Thierry Henry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henry.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Thierry Henri.
Thierry Henry
Thierry Henry Montreal Impact vs NY Red Bulls 2012 2.jpg
Henry avec les Red Bulls en 2012.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : États-Unis New York Red Bulls
Numéro 14
Biographie
Nom Thierry Daniel Henry
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 17 août 1977 (37 ans)
aux Ulis (France)
Taille 1,88 m (6 2)
Période pro. Depuis 1994
Poste Attaquant
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
1983-1989 Drapeau : France CO Les Ulis
1989-1990 Drapeau : France USP Palaiseau
1990-1991 Drapeau : France ES Viry-Châtillon
1991-1992 Drapeau : France INF Clairefontaine
1992-1993 Drapeau : France FC Versailles
1993-1994 Drapeau : France AS Monaco
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.00(B.)
1994-1999 Drapeau : France AS Monaco 141 0(28)
1999 Drapeau : Italie Juventus 020 00(3)
1999-2007 Drapeau : Angleterre Arsenal FC 370 (226)
2007-2010 Drapeau : Espagne FC Barcelone 121 0(49)
2010- Drapeau : États-Unis New York Red Bulls 120 0(49)
2012 Drapeau : Angleterre Arsenal 007 00(2)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.00(B.)
1993-1994 Drapeau : France France -16 ans 008 00(4)
1994-1995 Drapeau : France France -17 ans 011 0(10)
1995-1996 Drapeau : France France -18 ans 013 00(6)
1996-1997 Drapeau : France France -19 ans 009 00(5)
1997-1998 Drapeau : France France -20 ans 011 00(7)
1997-1999 Drapeau : France France espoirs 006 00(1)
1997-2010 Drapeau : France France 123 0(51)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 24 août 2014

Thierry Henry, né le 17 août 1977 aux Ulis (Essonne, France), est un footballeur international français qui évolue au poste d'attaquant aux Red Bulls de New York.

Durant sa jeunesse, il évolue dans plusieurs clubs de la région parisienne avant d'intégrer le centre de préformation de l'INF Clairefontaine. Il est ensuite repéré par l'AS Monaco avec lequel il continue sa formation avant de débuter au niveau professionnel en 1994. Après avoir été sacré champion de France en 1997, il tente l'aventure à l'étranger dans le club de la Juventus. Insatisfait, il quitte le club italien au bout de six mois pour s'affirmer dans le championnat d'Angleterre chez les Gunners d'Arsenal durant huit saisons.

Arrivé au FC Barcelone en 2007, il remporte un sextuplé inédit dans l'histoire du football en 2009 : Ligue des champions, championnat d'Espagne, Coupe d'Espagne, Supercoupe de l'UEFA, Supercoupe d'Espagne et Coupe du monde des clubs. En 2010, il décide de rejoindre les États-Unis et signe aux Red Bulls de New York.

Seul joueur français à avoir disputé quatre Coupes du monde, Henry remporte la compétition en 1998, le Championnat d'Europe en 2000 et la Coupe des confédérations en 2003 avec l'équipe de France. Il détient également le record du nombre de buts inscrits en sélection nationale (51) et il est le second joueur le plus capé en équipe de France avec 123 sélections derrière Lilian Thuram (142).

En décembre 2009, il devient le meilleur buteur français de l'histoire toutes compétitions confondues que ce soit en club et en sélection.

Henry est considéré comme l'un des meilleurs attaquants de sa génération et l'un des meilleurs joueurs à avoir évolué dans le championnat anglais. Meilleur buteur de l'histoire de l'Arsenal FC, une statue en bronze à son effigie est inaugurée aux abords de l'Emirates Stadium le 9 décembre 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et formation[modifier | modifier le code]

Né le 17 août 1977 aux Ulis, une ville perçue comme difficile dans la banlieue parisienne, Thierry Henry est d'origine antillaise : son père, Antoine, est de la Guadeloupe (île de La Désirade), et sa mère, Maryse, est de la Martinique[1]. Il débute le football à l'âge de six ans avec le club local de la ville de son enfance, le CO Les Ulis. Il rejoint ensuite l'US Palaiseau[2] à douze ans[note 1]. Un an plus tard, il rejoint le club de l'ES Viry-Châtillon.

C'est durant un match avec ce club qu'il tape dans l'œil d'un recruteur de l'AS Monaco, Arnold Catalano[3]. En effet, l'ES Viry-Châtillon gagne le match 6-0 avec six buts marqués par le même joueur : Thierry Henry[3],[4]. Aussitôt, Arnold Catalano vante les mérites de l'adolescent prometteur, notamment auprès d'Arsène Wenger et lui permet de rejoindre le centre de préformation de l'INF Clairefontaine en 1991[3],[4] où il fait ses classes pendant un an.

AS Monaco (1993-1999)[modifier | modifier le code]

Après un an passé au FC Versailles, Henry arrive à l'AS Monaco en 1993, sans même faire de matchs d'essais, sur la requête d'Arnold Catalano[3].

Après une première année en équipe réserve où Henry se révèle plus prolifique que le Liberien Christopher Wreh[4], Thierry Henry joue son premier match et connaît sa première titularisation dans l'équipe première le 31 août 1994 contre l'OGC Nice[5], à 17 ans. Il entame le match au poste d'ailier gauche après de nombreux blessés au sein de l'effectif monégasque. Dès lors, il quitte le CFA pour s'entraîner avec les professionnels. Le 29 avril 1995, il marque ses deux premiers buts en Division 1 face au RC Lens (6-0)[6]. Lors de sa première saison chez les professionnels, il porte huit fois le maillot rouge et blanc et marque à trois reprises.

La saison 1995-1996 s'inscrit comme une nouvelle étape dans la carrière du Français qui découvre pour la première fois une compétition européenne par l'intermédiaire de la Coupe UEFA en entrant en fin de rencontre face à Leeds United. Ses apparitions sous le maillot monégasque se font de plus en plus nombreuses ; il signe de nouveau trois buts en championnat lors de cette saison.

La saison suivante permet à Thierry Henry de se révéler. Il devient régulièrement titulaire, marque neuf buts et distribue huit passes décisives en championnat. Il évolue en bonne entente avec ses compères d'attaque que sont Sonny Anderson et Victor Ikpeba[4]. L'AS Monaco remporte le titre de champion de France et permet à Henry de remporter son premier titre majeur. Sur la scène européenne, le Français inscrit son premier but en Coupe d'Europe lors du seizième de finale de la Coupe UEFA face au Borussia Mönchengladbach. Monaco est éliminé en demi-finale (1-3, 1-0) face à l'Inter Milan[7]. Cette même année, Henry est élu meilleur espoir du football français[8]. Il est alors sollicité par de nombreux clubs européens et signe illégalement un pré-contrat avec le Real Madrid[9] avant de prolonger à l'AS Monaco[10].

Lors de la saison 1997-1998, il connaît sa première convocation en équipe de France et fait ses premiers pas en Ligue des champions à seulement 20 ans. Le 1er octobre 1997, alors qu'il joue son premier match de C1, l'attaquant français inscrit ses deux premiers buts dans cette compétition face au Bayer Leverkusen et se révèle un peu plus aux yeux de l'Europe en participant au beau parcours du club de la Principauté qui arrive jusqu'en demi-finale face à la Juventus (1-4, 3-2). Au total, il inscrit sept buts en neuf matchs. Ses prestations régulières et convaincantes (quatre réalisations et neuf passes décisives en championnat) et le duo performant qu'il forme avec David Trezeguet, aussi bien en club qu'en sélection de jeunes, lui permettent d'être retenu dans la liste des 22 joueurs sélectionnés pour disputer la Coupe du monde 1998 se déroulant en France. En club, ses rapports sont toutefois difficiles avec l'entraîneur Jean Tigana[4].

Devenu champion du monde et meilleur buteur français de la compétition (3 buts), il entame une nouvelle saison à l'ASM. Affichant une certaine volonté de départ, notamment à l'étranger[11], il dispute tout de même treize matchs de championnat et cinq matchs de Coupe UEFA avant que le club monégasque ne cède face à l'offre de la Juventus durant le marché des transferts hivernal[12].

En 141 apparitions sous le maillot monégasque, Henry inscrit 28 buts et distribue 37 passes décisives.

Juventus FC (1999)[modifier | modifier le code]

Thierry Henry signe à la Juventus pour un montant de 75 millions de francs (environ 11,5 millions d'euros), un transfert record pour un joueur français à l'époque[13]. Cependant, l'expérience italienne n'est pas très concluante pour Henry. Pas toujours titulaire et utilisé dans le couloir gauche, il est contraint de se plier à des tâches défensives peu en adéquation avec ses qualités[14]. Il dispute vingt rencontres et marque trois buts toutes compétitions confondues sous le maillot de la Juve. Thierry Henry déclare plus tard avoir quitté le club italien en raison d'un « manque de respect de la part de Luciano Moggi »[15], ancien directeur général de la Juventus. Il quitte le club turinois à peine sept mois après son arrivée et rejoint le club d'Arsenal FC en Angleterre.

