujours été « amoureux des monstres »[réf. nécessaire]. « La fascination que j'éprouve pour eux est quasiment anthropologique... Je les étudie, je les dissèque dans bon nombre de mes films : je veux savoir leur mode de fonctionnement, de quoi ils sont faits, et quels êtres sociaux ils sont. »[réf. nécessaire] Le réalisateur cite par ailleurs parmi ses influences les noms d'Arthur Machen, Lord Dunsany, Clark Ashton Smith, Howard Phillips Lovecraft, et Jorge Luis Borges.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Guillermo del Toro aux côtés de l'actrice espagnole Belén Rueda en tant que producteur de L'Orphelinat.

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Guillermo del Toro est scénariste de tous ses films à l'exception de Blade 2.

Producteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

Romans
  • The Strain, coécrit avec Chuck Hogan, New York, William Morrow and Company, 2009
    Publié en français sous le titre La Lignée, trad. de Hélène Collon, Presses de la Cité, 2009 (ISBN 978-2-258-08074-4).
  • The Fall, coécrit avec Chuck Hogan, New York, Harper, 2010
    Publié en français sous le titre La Chute, trad. de Éric Moreau et Jean-Baptiste Bernet, Presses de la Cité, 2010 (ISBN 2-25808-075-4).
  • The Night Eternal, coécrit avec Chuck Hogan, New York, William Morrow and Company, 2011
    Publié en français sous le titre La Nuit éternelle, trad. de Éric Moreau et Jean-Baptiste Bernet, Presses de la Cité, 2010 (ISBN 978-2-258-08076-8).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Guillermo del Toro cumple 48 años en espera de El Hobbit », Informador,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c, d et e Biographie sur Allociné.
  3. « Biographie de Guillermo Del Toro », sur L'Internaute (consulté le 10 juillet 2014).
  4. (en) Rene Rodriguez, « Director keeps Hollywood out of Pan's Labyrinth », The Seattle Times (consulté le 10 juillet 2014)
  5. (en) « Pan's Labyrinth », sur Box Office Mojo (consulté le 12 janvier 2012)
  6. « Le Labyrinthe de Pan », Lumière (consulté le 18 février 2011)
  7. (en) « The 100 Best Films of World Cinema », Empire (consulté le 18 février 2011)
  8. « Guillermo Del Toro ne réalisera pas The Hobbit », L'Express.
  9. « Secrets de tournage » sur Allociné.
  10. (en) « Pacific Rim », sur Box Office Mojo (consulté le 10 juillet 2014).
  11. « Les Simpson : le générique signé Guillermo del Toro pour Halloween », Le Huffington Post.
  12. « The Strain : la série fantastique de Guillermo del Toro diffusée l'été prochain ! »sur Allociné.
  13. « Le prochain Guillermo del Toro sera un film de fantômes », Allociné, .
  14. « [MAJ] InSane : Del Toro dévoile son jeu », jeuxactu.com.
  15. « InSane : c'est parti pour 10 ans ! », jeuxactu.com.
  16. « Silent Hill revient avec Kojima et del Toro »
  17. [1]
  18. « Pacific Rim 2 : « Un film très différent du premier » selon Guillermo del Toro »sur Allociné.
  19. « Les Montagnes hallucinées : Guillermo del Toro ne baisse pas les tentacules ! » sur unificationfrance.com.
  20. (en), Lonnie Nadler, « [2]Guillermo del Toro To Helm A DC Movie With Deadman, Swamp Thing, The Spectre, John Constantine & More! », 2 novembre 2012.
  21. « Del Toro, Cuaron, and Inarritu Partners Up with Universal » (consulté le 13 mai 2010)
  22. (en) « 18th Moscow International Film Festival (1993) », sur MIFF

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]