Blageon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Telestes souffia

Blageon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Un blageon pêché dans des eaux roumaines.

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Osteichthyes
Classe Actinopterygii
Sous-classe Neopterygii
Infra-classe Teleostei
Super-ordre Ostariophysi
Ordre Cypriniformes
Super-famille Cyprinoidea
Famille Cyprinidae
Genre Telestes

Nom binominal

Telestes souffia
(Risso, 1827)

Statut de conservation UICN

( LC)
LC : Préoccupation mineure

Synonymes

Le Blageon (Telestes souffia) est une espèce de poisson actinoptérygien du genre Telestes et de la famille des cyprinidés qui vit dans les eaux douces d'Europe.

Il est présent de l'Est de la France à l'ex-Yougoslavie. Une population isolée existe également entre la Roumanie et l'Ukraine.

C'est un animal relativement peu commun et peu fréquent ; l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a évalué cette espèce en préoccupation mineure due à sa large répartition géographique et à ses effectifs stables.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Un spécimen de blageon italien (Telestes muticellus) pêché dans le Tibre, en Italie central. Il est très souvent confondu avec le blageon continental.

Encore récemment classé dans le genre Leuciscus, le blageon était connu sous le nom de Leuciscus souffia, jusqu'à ce que des études récentes trouvent de sensibles différences sur le plan génétique entre le blageon et les vandoises du genre Leuciscus, à tel point que le blageon et des espèces apparentés sont maintenant classés dans un nouveau genre : Telestes.

Autrefois, la population du Danube était considéré comme une espèce différente appelé Telestes rysela mais par la suite, les scientifiques considèrent qu'il n'y pas de sensible différences pour le différencier de Telestes souffia, présent surtout dans le Rhône.

Ce poisson est divisé généralement en 3 sous-espèces :

Le blageon italien (Telestes muticellus), présent dans les Alpes-Maritimes, dans le nord et le centre de l'Italie et en Suisse, autrefois considéré comme une sous-espèce, est maintenant classé comme une espèce distincte. Il est toutefois très souvent confondu avec ce dernier.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un poisson un peu plus coloré que la plupart des cyprinidés d'Europe. Ce petit cyprinidé possède un corps fuselé, subcylindrique, comprimé et mince : sa tête est assez courte, conique et arrondie, comprenant un museau arrondi et une petite bouche fendue en oblique.

Il possède des écailles cycloïdes et des dents pharyngiennes.

C'est un nageur performant, grâce à ses grandes nageoires par rapport à son corps, notamment sa nageoire caudale

Son dos est d'un sombre brun-gris à reflets métalliques bleutés. Ses flancs sont argentés, sa face ventrale est blanchâtre. Les nageoires peuvent être brunâtre, clair à jaunâtre avec parfois des reflets verdâtres, légèrement teintées d'orange à la base. Comme beaucoup de poisson, il possède une ligne latérale soulignée parfois d'un pigment rouge plutôt orangé ou d'un liseret noir.

Les mâles arbore à la saison de reproduction une bande violacée brillante sur les flancs qui s'étend de l'œil jusqu'à la nageoire caudale. Une autre bande plus claire et plus fine est présente au-dessus de cette bande plus sombre et plus colorée.

Il mesure en moyenne de 9 à 12 cm pour les mâles et de 15 à 20 cm pour les femelles mais ce cyprinidés peut atteindre exceptionnellement une longueur de 25 cm pour 100 g.

Représentation d'un blageon.

Biologie et écologie[modifier | modifier le code]

Ce poisson fréquente les eaux courantes et qui correspond à la zone à ombre (classification de Huet), à la fois fraîches et claires des rivières et des torrents à fond de graviers où il réside en eau libre en profondeurs. Il fréquente plus rarement les lacs.

Le blageon est surtout grégaire mais il peut être solitaire.

Il chasse parfois en formant des bancs. Ce cyprinidés a un régime alimentaire à forte dominante carnivore, avec une grande variété d'aliments consommés comme : du plancton, de petits invertébrés aquatiques comme les larves de libellule ou de phryganes, d'algues filamenteuses et aussi d'œufs.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Antoine Risso, naturaliste ayant décrit Leuciscus souffia.

La saison de ponte peut varier à avril, mai et juin (au moins une ponte à chaque saison), en fonction de la température, dans une eau dépassant 12 °C le plus souvent.

les spécimens adultes se dirigent vers les affluents d'un lac dans les zones à courant, peu profondes et dans des eaux clairs, avec des fonds de gravier. Après la ponte déposé sous des pierres, composé de 3 000 à 8 000 œufs (relativement peut pour un poisson), de couleur jaune pâle et qui ont un diamètre de 1,3 mm, les adultes migrent vers l'aval.

Les œufs éclosent après une semaine ou deux, libérant des alevins qui migrent vers les eaux calmes pour se nourrir de planctons, qui vont par la suite se diriger dans la rivière principale.

La maturité sexuelle survient au bout de 3 ans. À partir de là et à la période de reproduction, il se recouvre à la tête de tubercules appelés épithéliums.

Sa longévité est de 10 à 15 ans.

Distribution[modifier | modifier le code]

Originaire du bassin du Danube, c'est principalement un poisson du Sud-Est de la France. Il est présent surtout dans le Rhône et la Saône. Il peuple sporadiquement le Rhin. Une population est implantée dans l'amont de la Seine et de l'Ource.

Le blageon est présent dans les pays suivant : Allemagne, Autriche, Bosnie-Herzégovine, Croatie, France, Hongrie, Italie, Liechtenstein, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suisse et Ukraine. Sa répartition est continue de l'est de la France jusqu'à la Bosnie-Herzégovine, puis une autre population importante se situe entre le Nord de la Roumanie et le Sud-Ouest de l'Ukraine.

Une introduction a été tenté en Espagne à partir de spécimens provenant d'Italie orientale mais l'espèce ne s'est pas acclimaté.

Un blageon capturé lors d'une pêche électrique sur le fleuve Hérault, en France.

Relations avec l'homme[modifier | modifier le code]

Le blageon est menacé surtout par la pollution des eaux et la multiplication des barrages hydrauliques limitant sa migration notamment pour la reproduction. Bien que l'espèce soit peu rencontrée, la liste rouge de l'IUCN le classe en « préoccupation mineure » (LC) en raison de sa assez large distribution, ne souffrant pas de grandes menaces généralisés et de ses effectifs stables.

En France, il est cependant classé en « quasi menacée » (NT) sur la liste rouge des espèces menacées de France, en causes sa présence limité dans ce pays (partie Est), de sa faible diversité génétique dans certains endroits (comme les populations du Vidourle, de l'Hérault et de la Saône), par la concurrence d'espèces plus compétitives comme le gardon, l'hotu ou le chevaine et également le risque d'introgression avec le blageon italien (Telestes muticellus) dans le Var.

La conservation est possible et nécessaire pour les populations à forte diversité génétique et peuplant des zones peu polluées (comme les populations de l'Ain, du Buech et du Jabron).

Cette espèce est capturée le plus souvent en utilisant la mouche de pêche. Il peut être utilisé comme appât pour attraper les truites. Le blageon reste toutefois une espèce peu pêché.

Sa chair est parfois utilisé en friture mais sa consommation reste limité.

Autres noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]