Tavignano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
le Tavignano
Pont gênois à trois arches sur le Tavignano, près d'Altiani.
Pont gênois à trois arches sur le Tavignano, près d'Altiani.
Caractéristiques
Longueur 88,7 km [1]
Bassin 693 km2 [1]
Bassin collecteur le Tavignano
Débit moyen 11,5 m3/s (Antisanti) [2]
Nombre de Strahler 5
Régime pluvial méridional
Cours
Source au-dessus du lac de Nino
· Localisation entre Corte et Casamaccioli
· Altitude 1 743 m
· Coordonnées 42° 15′ 14″ N 8° 56′ 34″ E / 42.25389, 8.94278 (Source - le Tavignano)  
Embouchure la mer Tyrrhénienne
· Localisation Aléria
· Altitude 0 m
· Coordonnées 42° 06′ 14″ N 9° 32′ 55″ E / 42.10389, 9.54861 (Embouchure - le Tavignano)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Corsiglièse
· Rive droite Restonica, Tagnone, Vecchio
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Haute-Corse
Cantons Corte, Niolu-Omessa, Bustanico, Venaco, Vezzani, Moïta-Verde
Régions traversées Corse
Principales villes Corte, Aléria

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

Le Tavignano est un fleuve côtier français de l'île de Corse (département de Haute-Corse), qui se jette dans la mer Tyrrhénienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac de Nino, lieu de naissance du Tavignano

Le Tavignano, plus long fleuve de Corse après le Golo, 88,7 km[1] naît au-dessus du lac de Nino à 1 743 mètres d'altitude[3], à la limite entre les communes de Corte et Casamaccioli, à moins de deux kilomètres du Punta Artica (2 327 m) et au sud des sources et de la vallée du Golo[4].

Il coule globalement de l'ouest vers l'est.

Il se jette dans la mer Tyrrhénienne au Sud de la plage de Padulone par un petit estuaire qui prolonge un marais, tout près d'Aléria sur la côte orientale de l'île[5].

Les fleuves côtiers voisins sont au nord la Bravona et au sud le Fiumorbo.

Rose des vents la Bravona Rose des vents
le lac de Nino (1750 m) N Aléria
la mer Tyrrhénienne
O    le Tavignano    E
S
le Fiumorbo

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de Haute-Corse (2B), le Tavignano traverse ou longe seize communes[1],[notes 1] ou vingt-trois communes selon certaines sources[6] et six cantons :

Soit en termes de cantons, le Tavignano prend sa source dans le canton de Corte, traverse les canton de Niolu-Omessa, canton de Bustanico, canton de Venaco, canton de Vezzani, et a son embouchure dans le canton de Moïta-Verde.

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Tavignano a soixante-quatorze affluents référencés[1] dont :

  • La Restonica (rive droite) 18,1 km[7], sur deux communes avec quinze affluents, dont il reçoit les eaux à Corte
  • Le Vecchio (rive droite) 24,1 km[8], sur neuf communes avec dix-huit affluents, qui conflue un peu en aval de Venaco
  • Le Tagnone (rive droite) 35,1 km[9], sur sept communes avec dix-sept affluents, qui conflue en amont d'Aléria.
  • le Corsiglièse (rive gauche) 24,3 km sur huit communes avec dix-neuf affluents.
  • De très nombreux ruisseaux se jettent également dans le fleuve.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le débit du Tavignano a été observé pendant une période de 40 ans (1973-2012), à Antisanti (pont du Fajo), localité du département de la Haute-Corse, située à quelques 18 kilomètres de son embouchure dans la mer Tyrrhénienne[2]. Le bassin versant du fleuve y est de 573 km2[2], soit 83 % de la totalité de celui-ci qui a 693 km2[1].

Le module du fleuve à Antisanti est de 11,7 m3⋅/s.

Le Tavignano présente des fluctuations saisonnières de débit assez importantes, avec des hautes eaux d'hiver et de printemps caractérisées par des débits mensuels moyens allant de 13,9 à 19,4 m3⋅/s, de décembre à mai inclus (maxima en décembre, février et avril - minimum en mars). Les basses eaux surviennent en été, de juillet à septembre, et entraînent une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 1,27 m3 au mois d'août, ce qui reste cependant assez consistant.

