Jacques Audiard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Audiard

Description de cette image, également commentée ci-après

Jacques Audiard en 2012 au festival du film de Cabourg

Naissance (63 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables Sur mes lèvres,
De battre mon cœur s'est arrêté,
Un prophète,
De rouille et d'os

Jacques Audiard, né le à Paris, est un réalisateur, scénariste et ancien monteur français, plusieurs fois récompensé aux César du cinéma et par de nombreux prix dont la Palme d'or du Festival de Cannes 2015[1].

Accueillis de manière favorable par la critique et le public, ses films se caractérisent par des mises en scène stylisées et violentes et par une volonté de combiner cinéma de genre (film noir, film policier, thriller) et cinéma d'auteur[1],[2]. Ses réalisations s'appuient sur des récits sophistiqués et des personnages insaisissables ou ambivalents, évoluant dans un univers sombre et angoissant, à la lisière de l'onirisme[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Michel Audiard et de Marie-Christine Guibert, Jacques Audiard se destine à l'enseignement, mais après avoir arrêté ses études de lettres, il s'oriente vers le cinéma et débute comme assistant réalisateur sur Le Locataire de Roman Polanski et Judith Therpauve de Patrice Chéreau, puis comme monteur. Au début des années 1980, il s'essaie à l'écriture de scénarios et signe ainsi les scripts de Réveillon chez Bob, Mortelle randonnée (avec son père), Baxter, Fréquence meurtre ou encore Saxo.

Il réalise son premier film en 1994 : Regarde les hommes tomber, un road movie qui raconte un jeu du chat et de la souris entre deux truands minables que tout sépare, interprétés par Mathieu Kassovitz et Jean-Louis Trintignant[1]. Le film est sélectionné à la Semaine de la critique au Festival de Cannes 1994 et remporte trois Césars dont celui de la meilleure première œuvre en 1995 ainsi que le prix Georges-Sadoul. Deux ans plus tard, le réalisateur travaille à nouveau avec ces deux mêmes acteurs pour son second long métrage, Un héros très discret qu'il adapte du roman homonyme de Jean-François Deniau. Le film, qui prend pour toile de fond l'histoire d'un homme ordinaire qui se fait passer pour un héros de la Résistance, malmène la chronologie et la vérité sur son personnage principal[3]. Un héros très discret est récompensé par le Prix du scénario au Festival de Cannes 1996.

Jacques Audiard au Festival de Cannes 2009.

Audiard met cinq ans à réaliser son film suivant après s'être consacré à son activité de scénariste-dialoguiste (Norme française, Vénus beauté (institut)) : Sur mes lèvres, mélange de thriller et de romance entre une secrétaire sourde et un petit voyou, interprétés par Emmanuelle Devos et Vincent Cassel[3]. Le film gagne trois Césars en 2002 dont ceux du meilleur scénario et de la meilleure actrice pour Devos, lors d'une année considérée comme un excellent cru où il était en compétition notamment avec Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, La Chambre des officiers, La Pianiste et Chaos.

Son quatrième film confirme sa conversion au grand spectacle mais n'abandonne pas ses recherches stylistiques habituelles[2]. Remake du film noir Mélodie pour un tueur de James Toback, De battre mon cœur s'est arrêté, avec Romain Duris et Niels Arestrup et coécrit avec Tonino Benacquista, est un film dramatique qui décrit une relation père-fils destructrice sur fond de magouilles immobilières[3]. Il remporte un grand succès public comme critique, et reçoit dix nominations aux Césars 2006 dont celles du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur acteur. Il récolte au total huit statuettes lors de la 31e cérémonie.

En 2008, il devient membre du Club des 13, groupe de personnalités du cinéma français, formé en 2008 à l'initiative de la réalisatrice Pascale Ferran, qui dénonce les difficultés croissantes de financement et de distribution en France des films dit « du milieu » (c'est-à-dire entre les films grand public à gros budget et ceux à prétention artistique, réalisés avec moins de moyens).

