Suippe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suippe (homonymie).
la Suippe
La Suippe à Pontfaverger-Moronvilliers.
La Suippe à Pontfaverger-Moronvilliers.
Caractéristiques
Longueur 81,7 km [1]
Bassin 837 km2 [1]
Bassin collecteur la Seine
Débit moyen 4,34 m3/s (Orainville) [2]
Nombre de Strahler 3
Régime pluvial
Cours
Source dans la Marne
· Localisation Somme-Suippe
· Altitude 135 m
· Coordonnées 49° 06′ 51″ N 4° 34′ 53″ E / 49.11417, 4.58139 (Source - la Suippe)  
Confluence l'Aisne
· Localisation Condé-sur-Suippe
· Altitude 51 m
· Coordonnées 49° 25′ 29″ N 3° 56′ 58″ E / 49.42472, 3.94944 (Confluence - la Suippe)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Ain, Py, Arnes
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Marne, Aisne
Régions traversées Champagne-Ardenne, Picardie

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

La Suippe est une rivière française des départements de la Marne et de l'Aisne, dans les deux régions de Champagne-Ardenne et Picardie, qui se jette dans l'Aisne en rive gauche et un sous-affluent de la Seine, par l'Oise.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Filature la Suippe à Bazancourt.
La Filature la Suippe à Bazancourt.
La Suippe à Bétheniville.
La Suippe à Bétheniville.

La Suippe a sa source à Somme-Suippe dans le département de la Marne à 135 m d'altitude[3]

Elle se jette dans l'Aisne en rive gauche, à Condé-sur-Suippe, à 51 m d'altitude[3]. Son cours est de 81,7 km[1], après avoir traversé le canal latéral de l'Aisne, à l'écluse de Condé, et donc à proximité de la sucrerie de Condé-sur-Suippe, au croisement donc du canal, de la voie de chemin de fer Laon-Reims, de la route départementale D62.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Dans les deux département de l'Aisne (02) et de la Marne (51), la Suippe traverse vingt-sept communes[1][note 1] : Dans la Marne: Somme-Suippe, Suippes, Jonchery-sur-Suippe, Saint-Hilaire-le-Grand, Aubérive, Vaudesincourt, Dontrien, Saint-Martin-l'Heureux, Saint-Hilaire-le-Petit, Bétheniville, Pontfaverger-Moronvilliers, Selles, Saint-Masmes, Heutrégiville, Warmeriville, Isles-sur-Suippe, Bazancourt, Boult-sur-Suippe, Saint-Étienne-sur-Suippe, Bourgogne, Auménancourt.

Dans l'Aisne: Orainville, Bertricourt, Variscourt, Aguilcourt, Condé-sur-Suippe.

Affluents[modifier | modifier le code]

La Suippe a dix-huit tronçons affluents référencés[1] dont quatre bras et six s'appellent aussi la Suippe ce qui ferait donc environ huit affluents :

Le rang de Strahler est donc de trois (3).

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le débit moyen annuel de la Suippe, calculé sur 39 ans (1968-2006) à Orainville (tout près de son confluent avec l'Aisne), est de 4,34 m3⋅par seconde pour une surface de bassin de 802 km2[2] soit 96 % du bassin total de 837 km802[1].

Le débit de la rivière est assez régulier sauf cas exceptionnels et présente des fluctuations saisonnières de débit peu marquées, avec des hautes eaux de 6,42 à 7 38 m3⋅/s, de février à mai inclus, et un étiage confortable de fin d'été-automne avec baisse du débit moyen mensuel jusqu'à 1,86 m³ en septembre et 1,89 en octobre, ce qui reste relativement abondant.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : H6313020 - La Suippe à Orainville pour un bassin versant de 802 km2[2]
(données calculées sur 39 ans)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable
La Suippe à Auménancourt.
La Suippe à Auménancourt.
moulin d'Heutrégiville prise depuis le pont surplombant la Suippe
moulin d'Heutrégiville prise depuis le pont surplombant la Suippe

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,3 m3⋅/s en cas de période quinquennale sèche, suite à la baisse de niveau des eaux souterraines dont le débit de la rivière est en grande partie tributaire.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues ne sont jamais très importantes. La crue maximale enregistrée a été de 16,4 m3⋅par seconde, le 11 avril 2001.

Le QIX 10 est de 13 m3⋅par seconde le QIX 20 de 15 m3⋅/s et le QIX 50 de 17 m3⋅/s Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 7,8 et 11 m3⋅/s D'où il ressort que les crues d'avril 2001 dont il a été question plus haut, étaient d'ordre cinquantennal, et donc assez exceptionnelles.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin est de 171 millimètres annuellement, ce qui est faible et nettement moindre que la moyenne de l'ensemble du bassin versant de la Seine (240 millimètres). Le débit spécifique (Qsp) tombe dès lors à seulement 5,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin (contre 7 pour le bassin de la Seine).

La faune de la Suippe[modifier | modifier le code]

On retrouve de nombreux poissons comme la truite, l'ombre, le vairon, le chabot, la loche franche, la lamproie, le goujon, le brochet, la perche, le chevesne, la vandoise, le gardon et l'anguille.

Toponymes[modifier | modifier le code]

La Suippe a donné son hydronyme a sept communes : Somme-Suippe, Suippes, Jonchery-sur-Suippe, Isles-sur-Suippe, Boult-sur-Suippe, Saint-Étienne-sur-Suippe, Condé-sur-Suippe, ainsi qu'aux communautés de communes de la Vallée de la Suippe et des Rives de la Suippe voisines et situées toutes deux dans la Marne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le SANDRE 2014 rajoute la commune de Guignicourt -?- qui est en rive droite de l'Aisne à la confluence de la Suippe alors que la Suippe conflue en rive gauche

Références[modifier | modifier le code]