Pont Royal (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir pont Royal.
Pont Royal
Image illustrative de l'article Pont Royal (Paris)
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Paris
Localité Paris
Coordonnées géographiques 48° 51′ 39″ N 2° 19′ 49″ E / 48.860833, 2.330278 ()48° 51′ 39″ N 2° 19′ 49″ E / 48.860833, 2.330278 ()  
Fonction
Franchit la Seine
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Longueur 110 m
Largeur 17 m
Matériau(x) Pierre
Construction
Construction 1685 - 1689
Architecte(s) J. Gabriel,
J. Hardouin-Mansart,
F. Romain

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Pont Royal

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Pont Royal

Géolocalisation sur la carte : 7e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 7e arrondissement de Paris)
Pont Royal

Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 1er arrondissement de Paris)
Pont Royal

Le pont Royal est un pont français situé à Paris et traversant la Seine. C'est le troisième plus ancien pont de la ville, après le pont Neuf et le pont Marie. Ce monument fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 1er mai 1939[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Il relie la rive droite au niveau du pavillon de Flore à la rive gauche entre la rue du Bac et la rue de Beaune. Il a pour voisins, en amont, le pont du Carrousel, et en aval, la passerelle Léopold-Sédar-Senghor.

(M) Ce site est desservi par la station de métro Tuileries.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après qu'il a assisté à un accident du bac qui traversait la Seine dans le prolongement de la rue du Bac au cours d'une promenade, Louis XIII décida la construction d'un pont à cet emplacement[2].

Pont Rouge en 1632[modifier | modifier le code]

Le pont Rouge

En 1632, l'entrepreneur Pierre Pidou réalise pour le financier Barbier un pont en bois à péage sur cet emplacement, qui sera appelé pont Sainte-Anne (en référence à Anne d'Autriche) ou pont Rouge (en raison de sa couleur).

Il remplace l'ancien bac des Tuileries auquel la rue du Bac doit son nom, qui proposait la traversée depuis 1550.

Fragile, ce pont de quinze arches sera réparé une première fois en 1649, entièrement refait deux ans plus tard, incendié en 1654, emporté par les eaux en 1656, à nouveau reconstruit en 1660, consolidé en 1673 et enfin emporté par une crue en 1684. Madame de Sévigné rapporte cette dernière inondation où du 28 au 29 février le pont perd huit de ses arches.

Pont Royal en 1689[modifier | modifier le code]

Travaux de construction en 1687

Il sera finalement remplacé entre le 25 octobre 1685 et le 13 juin 1689 par un pont en pierre entièrement financé par le roi Louis XIV, ce qui lui vaut son nom de pont Royal. Le surintendant des Bâtiments du Roi Louvois charge Jacques Gabriel, Jules Hardouin-Mansart et François Romain de réaliser cet ouvrage.
Au XVIIIe siècle, c'est un lieu de prédilection pour toutes sortes de fêtes et réjouissances parisiennes.

Après la Révolution française, entre 1792 à 1804, le pont est bien sûr renommé pont National, puis pont des Tuileries jusqu'en 1814.

C'est là que Napoléon Bonaparte fit disposer des canons pour défendre le palais des Tuileries, où siégeaient la Convention nationale et le Comité de salut public dirigé par Maximilien de Robespierre.

Le pont subit une dernière restauration légère en 1850.

En 1939, il est classé monument historique au même titre que le pont Neuf et le pont Marie.

En 2005, il fut illuminé à l'occasion de la candidature de Paris pour accueillir les Jeux olympiques d'été de 2012.

Autres vues historiques du pont

Description[modifier | modifier le code]

L'ouvrage est composé de cinq arches en plein cintre. Après celle du Pont de la Tournelle, une échelle hydrographique qui indique le niveau des plus grandes crues parisiennes est visible sur la dernière pile de chaque rive.

Les deux faces du pont
À gauche le pont vu de l'aval et à droite, de l'amont. À gauche le pont vu de l'aval et à droite, de l'amont.
À gauche le pont vu de l'aval et à droite, de l'amont.


Autres vues du pont

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « Notice no PA00086000 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Pierre Lavedan, Histoire de l'urbanisme à Paris, Paris, Hachette, 1975, p.177.

Liens externes[modifier | modifier le code]