Un prophète, vaste « roman d'apprentissage » filmé qui raconte l'ascension d'un jeune délinquant d'origine maghrébine, interprété par Tahar Rahim, dans une prison, fait l'unanimité au sein de la critique lors de sa présentation à Cannes en 2009[3]. Il vaut à son metteur en scène le Grand Prix du Jury, ratant de peu la Palme d'or pour laquelle il était pressentie. Après son succès en salles[4], le film obtient le Prix Louis-Delluc 2009 et neuf Césars en 2010 dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur mais aussi du meilleur acteur et du meilleur espoir masculin pour Tahar Rahim ce qui constitue un doublé inédit pour un comédien et motive l'Académie des arts et techniques du cinéma à interdire le cumul de nominations dans différentes catégories pour un même rôle[5],[6]. Un prophète devient par ailleurs le troisième long métrage le plus récompensé de l'histoire des Césars, derrière Le Dernier Métro de François Truffaut et Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau. Le film reçoit aussi une nomination aux Oscars 2010 dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère.

Sort en 2012, De rouille et d'os, un mélodrame social, adapté de nouvelles de l'auteur canadien Craig Davidson, avec Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts dans les rôles principaux. Le film, qui narre la rencontre d'un jeune père de famille en perte de repères et d'une dresseuse d'orques amputée des deux jambes, est présenté en compétition lors du 65e Festival de Cannes. De rouille et d'os est le succès public le plus important d'Audiard[7]. La critique, quasi-unanime[8],[2], en fait l'un des grands favoris à la Palme d'or[9],[10]. Mais il repart bredouille de la Croisette ce que regrettent plusieurs journaux[11],[12]. Nobostant son absence du palmarès cannois, le film remporte quatre Césars lors de la 38e cérémonie dont ceux de la meilleure adaptation et du meilleur espoir masculin pour Matthias Schoenaerts. Contrairement aux quatre précédents longs métrages du cinéaste, De rouille et d'os est toutefois écarté des catégories reines de la soirée (film, réalisateur, acteur et actrice) dans lesquelles triomphe Amour de Michael Haneke, déjà lauréat de la Palme d'or à Cannes. À titre personnel, Audiard reste la personnalité la plus récompensée aux Césars avec neuf trophées obtenus (deux pour le meilleur film, deux pour le meilleur réalisateur, quatre pour le meilleur scénario et un de la meilleure première œuvre).

Lors du Festival de Cannes 2014, il est invité comme intervenant de la traditionnelle Leçon de cinéma annuelle, tenue devant un public de cinéphiles et animée par le critique rédacteur en chef de Positif Michel Ciment.

En octobre 2014, il débute le tournage de son septième long métrage, Dheepan – L'homme qui n'aimait plus la guerre. Ce nouvel opus suit le parcours d'un réfugié politique tamoul, originaire du Sri Lanka, qui fuit la défaite lors de la guerre civile et se réfugie dans une banlieue française où il trouve du travail comme gardien d'immeuble[13]. Le film, à thématique sociale, s'inspire très librement des Lettres persanes de Montesquieu. L'acteur principal est inconnu des médias et du grand public, tout comme une grande partie de la distribution à l'exception de Vincent Rottiers et Marc Zinga. Dheepan est sélectionné en compétition au Festival de Cannes 2015 où il obtient la Palme d'or.

Vidéoclip[modifier | modifier le code]

Jacques Audiard a réalisé des clips musicaux dont La Nuit je mens d'Alain Bashung qui lui vaut la Victoire de la musique du meilleur clip en 1999 et Comme elle vient de Noir Désir où tous les acteurs étaient des sourds-muets interprétant les paroles de la chanson dans la langue des signes. Le début, avec son dialogue sous-titré, créa un petit scandale — trois femmes discutent politique et concluent en signant « Il vaut mieux être sourde que d'entendre ça »[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jacques Audiard a été marié à la réalisatrice Marion Vernoux qui a réalisé Rien à faire, Reines d'un jour et Les Beaux Jours. Ils sont aujourd'hui séparés. Ils ont deux filles et un fils.

Acteurs récurrents[modifier | modifier le code]

Acteur Regarde les hommes tomber
(1994)
Un héros très discret
(1996)
Sur mes lèvres
(2001)
De battre mon cœur s'est arrêté
(2005)
Un prophète
(2009)
De rouille et d'os
(2012)
Jean-Louis Trintignant Fait Fait
Mathieu Kassovitz Fait Fait
Yves Verhoeven Fait Fait
Emmanuelle Devos Fait Fait
Gilles Cohen Fait Fait
Niels Arestrup Fait Fait

Du point de vue de la production, la plupart de ses longs métrages sont coécrits avec Thomas Bidegain et il est très souvent produit par Pascal Caucheteux pour Why Not Productions. Audiard coproduit ses films depuis Un Prophète avec sa société de production Page 114. La musique de ses films est composé par Alexandre Desplat (dont 2 César de la meilleure musique qu'il remporta sont pour des films d'Audiard).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Jacques Audiard avec Marion Cotillard au festival de Cannes 2012.