Débit moyen mensuel (en m³/s)
Station hydrologique : Antisanti (Pont du Fajo) Y9102030
(calculée le 9 juin 2012)
(Tableau des données du graphique)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Le VCN3 peut chuter jusque 0,190 m3, en cas de période quinquennale sèche, soit 190 litres par seconde, ce qui peut être qualifié d'étiage sévère.

D'autre part les crues peuvent être extrêmement importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 920 et 1 700 m3 (soit le débit moyen du Rhône en fin de course). Le QIX 10 vaut 2 200 m3⋅/s, tandis que le QIX 20 se monte à 2 700 m3 et le QIX 50 à 3 300 m3⋅s-1. Ce sont là des débits de crue hors normes, et seulement comparables en France aux crues des cours d'eau cévenols (Ardèche notamment).

La lame d'eau écoulée dans le bassin du Tavignano est de 646 millimètres annuellement, ce qui est très élevé, valant plus ou moins deux fois la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, et nettement supérieur aussi au bassin versant du Golo (482 millimètres annuellement). Le débit spécifique (ou Qsp) se monte dès lors à un solide 20,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

En synthèse sur la population du bassin versant, les vingt-trois communes traversées par le Tavignano[6], totalisent 12 749 habitants, sur une superficie de 810 km2 pour une densité de 15,7 hab/km2 à 643 m d'altitude moyenne[6].

Maximums connus[modifier | modifier le code]

Le débit instantané maximal enregistré à Antisanti a été de 4 960 m3⋅/s le 1er octobre 1976 (soit plus des trois quart du débit moyen du Danube en fin de parcours, fleuve dont le bassin est 1 300 fois plus vaste...), tandis que la valeur journalière maximale était de 1 640 m3⋅/s le 26 octobre 1976 de la même année - année de grande et mémorable sècheresse sur la plus grande partie de la France. En comparant le premier de ces chiffres aux valeurs des différents QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était bien plus que cinquantennale, sans doute centennale ou plus encore, et dans tous les cas très exceptionnelle.

De la même façon, la hauteur maximale instantanée observée a été de 696 cm le 6 novembre 2000.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Le Tavignano est un lieu de randonnée[10],[11] bien connu pour ses gorges[12].

Écologie[modifier | modifier le code]

La basse vallée du Tavignano est un site Natura 2000[13] et une ZNIEFF940004087[14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le SANDRE 2012 rajoute -?- les communes de Albertacce, Calacuccia, Tallone, Vezzani, Favalello, Sant'Andréa-di-Bozio, et Letia en Corse-du-Sud pourtant de l'autre côté de la ligne de crête et de la ligne de partage des eaux

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Tavignano (Y9--0200) » (consulté le 18 octobre 2008)
  2. a, b et c Banque Hydro - Station Y9102030 - Le Tavignano à Antisanti (Pont du Faio) (Synthèse)
  3. Source du Tavignano sur Géoportail. Consulté le 30 juin 2012.
  4. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 25 juillet 2010)
  5. Embouchure du Tavignano sur Géoportail. Consulté le 30 juin 2012.
  6. a, b et c annuaire-mairie-fr, « Fleuve Le Tavignano » (consulté le 30 juin 2012)
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Restonica (Y9000540) » (consulté le 30 juin 2012)
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Vecchio (Y9020500) » (consulté le 30 juin 2012)
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Tagnone (Y9110500) » (consulté le 30 juin 2012)
  10. paradisu.info - La Corse - un paradis dans la Méditerranée, « Vallée du Tavignano » (consulté le 30 juin 2012)
  11. paglia.orba.free.fr/trek, « Le long du Tavignano » (consulté le 30 juin 2012)
  12. lacorse.chez-alice, « Les gorges du tavignano » (consulté le 30 juin 2012)
  13. le Portail des Forestiers Privés, « La Vallée du Tavignano » (consulté le 30 juin 2012)
  14. ZNIEFF940004087 Embouchure du Tavignano et zones humides adjacentes