Sharon Tate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sharon et Tate.
Sharon Tate
Description de cette image, également commentée ci-après

Sharon Tate vers 1968.

Nom de naissance Sharon Marie Tate
Naissance
Dallas (Texas)
(États-Unis)
Nationalité Américaine
Décès (à 26 ans)
Los Angeles (Californie)
(États-Unis)
Profession Actrice
Films notables Le Mystère des treize
Le Bal des vampires
Comment réussir en amour sans se fatiguer
La Vallée des poupées
Site internet www.sharontate.net

Sharon Tate est une actrice américaine, née le à Dallas et morte le à Los Angeles. Mariée au réalisateur Roman Polanski, elle a été assassinée chez elle par des membres de la communauté appelée « la famille » dirigée par Charles Manson, alors qu'elle était enceinte de huit mois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Sharon Tate est l'aînée des trois filles de Paul Tate, un officier de l'armée américaine et de sa femme Doris. À l'âge de six mois, elle gagne le concours « Miss Tiny Tot of Dallas Pageant ». Paul Tate est promu et muté plusieurs fois à travers les États-Unis mais aussi en Europe. À 16 ans, Sharon a déjà vécu dans six villes différentes[1]. Sa famille la décrit comme une fille timide et manquant de confiance en elle. Plus tard, Sharon déclarera combien il lui a été difficile de garder des amis, les gens prenant souvent sa timidité pour de la distance jusqu'à ce qu'ils la connaissent mieux.

Carrière cinématographique[modifier | modifier le code]

C'est en faisant de l'auto-stop à Hollywood qu'elle décroche un contrat pour jouer la comédie. Ses parents, sans jamais encourager son intérêt pour le show-business, se plient à ses vœux et, comme elle n'a pas encore 21 ans, valident son contrat en la plaçant sous tutelle judiciaire. Elle apparaît ainsi dans le peplum Barabbas en 1961. Suivent quelques petits rôles non crédités, notamment dans Le Chevalier des sables de Vincente Minnelli aux côtés de Richard Burton et Elizabeth Taylor.

Sharon rencontre le coiffeur hollywoodien Jay Sebring avec lequel elle entame une liaison avant de partir en France tourner Le Mystère des treize (Eye of the Devil, 1966).

Le producteur du film, Martin Ransohoff, prépare à la même époque Le Bal des vampires, une parodie de films de vampires dirigée par le réalisateur polonais Roman Polanski. Ransohoff impose Sharon, sous contrat avec sa société, pour le rôle féminin principal alors que Polanski souhaite Jill St John. Polanski trouve Sharon très belle mais estime qu'elle ne correspond pas au rôle. Au cours du tournage, leur relation d'abord distante se change en romance. Sharon décide alors de quitter Jay.

Elle joue la même année dans Comment réussir en amour sans se fatiguer et La Vallée des poupées, tiré du roman de Jacqueline Susann lequel a battu tous les records de ventes en librairie.

Le magazine Playboy proclame 1967 comme « l'année de l'arrivée de Sharon Tate ».

Mariage[modifier | modifier le code]

Le , à Londres, Sharon épouse Roman. Le couple s'installe à Los Angeles où Roman tourne les scènes intérieures de son premier film hollywoodien : Rosemary's Baby (la production lui ayant préféré Mia Farrow). Fin 1968, Sharon apprend qu'elle est enceinte. Le couple commence alors à chercher une maison plus grande.

Au 10050 Cielo Drive de Benedict Canyon, une partie de Los Angeles surplombant Beverly Hills et Bel Air, ils trouvent une belle résidence de style normand, avec piscine et dépendances pour les invités. Cette maison, construite en 1942 pour l'actrice française Michèle Morgan, était précédemment occupée par Terry Melcher, le fils de Doris Day. Les Polanski y emménagent en février 1969. Sharon l'appelle la « maison de l'amour » (« love house »).

Assassinat[modifier | modifier le code]

La tombe de la famille au Holy Cross Cemetery de Culver City en Californie. Sharon, son fils Paul, sa mère Doris et sa sœur Patti y sont enterrés.

