Neustrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Neustrie, Neustria, Neustrasia[1] ou même Neptrecus[1] dans les chroniques latines qui en font connaître, très insuffisamment, l'histoire, est le royaume franc correspondant à l'ancien royaume de Syagrius au Nord-Ouest de la France actuelle, et a initialement pour capitale Soissons. Annexé en 687 par les austrasiens, le nom de l'ancien royaume n'en désigne plus au IXe siècle que le territoire entre Seine et Loire gouverné depuis l'époque mérovingienne par un duc du Mans.

Ce duché du Mans prend pour capitale Tours en 843, position de repli face à l'invasion bretonne, laquelle se solde par l'abandon de la marche de Bretagne, du Cotentin et du Bessin. Le résidu occidental de la Neustrie doit faire face également à l'invasion normande et sa défense est abandonnée en 861 au comte de Tours et au duc du Mans réunis en une marche double, la marche de Neustrie. La partie orientale de l'ancienne Neustrie, le futur Orléanais, est tout autant laissée à elle-même.

L'apparition de la féodalité disloque, par usurpations[2], les deux marches en fiefs, le Maine[3], l'Anjou[4], source des Plantagenêt, la Touraine[4], le Dunois[5], le Perche[6], qui s'étend sur le Sonnois, le Corbonnais et le Passais[7] c'est-à-dire le sud de l'Hiémois et le nord du Maine, le Chartrain[2] et le Blésois[4]. De ce dernier fief sortiront Thibault, restaurateur d'une Neustrie indépendante pendant un quart de siècle et racine des thilbaldiens, tandis que Hugues Le Grand assoira la dynastie rivale des capétiens sur l'Orléanais.

Division est ouest[modifier | modifier le code]

Le terme, peut être d'un usage beaucoup plus ancien, apparaît au VIIe siècle sous le calame du moine Jonas de Bobbio pour désigner le royaume de l'ouest lors des partages entre rois mérovingiens par opposition au royaume de l'est, l'Austrasie. La même division se retrouve à la même époque en Lombardie entre Neustria et Austria. Il pourrait aussi s'agir d'une déformation du francique Neuw West Reich soit Nouveau Royaume de l'Ouest en français, qui se confondrait donc avec le terme bas latin Neustria.

Karl Ferdinand Werner, historien allemand, présente la distinction entre Neustrie et Austrasie comme héritière de la distinction entre Francs saliens et Francs rhénans. À ce titre, la Neustrie comprend la partie principale de l'héritage salien que Clovis reçut de son père Childéric Ier.

Histoire : un resserrement progressif des frontières[modifier | modifier le code]

Une part d'héritage mérovingienne (511-687)[modifier | modifier le code]

La Neustrie est le nom d'un royaume franc qui couvrait le nord-ouest du royaume des Francs, approximativement entre Loire (frontière avec l'Aquitaine) et Escaut, incluant l'Armorique franque, avec une frontière à l'est floue, dans l'actuelle Champagne : Reims est ainsi généralement en Austrasie, et la Bourgogne fut souvent détachée en royaume autonome. L'Aquitaine fit parfois partie de la Neustrie.

Le royaume qui ne s'appelle pas encore Neustrie est créé lors du partage qui suit la mort de Clovis Ier, en 511, et revient à Clotaire Ier. Celui ci, au terme de son long règne de cinquante ans, réussit à reconstituer le royaume de son père. Elle fut le deuxième grand royaume franc né lors des partages successoraux mérovingiens à partir des territoires conquis sur Syagrius. Son aire géographique était limitée par la Loire au sud, l'océan Atlantique et la Bretagne à l'ouest, et la Champagne à l'est. Incluant le Dentelin, elle s'étendait jusqu'à la future Flandre au nord.

À la mort de Clotaire Ier, en 561, le royaume est à nouveau partagé — par tirage au sort — entre ses quatre fils : Caribert Ier, Gontran, Sigebert Ier et Chilpéric Ier. Tout en abandonnant la ville de Soissons à l'Austrasie, ce dernier reconstitue en 568, au sein de la part qui lui échoit après le partage du royaume de Caribert défunt, une Neustrie[8] privée de la Touraine, rattachée à un Poitou austrasien, et de l'Orléanais resté burgonde, qu'il récupère par les armes en 583 après avoir repris Soissons en 575, depuis capitale de la Neustrie.

