Californie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Californie (homonymie).

37° N 120° O / 37, -120

(en) State of California
(fr) État de Californie
Blason
Blason
Drapeau
Drapeau
Carte des États-Unis avec le (en) State of California en rouge.SurnomThe Golden StateEn français : « l’État doré »DeviseEureka!« J’ai trouvé ! »
Carte des États-Unis avec le (en) State of California en rouge.

Surnom
The Golden State
En français : « l’État doré »

Devise
Eureka!
« J’ai trouvé ! »
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Capitale Sacramento
Adhésion à l’Union  (31e État)
Gouverneur Jerry Brown (D)
Sénateurs Dianne Feinstein (D)
Barbara Boxer (D)
Nombre de représentants 53
ISO 3166-2 US-CA
Fuseau horaire UTC -8
Démographie
Gentilé Californien/Californienne
Population 38 802 500 hab. (2014[1])
Densité 92 hab./km2
Rang 1er
Ville la plus peuplée Los Angeles
Géographie
Altitude 884 m (min. : -86 m) (max. : mont Whitney 4 421 m)
Superficie 423 970 km2
Rang 3e
– Terre 403 932 km2
– Eau (%) 20 037 km2 (4,7 %)
Coordonnées 32° 30' N à 42° N (400 km)
114° 08' W à 124° 24' W (1 240 km)
Divers
Langues officielles Anglais
Liens
Site web www.ca.gov
Symboles de la Californie
Le drapeau de la Californie
Le drapeau de la Californie.
Symboles vivants
Arbre Séquoia à feuilles d'if
Fleur Pavot de Californie
Mammifères Grizzli (de terre)
Baleine grise (marin)
Oiseau Colin de Californie
Poissons Truite dorée (d’eau douce)
Demoiselle Garibaldi (d’eau de mer)
Reptile Tortue du désert
Symboles non vivants
Bateau Californian
Boisson Vin
Chansons I Love You, California (« Je t’aime, Californie »)
Couleurs Bleu (la couleur du ciel)
Or (la couleur de l’or)
Danses West Coast Swing (générale)
Square Dance (folklorique)
Fossile Smilodon (tigre à dents de sabre)
Minéral Or
Roche Serpentine
Slogan « Find Yourself Here » (« Trouvez-Vous Ici ! »)
Sol San Joaquin
Pièce de 25 Cents de l'État
La pièce de la Californie.
La pièce de la Californie a été émise en 2005.

La Californie (en anglais et espagnol: California) est l'un des États des États-Unis, situé sur la côte Ouest, bordé au sud par le désert de Sonora, à l'est par le grand Bassin des États-Unis et au nord par les monts Klamath. La façade océanique suit entièrement le relief des chaînes côtières du Pacifique au-delà desquelles s'étend la Vallée Centrale sur les contreforts de la Sierra Nevada. La capitale de la Californie est Sacramento mais la métropole la plus peuplée est Los Angeles (18 millions d'habitants[2]), suivie par la « région de La Baie » de San Francisco (Bay Area, 7 millions d'habitants[2]) qui abrite la Silicon Valley, puis par San Diego (3,2 millions d'habitants[2]).

L'exploration européenne commence au XVIe siècle, la Californie est alors occupée par diverses tribus nord-amérindiennes. Le territoire est progressivement intégré à la Nouvelle-Espagne, puis rattaché au Mexique indépendant en 1821. Dans l'élan de la guerre américano-mexicaine, la République de Californie (appelée aussi République du drapeau à l'ours) proclame son indépendance le , interdit l'esclavage et se dote d'une constitution en 1849, puis adhère à l'Union le . La ruée vers l'or transforme profondément l'État faisant de la Californie le symbole du « rêve américain », la population de San Francisco augmente alors de manière exponentielle. Dans les années 1920, la population de Los Angeles dépasse en nombre celle de San Francisco grâce à l'effet conjugué du développement de l'agriculture, de la découverte de pétrole et de l'ouverture du canal de Panama. À partir des années 1980, la Silicon Valley au sud de San Francisco devient le premier pôle mondial des hautes technologies[3].

Aujourd'hui, la Californie est l'État le plus peuplé des États-Unis avec plus de 38 millions d’habitants en 2012[1], ce qui représente un Américain sur huit. Son économie est dynamique et puissante, il s'agit en effet du premier État des États-Unis en termes de produit intérieur brut (PIB). L'innovation est l'atout majeur californien et se traduit par la présence de centres de recherche, d’universités prestigieuses[4] et de pôles de technologies de pointe. La Californie à elle seule représente un quart de la totalité des brevets déposés aux États-Unis[5]. La Californie est également devenue le premier État des États-Unis pourvoyeur d'emploi industriel[6] devançant ainsi les États de la « Rust Belt » frappés par le déclin de l'industrie lourde. Le secteur de la culture a acquis une renommée mondiale grâce notamment à l'industrie cinématographique de Hollywood et la production musicale.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

À l’origine, on désignait sous le nom de « Californie » un territoire bien plus vaste que l’État actuel, puisqu’il était composé de la totalité de la péninsule mexicaine aujourd’hui connue sous le nom de Baja California, et des terres qui se trouvent aujourd’hui dans les États de Californie, du Nevada, de l’Arizona, de l’Utah et du Wyoming (Alta California).

Certains pensent que le nom « California » est un dérivé du nom du paradis mythique de Calafia, évoqué dans l’ouvrage de Garci Rodríguez de Montalvo, Las sergas de Esplandián (1510), la suite du roman Amadis de Gaule[7]. Elle est présentée dans le livre comme une terre difficile à atteindre où l'or abonde, habitée par des Amazones vivant dans des cavernes, et d’étranges animaux. En 1921, le géographe Lucien Gallois émet l'hypothèse que l'origine du nom cité dans le roman pourrait venir de La Chanson de Roland, qui cite l'île mythique de « Califerne »[8].

D’autres suggèrent que l’étymologie du nom California aurait un rapport plus étroit avec les premiers colons espagnols qui, lorsqu’ils y arrivèrent par les régions du Sud, trouvèrent dans la contrée des sources liées à la tectonique locale « chaudes comme un four » (cali = chaud, fornia = four) ou encore comme des « fourneaux chauds » (caliente fornalia en espagnol). Une autre origine du nom pourrait être calida fornax, « climat chaud », en latin. Le golfe de Californie apparaît sur des cartes datant des années 1560[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupation amérindienne[modifier | modifier le code]

Les plus anciens ossements humains retrouvés en Californie sont vieux de 10 000 à 13 000 années[9] : ils ont été mis au jour dans l'île Santa Rosa en 1959-1960. La région a d'abord été occupée par les Amérindiens organisés en de nombreuses tribus : Yuman, Chumash, Maidu, Miwok, Modoc, Mohave, Salinan, Ohlone et Tongva.

Exploration européenne[modifier | modifier le code]

Carte de la Californie vue par les Européens vers 1650.

La Californie est découverte au XVIe siècle par les explorateurs européens : en 1539, Francisco de Ulloa longe les côtes occidentales du Mexique ainsi que le golfe de Californie et apporte ainsi la preuve que la Basse-Californie est une péninsule[10] ; en dépit de cette découverte, la croyance que la Californie est une île demeure en Europe. En 1542, le Portugais João Rodrigues Cabrilho explore le Sud de la Californie pour le compte de la couronne d'Espagne. En 1602, Sebastián Vizcaíno poursuit l’exploration de la côte jusqu’à la baie de Monterey. Officiellement, ces nouveaux territoires appartiennent à la Nouvelle-Espagne, mais il faut attendre 1765 pour qu'ils soient colonisés sous l’impulsion du roi Charles III. En 1768-1770, une expédition terrestre dirigée par Gaspar de Portolà passe par les villes actuelles de San Diego, Los Angeles, Santa Barbara et atteint la baie de San Francisco[11].

Les Espagnols ne sont pas les seuls à s'intéresser à la Californie à l'époque moderne. Dès 1579, l'Anglais Francis Drake prend possession de la Californie, qu'il baptise Nova Albion. Au XVIIIe siècle, les Britanniques (James Cook, George Vancouver) et les Français (Jean-François de La Pérouse) explorent le Nord de la Californie. Au début du XIXe siècle, les Russes viennent y chercher des fourrures.

Colonisation espagnole[modifier | modifier le code]

La colonisation espagnole repose sur trois piliers : les missions, qui convertissent les Amérindiens, les presidios (San Diego, Santa Barbara, Monterey, San Francisco, etc.), qui assurent la défense du territoire, et enfin les pueblos, où résident les colons. Le pueblo de Los Angeles est établi en 1781[12].

Les premières missions espagnoles de Californie sont fondées en 1769-1770 par le franciscain Junípero Serra. En 1794, les neuf missions de Californie regroupent 4 650 Indiens et 38 franciscains[13]. Le nombre des missions atteint les 20 en 1821.

Au début du XIXe siècle apparaissent des rivalités entre les puissances coloniales. En 1812, les troupes russes érigent le Fort Ross dans le nord de la Californie. Des trappeurs et coureurs des bois canadiens-français parcourent la région en quête de fourrure de castors, loutres et ours. Ils tracent la future piste de la Californie. D'autre part, des colons américains viennent s'installer en Californie par la piste de Santa Fe[14]. En 1819, la signature du traité d'Adams-Onís fait du 42e parallèle la frontière nord de la Californie, qui n'a pas changé depuis.

En 1816, le corsaire argentin Hipólito Bouchard a pris, pendant quelques semaines, les principaux ports de l'Alta California. Le , la vigie de la pointe des Pins, située à une extrémité de la baie de Monterey, a vu les deux navires argentins. Sur les bateaux dirigés par Bouchard il y avait 200 hommes, 130 armés de fusils et 70 armés de lances. À l'aube du 24 novembre, Bouchard a ordonné à ses hommes de débarquer. Ils ont accosté à environ une lieue du fort, dans une cache sur les hauteurs. La résistance du fort a été très faible, et après une heure de lutte a été hissé le drapeau de l'Argentine[15]. Les Argentins ont tenu la ville pendant six jours, pendant lesquels ils ont volé le bétail, brûlé le fort, la caserne d'artillerie, la résidence du gouverneur et les maisons des Espagnols avec leurs vergers et jardins.

Californie mexicaine[modifier | modifier le code]

Après la guerre d'indépendance du Mexique (1810-1821), la Californie devient une province de ce pays. La politique du gouvernement mexicain reconduit le système des missions, jusqu'à ce que le Parti démocratique le dissolve le 17 mars 1833 par décret. Par ailleurs, Mexico encourage l'immigration massive et l'élevage se développe en Californie. Dans un second temps, les immigrés fraîchement arrivés sont à nouveau chassés après l’entrée au gouvernement de Santa Anna, qui cherche à reconduire les missions. Ces événements font naître une animosité forte et durable entre la Californie et le gouvernement mexicain.

En 1845, la fédération des États-Unis annexe la République du Texas, ce qui provoque la guerre américano-mexicaine. Dès 1846, des immigrés américains proclament l’indépendance de la République de Californie (appelé aussi « République du drapeau à l'ours », Bear Flag Republic). Les armées de Zachary Taylor et de Winfield Scott finissent par vaincre les Mexicains. Par le traité de Guadeloupe Hidalgo signé le 2 février 1848, le Mexique doit céder un vaste territoire aux États-Unis (désigné sous le nom de cession mexicaine) dont fait partie la Californie.

Ruée vers l'or[modifier | modifier le code]

« Un nouveau et superbe clipper partant pour San Francisco », publicité pour le voyage vers la Californie publiée à New York dans les années 1850.
Article détaillé : Ruée vers l'or en Californie.

En 1840, le Suisse John Sutter obtient une gigantesque concession au confluent des rivières American et Sacramento. Il développe à cet endroit un immense domaine agricole qu'il appelle « Nouvelle-Helvétie » sur lequel il pratique l'élevage et diverses activités artisanales[16]. C'est sur le site de Sutter's Mill qu'est découvert de l'or le 24 janvier 1848[17]. La nouvelle provoque l'afflux de plusieurs milliers d'immigrants américains mais aussi européens. Cette ruée vers l'or provoque un important essor urbain (Sacramento, San Francisco, Stockton) et affaiblit les Amérindiens dont le nombre passe de 300 000 en 1750[18] à 35 000 en 1860[19].