Scénariste[modifier | modifier le code]

Assistant de réalisation[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Vidéo-clips[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Récompenses multiples
Récompenses cinématographiques Sur mes lèvres
(2001)
De battre mon cœur s'est arrêté
(2005)
Un prophète
(2009)
De rouille et d'os
(2012)
Dheepan – L'homme qui n'aimait plus la guerre

(2015)

César du meilleur scénario ou adaptation Fait Fait Fait Fait
César du Meilleur film Fait Fait
César du Meilleur réalisateur Fait Fait
Étoiles d'or du cinéma français Fait Fait Fait
Prix des auditeurs du Masque et la Plume pour le meilleur film français Fait Fait
Prix du meilleur film français du syndicat de la critique de cinéma Fait Fait
Prix Lumières du meilleur réalisateur Fait Fait
Palme d'or Fait
Regarde les hommes tomber
Un héros très discret
Clip de La nuit je mens
Sur mes lèvres
De battre mon cœur s'est arrêté
Un prophète
De rouille et d'os
Dheepan – L'homme qui n'aimait plus la guerre

Résultats d'exploitation[modifier | modifier le code]

Films
Années France (entrées)[18] Étranger (entrées)[19],[20]
Total
1 De rouille et d'os 2012 1 930 536 1 223 943 3 154 479
2 Un prophète 2009 1 309 184 991 223 2 300 407
3 De battre mon cœur s'est arrêté[21] 2005 1 384 223 464 131 1 848 354
4 Sur mes lèvres 2001 599 299 495 022 1 094 321
5 Un héros très discret 1996 583 886 128 631 712 517
6 Regarde les hommes tomber 1994 218 831 373 219 204

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Article de l'encyclopédie Universalis sur Jacques Audiard, consulté le 11 novembre 2012.
  2. a, b, c et d Didier Flori, « De rouille et d'os : l'archétype Audiard, à contrepied du cinéma français », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c et d (fr) Article de l'encyclopédie Larousse sur Jacques Audiard, consulté le 11 novembre 2012.
  4. Cinéfeed, Box Office 2009
  5. Charlotte Pudlowski, « Le vrai scandale des César n'est pas là où vous croyez », Slate,‎ (lire en ligne)
  6. « César 2014 : pourquoi Adèle Exarchopoulos n’est pas nommée en Meilleure actrice ? », Première,‎ (lire en ligne)
  7. « De rouille et d'os », sur jpbox-office.com (consulté le 11 novembre 2012)
  8. (fr) Critiques de la presse sur de De rouille et d'os sur AlloCiné.fr, consultées le 11 janvier 2013.
  9. RFI « Palme d’or 2012 : Haneke et Mungiu favoris », consulté le 8 novembre 2012
  10. Phalène de La Valette, « Cannes 2012 : le classement des films de la compétition », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  11. Ali Naderzad, « Le goût tiède de rouille et d'os du palmarès cannois », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  12. Thierry Chèze, « Festival de Cannes 2012, le triomphe d'Haneke et l'absence des films français », L'Express,‎ (lire en ligne)
  13. « Erran de Jacques Audiard dans les starting blocks », sur Cineuropa,‎
  14. Clipographie de Jacques Audiard
  15. (fr) Lexpress.fr : Festival de cabourg 2012 consulté le 20 juin 2012
  16. « De rouille et d'os » récompensé au Festival de Londres, sur unifrance.org,‎ (consulté le 30 octobre 2012)
  17. 14ème palmarès des Étoiles d'or du cinéma français (2013) sur le site officiel.
  18. J-P Box-Office Page Jacques Audiard France consulté le 18 mai 2012
  19. Unifrance.org site des films français à l'Étranger
  20. lumiere.obs.coe.int
  21. Reprise du film De battre mon cœur s'est arrêté le 22 février 2006 ; 153 067 entrées comprises dans son total France

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]