Arsenal FC (1999-2007)[modifier | modifier le code]

Photo de profil de Thierry Henry en train d'applaudir
Henry lors d'un match contre Charlton Athletic en 2006.

C'est à Arsenal FC que Thierry Henry se révèle et devient l'un des meilleurs attaquants de sa génération. Jusqu'alors considéré comme un ailier de débordement, Henry évolue désormais dans l'axe de l'attaque et devient un redoutable chasseur de buts. Il évolue avec le numéro 14 qu'on lui a attribué au hasard car le 12 (celui de Marco van Basten, son idole) n'était pas disponible à son arrivée[16],[17].

Thierry Henry, de face, portant le brassard de capitaine
Henry est désigné capitaine d'Arsenal après le départ de Patrick Vieira à la Juventus en 2005.

Transféré chez les Gunners pour un montant de 90 millions de francs (environ 13,7 millions d'euros)[18], Thierry Henry y retrouve Arsène Wenger, toujours convaincu que le poste de prédilection du joueur français est à la pointe de l'attaque. Il a pour principale tâche de faire oublier les bonnes performances de Nicolas Anelka, transféré au Real Madrid, et à titre personnel, de se relancer en vue de l'Euro 2000. Cependant, Henry vit mal ses premiers mois à Londres. Les techniques de jeu sont différentes et l'adaptation difficile. Le Français avoue devoir tout « réapprendre[16] ». Muet durant ses huit premières apparitions sous le maillot londonien, il inscrit son premier but avec Arsenal le 18 septembre 1999 face à Southampton FC[19] lors de la 8e journée de championnat. Finalement, il marque 17 buts, donne neuf passes décisives en championnat et inscrit huit buts en Coupe d'Europe. Arsenal finit le championnat dauphin de Manchester United et perd aux tirs au but en finale de la Coupe UEFA face à Galatasaray.

De retour d'un excellent championnat d'Europe remporté par l'équipe de France, il s'impose encore un peu plus comme titulaire indiscutable lors de la saison 2000-2001 et finit une fois encore meilleur buteur du club avec 17 réalisations. Arsenal finit une nouvelle fois vice-champion d'Angleterre et finaliste de la Coupe d'Angleterre. Son nombre de buts et de passes décisives est moins important que la saison passée mais Henry apparaît pour la première fois dans le classement du Ballon d'or en terminant quatrième[20].

Lors de la saison 2001-2002, Thierry Henry obtient ses premiers titres avec les Gunners qui remportent le championnat devant Liverpool et la Coupe d'Angleterre face à Chelsea. Henry termine pour la première fois de sa carrière meilleur buteur de Premier League avec 24 réalisations en 33 matchs. Cette saison-là, il marque 32 buts toutes compétitions confondues et termine une nouvelle fois dans le top 10 du Ballon d'or en se hissant à la neuvième place, à égalité avec Zinédine Zidane[21].

Malgré les mauvaises performances de l'équipe de France lors du Mondial 2002 en Corée du Sud et au Japon quelques mois auparavant, la saison 2002-2003 est sans doute la plus accomplie de Thierry Henry. Il termine deuxième meilleur buteur du championnat anglais avec 24 buts en 37 rencontres. Thierry Henry est élu joueur français de l'année et meilleur joueur de l'année en Angleterre, deuxième meilleur joueur FIFA de l'année derrière Zidane et est classé sixième à l'élection du Ballon d'or[22]. Arsenal se classe à la deuxième place en championnat et remporte la Coupe d'Angleterre.

Lors de la saison 2003-2004, Arsenal devient la seconde équipe de toute l'histoire du championnat anglais à rester invaincue sur l'ensemble de la saison, après Preston North End en 1889[23]. Henry termine pour la deuxième fois de sa carrière meilleur buteur du championnat anglais en inscrivant 30 réalisations, son plus gros total de buts en Premier League. C'est aussi durant cette saison qu'il marque son plus gros total de buts avec le club anglais avec 39 réalisations toutes compétitions confondues. Il est élu joueur de l'année en Angleterre, meilleur joueur français de l'année, gagne le Soulier d'or européen, une première pour un joueur français, et finit deuxième au classement du meilleur footballeur de l'année FIFA derrière Zinédine Zidane[24] ainsi qu'au classement du Ballon d'or derrière Pavel Nedvěd[25].

Durant la saison 2004-2005, les Gunners terminent vice-champion d'Angleterre derrière Chelsea. Thierry Henry marque 25 buts en 32 matchs de championnat. Cela lui vaut un troisième titre de meilleur buteur, le deuxième consécutif. Il remporte également le Soulier d'or européen (ex-æquo avec Diego Forlán), devenant le premier joueur de l'histoire à avoir consécutivement obtenu deux Soulier d'or. Henry termine également quatrième au classement du Ballon d'or en 2004[26].

Thierry Henry discutant avec Robin van Persie au cours d'un match sous les couleurs d'Arsenal
Après la retraite de Dennis Bergkamp, Henry est associé à Robin van Persie au front de l'attaque.

Au début de la saison 2005-2006, Thierry Henry est nommé capitaine des Gunners à la suite du départ de Patrick Vieira pour la Juventus. Le 19 octobre 2005, après avoir inscrit un doublé en Ligue des champions face au Sparta Prague, il devient le meilleur buteur du club d'Arsenal toutes compétitions confondues avec 186 réalisations, devançant l'Anglais Ian Wright (185). C'est aussi durant cette saison qu'il marque son centième but sur le même stade Highbury, un record dans l'histoire du club et plus généralement un fait unique pour un joueur de Premier League. Il finit la saison avec 27 buts et le titre de meilleur buteur pour la quatrième fois de sa carrière. Il devient alors le seul joueur étranger de l'histoire de la Premier League à avoir été trois fois d'affilée meilleur buteur et également le seul joueur du championnat anglais à avoir inscrit plus de 20 buts en championnat durant cinq saisons consécutives. Le buteur français est une nouvelle fois élu meilleur joueur du championnat d'Angleterre et est de nouveau placé quatrième au classement du Ballon d'or[27]. Arsenal subit des pressions répétées du FC Barcelone pour faire transférer son attaquant vedette. Henry refuse et dit vouloir jouer pour les Gunners jusqu'à la fin de sa carrière[28]. En mai 2006, Henry et Arsenal se retrouvent face au FC Barcelone en finale de la Ligue des champions se déroulant au Stade de France. Le club londonien perd le match (2-1) mais le Barça propose au club anglais un chèque de 50 millions de livres (environ 80 millions d'euros, ce qui serait devenu le plus gros transfert de l'histoire) pour s'offrir les services du Français. Néanmoins, le club refuse la proposition des Catalans[29].

Le 22 juillet 2006, Henry est le premier joueur d'Arsenal à marquer dans le nouveau stade du club, l'Emirates Stadium, durant le jubilé de Dennis Bergkamp. Cependant, il voit sa saison marquée par une série de blessures au pied, à l'aine et au dos qui le laissent écarté des terrains pendant une bonne partie du championnat. Le Français inscrit tout de même 10 buts en 17 matchs de championnat. Une blessure aux adducteurs et à la paroi abdominale l'empêche également de jouer la fin de saison durant laquelle Arsenal ne gagne aucun titre. Malgré cela, Henry est classé troisième au Ballon d'or[30], récompensant essentiellement son année 2006 et sa Coupe du monde en Allemagne. Il s'agit ainsi de la septième année consécutive où il apparaît dans le top 10 de ce classement[31]. Le 25 juin 2007, Henry est finalement transféré au FC Barcelone. Le montant du transfert est estimé à 24 millions d'euros, la durée du contrat est fixée à quatre ans. Il justifie son départ en mettant notamment en avant la situation future incertaine d'Arsène Wenger au sein d'Arsenal ou encore le départ du vice-président du club David Dein[32].

Il est élu meilleur joueur de l'histoire d'Arsenal par les supporters du club le 19 juillet 2008 et joueur étranger préféré de l'histoire de la Premier League lors d'un sondage organisé par Barclays en décembre 2008. Le 9 décembre 2011, une statue en bronze du français est inaugurée aux abords de l'Emirates Stadium[33]. Durant ces huit années passées sous les couleurs d'Arsenal, Thierry Henry dispute 369 matchs pour 226 buts (soit 0,61 but par match). Il est le troisième meilleur buteur de l'histoire de la Premier League.

FC Barcelone (2007-2010)[modifier | modifier le code]

Portrait de dos de Thierry Henry portant le numéro 14
Au FC Barcelone, Henry conserve le numéro 14 qu'il portait à Arsenal.
Thierry Henry, de profil, saluant les spectateurs du Camp Nou
Henry saluant les spectateurs du Camp Nou lors de sa présentation au FC Barcelone.