Âgé seulement de quelques mois, Clotaire II, fils de Chilpéric Ier, hérite de la Neustrie à la mort de son père en 584. À la mort de Thierry II de Bourgogne, en 613, Clotaire II récupère l'Austrasie et devient ainsi roi des Francs qui récupère aussi l'Aquitaine.

Une fraction rémanente de la France unifiée des pippinides et carolingiens (688-842)[modifier | modifier le code]

Localisation de la Neustrie à l'époque mérovingienne puis carolingienne

Après la mort de Clotaire III en 673, la Neustrie, après la déposition d'Ébroïn se voit imposer un roi — Thierry III — par les Austrasiens, l'Aquitaine ayant retrouvé auparavant son indépendance. Berchaire, maire du palais du roi Thierry III est vaincu en 687 à la bataille de Tertry, petit village de Picardie proche de Péronne, par Pépin de Herstal, maire du palais d'Austrasie. Cette défaite ruine définitivement les prétentions hégémoniques de la Neustrie, qui n’est à partir de ce moment qu'un État vassal de l'Austrasie que dirigent les Arnulfiens.

Cependant les dénominations mérovingiennes de Neustrie, Austrasie et Bourgogne vont subsister encore sous les carolingiens mais s'effacent progressivement. S'y substituent de nouvelles entités administratives, entre Pas de Calais et Cotentin une marche littorale[9], une marche de Bretagne, à l'intérieur des terres au sud de la Seine un duché du Mans, constitué dès l'époque mérovingienne.

En 768, à la mort de Pépin, la frontière orientale de la Neustrie est fixée, comme en 568, à l'Oise, Carloman régnant sur l'Austrasie à Soissons.

Au IXe siècle, le nom de l'ancien royaume de Neustrie n'en désigne plus que la partie gouvernée par le duc du Mans[10], tel Roland[11] ou Charles le Jeune. C'est entre Seine et Loire le territoire mouvant des « habitants d'Outre Seine » (transsequani[12], homonymes d'une généralité du XVe siècle). Ces « transséquanais » sont réputés étrangers à la France jusque sous les carolingiens[13].

Restauration entre Seine et Loire d'une marche de Neustrie (843-884)[modifier | modifier le code]

Le traité de Verdun en 843, supprimant la légitimité d'un pouvoir impérial unique, provoque l'invasion de la Neustrie par le duc de Bretagne Nominoë. Il s'agit pour les bretons d'étendre ce qui deviendra le domaine gallo de la Bretagne et de reconstituer le gouvernement libre instauré par les Bagaudes en 409[14], reconnu en 410[15], sous le règne du légendaire Conan Mériadec, éventuellement jusqu'à l'ancien royaume breton de Blois.

Le roi de France Charles le Chauve transfert aussitôt le commandement militaire du duché du Mans à Tours, position de repli face à l'invasion[16], et confie la direction des opérations à un officier, le comte Vivien[17]. Nominoë, vainqueur aux batailles de Messac et de Ballon, reçoit le gouvernement de la marche de Bretagne et reprend sa campagne d'invasion en 849. En 850, tombent successivement Angers, Rennes, Nantes, Le Mans. Paris n'est sauvé que par la mort de Nominoë, intervenue subitement près de Vendôme le 7 mars 851. Son fils et successeur Erispoë signe alors le traité d'Angers, qui conserve à la Bretagne toute la partie de la Neustrie située à l'ouest de la Mayenne et de la Sélune.

