Charente (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charente.
Charente
Rameurs à l'aviron (quatre barré) sur la Charente.
Rameurs à l'aviron (quatre barré) sur la Charente.
Caractéristiques
Longueur 381,4 km [1]
Bassin 9 855 km2 [1]
Bassin collecteur Charente
Débit moyen 49 m3/s (Chaniers) [2]
Régime pluvial océanique
Cours
Source Limousin
· Localisation Chéronnac
· Altitude 295 m
· Coordonnées 45° 45′ 25″ N 0° 46′ 08″ E / 45.75694, 0.76889 (Source - Charente)  
Embouchure océan Atlantique
· Localisation Port-des-Barques
· Altitude 0 m
· Coordonnées 45° 57′ 19″ N 1° 04′ 41″ O / 45.95528, -1.07806 (Embouchure - Charente)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Touvre, , Seugne
· Rive droite Boutonne
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Charente, Charente-Maritime, Vienne, Haute-Vienne
Régions traversées Limousin et Poitou-Charentes
Principales villes Angoulême, Jarnac, Cognac, Saintes, Rochefort

Sources : Sandre, Géoportail, Banque Hydro
Bassin La Pérouse, port de plaisance de Rochefort

La Charente (en saintongeais Chérente, en occitan Charanta) est un fleuve français du Bassin aquitain. Prenant sa source à Chéronnac dans la Haute-Vienne à 295 mètres d'altitude, elle traverse ensuite les départements de la Charente, une petite partie de la Vienne, la Charente à nouveau, la Charente-Maritime avant de se jeter dans l'océan Atlantique entre Port-des-Barques et Fouras par un large estuaire.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le fleuve était connu, à l'époque gallo-romaine, sous le nom grec de Κανεντελος (Kanentelos). Cet hydronyme est mentionné par le célèbre géographe grec Claude Ptolémée en 140 après Jésus-Christ[3].

La Charente à Fléac

La plus ancienne mention en langue latine du fleuve Charente se trouve dans un texte d'Ausone, poète gallo-romain du IVe siècle, lequel l'appelle Carantonus[4]. Ensuite, on trouve les mentions médiévales Karente en 799, Karantona en 874, Carentum en 891[5]. Certaines formes anciennes sont semblables à celle de la Charentonne (Eure, Carentona 1050, Karentone 1339) et la Carantona, rivière d'Espagne[réf. nécessaire].

La chute du suffixe -on- est attestée dès le haut Moyen Âge dans la forme Karente de 799.

Il existe un terme onno dans le glossaire de Vienne signifiant flumen « cours d'eau », dont la celticité est douteuse et qui serait issu du thème indo-européen *ud-r/n- (grec húdōr > hydro-, gotique wato « eau »), d'où *udnā « eau » > unna > onno[6]. Certains rapprochent l'ancien suffixe -on- de « Charente » de ce terme attesté et identifié avec davantage de certitude dans d'autres noms de rivières. Cependant, le non redoublement de -n- pose problème. Aussi, Ernest Nègre[6] considère qu'il s'agit simplement du suffixe gaulois -ona.

Tout comme pour la terminaison, la nature du premier élément ne fait pas l'unanimité parmi les spécialistes :

  • Pierre-Yves Lambert reconstruit *Carantonā, dérivé de Carantō basé sur le thème gaulois *karant « ami, qui aime » cf. breton kar, kerant « parents »[7]. Charente signifierait alors « cours d'eau ami » à cause de son cours lent et paisible[8].
  • Ernest Nègre[8] propose un préceltique *caranto « sable ». La Charente serait donc « la sablonneuse ».

La Charente a donné son nom :

La Charente est appelée Chérente en saintongeais, et Charanta dans le dialecte limousin de la langue occitane.

Géographie[modifier | modifier le code]

Départements, villes et communes traversés[modifier | modifier le code]

Description géographique du cours[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le cours de la Charente, face à l'île d'Oléron et à l'île Madame.

La longueur totale du fleuve est de 381,4 km[1], dont 224 km concernent le seul département de la Charente. Pris en ligne droite de sa source à son embouchure, sa longueur est seulement de 160 km, le fleuve double presque son parcours du fait de ses nombreux méandres. La Charente se divise en plusieurs bras en divers points favorisant la formation d'îlots, dont la plupart sont inondables et inhabités.

La Charente se jette dans l'océan Atlantique par une large embouchure entre Fouras et Port-des-Barques en aval et au sud de Rochefort.

Son bassin versant est de 10 549 km2[9].

Comme l'a décrit si justement un éminent géographe, "la vallée de la Charente est à bien des égards le lien entre toutes les régions charentaises" et " c'est en grande partie à son tracé qu'elle le doit"[10].

La haute vallée de la Charente[modifier | modifier le code]

La source à Chéronnac, en Haute-Vienne

Tout d'abord, son cours débute dans la partie ouest du Massif central, correspondant au Limousin caractérisé par son socle de roches cristallines imperméables. Sa source se trouve à Chéronnac dans la Haute-Vienne à 295 mètres d'altitude, et elle coule vers le nord-ouest sur douze kilomètres avant d'entrer dans le département de la Charente au lac de Lavaud. Ce dernier est une retenue d'eau datant de la construction du barrage de Lavaud en 1990. Un affluent, la Trèze, alimente aussi le lac de Lavaud.

Peu après, le fleuve reçoit sur sa rive gauche la Moulde, porteuse du barrage du Mas Chaban construit en 1989. Le lac du Mas-Chaban est alimenté par la Moulde, rivière grossie du Cluzeau, du Mas de Lépi, du Turlut et directement sur la rive gauche du lac du Petit Pont.

Cette partie de la vallée qui correspond à la haute vallée de la Charente constitue également un point de contact géologique entre le massif granitique de la Charente limousine et les terrains secondaires du calcaire jurassique inférieur des pays charentais dont la limite est Chantrezac[10].

Le cours du fleuve prend ensuite une direction nord-ouest et ses eaux entrent dans le département de la Vienne s'écoulant sur 47 kilomètres. Dans sa brève incursion en terre poitevine, la Charente reçoit sur sa rive droite le Transon, atteint Charroux, bourg situé sur son affluent de rive droite, le Merdançon, et vire à l'ouest vers Civray.