Débuts de l'État de Californie (1850-1900)[modifier | modifier le code]

En 1849, la convention constitutante de Monterey[20] décide à l'unanimité d'interdire l'esclavage, met en place un gouvernement provisoire qui administre la région pendant dix mois et rédige la première Constitution de la Californie. Le 9 septembre 1850, la Californie devient le 31e État de l’Union, grâce au compromis de 1850. Durant la guerre de Sécession (1861-1865), le Golden State s’allie aux Nordistes. Pendant les années 1870-1890, le développement du chemin de fer permet à la Californie de se rattacher aux États de l'est. Le premier chemin de fer transcontinental est inauguré en 1869. Le réseau ferroviaire est complété par la Southern Pacific Railroad[21] et l'Atchison, Topeka and Santa Fe Railroad. San Francisco compte 70 000 habitants dès 1862 et la ville profite de la création de centaines de compagnies minières du Comstock, dont les actions s'échangent sur la Bourse de San Francisco, produisant plusieurs millionnaires qui animent la vie politique et dotent la ville de bâtiments superbes pour l'époque : James Graham Fair, John William Mackay, James C. Flood et leur Banque du Nevada, Adolph Heinrich Joseph Sutro, William Sharon et sa Bank of California ou encore John P. Jones et Alvinza Hayward.

Essor démographique et économique[modifier | modifier le code]

Los Angeles dans les années 1920.

La Californie du Sud connaît un développement spectaculaire pendant la première moitié du XXe siècle. L'agriculture se modernise. Du pétrole est découvert dans le bassin de Los Angeles, dans les années 1920. Les compagnies de cinéma comme la MGM, Universal et Warner Brothers achètent toutes des terres à Hollywood. L'ouverture du canal de Panama en 1914 stimule le port de Los Angeles[22].

La population augmente rapidement et d'importants aménagements sont réalisés comme l'aqueduc de Los Angeles (1908). La Lincoln Highway, la première route transcontinentale construite pour les véhicules motorisés, achevée en 1913, est un facteur clé du développement de l’industrie et du tourisme dans l’État. La route 66 est terminée en 1926.

Cependant, la Grande Dépression des années 1930 met fin à l'optimisme et provoque l'augmentation du chômage. La Seconde Guerre mondiale entraîne un nouvel essor de la Californie qui voit s'implanter des industries de guerre (aéronautique, chantiers navals[23]). C'est à cette époque que les Japonais de l'État sont enfermés dans des camps et que les Afro-Américains viennent s'installer en masse.

Après la guerre, l’immobilier remplace les industries du pétrole et de l’agriculture comme principal domaine d’activité en Californie du Sud. L'État se modernise : à Los Angeles, la première autoroute de tout l'Ouest américain, la 110 Freeway, est achevée en 1953 ; en 1955, Disneyland ouvre à Anaheim. Les années 1960 sont aussi une période de tensions et de bouleversements sociaux. La Californie devient l'État le plus peuplé des États-Unis et attire de nombreux Américains. Les étudiants s’opposent à la guerre du Viêt Nam par de nombreuses grèves et manifestations, notamment à l'université de Californie à Berkeley. La Californie devient un foyer de nouveaux mouvements culturels comme celui des beatniks et hipsters à Haight-Ashbury et Venice West[24]. Le 11 août 1965, des émeutes raciales explosent à Watts, un quartier de Los Angeles : 34 personnes sont tuées et plus d'un millier sont blessées[25],[26].

Dans les années 1980, l'économie californienne se classe au huitième rang mondial. La Silicon Valley devient un centre majeur de haute technologie[3]. La préservation de l'environnement, le risque sismique, les tensions raciales (les émeutes de 1992 à Los Angeles font environ 50 morts[27]) et l’immigration sont les enjeux auxquels doit faire face la Californie, dont le visage s’est profondément transformé au cours du XXe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de la Californie.
Carte du relief californien.

Généralités[modifier | modifier le code]

Avec 423 970 km2[28], la Californie est le troisième plus grand État des États-Unis après l’Alaska et le Texas. Elle appartient à l’Ouest américain et à la région de la Sun Belt. Bordée à l’ouest par l’océan Pacifique, au nord par l’Oregon, à l’est par le Nevada et l’Arizona, elle possède une frontière commune avec le Mexique au sud.

Elle s’étend en latitude de 42°N[N 1] à 32°30’N[N 2],[28],[29], ce qui lui confère une longueur nord-sud d’environ 1 300 km[30], ainsi qu'entre 114°8'W au sud de barrage Parker (en) et 124°24'W au cap Mendocino[30]. Sa largeur varie entre 240 et 400 km[30]. La Californie se trouve dans le fuseau horaire des États du Pacifique (UTC−08:00).

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief californien est marqué par la diversité : les altitudes varient entre 86 mètres[28] en dessous du niveau moyen de la mer (Badwater, vallée de la Mort) à 4 421 mètres au mont Whitney, le plus haut sommet des États-Unis en dehors de l’Alaska (Sierra Nevada).

L’organisation du relief est à peu près méridienne : le Grand Bassin occupe les marges orientales de l’État ; il est bordé par la Sierra Nevada, la plus haute chaîne. Au nord se trouvent plusieurs systèmes montagneux (chaîne des Cascades, Klamath Mountains) et des plateaux (plateau de Modoc). La vallée centrale de Californie est encadrée par la Sierra Nevada à l’est et les chaînes côtières du Pacifique (California Coast Ranges) à l’ouest.

La disposition longitudinale du relief s’explique par une orogenèse particulière : les formes du relief californien résultent directement ou indirectement de la tectonique des plaques. La plaque pacifique glisse lentement en direction du nord-ouest, le long de la plaque continentale nord-américaine. Ce frottement provoque des séismes, notamment sur la faille de San Andreas qui court du golfe de Californie au nord de San Francisco. Des milliers de tremblements de terre imperceptibles ont lieu chaque année, mais les Californiens redoutent The Big One, un violent séisme qui ferait beaucoup de victimes, à l’instar du tremblement de terre de 1906 à San Francisco.

L’État s’est doté d’un système de surveillance et d’alerte sismique. Les gratte-ciel de Los Angeles et de San Francisco respectent les normes de construction parasismique. Les séismes peuvent également se produire dans l’océan Pacifique et provoquer des tsunamis.

Littoral[modifier | modifier le code]

Big Sur, Californie, océan Pacifique.

Le littoral californien, qui mesure environ entre 1 350 km de longueur[31] et 5 000 km en comptant les baies[30], est échancré par de nombreux golfes, baies (baie de Humboldt, baie de San Francisco, baie de Monterey, baie de Santa Monica, etc.), des caps (cap Mendocino, Point Reyes, par exemple) et estuaires (de la Klamath, du Sacramento, du San Joaquin). Les étendues plates sont relativement étroites (sauf le bassin de Los Angeles et dans la Vallée Centrale). À Big Sur, la chaîne granitique plonge à pic dans l’océan, créant un paysage d’escarpement littoral préservé et faiblement peuplé : la Santa Lucia Range offre ainsi des falaises de 240 mètres qui dominent l'océan[32]. L’érosion est intense dans certains secteurs, à cause de la houle et des aménagements humains.

Les îles sont petites et peu nombreuses : les îles Farallon à l’ouest de San Francisco, Alcatraz dans la baie de San Francisco, les Channel Island au large de Santa Barbara et de Los Angeles.

Le courant de Californie, qui s'étire sur environ 2 500 km est relativement froid et apporte des brouillards. Il est en relation avec le phénomène des upwellings : ces remontées d'eau froide venant des profondeurs sont riches en nutriments qui attirent une abondante faune sous-marine. La houle et les vagues sont des phénomènes omniprésents : ils permettent la pratique du surf.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Fleuves de Californie et Lacs de Californie.
Lac Tahoe, dans la Sierra Nevada.

La ligne de partage des eaux se trouve dans la Sierra Nevada : la majorité des cours d’eau de la Californie se jette dans l’océan Pacifique. Les rivières et les fleuves côtiers coulent de façon parallèle aux chaînes, jusqu’à ce qu’ils se fraient un passage vers la Vallée Centrale ou le Pacifique. La plupart des fleuves californiens ont un régime hydrologique d’écoulement en haute montagne[33]. Seuls les cours d’eau des régions désertiques ont un régime endoréique et certains sont à sec de façon définitive ou temporaire. Le Colorado marque la frontière entre la Californie et l’Arizona. Les deux plus grands coulent dans la Vallée Centrale de Californie : au nord, le Sacramento (615 km[34]) ; au sud, le San Joaquin (560 km[35]).

4,7 % soit 20 037 km2 du territoire californien est sous l'eau[28]. L'État compte de nombreux lacs : le plus étendu est la Salton Sea, dans la Vallée impériale, mais il s'agit d'un lac artificiel. La Sierra Nevada constitue le château d’eau de la Californie : ainsi, le lac Tahoe est le plus grand lac de la chaîne. Situé à 1 867 mètres d’altitude, il mesure 19 km de large et 35 km de long, pour une superficie d'environ 502 km2. Avec ses 495 mètres de profondeur, il est le troisième lac le plus profond d'Amérique du Nord et le huitième du monde[36].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat aux États-Unis.
Le désert des Mojaves, une région aride du Sud de la Californie.

Dans l’imaginaire collectif, la Californie est réputée pour son climat méditerranéen. En réalité, l’État présente une importante variété de conditions. Trois éléments entrent en jeu pour comprendre le climat californien : le courant de Californie, le relief et la latitude.

Le courant froid de Californie entretient le long de la côte un climat tempéré. Au-dessus des terres, les courants ascendants aspirent l’air marin, dont l’humidité se condense et forme des brouillards tenaces. La disposition longitudinale du relief est en cause dans la répartition des précipitations et des températures. Au fur et à mesure qu’on s’éloigne vers l’intérieur du continent, les précipitations diminuent : la Vallée Centrale reçoit peu d’eau[N 3]. En arrivant sur les contreforts de la Sierra Nevada, les nuages montent en altitude et déversent leurs précipitations abondantes sur la chaîne de montagnes : ainsi, dans le Blue Canyon près du lac Tahoe, le total des précipitations est de 1 685 mm par an[28]. Ces précipitations alimentent les rivières et façonnent les canyons.

Si la situation du relief agit sur les précipitations, les températures évoluent en fonction de l’altitude, mais aussi selon la latitude : la Californie du Sud est plus sèche et plus chaude que la Californie du Nord. Au sud-est de l’État s’étendent des régions désertiques ou semi-désertiques, très dissemblables selon leur latitude : par exemple, la Vallée impériale reçoit 76 mm de pluie par an[28]. À Alturas, dans le comté de Modoc, dans le coin nord-est, le nombre de jours de gel par an est de 254 à 1 300 mètres d’altitude[28]. Il ne gèle jamais dans le centre de San Francisco, Los Angeles ou San Diego.

Le record de froid est de –43 °C enregistré le à Boca dans l'est[37].

Les risques liés aux aléas climatiques sont nombreux : le nord est menacé par les inondations provoquées par des précipitations abondantes ou par la fonte des neiges sur les montagnes au printemps[32]. Dans le sud, c'est la sécheresse qui pose problème : la vallée de la Mort est l'endroit le plus chaud et le plus sec d'Amérique du Nord[32],[30]. Certains secteurs reçoivent moins de 50 mm annuels de précipitations[38] et sont hyperarides[39]. 57,1 °C ont été mesurés[40] le dans le parc national de la vallée de la Mort. La région de Los Angeles et de Santa Barbara est régulièrement dévastée par les incendies en été. Le régime des précipitations peut en outre être perturbé par l'apparition d'El Niño dans l'océan Pacifique. La Californie a subi en 2014 une forte sécheresse à la suite d'une crête persistante sur la côte pacifique[41], qui a mis à mal ses réserves d'eau de secours[42] et certaines cultures (vignes...). Des modélisations météo-climatiques prospectives laissent craindre une « mégasécheresse » s'installant de 2050 à 2099 et qui pourrait durablement concerner la Californie[43].

Quelques données climatiques :[44]
Station Région Latitude Longitude Altitude (m) Précipitations (mm) Températures
(°C)
Nb de jours de gel
Alturas Plateau de Modoc 41° 30’ 35° 26’ 1117 308 8,2 254
San Francisco Littoral centre 37° 46’ 122 °26’ 53 566 14,6 0
Bakersfield Vallée centrale 35° 26’ 119° 03’ 149 164 18,3 0
Los Angeles Littoral sud 34° 02’ 118° 18’ 56 384 19 0
Vallée impériale Désert du Colorado 32° 51’ 115° 34’ - 19 76 22,3 0

Écologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Environnement en Californie.

