Aubetin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 38′ 17″ N 3° 30′ 59″ E / 48.6381, 3.51639

Aubetin
L'Aubetin près du Pontcet (commune de Saint-Augustin)
L'Aubetin près du Pontcet (commune de Saint-Augustin)
Caractéristiques
Longueur 62 km
Bassin 270 km2
Bassin collecteur Seine
Débit moyen 1,5 m3/s (Pommeuse)
Régime pluvial
Cours
Source Bois de la Comtesse
· Localisation Louan-Villegruis-Fontaine
· Altitude 189 m
· Coordonnées 48° 38′ 17″ N 3° 30′ 59″ E / 48.63806, 3.51639 (Source - Aubetin)  
Confluence Grand Morin
· Localisation Pommeuse
· Altitude 105 m
· Coordonnées 48° 48′ 57″ N 3° 00′ 26″ E / 48.81583, 3.00722 (Confluence - Aubetin)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Rieux
· Rive droite Volmerot et Chevru
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Champagne-Ardenne, Île-de-France

Sources : SANDRE et Géoportail

L'Aubetin est une petite rivière française qui coule dans les départements de la Marne et de Seine-et-Marne. C'est un affluent du Grand Morin, lui-même affluent de la Marne. Long de 62 kilomètres, il prend sa source dans le département de la Marne, pour se jeter dans le Grand Morin, à Pommeuse.

Topographie[modifier | modifier le code]

Au sud du Grand Morin, l'Aubetin en est le plus gros affluent et le suit sur la majorité de son cours en une trajectoire parallèle, orientée est/ouest. Il parcourt 7 km dans le département de la Marne, puis 55 km dans le département de Seine-et-Marne. Son code générique S.A.N.D.R.E. est le : F65-0410.

L'administration distingue deux zones hydrographiques : la section amont, de la source de l'Aubetin au confluent du Ru de Chevru (code F656) ; et la section aval, du confluent du Ru de Chevru (exclu) au confluent du Grand Morin (code F657).

En termes de dénivellation, comme le Grand Morin l'Aubetin connait une pente moyenne de 1 à 2 %. L'altitude est de 160 mètres à sa source des Essarts-le-Vicomte, de 125 m d'altitude au centre à Beton-Bazoches, et de 55 m d'altitude à son embouchure à Pommeuse.

En termes d'occupation de l'espace, sur le tracé en Île-de-France, l'IAURIF dénombre (chiffres 1990) pour le bassin de l'Aubetin : une surface totale de 23 529 ha ; une population de 7 779 habitants.

Mode d'Occupation du Sol du Bassin versant de l'Aubetin (1994)
Surface en hectares Surface en pourcentage
Bois 2 697 ha 11,5 %
Cultures 19 558 ha 83,1 %
Eau 23 ha 0,1 %
Autre rural 151 ha 0,6 %
Urbain ouvert 502 ha 2,1 %
Habitat individuel 493 ha 2,1 %
Habitat collectif 2 ha 0,0 %
Activités 26 ha 0,1 %
Équipements 23 ha 0,1 %
Transports 53 ha 0,2 %
Chantiers et divers 1 ha 0,0 %

En stations de mesure de l'Aubetin, on peut dénombrer :

  • trois stations de mesure de qualité des eaux : Augers-en-Brie (no 03119150), Fretoy (no 03119400), Pommeuse (no 03120000).
  • une station de mesure hydrométrique : la station de La Lavanderie (Pommeuse), gérée par la CGE (Compagnie Générale des Eaux).
  • une station d’observation des assecs (ROCA), à Beautheil.
  • plusieurs jaugeages ponctuels qui ont été effectués sur le cours moyen de l'Aubetin, comme en mai 2005 à Amillis.