La vallée de la Charente entre Ruffec et Angoulême[modifier | modifier le code]

En quittant la petite cité de Civray, le fleuve revient dans le département de la Charente où son cours se dirige alors plein sud. Il se caractérise dès lors par une vallée plus large et par de nombreux et profonds méandres, traversant un grand nombre de villages et bourgs pittoresques dont Condac, aux portes de Ruffec, Verteuil-sur-Charente et son magnifique château, Lichères et sa belle église romane, Bayers puis Mansle.

Sa vallée, en aval de Mansle, est alors dénommée par certaines sources le Val d'Angoumois[11],[12],[13],[14] et, ce, jusqu'aux portes d'Angoulême, où les méandres prennent une ampleur maximale et ont calibré une large vallée. Cette appellation géographique relativement récente n'est toutefois pas utilisée localement.

En amont de Mansle, le fleuve reçoit sur sa rive gauche le Son-Sonnette, petit affluent formé du Son qui passe par Saint-Claud et de la Sonnette, puis la Charente reçoit la Bonnieure qui arrose Chasseneuil. Ces deux rivières s'écoulent plein ouest depuis Roumazières-Loubert. Il en est de même pour la Tardoire, cette dernière étant grossie des eaux du Bandiat et se jetant dans la Bonnieure. La Tardoire et le Bandiat ont également leurs lieux de source en Haute-Vienne et leurs cours remontent selon une direction nord-ouest en passant notamment pour la Tardoire par Montbron et La Rochefoucauld, et pour le Bandiat par Nontron en Dordogne.

De son lieu de source jusqu'à Mansle (alt. 55 m), la pente est forte avec un dénivelé de 185 m sur 127 km, ce qui rend impossible la navigation fluviale[15].

Depuis Mansle jusqu'au Port-du-Lys, en aval de Cognac (alt. 5 m), où la longueur du cours est de 130 km, la pente devient particulièrement faible. C'est alors que le fleuve paresse dans de larges méandres mais est accessible à la navigation fluviale à partir d'Angoulême.

Le moulin de Vars sur la Charente

Après un petit détour vers l'ouest où se nichent le gros village de Marcillac-Lanville dans la tête du méandre et le village de La Chapelle dans l'angle du même méandre et après avoir reçu l'Aume sur sa rive droite, le fleuve repart vers le sud et arrose des villages, des bourgs et des petites villes dont Montignac-Charente, Vars, Vindelle, Balzac, Saint-Yrieix-sur-Charente et Gond-Pontouvre avant d'arriver à Angoulême, la plus grande ville riveraine du fleuve.

En Angoumois, la Charente et ses affluents traversent des plateaux calcaires fissurés favorisant la présence de gouffres et de résurgences. Les sources de la Touvre, alimentées par des rivières souterraines provenant du karst de La Rochefoucauld, sont par leurs débits la deuxième résurgence de France, après celles du Vaucluse. L'eau provient essentiellement des pertes du Bandiat et de la Tardoire[16]. Dans une moindre mesure, des eaux de la Bonnieure et de l'Échelle y contribuent. La cause de la résurgence est la faille de l'Échelle où une épaisseur de 500 m de marnes du Kimméridgien inférieur imperméable barre la route à l'écoulement souterrain des eaux et les oblige à remonter à la surface[15].

La Charente à l'Houmeau, au pied de la cité d'Angoulême

La Charente passe ensuite au pied de l'ancienne cité d'Angoulême, chef-lieu du département, en faisant une large boucle.

La vallée de la Charente entre Angoulême et Cognac[modifier | modifier le code]

Jarnac, vue de la célèbre cité depuis le Pont du Parc

Après Angoulême, le cours du fleuve se dirige résolument vers l'ouest. Le reste de son bassin versant est formé de terrains imperméables et de calcaires qui, une fois gorgés d'eau, se comportent comme des terrains imperméables. Il reçoit notamment sur sa rive droite les eaux de la Nouère, de la Soloire et de l'Antenne et sur sa rive gauche celles de l'Anguienne, des Eaux-Claires, de la Charraud, de la Boëme et du , ce dernier étant canalisé dans sa partie aval jusqu'à son lieu de confluence au Port-du-Lys, à la limite administrative des deux départements charentais.

Depuis Angoulême jusqu'au département de la Charente-Maritime, la Charente arrose de nombreux bourgs et villes pittoresques qui sont d'amont en aval Saint-Michel, Trois-Palis, Nersac, Sireuil, Châteauneuf-sur-Charente, Vibrac, les villages gabariers de Saint-Simeux et Saint-Simon, Bassac, Jarnac, Bourg-Charente, Cognac et Merpins. Cette partie de la vallée prend alors parfois le nom de prée de Jarnac[13] ou Val de Jarnac[17].

C'est à partir d'Angoulême que la navigation fluviale est rendue possible et, ce, jusqu'à Rochefort, c'est-à-dire pendant 170 km. Du temps de la prospérité florissante du trafic des marchandises sur le fleuve au XIXe siècle, toutes les villes et nombre de villages étaient alors équipés d'un quai d'embarquement et d'expédition et la voie de halage qui longe la Charente est l'illustration la plus parlante de cette splendeur révolue.

La vallée de la Charente entre Cognac et Saint-Savinien[modifier | modifier le code]

Saint-Savinien, une ravissante petite cité sur la Charente

À partir de Cognac et notamment du Port-du-Lys[18] jusqu'à Saint-Savinien, de nombreux villages, bourgs et villes sont traversés par le fleuve dont, sur la rive droite, Dompierre-sur-Charente, Chaniers, Saintes, Taillebourg, Saint-Savinien et, sur la rive gauche, Brives-sur-Charente, Rouffiac, Port-d'Envaux, Crazannes. La vallée de la Charente prend alors parfois le nom de Val de Saintonge[11],[19].

En Charente-Maritime, les affluents notables sont sur la rive droite, la Boutonne qui est le plus long affluent de la Charente, et sur sa rive gauche, la Seugne et l'Arnoult.

