Celtibère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la langue celtibère. Pour le peuple Celte, voir Celtibères.
Celtibère
Période avant et pendant l'Empire romain
Région centre de l'Espagne
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 xce
IETF xce

Le celtibère (ou hispano-celtique) est une langue celtique morte, parlée par les Celtibères dans le centre de l'Espagne avant et durant l'Empire romain. Il nous reste très peu de traces du celtibère, qui est attesté dans quelques toponymes pré-romains de la péninsule ibérique ayant survécu suffisamment longtemps pour qu'ils apparaissent dans des documents écrits, dans la formation de certains noms de personne (ce qui donne des indices concernant sa grammaire), ainsi que par quelques inscriptions sur des plaques de bronze ou de plomb, tracées en écriture celtibère qui combine des caractéristiques phéniciennes et grecques.

Classification[modifier | modifier le code]

Le celtibère montre un pronom relatif fléchi ios, qui n'a pas été préservé dans les autres langues celtiques, et les particules grammaticales kue « et », nekue « ni », ve « ou ».

Comme le gallois, il possède un subjonctif en s-, gabiseti « il devrait prendre » (vieil irlandais gabid), robiseti, auseti. Comparez avec l'ombrien ferest « il devrait faire ».

Langue P/Q[modifier | modifier le code]

Il en reste suffisamment de traces afin de montrer que le celtibère était une langue Q-celtique (comme le gaélique), et non pas une langue P-celtique comme le gaulois (Mallory 1989, p. 106). Comme le brittonique lui aussi est P-celtique, mais est également une langue celtique insulaire plus proche des langues gaéliques que du gaulois, il s'ensuit que la séparation P/Q est paraphylétique: Le passage du kw au p s'est produit en brittonique et en gaulois à une époque où ces langues étaient déjà distinctes, et ne constitue donc pas une division, une marque distinctive d'une branche séparée dans l'arbre des langues celtiques. Un changement du PIE kw (q) en p s'est également produit dans certaines langues italiques: comparez l'osque pis, pid (« qui, quoi ? ») avec le latin quis, quid. Le celtibère et le gaulois sont souvent classés ensemble dans le groupe des langues celtiques continentales, mais ce groupement est trop paraphylétique : aucune preuve ne suggère que les deux partagent la moindre innovation par rapport au celtique insulaire.

Textes[modifier | modifier le code]

Les plus longues inscriptions celtibères sont sur trois plaques de Botorrita, des plaques en bronze de Botorrita près de Saragosse, datées du début du Ier siècle av. J.-C., et appelées Botorrita I, III et IV (Botorrita II est écrite en latin).

Images[modifier | modifier le code]

Liste[modifier | modifier le code]

  • Bronze de Botorrita (Zaragoza), plaque IA.
    • A.1. tirikantam : berkunetakam : tokoitoskue : sarnikio (:) kue : sua : kombalkez : nelitom
    • A.2. nekue [: to : u]ertaunei : litom : nekue : taunei : litom : nekue : masnai : tizaunei : litom : soz : auku
    • A.3. aresta[lo] : tamai : uta : oskues : stena : uerzoniti : silabur : sleitom : konskilitom : kabizeti
    • A.4. kantom [:] sankilistara : otanaum : tokoitei : eni : uta : oskuez : boustomue : koruinomue
    • A.5. makasiamue : ailamue : ambitiseti : kamanom : usabituz : ozas : sues : sailo : kusta : bizetuz : iom
    • A.6. asekati : [a]mbitinkounei : stena : es : uertai : entara : tiris : matus : tinbituz : neito : tirikantam
    • A.7. eni : oisatuz : iomui : listas : titas : zizonti : somui : iom : arznas : bionti : iom : kustaikos
    • A.8. arznas : kuati : ias : ozias : uertatosue : temeiue : robiseti : saum : tekametinas : tatuz : somei
    • A.9. enitouzei : iste : ankios : iste : esankios : uze : areitena : sarnikiei : akainakubos
    • A.10. nebintor : tokoitei : ios : uramtiomue : auzeti : aratimue : tekametam : tatuz : iom : tokoitoskue
    • A.11. sarnikiokue : aiuizas : kombalkores : aleites : iste : ires : ruzimuz : abulu : ubokum
    • (Transcription Jordán 2004)
  • Large inscription de Peñalba de Villastar (Teruel).
    • ENIOROSEI
    • VTA TIGINO TIATVNEI
    • TRECAIAS TO LVGVEI
    • ARAIANOM COMEIMV
    • ENIOROSEI EQVEISVIQVE
    • OCRIS OLOCAS TOGIAS SISTAT LVGVEI TIASO
    • TOGIAS
    • (Transcription: Meid 1994)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jordán Cólera, C. (2004). Celtibérico. Zaragoza.
  • Jordán Cólera, C. (2004 Celtiberian
  • Hoz, Javier de. (1996). The Botorrita first text. Its epigraphical background; in: Die größeren altkeltischen Sprachdenkmäler. Akten des Kolloquiums Innsbruck 29. April - 3. Mai 1993, ed. W. Meid and P. Anreiter, 124–145, Innsbruck.
  • Lejeune, Michel (1955), Celtiberica, Salamanque.
  • Mallory, J. P. (1989). In Search of the Indo-Europeans. Thames & Hudson.
  • Meid, Wolfgang. (1994). Celtiberian Inscriptions, Archaeolingua, edd. S. Bökönyi and W. Meid, Series Minor, 5, 12–13. Budapest.
  • Untermann, Jürgen. (1997): Monumenta Linguarum Hispanicarum. IV Die tartessischen, keltiberischen und lusitanischen Inschriften, Wiesbaden.
  • Velaza, Javier (1999): «Balance actual de la onomástica personal celtibérica», Pueblos, lenguas y escrituras en la Hispania Prerromana, pp. 663-683.
  • Villar, Francisco (1995): Estudios de celtibérico y de toponimia prerromana, Salamanca.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]