Loup (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Loup (rivière).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loup (homonymie).
le Loup
Un affluent forme la cascade de Courmes, dans les gorges du Loup.
Un affluent forme la cascade de Courmes, dans les gorges du Loup.
alt=      Images externes    AAPPMA des Alpes-Maritimes         Plan de situation du Loup
Images externes
AAPPMA des Alpes-Maritimes
Plan de situation du Loup
Caractéristiques
Longueur 49,3 km [1]
Bassin 264 km2 [1]
Bassin collecteur le Loup
Débit moyen 4,5 m3/s (Villeneuve-Loubet) [2]
Régime pluvial méridional
Cours
Source nord de la montagne de l'Audibergue
· Localisation Andon
· Altitude 1 200 m
· Coordonnées 43° 46′ 27″ N 6° 47′ 14″ E / 43.774167, 6.787222 (Source - le Loup)  
Embouchure la Mer Méditerranée
· Localisation Cagnes-sur-Mer
· Altitude 0 m
· Coordonnées 43° 39′ 52″ N 7° 08′ 56″ E / 43.664444, 7.148889 (Embouchure - le Loup)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Ganière
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Alpes-Maritimes
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

Le Loup est un fleuve côtier méditerranéen de France du département des Alpes-Maritimes, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui se jette dans la Mer Méditerranée.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur de son cours d'eau est de 49,4 km[1].

Le Loup naît au nord de la montagne de l'Audibergue sur le territoire de la commune d'Andon, petite localité des Alpes-Maritimes construite à près de 1 200 mètres d'altitude et entourée de petites stations de sports d'hiver. Il se dirige d'abord vers l'est, puis effectue un virage vers le sud et forme les Gorges du Loup. Arrivé au Bar-sur-Loup, il reprend sa course vers l'est, passe au sud de la ville de Vence, puis s'orientant vers le sud-est arrive en vue de l'agglomération niçoise (Villeneuve-Loubet). Il se jette peu après dans la mer Méditerranée au Sud-Ouest de Cagnes-sur-Mer.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La superficie du bassin versant Le Loup (Y561) est de 264 km2[1]. Le bassin versant est constitué à 83,22 % de forêts et milieux semi-naturels, à 10,82 % de territoires artificialisés, à 6,23 % de territoires agricoles.


Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le débit du Loup a été observé pendant une période de 34 ans (1980-2013), à Villeneuve-Loubet, localité du département des Alpes-Maritimes, située au niveau de son embouchure dans la mer Méditerranée[2]. Le bassin versant du fleuve y est de 279 km2, soit sa quasi-totalité, et à 2 m d'altitude.

Le module du fleuve à Villeneuve-Loubet est de 4,5 m3/s.

Le Loup présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Les hautes eaux se déroulent de l'automne au printemps, et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 5,0 à 8,23 m3/s, d'octobre à mai inclus avec deux maxima. Le premier se présente en novembre à 8,23 m3 et est dû aux pluies d'automne; il est suivi d'une baisse assez importante jusqu'au niveau de 4,38 en février et mars. Le second maximum se déroule en avril avec 5,48 m3/s (pluies de printemps). Dès juin le débit s'effondre jusqu'aux basses eaux qui surviennent en été, de juillet à septembre, et s'accompagnent d'une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 0,585 m3 au mois d'août.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Y5615030 - Le Loup à Villeneuve-Loubet (Moulin du Loup) pour un bassin versant de 279 km2 et à 2 m d'altitude[2]
(le 08-08-2013 sur 34 ans de 1980 à 2013)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable
Gorges du Loup

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Le VCN3 peut cependant chuter jusque 0,130 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, soit 130 litrespar seconde , ce qui peut être qualifié d'assez sévère.

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part les crues peuvent être fort importantes, du moins compte tenu de l'exiguïté du bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 98 et 150 m3/s. Le QIX 10 vaut 180 m3/s, tandis que le QIX 20 se monte à 210 m3/s et le QIX 50 à 250 m3/s. Toutes proportions gardées, ces crues sont équivalentes à celles du Var, son grand voisin.

Le débit instantané maximal enregistré à Villeneuve-Loubet a été de 228 m3/s le 12 janvier 1996, tandis que la valeur journalière maximale était de 199 m3/s le même jour. En comparant le premier de ces chiffres aux valeurs des différents QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était d'ordre cinquantennal, et donc assez exceptionnelle et destinée à se reproduire deux fois par siècle environ. La hauteur maximale instantanée a été de 356 cm ce même 12 janvier 1996 soit 3,56 m.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin du Loup est de 489 millimètres annuellement, ce qui est élevé, valant largement plus que la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, mais un peu inférieur au bassin versant du Var (553 millimètres) qui bénéficie quant à lui des fortes précipitations sur de hauts sommets alpins. Le débit spécifique (ou Qsp) se monte dès lors à un robuste 15,2 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

  • Andon et ses stations de sports d'hiver.
  • Le Saut du Loup
  • Les Gorges du Loup

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fleuve Loup servait de frontière orientale au peuple ligure des Déciates[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Gagnière, Gorges-du-Loup (Alpes-Maritimes), Gallia Préhistoire, IV, 1961, p. 378-379.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Loup (Y5610500) » (consulté le 20 août 2013)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Loup à Villeneuve-Loubet (Moulin du Loup) (Y5615030) » (consulté le 20 août 2013)
  3. Danièle Roman, « M. Fulvius Flaccus et la frontière transalpine », In Yves Roman (directeur de publication) La Frontière, Séminaire de recherche, Lyon : Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 1993. p. 60