Si la navigation pour le transport de marchandises a totalement disparu au tournant du XXe siècle, la navigation de plaisance a pris le relais et connaît un bel essor assurant des liaisons touristiques depuis Saint-Savinien, Taillebourg, Saintes et Chaniers en Charente-Maritime et se prolongeant vers Cognac et Jarnac dans le département voisin.

Sur les 93 km de parcours en Charente-Maritime, la pente du fleuve est quasi nulle et l'effet de la marée qui se fait sentir jusqu'à Saintes bloque partiellement l'écoulement jusqu'à Cognac et Jarnac, ce qui contribue à augmenter les inondations lors des crues, quelquefois spectaculaires[15]. Les zones inondables en aval de Cognac jusqu'à l'estuaire s'appellent localement les prées.

La basse vallée et l'estuaire de la Charente[modifier | modifier le code]

Image satellite de l'embouchure de la Charente et de la ville de Rochefort
L'embouchure de la Charente et la ville de Rochefort prises par le satellite Spot

La basse vallée de la Charente commence au site fluvial de Saint-Savinien qui était encore au XIXe siècle un important centre de batellerie sur le fleuve. Saint-Savinien est en effet situé au point où la marée se fait encore nettement sentir pour supporter la navigation maritime mais pas assez cependant pour permettre l'accès aux navires modernes dont le tirant d'eau a considérablement évolué. C'est donc à Tonnay-Charente que les conditions du trafic maritime sont les plus favorables à la navigation moderne du fait de la marée qui se fait particulièrement ressentir, le site portuaire pouvant recevoir des navires jaugeant plus de 5 000 tonnes[20]. Avec Rochefort, ces deux villes fluviales, qui sont situées toutes deux sur la rive droite du fleuve, sont des ports maritimes encore actifs aujourd'hui permettant un trafic fluvial annuel d'environ un million de tonnes.

En aval de Rochefort commence l'estuaire de la Charente où le fleuve s'élargit rapidement et dessine deux profonds méandres avant de se jeter dans l'océan Atlantique. Sur la rive droite sont situés d'amont en aval Vergeroux, Saint-Laurent-de-la-Prée et Fouras tandis que sur la rive gauche se trouvent Soubise, Saint-Nazaire-sur-Charente et Port-des-Barques. Cet estuaire est marqué par des hauts fonds et est gardé par l'Île Madame.

L'embouchure du fleuve s'élargit considérablement entre Fouras sur sa rive droite et Port-des-Barques sur sa rive gauche s'évasant sur environ quatre kilomètres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Avec une longueur de 381 km[1], le fleuve est classé navigable sur 196 km (dont 103 classés en maritime[21]) depuis Montignac situé à la cote 40 m, mais surtout depuis Angoulême à la cote 29 m jusqu'à l'océan Atlantique. En réalité, seuls 179 km sont réellement navigables grâce aux 21 écluses dont 2 sont classées maritimes[15].

D'Angoulême au Port-du-Lys - commune de Merpins -, le gabarit des écluses est de 28 m sur 6,35 m, la hauteur libre 3,60 m. Ensuite, dans la portion du fleuve classée en "maritime" qui va du Port-du-Lys jusqu'à l'océan, le gabarit des écluses est de 34,80 m sur 6,30 m pour l'écluse de la Baine, située dans la commune de Chaniers, en amont de Saintes, et de 50 m sur 8 m pour l'écluse de Saint-Savinien, avec une hauteur libre de 5,65 m[22].

L'ensemble du réseau des cours d'eau contributeurs du bassin versant de la Charente (10 549 km2) est de 6 000 km.

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Vue du pont de la Trache
L'Antenne à Javrezac
Depuis un emplacement de pêche

D'amont en aval, la Charente a comme affluents :

Canal[modifier | modifier le code]

La Charente est reliée à la Seudre par le canal de la Charente à la Seudre ou canal de la Bridoire.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le débit de la Charente mesuré à Vindelle (Angoulême) va de 1 m3/s en étiage ramené maintenant à 3 m3/s par des lachers des retenues des lacs de Mas-Chaban et de Lavaud à 630 m3/s au maximum de la crue de décembre 1982. Le débit moyen annuel à Saintes est de 140 m3/s avec en septembre un minimum moyen de 80m3/s et en janvier un maximum moyen de 210 m3/s[23].

Retenues de soutien d'étiage[modifier | modifier le code]

Un plan pour l'écrêtement des crues est à l'étude depuis de nombreuses années sur le cours de la Charente. Fleuve lent et méandreux, la Charente connait un fonctionnement très particulier puisque 60% de son tracé se situe en dessous du niveau de la mer. Son bassin hydrographique compte plus de 10 000 km et touche 6 départements: Haute-Vienne, Dordogne, Vienne, Deux-Sèvres, Charente et Charente-Maritime. Deux barrages soutiennent le débit de la Charente lorsque les niveaux atteignent leur niveau d'étiage : les lac de Lavaud et lac du Mas-Chaban qui ont pour but de garantir un débit minimum afin de préserver l'écosystème fluvial et satisfaire aux besoins en eau, eau potable mais aussi eau pour les agriculteurs irriguants. L'Institution interdépartementale du fleuve Charente et de ses affluents, en est le maître d'ouvrage et un « protocole de gestion des eaux de la Charente 175 a été signé en 1992 puis a été intégré dans le SDAGE Adour-Garonne (Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux).

Le débit de la Charente est mesuré à la station de Vindelle et l'objectif est d'y maintenir un D.E.O. (débit d'objectif d'étiage) de 3 m3/s. Celui-ci qui a connu des baisses jusqu'à 1 m3/s ne devrait plus descendre au-dessous de 2,5 m3/s.

Crues et inondations[modifier | modifier le code]

Crue de la Charente en mars 2007 à Cognac

La Charente déborde très régulièrement tous les ans et le bassin rural en contact avec la nature admet le phénomène. Les crues sont saisonnières et celle de grande ampleur sont fréquentes provoquant des inondations. La région garde le souvenir de celles de 1882, 1904, 1910, 1937, 1952, 1966, 1982 crue centennale, 1994 presque centennale, et 2000 centennale. Elles durent longtemps : un mois en 1982, cinq mois en 2000-2001.