La Californie est une des régions les plus riches et les plus diverses du monde au niveau écologique. Elle fait partie de l’écozone néarctique et compte de nombreuses écorégions terrestres. Cependant, certains de ses écosystèmes subissent l’urbanisation, l’exploitation forestière et l’introduction d’espèces exotiques et sont donc menacés. 40 % du territoire californien est couvert de forêts[45].

Le colin de Californie, le grizzli (disparu de l’État depuis 1922), la baleine grise, l’Hypsypops rubicundus (poisson), le papillon de Californie (insecte) sont des animaux représentatifs de l’État[46].

Dans la faune endémique, on compte également :

Le séquoia à feuilles d'if, symbole de la Californie.

Pour ce qui concerne la flore, on recense dans l’État les plus grands arbres (séquoia géant) et les arbres les plus vieux (pin de Bristlecone) du monde. Les plantes herbacées indigènes en Californie sont en majorité des plantes vivaces[47]. Après l’arrivée des Européens, elles ont été en grande partie remplacées par les espèces invasives herbacéees annuelles de l’Ancien Continent. Les collines californiennes sont connues pour leur couleur brun-or caractéristique en été.

La flore présente dans cette région des États-Unis est adaptée à des températures extrêmes. Ainsi la sève des arbres de cette zone a des propriétés remarquables contre le froid. En revanche l'été, cette sève est très hautement inflammable. Ainsi des incendies ravagent rapidement certaines parties non-urbanisée du Sud de la Californie. Des forages dans cette zone ont montré que depuis la dernière glaciation, cette zone a subi d'innombrables feux de forêt sans provoquer la destruction de la faune et de la flore. En effet, les prélèvements montrent qu'au fil des événements cataclysmiques, la faune s'est reconstituée assez rapidement tout en se diversifiant.

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Comtés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Comtés de l'État de Californie.

L'État de Californie est divisé en 58 comtés[48].

Agglomérations[modifier | modifier le code]

• Le Bureau de la gestion et du budget a défini vingt-six aires métropolitaines et huit aires micropolitaines dans l'État de Californie[49].

Aires métropolitaines
Zone urbaine Population (2010) Population (2013) Variation (2010-2013) Rang national (2013)
Los Angeles-Long Beach-Anaheim, CA 12 828 837 13 131 431 2,4 % 2
San Francisco-Oakland-Hayward, CA 4 335 391 4 516 276 4,2 % 11
Riverside-San Bernardino-Ontario, CA 4 224 851 4 380 878 3,7 % 13
San Diego-Carlsbad, CA 3 095 313 3 211 252 3,8 % 17
Sacramento-Roseville-Arden-Arcade, CA 2 149 127 2 215 770 3,1 % 27
San Jose-Sunnyvale-Santa Clara, CA 1 836 911 1 919 641 4,5 % 34
Fresno, CA 930 450 955 272 2,7 % 56
Bakersfield, CA 839 631 864 124 2,9 % 62
Oxnard-Thousand Oaks-Ventura, CA 823 318 839 620 2,0 % 66
Stockton-Lodi, CA 685 306 704 379 2,8 % 78
Modesto, CA 514 453 525 491 2,2 % 103
Santa Rosa, CA 483 878 495 025 2,3 % 105
Visalia-Porterville, CA 442 179 454 143 2,7 % 111
Santa Maria-Santa Barbara, CA 423 895 435 697 2,8 % 120
Salinas, CA 415 057 428 826 3,3 % 121
Vallejo-Fairfield, CA 413 344 424 788 2,8 % 122
San Luis Obispo-Paso Robles-Arroyo Grande, CA 269 637 276 443 2,5 % 167
Santa Cruz-Watsonville, CA 262 382 269 419 2,7 % 174
Merced, CA 255 793 263 228 2,9 % 176
Chico, CA 220 000 222 090 1,0 % 198
Redding, CA 177 223 178 980 1,0 % 230
El Centro, CA 174 528 176 584 1,2 % 232
Yuba City, CA 166 892 168 690 1,1 % 242
Madera, CA 150 865 152 389 1,0 % 265
Hanford-Corcoran, CA 152 982 150 960 -1,3 % 269
Napa, CA 136 484 140 326 2,8 % 289
Aires micropolitaines
Zone urbaine Population (2010) Population (2013) Variation (2010-2013) Rang national (2013)
Eureka-Arcata-Fortuna, CA 134 623 134 493 -0,1 % 10
Truckee-Grass Valley, CA 98 764 98 200 -0,6 % 32
Ukiah, CA 87 841 87 192 -0,7 % 54
Clearlake, CA 64 665 63 860 -1,2 % 128
Red Bluff, CA 63 463 63 057 -0,6 % 131
Sonora, CA 55 365 53 874 -2,7 % 180
Susanville, CA 34 895 32 163 -7,8 % 416
Crescent City, CA 28 610 27 873 -2,6 % 447

En 2010, 99,3 % des Californiens résidaient dans une zone à caractère urbain, dont 97,7 % dans une aire métropolitaine et 1,5 % dans une aire micropolitaine.

L'aire métropolitaine de Los Angeles-Long Beach-Anaheim était la 2e aire métropolitaine la plus peuplée des États-Unis en 2013 après celle de New York-Newark-Jersey City (19 949 502 habitants). En 2010, elle regroupait à elle seule 34,4 % de la population de l'État.


• Le Bureau de la gestion et du budget a également défini sept aires métropolitaines combinées dans l'État de Californie.

Aires métropolitaines combinées
Zone urbaine Population (2010) Population (2013) Variation (2010-2013) Rang national (2013)
Los Angeles-Long Beach, CA 17 877 006 18 351 929 2,7 % 2
San Jose-San Francisco-Oakland, CA 8 153 696 8 469 854 3,9 % 5
Sacramento-Roseville, CA 2 414 783 2 482 660 2,8 % 22
Fresno-Madera, CA 1 081 315 1 107 661 2,4 % 49
Modesto-Merced, CA 770 246 788 719 2,4 % 62
Visalia-Porterville-Hanford, CA 595 161 605 103 1,7 % 80
Redding-Red Bluff, CA 240 686 242 037 0,6 % 121

En 2013, les aires métropolitaines combinées de Los Angeles-Long Beach et de San Jose-San Francisco-Oakland étaient respectivement les 2e et 5e aires métropolitaines combinées les plus peuplées des États-Unis, la première devancée par celle de New York-Newark (23 484 225 habitants) et la seconde devancée par celles de Chicago-Naperville (9 912 730 habitants) et Washington-Baltimore-Arlington (9 443 180 habitants). En 2010, les aires métropolitaines combinées de Los Angeles-Long Beach et San Jose-San Francisco-Oakland regroupaient respectivement 48,0 % et 21,9 % de la population de l'État.

Municipalités[modifier | modifier le code]

L'État de Californie compte 480 municipalités[50], dont 36 de plus de 150 000 habitants.

Los Angeles
San Diego
San José
Municipalités de plus de 150 000 habitants
Rang Municipalité Comté Population (2010) Population (2013) Variation (2010-2013)
1 Los Angeles Los Angeles 3 792 621 3 884 307 2,4 %
2 San Diego San Diego 1 307 402 1 355 896 3,7 %
3 San José Santa Clara 945 942 998 537 5,6 %
4 San Francisco San Francisco 805 235 837 442 4,0 %
5 Fresno Fresno 494 665 509 924 3,1 %
6 Sacramento Sacramento 466 488 479 686 2,8 %
7 Long Beach Los Angeles 462 257 469 428 1,6 %
8 Oakland Alameda 390 724 406 253 4,0 %
9 Bakersfield Kern 347 483 363 630 4,6 %
10 Anaheim Orange 336 265 345 012 2,6 %
11 Santa Ana Orange 324 528 334 227 3,0 %
12 Riverside Riverside 303 871 316 619 4,2 %
13 Stockton San Joaquin 291 707 298 118 2,2 %
14 Chula Vista San Diego 243 916 256 780 5,3 %
15 Irvine Orange 212 375 236 716 11,5 %
16 Fremont Alameda 214 089 224 922 5,1 %
17 San Bernardino San Bernardino 209 924 213 708 1,8 %
18 Modesto Stanislaus 201 165 204 933 1,9 %
19 Oxnard Ventura 197 899 203 007 2,6 %
20 Fontana San Bernardino 196 069 203 003 3,5 %
21 Moreno Valley Riverside 193 365 201 175 4,0 %
22 Huntington Beach Orange 189 992 197 575 4,0 %
23 Glendale Los Angeles 191 719 196 021 2,2 %
24 Santa Clarita Los Angeles 176 320 179 590 1,9 %
25 Garden Grove Orange 170 883 175 140 2,5 %
26 Oceanside San Diego 167 086 172 794 3,4 %
27 Santa Rosa Sonoma 167 815 171 990 2,5 %
28 Rancho Cucamonga San Bernardino 165 269 171 386 3,7 %
29 Ontario San Bernardino 163 924 167 500 2,2 %
30 Elk Grove Sacramento 153 015 161 007 5,2 %
31 Lancaster Los Angeles 156 633 159 523 1,8 %
32 Corona Riverside 152 374 159 503 4,7 %
33 Palmdale Los Angeles 152 750 157 161 2,9 %
34 Salinas Monterey 150 441 155 662 3,5 %
35 Hayward Alameda 144 186 151 574 5,1 %
36 Pomona Los Angeles 149 058 151 348 1,5 %

Sur les 295 municipalités de plus de 100 000 habitants que comptait le pays en 2013, 70 d'entre elles, soit 23,7 % du total, se situaient en Californie.

La municipalité de Los Angeles était la 2e municipalité la plus peuplée des États-Unis en 2013 après celle de New York (8 405 837 habitants). Les municipalités de San Diego (8e), San José (10e), San Francisco (14e), Fresno (34e), Sacramento (35e), Long Beach (36e) et Oakland (45e) suivaient dans ce classement.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Californie.

Population[modifier | modifier le code]

Densités de population en 2010 (en mille carré)
Historique des recensements
Année Population Variation

1850 92 597 ——
1860 379 994 310,4 %
1870 560 247 47,4 %
1880 864 694 54,3 %
1890 1 213 398 40,3 %
1900 1 485 053 22,4 %
1910 2 377 549 60,1 %
1920 3 426 861 44,1 %
1930 5 677 251 65,7 %
1940 6 907 387 21,7 %
1950 10 586 223 53,3 %
1960 15 717 204 48,5 %
1970 19 953 134 27,0 %
1980 23 667 902 18,6 %
1990 29 760 021 25,7 %
2000 33 871 648 13,8 %
2010 37 253 956 10,0 %

Le Bureau du recensement des États-Unis estime la population de la Californie à 38 332 521 habitants au 1er juillet 2013, soit une hausse de 2,9 % depuis le recensement des États-Unis de 2010 qui tablait la population à 37 253 956 habitants[51]. Depuis 2010, l'État connaît la 18e croissance démographique la plus soutenue des États-Unis.

Avec 37 253 956 habitants en 2010, la Californie était l'État le plus peuplé des États-Unis. Sa population comptait pour 12,07 % de la population du pays. Le centre démographique de l'État était localisé dans l'ouest du comté de Kern[52].

Avec 92,33 hab./km2 en 2010, la Californie était le 11e État le plus dense des États-Unis.

Le taux d'urbains était de 95,0 % et celui de ruraux de 5,0 %[53]. L'État comptait le plus fort taux d'urbains du pays.

En 2010, le taux de natalité s'élevait à 13,7 ‰[54] (13,2 ‰ en 2012[55]) et le taux de mortalité à 6,3 ‰[56] (6,4 ‰ en 2012[57]). L'indice de fécondité était de 1,95 enfants par femme[54] (1,89 en 2012[55]). Le taux de mortalité infantile s'élevait à 4,7 ‰[56] (4,5 ‰ en 2012[57]). La population était composée de 24,95 % de personnes de moins de 18 ans, 10,53 % de personnes entre 18 et 24 ans, 28,19 % de personnes entre 25 et 44 ans, 24,93 % de personnes entre 45 et 64 ans et 11,40 % de personnes de 65 ans et plus. L'âge médian était de 35,2 ans[58].