Le , Charles « Tex » Watson, Patricia Krenwinkel et Susan Atkins, membres de la « Famille » de Charles Manson, pénètrent dans la maison de Los Angeles 10050 Cielo Drive (en)[2] de Roman Polanski. Ce commando doit venger Charles Manson du producteur de musique Terry Melcher, qui a refusé de le signer mais ce dernier a récemment déménagé. Ils sectionnent les câbles de téléphone de cette villa[3] de star occupée par Sharon Tate (la femme de Polanski qui prépare alors un tournage à Londres), alors enceinte de 8 mois, et ses amis (le coiffeur des stars Jay Sebring (en), le producteur Wojciech Frykowski et sa fiancée Abigail Folger, héritière de la compagnie de café Folgers), alors que le gardien de la villa, William Garretson accueille dans son pavillon un ami, Steven Parent. Alors que Steve quitte la propriété au volant de sa voiture, Tex l'abat de quatre balles de revolver. Tous les autres occupants sont tués et poignardés, à l'exception du gardien qui n'entend rien car il écoute de la musique. Les corps de Frykowski et Folger gisent sur le gazon, défigurés. Tate et Sebring sont retrouvés dans le salon, une longue corde de nylon nouée autour de leurs cous les reliant entre eux et le visage recouvert d'un masque blanc. Le rapport décrit que Tate a été poignardée seize fois par Atkins, et que « cinq des plaies étaient en elles-mêmes fatales ». Atkins écrit le mot « pig » (« cochon[4] ») avec une serviette imbibée du sang de Sharon sur la porte d'entrée. Lors de son procès, Susan Atkins révèle en particulier que Sharon Tate l'a implorée de la laisser en vie, elle et son enfant, ce à quoi elle a répondu : « Femme, je n'ai aucune pitié pour toi » (« Woman, I have no mercy for you. »). Elle reviendra sur ses aveux ensuite, puis les formulera à nouveau, à l'identique[5].

Enquête, procès de « la famille »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Charles Manson.

Certains tabloïds lient dans un premier temps les meurtres à une affaire de drogue. Ce n'est qu'après l'arrestation des meurtriers, qui ont entre temps continué leur équipée meurtière, que la vérité se fait jour. Au moment des meurtres, Charles « Tex » Watson dira à l'une des victimes, Wojciech Frykowski, qui lui demandait qui il était et ce qu'il voulait, « Je suis le diable, et je suis ici pour faire son travail »[6], laissant certains journalistes supputer que c'est Polanski qui était initialement visé par la secte en raison de son film « sataniste », Rosemary's Baby.

Charles Manson (en tant qu'instigateur) et ses exécutants sont condamnés à mort. En 1972, la Cour suprême de Californie ayant déclaré la peine de mort inconstitutionnelle, la sentence est commuée en réclusion à perpétuité.

La mère de Sharon Tate demande alors et obtient une modification de la législation pénale de l'État de Californie sur le régime des libérations conditionnelles. Depuis l'adoption de cette mesure, les victimes d'un acte criminel sont appelées à témoigner lors de l'examen d'une demande de remise en liberté du coupable. La plupart des États américains ont adopté cette disposition.

Le 11 avril 2012, la douzième demande de remise en liberté conditionnelle de Charles Manson a été rejetée par les autorités pénitentiaires américaines.

Filmographie[modifier | modifier le code]

En 1964, aux côtés de Max Baer Jr. et Nancy Kulp dans l'épisode The Giant Jackrabbit de la série The Beverly Hillbillies

Postérité[modifier | modifier le code]

Sharon Tate est évoquée par Nicolas Peyrac dans sa chanson So far away from L.A. : « Pauvre Madame Polanski / D'un seul coup on t'a pris deux vies / Mais qui donc s'en souvient ici ? »

Georges Perec l'évoque également dans le 255e de ses 480 souvenirs cités dans Je me souviens.

Deux romans évoquent l'assassinat de Sharon Tate, et en particulier ses trois jeunes meurtrières : The Girls de Emma Cline, traduit de l'anglais par Jean Esch, Paris, La Table ronde (2016) et California Girls de Simon Liberati, Paris, Grasset (2016).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roman Polanski note, dans ses mémoires : « Elle n'avait, ni la naïveté, ni la bêtise un peu fofolle qui sont censées caractériser les starlettes sans cervelle du cliché. Fille d'une famille bourgeoise et sans histoire, elle ne collait pas non plus tout à fait à ce stéréotype. Par exemple, elle parlait couramment l’italien, parce que son père, officier de renseignement, avait été stationné en Europe. » Extrait de Roman par Polanski, Éditions Robert Laffont, 1984 (ISBN 2-221-00803-0)
  2. Cette résidence de style normand, construite par l'actrice française Michèle Morgan en 1944, est louée depuis février 1969 par le réalisateur Roman Polansk.
  3. Photographie de la villa le lendemain du meurtre
  4. Référence à la chanson Piggies des Beatles, Manson croyant y déceler l'appel au meurtre des noirs et des stars d'Hollywwood qui soutiennent ces « porcs ».
  5. (en) Tommy Udo, Charles Manson, Bobcat Books, , p. 127.
  6. (en) « I'm the devil, and I'm here to do the devil's business. »Helter Skelter I (August 8-9) - Charles D. Watson, Will You Die For Me?

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]