Robert Redford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Robert Redford
Description de cette image, également commentée ci-après
Robert Redford en 2012.
Nom de naissance Charles Robert Redford, Jr.
Naissance (83 ans)
Santa Monica, Californie (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession Acteur
Réalisateur
Producteur
Films notables Butch Cassidy et le Kid
Jeremiah Johnson
L'Arnaque
Les Trois Jours du Condor
Les Hommes du président

Charles Robert Redford, Jr., dit Robert Redford[1], né le à Santa Monica (Californie), est un acteur, réalisateur et producteur américain.

En 1969, il devient célèbre grâce a un film du western Butch Cassidy et le Kid. S'ensuivent d'autres succès, tels Les Hommes du président, L'Arnaque, Gatsby le Magnifique, Out of Africa et L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux.

En 1981, il remporte l'Oscar du meilleur réalisateur pour le film Des gens comme les autres, ainsi qu'un Oscar d'honneur en 2002 pour l'ensemble de sa carrière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Robert Redford naît le [2] à Santa Monica, en Californie[3]. Il est le fils de Charles Robert Redford Sr, un laitier devenu comptable, originaire de Pawtucket (Rhode Island), et de Martha W. Hart, femme au foyer[4].

Il grandit entre un père très conservateur et une mère progressiste qui lui donne l'amour des grands espaces[5]. Il a un demi-frère, William, issu du second mariage de son père. Il a des origines anglaise, écossaise et irlandaise et est l'un des nombreux descendants de Philippe de La Noye (Philippe Delano)[6]. Ainsi, Robert Redford a des ancêtres français bien que Philippe de La Noye soit originaire de Tourcoing (Nord de la France) qui, à cette époque, appartenait aux Pays-Bas espagnols.

Après des études à l'université du Colorado à Boulder, à l'American Academy of Dramatic Arts à New York ainsi que des séjours à Paris, en Espagne et à Florence[7], il suit des cours d'art à l'Institut Pratt et entame une carrière professionnelle au théâtre à la fin des années 1950.

Carrière[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, Robert Redford tourne dans différentes séries télévisées américaines et joue en 1963 à Broadway dans la pièce de Neil Simon Pieds nus dans le parc (en).

Durant cette période, Redford fait également ses débuts au cinéma. En 1965, son premier grand film hollywoodien[8], Daisy Clover de Robert Mulligan, lui permet de remporter le Golden Globe de la révélation masculine de l'année. Il rencontre également l'actrice Natalie Wood avec qui il vit une idylle secrète pendant plusieurs années[9].

Robert Redford en 1967 dans Pieds nus dans le parc.

En 1966, il obtient son premier grand rôle dans Pieds nus dans le parc de Gene Saks[10]. À la suite de ce succès, il refuse d'incarner le stéréotype de l'Américain blond aux yeux bleus[11] et décline des offres de rôles dans des films tels que Qui a peur de Virginia Woolf ? ou encore Le Lauréat.

En 1969, il devient une star « bankable » avec le film Butch Cassidy et le Kid dans lequel il forme un duo gagnant avec Paul Newman[12]. Grâce à ses cachets, il s'achète le canyon de Provo de 1 500 hectares au pied du mont Timpanogos, où il se fait construire une vaste maison (construite avec les matériaux de l'écosystème local et branchée avec l'énergie solaire) et où il fonde en 1981 le Sundance Institute, structure qui soutient les artistes et parraine le festival du film de Sundance[13].

Cherchant à « brouiller les pistes et à complexifier l’image que son œuvre renvoie »[14], Robert Redford passe à la réalisation avec le film Des gens comme les autres en 1980. Il réalise plus tard Milagro et Quiz Show.

En 1985, il donne la réplique à Meryl Streep dans Out of Africa de Sydney Pollack, film qui remporte sept oscars dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur. Sydney Pollack le dirige à sept reprises : Propriété interdite, Jeremiah Johnson, Nos plus belles années, Les Trois Jours du Condor, Le Cavalier électrique, Out of Africa et Havana.

En 1996, il crée la chaîne de télévision Sundance Channel.

En 2007, il retrouve Meryl Streep et met en scène Tom Cruise dans son thriller politique Lions et Agneaux.

En 2011, Redford réalise La Conspiration, film qui relate le procès de l'assassin d'Abraham Lincoln. Il connait un échec commercial aux États-Unis et sort directement en DVD en France.

En , lassé par les scénarios qu'il reçoit[15] et alors âgé de 80 ans, il annonce la fin de sa carrière d'acteur, après les films Nos âmes la nuit et The Old Man and the Gun, afin de se consacrer à la réalisation[16].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié le à Lola Van Wagenen, Robert Redford est père de quatre enfants : Scott (1959-1959), nourrisson mort subitement à l'âge de 5 mois, Shauna (1960), David James (1962) et Amy (1970). Le couple divorce en 1985.