Thierry Henry est accueilli au Camp Nou par plus de 30 000 personnes[34],[35]. Il conserve le numéro 14 qu'il portait au Arsenal FC.

Titulaire à la pointe de l'attaque à la suite d'une blessure de Samuel Eto'o, Henry inscrit son premier but sous le maillot catalan le 19 septembre 2007 en Ligue des champions face à l'Olympique lyonnais en phase de poule. Dix jours plus tard, il ouvre son compteur en championnat par un triplé face à Levante UD. Auteur de 12 buts et neuf passes décisives en 30 matchs de championnat, il ne parvient pas à s'adapter réellement au jeu catalan notamment à cause d'une position d'ailier qu'il n'occupait plus depuis plus de huit ans. Paradoxalement, et ce malgré les critiques, il finit la saison meilleur buteur du club toutes compétitions confondues avec 19 buts et distribue 11 passes décisives. Au final, sa première saison en Liga reste mitigée. Le Barça enregistre sa moins bonne saison depuis cinq ans : troisième en championnat, élimination en demi-finale de la Ligue des champions. Ces résultats entraînent le départ de l'entraîneur Frank Rijkaard remplacé par Pep Guardiola[36].

Pour la saison 2008-2009, Guardiola annonce qu'il compte beaucoup sur son attaquant français, souhaitant davantage le faire jouer en pointe notamment après les rumeurs de départs de Samuel Eto'o. Ce dernier reste finalement en Catalogne et contraint l'entraîneur espagnol à laisser Thierry Henry sur le côté gauche de l'attaque. Cependant, le Français semble s'habituer à cette position après une année d'adaptation. En effet, mis en concurrence avec Andrés Iniesta en début de saison, il profite de la blessure de l'Espagnol pour s'imposer définitivement et regagner la confiance du Camp Nou. Auteur de bonnes prestations en particulier durant les grandes rencontres (Séville FC, Valence CF, Real Madrid, Villarreal CF), il inscrit son 50e but en Ligue des champions le 11 mars 2009 lors du huitième de finale retour face à l'Olympique lyonnais, le plaçant quatrième meilleur buteur de l'histoire de la C1. Le FC Barcelone réalise une saison exceptionnelle en signant un triplé historique : Ligue des champions, championnat et coupe d'Espagne. Thierry Henry s'inscrit comme l'un des cadres de l'équipe et finit la saison avec 26 buts et 12 passes décisives toutes compétitions confondues. Il s'agit également de la dixième saison consécutive au cours de laquelle il inscrit au moins dix réalisations en championnat. Thierry Henry forme avec Samuel Eto'o et Lionel Messi le trio le plus efficace d'Europe inscrivant au total cent buts à eux trois durant la saison. Au terme de cette saison très réussie, il est élu meilleur joueur en 2009 d'après le Castrol Ranking[37].

Thierry Henry, de dos, en duel avec Rio Ferdinand (en blanc)
Henry prend le dessus sur Rio Ferdinand lors de la finale de la Ligue des champions 2009 face à Manchester United.

Durant l'intersaison, Henry ajoute deux nouveaux titres à son palmarès en remportant la Supercoupe d'Europe et la Supercoupe d'Espagne. Après un début de saison 2009-2010 marqué par une série de blessures aux adducteurs et à la cuisse, il inscrit le 355e but de sa carrière toutes compétitions confondues le 2 décembre 2009 face à Xerez CD, devenant ainsi le joueur français ayant inscrit le plus grand nombre de buts dans sa carrière professionnelle[38]. Le 19 décembre 2009, Henry et le FC Barcelone remportent pour la première fois la Coupe du monde des clubs en battant Estudiantes de La Plata en finale sur le score de 2-1. Il s'agit du sixième titre de l'année pour le club catalan, une première dans l'histoire du football[39]. Peu en réussite lors de la première moitié de saison, il perd peu à peu sa place de titulaire au profit de Pedro. Au total, il inscrit quatre buts en 21 matchs de championnat. Le FC Barcelone remporte un deuxième titre national consécutif. Libéré par le FC Barcelone, il est annoncé partant par différents médias espagnols et américains vers la Major League Soccer et le club des Red Bulls de New York[40]. Il signe officiellement le 14 juillet 2010 dans le club new-yorkais[41].

En 121 apparitions sous le maillot barcelonais, il inscrit 49 buts et distribue 26 passes décisives. Il reste à ce jour le meilleur buteur français de l'histoire du club[42].

Red Bulls de New York (2010-2012)[modifier | modifier le code]

Thierry Henry sur un contrôle en extension
Henry contrôlant le ballon sous le maillot des Red Bulls de New York en 2011.

L'arrivée de Thierry Henry pour une durée de quatre ans et demi est officialisée sur le site du club américain le 14 juillet 2010[43]. Malgré des offres financières plus importantes de clubs européens et notamment de Manchester City[44] ou Fenerbahçe, Henry justifie sa décision en mettant en avant le côté affectif de son choix : « Je nourrissais le rêve de jouer en Amérique après l'Europe. J'adore New York. J'y viens régulièrement depuis 1996 dès que j'en ai l'occasion [45] ». Chez les Red Bulls, il conserve son traditionnel numéro 14 et devient le neuvième « joueur désigné » de l'histoire du championnat américain, le deuxième de l'équipe new-yorkaise après le Colombien Juan Pablo Ángel, ce qui lui permet d'avoir un salaire supérieur au plafond fixé par la Major League Soccer[46].

La saison régulière de Major League Soccer débutant en mars, Thierry Henry dispute son premier match lors de la 17e semaine face au Dynamo de Houston le 31 juillet 2010. Auteur d'une bonne prestation, il est à l'origine des deux buts de son équipe[47]. Le 28 août 2010, il inscrit son premier but sous les couleurs des Red Bulls face aux Earthquakes de San José lors de la 22e semaine. Le club américain termine la saison régulière en tête de la Conférence Est, une première pour le club depuis 2000[48]. Cependant, en séries éliminatoires, le club new-yorkais est éliminé en demi-finale de la conférence Est face à San José (1-0, 1-3). Pour sa première saison outre-Atlantique, Henry inscrit deux buts et distribue trois passes décisives en douze rencontres. Il justifie ses prestations relativement décevantes par un manque de préparation après la Coupe du monde (le championnat nord-américain étant décalé par rapport au calendrier européen) et un enchaînement de blessures[49].

Au cours de l'intersaison, Thierry Henry décide de s'entraîner avec Arsenal FC pour « se maintenir en forme dans la perspective de la nouvelle saison[50] ». Il est peu après promu capitaine à la suite du départ de Juan Pablo Ángel au Galaxy de Los Angeles[51]. Henry connaît des premiers matchs difficiles : il manque un penalty et se blesse aux ischio-jambiers dès la rencontre d'ouverture de la saison[52]. Il inscrit son premier but et offre sa première passe décisive de la saison le 16 avril 2011, lors de la 5e semaine du championnat face aux Earthquakes de San José[53]. Cinq jours plus tard, il inscrit son premier doublé en Major League Soccer face au D.C. United[54]. Il confirme sa bonne forme du moment en marquant le seul but new-yorkais lors du choc face aux Galaxy de Los Angeles (1-1), le 8 mai 2011. Henry s'installe en tête du classement des buteurs à la suite de sa série de neuf buts en onze matchs. Il est finalement dépassé lors des ultimes semaines par Dwayne De Rosario et Chris Wondolowski et termine ainsi troisième meilleur buteur de la saison régulière avec 14 buts en 26 rencontres. New York se classe à la cinquième place de la Conférence Est et se qualifie pour le premier tour des séries éliminatoires. Lors de ce premier tour face au FC Dallas, il inscrit le deuxième but de son équipe (victoire 2-0)[55]. Comme l'année précédente, New York est éliminé en demi-finale de conférence, cette fois-ci face aux Galaxy (0-1, 1-2)[56]. Le Français est élu dans l'équipe-type 2011 de la MLS[57].

Henry retourne une nouvelle fois s'entraîner avec Arsenal FC durant l'intersaison. Son état de forme impressionne Arsène Wenger, qui cherche un attaquant afin de remplacer temporairement Gervinho et Marouane Chamakh, qui prennent part à la Coupe d'Afrique des nations 2012. En décembre 2011, l'entraîneur français déclare que le joueur accepte de porter les couleurs de son ancien club le temps d'un prêt, à condition qu'un accord soit trouvé avec les Red Bulls de New York[58].

Prêt à Arsenal (2012)[modifier | modifier le code]

Thierry Henry, de profil, applaudissant la foule
Henry de retour à Arsenal début 2012.

Après plusieurs jours de négociations, le prêt de Thierry Henry vers Arsenal FC est officialisé le 6 janvier 2012[59]. Le contrat signé par les deux parties stipule une durée déterminée de deux mois, la saison régulière de la MLS reprenant le 10 mars[60]. Meilleur buteur de l'histoire des Gunners, Henry a l'occasion d'accroître son record grâce à ce prêt. Il porte le numéro 12, le 14 étant la propriété de Theo Walcott[61].