Territoires[modifier | modifier le code]

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Dans la Marne 
Les Essarts-le-Vicomte ~ Bouchy-Saint-Genest (canton d'Esternay).
Dans la Seine-et-Marne 
Villiers-Saint-Georges ~ Augers-en-Brie ~ Courtacon ~ Beton-Bazoches (canton de Villiers-Saint-Georges) ~ Frétoy ~ Dagny ~ Amillis (canton de La Ferté-Gaucher) ~ Beautheil ~ Saints ~ Mauperthuis ~ Saint-Augustin ~ Faremoutiers ~ Pommeuse (canton de Coulommiers).

Syndicats intercommunaux[modifier | modifier le code]

En intercommunalité, deux syndicats de collectivités territoriales se sont constitués, pour la gestion de l'Aubetin, l'un sur le cours amont et l'autre sur le cours aval.

  • pour la moitié amont : le Syndicat intercommunal à vocation unique d'Aménagement et entretien du bassin amont de l'Aubetin. Constitué en 1975 sous forme de SIVU, il regroupe aujourd'hui 14 communes pour une population de 4 171 habitants (SIREN 257701375, siège à Beton-Bazoches).
  • pour la moitié aval : le Syndicat intercommunal à vocation unique aménagement et entretien du bassin aval de l'Aubetin. Constitué en 1988 sous forme de SIVU, il regroupe aujourd'hui 2 communes seulement, pour une population de 1 254 habitants (SIREN 257704031, siège à Amillis).

Affluents[modifier | modifier le code]

D'amont en aval, les principaux ruisseaux affluents de l'Aubetin sont[1] :

  • le Ru de Turenne : 3,7 km de cours (conflue rive droite à Bouchy-Saint-Genest); code SANDRE F6561000.
  • le Ru du Puise : 1,8 km de cours (conflue rive gauche à Augers-en-Brie) ; code SANDRE F6562000.
  • le Ru de Volmerot : 10,5 km (conflue rive droite à Augers-en-Brie) ; code SANDRE F6563000.
    • a lui-même comme affluent : le Ru de l'Hiveroux, 1,5 km et code SANDRE F6563400.
  • le Ru de l'Etang 2,7 km (conflue rive gauche à Les Marêts) code SABDRE F6564000.
  • le ruisseau des Rieux 3,1 km (conflue rive gauche à Courtacon) code SANDRE F6565000.
  • le ruisseau des Prés-Bazoches 2 km (conflue rive droite à Beton-Bazoches) code SANDRE F6567000.
  • le ru Saint-Geroche : 1 km (conflue rive droite à Dagny) code SANDRE F6568000.
  • le ru de Chevru : 7,7 km (conflue rive droite à Amillis) code SANDRE F6569000.
    • a lui-même comme affluents : le Ru de Faujus, 3,7 km et code SANDRE F6569200 ; et le Ru de Beaufour : 1,3 km et code SANDRE F6569600.
  • Ru de la Baguette : 3,1 km (conflue rive droite à Amillis) code SANDRE F6573000.
  • Fausse rivière de Beautheil: 1,6 km (conflue rive droite à Beautheil) code SANDRE F6575101.
  • Ru Maclin 4,2 km (conflue RD à Saints) code SANDRE F6574000 ; a lui-même comme affluent le Ru de Villiers (2 km).
  • Ru la Loef 4,2 km (conflue rive droite à Saints) ; F6575000.
  • Ru de l'Oursine 1,7 km (conflue rive droite à Saint-Augustin) ; code SANDRE F6578000.

À noter aussi la présence sur le cours de l'Aubetin de double bras, sur les communes de : Saint-Augustin, Mauperthuis,

Et en plus d'être alimenté par ses nappes alluviales de ruisseaux de surface précités, l'Aubetin est aussi alimenté par des résurgences de nappe d'eau souterraine (grande nappe dite "des calcaires de Champigny").