Si les inondations sont étendues, c'est parce que le lit mineur du fleuve est étroit, peu profond, vite saturé et qu'il déborde alors ; comme le lit majeur est plat et imperméable, l'eau s'étend sur toute la vallée. Et si les inondations mettent longtemps à régresser, c'est dû à une pente très faible et à l'effet de la marée ce qui freine la résorption de l'inondation. Les zones inondables sont pour 82 % des surfaces cultivées, 16 % des zones naturelles ou des zones humides et 2 % des zones urbaines ou d'activités (860 ha dont 95 ha à Angoulême, 53 ha à Cognac, 135 ha à Saintes, Rochefort étant surtout exposé à un risque maritime). Lors de la crue de décembre 1982, il passait 630 m3/s sous les ponts d'Angoulême et 815 m3/s sous les ponts de Saintes. Alors que l'alerte est à Angoulême à +3,60 m, la crue a atteint la cote de +6,82 m (et à Saintes + 6,99 m)[23].

Il a été mis en place un PAPI (programme d'actions et de prévention des inondations) copiloté par l'État et l'Institution du fleuve Charente qui est un EPTB (établissement public territorial de bassin). Des études ont été menées et des projets sont en cours ou déjà en activité. Le service de prévision des crues pour le bassin de la Charente annonce les crues et leur arrivée depuis l'amont. En effet, l'onde de crue met 24 h pour aller de Mansle à Angoulême puis 48 h pour atteindre Saintes. Cela permet d'anticiper et d'agir sur les affluents en ouvrant tous les ouvrages pour les vider avant la crue puis les fermer partiellement afin qu'un apport des affluents ne vienne pas aggraver la crue du fleuve. Cela permet aussi une alerte et d'évacuer les zones inondables (en particulier les véhicules et les chantiers). L'envasement de la Charente en amont de Saint-Savinien est un facteur aggravant les inondations et le curage devrait réduire leur niveau de 5 à 10 cm à Saintes. Il est aussi envisagé des chenaux, mis en eau uniquement lors des crues, pour couper trois des méandres en aval de Saintes, entre le pont Palissy et Bussac. Divers ouvrages qui entravaient l'écoulement du fleuve ont été modifiés, comme l'avancée de quai au pont de Saintes. Enfin la restauration de marais, sites de stockage dans des zones naturelles sur les affluents sont à l'étude, ceux déjà programmés sont sur la Soloire, sur l'Antenne et sur la Seugne amont. Et l'Agence de Bassin Adour-Garonne doit intervenir dans la restauration des zones humides.

Marées[modifier | modifier le code]

Mouillage en amont du pont suspendu à Tonnay-Charente

.

L'amplitude des marées qui est de 6,50 m à l'embouchure n'est plus que de 5,40 m à Rochefort puis le barrage de Saint-Savinien atténue son effet. Un relevé du 19 mars 1973 montre une diminution d'amplitude de la marée à partir des 4,14 m de Rochefort et 3,98 m à Tonnay-Charente, pour encore 1,80 m à Saint-Savinien, 0,80 m à Taillebourg et 0,18 m à Saintes.

Le jusant dure plus longtemps que le flot.

Les eaux douces apportées par la Charente se mélangent à l’eau de mer dans l'estuaire en position plus ou moins aval en fonction des débits de la Charente et de la hauteur des marées, ce qui provoque des variations de salinité. Cette variation est caractéristique de la zone des pertuis et favorise ainsi l’ostréiculture du bassin de Marennes-Oléron, de Fouras et l'île d'Aix.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une longue occupation humaine[modifier | modifier le code]

Les hommes de Néandertal ont vécu le long de la Charente et de ses affluents, d'environ 230 000 ans BP à leur extinction. Des restes de prénéandertaliens ont été retrouvés sur le site de Montgaudier sur la Tardoire près de Montbron, sur le site de La Chaise (la grotte Suard a livré des os d'enfants), et sur le site atelier de Fontéchevade. De très nombreux néandertaliens ont vécu en Charente, dans la grotte de Rochelot à Saint-Amant-de-Bonnieure, dans la vallée des Eaux-Claires tout près d'Angoulême, sur la rive droite du Voultron au site de La Quina, près de Villebois-Lavalette à Gardes-le-Pontaroux, qui a livré les restes fossiles de 27 néandertaliens, adultes et enfants, dans la grotte à Melon près de Châteauneuf-sur-Charente et en Charente-Maritime à la Roche-à-Pierrot, près de Saint-Césaire, qui a livré en 1979 un squelette néandertalien associé à un ensemble d'outils châtelperronien. Dans cette région, les néandertaliens ont probablement été contemporains des premiers Homo sapiens[24].

Article détaillé : Néandertal en Poitou-Charentes.

Sur la Tardoire, la grotte du Visage à Vilhonneur est une cavité ornée de peintures du paléolithique; la grotte Marcel Clouet, près du confluent de l'Antenne avec la Charente, a livré plus de 100 outils et 200 objets, bifaces, pointes, racloirs attribués au Moustérien de tradition acheuléenne et la Chaire à Calvin à Mouthiers-sur-Boëme un abri sous roche et un bas-relief magdalénien.

La Charente était déjà navigable à l'âge du fer et servait au transport du sel. La découverte de pirogues monoxyles en donne la preuve. Le port maritime des Celtes Santons se trouvait à son embouchure qui était alors un estuaire très profond et très découpé. Saintes, Cognac et Jarnac étaient des ports gallo-romains importants. Ausone célèbre la Charente et des chroniqueurs romains témoignent d'un important trafic fluvial. Ptolémée au IIe siècle trace les coordonnées du portus Santonum, le port maritime des Santones à l'embouchure du fleuve[15].

Les Vikings remontent la Charente vers 850, et détruisent Saintes et Angoulême. Dans la période qui va suivre, les hauteurs sur le fleuve vont se couronner de castrums qui seront ensuite rebâtis en pierre formant une suite de châteaux-forts, pour la plupart détruits durant la guerre de cent ans, le fleuve servant de frontière durant certains épisodes.