En 856, le traité de Louviers accentue l'emprise bretonne. De cette Neustrie, déjà réduite, la partie située à l'ouest de la route Paris Tours[18] est donnée en apanage au futur roi Louis le Bègue allié au roi Erispoë par la promesse d'épouser sa fille. L'hégémonie bretonne s'étend alors au-delà[19] de la Mayenne[20] jusqu'à la Maine aux portes d'Angers[21] et jusque dans le Bessin[22], entièrement occupé[23]. La Neustrie subit en sus l'invasion normande qui vient principalement de l'estuaire de la Loire. Charles le Chauve réagit en confiant ce résidu occidental perdu de la Neustrie dès 861[24] ou 862[25] à un marquis de Neustrie, marche double composée du comté de Tours et du duché du Mans. Le premier est tenu par les Robertiens, qui sont mandatés directement par le roi. Le second l'est par la puissante et antique famille locale[26] des Rorgonides. À côté de cette marche double, la partie orientale de l'ancienne Neustrie au-delà de la route Paris Tours, le futur Orléanais, échappe également à l'autorité directe du roi au moins jusqu'en 898[27].

L'occupation bretonne jusqu'à la Sarthe est actée par le traité d'Entrammes que signent en 863 le roi Charles le Chauve et son homologue Salomon, assassin et successeur d'Erispoë. En 866, les français sont défaits par les normands à Brissarthe et en 867, par le traité de Compiègne, Charles le Chauve est contraint de reconnaître la suzeraineté de la Bretagne sur le Cotentin[28] qui n'est plus relié que par la mer. A son nord ouest, la frontière occidentale de la Neustrie recule officiellement sur la Vire, le Bessin et ce qui n'est pas encore appelé la campagne de Caen, précédemment occupés par les bretons[23], étant de fait abandonnés à des seigneurs saxons très autonomes[29].

Démantèlement (885-955)[modifier | modifier le code]

En 885, les normands reprennent les hostilités à la fois contre la Bretagne et contre la France, cette fois principalement à partir du nord du Cotentin, de l'estuaire de l'Orne et de celui de la Seine. Paris est assiégé en 885, Saint-Lô est prise en 889. La double marche de Neustrie est confiée en 886 au comte de Bayeux, Bérenger de Neustrie, puis en 888 à Robert. Ce dernier est le fils de Robert le Fort tué par les normands à Brissarthe et est fait comte de Paris, par son frère Odon, usurpateur du trône reconnu par ses pairs. Il la réorganise en deux fronts. Une première marche fait face depuis Tours aux bretons, lesquels, sous le règne d'Alain Ier de Bretagne, respectent une paix relative, d'autant que leur présence jusqu'à la Sarthe n'est pas contestée[30]. Une seconde marche depuis le Mans fait face aux normands.

Sur ce second front, les hostilités se concluent en 911 par le traité de Saint-Clair-sur-Epte qui concerne la Neustrie. Une partie de celle ci, entre ses frontières du Bessin et de la Seine, au nord du Perche et de l'Hiémois, qui restera franc-alleu jusqu'au XIe siècle[31], est cédée au chef de guerre Rollon pour relier l'estuaire de la Seine colonisé par les vikings et celui de l'Orne colonisé par les saxons et constituer la Northmannie ou Normandie.

Le résidu occidental de la marche de Neustrie, soit sa partie à l'ouest de l'axe Paris Tours, est simultanément confié au commandement unique du comte Robert, qualifié du titre de Demarche[32] (demarcus[33]), c'est-à-dire des deux marches ou de la marche double (à ne pas confondre avec demarchus du grec Δήμαρχος, chef de dème[34]). Lé région, hormis la vallée de la Loire et les alentours du Mans, échappe en fait à l'administration française[27]. En 932, le comte des Normands Guillaume Longue Épée annexe à la Normandie le Cotentin et l'Avranchin bretons, avec le Mont Saint Michel.

Velléité d'indépendance d'un royaume de Neustrie (956-977)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Thibaud Ier de Blois.

Durant le règne du jeune Lothaire, la région jusqu'à la baie de Seine hormis le val de Loire est toujours abandonnée[27] aux bretons ou aux pirates. Thibault le Tricheur, allié des ingelgeriens d'Anjou et ancêtre des richissimes comtes de Champagne, proclame son indépendance, sans s'arroger de titre royal cependant. Il fonde toutefois un royaume de Neustrie sans roi en 958, deux ans après la mort du régent Hugues le Grand, deux avant la nomination d'un robertien au titre de Duc des francs et trente huit avant le coup d'état d'Hugues Capet. Il échoue dans sa tentative initiée en 961 de récupérer la part de Neustrie conquise par les normands mais étend ses possessions du Blésois et de la Touraine sur le Berry jusqu'au Sancerrois.