L'attaquant français fait son retour à l'Emirates Stadium trois jours plus tard lors du match comptant pour le 3e tour de Coupe d'Angleterre face à Leeds United. Il donne la victoire aux Gunners en marquant le seul but de la rencontre sur une passe en profondeur côté gauche d'Alexandre Song suivi d'un contrôle puis tir enroulé croisé du pied droit (sa spécialité) dix minutes après son entrée en jeu[62]. Cette performance est très commentée par la presse britannique, qui réagit de manière enthousiaste[63],[64]. Le 10 février suivant, Arsène Wenger annonce que le prêt de Thierry Henry prend fin le 16 de ce mois[65]. Le lendemain, il participe à son dernier match de Premier League avec Arsenal en remplaçant Alex Oxlade-Chamberlain à la 66e minute de la rencontre à Sunderland AFC pour le compte de la 25e journée. Il donne la victoire aux Gunners en coupant un centre d'Andreï Archavine dans le temps additionnel (1-2)[66]. Le 15 février 2012, Henry dispute son dernier match avec Arsenal lors du huitième de finale aller de la Ligue des champions face à l'AC Milan. Entré à la mi-temps à la place de Theo Walcott, il ne peut empêcher les Gunners de s'incliner lourdement face aux Rossoneri (4-0)[67] avant de retourner comme prévu aux Red Bulls de New York le lendemain.

Retour aux Red Bulls de New York (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Après un mauvais début des Red Bulls de New York en championnat (deux défaites), l'attaquant français offre en partie la victoire à son équipe en inscrivant deux buts et en distribuant une passe décisive lors de la rencontre face aux Rapids du Colorado (4-1)[68]. Une semaine plus tard, il inscrit son premier triplé en Major League Soccer face à l'Impact de Montréal (5-2)[69]. Ses bonnes performances lors du mois de mars lui permettent de remporter le trophée du joueur du mois de Major League Soccer pour la première fois depuis son arrivée aux Red Bulls de New York[70]. Le 16 septembre 2012, Thierry Henry fait sensation en inscrivant un doublé dont un but sur corner direct en toute fin de match face au Crew de Columbus (victoire 3-1)[71]. Deux semaines plus tard, il délivre trois passes décisives avant de marquer le dernier but des siens face au Toronto FC (4-1)[72]. Lors de l'ultime rencontre de la saison régulière face à l'Union de Philadelphie, Henry inscrit son 15e but en championnat (victoire 3 à 0)[73]. Ce résultat permet aux Red Bulls de se classer à la troisième place de la Conférence Est et de se qualifier directement pour les séries[74]. Les Red Bulls de New York sont éliminés en demi-finale de conférence par le D.C. United (1-1, 0-1) et s'arrêtent à ce stade de la compétition pour la troisième année consécutive[75]. Au total, Henry inscrit 15 buts et délivre 12 passes décisives en 27 rencontres. Le 29 novembre 2012, Henry est élu deuxième meilleur joueur de la saison de Major League Soccer derrière Chris Wondolowski[76]. En outre, il est retenu dans l'équipe-type du championnat[77] pour la deuxième année consécutive.

Alors qu'un nouveau prêt à Arsenal FC, durant la trêve du championnat américain, est envisagé, Arsène Wenger annonce fin décembre, que la transaction n'aura finalement pas lieu expliquant que Thierry Henry n'est pas prêt physiquement pour reprendre la compétition[78],[79]. Interrogé sur sa retraite sportive, Thierry Henry déclare en janvier 2013 qu'il se « donne encore deux ans. Ça m'emmènera à 37 ans. Ça me fera 20 ans de carrière[80] ». Après un début de saison difficile - deux matchs nuls et deux défaites - les Red Bulls de New York remportent leur première rencontre face à l'Union de Philadelphie (2-1) à la suite du premier but de la saison de Thierry Henry, rentré en cours de match [81]. Le 8 mai 2013, il s'illustre en offrant la victoire à son équipe dans les derniers instants de la partie, d'un retourné acrobatique face à l'Impact de Montréal[82]. Le 14 septembre 2013, il inscrit face au Toronto FC le 400e but de sa carrière professionnelle, toutes compétitions confondues[83]. Au cours de la dernière rencontre de championnat face au Fire de Chicago, Henry inscrit un but et distribue une passe décisive portant son total à 10 buts et 9 passes décisives sur la saison régulière. Il remporte pour la première fois le MLS Supporter's Shield, récompense attribuée à l'équipe ayant marqué le plus de points (59) durant la saison régulière[84]. Cependant, pour la quatrième année consécutive, les New York Red Bulls sont éliminés en demi-finale de la Conférence Est par le Dynamo de Houston (2-2, 1-2 après prolongations)[85].

Pour sa dernière année de contrat, Thierry Henry est associé à l'Anglais Bradley Wright-Phillips à la pointe de l'attaque. Malgré un départ poussif du club new-yorkais (deux défaites et quatre matchs nuls), Henry signe son 42e but sous le maillot des New York Red Bulls en championnat, le 15 mars 2014, devenant ainsi le deuxième meilleur buteur de l'histoire du club derrière le Colombien Juan Pablo Angel (58)[86]. Quatre mois plus tard, il s'illustre face au Crew de Columbus en inscrivant un but et délivrant trois passes décisives. Cette performance lui permet de devenir le meilleur passeur de l'histoire du club en championnat avec 37 passes décisives[87].

Équipe de France (1997-2010)[modifier | modifier le code]

Régulièrement appelé dans les sélections nationales juniors, Thierry Henry se fait principalement remarquer en inscrivant le but victorieux lors de la finale du Championnat d'Europe de football des moins de 18 ans 1996 face à l'Espagne (1-0). Henry est capitaine de la sélection française à cette compétition[4]. Il se révèle réellement en juin 1997 avec l'équipe de France des moins de 20 ans durant la Coupe du monde 1997 en inscrivant deux buts en cinq matchs.

Grâce à ses belles performances individuelles et celles de son club, Thierry Henry est convoqué et honore sa première sélection en équipe de France A contre l'Afrique du Sud le 11 octobre 1997[88]. Il déclare à cette époque-là qu'il aurait choisi la sélection antillaise si une telle équipe existait[4].

Régulièrement appelé pour jouer sur les ailes de l'attaque, il séduit Aimé Jacquet qui le retient dans sa liste de 22 joueurs pour participer à la Coupe du monde 1998 en France. Il porte dès ce jour le numéro 12 en Bleu, en l'honneur d'une de ses idoles d'adolescence, Marco van Basten[89].

Titularisé sur le côté droit lors du premier match du Mondial français face à l'Afrique du Sud, il inscrit son premier but sous le maillot des Bleus qui est également le 1600e but marqué en Coupe du monde[90]. Il marque trois buts en six matchs durant cette compétition, ce qui fait de lui le meilleur buteur français du tournoi. Il fait également partie des joueurs français qui transforment leur tir au but lors de la séance de tirs au but en quarts de finale face à l'Italie (0-0). Programmé pour rentrer en finale, il ne peut faire son apparition notamment après l'expulsion de Marcel Desailly qui oblige le sélectionneur français à une option plus défensive. Par conséquent, il ne participe pas à la finale du 12 juillet 1998 qui voit la victoire 3-0 de la France sur le Brésil. En septembre 1998, à la suite du sacre mondial, il est fait Chevalier de la Légion d'honneur par Jacques Chirac comme tous ses coéquipiers champions du monde[91].

Photo des équipes de France et d'Italie à la finale de l'Euro 2000.
Henry est titulaire en finale de l'Euro 2000.

Malgré une bonne Coupe du monde, Henry connaît quelques déboires en club, aussi bien avec l'AS Monaco qu'avec la Juventus. Il est laissé de côté par Roger Lemerre et il s'écoule près d'un an et demi entre sa 11e et sa 12e sélection[92]. Il fait même son retour en équipe de France espoirs, alors entraînée par Raymond Domenech, face à l'Italie afin d'aider les Bleuets à se qualifier pour la phase finale de l'Euro 2000 espoirs et surtout pour les Jeux olympiques de Sydney. Malgré un but inscrit lors du match retour décisif, la France s'incline 2-1 après la prolongation[93].

Auteur d'une bonne première saison à Arsenal FC, Henry devient titulaire en Bleu. Positionné aussi bien sur les ailes qu'à la pointe de l'attaque par Roger Lemerre, il marque trois buts durant l'Euro 2000, dont le but égalisateur en demi-finale face au Portugal. Il termine une nouvelle fois meilleur buteur de l'équipe de France et remporte son deuxième titre international majeur.