Entre 2010 et 2013, l'accroissement de la population (+ 1 078 562) était le résultat d'une part d'un solde naturel positif (+ 847 471) avec un excédent des naissances (1 639 896) sur les décès (792 425), et d'autre part d'un solde migratoire positif (+ 235 315) avec un excédent des flux migratoires internationaux (+ 389 166) et un déficit des flux migratoires intérieurs (- 153 851)[59].

Selon des estimations de 2013, 71,9 % des Californiens étaient nés dans un État fédéré, dont 54,7 % dans l'État de Californie et 17,1 % dans un autre État (5,2 % dans le Mid-Ouest, 4,6 % dans le Sud, 3,9 % dans le Nord-Est, 3,5 % dans l'Ouest), 1,2 % étaient nés dans un territoire non incorporé ou à l'étranger avec au moins un parent américain et 26,9 % étaient nés à l'étranger de parents étrangers (52,6 % en Amérique latine, 37,2 % en Asie, 6,5 % en Europe, 1,7 % en Afrique, 1,3 % en Amérique du Nord, 0,7 % en Océanie). Parmi ces derniers, 48,6 % étaient naturalisés américain et 51,4 % étaient étrangers[60][61].

Selon des estimations de 2012 effectuées par le Pew Hispanic Center, l'État comptait 2 450 000 immigrés illégaux, soit 6,3 % de la population[62]. Cela représentait la 2e plus forte proportion du pays après le Nevada (7,6 %).

Composition ethnique et origines ancestrales[modifier | modifier le code]

Selon le recensement des États-Unis de 2010, la population était composée de 57,59 % de Blancs, 13,05 % d'Asiatiques (3,36 % de Chinois, 3,21 % de Philippins, 1,56 % de Viêts, 1,42 % d'Indiens, 1,21 % de Coréens, 0,73 % de Japonais), 6,17 % de Noirs, 4,87 % de Métis, 0,97 % d'Amérindiens, 0,39 % d'Océaniens et 16,96 % de personnes ne rentrant dans aucune de ces catégories.

Les Métis se décomposaient entre ceux revendiquant deux races (4,49 %), principalement blanche et autre (1,33 %), blanche et asiatique (1,20 %), blanche et amérindienne (0,56 %) et blanche et noire (0,49 %), et ceux revendiquant trois races ou plus (0,38 %).

Les non hispaniques représentaient 62,38 % de la population avec 40,15 % de Blancs, 12,82 % d'Asiatiques, 5,81 % de Noirs, 2,60 % de Métis, 0,44 % d'Amérindiens, 0,35 % d'Océaniens et 0,23 % de personnes ne rentrant dans aucune de ces catégories, tandis que les Hispaniques comptaient pour 37,62 % de la population, principalement des personnes originaires du Mexique (30,66 %), du Salvador (1,54 %), du Guatemala (0,89 %) et de Porto Rico (0,51 %)[58].

En 2010, l'État de Californie avait la 2e plus forte proportion d'Asiatiques après Hawaï (38,60 %), la 3e plus forte proportion d'Hispaniques après le Nouveau-Mexique (46,30 %) et le Texas (37,62 %) ainsi que la 6e plus forte proportion d'Océaniens des États-Unis. A contrario, l'État avait la 2e plus faible proportion de Blancs après Hawaï (22,74 %) et la 2e plus faible proportion de Blancs non hispaniques après Hawaï (24,74 %).

L'État comptait également le plus grand nombre de Blancs (21 453 934), de Blancs non hispaniques (14 956 253), d'Hispaniques (14 013 719), d'Asiatiques (4 861 007), d'Amérindiens (362 801) et d'Océaniens (144 386) des États-Unis, ainsi que le 5e plus grand nombre de Noirs (2 299 072) après l'État de New York (3 073 800), la Floride (2 999 862), le Texas (2 979 598) et la Géorgie (2 950 435).

L'État regroupait à lui seul 33,1 % des Asiatiques, 27,8 % des Hispaniques et 26,7 % des Océaniens résidant aux États-Unis.

Historique récent de la composition ethnique de la Californie (en %)[63][64]
Ethnies 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010
Blancs 95,50 93,66 91,97 89,01 76,18 68,97 59,55 57,59
———Non hispaniques 66,60 57,22 46,70 40,15
Asiatiques (et Océaniens jusqu'en 1990) 2,43 1,74 2,03 2,77 5,30 9,56 10,92 13,05
———Non hispaniques 10,77 12,82
Noirs 1,80 4,37 5,62 7,02 7,69 7,42 6,68 6,17
———Non hispaniques 7,03 6,44 5,81
Amérindiens 0,27 0,19 0,25 0,46 0,85 0,81 0,98 0,97
———Non hispaniques 0,53 0,44
Autres 0,04 0,13 0,74 9,98 13,24 21,87 22,22
———Non hispaniques 3,18 3,16
Hispaniques (toutes ethnies confondues) 19,20 25,83 32,38 37,62

À l'instar des autres États du pays, la Californie connaît depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale une baisse continue de la part de la population blanche non hispanique au sein de la population totale, marquée fortement depuis le début des années 1970 en raison notamment d'une immigration importante en provenance de l'Amérique latine et de l'Asie, d’un âge médian plus élevé (44,6 ans[65]) que les autres populations (27,1 ans pour les Hispaniques[66]), d'une plus forte natalité des populations hispanique, noire et asiatique et d'une augmentation substantielle des unions mixtes. En 2010, les Blancs non hispaniques ne représentaient plus que 25,5 % des enfants de moins de 5 ans (53,3 % pour les Hispaniques, 10,1 % pour les Asiatiques, 5,1 % pour les Noirs et 5,0 % pour les Métis) et 25,3 % des enfants de moins de 1 an (53,6 % pour les Hispaniques, 9,8 % pour les Asiatiques, 5,3 % pour les Métis et 5,1 % pour les Noirs)[67].

En 2013, le Bureau du recensement des États-Unis estime la part des Blancs non hispaniques à 39,0 %, celle des Hispaniques à 38,4 % et celle des autres groupes non hispaniques à 22,6 %[51].

En 2000, les Californiens s'identifiaient principalement comme étant d'origine mexicaine (25,0 %), allemande (9,8 %), irlandaise (7,7 %), anglaise (7,4 %), italienne (4,3 %) et américaine (3,4 %)[68].

En 2000, l'État avait la 2e plus forte proportion de personnes d'origine arménienne (0,6 %) après Rhode Island (0,6 %) ainsi que la 6e plus forte proportion de personnes d'origine portugaise des États-Unis.

L'État abrite la 2e communauté juive des États-Unis après l'État de New York. Selon le North American Jewish Data Bank, l'État comptait 1 221 190 Juifs en 2013 (721 045 en 1971), soit 3,2 % de la population de l'État et 18,2 % de la population juive américaine. Ils se concentraient essentiellement dans les agglomérations de Los Angeles-Long Beach-Anaheim (617 480), San Francisco-Oakland-Hayward (295 850) et San Diego (89 000)[69]. Ils constituaient une part significative de la population dans les comtés de la baie de San Francisco tels que les comtés de Marin (10,3 %), San Francisco (8,2 %), Santa Clara (7,2 %), San Mateo (6,7 %), Sonoma (4,8 %), Alameda (3,9 %), Napa (3,4 %) et Contra Costa (3,1 %), ainsi que dans les comtés côtiers de la Californie du Sud tels que les comtés de Ventura (6,6 %), Los Angeles (5,3 %), San Diego (2,9 %) et Orange (2,8 %).

Les Hispaniques étaient essentiellement originaires du Mexique (81,5 %) et du Salvador (4,1 %)[70]. Composée à 46,4 % de Blancs, 6,0 % de Métis, 1,4 % d'Amérindiens, 1,0 % de Noirs, 0,6 % d'Asiatiques, 0,1 % d'Océaniens et 44,5 % de personnes ne rentrant dans aucune de ces catégories, la population hispanique représentait 55,3 % des Amérindiens, 46,6 % des Métis, 30,3 % des Blancs, 10,9 % des Océaniens, 5,9 % des Noirs, 1,8 % des Asiatiques et 98,6 % des personnes ne rentrant dans aucune de ces catégories[71].

L'État avait la 2e plus forte proportion de personnes originaires du Mexique (30,66 %) après le Texas (31,62 %), la 3e plus forte proportion de personnes originaires du Salvador (1,54 %) après le Maryland (2,14 %) et la Virginie (1,55 %) et la 6e plus forte proportion de personnes originaires de Cuba (0,24 %) des États-Unis.

L'État comptait également le plus grand nombre de personnes originaires du Mexique (11 423 146), du Salvador (573 956), du Guatemala (332 737), d'Espagne (142 194) et du Costa Rica (22 469) ainsi que le 2e plus grand nombre de personnes originaires du Nicaragua (100 790) après la Floride (135 143), le 2e plus grand nombre de personnes originaires du Pérou (91 511) après la Floride (100 965), le 2e plus grand nombre de personnes originaires de Cuba (88 607) après la Floride (1 213 438), le 2e plus grand nombre de personnes originaires d'Argentine (44 410) après la Floride (56 260), le 2e plus grand nombre de personnes originaires de la Bolivie (13 351) après la Virginie (31 333), le 3e plus grand nombre de personnes originaires du Honduras (72 795) après la Floride (107 302) et le Texas (88 389), le 4e plus grand nombre de personnes originaires de la Colombie (64 416) après la Floride (300 414), l'État de New York (141 879) et le New Jersey (101 593), le 4e plus grand nombre de personnes originaires de l'Équateur (35 750) après l'État de New York (228 216), le New Jersey (100 480) et la Floride (60 574), le 4e plus grand nombre de personnes originaires du Venezuela (11 100) après la Floride (102 116), le Texas (20 162) et l'État de New York (13 910) et le 7e plus grand nombre de personnes originaires de Porto Rico (189 945) des États-Unis.

L'État regroupait à lui seul 35,9 % des Mexicains, 34,8 % des Salvadoriens, 31,9 % des Guatémaltèques, 29,0 % des Nicaraguayens, 22,4 % des Espagnols, 19,7 % des Argentins, 17,8 % des Costaricains et 17,2 % des Péruviens résidant aux États-Unis.

L'agglomération de Los Angeles-Long Beach-Anaheim était la 3e agglomération mexicaine du monde après celles de Mexico et de Guadalajara et la 2e agglomération salvadorienne du monde après celle de San Salvador.

Les Asiatiques s'identifiaient principalement comme étant Chinois (25,8 %), Philippins (24,6 %), Viêts (12,0 %), Indiens (10,9 %), Coréens (9,3 %) et Japonais (5,6 %)[72].

L'État avait la plus forte proportion de Viêts (1,56 %), la 2e plus forte proportion de Chinois (3,36 %) après Hawaï (4,04 %), la 2e plus forte proportion de Coréens (1,21 %) après Hawaï (1,78 %), la 2e plus forte proportion de Japonais (0,73 %) après Hawaï (13,64 %), la 3e plus forte proportion de Philippins (3,21 %) après Hawaï (14,52 %) et le Nevada (3,64 %), la 3e plus forte proportion de Thaïs (0,14 %) après le Nevada (0,20 %) et Hawaï (0,15 %), la 4e plus forte proportion d'Indiens (1,42 %) après le New Jersey (3,32 %), l'État de New York (1,62 %) et l'Illinois (1,47 %), la 4e plus forte proportion de Hmongs (0,23 %) après le Minnesota (1,20 %), le Wisconsin (0,83 %) et l'Alaska (0,48 %), la 4e plus forte proportion de Cambodgiens (0,23 %) après Rhode Island (0,49 %), le Massachusetts (0,39 %) et l'État de Washington (0,28 %), la 5e plus forte proportion de Laotiens (0,16 %) après Rhode Island (0,27 %), l'Alaska (0,24 %), le Minnesota (0,19 %) et le Kansas (0,16 %), et la 8e plus forte proportion de Pakistanais (0,13 %) des États-Unis.

L'État comptait également le plus grand nombre de Chinois (1 253 102), de Philippins (1 195 580), de Viêts (581 946), d'Indiens (528 176), de Coréens (451 892), de Japonais (272 528), de Hmongs (86 989), de Cambodgiens (86 244), de Laotiens (58 424) et de Thaïs (51 509) ainsi que le 2e plus grand nombre de Bangladeshis (9 268) après l'État de New York (57 761) et le 3e plus grand nombre de Pakistanais (46 780) après l'État de New York (63 696) et le Texas (53 901).