Le terme et le projet de Neustrie ne survit pas à la dynastie carolingienne, à la destruction puis l'occupation du Mans par les normands en 1060, et à l'émergence des principautés d'Anjou, du Maine, de Blois et d'Orléans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Actes de colloques[modifier | modifier le code]

  • Atsma (Hartmut), La Neustrie : les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Actes du colloque historique international, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1989, 2 vol. (XXXI-593 et VII-543 p.) (voir la notice bibliographique du catalogue général de la BNF).

Articles[modifier | modifier le code]

Catalogues d'exposition[modifier | modifier le code]

  • Périn (Patrick ) et Feffer (Laure-Charlotte ), La Neustrie : les pays au nord de la Loire de Dagobert à Charles le Chauve (VIIe-IXe siècles), Rouen, Musées départementaux de la Seine-Maritime, 1985, 471 p. (ISBN : 2-902093-03-9 ; voir la notice bibliographique du catalogue général de la BNF).

Renvois[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b B. Krusch, « Chronicon Fredegari » IV 76 in Scriptores rerum merowingicarum, II, p. 159, MGH, Hanovre, 1888.
  2. a et b K.F. Werner, Untersuchungen zur Fruhzeit des Franzôsischen Fûrstenhims, in Welt als Geschichte, p. 264-270, W. Kohlhammer Verlag, Stuttgart, 1958.
  3. E. Favre, Eudes, comte de Paris et roi de France (882-898), p. 160, Bibliothèque de de la section "Histoire et philologie" de l'École des hautes études, Paris, 1893.
  4. a, b et c A. Eckel, Charles le Simple, p. 36, Bibliothèque de de la section "Histoire et philologie" de l'École des hautes études, Paris, 1899.
  5. J. Boussard, L'origine des familles seigneuriales dans la région de la Loire moyenne, p. 310-313, in Cahiers de civilisation médiévale, t. V, p. 303-322, CESCM, Poitiers, 1962.
  6. J. Boussard, La seigneurie de Bellême aux Xe et XIe siècles, in Mélanges d'histoire du Moyen Âge dédiés à la mémoire de Louis Halphen, p. 43-54, PUF, Paris, 1950.
  7. J. Boussard, Les destinées de la Neustrie du IXe au XIe siècle, Colloque d'histoire du haut Moyen Âge, Bamberg, du 29 avril au 1er mai 1966., in Cahiers de civilisation médiévale no 41, p. 25, mars 1968.
  8. M. Bouvier-Ajam, Dagobert Roi des Francs, , p. 37, coll. Figures de proue, Tallandier, Paris, 2000.
  9. J. Dhondt, Études sur la naissance des principautés territoriales en France (IXe ‑ Xe siècle), pp. 277-284 ey 83, Université royale de Gent, Werken Fac. Wijsbegeer en Letteren, Bruges, 1948.
  10. J. Dhondt, Études sur la naissance des principautés territoriales en France (IXe ‑ Xe siècle), p. 82 ey 83, Université royale de Gent, Werken Fac. Wijsbegeer en Letteren, Bruges, 1948.
  11. J. Boussard, Les destinées de la Neustrie du IXe au XIe siècle, Colloque d'histoire du haut Moyen Âge, Bamberg, du 29 avril au 1er mai 1966., in Cahiers de civilisation médiévale no 41, p. 17, mars 1968.
  12. F. Grat, J. Vielliard & S. Clemencet, Annales de Saint-Bertin, p. 97, 166 et 181, Société historique de France, Paris, 1964.
  13. E. Ewig, Descriptio Franciae, in Karl der Grosse. Lebenswerk und Nachleben, t. I, p. 141-177, W. Braunfels & H. Beumann, Düsseldorf, 1965.
