Karol Kniaziewicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Karol Otto Kniaziewicz
Karol Kniaziewicz

Naissance 4 mai 1762
Assiten Pologne
Décès 9 mai 1842 (à 80 ans)
Paris
Origine Duché de Courlande (Drapeau de la République des Deux Nations République des Deux Nations)
Allégeance Flag of the navy of the Batavian Republic.svg République batave
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume de Naples Royaume de Naples
Drapeau du Duché de Varsovie Duché de Varsovie
Drapeau du Royaume du Congrès Royaume de Pologne
Grade Général de division
Faits d'armes Bataille de Hohenlinden
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 12e colonne).

Karol Kniaziewicz ou Karol Otto Kniaziewicz, nom francisé en Charles Kniaziewicz, né le 4 mai 1762 à Asite (actuelle Lettonie) et mort le 9 mai 1842 à Paris, est un officier et homme politique polonais, dont une partie de la carrière s'est faite au service de la France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Karol Otto Kniaziewicz naît dans un village de l'ouest du Duché de Courlande, qui fait alors partie de la Pologne d'avant les partages, la République des Deux Nations.

Officier de l'armée polonaise[modifier | modifier le code]

Il reçoit une formation militaire au sein de l'Académie du Corps des Cadets de la Noblesse à Varsovie.

Officier de l'armée polonaise, il combat durant la guerre de 1792 contre la Russie et la Prusse, prélude au Deuxième partage de la Pologne, puis participe à l'insurrection de Kosciuszko, atteignant le grade de colonel le 9 juillet 1794. Mais Kosciuszko est vaincu, la Pologne subit le Troisième partage, qui la fait disparaître en tant qu'Etat. De nombreux officiers prennent le chemin de l'exil vers la France.

Officier des Légions polonaises[modifier | modifier le code]

En 1796-1797, Karol Kniaziewicz participe avec Jean-Henri Dombrowski à la création des Légions polonaises sous l'égide de l'armée d'Italie commandée par Napoléon Bonaparte ; il est promu général de brigade en juillet 1797 et commande la Première légion.

En 1799, il crée la légion du Danube (Legia Naddunajska), affectée aux campagnes en Allemagne. En 1800, il se distingue lors de la bataille de Hohenlinden où il combat au côté des troupes du général Moreau contre les Autrichiens et les Bavarois.

Lorsque la paix est rétablie (paix de Lunéville, 1801), Kniaziewicz donne sa démission[1] et rentre en Courlande, où il se marie, évitant ainsi d'être envoyé à Haïti en 1802.

Officier de l'armée du duché de Varsovie[modifier | modifier le code]

Au cours de la campagne de 1806-1807, Napoléon écrase la Prusse, qui est occupée, notamment la province de Prusse-Méridionale (chef-lieu : Varsovie). Au traités de Tilsit, conclus avec la Prusse et la Russie, il obtient l’accord du tsar pour la création d’un petit État polonais, le Duché de Varsovie, sous tutelle française.

Karol Kniaziewicz se réengage alors dans l'armée du duché, avec son grade de général de brigade. Il est promu général de division le 25 mai 1812. Il participe à la campagne de Russie ; après le désastre de la retraite de Russie, il donne de nouveau sa démission en 1813. En 1814, il est nommé par le tsar Alexandre 1er membre de la commission d'organisation de l'armée du duché de Varsovie, occupé par l'armée russe. Mais Kniaziewicz se heurte au grand-duc Constantin, et faute de certitudes sur le destin du duché, il démissionne en novembre 1814.

En 1815, au congrès de Vienne, le duché est transféré au tsar, qui devient « roi de Pologne ».

L'insurrection polonaise de 1830 et ses suites[modifier | modifier le code]

Karol Kniaziewicz quitte le pays et s'installe à Dresde (Saxe), puis à Paris.

Pendant l'insurrection polonaise contre Nicolas 1er, tsar depuis 1825, il est chargé de représenter à Paris le gouvernement national (Rząd Narodowy) formé par les insurgés. Après la défaite (septembre 1831), il reste à Paris, où il est rejoint par de très nombreux nouveaux exilés ; il est alors très proche du prince Adam Jerzy Czartoryski, dernier président du gouvernement national.

Karol Kniaziewicz est un des cofondateurs de la bibliothèque polonaise de Paris.

Après sa mort, il aurait dû être inhumé dans la collégiale Saint-Martin de Montmorency. Mais comme pour son compatriote le poète Julien-Ursin Niemcewicz, mort quelques mois auparavant, les pouvoirs publics s'opposent au transfert de ses cendres. Les tombeaux et gisants des deux combattants polonais à Montmorency sont restés depuis lors de simples cénotaphes.

Hommages[modifier | modifier le code]

Le nom de Kniaziewicz est gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, à Paris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]