Laïta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le groupe laitier, voir Groupe Laïta.
Page d'aide sur les redirections Pour la rivière autrichienne, voir Leitha.
Laïta
(Rivière du Pouldu)
La Laïta à Quimperlé.
La Laïta à Quimperlé.
Caractéristiques
Longueur 17 km
Bassin 922 km2 [1]
Bassin collecteur Laïta
Débit moyen 13,5 m3/s (à Quimperlé) [2]
Régime pluvial océanique
Cours
Source confluence Isole / Ellé
· Localisation Quimperlé
· Coordonnées 47° 52′ 15″ N 3° 32′ 43″ O / 47.870833, -3.545278 (Source - Laïta)  
Embouchure Océan Atlantique
· Localisation Guidel / Clohars-Carnoët
· Altitude 0 m
· Coordonnées 47° 46′ 04″ N 3° 31′ 53″ O / 47.767778, -3.531389 (Embouchure - Laïta)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Ellé
· Rive droite Isole, Dourdu, ruisseau de la Fontaine au Loup et du Quinquis
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Bretagne
Principales villes Quimperlé, Guidel, Clohars-Carnoët

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

La Laïta est le nom de l'estuaire formé par l'Ellé et l'Isole après leur confluence. C'est un nom d'origine bretonne, Laita[3]. On l'appelle aussi, à son embouchure, la rivière du Pouldu.

Nom[modifier | modifier le code]

Le nom Laïta ou Laita n'apparait pour la première fois dans des écrits officiels qu'en 1825, sur le cadastre de Quimperlé. Dans les écrits datant d'avant la Révolution française, la rivière qui coule de Quimperlé à la mer porte toujours le nom d'Ellé. Cependant Jean-Baptiste Ogée, dans son Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne paru en 1778 et Jacques Cambry, dans son ouvrage Voyage dans le Finistère ou État de ce département en 1794 et 1795, mentionnent la Laïta. Sur les cadastres de Guidel et de Clohars-Carnoët de 1818 et 1823 cette rivière est appelée rivière de Quimperlé[4]. L'origine du nom Laita demeure obscure. Il pourrait s'agir d'une déformation du mot Lothéa, du nom d'une ancienne paroisse que celle-ci longeait.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Laïta et ses principaux affluents

La Laïta est un fleuve côtier soumis à la marée qui prend naissance à Quimperlé au point de confluence de l'Ellé et de l'Isole. Le fleuve coule dans une vallée qui a été creusée par l'action conjointe des eaux de l'Ellé et de l'Isole. La vallée a été envahi par la mer à la fin de la dernière glaciation suite à la remontée du niveau marin. Aujourd'hui, elle constitue une ria ou un aber. La Laïta serpente depuis Quimperlé en direction du sud vers l'Océan Atlantique. Elle s'y jette au port du Pouldu après un parcours légèrement sinueux de 17 kilomètres. Son tracé sert partiellement de frontière naturelle entre les départements du Finistère et du Morbihan. Les rives du fleuve sont boisées et accidentées. Sa rive droite est notamment en partie occupée par la forêt domaniale de Carnoët (sur une longueur d'environ 6 km). L'entrée de la ria est rendu difficile d'accès à cause d'un banc de sable sous-marin mouvant. En effet, lorsque le vent souffle de Sud ou d'Ouest une barre se forme rendant la navigation dangereuse.

Bassin versant et affluents[modifier | modifier le code]

L'embouchure de la Laïta à Guidel-Plage
La Laïta entre Guidel (Morbihan) et Clohars-Carnoët (Finistère).