L'État regroupait à lui seul 46,8 % des Philippins, 37,6 % des Viêts, 37,4 % des Chinois, 37,2 % des Cambodgiens, 35,7 % des Japonais, 35,1 % des Hmongs, 31,7 % des Coréens, 30,9 % des Thaïs, 30,6 % des Laotiens et 18,6 % des Indiens résidant aux États-Unis.

Les Métis se décomposaient entre ceux revendiquant deux races (92,2 %), principalement blanche et autre (27,2 %), blanche et asiatique (24,6 %), blanche et amérindienne (11,5 %), blanche et noire (10,0 %) et asiatique et autre (4,0 %), et ceux revendiquant trois races ou plus (7,8 %)[73].

Réserves indiennes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de la Californie.

Historique[modifier | modifier le code]

Le port de San Francisco en 1851, au moment de la ruée vers l'or.

Jusqu’en 1848, l’économie californienne reste traditionnelle. Avant la colonisation européenne, les Amérindiens vivent de la pêche, de la cueillette et de l’agriculture en quasi-autarcie. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les Espagnols développent l’agriculture, l’élevage et l’artisanat notamment dans le cadre des missions. Au siècle suivant, la Californie représente un enjeu commercial entre les grandes puissances coloniales européennes qui cherchent à contrôler la traite des fourrures. 1848 marque un tournant dans l’histoire économique de la Californie : la région est annexée par les États-Unis et la ruée vers l’or attire des mineurs et des aventuriers. L’agriculture, le commerce, les transports et les villes connaissent alors une formidable expansion. La Californie est reliée au reste du pays grâce au premier chemin de fer transcontinental (1869) et au canal de Panama (1914) ; les premiers touristes viennent visiter les parcs naturels. La première moitié du XXe siècle est marquée par la découverte du pétrole et l’industrialisation. La ville de Los Angeles est alors le berceau des compagnies du cinéma qui font la renommée du quartier d’Hollywood. Après la Grande Dépression des années 1930 marquée par un fort taux de chômage, la Californie se dote d’industries d’armement pendant la Seconde Guerre mondiale. Après 1945, l’état connaît une croissance démographique rapide qui stimule la construction, les industries de consommation et d’équipement. Le Sud devient le symbole de la société des loisirs avec l’implantation des premiers parcs d’attraction et le développement des médias. Les années 1970 voient les débuts de la crise des industries traditionnelles et l’envol des industries de haute technologie[32]. L’internationalisation de l’économie et la croissance des NPI d’Asie orientale stimulent les échanges : la Californie devient une interface de premier plan et les ports à conteneurs grandissent[74]. Avec la fin de la guerre froide et les difficultés des compagnies aériennes, les industries aéronautiques subissent un déclin relatif dans les années 1990[32].

État le plus riche des États-Unis[modifier | modifier le code]

La Silicon Valley abrite de nombreuses firmes de haute-technologie.
Los Angeles est considérée comme le centre mondial du divertissement à travers ses imposantes industries cinématographiques et télévisuelle, ainsi que musicale et artistique.

La Californie représente à elle seule 13 % du produit national brut des États-Unis (2008)[N 4],[28]. Si elle était un État indépendant, elle serait la dixième puissance mondiale avec un PIB de 2 003 milliards de $ courants (2012)[75]. La croissance économique (33,9 % entre 2001 et 2006) est supérieure à celle des États-Unis (30,4 % sur la même période)[76].

La Californie attire 14 milliards de $ d’investissements en capital risque (2008)[77]. Elle se classe au premier rang des États américains pour l’implantation d’entreprises étrangères et pour les IDE[78]. Les trois principaux investisseurs sont le Japon, le Royaume-Uni et les Pays-Bas[78]. L’État possède l’une des plus importantes concentrations de banques internationales et de consulats.

Les explications de la puissance californienne sont diverses : la Californie dispose de ressources naturelles abondantes (minerais, bois, cours d’eau), d’une population nombreuse à haut niveau de vie[79], d’une main d’œuvre abondante et qualifiée : la population active est de 18,1 millions (2007)[28] et 29,5 % des plus de 25 ans ont au moins un diplôme de l’enseignement supérieur (2007)[77]. L’économie bénéficie de la présence de centres de recherche et d’universités prestigieuses qui assurent en grande partie l’innovation. La Californie représente 24 % des 93 665 brevets déposés en 2007 aux États-Unis[5]. Parmi les grands groupes qui ont leur siège social en Californie figurent Chevron Corporation, Hewlett-Packard, McKesson, Wells Fargo ou encore Safeway. Cependant, le dynamisme économique de l’État repose aussi sur les PME : 96,3 % des entreprises californiennes emploient moins de 50 salariés (2009)[77]. Enfin, la Californie est bien intégrée à la mondialisation : elle est en relation avec les pays dynamiques de l’Asie orientale et partage une frontière avec le Mexique qui constitue une importante réserve de main d’œuvre à faible coût.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Défis et difficultés actuels[modifier | modifier le code]

Depuis le début du XXIe siècle, le modèle économique californien révèle ses fragilités. En 2001, les industries de haute technologie connaissent un net ralentissement ; la croissance engendre des atteintes à l’environnement (pénurie d’eau, pollution). Le budget de l’État[80] et le solde commercial sont déficitaires. La libéralisation de la production d’électricité pose des problèmes. Dans le contexte de la mondialisation, la Californie subit la concurrence d’autres foyers notamment asiatiques.

La crise économique frappe la Californie depuis 2008 : en juin 2009, 2,1 millions de personnes sont sans emploi et le taux de chômage s’élève à 11,2 % de la population active[81], soit un taux supérieur à la moyenne nationale[82]. Le bâtiment et la construction sont particulièrement touchés[76]. Pour pallier ces difficultés, l’État californien mise sur les emplois verts, la réduction de la consommation de pétrole, le développement des énergies renouvelables et l’austérité budgétaire[80].

Structure de l’économie californienne[modifier | modifier le code]

L’économie californienne est post-industrielle c’est-à-dire qu’elle est dominée par les services : le secteur primaire ne représente que 2,7 % des emplois et l’industrie 9,2 % (2007)[77]. En 2007, les principaux secteurs par le nombre d’emplois sont le gouvernement (15,9 %), le commerce de détail (10,7 %), l’industrie (9,2 %), la santé et les services sociaux (8,7 %), la restauration (8,3 %)[77]. Le secteur manufacturier continue de perdre des emplois (-15,1 % entre 2001 et 2007)[77]. L'immobilier, le gouvernement et les industries sont les activités qui créent le plus de richesse en valeur absolue[83] (voir graphique).

Énergie, mines et hydrocarbures[modifier | modifier le code]

La production d'électricité en Californie.

Le pétrole est extrait du sous-sol californien depuis la fin du XIXe siècle et les réserves diminuent rapidement. En 2004, la Californie était le quatrième état producteur de pétrole aux États-Unis[84]. Elle doit en importer d’Alaska et de l’étranger pour couvrir ses besoins.

Les réserves d'or restent importantes, mais elles sont difficilement exploitables : en 2006, la production n'est que d’une tonne[85]. Les autres productions sont le gaz naturel, le sable, le borax, le ciment, la soude et le sel[32].

La Californie produit 4/5e de l’énergie qu’elle consomme[32]. Le reste est importé d’autres États américains ou du Canada. La production d’électricité utilise majoritairement les ressources fossiles (pétrole, gaz, charbon). La Californie est le deuxième État producteur d’énergie éolienne[86] ; avec plus de 4 800 éoliennes, Altamont Pass, à l'est de San Francisco possède la plus grande concentration d'éoliennes du monde[87]. Le milieu naturel offre d’importantes capacités pour l’hydroélectricité (nord, montagnes) et l’énergie solaire : plusieurs centrales électriques solaires sont implantées dans les déserts du sud. Parmi elles, la plus grande du monde est la Desert Sunlight Solar Farm qui occupe 3800 acres soit 1540 hectares[88]. L'énergie solaire représente 5 % de la production annuelle californienne. En 2015, environ 2,5 millions de foyers utilisent l'énergie produite par leurs panneaux photovoltaïques[88].

Agriculture, pêche et sylviculture[modifier | modifier le code]

Photographie aérienne de la vallée centrale de Californie : l’agriculture intensive y est omniprésente.
Un vignoble dans le comté de Napa.

L’agriculture de la Californie occupe la première place des 50 États américains en valeur (2008)[89]. L'État est le premier producteur de fruits, de légumes, de produits horticoles et laitiers[89]. Les productions agricoles californiennes représentent 36,5 milliards de dollars soit 12,8 % de la valeur totale de l’agriculture américaine (2007)[90].

En 2000, le secteur agricole employait 408 000 personnes[91]. Il donne du travail aux migrants saisonniers mexicains qui franchissent la frontière au moment des récoltes (braceros)[92].

La production agricole californienne est moderne et productive. Elle dépend de l'irrigation, des capitaux et du marché intérieur[92]. L'agriculture capitaliste, spécialisée et intégrée à l'agrobusiness, génère d'importants revenus[92]. Les terres arables représentent un quart du territoire californien (2007)[90]. La taille moyenne d’une exploitation californienne est de 126,6 hectares, mais 75 % des exploitations mesurent moins de 40,4 ha (2007)[90]. Les exploitants travaillent en relation avec les centres de recherche et l’université de Californie à Davis[32]. La Vallée Centrale de Californie concentre près de la moitié de la production agricole de l'État[32].

La vigne californienne, essentiellement cultivée dans la région du Wine Country, produit 90 % du vin américain[32]. Mais il est difficile de connaître précisément la quantité de raisins de cuve produites, puisque les domaines peuvent acheter des raisins qui viennent d'autres États (Oregon, Iowa, Missouri…). Le vin californien connaît depuis les années 1970 une renommée internationale, au point de concurrencer les plus grandes régions viticoles du monde. C'est en Californie qu'est apparue la classification par cépage, à partir de cépages (chardonnay, cabernet-sauvignon, merlot, syrah…) de traditions françaises ou italiennes au point de marquer profondément l'industrie vinicole mondiale[93].

La pêche reste dynamique à San Diego et San Francisco. Les poissons pêchés dans l’océan Pacifique sont le thon, le maquereau, la sole, la sardine, le calmar[32]. L'aquaculture élève des truites et des saumons[32]. La sylviculture est, avec le tourisme, l’activité principale des montagnes californiennes.

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Le siège social d'Oracle, firme de haute technologie, dans la Silicon Valley.

Les industries représentent 1,5 million d’emplois soit 9,6 % du total[76]. Les principales productions sont le matériel informatique, les produits chimiques et agro-alimentaires, les métaux, les équipements de transport[32].

Les industries lourdes (raffinage, chimie) se concentrent dans les complexes industrialo-portuaires des grandes agglomérations (San Francisco et Los Angeles). La situation de la Californie explique le développement des industries manufacturières comme le textile. L’État bénéficie de la proximité des maquiladoras mexicaines et de sa position sur l’océan Pacifique, en face des nouveaux pays industriels asiatiques. L’automobile fait également vivre des milliers de personnes. Les entreprises japonaises se sont installées pour contourner les barrières douanières (Toyota, Honda).

La Californie est le premier État pour les hautes technologies, par le nombre d’employés, le nombre d’entreprises, la valeur des exportations ainsi que les dépenses de Recherche et développement[94]. La Silicon Valley, au sud de San Francisco, est ainsi le centre mondial de la micro-informatique, avec des sociétés comme Apple, Cisco, Nortel, Hewlett-Packard, du logiciel (Adobe) et du microprocesseur (Sun Microsystems, Intel). D’autres technopôles existent aussi dans le comté d’Orange et à San Diego.

Le complexe militaro-industriel est également bien représenté et soutenu par l'État fédéral. La base Edwards, dans le désert de Mojave, est le site d’atterrissage de la navette spatiale de la NASA. Plusieurs bases aéronavales de l’US Air Force sont installées sur la côte méridionale. Boeing emploie environ 26 000 personnes en Californie, soit 16 % des effectifs totaux de l'entreprise aéronautique[95]. Lockheed Martin possède un site de production à Palmdale. Northrop Grumman a son siège social à Los Angeles.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Disneyland, à Anaheim en banlieue sud de Los Angeles.