Durant le Moyen Âge, la Charente et ses affluents se couvrent de constructions, moulins, canaux, écluses. Ces divers travaux et les aménagements de chemins de halage, de quais, de dépôts, permirent la navigation jusqu'à Cognac au Xe siècle puis jusqu'à Angoulême au XVe siècle. Cognac et Basseau à Angoulême sont attestés ports saulniers à la fin du XIe siècle. Les gabares franchissaient les barrages des moulins par des pertuis. C'est François Ier qui a ordonné la construction de ces pas ou pertuis, écluses primitives sous forme de portes mobiles nommées aiguilles.

Citation :Henri IV de France dira un jour: Pour moi La Charente est le plus joli ruisseau du royaume.

Écluse en amont de Cognac.

La canalisation de la Charente avec construction d'écluses débute vers 1780; elle est confiée à Trésaguet. On ne sait pas exactement combien d'écluses ont été construites.

La navigation s'intensifie au XVIIIe siècle, décline rapidement à la fin du XIXe siècle alors que la partie comprise entre Montignac et Angoulême a été abandonnée dès le début du XIXe siècle.

Au XIXe siècle, les ports étaient d'une part Saintes, Saint-Savinien et Port-d'Envaux qui relevaient du quartier d'inscription maritime de Saintes, d'autre part Angoulême, Cognac, Taillebourg et Rochefort qui relevaient du quartier d'inscription maritime de Rochefort.

Article détaillé : Rochefort (Charente-Maritime).

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Villes et villages existent tout au long du fleuve depuis l'Antiquité. Il est donc possible de retrouver tous les types de patrimoine bâti traditionnels, ponts, puits, pigeonniers, maisons, fermes dont certains datent du Moyen Âge. Les églises romanes font la fierté de la vallée de la Charente ; chaque commune a la sienne.

Châteaux et remparts[modifier | modifier le code]

Les châteaux se suivent tout au long du cours du fleuve, en particulier sur les promontoires surplombant la vallée. D'abord le Château de Peyras à Roumazières-Loubert en Charente, reconstruit au XVe siècle après la guerre de cent ans, puis dans le département de la Vienne le château de Léray près de Civray du XVIe siècle et ensuite jusqu'à Angoulême les châteaux de Verteuil, Bayers, le donjon de Montignac, tous trois connus dès le XIe siècle et de Château de Balzac construit en 1600.

Sur les affluents, le Château de La Rochefoucauld joyau de la Renaissance est sur la Tardoire, le donjon de Marthon sur son affluent le Bandiat, le château de Blanzaguet-Saint-Cybard domine le Voultron, la Tour du Breuil à Dignac les sources de l'Échelle et le Château de Chalais rebâti en 1500 s'élève sur un éperon rocheux, entre la Tude et la Viveronne, d'où il domine la ville de Chalais. Le Château de la Tranchade, qui date du XIVe siècle, est à Garat sur la vallée de l'Anguienne à l'est d'Angoulême.

Angoulême est construit sur un éperon rocheux stratégique dominant un coude de la Charente. Le site fut occupé dès la préhistoire et le plateau est entouré de remparts dès l'époque romaine formant un balcon sur les vallées qui l'entourent[25].

Du Château d'Angoulême au donjon du XIIe siècle au Château de Cognac agrandi à la Renaissance, une suite de châteaux se dressent tout au bord du fleuve. Le Château de l'Oisellerie à La Couronne et le Château de Fleurac de Nersac sont du XVIe siècle. Des châteaux de Bouteville et de Jarnac il ne reste que des gravures et des ruines. Le Château de Bourg-Charente, le Château de Garde-Épée et le Château de Saint-Brice datent du XVIe siècle ou du tout début du XVIIe siècle.

Après Cognac, on trouve sur les bords de l'Antenne, deux châteaux Renaissance le Château de Matha en Charente-Maritime, et Château Chesnel à Cherves-Richemont. Le Château de Richemont a été rebâti au XVIIe siècle et le château d'Authon situé sur le Dandelot, affluent de Antenne date du XVIe siècle. Sur la Seugne le donjon de Pons a été reconstruit en 1187. Puis, après Saintes, le château de Crazannes et le château de Panloy à Port-d'Envaux sont du XVIe siècle et à Rochefort la corderie Royale a été construite à partir de 1666[26].

Ponts[modifier | modifier le code]

Pont sur la Charente à Vibrac

Tout au long du fleuve chaque ville s'est construite près d'un gué, d'un passage par bac ou d'un pont. Au cours du temps, ces ponts ont été souvent détruits et reconstruits. Ainsi à Cognac, le pont de bois en face de la porte de la ville a été remplacé par un pont de pierre puis reconstruit un peu en amont à son emplacement actuel. A Saintes, le pont a été rebâti au XIIe puis fin XIXe avec déplacement de l'arc-de-triomphe situé en son milieu. À Rochefort, un pont transbordeur remplace les bacs en 1900 ; le pont à travée levante détruit en 1991 est remplacé par le viaduc de Martrou, tout comme le pont suspendu de Tonnay-Charente qui a été fermé à la circulation automobile en 1964 et remplacé par le pont de Saint-Clément[15]. Mais, au-delà des ponts et viaducs actuels, il reste nombre de ponts extrêmement anciens, tout spécialement des ponts relativement petits que l'on découvre sur des affluents ou au passage de bras de faible largeur.

Bacs[modifier | modifier le code]

Bac à chaîne manuel

Avant l'édification des ponts, les bacs permettaient de franchir la Charente et certains sont encore en service, entre Chaniers et Courcoury et entre Dompierre-sur-Charente et Rouffiac bac nommé le "Châ p'tit va loin" (en service pendant la saison estivale).

Environnement[modifier | modifier le code]

La presque totalité du cours du fleuve et de ses affluents est en zone Natura 2000 : les territoires qui font partie de ce réseau européen sont les espaces essentiels à la survie des espèces (animales ou végétales) et des habitats naturels, désormais rares et menacés à l'échelle du territoire européen[27],[28].