Après six victoires lors de ses huit derniers matchs amicaux précédant la Coupe du monde 2002, l'équipe de France s'annonce comme un très sérieux candidat à sa propre succession. De plus, elle compte en ses rangs les meilleurs buteurs des championnats français (Djibril Cissé), italien (David Trezeguet) et anglais (Thierry Henry). Toutefois, les Bleus ne marquent pas le moindre but et se font logiquement éliminer en phase de poule. Thierry Henry se fait même expulser après un tacle appuyé lors du deuxième match face à l'Uruguay (0-0). Il s'agit de sa seule expulsion sous le maillot français[94].

Plan de jeu au coup d'envoi de la finale France-Italie de la Coupe du monde 2006
Thierry Henry est aligné en pointe lors de la finale de la Coupe du monde 2006.

En 2003, Henry dispute la Coupe des confédérations. Il est élu meilleur joueur par la FIFA de trois des cinq rencontres jouées par l'équipe de France. En finale, il marque le but en or face au Cameroun et apporte le titre à la France. Henry reçoit le prix de meilleur joueur du tournoi ainsi que le titre de meilleur buteur avec quatre réalisations[95].

La France se qualifie pour l'Euro 2004 qui a lieu au Portugal mais est éliminée en quarts de finale (0-1) par le futur vainqueur de la compétition : la Grèce. Henry inscrit deux buts (contre la Croatie lors du premier tour) en quatre matchs durant la compétition.

Pendant la Coupe du monde 2006 jouée en Allemagne, Thierry Henry évolue seul en pointe devant Zinédine Zidane dans un système en 4-2-3-1 mis en place par Raymond Domenech[96]. Malgré un départ poussif, Henry et les Bleus se hissent jusqu'en finale mais perdent aux tirs au but face à l'Italie. Henry marque trois buts en sept matchs et finit meilleur buteur français à égalité avec Zidane. Il marque notamment un but en quarts de finale face au Brésil sur un coup franc du numéro 10 des Bleus qui reste comme la seule et unique passe décisive de « Zizou » à « Titi »[97]. En finale, il est remplacé à la 107e minute par Sylvain Wiltord et ne participe donc pas à la séance de tirs au but. Thierry Henry est sélectionné dans l'équipe type du Mondial[98] mais c'est son coéquipier Zinédine Zidane qui hérite finalement du titre de meilleur joueur de la compétition.

À l'occasion de sa 95e sélection en équipe de France, le 13 octobre 2007 face aux îles Féroé en match éliminatoire de l'Euro 2008, il inscrit son 41e but (victoire 0-6), égalant ainsi le record détenu depuis 1987 par Michel Platini (72 sélections)[99]. Quatre jours plus tard, il dépasse ce record en marquant par deux fois au Stade de la Beaujoire face à la Lituanie lors de ces mêmes éliminatoires, inscrivant ainsi ses 42e et 43e but (victoire 2-0) en l'espace de trois minutes[100].

Présentation des équipes de France et de Serbie avant un match
Face à la Serbie, Thierry Henry marque son 50e but en équipe de France.

Le 3 juin 2008, Thierry Henry honore sa centième sélection lors de la rencontre amicale face à la Colombie (victoire 1-0) et devient le premier attaquant à atteindre les cent sélections sous le maillot bleu[101].

Durant l'Euro 2008 qui a lieu en Autriche et en Suisse, Henry ne participe pas au premier match face à la Roumanie (0-0) à la suite d'une blessure à la cuisse gauche[102]. Il inscrit le seul but de l'équipe de France dans la compétition lors du deuxième match face aux Pays-Bas (défaite 4-1)[103] et détourne la frappe de Daniele De Rossi entraînant le second but des Italiens (défaite 2-0) lors du dernier match de poule. La France est logiquement éliminée dès le premier tour[104].

Après la retraite de Lilian Thuram et en l'absence répétée de Patrick Vieira, Thierry Henry se voit désigner capitaine des Bleus[105]. Il porte le brassard de capitaine lors de 21 matchs de l'équipe de France[92].

Au cours des qualifications de la Coupe du monde 2010, il retrouve régulièrement le poste qu'il occupe dorénavant au FC Barcelone sur l'aile gauche de l'attaque. Le 9 septembre 2009, il inscrit son 50e but face à la Serbie (1-1)[106] et son 51e et dernier but avec la sélection nationale lors de la victoire (3-1) contre l'Autriche au Stade de France le 14 octobre suivant[107].

Le 18 novembre 2009, lors du match de barrages retour contre l'Irlande, il permet à l'équipe de France de se qualifier en faisant une passe décisive à William Gallas après avoir commis une faute de main dans la surface de réparation irlandaise, non sifflée par l'arbitre suédois Martin Hansson[108]. Juste après le match, il avoue avoir fait une main mais affirme qu'il « n'est pas l'arbitre[109] ». Le but égalisateur provoque une polémique importante dans les semaines suivant la rencontre[110]. Les Irlandais demandent à la FIFA de faire rejouer le match ou de participer à la Coupe du monde mais celle-ci refuse ces deux propositions. Différentes personnalités du monde du football comme Arsène Wenger ou David Beckham défendent Thierry Henry en affirmant qu'« il n'est pas un tricheur[111] ». D'autres, comme Éric Cantona, ne sont pas du même avis. Ce dernier déclare que « ce n'est pas la main le pire mais sa réaction après le but, comme le fait qu'il se soit assis à côté d'un Irlandais pour le consoler à la fin du match[112] ». Après s'être réunie le 18 janvier 2010, la commission de discipline de la FIFA décide de ne pas punir Thierry Henry après sa main contre l'Irlande[113].

Sélectionné parmi les 23 joueurs appelés à disputer Coupe du monde 2010, Henry devient le premier joueur français de l'histoire à disputer quatre Coupes du monde[114]. Cependant, à la suite de sa saison mitigée et à la baisse de son temps de jeu au FC Barcelone, Raymond Domenech décide de le faire débuter en tant que remplaçant[114], Henry est déchu de son brassard de capitaine au profit de Patrice Évra[115]. Au total, Henry n'entre en jeu que deux fois, à chaque fois en deuxième période : une demi-heure contre l'Uruguay et vingt minutes contre l'Afrique du Sud, n'inscrivant pas de but. Lors de ce dernier match, il égale le record de Fabien Barthez avec 17 matchs de Coupe du monde disputés sous le maillot français. L'équipe de France est cependant éliminée dès le premier tour.

Le 15 juillet 2010, Thierry Henry annonce qu'il met un terme à sa carrière internationale[116]. Il devient ainsi le dernier champion du monde 1998 à avoir porté le maillot bleu. Avec 123 sélections, il est le deuxième joueur comptant le plus de sélections en équipe de France derrière Lilian Thuram (142)[117], et reste à ce jour le meilleur buteur de l'histoire des Bleus (51 buts)[117]. Thierry Henry figure parmi les seuls joueurs ayant à la fois remporté une Coupe du monde et étant détenteurs du record de buts avec leur équipe nationale, au même titre que Pelé (77 buts), David Villa (59 buts), Miroslav Klose (71 buts) et Bobby Charlton (49 buts)[118].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Photo prise en hauteur, montrant une action de coup-franc pour Arsenal
Henry était le premier choix lors des coups-francs pour Arsenal.

Thierry Henry est considéré pendant sa carrière comme l'un des meilleurs spécialistes à son poste d'attaquant. Son principal atout est sa grande vitesse ballon au pied qui lui permet d'attaquer de loin et de s'engouffrer dans les espaces d'une défense. Ce style de jeu lui a permis de rayonner pendant de nombreuses années dans le championnat anglais. Ainsi, il a occupé presque chaque année la première place au classement des buteurs de la Premier League. Particulièrement irrésistible pour « dévorer » les larges espaces, il est en revanche moins efficace dans les espaces réduits et est souvent gêné par les défenses serrées. Malgré sa grande taille, il n'est pas réputé pour son jeu de tête. Participant activement au jeu de l'équipe, il lui arrive fréquemment de décrocher de sa position de base pour remonter des ballons. Ces changements de position lui permettent de distribuer régulièrement un grand nombre de passes décisives. Il déclare avant la Coupe du monde 1998 avoir autant de plaisir à donner des passes décisives qu'à inscrire des buts[4].

Concernant les coups de pied arrêtés, Thierry Henry s'est principalement distingué à Arsenal où il faisait partie des premiers choix de tireur que ce soit pour les coups francs ou les penaltys. Il s'est d'ailleurs fait remarquer de manière assez cocasse lors de la saison 2005-2006 en voulant, à l'image de Johan Cruijff et Jesper Olsen, tirer un penalty à deux avec son coéquipier Robert Pirès, ce dernier manquant son geste au point de ne pas toucher le ballon[119]. En équipe de France, Henry reste un tireur occasionnel ; il n'inscrit que deux buts sur penalty durant sa carrière.