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La faune piscicole de l'Aubetin a été évaluée en aval, à la station de mesure no 03770053 de Pommeuse (surface de mesure : 1 200 m2)[2]. La dernière opération de comptable disponible en ligne date néanmoins de 1989 (opération : 10090000468 diffusée par le réseau I.M.A.G.E.) :

Liste des espèces de poissons peuplant le bassin de l'Aubetin en 1989
Code piscicole Effectif  % de l'effectif  % du Poids Densité (par 100 m2) Biomasse (g/100 m2) Poids (g) Espèces
CHA 78 60 13 7 35 422 Chabot
CHE 1 0,7 4 0,1 11 135 Chevaine
LPP 1 0,7 0,3 0,1 1< 10 Lamproie de planer
LOF 5 4 0,5 0,1 2 18 Loche franche
TRF 45 34 82 4 228 2 732 Truite fario
VAI 1 0,7 0,1< 0,1 1< 2 Vairon

Au total, l'image donnée du peuplement de l'Aubetin est paradoxale, avec des témoins positifs ("rivière à truite") mais aussi avec une quasi-absence d'autres témoins d'une bonne qualité d'eau (goujons et vairons). Par rapport aux autres rivières du bassin du Grand Morin, l'Aubetin se singularise aussi surtout par une faible biodiversité : 6 espèces présentes seulement, dont 3 peuvent être considérées comme de présence non-significative car représentées par un seul individu détecté seulement.

Occupation humaine[modifier | modifier le code]

À l'instar de l'ensemble du bassin du Grand Morin, la présence humaine est ancienne, dans la vallée de l'Aubetin ; parmi ses trésors archéologiques, des monnaies anciennes y ont même été découvertes à Augers-en-Brie[3].

On trouve en réalité des témoignages d'occupation humaine dès la Préhistoire, avec des restes de matériel lithique[4]. Pour l'Antiquité, comme dans le reste de la Brie, les vestiges romains sont nombreux : en effet une voie romaine traversait la vallée de l'Aubetin, dite de « La Perrée », passant de Saint-Augustin (Seine-et-Marne) pour gagner Pommeuse (alors Evoriacum) ; des objets gallo-romains ont d'ailleurs été trouvés sur la commune d'Augers-en-Brie[5].

Au Moyen Âge, la vallée de l'Aubetin était surtout connue depuis le VIIe siècle pour le rayonnement de l'abbaye de Faremoutiers, abbaye royale possédant au spirituel des reliques de saintes, et puissamment pourvue en biens temporels dans la région. À l'Époque Moderne, sous l'Ancien Régime dans cette "brie des Moulins" que constitue l'aval de l'Aubetin et le Grand Morin, les nombreux moulins à eau ont structuré l'espace et l'identité de la rivière : sur les derniers kilomètres du cours d'eau, cinq moulins fonctionnaient sur l'Aubetin (ne reste aujourd'hui que le moulin du Gué Plat, sur la commune de Pommeuse, ancienne propriété de l'abbaye de Faremoutiers, aujourd'hui restauré avec l'ensemble de ses mécanismes).

Pour ce qui est de l'Époque Contemporaine, l'Aubetin a marqué en septembre 1914 le point extrême du recul des armées alliées à la veille de la Bataille de la Marne, à la jonction du Corps expéditionnaire britannique (B.E.F.) et de la Ve Armée française ; retraite passée immédiatement à l'offensive le 5 septembre, avec sur la vallée de l'Aubetin notamment les combats de Fretoy (un des derniers combats de cavalerie de l'armée de l'armée britannique) et la percée du Plessis-Feu-Aussoux par la Guards Brigade. Mais le XXe siècle est aussi celui des écrits historiques pour l'Aubetin, avec les publications des monographies historiques sur les communes de : Amillis, Beautheil, Faremoutiers, Saints, et Saint-Augustin (la plupart, par les éditions briardes Amatteis)[6].