La vallée de la Charente compte de nombreuses espèces remarquables parmi les oiseaux, les chiroptères, les amphibiens, les poissons, les invertébrés et les mammifères, en particulier la Loutre d'Europe et le Vison d'Europe [29],[30], on a dénombré 35 espèces animales, 1 espèce végétale et 12 habitats naturels, d'intérêt européen. Ces habitats et ces espèces sont rares ou menacés de disparition à l'échelle européenne : ils sont donc à l'origine du classement de la zone en site Natura 2000.

Il faut y rajouter les espèces d'intérêt national, et d'autres moins menacées : la moyenne vallée héberge par exemple plus de 35 espèces de mammifères (soit 65 % des mammifères terrestres du département de Charente-Maritime), 122 espèces d'oiseaux, 17 espèces d'amphibiens et de reptiles, 38 espèces de libellules (soit 80 % des espèces du département de Charente-Maritime) [31] ...

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Trois zones Natura 2000 leur sont destinées avec, d'amont en aval : la Vallée de la Charente en amont d'Angoulême pour 64 espèces d'oiseaux, la Moyenne vallée de la Charente et Seugne et Coran pour 46 espèces d'oiseaux et la Basse vallée de la Charente et estuaire pour 66 espèces d'oiseaux[32].

Parmi eux, se trouvent des espèces de marais et zones humides :

Parmi les oiseaux plongeurs et nageurs, des cygnes (Cygne tuberculé), des grèbes (Grèbe à cou noir, Grèbe castagneux, Grèbe esclavon, Grèbe huppé), des oies (oie cendrée), des canards (Canard chipeau, Canard pilet, Canard siffleur, Canard souchet), des sarcelles (Sarcelle d'été, Sarcelle d'hiver), et des fuligules (Fuligule milouin, Fuligule morillon).

Sur l'estuaire sont remarquables le sterne caugek, le tadorne de Belon et le tournepierre à collier[33].

Les sternes (sterne pierregarin), les guifettes (Guifette moustac et Guifette noire), les mouettes (Mouette rieuse), le Grand Cormoran, remontent par périodes très en amont sur le fleuve.

Il y a aussi des pics (Torcol fourmilier), des rapaces (balbuzard pêcheur, faucon pèlerin), des Martin-pêcheur, des Gorgebleue à miroir, des phragmites des joncs, et des râles des genêts en plus de toutes les espèces courantes qui, elles, ne sont pas classées remarquables.

L'espèce "phare" de la vallée de la Charente demeure le Râle des genêts (Crex crex*) Natura 2000. Cet oiseau, mondialement menacé de disparition, était autrefois très répandu. Il construit son nid au sol, dans l'herbe des prairies de fauche des vallées inondables. La mise en culture des fonds de vallée, puis la modification des pratiques de fauche (désormais plus tôt en saison), ont conduit à sa lente disparition : de plusieurs centaines, les populations sont tombées en 2006 à une trentaine de couples sur la vallée de la Charente.

Loutre et Vison d'Europe[modifier | modifier le code]

Mustela lutreola

Ils se retrouvent sur une grande partie du fleuve et de ses affluents ce qui représente sept zones Natura 2000 avec d'amont en aval la vallée de la Charente entre Angoulême et Cognac et ses principaux affluents (Soloire, Boëme, Échelle), la Moyenne vallée de la Charente et Seugne et Coran, à partir de l'aval de Cognac, puis la Basse vallée de la Charente et estuaire . Les zones Natura 2000 spécifiques d'affluents sont la vallée de l'Antenne, la vallée du et ses principaux affluents, la Haute vallée de la Seugne en amont de Pons et ses affluents, et la Vallée de la Boutonne[32].

C'est la présence de la Loutre (Lutra lutra) et du Vison d'Europe (Mustela lutreola) qui a été déterminante pour le classement.

Chauve-souris[modifier | modifier le code]

Sur ces mêmes zones, on trouve aussi des chiroptères : le Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum) et le Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros). Sur Saint-Sulpice-de-Cognac et ses anciennes carrières de pierre, juste en bordure de l'Antenne, existe un peuplement beaucoup plus diversifié : Barbastelle (Barbastella barbastellus), Grand Murin (Myotis myotis), Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum), Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersi), Petit Rhinolophe, Vespertilion à oreilles échancrées (Myotis emarginatus) et Vespertilion de Bechstein (Myotis bechsteini)[32].

Poissons[modifier | modifier le code]

En plus d'une vingtaine d'espèces d'eaux calmes, surtout des carpes, vairons, goujons, gardons, brèmes, ablettes, brochets, sandres et Chabot (Cottus gobio), on trouve des poissons migrateurs, mulets, aloses, truites et anguilles.

Le maintien de leur nombre et leur diversité a nécessité des actions : le maintien de la qualité de l'eau en évitant les pollutions, les bouchons vaseux, les enrichissements en nutriments, l'eutrophisation et le maintien des habitats et des frayères par reconstitution des fonds de gravier et la plantation de rypisylve adaptée. Pour les espèces migratrices des "passes à poissons" ont été réalisées sur de nombreux ouvrages, afin de contourner les obstacles physiques à leur libre circulation.

Les aloses sont considérées comme de bons indicateurs de la qualité biologique et physique des fleuves. On retrouve la grande alose jusqu'à Montignac-Charente avec des frayères de Saint-Savinien à Cognac, et l'alose feinte (alosa fallax) jusqu'à Ruffec avec des frayères de Cognac à Fleurac.

Les salmonidés, saumon atlantique (Salmo salar) et truite de mer ou truite commune (Salmo trutta) qui historiquement remontaient jusqu'à Civray, Chef-Boutonne, Matha, ne sont plus aussi présents. On retrouve les truites de mer sur la Boutonne, l'Antenne, la Tardoire et la Charente ne serait plus qu'un passage pour atteindre des frayères en amont.

La lamproie remonte jusqu'à Voulême dans le département de la Vienne et même Civray et sur les portions aval de la Boutonne, du et de l'Antenne où l'on trouve Lamproie de Planer (Lampetra planeri) et Lamproie de rivière (Lampetra fluviatilis). Les frayères sont autour de Saintes et de Cognac. La lamproie marine reste dans la basse du fleuve, près de l'estuaire[34].

