Canal Saint-Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 52′ 29.61″ N 2° 21′ 48.19″ E / 48.8748917, 2.3633861

Plan des canaux de Paris et du Bassin parisien.

Le canal Saint-Martin est un canal de 4,55 km de long situé entièrement dans les 10e et 11e arrondissements de Paris. Il relie le bassin de la Villette — et au-delà le canal de l'Ourcq — au port de l'Arsenal (le port de plaisance de Paris) qui communique avec la Seine. C'est un canal de petit gabarit destiné, à l'origine, à l'adduction d'eau potable dans la capitale. Inauguré en 1825, il comporte neuf écluses et deux ponts tournants pour une dénivellation totale de 25 m.

Avec le canal de l'Ourcq, le bassin de la Villette et le canal Saint-Denis, il constitue le réseau des canaux parisiens, long de 130 km, qui appartient à la Ville de Paris. Le canal Saint-Martin est inscrit monument historique depuis le 23 février 1993[1].

(M) Ce site est desservi par les stations de métro RépubliqueGoncourt et Jaurès.

Tracé[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

L'entrée du canal est constituée par la double écluse de la Villette située place de la Bataille-de-Stalingrad, près de la rotonde de la Villette.

Dans sa partie à ciel ouvert, il est bordé par les quais de Valmy et de Jemmapes, au bord duquel se trouve le fameux hôtel du Nord, rendu célèbre par le film du même nom de Marcel Carné (1938). Pourtant, le film a été tourné aux studios de Billancourt où le décor du canal a été reconstitué par Alexandre Trauner.

Le canal Saint-Martin est ensuite couvert[2] à partir du boulevard Jules-Ferry (voûte du Temple[3] réalisée en 1907). Il passe ensuite sous le boulevard Richard-Lenoir (voûte Richard Lenoir[3] construite entre 1860 et 1862), et enfin sous la place de la Bastille (voûte de la Bastille[3] réalisée en 1862) pour s'ouvrir sur le port de l'Arsenal.

Les voûtes Richard Lenoir et du Temple sont percées d'oculi de ventilation[3]. Ils permettent également l'éclairage naturel du tunnel.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bassins[modifier | modifier le code]

Le canal comporte plusieurs bassins :

  • bassin des Morts ;
  • bassin du Combat ;
  • bassin Louis-Blanc ;
  • bassins des Récollets ;
  • bassin des Marais.

Ils sont séparés par cinq écluses dont quatre sont doubles :

  • écluse de La Villette (no 1 et 2) ;
  • écluse des Morts (no 3 et 4) ;
  • écluse des Récollets (no 5 et 6) ;
  • écluse du Temple (no 7 et 8) ;
  • écluse de l'Arsenal (no 9).
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Ponts et passerelles[modifier | modifier le code]

La traversée du canal s'effectue par deux ponts tournants, deux ponts fixes pour les voitures et par des passerelles piétonnes :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Histoire[modifier | modifier le code]

Canal Saint-Martin : vue de la voûte souterraine, 1862.

Sous l'Ancien Régime, les Parisiens ne bénéficient que d'un faible approvisionnement en eau potable et souvent de mauvaise qualité (pollution de la Bièvre, de la Seine), malgré l'existence d'aqueducs et de puits.

Napoléon Bonaparte, alors Premier consul, décide, en 1802, de remédier à cette situation afin d'éviter de nouvelles épidémies dues aux mauvaises conditions d'hygiène (dysenterie, choléra). Gaspard de Chabrol, le préfet de la ville de Paris, propose alors que l'on reprenne un projet de canalisation de l'Ourcq (prenant sa source à une centaine de kilomètres au nord-est de Paris) datant déjà du XVIe siècle.

La création du canal Saint-Martin est décidée par la loi du 29 floréal an X, avec celle des canaux Saint-Denis et de l'Ourcq. La construction des canaux est retardée par la situation de la France entre 1809 et 1815. Puis Louis XVIII relance le projet en y confirmant l'ingénieur Pierre-Simon Girard. Il faut trouver des financements : le préfet Chabrol propose de recourir à des capitaux privés. En 1818, la Compagnie des Canaux de Paris se crée[4]. Elle remporte l'adjudication ouverte par la Ville de Paris en novembre 1821 pour la construction du canal Saint-Martin en concession privée, pour un montant de 5,4 millions de francs de l'époque. Aussitôt, une nouvelle compagnie, la Compagnie du canal Saint-Martin, est créée pour mener à bien le chantier. Le préfet de la Seine pose la première pierre le 3 mai 1822. Le nouveau canal est inauguré par Charles X le 4 novembre 1825[5].

Le quai de Jemmapes vers 1905-1906, par Eugène Atget : un port actif.

Le canal connaît son âge d'or du XIXe au milieu du XXe siècle, et la circulation y est intense : le canal Saint-Martin apporte non seulement de l'eau potable à la ville, mais aussi des marchandises, de l'approvisionnement (céréales) et des matériaux de construction jusque dans le cœur de Paris. Les deux principaux ports disponibles sur le tracé du canal intra-muros sont le port de l'Arsenal et le bassin de la Villette.

La concurrence des autres mode de transport, routier et ferroviaire, met à mal le transport fluvial dès les années 1960, causant une chute du trafic sur les canaux parisiens et, par conséquent, une disparition des usines, entrepôts et ateliers, ainsi que de la population ouvrière longeant le canal.