Aménagements[modifier | modifier le code]

Au titre des aménagements contemporains de la vallée de l'Aubetin, on peut citer la présence d'une station météorologique à Chevru (souvent improprement appelée "station de Coulommiers") de Météo-France[7]. En aménagements touristiques et sportifs, l'Aubetin croise deux sentiers de grande randonnée : le GR 11 (dit "grand tour" de l'Île-de-France) sur la commune du Fretoy, et le GR 14 (Paris-Ardennes) sur la commune de Saint-Augustin.

Pour la politique d'aménagement de l'eau, la situation de l'Aubetin apparaît plus fragile, en comparaison des autres rivières du bassin du Grand Morin. Des synthèses d'études faites par la DIREN, il ressort une grande et paradoxale différence et évolution divergente entre l'amont (dégradation) et l'aval (amélioration) de l'Aubetin ; et en nombre de molécules de produits phytosanitaires quantifiées : la station de mesure de qualité de l'eau amont (à Amillis) est dans la catégorie "40 et plus" (la dernière), alors que la station aval (à Pommeuse) est dans la catégorie "10 à 19" (l'avant-première). Le produit phytosanitaire dominant dans l'Aubetin était d'abord l'atrazine (herbicide), dans les molécules quantifiées par campagne en 2004/2005 ; puis le Mécoprop, l'Isoproturon, et la Simazine (herbicides tous les trois) dans les molécules quantifiées par campagne en 2005-2007[8].

Unité Hydrographique cohérente de l'Aubetin : atteinte du bon état[9]
Code masse d'eau V3 libellé de la masse d'eau Risque retenu au 31/12/2004 Paramètres physico-chimiques déclassants Paramètres biologiques déclassants Risque retenu au regard de l'écologie avril 2006 Objectif Bon État écologique avril 2006 Risque retenu au regard de la chimie avril 2006 Objectif Bon État chimique avril 2006 Objectif Bon État avril 2006 Classement MEFM avril 2006
HR151 L'Aubetin de sa source au confluent du Grand Morin (exclu) élevé NO2, DBO, PO4, Ptot IBGN, IBD, et tendance au déséquilibre quantitatif fort fort BE écologique report de délai probable faible BE chimique report de délai possible BE report de délai probable non

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Info-Phyto : bulletin d'information édité par l'administration de la DIREN Île-de-France (groupe de travail "Phyt’eaux propres"), qui publie les résultats des deux stations de l'Aubetin (Amillis et Pommeuse) ; Le no 4 du bulletin détaillait la liste des 161 molécules phytosanitaires recherchées.
  • Flipo, N. et alii : Modélisation des transferts d’azote sur le bassin du Grand Morin avec la plate-forme de modélisation CAWAQS, Étude du programme PIREN, Centre d’Informatique Géologique ENSMP, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. chainage du Ru de Chevru et du chainage du Ru de Volmerot sur le site administratif du SANDRE.
  2. cf. le tableau de capture de la station Aubetin (Pommeuse) sur le site administratif I.M.A.G.E.
  3. Bulletin du G.A.S.M. : « Les monnaies d’Augers-en-Brie », Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, no 22, 1981.
  4. Bulletin du G.A.S.M. : « Inventaire du matériel lithique préhistorique de la vallée de l’Aubetin », Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, no 18-19, 1977-1978.
  5. "Les fibules gallo-romaines d’Augers-en-Brie", Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, no 16, 1977-1975.
  6. Monographies municipales aux ISBN respectifs : ISBN 2-86849-058-1, ISBN 2-86849-033-6, ISBN 2-86849-135-9, ISBN 2-86849-002-6, ISBN 2-86849-059-X.
  7. Organigramme de Météo-France, Fiche de présentation du C.D.M.77
  8. [1] Évolution de la qualité phytosanitaire de septembre 2002 à août 2006 sur le bassin versant du grand Morin DIREN 2007.
  9. Agence de l'eau de Seine-Normandie : Politique territoriale du IX° programme, UH Grand Morin et Petit Morin, document d'étude.