L'anguille (Anguilla anguilla) est présente sur l’ensemble de la Charente mais les populations sont en régression ce qui peut être dû à la pollution des eaux mais aussi à une pêche trop intense dans l'estuaire.

Coquillages[modifier | modifier le code]

Les huîtres sauvages (Ostrea edulis) et les moules (Mytiloida) forment des gisements naturels.

Des moules perlières d'eau douce ont été pêchées vers Saint-Savinien, mais cette activité a été abandonnée.

Tortues, grenouilles et autres amphibiens[modifier | modifier le code]

Ils sont nombreux et très divers, grenouilles : rainettes (Hylidae) et crapauds, salamandre (Salamandra salamandra), lézards, mais seules deux espèces sont déclarées remarquables, une tortue - le Cistude d'Europe (Emys orbicularis) - et le Triton crêté (Triturus cristatus) trouvé sur le [35].

Invertébrés[modifier | modifier le code]

Invertébrés remarquables : Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale), Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii), Cuivré des marais (Lycaena dispar), Gomphe à cercoïdes fourchus (Gomphus graslinii), Grand capricorne (Cerambyx cerdo), Lucane cerf-volant (Lucanus cervus) et Rosalie des Alpes (Rosalia alpina)[32].

Flore[modifier | modifier le code]

L'angélique à fruits variables (Angelica heterocarpa), espèce prioritaire de l'annexe I de la directive européenne CEE92/63 "Habitats-Faune-Flore", est présente sur les rives du fleuve Charente, dans la basse vallée et l'estuaire[36]. Les coteaux calcaires qui bordent le lit majeur accueillent également nombre d'espèces remarquables, comme les orchidées (Ophrys). La fritillaire pintade (Fritillaria meleagris) est encore localement présente au sein des prairies du lit majeur (zones inondables) [32],[37], quoique la modification des pratiques agricoles ait engendré - et continue d'engendrer - sa raréfaction : cette espèce ne tolère pas les apports d'engrais.

La présence de nénuphars signe une bonne qualité de l'eau.

Moulin sur l'Antenne

Activités[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Historiquement la pêche, le transport et les moulins à farine ont été les premières activités liées au fleuve. De très nombreux moulins sont attestés dès le Xe siècle. Ainsi sur l'Antenne et ses affluents, les moulins, les ruines et les archives attestent de l'existence de 56 moulins.

Sur certaines zones se pratiquait le rouissage du chanvre. En plus de la pêche, il existait des systèmes de bassins et d'étangs pour piéger et garder les poissons.

Au XVIIIe siècle certains de ces moulins sont transformés en moulins à papier, par exemple le moulin de Boussac sur l'Antenne en 1786. Il en reste le moulin de Fleurac à Nersac en aval d'Angoulême, qui après avoir été moulin à blé, à huile, à papier est devenu moulin conservatoire.

Puis s'installe une industrie papetière surtout dans la zone d'Angoulême.

Article connexe : Papeterie en Angoumois.

Ports[modifier | modifier le code]

Le port de commerce Rochefort / Tonnay-Charente est constitué d'un grand bassin à flots à Rochefort pouvant accueillir des petits cargos de 15 m de large et du port de Tonnay-Charente situé sur le fleuve: premier port départemental français, propriété du Conseil Général de la Charente-Maritime[38]. Il est géré par la CCI de Rochefort et de Saintonge depuis 1927. Deuxième port de commerce de Charente-Maritime en termes de trafic après le Grand port maritime de La Rochelle, c'est le cinquième port français pour l'importation des sciages résineux, le sixième port français pour l'importation d'engrais et le neuvième port céréalier français. Sa croissance est de 6 % par an.

Le port de plaisance à flots de Rochefort fermé par une écluse est constitué de deux bassins pour un total de 300 places sur ponton et 40 places visiteurs, formé par les bassins Lapérouse et Bougainville, situé au cœur de la ville sur la rive droite du fleuve. Celui de Port-des-Barques est sur mouillages, et celui de Soubise comporte 35 corps morts.

Les ports d'Angoulême, Cognac, Saintes, Taillebourg, Saint-Savinien et Port-d'Envaux ne sont plus que de petits ports de plaisance et des escales de tourisme fluvial.

Ostréiculture et conchyliculture[modifier | modifier le code]

Embouchure de la Charente

L’ostréiculture du bassin de Marennes-Oléron c'est la culture de Crassostrea gigas dans des eaux dessalées. L'eau de la Charente contient des sels nutritifs (azote sous forme de nitrates) qui, à concentration moyenne et sous certaines conditions de température et d’ensoleillement, augmentent le développement de cellules phytoplanctoniques, principale source de nourriture des huîtres élevées dans le bassin de Marennes-Oléron. Le seul effet de l’eau dessalée augmente la survie larvaire entre la ponte et la fixation sur collecteurs qui est de 20 jours environ, en juillet et août. Les huîtres se développent, au sud de l’île d'Aix, dans la zone de dessalure, et utilisent les sels nutritifs apportés par les précipitations d’hiver et du printemps sur le bassin versant de la Charente.

Même si la majorité des 1184 producteurs d'huîtres creuses de la région ne sont pas dans l'estuaire de la Charente, c'est son apport d'eau douce qui permet de réunir les conditions favorables à l'ostréiculture et à la production de 47 000 tonnes d'huîtres.

La conchyliculture, principalement culture de Mytilus edulis donne une production de 19 500 tonnes de moules[39].

Ponton pour pénichette
La Charente à Saintes

Pêche[modifier | modifier le code]

La pêche est un loisir très pratiqué tout au long du fleuve et des plans d'eau. En Charente, on compte 600 km de cours d'eau, 900 km en 2e catégorie et 265 ha de plan d'eau et en Charente-Maritime, 310 km de cours d'eau et 2240 km de rivières et de canaux de 2e catégorie, 50 ha de plan d'eau et de lacs de barrage, 30 km de berges pour la pêche, auxquels s'ajoutent la pêche sur l'estuaire[40].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme fluvial est formé de l'ensemble des activités de loisirs, de visites et de découvertes effectués sur et autour du fleuve et de ses affluents ; le développement de ce tourisme fluvial doit préserver le milieu naturel.