La Californie est une destination touristique de premier ordre avec 13,4 millions de visiteurs étrangers en 2008[96]. Le tourisme génère 924 000 emplois directs (2008) et rapporte plusieurs milliards de dollars de taxes à l'État de Californie[96]. La Californie offre de nombreuses possibilités : tourisme balnéaire sur les plages du sud, vacances sportives et tourisme vert dans les parcs nationaux, tourisme culturel (musées de Los Angeles et de San Francisco) et tourisme hivernal dans les stations de ski de la Sierra Nevada. Les parcs d'attractions se concentrent dans le Sud avec Disneyland et SeaWorld.

L’agglomération de Los Angeles est mondialement connue pour son industrie des médias et du cinéma (Hollywood). Enfin, les services financiers et bancaires sont particulièrement développés dans les centres d'affaires des métropoles. Plus de 38 firmes ont leur siège social à San Francisco ou Los Angeles[97]. Mais les bourses de commerce de ces deux métropoles comptent beaucoup moins que celle de Wall Street.

Commerce extérieur[modifier | modifier le code]

La Californie est le deuxième État derrière celui du Texas pour la valeur des exportations[98]. En 2007, les ports californiens ont exporté 159,5 milliards de $ de marchandises et importé 356,2 milliards[99]. Le solde des échanges est négatif et l’écart entre importations et exportations se creuse. On retrouve la même situation de déficit commercial au niveau national. Le Mexique et le Canada, membres de l'ALENA concentrent à eux deux un quart des exportations californiennes[28]. Les autres pays importateurs se situent en Asie orientale (Japon, Chine, Taïwan, Corée du Sud) et en Europe (Allemagne, Royaume-Uni)[28].

Les principaux ports de Californie, Long Beach, Los Angeles et Oakland sont parmi les plus importants du pays. À eux trois, ils représentent 16,4 millions de conteneurs, soit 38,4 % du trafic américain (2008)[100]. Avec 77,9 millions de tonnes métriques, le port de Long Beach est le premier port californien, le troisième port américain et le 55e port mondial pour le trafic total de marchandises (2007)[101].

Principales exportations californiennes en valeur en 2007[28] :
Produits Exportations (millions de dollars)
Ordinateurs et produits électroniques 43 709,7
Machines 14 457,7
Équipements de transport 13 748
Produits chimiques 10 429,6
Divers produits manufacturés 84 920,7
Produits agricoles 6 725,6
Produits alimentaires 5 860,4
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Politique et justice[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique de la Californie.
Article connexe : Initiative populaire.
Résultat de chaque parti aux dernières élections présidentielles
Élection Démocrates Républicains
2012 60,24 % 37,12 %
2008 60,94 % 36,91 %
2004 54,40 % 44,36 %
2000 53,45 % 41,65 %
1996 51,10 % 38,21 %
1992 46,01 % 32,61 %
Le Capitole de Californie à Sacramento.

Sacramento est la capitale législative et administrative de l’État. Le gouverneur actuel de Californie est le démocrate Jerry Brown, élu en 2010 puis réélu en 2014. Il est à la tête d’un gouvernement divisé en de nombreuses agences. Par exemple, les autoroutes et les ponts dépendent du ministère des Transports (Department of Transportation). Le pouvoir législatif est quant à lui assuré par la Législature de l'État de Californie, parlement bicaméral composé d’une assemblée (Assembly) comprenant 80 membres et d’un sénat (Senate) de 40 membres.

Le système judiciaire de la Californie est le plus important des États-Unis, avec environ 1 600 juges traitant 8 millions de procès chaque année (avec l’assistance de 19 000 personnes et 400 équivalents judiciaires). À titre de comparaison, le système fédéral de justice emploie seulement 840 juges. La Californie dispose d’une cour suprême, composée d’un président (Chief Justice) et de six autres juges. Son siège est à San Francisco.

Au niveau national, l’État est représenté par deux sénateurs et cinquante-trois députés ; il dispose donc de cinquante-cinq voix dans le collège électoral, et a ainsi le plus grand nombre de grands électeurs et de membres du Congrès. Les deux sénateurs siégeant à Washington D. C. sont démocrates : il s’agit de Dianne Feinstein et Barbara Boxer. Trente-trois démocrates et vingt républicains représentent la Californie à la Chambre des représentants des États-Unis.

Autrefois place forte républicaine, bastion des présidents Richard Nixon et Ronald Reagan, lui-même ancien gouverneur de l’État, la Californie vote depuis une vingtaine d’années majoritairement pour les démocrates, du moins lors des élections présidentielles et législatives locales ou nationales. Ainsi depuis 1992, la Californie a choisi les candidats démocrates lors des élections présidentielles. Cependant, au niveau des comtés, le choix est bien moins clair, car la majorité d’entre eux, notamment en 2000 et 2004, avaient opté pour le candidat républicain. En fait, les comtés urbains densément peuplés de la région de San Francisco, de Sacramento et du nord de Los Angeles votent plutôt pour les démocrates, alors que les comtés moins peuplés et ruraux ainsi que ceux d’Orange et de San Diego votent pour les républicains.

La Californie autorise le mariage homosexuel depuis une décision de la Cour suprême des États-Unis le 26 juin 2013.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Comtés de l'État de Californie.

L’État de Californie est divisé en cinquante-huit comtés. Le comté est le gouvernement local par défaut, et les cinquante-huit comtés recouvrent l’intégralité du territoire. Le plus grand est celui de San Bernardino (52 073 km2), le plus peuplé est celui de Los Angeles (10,2 millions d'habitants)[28]. L’État compte 478 municipalités (cities, en anglais) qui regroupent une grande partie, mais pas la totalité, de la population de l’État. Certaines villes ne sont pas incorporées, c'est-à-dire qu’elles sont gérées directement par le comté dans lequel elles se trouvent, et non par une municipalité.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La Californie est jumelée ou partenaire avec 26 autres régions, provinces ou États à travers le monde[102].

Régions jumelées avec la Californie
Drapeau du Jeju-do Jeju-do Corée du Sud 2005 Corée du Sud
Blason de l'état de Basse-Californie du Sud Basse-Californie du Sud Mexique 2002 Mexique
Blason des Açores Açores Portugal 2002 Portugal
Sceau de l'état fédéré du Gujarat Gujarat Inde 2001 Inde
Sceau de l'état du Pendjab Pendjab Inde 2001 Inde
Blason de l'état de Jalisco Jalisco Mexique 2000 Mexique
Emplacement de la province du Cap-Occidental en Afrique du Sud Cap-Occidental Afrique du Sud 2000 Afrique du Sud
Drapeau du Caire Gouvernorat du Caire Égypte 1999 Égypte
Blason du Paraná Paraná Brésil 1999 Brésil
Blason de l'état de Basse-Californie Basse-Californie Mexique 1999 Mexique
Blason du länder de Bavière Bavière Allemagne 1998 Allemagne
Drapeau du département de San Salvador San Salvador Salvador 1998 Salvador
Blason de la pronvince d'Alberta Alberta Canada 1997 Canada
Blason de l'état de Nouvelle-Galles du Sud Nouvelle-Galles du Sud Australie 1997 Australie
Emplacement de la pronvince du Chungcheong du Sud en Corée du Sud Chungcheong du Sud Corée du Sud 1996 Corée du Sud
Blason de la région d'Ombrie Ombrie Italie 1995 Italie
Blason du Territoire spécial de Yogyakarta Territoire spécial de Yogyakarta Indonésie 1995 Indonésie
Blason de la République de l'Altaï République de l'Altaï Russie 1995 Russie
Blason du district autonome du Khantys-Mansis Khantys-Mansis Russie 1994 Russie
Drapeau de la préfecture d'Osaka Préfecture d'Osaka Japon 1994 Japon
Drapeau de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Provence-Alpes-Côte d'Azur France 1990 France
Blason de l'état du Querétaro Querétaro Mexique 1988 Mexique
Blason de la communauté autonome de Catalogne Catalogne Espagne 1986 Espagne
Emplacement de la province du Jiangsu Jiangsu Chine 1985 Chine

Culture[modifier | modifier le code]

La Californie est de culture occidentale et plonge ses racines dans la culture des États-Unis. Cependant, en tant que carrefour international, elle a été fortement influencée au cours de son histoire par la culture des différents groupes d’immigrants. La culture californienne s’exporte et est connue dans le monde entier à travers l’industrie cinématographique de Hollywood, la production musicale et le divertissement.

Au niveau du gouvernement, le California Arts Council, composé de onze membres nommés par le gouverneur et la législature, a pour but de promouvoir la production artistique et la créativité dans l’État. Il organise des initiatives comme la sélection du California Poet Laureate[103].

Langues[modifier | modifier le code]

La langue officielle de la Californie est l’anglais depuis 1986 ; c’est la langue du gouvernement et de l’enseignement. Selon les données du recensement de 2000, 60,5 % des habitants de la Californie ayant au moins cinq ans parlent l’anglais à la maison et 25,8 % parlent l’espagnol. Le chinois est la troisième langue la plus parlée dans l’État, avec 2,6 % de locuteurs ; il est suivi par le tagalog (2 %) et le vietnamien (1,3 %). Le français est parlé par 135 067 personnes, soit 0,43 % de la population[104]. Le dialecte d’anglais américain local, l’anglais de Californie, possède par rapport à l’anglais parlé dans l’est des États-Unis des particularités auxquelles s’intéressent les linguistes depuis la fin du XXe siècle, parce qu’elles n’existaient pas durant la Seconde Guerre mondiale[105].

Les langues indigènes de Californie sont plus d’une centaine et témoignent d’une grande diversité qui fait de la Californie l’une des régions du monde les plus diverses au niveau linguistique[106]. Cependant, toutes sont menacées bien qu’actuellement des efforts soient faits dans le but de les revitaliser. Depuis 1986, la Constitution de la Californie a spécifié que l’anglais était la langue commune et officielle de l’État. La question linguistique est au centre de différentes polémiques, surtout pour l’enseignement.

Selon des estimations de 2013, 56,2 % des Californiens âgés de plus de 5 ans parlaient anglais à la maison contre 43,8 % une autre langue, dont 28,8 % espagnol ou un créole espagnol, 4,4 % une autre langue indo-européenne (0,6 % persan, 0,5 % arménien, 0,4 % hindi, 0,4 % russe, 0,4 % français ou un créole français, 0,3 % allemand, 0,2 % portugais, 0,2 % italien), 9,6 % une langue asiatique ou océanienne (3,0 % chinois, 2,1 % tagalog, 1,5 % vietnamien, 1,0 % coréen, 0,4 % japonais, 0,2 % khmer, 0,2 % hmong) et 1,0 % une autre langue (0,5 % arabe)[107][108].

Religions[modifier | modifier le code]

L'histoire religieuse de l'État remonte au temps des missions espagnoles, qui convertissent les Amérindiens au christianisme. Aujourd'hui, les chrétiens sont toujours majoritaires : ils représentent 64 % des habitants[109]. Parmi eux, les protestants composent le groupe principal (32 %), suivis par les catholiques (28 %). La Californie est l'État des États-Unis où se trouve la plus grande communauté catholique. On compte aussi une importante communauté juive, qui représente environ 3 000 000 de personnes pour toute la Californie et 1 500 000 pour la seule ville de Los Angeles, et une communauté musulmane. Le temple de Hsi Lai, en Californie du Sud, est le plus grand temple bouddhiste des États-Unis. L'archidiocèse métropolitain de Los Angeles catholique est le plus important du pays : il regroupe environ cinq millions de fidèles. L'Église de Scientologie y est très active et particulièrement dynamique, notamment dans le milieu hollywoodien. L'État compte également plus de temples mormons que tous les États de l'Union, excepté l'Utah.

Religion 2007 2014
Christianisme 72 % 59%
Sans religion 21 % 27 %
Judaïsme 2 % 7 %
Bouddhisme 2 % 2 %
Hindouisme 1 % 2 %
Islam 0 % 1 %
Autres 2 % 2 %

Presse[modifier | modifier le code]

Le Los Angeles Times, basé à Los Angeles, est le second plus grand journal métropolitain aux États-Unis, après le New York Times. Le San Francisco Chronicle a un tirage quotidien d'environ 512 000 exemplaires en semaine. The Sacramento Bee et le San Jose Mercury News font aussi partie des principaux journaux de l'État.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Façade d'Hearst Castle, Californie.