L'acteur se remarie en à Hambourg avec Sybille Szaggars, artiste peintre, qui était sa compagne depuis 1996.

Engagements[modifier | modifier le code]

Robert Redford soutient le parti démocrate et est très engagé dans la cause écologique[15].

Il est également membre honoraire de l'ONG Green Cross International[17].

Autres[modifier | modifier le code]

En 2019, la série télévisée Watchmen imagine un futur alternatif dans lequel Robert Redford est devenu le 39ème président des Etats-Unis puis réélu pour 4 mandats successifs. Sa politique sociale de subvention des victimes de crimes racistes, les "redfordations", est l'un des éléments déclencheurs de l'intrigue de la série[18].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]
Années 1970[modifier | modifier le code]
Années 1980[modifier | modifier le code]
Années 1990[modifier | modifier le code]
Robert Redford en 1997.
Années 2000[modifier | modifier le code]
Années 2010[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1960 : Maverick (saison 3, épisode 23, « Iron Hand ») : Jimmy Coleman
  • 1960 : The Deputy (saison 1, épisode 31, « The Last Gunfight ») : Burt Johnson
  • 1960 : Hallmark Hall of Fame (Captain Brassbound's Conversion, téléfilm) : Blue Jacket
  • 1960 : Playhouse 90 (épisode « In the Presence of Mine Ennemies ») : le lieutenant Lott
  • 1960 : Tate (saison 1, épisode 3, « The Bounty Hunter ») : Blue Jacket
  • 1960 : Tate (saison 1, épisode 8, « Comanche Scalps ») : Tad Dundee
  • 1960 : Moment of Fear (saison 1, épisode 1, « The Golden Deed ») : l'étranger
  • 1960 : Perry Mason (saison 4, épisode 1, « The Case of the Treacherous Toupee ») : Dick Hart
  • 1960 : Play of the Week (épisode « The Iceman Cometh ») : Don Parritt
  • 1960 : Play of the Week (épisode « Black Monday ») : George
  • 1960 : Our American Heritage (saison 2, épisode 2, « Born a Giant »)
  • 1961 : Naked City (saison 2, épisode 21, « Tombstone for a Derelict ») : Baldwin Larne
  • 1961 : The Americans (saison 1, épisode 16, « The Coward ») : George Harrod
  • 1961 : Whispering Smith (salons 1, épisode 2, « The Grudge ») : Johnny Gates
  • 1961 : Route 66 (saison 2, épisode 5, « First Class Mouliak ») : Janosh
  • 1961 : C'est arrivé à Sunrise (saison 1, épisode 4, « The Covering Darkness ») : Art Ellison
  • 1961 : Alfred Hitchcock présente (saison 7, épisode 11, « The Right Kind of Medicine ») : Charlie Marx
  • 1962 : Suspicion (saison 1, épisode 1, « A Piece of the Action ») : Chuck Marsden
  • 1962 : La Quatrième Dimension (saison 3, épisode 16, « Rien à craindre ») : Harold Beldon
  • 1962 : Dr Kildare (saison 2, épisode 2, « The Burning Sky ») : Mark Hadley
  • 1962 : Alcoa premier (saison 2, épisode 4, « The Voice of Charlie Pont ») : George Laurents
  • 1963 : Les Incorruptibles (saison 4, épisode 15, « The Snowball ») : Jackson Emmit Parker
  • 1963 : Suspicion (saison 1, épisode 18, « A Tangled Web ») : David Chesterman
  • 1963 : Dick Powell Theatre (saison 2, épisode 28, « The Last of the Big Spenders ») : Nick Oakland
  • 1963 : Breaking Point (saison 1, épisode 4, « Bird and Snake ») : Roger Morton
  • 1963 : Le Virginien (The Virginian) (saison 2, épisode 5, « The Evil That Men Do ») : Matthew Cordell
  • 1964 : Les Accusés (saison 4, épisode 10, « The Siege ») : Gary Degan

Réalisateur[modifier | modifier le code]

L'acteur aux côtés de Melanie Griffith et Sônia Braga lors du Festival de Cannes 1988.

Box-office[modifier | modifier le code]

Films Budget Box-Office Monde
Des Gens comme les autres (1980) 6 000 000 $ 54 800 000 $
Milagro (1988) 22 000 000 $ 13 825 794 $
Et au milieu coule une rivière (1992) 15 000 000 $[19] 43 440 294 $
Quiz Show (1994) 31 000 000 $ 24 800 000 $
L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux (1998) 60 000 000 $ 186 883 563 $
La légende de Bagger Vance (2000) 80 000 000 $ 39 459 427 $
Lions et Agneaux (2007) 35 000 000 $ 63 200 000 $
La Conspiration (2011) 25 000 000 $ 15 478 800 $
Sous Surveillance (2013) 2 000 000 $[20] 19 600 000 $
Total 276 000 000 $ 461 487 878 $

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses principales[modifier | modifier le code]

Oscars
Golden Globes
Mostra de Venise
British Academy Film Awards
César

Autres récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Oscars
Golden Globes

Décorations[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Claude Giraud a été la voix française régulière de Robert Redford entre 1973 et 2008. Il a également été doublé par Marc de Georgi à cinq occasions, Bernard Murat et Marc Cassot à trois reprises. Par la suite, Patrick Béthune[22](décédé en ) a été la voix française la plus fréquente de l'acteur. Depuis, Samuel Labarthe reste la voix française courante de Redford.