Les lacs de Haute Charente représentent près de 400 hectares de plans d'eau douce dans des vallées naturelles des contreforts limousins du Massif central.

La partie amont du fleuve et ses affluents, permettent la pêche, le canotage, l'observation de la nature et la découverte de sites et d'ouvrages liés au fleuve, en particulier les moulins.

Large, sinueux et navigable dans sa partie aval, le fleuve Charente, permet, en plus des activités de navigation (gabarres, bateaux de location), de nombreux sports nautiques (aviron, canoë-kayak, ski nautique, voile sur les plans d'eaux comme à Saint-Yrieix, sur les lacs et dans l'estuaire).

Chemins de halages et chemins de randonnées, dont le GR4, situés en bordure des cours d'eau permettent des randonnées à pied, à vélo ou à cheval d'Angoulême à Rochefort.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Documents[modifier | modifier le code]

  • Documents de l'institution du fleuve Charente [3].
  • Le fleuve Charente et ses affluents, carte de l'environnement, EPTB Charente.
  • Calmer les débordements de la Charente - Article de Claude MANDRAUT, Le Moniteur des Travaux Publics, 18 juillet 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le fleuve Charente de la galiote au day-cruiser, Jacques Lamare, la Saintonge littéraire, 1977.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - La Charente (R---0000) », consultée le 7 mai 2012
  2. Banque Hydro - Station R5200010 - La Charente à Chaniers (option "Tous Mois", moyenne 2004-2012) (décocher "station en service")
  3. Jean Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages de la Charente, éditions Bordessoules, 1998, p. 72
  4. Jacques Duguet, Noms de lieux des Charentes, éd. Bonneton,‎ 1995, 232 p. (ISBN 2-86253-185-5, résumé), p. 56
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  6. a et b Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, éditions Errance,‎ 2003, p. 48
  7. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, éditions errance 1994.
  8. a et b site en anglais
  9. Le fleuve Charente et ses affluents, carte de l'environnement, EPTB Charente, le fleuve Charente.
  10. a et b in Daniel Faucher (ouvrage collectif sous la direction de), La France - Géographie - Tourisme, Librairie Larousse, Paris, 1951, Le Bassin d'Aquitaine par Daniel Faucher, Tome 1, p. 439
  11. a et b Roger Brunet (Ouvrage collectif sous la direction de), Poitou, Vendée, Charentes, collection Découvrir la France, Libraire Larousse, Paris, 1972, p.46-47
  12. Charentes, éditions MSM, 2005, p.10 et p.142
  13. a et b André Debord, La société laïque dans les pays de la Charente Xe-XIIe s., Picard,‎ 1984, 585 p. (ISBN 2-7084-0112-2, résumé), p. 9
  14. Atlas et géographie du Midi atlantique, Louis Papy, éd. Flammarion, 1982, p.128, aperçu en ligne
  15. a, b, c, d, e et f Le fleuve Charente de la galiote au day-cruiser, Jacques Lamare, la Saintonge littéraire, 1977.
  16. Jean Gabilly et alii. : Poitou, Vendée, Charentes. Masson, 1997 (Coll. Guides géologiques régionaux), p. 35-36
  17. Louis Papy in op. cit., p.108
  18. c'est-à-dire à la limite départementale des deux départements charentais sur le rive gauche du fleuve
  19. Louis Papy in op. cit., p.109-110
  20. C'est-à-dire 10 fois plus qu'à Saint-Savinien qui ne peut recevoir des navires dont le tirant d'eau ne peut excéder 500 tonneaux. La navigation à vapeur, plus que l'impact de la voie ferrée, a en fait ruiné l'activité de ce port fluvial dès le milieu du XIXe siècle. [Source : Jean-Luc Flohic, Le Patrimoine des communes de la Charente-Maritime (ouvrage collectif sous la direction de), collection Le patrimoine des communes, Flohic éditions, 2002,("Monographie" sur Saint-Savinien), tome 2)].
  21. du fait notamment de l'impact de la marée qui se fait ressentir jusqu'au Port-du-Lys à la limite des deux départements charentais
  22. Dictionnaire des canaux et rivières de France, Charente.
  23. a et b Institut du fleuve Charente.
  24. Néandertal en Poitou-Charentes, A. Debenath et J.F. Tournepiche, Association régionales des musées en Poitou-Charentes.
  25. José Gomez de Soto, in Jean Combes (dir.) et Michel Luc (dir.), La Charente de la préhistoire à nos jours (ouvrage collectif), St-Jean-d'Y, Imprimerie Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents »,‎ 1986, 429 p. (ISBN 2-903504-21-0, notice BnF no FRBNF34901024, résumé)
  26. Frédéric Chassebœuf, Châteaux en Poitou-Charentes, Prahecq, Patrimoines et Médias, coll. « Belles visites »,‎ 2006, 173 p. (ISBN 2-910137-91-0, OCLC 71887670)
  27. 2000
  28. « Zones Natura 2000 de la vallée de la Charente sous [[Géoportail (France)|Géoportail]] », IGN (consulté en 24 février 2010)
  29. Sur la seule partie moyenne du cours de la Charente (site Natura 2000 n°FR5400-472) site de la basse vallée de la Charente
  30. Natura 2000
  31. Natura 2000
  32. a, b, c, d et e site Natura 2000
  33. liste des espèces d'oiseaux
  34. Documents papier du Fleuve Charentequi était en ligne en 2007 [1].
  35. site du Natura 2000 Vallée du Né
  36. Portail Natura 2000 - Pourquoi la vallée de la Charente ? - Fleurs et bêtes en goguette... - Plantes
  37. Portail Natura 2000 - Pourquoi la vallée de la Charente ? - Fleurs et bêtes en goguette... - Plantes
  38. [2]
  39. Données Ifremer.
  40. pêche en Charente.
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 décembre 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.