Thierry Henry possède une spécificité : ses frappes enroulées du plat du pied droit généralement placées côté opposé, sur la gauche du gardien[120].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques détaillées[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match officiel de Thierry Henry depuis ses débuts professionnels[121],[122],[123]

Statistiques de Thierry Henry au 24 août 2014[124]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Autres compétitions Drapeau : France France Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd
1994-1995 Drapeau de la France AS Monaco D1 8 3 1 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 8 3 1
1995-1996 Drapeau de la France AS Monaco D1 18 3 5 - - - 3 0 1 - - - C3 1 0 0 - - - - - - - 22 3 6
1996-1997 Drapeau de la France AS Monaco D1 36 9 8 1 0 0 2 0 1 - - - C3 9 1 4 - - - - - - - 48 10 13
1997-1998 Drapeau de la France AS Monaco D1 30 4 9 4 0 2 1 0 0 - - - C1 9 7 1 - - - - 9 3 1 53 14 13
1998-1999 Drapeau de la France AS Monaco D1 13 1 3 - - - 1 0 0 - - - C3 5 0 2 - - - - 2 0 0 21 1 5
Sous-total 105 20 26 5 0 2 7 0 2 - - - - 24 8 7 - - - - 11 3 1 152 31 38
1998-1999 Drapeau de l'Italie Juventus Série A 16 3 2 1 0 0 - - - - - - - - - - BCE 2 0 0 - - - 19 3 2
1999-2000 Drapeau de l'Italie Juventus Série A - - - - - - - - - - - - C4 1 0 0 - - - - - - - 1 0 0
Sous-total 16 3 2 1 0 0 - - - - - - - 1 0 0 - 2 0 0 - - - 20 3 2
1999-2000 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC PL 31 17 9 3 0 0 2 1 0 - - - C1+C3 4+8 1+7 0+2 - - - - 10 5 1 58 31 12
2000-2001 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC PL 35 17 7 4 1 0 - - - - - - C1 14 4 0 - - - - 8 2 1 61 24 8
2001-2002 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC PL 33 24 5 5 1 2 - - - - - - C1 11 7 0 - - - - 9 2 1 58 34 8
2002-2003 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC PL 37 24 23 5 1 0 - - - 1 0 0 C1 12 7 1 - - - - 13 10 5 68 42 29
2003-2004 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC PL 37 30 8 3 3 2 - - - 1 1 0 C1 10 5 3 - - - - 12 5 5 63 44 18
2004-2005 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC PL 32 25 14 1 0 1 - - - 1 0 0 C1 8 5 1 - - - - 7 1 2 49 31 18
2005-2006 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC PL 32 27 6 - - - 1 1 0 1 0 0 C1 11 5 2 - - - - 15 8 2 60 41 10
2006-2007 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC PL 17 10 4 3 1 1 - - - - - - C1 7 1 0 - - - - 7 3 3 34 15 8
Sous-total 254 174 76 24 7 6 3 2 0 4 1 0 - 85 42 9 - - - - 81 36 20 451 262 111
2007-2008 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 30 12 9 7 4 4 - - - - - - C1 10 3 2 - - - - 10 6 2 57 25 17
2008-2009 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 29 19 8 1 1 1 - - - - - - C1 12 6 4 - - - - 9 3 2 51 29 15
2009-2010 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 21 4 2 1 0 0 - - - 2 0 0 C1 6 0 1 SC+CMC 1+1 0+0 0+0 12 3 2 44 7 5
Sous-total 80 35 19 9 5 5 - - - 2 0 0 - 28 9 7 - 2 0 0 31 12 6 152 61 37
2010 Drapeau des États-Unis Red Bulls New York MLS 11 2 3 - - - - - - - - - - - - - PO 1 0 0 - - - 12 2 3
2011 Drapeau des États-Unis Red Bulls New York MLS 26 14 4 - - - - - - - - - - - - - PO 3 1 1 - - - 29 15 5
2012 Drapeau des États-Unis Red Bulls New York MLS 25 15 12 - - - - - - - - - - - - - PO 2 0 0 - - - 27 15 12
2013 Drapeau des États-Unis Red Bulls New York MLS 30 10 9 - - - - - - - - - - - - - PO 2 0 1 - - - 32 10 10
2014 Drapeau des États-Unis Red Bulls New York MLS 21 7 11 - - - - - - - - - - - - - PO - - - - - - 21 7 11
Sous-total 113 48 39 0 0 0 - - - - - - - - - - - 8 1 2 - - - 121 49 41
2011-2012 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC PL 4 1 0 2 1 0 - - - - - - C1 1 0 0 - - - - - - - 7 2 0
Sous-total 4 1 0 2 1 0 - - - - - - - 1 0 0 - - - - - - - 7 2 0
Total sur la carrière 572 281 162 41 13 13 10 2 2 6 1 0 - 139 59 23 - 12 1 2 123 51 27 903 408 229

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Thierry Henry remporte son premier titre en étant champion de France en 1997 avec l'AS Monaco[125]. Avec le club italien de la Juventus, il ne gagne que la Coupe Intertoto en 1999[126]. Il étoffe considérablement son palmarès avec le club anglais d'Arsenal FC. Henry est d'abord finaliste de la Coupe UEFA en 2000[127] et de la Coupe d'Angleterre en 2001[128]. Arsenal réalise ensuite le triplé championnat d'Angleterre, Coupe d'Angleterre et Community Shield en 2002[129]. En 2003, Henry remporte de nouveau la Coupe d'Angleterre[130] avant de faire le doublé championnat d'Angleterre - Community Shield en 2004[131]. En 2005, il décroche sa troisième et dernière Coupe d'Angleterre[132]. La saison suivante, Arsenal atteint la finale de la Ligue des champions mais s'incline face au FC Barcelone[133]. Pour sa dernière saison avec les Gunners, Thierry Henry échoue en finale de la League Cup en 2007[134]. Arrivé au FC Barcelone, Thierry Henry et les Blaugranas réalisent un sextuplé inédit dans l'histoire du football en 2009 : Ligue des champions, championnat d'Espagne, Coupe d'Espagne, Supercoupe d'Europe, Supercoupe d'Espagne et Coupe du monde des clubs[39]. Le Barça remporte de nouveau le championnat d'Espagne en 2010[135]. Transféré en juillet aux Red Bulls de New York, Henry termine premier de la Conférence Est de la Major League Soccer en 2010[136] ainsi qu'en 2013. Lors de cette dernière année, il remporte son premier trophée en Amérique du Nord, le MLS Supporters' Shield, qui récompense l'équipe avec le meilleur bilan à l'issue de la saison régulière.

En sélection[modifier | modifier le code]

En équipe de France des moins de 19 ans, Thierry Henry est sacré champion d'Europe en 1996[137]. Il remporte ensuite le Tournoi de Toulon en 1997 avec les espoirs[138]. Avec l'équipe de France A, il totalise 123 sélections (dont 21 en tant que capitaine) et 51 buts entre 1997 et 2010[92]. Thierry Henry fait partie de l'équipe de France qui remporte consécutivement la Coupe du monde 1998, l'Euro 2000 et la Coupe des confédérations 2003[139].

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Thierry Henry reçoit de nombreuses distinctions personnelles décernées par des organismes internationaux ou bien par la presse et bat de nombreux records.

Statue en bronze à l'effigie de Thierry Henry
Statue de Thierry Henry devant l'Emirates Stadium.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

Activités extra-sportives[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Thierry Henry se marie avec le mannequin anglais Nicole Merry le 5 juillet 2003[141]. Le 27 mai 2005, le couple donne naissance à une fille, Téa[142]. Thierry Henry lui dédie le premier but suivant sa naissance en embrassant le « T » qu'il forme avec ses doigts lors d'un match face à Newcastle United. Peu de temps après le transfert de Thierry Henry vers le FC Barcelone, sa femme obtient le divorce[143]. Depuis 2008, il vit avec le mannequin bosnien Andrea Rajacic[144] avec qui il a un fils nommé Tristan né le 23 août 2012. Fan de basket-ball, Thierry Henry est ami avec Tony Parker[145].

Œuvres caritatives[modifier | modifier le code]

Photo de Thierry Henry, de haut
Thierry Henry, signant des autographes.

Comme 45 autres footballeurs, Henry prend part au Live for Love United de la FIFA[146]. Le single se vend lors de la Coupe du monde 2002 et les bénéfices des ventes sont reversés à une association de recherche sur le SIDA.

Thierry Henry est membre de l'UNICEF/FIFA. Il est apparu avec d'autres footballeurs professionnels dans une série de spots télévisés vus par des centaines de millions de fans à travers le monde durant les Coupes du monde de 2002 et 2006[147].

