Thriller (genre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thriller.
Un thème commun dans les thrillers met en scène des victimes innocentes confrontées à des adversaires dérangés, comme dans le film Rebecca d'Hitchcock (1940), où Mme Danvers essaie de persuader Mme De Winter de se tuer.

Le thriller (anglicisme, de l'anglais to thrill, frémir) est un genre artistique très diffusé dans la littérature, le cinéma ou la télévision et qui se subdivise en de nombreux sous-genres. La caractéristique commune des œuvres appartenant à ce genre est de chercher à provoquer chez le spectateur ou le lecteur une certaine tension, voire un sentiment de peur (qu'il doit cependant trouver agréable) à l'idée de ce qui pourrait arriver aux personnages dans la suite du récit. Cela se fait souvent par des moyens assez stéréotypés, tels que des séquences filmées au ralenti, une action soutenue, un héros doté de multiples ressources ; on y use abondamment du suspense (au cinéma, « thriller » peut être considéré comme synonyme de « film à suspense »), souvent des intrigues secondaires qui viennent contrecarrer le développement de la principale, et de rebondissements de l'intrigue (en particulier dans les dernières scènes, ce qui permet de produire une suite commercialement intéressante). Pour obtenir la tension narrative nécessaire au genre, le récit adopte souvent le point de vue de la victime ou suit de très près ce personnage en relatant ses craintes et ses angoisses. Le genre est apparenté au roman à suspense ou roman de la victime.

En littérature, le genre est d'abord lié à des récits d'aventures policières avec poursuite et complot criminel : c'est le thriller anglais, illustré par Edgar Wallace, John Buchan et J.S. Fletcher. Puis le suspense s'enrichit grâce au développement de la psychologie pour créer autour de la victime un climat de peur, d'angoisse et de terreur. Parmi les premiers à exploiter ce registre, on compte Francis Iles et William Irish, auteurs qui ouvrent la voie à Boileau-Narcejac et Patricia Highsmith.

Au cinéma, le réalisateur Alfred Hitchcock est considéré comme le maître du suspense avec des chefs-d'œuvres tels Sueurs froides (Vertigo), la Mort aux trousses et Psychose. À de nombreuses reprises, Hitchcock fait de la victime un témoin qu'on cherche à éliminer (l'Ombre d'un doute, les Enchaînés, Fenêtre sur cour), un faux coupable qui ne peut compter que sur lui-même pour se disculper (les 39 Marches, le Faux Coupable, la Loi du silence), ou une personne observatrice qui voit peu à peu un piège se refermer sur elle (Soupçons, l'Inconnu du Nord-Express, les Oiseaux).

Après l'assassinat du président John Kennedy, les thrillers politiques et paranoïaques devinrent très populaires. Au fil des années, le thriller s'est rapproché du film d'espionnage, du film d'horreur (en particulier du slasher) et du film policier. Ainsi, des films comme le Silence des agneaux de Jonathan Demme, Seven de David Fincher ou Saw peuvent être classés dans la catégorie « thriller », mais aussi dans la catégorie « film policier », car ils mettent en scène une enquête policière.

Sous-genres[modifier | modifier le code]

Le thriller est divisé en de nombreux sous-genres qui sont souvent une combinaison avec d'autres genres :

  • Thriller anglais : thriller fondé sur les complots, les machinations ou les plans diaboliques d'organisations criminelles ou de cerveaux du crime. Très en vogue au tournant des XIXe et XXe siècles chez les écrivains britanniques, ces récits d'aventures et de poursuite haletants sont considérés comme la première mouture du thriller proprement dit. Les 39 Marches de John Buchan, les Quatre Justiciers d’Edgar Wallace en sont de bons exemples.
  • Thriller de conspiration : thriller où le héros doit faire face à des groupes d'ennemis très puissants et dont il découvre peu à peu l'étendue du pouvoir. Dans cette catégorie, on peut citer les Trois Jours du condor, JFK ou Complots.
  • Thriller d'épouvante : thriller dans lequel le conflit entre les personnages est d'ordre mental, émotionnel et physique. Ce qui met ce sous-genre à part, c'est sans doute l'élément de « peur » maintenu tout au long de l'intrigue. Les héros ne sont pas seulement opposés à une force supérieure, sous forme de monstre(s), mais sont aussi victimes eux-mêmes de la peur du monstre.
  • Thriller juridique : thriller où le héros doit affronter des ennemis dans et hors du tribunal, et risque de perdre non seulement sa cause mais aussi sa vie ; comme dans l'Affaire Pélican, d'après John Grisham. Une variante du style assez abondante met en scène des spécialistes ou experts au service de la justice qui s'investissent dans l'étude d'un crime insoluble en risquant leur vie. Dragon rouge ou Le Silence des agneaux, d'après Thomas Harris, sont de bons exemples.