L'Ellé et l'Isole constituent les principaux affluents de la Laïta. Un peu en aval des deux autres elle reçoit les eaux du Dourdu, un cours d'eau long de 10,2 km qui prend sa source à Mellac et traverse la ville de Quimperlé. Plus loin en aval, elle reçoit les eaux du ruisseau Le Frout, long de 7,7 km, qui traverse la forêt de Carnoët et celles du ruisseau du Quinquis, long de 4,6 km. Mais sur le plan hydrologique il serait plus judicieux de considérer la Laïta comme la partie maritime du cours de l'Ellé, cette rivière constituant le plus important des tributaires. En effet le bassin versant de l'Ellé a une surface de 608 km² à Quimperlé contre 224 km² pour l'Isole. Si l'on additionne la longueur de la rivière Ellé et de l'estuaire de la Laïta on obtient un fleuve d'une longueur de 76 km selon le SANDRE[1]. La Laïta draine une surface de 832 km2 à son point de départ à Quimperlé et de 917 km2 à son embouchure au port du Pouldu ou 922 km2 selon le SANDRE[1].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La surface du bassin versant de la Laïta est de 832 km2 à Quimperlé au niveau de la station hydrologique (virtuelle). Son module y est de 13,5 m3/s et son débit spécifique de 16,1 l/s/km². La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 530 millimètres annuellement. Si on la compare à celle des bassins versants voisins cette valeur est inférieure à celle de l'Odet à Quimper (758 mm/an) mais supérieure à celle du Blavet à Languidic (434 mm/an). Le débit journalier maximal a été mesuré le 13 décembre 2000 et était de 352 m3/s.

Débit moyen mensuel (en m³/s) mesuré à la Station hydrologique de Quimperlé (virtuelle)
Données calculées sur 38 ans[2]

La Laïta est responsable de fréquentes et graves inondations dans la basse ville de Quimperlé mais au cours de ces dernières années la situation semble s'être aggravée[réf. nécessaire]. Pour un seuil de débordement de 3 mètres[réf. souhaitée], les crues de 1883, 1925, 1974, 1995 et du 24 décembre 2013 ont atteint 4,50 m ; la crue la plus importante, en décembre 2000 a pour sa part été marquée par une hauteur d’eau de six mètres. Les 2, 3 et 4 janvier 2014, une crue couplée à des marées de vive eau (coefficient 108) a justifié l’émission d’une alerte vigilance crues de niveau rouge pour la rivière, et inondations de niveau rouge pour l’ensemble du département du Finistère[5].

Les causes sont multiples, l'irrégularité des débits de l'Ellé et surtout de l'Isole, le rôle des grandes marées, l'endiguement des rivières depuis 300 ans, les modifications du bocage et des cultures en amont.

Histoire[modifier | modifier le code]

la Laïta à proximité de l'Abbaye Saint-Maurice de Carnoët.
la Laïta à proximité de l'Abbaye Saint-Maurice de Carnoët.

Les rives de la Laïta étaient déjà fréquentées aux temps préhistoriques, comme en témoigne la présence d'un tumulus dans la forêt de Carnoët. Le comte plus ou moins légendaire Conomor, véritable Barbe Bleue breton, y aurait élu domicile au VIe siècle. Les vestiges de son château, le château de Carnoët, sont encore visibles aujourd'hui. En l'an 868, les Vikings remontèrent le cours de la rivière et détruisirent la ville de Quimperlé, appelée à l'époque Anaurot. Vers 1170, des moines originaires de l'abbaye cistercienne de Langonnet, sous la conduite de leur abbé Maurice Duault, s'établirent sur les rives de la Laïta et y fondèrent un établissement monastique, qui prendra par la suite le nom d' Abbaye Saint-Maurice de Carnoët. Au début du XVIIIe siècle, des navires de 100 tonneaux pouvaient remonter la Laïta jusqu'à Quimperlé, mais l'ensablement progressif du lit de la rivière et l'apparition d'une barre à son embouchure, leur en interdirent par la suite l'accès.

Pendant la seconde Guerre mondiale, à l'arrivée des troupes américaines du général Patton en Bretagne, les Allemands se replièrent sur la région de Lorient pour y constituer une poche de résistance. La Laïta servit alors de ligne de démarcation occidentale à la poche de Lorient. Les Allemands ne franchirent pas la ria mais n'hésitèrent pas à bombarder la rive opposée, prenant pour cible l'Abbaye Saint-Maurice de Carnoët dont les bâtiments furent gravement endommagés.

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Plusieurs ouvrages d'art franchissent la vallée de la Laïta.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - l'Ellé (J4--0200) » (consulté le 22 mai 2014)
  2. a et b Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Laïta à Quimperlé (J4902011) » (consulté le 23 mai 2014)
  3. 1
  4. Pierre Hollocou et Jean-Yves Plourin Les noms de lieux et leur histoire De Quimperlé au Port de Pont-Aven, Emgleo Breiz, 2008.
  5. France 3 Bretagne, le Finistère passe en vigilance rouge pour les crues, 2 janvier 2014