Ayant lui-même été victime de racisme dans le passé, Henry est un porte-parole actif contre le racisme dans le football. L'incident raciste le plus éminent à l'encontre de Thierry Henry s'est déroulé au cours d'une séance d'entraînement avec l'équipe d'Espagne en 2004 lorsqu'une équipe de télévision espagnole filme le sélectionneur espagnol Luis Aragonés en train de qualifier Henry de « noir de merde »[148]. Cet incident crée un tollé dans les médias européens et Aragonés reçoit une amende de 3 000 euros[149]. À la suite de ces propos insultants, Thierry Henry devient, en janvier 2005, ambassadeur d'un mouvement de joueurs désireux de sensibiliser les autorités footballistiques et les supporters sur les problèmes de racisme constatés dans les tribunes. En effet, Nike et Thierry Henry s'associent pour créer la campagne le bracelet bicolore Stand Up, Speak Up[150]. En 2007, le magazine Time inclut Thierry Henry dans son top 100 des « héros et pionniers »[151].

En 2007, il crée sa fondation The One Four All pour lutter contre le racisme et les inégalités sociales, et s'associe au couturier Tommy Hilfiger à travers une campagne publicitaire et la vente d'une série limitée de vêtements[152]. Cette fondation lui permet de débloquer 200 000 euros pour la construction d'un stade aux Ulis en 2009[153].

En 2013, il collabore avec le pôle caritatif de la banque d'investissement Goldman Sachs et décide de venir en aide à la fondation Grassroot Soccer, qui lutte contre la propagation du sida dans les pays en développement via des actions liées au football. Ainsi, au cours de la saison 2013 de la Ligue majeure de soccer, chaque but inscrit par le Français a rapporté 5 000 dollars à l'association quand une passe décisive a donné lieu au versement de 2 500 dollars[154].

Revenus, sponsoring et contrats publicitaires[modifier | modifier le code]

Revenus annuels en millions d'euros
Année Montant
2006 14[155]
2007 17,4[156]
2008 17,7[157]
2009 18,8[158]
2010 18,3[159]
2011 9,2[160]
2012 9,4[161]

En 2004, Thierry Henry signe un contrat avec l'équipementier Nike. Il apparaît dans différents spots publicitaires avec plus d'une vingtaine d'autres stars du ballon rond dont Edgar Davids, Ronaldinho, Francesco Totti ou encore Fredrik Ljungberg. Il participe notamment à la campagne Joga Bonito lors de la Coupe du monde 2006. Après le Mondial allemand, Henry signe avec Reebok pour apparaître dans leur campagne de publicité I Am What I Am.

En 2007, Henry est choisi parmi les trois sportifs ambassadeurs de la marque de rasoirs Gillette pour apparaître dans le programme de publicité Gillette Champions aux côtés du tennisman Roger Federer et du golfeur Tiger Woods. En 2010, Gillette décide de se séparer de Woods et d'Henry à la suite de la fin du programme et du non-renouvellement de leur contrat[162]. Depuis 2005, Henry apparaît également dans plusieurs publicités de la marque de boisson gazeuse Pepsi-Cola.

En 2011, Henry rejoint l'équipementier Puma[163]. En janvier 2013, La marque autrichienne Red Bull lance la « collection des champions » et choisit deux de ses sportifs comme effigie sur leurs canettes : Thierry Henry et Sébastien Loeb, tous deux sponsorisés par la marque avec leur équipe[164].