  14. J. Stevenson, Nennii Historia Brittonum, § 25, Sumptibus Societatis, Londres, 1838.
  15. Zozime, "Histoire nouvelle" V 10.
  16. F. Lot & L. Halphen, Le règne de Charles le Chauve (840-877), 1re partie (840-851), p. 88-89, Bibliothèque de la section "Histoire et philologie" de l'École des hautes études, Paris, 1909.
  17. F. Grat, J. Vielliard & S. Clemencet, Annales de Saint-Bertin, p. 88-89, Société historique de France, Paris, 1964.
  18. F. Grat, J. Vielliard & S. Clemencet, Annales de Saint-Bertin, p. 64, Société historique de France, Paris, 1964.
  19. J. Boussard, Les destinées de la Neustrie du IXe au XIe siècle, Colloque d'histoire du haut Moyen Âge, Bamberg, du 29 avril au 1er mai 1966., in Cahiers de civilisation médiévale no 41, p. 27, mars 1968.
  20. F. Grat, J. Vielliard & S. Clemencet, Annales de Saint-Bertin, p. 193, Société historique de France, Paris, 1964.
  21. F. Grat, J. Vielliard & S. Clemencet, Annales de Saint-Bertin, p. 192, Société historique de France, Paris, 1964.
  22. F. Lot, La grande invasion normande de 856-862, in t. LXIX, p. 5-62, Bibliothèque de l'École des chartes, Paris, 1908.
  23. a et b F. Lot & L. Halphen, Le règne de Charles le Chauve (840-877), 1re partie (840-851), p. 174, Bibliothèque de la section "Histoire et philologie" de l'École des hautes études, Paris, 1909.
  24. F. Kurze, Chronicon Reginoni, p. 79, M.G.H., Hanovre, 1890.
  25. E. Favre, Eudes, comte de Paris et roi de France (882-898), p. 2-5, Bibliothèque de de la section "Histoire et philologie" de l'École des hautes études, Paris, 1893.
  26. J. Boussard, Les destinées de la Neustrie du IXe au XIe siècle, Colloque d'histoire du haut Moyen Âge, Bamberg, du 29 avril au 1er mai 1966., in Cahiers de civilisation médiévale no 41, p. 19, mars 1968.
  27. a, b et c J. Boussard, Les destinées de la Neustrie du IXe au XIe siècle, Colloque d'histoire du haut Moyen Âge, Bamberg, du 29 avril au 1er mai 1966., in Cahiers de civilisation médiévale no 41, p. 24, mars 1968.
  28. G. Minois, Nouvelle histoire de Bretagne, p. 165, Fayard, Mesnil sur l'Estrée, 1992.
  29. Ch. Pilet, « Installation anglo saxonnes en Basse Normandie au Ve, VIe, VIIe siècle ? » in Les barbares de la mer : les migrations des peuples du nord ouest de l'Europe du Ve au VIIIe siècles, p. 111 à 130, Éditions Jean Yves Marin, Caen, 1992.
  30. J. Boussard, Les destinées de la Neustrie du IXe au XIe siècle, Colloque d'histoire du haut Moyen Âge, Bamberg, du 29 avril au 1er mai 1966., in Cahiers de civilisation médiévale no 41, p. 29, mars 1968.
  31. J. Boussard, La seigneurie de Bellême aux Xe et XIe siècles, in Mélanges d'histoire du Moyen Âge dédiés à la mémoire de Louis Halphen, p. 44, PUF, Paris, 1950.
  32. H. Guillotel, Une autre marche de Neustrie, in Onomastique et parenté dans l'Occident médiéval, p. 9, coll. Prosopographica et Genealogica, Unit for Prosopographical Research of Linacre College, Oxford, 2000 (ISBN 1-900934-01-9).
  33. J. Mabillon, Annales ordinis Sancti Benedicti occidentalium monachorum patriarchae, t. III, p. 709, col. 2, Charles Robustel éd., Paris, 1706
  34. Ch. du Cange & al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, t. III, col. 056a, L. Favre, Niort, 1883‑1887.