Environ 19,4 millions de touristes visitent la Californie chaque année. Le parc Disneyland et le parc d'attraction marin de SeaWorld à San Diego sont les deux principaux parcs d'attraction de l'État avec Universal Studios Hollywood. On compte plusieurs autres parcs du même genre, comme Six Flags Magic Mountain, Wild Rivers…

Il existe deux grands déserts en Californie, qui s'étendent aussi sur d'autres États voisins : le désert des Mojaves et le désert de Sonora. Parmi les grands sites touristiques de Californie, on inclut souvent les Algodones Dunes (Imperial Sand Dunesou Glamis Sand Dunes), la Death Valley National Park, le Joshua Tree National Park et Palm Springs, le Lassen Volcanic National Park, le Lava Beds National Monument, le Mont Shasta, le Lake Tahoe, le Mono Lake et le Yosemite National Park.

Les plages et parcs côtiers principaux sont Trinidad State Beach, Torrey Pines State Reserve, le Cabrillo National Monument. Les touristes se dirigent aussi vers les missions espagnoles, le Donner Memorial State Park, le Bodie Historic State Park, le Kings Canyon National Park et le Humboldt Redwoods State Park.

Le palais des beaux-arts de San Francisco.

La Californie compte également de nombreux musées, dont certains ont une renommée internationale. À Los Angeles se trouvent le J. Paul Getty Museum et la Villa Getty, le musée d'art du comté de Los Angeles (Los Angeles County Museum of Art (LACMA)), le Natural History Museum of Los Angeles County, le musée d'art contemporain (MOCA) et la Huntington Library entre autres. À San Francisco, on peut trouver le California Palace of the Legion of Honor, l'Académie des sciences de Californie, l'Exploratorium et le musée des arts asiatiques. À Monterey se trouve le célèbre aquarium de la baie de Monterey, l'un des plus grands du monde. Hearst Castle, situé dans le comté de San Luis Obispo, est un monument très visité.

Éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éducation en Californie.
Université Stanford.

Les programmes de l'école primaire en Californie insistent sur l'éducation à l'environnement et l'éducation physique (200 minutes au moins tous les 10 jours d'école ; 400 minutes dans le secondaire)[110].

La Californie dispose de trois grands réseaux universitaires publics. L'université de Californie, qui compte dix campus, est considérée comme l'un des meilleurs systèmes au monde et compte de nombreux prix Nobel parmi ses professeurs et chercheurs. L'université d'État de Californie (23 campus) est moins sélective. Enfin, le système des California Community Colleges regroupe plus de 2,5 millions d'étudiants répartis sur 109 campus, et est ainsi le plus grand système d'enseignement supérieur au monde[111].

Il existe de nombreuses autres universités, dont les célèbres université Stanford, université de la Californie du Sud et le California Institute of Technology.

Arts[modifier | modifier le code]

L'art le plus courant en Californie est le cinéma notamment grâce à Los Angeles et son quartier d'Hollywood.

À la fin des années 1960, Dennis Stock parcourt la Californie et photographie des hippies, des motards, des concerts. Ces photographies témoignent de la liberté, de la jeunesse et de l'esprit de contestation (manifestations des Noirs américains, manifestations contre la guerre du Viêt Nam) qui régnaient en Californie à cette époque[112].

Musique[modifier | modifier le code]

Les Amérindiens californiens étaient distincts des autres peuples d'Amérique du Nord au niveau de leur technique musicale. Les colons européens amènent avec eux leur culture musicale, que les missionnaires enseignent aux convertis dans le cadre des missions. Un genre typiquement californien, bien que mêlant des éléments musicaux mexicains et espagnols, apparaît à cette époque. Cependant, après la Ruée vers l'or, il perd sa popularité au profit des musiques apportées par les nouveaux arrivants. La Californie voit apparaître par la suite, dans la seconde moitié du XXe siècle, le surf rock, le rock psychédélique et les autres branches du psychédélisme, ainsi que le punk hardcore et le rap West Coast; représentés par de très nombreux groupes, dont certains ont un retentissement international. De nombreux groupes viennent de cet État, les plus connus sont : Metallica, The Beach Boys, The Doors, Jefferson Airplane, The Grateful Dead, Guns N' Roses, Van Halen, Megadeth, Mötley Crüe, Black Veil Brides, Jane's Addiction, Red Hot Chili Peppers, Fishbone, Faith No More, Rage Against the Machine,Toto, Stone Temple Pilots, Deftones, Korn, Linkin Park, System of a Down, The Offspring, Blink 182, Green Day, Rancid, Bad Religion, Audioslave, Queens of the Stone Age,Avenged Sevenfold, The Neighbourhood et beaucoup d'autres.

La chanteuse Katy Perry, également originaire de Californie, a écrit une chanson sur les « Les filles de Californie » intitulée California Girls.

La chanson officielle de l'État est I Love You, California, écrite par F. B. Silverwood et composée by Alfred F. Frankenstein du Los Angeles Symphony Orchestra depuis 1951[46].

La Californie accueille également chaque année le très célèbre festival de Coachella, qui se tient à Indio. Ce festival se tient sur trois jours et est aujourd'hui considéré comme étant le plus grand festival au monde.

Littérature[modifier | modifier le code]

De nombreux écrivains ont écrit sur la Californie et ont vécu dans l'État. On peut citer Jack Kerouac, Ray Bradbury, Philip K. Dick, James Ellroy, Francis Scott Fitzgerald, William Faulkner, Joseph Hansen, Aldous Huxley, Walter Mosley, John Steinbeck, Evelyn Waugh, Tennessee Williams, Bret Easton Ellis, Jim Morrison.

En 1919, Johnston McCulley en fit le théâtre des aventures de Zorro dans son roman Le Fléau de Capistrano.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gastronomie californienne.

Sports[modifier | modifier le code]

Les Jeux olympiques d'hiver de 1960 ont eu lieu à Squaw Valley, les Jeux olympiques d'été de 1932 et de 1984 ont eu lieu à Los Angeles, qui a aussi accueilli la Coupe du monde de football de 1994.

Rassemblement de montgolfières.

Transport[modifier | modifier le code]

Échangeur autoroutier à Los Angeles.

La Californie est connue pour sa culture de l'automobile et son réseau routier a la réputation d'être souvent embouteillé. Elle est parcourue par un réseau d'autoroutes important qui sont toutes gérées par Caltrans et surveillées par la California Highway Patrol, excepté les voies-express du comté de Santa Clara qui ont été construites et sont maintenues par le comté lui-même. La plus grande partie du réseau est sans péage, si l'on exclut les ponts importants.

Les axes nord-sud les plus importants sont la U. S. Route 101, qui parcourt l'État de la frontière du nord avec l'Oregon au centre-ville de Los Angeles, et l'Interstate 5 qui, allant de l'Oregon à la frontière mexicaine, coupe en deux la totalité de l'État.

En ce qui concerne le trafic aérien, les deux centres principaux pour les échanges transcontinentaux sont l'aéroport international de Los Angeles et celui de San Francisco. Il y a environ une douzaine d'autres aéroports commerciaux importants, et beaucoup d'autres aéroports voués à l'aviation générale.

La Californie a aussi d'importants ports. Le complexe formé par le port de Long Beach et celui de Los Angeles, en Californie du Sud, est le plus grand du pays puisqu'il représente un quart de tout le trafic de conteneurs aux États-Unis. Le port d'Oakland est le principal point de passage des porte-conteneurs passant par la Californie du Nord[113].

Los Angeles et San Francisco disposent toutes deux d'un réseau de métro et de tramway. San José et Sacramento ont un réseau de métro léger. Metrolink dessert une grande partie de la Californie du Sud et Caltrain connecte San Jose et Gilroy à San Francisco. Presque tous les comtés et la plupart des municipalités gèrent des lignes de bus. Cependant, les transports en commun sont très peu utilisés par rapport à la côte Est du pays.

L'augmentation rapide de la population commence à poser problème et l'État se demande actuellement s'il faut continuer à étendre le réseau autoroutier ou plutôt concentrer et améliorer les transports en commun dans les régions urbaines, et les liaisons ferroviaires entre les principales villes.