Au Québec, plusieurs comédiens doublent Robert Redford, n'ayant pas de voix régulière[23].

En France
et aussi

Au Québec
et aussi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prononcé [ˈɹɑbəɹt ˈɹɛdfɔɹd] en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  2. Diane Lestage, « Robert Redford fête ses 81 ans », sur lefigaro.fr (consulté le 1er avril 2020)
  3. « Charles Robert Redford », sur Ancestry.com, California Birth Index, 1905-1995 (consulté le 16 juin 2011) : « Name: Charles Robert Redford; Birth Date: 18 Aug 1936; Gender: Male; Mother's Maiden Name: Hart; Birth County: Los Angeles »
  4. (en) Lawrence J. Quirk, William Schoell, The Sundance Kid. An Unauthorized Biography of Robert Redford, Rowman & Littlefield, , p. 1-2.
  5. (en) Lawrence J. Quirk, William Schoell, The Sundance Kid. An Unauthorized Biography of Robert Redford, Rowman & Littlefield, , p. 5-6.
  6. Delano family crest
  7. Jean Tulard dictionnaire du cinéma, les acteurs Bouquins/Laffont 2004 p.927 (ISBN 2-221-10259-2).
  8. (en) Lawrence J. Quirk, William Schoell, The Sundance Kid. An Unauthorized Biography of Robert Redford, Rowman & Littlefield, , p. 43.
  9. (en) Lawrence J. Quirk, William Schoell, The Sundance Kid. An Unauthorized Biography of Robert Redford, Rowman & Littlefield, , p. 47.
  10. (en) Thomas A. Greenfield, Broadway: An Encyclopedia of Theater and American Culture, ABC-CLIO, , p. 50.
  11. (en) Thomas A. Greenfield, Broadway: An Encyclopedia of Theater and American Culture, ABC-CLIO, , p. 25.
  12. (en) Lawrence J. Quirk, William Schoell, The Sundance Kid. An Unauthorized Biography of Robert Redford, Rowman & Littlefield, , p. 72.
  13. Laurent Rigoulet, « Le seigneur du canyon », sur liberation.fr, .
  14. Guillaume Loison, « « Robert Redford, l’ange blond », étoile fuyante », sur nouvelobs.com, .
  15. a et b « Retraite de Robert Redford : « Il se retire dans la gloire pour retrouver ses chevaux dans le Yellowstone » », sur francetvinfo.fr, .
  16. (en) « Robert Redford Says He’s Retiring From Acting », sur variety.com, .
  17. (en) Holly Swanson, Set Up & Sold Out: Find Out what Green Really Means, CIN, , p. 271.
  18. Philippe Guedj, « Le « Watchmen » de HBO ne devrait peut-être pas s'intituler « Watchmen » », sur Le Point, (consulté le 8 avril 2020)
  19. http://powergrid.thewrap.com/project/river-runs-through-it « Copie archivée » (version du 1 mai 2019 sur l'Internet Archive).
  20. (en) « The Company You Keep (2013) », The Wrap (consulté le 2 décembre 2016).
  21. Des stars récompensées par Obama, sur fr.canoe.ca, consulté le 17 novembre 2016.
  22. a b c d et e « Comédiens ayant doublé Robert Redford en France » sur RS Doublage.
  23. a b c et d « Comédiens ayant doublé Robert Redford au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 22 octobre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Dr Donald A.Reed,Robert Redford A Photographic Portrayal of the Man and his Films, Sherbourne Press,Inc. Los Angeles, 1975. (ISBN 0-8202-0172-3)
  • François Guérif, Redford, éditions PAC, 1976. (ISBN 2-85336-024-5)
  • James Spada, The Films of Robert Redford, éditions Citadel Press, 1977. (OCLC 2597518)
  • Gérard Bardavid, Robert Redford, éditions SOLAR, 1980. (ISBN 2-263-00468-8)
  • Philippe Durant, Robert Redfort, éditions PAC, 1985. (ISBN 2-85336-249-3)
  • Philippe Durant, Robert Redford, éditions FAVRE, 1988. (ISBN 2-8289-0376-1)
  • Robert Redford, La piste des hors-la-loi, Librairie des Champs-Élysées, 1979.
  • Textes de Gretel Ehrlich, L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux : l'album, Albin Michel, 1998. (ISBN 2-226-10594-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]