Exemples[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Dan Brown : Da Vinci code - 2003. Robert Langdon, un symbologiste américain, et Sophie Neveu, une cryptologue française, enquêtent sur le Prieuré de Sion.
  • Éliette Abécassis : Qumran - 1996. David Cohen, un archéologue doit retrouver l'un des célèbres rouleaux des Manuscrits de la Mer morte, perdu ou plus vraisemblablement volé.
  • Katherine Neville : Le Huit - 1988. L'héroïne, Catherine Velis, doit affronter un monde de danger et de conspiration pour retrouver les pièces d'un jeu d'échecs légendaire appartenant à Charlemagne.
  • Umberto Eco : le Nom de la rose 1980. Guillaume de Baskerville, un moine franciscain, ancien inquisiteur, et son jeune novice Adso, narrateur de l'intrigue, se rendent dans une abbaye bénédictine, située entre la Provence et la Ligurie. Chargé officiellement d'une mission diplomatique, Guillaume de Baskerville a, en réalité, pour rôle d'enquêter sur des crimes commis au sein de la communauté des moines, et aussi de rechercher un mystérieux manuscrit dans la bibliothèque secrète et interdite de cette abbaye.
  • Maxime Chattam : l'Âme du mal, In Tenebris et Maléfices, trilogie sur la traque de tueurs en séries par le profiler Joshua Brolin.
  • Édouard Brasey : le Dernier pape, thriller ésotérique et religieux qui anticipe la renonciation du pape Benoît XVI et la fin de la suprématie de l’Église catholique romaine en relation avec la prophétie de saint Malachie.
  • Glenn Cooper : la Prophétie des papes, thriller autour des secrets du Vatican et de la prophétie de Malachie.

Films[modifier | modifier le code]

Ce n'est pas vraiment avec le cinéma que le thriller commence, mais plutôt avec la littérature, qui lui fournit des scénarios en quantité.

  • La Mémoire dans la peau (The Bourne Identity) est ainsi une adaptation du roman de Robert Ludlum : on retrouve un homme blessé par balle dans la Méditerranée, mais lorsqu'il se réveille, il souffre d'amnésie ; seul lien avec son histoire, des coordonnées de compte bancaire qu'il porte sur lui, et une capacité aux combats de toutes sortes. Matt Damon joue le rôle principal de cette adaptation selon les standards du thriller, en particulier l'accélération de l'intrigue du fait que les adversaires en savent plus que le héros, et ont donc un coup d'avance. Les deux suites, La Mort dans la peau (The Bourne Supremacy) et La Vengeance dans la peau (The Bourne Ultimatum), s'écartent de l'intrigue de Ludlum dans les romans aux titres correspondants, mais suivent le style du thriller de conspiration.
  • Un crime dans la tête est un classique dans le contexte de la guerre froide : des soldats kidnappés deviennent des agents dormants, par des manipulations psychologiques et électroniques. Ce film a donné lieu à un remake de 2004, évidemment transposé dans le contexte de l'après-guerre froide : une escouade de soldats américains est kidnappée et subit un lavage de cerveau. On leur donne de faux souvenirs, ainsi qu'une micro-puce qui les transforme en robots (éventuellement assassins) dès qu'on leur envoie certains messages. L'un d'entre eux se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond, et fait échouer la manipulation avant qu'un autre de l'escouade ne devienne président des États-Unis, ce qui donnerait à une force occulte un pouvoir total sur le pays !
  • Phone Booth met en scène un attaché de presse égocentrique enfermé dans une cabine téléphonique, sous la menace d'un tireur embusqué qui veut le faire s'amender de son égocentrisme. Mais la police entoure bientôt la cabine parce qu'elle croit le journaliste responsable de la mort d'un autre usager qui voulait l'en faire sortir…
  • Ronin présente un récit plein de suspense sur un conflit entre diverses loyautés : une équipe de mercenaires de l'après-Guerre-froide monte une embuscade en France pour récupérer une mallette noire dont on ne sait rien du début à la fin, mais qui vaut la peine, de tuer. L'embuscade est un échec, et les membres de l'équipe se retrouvent dans une situation de chacun pour soi… voire contre l'autre.
  • Inception présente un thriller psychologique au niveau de l'architecture de l'esprit. Le héros, Dom Cobb (interprété par leonardo DiCaprio) doit implanter une idée dans une personne sans que cette dernière ne s'en rende compte. Pour cela il va manipuler cette personne dans des rêves pré-construits par son équipe. Plus l'intrigue avance plus les spectateurs comprennent comment Cobb sait autant de choses sur l'Inception. Le film contient beaucoup de suspense puisque c'est le premier film a maitriser 4 strates de temps simultanément, chacune de ses strates étant sur le point de vaciller. La fin du film laisse une myriade de suppositions pour le spectateur non seulement par le plan de la toupie mais sur le film d'un point de vue global et sur ce que le réalisateur Christopher Nolan a voulu signifier. Ainsi beaucoup pensent que tout le film est la thérapie psychologique de Dom Cobb. L'inception serait donc sur Cobb et non sur la cible de départ…

On peut aussi noter comme films L'Obsédé (1965), Dirty Harry (1971), Le Silence des agneaux (1991), Seven (1995), Mystic River (2003), Gone Baby Gone (2007), Zodiac (2007), Shutter Island (2010) et Prisoners (2013)[1].

Un certain nombre de thrillers ont eu du succès à la fois comme écrit et comme film, tels par exemple : le Chacal de Frederick Forsyth, À la poursuite d'Octobre Rouge de Tom Clancy, puis la suite des aventures de Jack Ryan, le Silence des agneaux de Thomas Harris et les suites, Jurassic Park et Congo de Michael Crichton, Da Vinci Code de Dan Brown et Prédictions d’Alex Proyas

Télévision[modifier | modifier le code]

Les thrillers sont également passés de la télévision au cinéma, comme la série Mission impossible.

  • The Shield est une série télévisée qui suit le quotidien d'une unité du LAPD spécialisée dans la lutte anti-gang et les crimes les plus extrêmes. Cette série est plus proche du polar mais comporte parfois des intrigues spécifiques au thriller.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Delcroix, « Psychose, modèle des maîtres du suspense », in Le Figaro, encart « Culture », mercredi 9 octobre 2013, page 34.