Au début des années 1970, le canal faillit disparaître lorsque le Conseil de Paris voulut adopter un projet d'autoroute urbaine à quatre voies qui devait emprunter son tracé, dans le cadre du plan autoroutier pour Paris. Il en est d'ailleurs fait mention dans le film L'An 01. Ce projet fut vite abandonné.

Au tournant des années 2000, les quartiers situés au sud-ouest du canal, à proximité de la place de la République connaissent un processus de gentrification accéléré. Entre 1998 et 2012, le prix des loyers y a augmenté plus fortement que dans les arrondissements de l'Ouest parisien (16e arrondissementetc.). La rue de Marseille et la rue Yves-Toudic hébergent désormais les boutiques de luxe les plus prestigieuses de l'Est parisien.

Loisirs[modifier | modifier le code]

Bateau promenade sur le canal Saint-Martin.

Le canal Saint-Martin sert essentiellement au transport de passagers pour des croisières touristiques et peu pour le transport de marchandises. Il est ouvert 363 jours par an. Ses berges sont également très prisées des Parisiens pour se promener et même pique-niquer[6]. Dans le cadre de l'opération « Paris respire » organisée par la Mairie de Paris, les berges sont d'ailleurs fermées à la circulation tous les dimanches et jours fériés de 10 h à 20 h du premier dimanche du mois d'avril au dernier dimanche du mois de septembre (heure d'été) et de 10 h à 18 h du premier dimanche du mois d'octobre au dernier dimanche du mois de mars (heure d'hiver)[7], ce qui favorise largement leur réappropriation par les piétons comme par les cyclistes.

Asile et sans abris[modifier | modifier le code]

Le canal est depuis 2006 le lieu d'installation de nombreux réfugiés arrivés en France depuis l'Afghanistan et d'autres pays d'Asie centrale[8]. Ils seraient environ 200 à y dormir, sous les tentes ou à la belle étoile dans l'attente du traitement de leur demande d'asile. Certains d'entre eux tombent sous le coup du règlement Dublin II, ce qui les empêche de déposer immédiatement une demande d'asile en France. Cette situation a été dénoncée par de nombreuses associations dont le Groupe d'information et de soutien des immigrés (Gisti)[9] et le « Collectif des exilés du Xe », l'État ayant l'obligation légale de loger les demandeurs d'asile qui n'ont pas le droit de travailler. Une partie des réfugiés étant mineurs, des associations d'aide à l'enfance se sont aussi saisies du problème, qui persiste cependant.

Le 20 juillet 2010 au petit matin, les CRS, la mairie de Paris et l'association France terre d'asile[10] ont mené une opération conjointe pour détruire les camps situés le long du canal. Les demandeurs d'asile sans abri se réunissent désormais sous les arcades du square Raoul-Follereau et sous le pont du métro aérien. Le 3 avril 2011, ces mêmes demandeurs d'asile se réunirent place de la Bataille-de-Stalingrad[11] pour demander des conditions de logement décentes et que la justice accède à leurs requêtes, en cours au tribunal administratif de Paris depuis 2009[12].

Le canal Saint-Martin dans la culture[modifier | modifier le code]

Dans la peinture[modifier | modifier le code]

Vue du canal Saint-Martin à Paris (Alfred Sisley, Paris - Musée d'Orsay, 1870).

Dans la musique[modifier | modifier le code]

Au cinéma / à la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00125440 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Quelques ouvertures sont pratiquées dans la voûte pour laisser filtrer un peu de lumière.
  3. a, b, c et d Voûtes du canal Saint-Martin
  4. Béatrice Andia, « Le fil de l'eau au fil des ans », in Les canaux de Paris, textes réunis par Béatrice de Andia et Simon Texier, Collection Paris et son patrimoine, Délégation à l'action artistique de la Ville de Paris, 1994, p. 16.
  5. Yves Lefesne et Jean-Pierre Dubreuil, « Création des canaux Saint-Denis et Saint-Martin », in Les canaux de Paris, op. cit., p. 105-107.
  6. Voir Michèle Jolé, "Le destin festif du Canal Saint-Martin", Pouvoirs, 2006/1 (no 116)
  7. « Canal Saint-Martin - Extension horaire du canal piéton », sur mairie10.paris.fr, consulté le 10 décembre 2011.
  8. « Les exilés s'installent au bord du canal Saint Martin », article du 13 juin 2006, sur exiles10.org, consulté le 10 décembre 2011.
  9. Les exilés du 10ème arrondissement de Paris et leurs soutiens, article du 28-10-2003 sur le site du Gisti. Consulté le 4 avril 2011
  10. « Évacuation des berges du canal Saint-Martin », article du 20 juillet 2010, sur france-terre-asile.org, consulté le 10 décembre 2011.
  11. Demandes d'asile: rassemblement à Paris, article du 3 avril 2011 sur le site « lefigaro.fr ». Consulté le 4 avril 2011
  12. « non hébergement des demandeurs d’asile : Etat hors la loi », article du 29 mars 2011, sur le site exiles10.org du Collectif de soutien des exilés du 10e arrondissement de Paris. Consulté le 4 avril 2011
  13. 1870, Paris - Musée d'Orsay
  14. Fiche sur le film Canal, sur le blog parislignes, consulté le 11 novembre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]