Franc suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Franc suisse
Unité monétaire moderne actuelle
Pays officiellement
utilisateurs
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau du Liechtenstein Liechtenstein
Drapeau de l'Italie Campione d'Italia
Autres pays
utilisateurs
Drapeau de l'Allemagne Büsingen am Hochrhein
Banque centrale Banque nationale suisse
Appellation locale franc
Code ISO 4217 CHF
Sous-unité 100 centimes
Taux de change CHF 1,091 EUR ()
Chronologie de la monnaie
Précédent monnaies cantonales

Le franc suisse (en allemand Schweizer Franken, en italien Franco svizzero, en romanche Franc svizzer) est la monnaie utilisée en Suisse et au Liechtenstein. Il est composé de 100 centimes (Rappen (RP.) en allemand, centesimi (c.) en italien + et rap (rp.) en romanche). Son code ISO 4217, utilisé par les banques et les institutions financières est CHF, bien que « Fr. » soit utilisé par la plupart des entreprises et annonceurs; certain utilise SFr. L’abréviation « CH » provient de Confoederatio Helvetica en latin.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Suisse s'est composée progressivement à partir de la fin du XIIIe siècle par agrégation de villes, cantons, territoires voisins qui ont souvent conservé leur statut initial longtemps après leur adhésion. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, il n'y avait aucune véritable unité financière. De fait, le chacun pour soi en matière monétaire a régné jusqu'à la République helvétique en 1798, qui a imposé le franc de Suisse à l'ensemble du territoire d'alors.

Après l'Acte de médiation de 1803, le système monétaire est redevenu éclaté, chaque canton suisse disposant de nouveau de sa propre monnaie.

Billet de 10 francs, en circulation jusqu'en 1997.

En 1825, plusieurs cantons (Argovie, Bâle, Berne, Fribourg, Soleure et Vaud) forment un concordat monétaire pour unifier les types et la valeur des pièces dans ces cantons[1].

En 1848, après la guerre du Sonderbund, la nouvelle constitution, qui fondait la Confédération suisse, attribuait au seul État fédéral la responsabilité de la frappe des monnaies. Les premières pièces en franc suisse ont été frappées dès 1850, remplaçant [2]toutes les différentes monnaies cantonales alors en circulation. Sa valeur initiale était à parité avec le franc français (franc germinal). L'ordonnance du 16 janvier 1852 précise que les pièces française, italiennes et belges sont équivalentes aux pièces suisses. Les cantons germanophones cessent d'accepter les monnaies des États allemands.

Entre 1865 et 1926, dans les faits jusqu'à la Première Guerre mondiale, l'Union monétaire latine liait la lire italienne, le franc belge, la drachme grecque, le franc français et le franc suisse, qui pouvaient être officiellement utilisés dans chacun de ces cinq pays. À l'abolition de l'union douanière et monétaire avec l'Autriche, en 1919, le Liechtenstein a adopté le franc suisse comme monnaie officielle.

Les billets de banque ont été dans un premier temps émis par des banques cantonales, dès 1825. En 1907, la Banque nationale suisse obtient le monopole pour la fabrication des billets. À la fin des années soixante, la Banque nationale suisse repensa complètement sa politique en matière de conception et de fabrication des billets de banque. Pour la première fois, elle assuma à elle seule la direction du projet, de la planification à la réalisation, en collaboration avec des graphistes, des imprimeurs, des fabricants de papier et des producteurs d'encre et de machines[3].

À la suite de la votation populaire du portant sur une nouvelle Constitution, la couverture or du franc suisse, jusqu’alors de 40 % au prix officiel de 4595 Fr./kg, est abandonnée. Ce changement est entré en vigueur le [4].

Début octobre 2014, il est annoncé que la mise en circulation de nouveaux billets de banque ne devrait pas intervenir avant 2016[5].

Politique monétaire de la Banque nationale suisse[modifier | modifier le code]

Le marché européen joue un rôle très important pour l'économie suisse et l'introduction de l'euro a conduit la Banque nationale suisse (BNS) à adapter sa politique en fonction de l'évolution de l'euro pour soutenir l'économie suisse.

Au moment de l'introduction de la monnaie européenne, le taux de change était de 1,50 CHF/EUR. Ce taux est resté stable jusqu'en où l'euro a fortement baissé pour atteindre le taux record d'alors à 1,007 CHF/EUR.

À la suite de cette évaluation massive du franc suisse par rapport à l'euro et aux principales monnaies mondiales, la BNS fixe le 6 septembre 2011 un taux plancher de 1,20 CHF/EUR, ceci afin de protéger l'économie suisse des effets du franc fort[6]. Ce taux de change a été défendu par la BNS à plusieurs reprises jusqu'au où cette dernière annonce que le cours plancher EUR/CHF est aboli[7]. Le franc se retrouve alors à quasi parité avec l'euro, l'un étant légèrement plus fort que l'autre ou vice versa au gré des fluctuations du marché.

Les efforts de la BNS pour stabiliser les taux de change ont donné lieu à une importante inflation monétaire. Ainsi, la quantité de francs physiquement imprimés sous forme de billets a plus que doublé entre janvier 2000 et septembre 2015 ; la « monnaie centrale » (billets et comptes de virement) a quant à elle été multipliée par 12,9 sur la même période[8].

Monnaie suisse[modifier | modifier le code]

Billets de banque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Billets de banque en franc suisse.

Documents[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]