Il semble que cette dernière voie commence à être empruntée, avec, par exemple, la création en 1996[114] de la California High Speed Rail Authority, dont le but est d'étudier le projet d'une ligne à grande vitesse, du même genre que le TGV, entre les quatre villes principales de la Californie. Cela permettrait d'aller de Los Angeles à San Francisco en deux heures et demie au lieu de sept heures en voiture[115]. Ce projet a été accepté par les Californiens lors du référendum du [116]. Les travaux, qui devrait commencer en 2010, coûteront quelque 31 milliards d'euros et seront financés par l'État fédéral et des fonds privés[116]. Une première ligne reliera San Francisco à Anaheim, dans l'agglomération de Los Angeles, soit une distance de 1 300 km. Dans un deuxième temps, elle sera étendue au nord vers Sacramento et au sud vers San Diego. Elle devrait transporter 117 millions de passagers d'ici à 2030[116].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Soit la latitude d’Ajaccio en Corse
  2. Soit la latitude de Marrakech au Maroc
  3. À Fresno : 260 mm de pluie par an, 16,8 °C pour la température moyenne annuelle
  4. PNB des États-Unis : 14 204 milliards de $ ; PNB de la Californie : 1 847 milliards de $. Source : [xls] (en) « Top Countries Ranked by its Gross Domestic Product, California's World Ranking », California Department of Finance (consulté le 29 juillet 2009)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Census 2012
  2. a, b et c Voir la liste des aires urbaines dans l'article SanSan
  3. a et b Jean-Michel Lacroix, Histoire des États-Unis, Paris, Presses universitaires de France,‎ 2007 (2e éd.) (ISBN 978-2-13-056074 6), p. 489
  4. UC Berkeley, Université Stanford
  5. a et b [PDF] (en) « Business enterprise », US Census Bureau (consulté le 29 juillet 2009)
  6. (en) Northeast-Midwest Institute and Bureau of Labor Statistics, « Manufacturing employment », City of Chicago,‎ (consulté le 10 novembre 2007) - La Californie emploie 1 529 500 employés dans l'industrie
  7. a et b (en) William A. Selby, Rediscovering the Golden State: California Geography, John Wiley & Sons Inc,‎ (ISBN 0-471-31589-3)
  8. Lucien Gallois, « Le nom de Californie et la chanson de Roland » dans les Annales de géographie, 1921, no 168, vol. 30, p. 463.
  9. (en) « Arlington Springs Woman », University of California Los Angeles (consulté le 23 décembre 2009)
  10. Gutierrez, Ramon A, and Richard J. Orsi, Contested Eden: California before the Gold Rush, University of California Press, 1998, ISBN 978-0-520-21274-9, p. 81-82
  11. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West! Histoire de l’Ouest américain d’hier à aujourd’hui, Paris, Flammarion, 2002, ISBN 978-2-08-211809-5, p. 61
  12. Jacques Binoche, Histoire des États-Unis, Paris, Ellipses,‎ 2003 (1°éd.), 253 p. (ISBN 2-7298-1451-5), p. 16
  13. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West! Histoire de l’Ouest américain d’hier à aujourd’hui, Paris, Flammarion, 2002, ISBN 978-2-08-211809-5, p. 62
  14. Jean-Michel Lacroix, Histoire des États-Unis, Paris, Presses universitaires de France,‎ 2007 (2°éd.) (ISBN 978-2-13-056074 6), p. 180
  15. De Marco (2002), p. 180.
  16. Tristan Gaston-Breton, « John Sutter pour tout l'or de la Californie », Les Échos, 18-19 juillet 2009, p. 9
  17. Jean-Michel Lacroix, Histoire des États-Unis, Paris, Presses universitaires de France,‎ 2007 (2°éd.) (ISBN 978-2-13-056074 6), p. 181
  18. Jacques Binoche, Histoire des États-Unis, Paris, Ellipses,‎ 2003 (1°éd.), 253 p. (ISBN 2-7298-1451-5), p. 14
  19. (en) Page concernant la Mariposa War sur le site du Military Museum
  20. California's Constitutional Convention of 1849 Page sur la Convention de 1849 sur le site Militarymuseum.org
  21. Jean-Michel Lacroix, Histoire des États-Unis, Paris, Presses universitaires de France,‎ 2007 (2e éd.) (ISBN 978-2-13-056074 6), p. 283-284
  22. Jacques Binoche, Histoire des États-Unis, Paris, Ellipses,‎ 2003 (1re éd.), 253 p. (ISBN 2-7298-1451-5), p. 133
  23. Jacques Binoche, Histoire des États-Unis, Paris, Ellipses,‎ 2003 (1re éd.), 253 p. (ISBN 2-7298-1451-5), p. 187-188
  24. Jean-Michel Lacroix, Histoire des États-Unis, Paris, Presses universitaires de France,‎ 2007 (2e éd.) (ISBN 978-2-13-056074 6), p. 449
  25. Jean-Michel Lacroix, Histoire des États-Unis, Paris, Presses universitaires de France,‎ 2007 (2e éd.) (ISBN 978-2-13-056074 6), p. 446
  26. (en) www.usc.edu, « Los Angeles - A City in Stress: 144 Hours in August 1965 » (consulté le 19 janvier 8)
  27. Jean-Michel Lacroix, Histoire des États-Unis, Paris, Presses universitaires de France,‎ 2007 (2e éd.) (ISBN 978-2-13-056074 6), p. 506
  28. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m [PDF] (en) « 2008 California Statistical Abstract », California Department of Finance,‎ (consulté le 1 mai 2009)
  29. Selby 2000, p. 4
  30. a, b, c, d et e Selby 2000, p. 5
  31. 840 miles. Source : (en) « 2008 California Statistical Abstract », California Department of Finance,‎ (consulté le 1 mai 2009)
  32. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) « Article « California » », Encyclopædia Britannica (consulté le 29 juillet 2009)
  33. Pierre Puech, Hervé Regnaud, Géographie physique, Paris, PUF, 1992, carte p. 209
  34. (en) « Sacramento River », Encyclopædia Britannica (consulté le 31 juillet 2009)
  35. (en) « San Joaquin River », Encyclopædia Britannica (consulté en 31-07/2009)
  36. (en) « The World's Deepest Lakes », National Park Service (consulté le 23 juillet 2007)
  37. (en) « California - Climate », Citydata (consulté le 31 juillet 2009)
  38. (en) « Death Valley's Incredible Weather », USGS (consulté le 19 septembre 2007)
  39. Pierre Pech, Hervé Regnauld, Géographie physique, Paris, PUF, 1re édition, 1992, (ISBN 978-2-13-044735-1), p. 324
  40. Bernard Henry, Christian Heeb, USA : les États de l'Ouest, éditions Artis-Historia, 1996, Bruxelles, (ISBN 978-2-87391-116-4), p. 96
  41. Articles de Newsweek (2014), Happens When a Town Runs Out of Water? par Zoë Schlanger (2/4/2014)
  42. Articles de Newsweek intitulé NASA: California Has One Year of Water Left By Zoë Schlanger 3/13/2015
  43. Article de Newsweek (2014) U.S. Soon to Face Worst “Megadroughts” in a Millennium, Scientists Predict par Zoë Schlanger 2/13/2015
  44. Relevés sur 1971-2000 ; source : (en) « 2008 California Statistical Abstract », California Department of Finance,‎ (consulté le 1 mai 2009)
  45. (en) « Forestry, Forest Industry, and Forest Products Consumption in California », University of California (consulté le 23 décembre 2009)
  46. a et b History and Culture - State Insignia sur le site de la California State Library - consulté le 4 juin 2007.
  47. Restoring California's Native Grasses sur le site du département de l'Agriculture des États-Unis - Lire en ligne
  48. http://quickfacts.census.gov/qfd/maps/california_map.html
  49. http://www.whitehouse.gov/sites/default/files/omb/bulletins/2013/b13-01.pdf
  50. http://www.census.gov/geo/reference/pdfs/guidestloc/All_GSLCG.pdf
  51. a et b http://quickfacts.census.gov/qfd/states/06000.html
  52. https://www.census.gov/geo/reference/centersofpop/histstate/historical_cenpop_06.html
  53. http://factfinder2.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=DEC_10_SF1_GCTP1.ST26&prodType=table
  54. a et b http://www.cdc.gov/nchs/data/nvsr/nvsr61/nvsr61_01.pdf
  55. a et b http://www.cdc.gov/nchs/data/nvsr/nvsr62/nvsr62_09.pdf
  56. a et b http://www.cdc.gov/nchs/data/nvsr/nvsr61/nvsr61_04.pdf
  57. a et b http://www.cdc.gov/nchs/data/nvsr/nvsr63/nvsr63_09.pdf
  58. a et b http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?src=bkmk
  59. http://factfinder2.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=PEP_2013_PEPTCOMP&prodType=table
  60. http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=ACS_13_1YR_DP02&prodType=table
  61. http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=ACS_13_1YR_B05002&prodType=table
  62. http://www.pewhispanic.org/interactives/unauthorized-immigrants-2012/
  63. http://mapmaker.rutgers.edu/REFERENCE/Hist_Pop_stats.pdf
  64. http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?src=bkmk
  65. http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=DEC_10_113_P13I&prodType=table
  66. http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=DEC_10_113_P13H&prodType=table
  67. http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=DEC_10_113_PCT12I&prodType=table
  68. http://factfinder2.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=DEC_00_SLDS_PCT018&prodType=table
  69. http://www.jewishdatabank.org/Studies/details.cfm?StudyID=736
  70. http://factfinder2.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=DEC_10_113_QTP10&prodType=table
  71. http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=DEC_10_113_QTP10&prodType=table
  72. http://factfinder2.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=DEC_10_113_QTP8&prodType=table
  73. http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=DEC_10_113_QTP4&prodType=table
  74. Collectif, « États-Unis », Encyclopædia Universalis, vol. 8,‎ (ISSN 2852295504, lire en ligne), p. 769
  75. [xls] (en) « Top Countries Ranked by its Gross Domestic Product, California's World Ranking », California Department of Finance
  76. a, b et c (en) [PDF] « California Economic Profile: a statewide overview and regional analyses », California Economic Strategy Panel (consulté le 28 juillet 2009)
  77. a, b, c, d, e et f (en) [PDF] « California 2009 Economic profile draft », California Economic Strategy Panel (consulté le 28 juillet 2009)
  78. a et b (en) « California Business Investment Services », California Business Investment Services, State of California (consulté le 30 juillet 2009)
  79. En 2007, le revenu par habitant est de 41 805 $ ; dans le secteur privé, le salaire moyen est de 49 935 $. Source : (en) [PDF] « California 2009 Economic profile draft », California Economic Strategy Panel (consulté le 28 juillet 2009)
  80. a et b (en) « State's budget gap deepens $2 billion overnight », San Francisco Chronicle (consulté le 28 juillet 2009)
  81. (en) « The Economy, California LaborMarketInfo », Employment Development Department, State of California (consulté le 28 juillet 2009)
  82. (en) « Employment Situation Summary », U.S. Bureau of Labor Statistics Division of Labor Force Statistics (consulté le 28 juillet 2009)
  83. [PDF] (en) « Income, Expenditures, Poverty, and Wealth », US Census Bureau (consulté le 29 juillet 2009)
  84. [PDF] (en) « California crude oil production and imports », The California Energy Commission (consulté le 30 juillet 2009)
  85. [PDF] (en) « 2006 Minerals Yearbook. Gold », USGS (consulté le 30 juillet 2009)
  86. (en) Clifford Krauss, « Move Over, Oil, There’s Money in Texas Wind », The New York Times,‎ (consulté le 23 février 2008)
  87. (en) « Wind Plants of California's Altamont Pass », Institut für Luft- und Raumfahrt Berlin (consulté le 29 avril 2009)
  88. a et b (en) Sammy Roth, « World's largest solar plant opens in California desert », sur USA Today,‎ (consulté le 1 mai 2015)
  89. a et b (en) « 2008 state agriculture overview », 2007 Census of Agriculture State Profile United States Department of Agriculture, California Agricultural Statistics Service California (consulté le 30 juillet 2009)
  90. a, b et c (en) « Data and Statistics », USDA, Economic Research Service (consulté le 30 juillet 2009)
  91. Source : Department of finance, [lire en ligne]
  92. a, b et c Collectif, « États-Unis », Encyclopædia Universalis, vol. 8,‎ (ISSN 2852295504, lire en ligne), p. 767
  93. Julien Lefour, Comment les cépages de tradition française deviennent des vins californiens ?, Communications, no 77, 2005, 16 p. (Centre Edgar Morin - EHESS). Consultable gratuitement sur http://www.persee.fr
  94. (en) « California Accolades », Trade port (consulté le 28 juillet 2009)
  95. (en) « Boeing Employment Numbers », Boeing (consulté le 24 avril 2009)
  96. a et b (en) « California Tourism Highlights », California Travel & Tourism Commission (consulté le 30 juillet 2009)
  97. Roger Brunet (dir.), Géographie universelle : États-Unis, Canada, Paris, Hachette-Reclus, 1992, p. 157
  98. [PDF] (en) « Foreign Commerce and Aid », US Census Bureau (consulté le 29 juillet 2009)
  99. [xls] (en) « Foreign trade through California Ports (1970-2007) », California Department of Finance (consulté le 29 juillet 2009)
  100. (en) « Port Industry Statistics. North America: Container Port Traffic in TEUs (1990-2008) », American Association of Port Authorities (consulté le 28 juillet 2009)
  101. (en) « Port Industry Statistics. World Port Rankings 2007 », American Association of Port Authorities (consulté le 28 juillet 2009)
  102. California Sister's State Relationships
  103. Site officiel et présentation du CAC
  104. (en) Liste des langues parlées à la maison par la population des plus de 5 ans dans chaque État des États-Unis, document du Bureau du recensement (2003) - Voir en ligne - Accès le 14 février 2007 [PDF].
  105. American Voices: How Dialects Differ from Coast to Coast, Walt Wolfram et Ben Ward, Blackwell Publishing, 2006, p. 140, 234-236.
  106. California Indians Root Languages and Tribal Groups, document sur le site de l'État - Lire en ligne.
  107. http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=ACS_13_1YR_S1601&prodType=table
  108. http://factfinder.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=ACS_13_1YR_B16001&prodType=table
  109. (en)The Pew Forum - America’s Changing Religious Landscape
  110. (en) Code de l'éducation de Californie.
  111. Site officiel du réseau
  112. « Le "California trip" du photographe Dennis Stock, une ode à la liberté », Le Monde,‎ (consulté le 4 mai 2010)
  113. (en) Port of Oakland : facts and figure - lire en ligne.
  114. About the California High-Speed Rail Authority.
  115. Le site de la California High Speed Rail Authority.
  116. a, b et c (fr) « La Californie adopte un projet de train à grande vitesse », France24 (consulté le 19 mai 2009).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Californie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles

  • Armelle Vincent, « Californie, la passion de l'écologie », dans Géo no 356, octobre 2008, p. 52-64
  • Politique américaine : « La Californie : avant-garde de l'Amérique », no 9, éditions Choiseul, Hiver 2007-2008
  • Anne Deyzine, « La Californie, pays de rêves ? », dans la Revue des deux mondes, mars 2004
  • La Californie, dossier du magazine Géo, 1996, no 211, page 98
  • Californie : au rendez-vous du rêve américain, dans Grands Reportages, no 148, mai 1994, T 6586, p. 70–120

Ouvrages

  • Annick Foucrier, Antoine Coppolani, Collectif, La Californie : périphérie ou laboratoire ?, l'Harmattan, 2004, (ISBN 978-2-7475-6766-4)
  • Janine Saine, Californie, un art de vivre en 50 recettes, Guy Saint-Jean, 2004, (ISBN 978-2-89455-151-6)
  • Gary Soto, Smahann Ben Nouna, Roues libres en Californie, Flammarion, 2001, (ISBN 978-2-08-164153-2)
  • David S. Whitley, Les Chamanes de Californie. Le Monde des Amérindiens, Seuil, 2000, (ISBN 978-2-02-023482-5)
  • Diane Dorrans Saeks, Angelica Taschen, Intérieurs californiens, Taschen, 1999, (ISBN 978-3-8228-6986-4)
  • Joseph Kessel, Dames de Californie, Gallimard, 1996, (ISBN 978-2-07-040023-2)
  • Olivier Kourchid, L'Autre Modèle californien, Méridiens-Klincksieck, 1992, (ISBN 978-2-86563-281-7)
  • (en) William A. Selby, Rediscovering the Golden State: California Geography, John Wiley & Sons Inc,‎ (ISBN 0-471-31589-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]