Sur le plan des revenus annuels, Thierry Henry est un des sportifs français les mieux payés. Longtemps dauphin de Zinédine Zidane, il arrive en première place à partir de 2007. Cette année-là, il gagne 17,4 millions d'euros d'après L'Équipe Magazine. Un record pour un sportif français qui bénéficie d'une hausse de 40 % environ entre 2006 et 2007[165]. En 2009, il est classé cinquième au classement des salaires de footballeurs les mieux payés au monde. Il reste le premier français avec 17 millions d'euros gagnés annuellement, d'après le bi-hebdomadaire France Football[166]. En 2010, après avoir signé aux Red Bulls de New York, il est le deuxième joueur le mieux payé du championnat américain (MLS) avec 4,35 millions d'euros, derrière David Beckham, joueur de Los Angeles Galaxy[167]. En 2011, Thierry Henry quitte la première place du podium, depuis 2006, au classement des sportifs français les mieux payés, cédant son rang à Franck Ribéry et chutant à la quatrième place à la suite de son départ aux États-Unis et à la rupture de son contrat avec Gillette[168]. L'année suivante, il se positionne à la cinquième place avec 9,4 millions d'euros[161].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il y est filmé par Téléssonne. La séquence est diffusée à l'époque puis communiquée à la presse en 2010, Vidéo « Découvrez le tout premier but de Thierry Henry », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 19 février 2010 (consulté le 3 mai 2012)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Thierry Henry », sur fcbarcelonaclan.com (consulté le 11 février 2013)
  2. [PDF] « Sur le pas des Bleus », Relais, no 106,‎ mai-juin 2006, p. 13-14 (lire en ligne)
  3. a, b, c et d Guillaume D., « Interview d'Arnold Castano », sur planete-asm.fr,‎ 19 juillet 2010 (consulté le 5 mai 2012)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Eugène Saccomano, Les stars de la coupe du monde 98, Edition 1,‎ 1998 (ISBN 9782863918456), p. 42-44
  5. « Fiche de Thierry Henry », sur lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 5 mai 2012)
  6. « Thierry Henry, itinéraire d'un champion hors norme », sur lexpress.fr, L'Express,‎ 24 juin 2010 (consulté le 3 mai 2012)
  7. « Parcours européen de l'AS Monaco 1996-1997 », sur a.s.monaco.free.fr (consulté le 3 mai 2012)
  8. « Palmarès Trophées UNFP - Oscars du football - Meilleur espoir de Ligue 1 », sur sportpalmares.eu (consulté le 17 février 2013)
  9. « Fcbarcelonaclan.com - Thierry Henry avait signé au Real Madrid », sur fcbarcelonaclan.com (consulté le 3 mai 2012)
  10. L.F., « Anelka et Henry au centre d'imbroglios juridiques », sur humanite.fr, L'Humanité,‎ 16 janvier 1997 (consulté le 17 février 2013)
  11. Alex Bourouf, « La French connection du calcio dans les 90's - Chap 24 : Thierry HENRY », sur Old School Panini (consulté le 9 octobre 2012)
  12. (en) « Henry signs with Juventus », sur sportsillustrated.cnn.com, Sport Illustrated,‎ 18 janvier 1999 (consulté le 3 mai 2012)
  13. Jérôme Dupuis, « Albert contre la vieille garde », sur lexpress.fr, L'Express,‎ 8 avril 1999 (consulté le 3 mai 2012)
  14. « Ancelotti avoue une boulette avec Thierry Henry », sur le10sport.com, Le10sport,‎ 29 février 2012 (consulté le 9 octobre 2012)
  15. AFP, « Thierry Henry avait quitté la Juventus à cause de Luciano Moggi », sur fifa.com, FIFA,‎ 10 janvier 2008 (consulté le 3 mai 2012)
  16. a et b Jelassi 2009, p. 11
  17. « Thierry Henry : "le Barça m'émeut" », sur fcbarcelonaclan.com (consulté le 8 février 2013)
  18. « Les dix plus gros transferts français », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 5 juillet 2001 (consulté le 3 mai 2012)
  19. (en) Norman Fox, « Henry's first fires Arsenal », sur independent.co.uk, The Independent,‎ 19 septembre 1999 (consulté le 3 mai 2012)
  20. « Classement Ballon d'Or 2000 », sur francefootball.fr, France Football (consulté le 3 mai 2012)
  21. « Classement Ballon d'Or 2001 », sur francefootball.fr, France Football (consulté le 3 mai 2012)
  22. « Classement Ballon d'Or 2002 », sur francefootball.fr, France Football (consulté le 3 mai 2012)
  23. « Arsenal finit invaincu », sur sport.fr,‎ 15 mai 2004 (consulté le 3 mai 2012)
  24. « Zinédine Zidane, joueur Fifa de l’année 2003 », sur 20minutes.fr, 20minutes,‎ 5 mars 2006 (consulté le 17 février 2013)
  25. Thibault Vigier, « Nedved, Ballon d'Or 2003 », sur maxifoot.fr (consulté le 17 février 2013)
  26. « Classement Ballon d'Or 2004 », sur rfi.fr, RFI,‎ 14 décembre 2004 (consulté le 17 février 2013)
  27. « Classement Ballon d'Or 2005 », sur parlonsfoot.com (consulté le 3 mai 2012)
  28. « Henry, un transfert qui a duré un an », sur fcbarcelonaclan.com (consulté le 9 octobre 2012)
  29. Jelassi 2009, p. 14
  30. « Classement Ballon d'Or 2006 », sur francefootball.fr (consulté le 3 mai 2012)
  31. « Thierry Henry et le Ballon d'Or », sur linternaute.com,‎ 12 février 2009 (consulté le 17 février 2013)
  32. (en) Matt Scott, « Arsenal reeling as £16m Henry joins Barcelona », sur guardian.co.uk, The Guardian,‎ 23 juin 2007 (consulté le 9 octobre 2012)
  33. « Une statue de Henry à l'Emirates », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 9 décembre 2011 (consulté le 9 décembre 2011)
  34. « Henry, de Londres à Barcelone », sur lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 3 mai 2012)
  35. (es) José Luis Artús, « Apoteosis Henry », El Mundo Deportivo, no 27.345,‎ 26 juin 2007, p. 2 (lire en ligne)
  36. « Guardiola remplace Rijkaard au Barça », sur uefa.com, UEFA,‎ 8 mai 2008 (consulté le 3 mai 2012)
  37. (en) « Thierry Henry is top of the Castrol Rankings », sur castrolfootball,‎ 23 octobre 2009 (consulté le 16 février 2013)
  38. a et b « Henry dépasse Platini », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 4 décembre 2009 (consulté le 13 octobre 2012)
  39. a et b « Le record du Barça », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 30 décembre 2009 (consulté le 3 mai 2012)
  40. « A New-York, Thierry Henry jouera dans un stade flambant neuf », sur sportune.fr,‎ 1er avril 2010 (consulté le 3 mai 2012)
  41. Yoann Palej, « Henry à New York (officiel) », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 14 juillet 2010 (consulté le 3 mais 2012)
  42. « Benzema, meilleur buteur français de l'histoire de la Liga », sur leballonrond.fr (consulté le 9 octobre 2012)
  43. « Henry, un contrat de 4 ans et demi », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 16 juillet 2010 (consulté le 3 mai 2012)
  44. (en) Bill Mann, « Thierry Henry to give a hand to Manchester City? », sur theweek.co.uk, The Week,‎ 24 décembre 2009 (consulté le 3 mai 2012)
  45. Alexis Pereira, « Avant New York, Thierry Henry a refusé une dernière pige en Europe ! », sur footmercato.net,‎ 11 septembre 2010 (consulté le 3 mai 2012)
  46. Philippe Germain, « La retraite dorée de Titi Henry », sur radio-canada.ca, Radio-Canada (consulté le 9 octobre 2012)
  47. « Henry double passeur décisif », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 1er août 2010 (consulté le 3 mai 2012)
  48. « Les NY Red Bulls champions à l'Est », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 22 octobre 2010 (consulté le 3 mai 2012)
  49. « Henry : « Je n'étais pas prêt » », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 16 novembre 2010 (consulté le 3 mai 2012)
  50. « Henry va s'entraîner avec Arsenal », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 10 janvier 2011 (consulté le 15 octobre 2012)
  51. (en) Ben Schneider, « Thierry Henry Takes Over New York Red Bulls Captaincy », sur onceametro.com,‎ 14 février 2011 (consulté le 9 octobre 2012)
  52. « Henry se blesse d’entrée et rate un penalty », sur rmcsport.fr, RMC Sport,‎ 20 mars 2011 (consulté le 15 octobre 2012)
  53. « Henry: "Mon meilleur match" », sur sports.fr,‎ 17 avril 2011 (consulté le 15 octobre 2012)
  54. « Henry monte en puissance », sur eurosport.fr, Eurosport.fr,‎ 22 avril 2011 (consulté le 15 octobre 2012)
  55. « MLS - Play-Offs - Henry va défier Beckham », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 27 octobre 2011 (consulté le 15 octobre 2012)
  56. « Beckham et LA éliminent Henry », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 4 novembre 2011 (consulté le 15 octobre 2012)
  57. AFP, « Thierry Henry et David Beckham dans l'équipe-type 2011 », sur opl.fr,‎ 10 novembre 2011 (consulté le 15 octobre 2012)
  58. (en) David Hytner, « Thierry Henry's Arsenal return has no downside, insists Arsène Wenger », sur guardian.co.uk, The Guardian,‎ 30 décembre 2011 (consulté le 15 octobre 2012)
  59. (en) « Henry signs short term deal with Arsenal », sur arsenal.com, Arsenal FC,‎ 6 janvier 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  60. « La MLS 2012 débutera le 10 mars », sur francefootball.fr, France Football,‎ 5 janvier 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  61. « Henry prêté à Arsenal, avec le numéro 12 », sur francefootball.fr, France Football,‎ 6 janvier 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  62. Gilles Festor, « Henry, la légende continue », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 9 janvier 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  63. (en) Kevin McCarra, « Thierry Henry makes dramatic winning return for Arsenal against Leeds », sur guardian.co.uk, The Guardian,‎ 10 janvier 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  64. (en) Jim van Wijk, « Henry cements legend with winner over Leeds », sur independent.co.uk, The Independent,‎ 10 janvier 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  65. AFP, « Henry quittera Arsenal le 16 février », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 10 février 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  66. Vincent Bregevin, « Henry, quelle sortie! », sur eurosport.fr, Eurosport.fr,‎ 11 février 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  67. Emery Taisne, « Milan humilie Arsenal », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 15 février 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  68. « Henry ouvre son compteur », sur francefootball.fr, France Football,‎ 26 mars 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  69. « Henry s'offre un triplé avec New York », sur francefootball.fr, France Football,‎ 1er avril 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  70. « Henry joueur du mois », sur francefootball.fr, France Football,‎ 5 avril 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  71. « Corner direct et doublé pour Henry », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 17 septembre 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  72. « Henry, « Magic Man » », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 30 septembre 2012 (consulté le 15 octobre 2012)
  73. « Henry marque avant les play-offs », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 27 octobre 2012 (consulté le 28 octobre 2012)
  74. (en) Jack Bell, « Recap: Philadelphia 0, Red Bulls 3 », sur goal.blogs.nytimes.com, New York Times,‎ 27 octobre 2012 (consulté le 19 février 2013)
  75. « Henry et New York déjà éliminés en play-offs », sur tempsreel.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur,‎ 9 novembre 2012 (consulté le 9 novembre 2012)
  76. « Wondolowski MVP, Henry 2e », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 29 novembre 2012 (consulté le 29 novembre 2012)
  77. « Henry dans le onze de la saison », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 27 novembre 2012 (consulté le 27 novembre 2012)
  78. Reuters, « Thierry Henry ne retournera pas à Arsenal », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 1er janvier 2013 (consulté le 8 février 2013)
  79. Amaury de Bonneval, « Arsenal : Wenger enterre la piste Thierry Henry ! », sur footmercato.net,‎ 30 décembre 2012 (consulté le 8 février 2013)
  80. RD, « Henry se donne encore deux ans », sur sofoot.com, So Foot,‎ 18 janvier 2013 (consulté le 8 février 2013)
  81. « Henry ouvre son compteur », sur sofoot.com, So Foot,‎ 31 mars 2013 (consulté le 31 mars 2013)
  82. « Doublé de Henry avec NY », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 9 mai 2013 (consulté le 9 mai 2013)
  83. « La 400e rugissante de Thierry Henry », sur francefootball.fr,‎ 16 septembre 2013
  84. « Le but spectaculaire de Henry », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 28 octobre 2013 (consulté le 28 octobre 2013)
  85. « New York déjà éliminé », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 7 novembre 2013 (consulté le 8 novembre 2013)
  86. « Thierry Henry devient le deuxième meilleur buteur des New York Red Bulls », sur 20minutes.fr/, 20 Minutes,‎ 16 mars 2014 (consulté le 15 juillet 2014)
  87. « MLS : Henry buteur et triple passeur avec New York », sur sports.fr,‎ 13 juillet 2014 (consulté le 15 juillet 2014)
  88. « Du sang neuf: Henry Guivarc'h et Boghossian », sur humanite.fr, L'Humanité,‎ 3 octobre 1997 (consulté le 16 février 2013)
  89. « Thierry Henry : "le Barça m'émeut" », sur fcbarcelonaclan.com (consulté le 15 octobre 2012)
  90. « Coupe du Monde – Buts repères », sur footency.com (consulté le 9 octobre 2012)
  91. Décret du 24 juillet 1998 portant nomination à titre exceptionnel
  92. a, b et c « Fiche de Thierry Henry », sur fff.fr, FFF (consulté le 3 octobre 2012)
  93. AFP, « Domenech et l'Italie : je t'aime moi non plus », sur fifa.com, FIFA,‎ 10 août 2007 (consulté le 15 octobre 2012)
  94. « Uruguay-France en chiffres », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 10 juin 2010 (consulté le 15 octobre 2012)
  95. « Le sacre du Roi Henry », sur eurosport.fr, Eurosport.fr,‎ 30 juin 2003 (consulté le 15 octobre 2012)
  96. AFP, « 4-4-2 ne rime pas toujours avec Bleus », sur fifa.com, FIFA,‎ 6 octobre 2011 (consulté le 6 octobre 2011)
  97. Maxime Dupuis, « La victoire est en eux ! », sur eurosport.fr, Eurosport.fr,‎ 2 juillet 2006 (consulté le 15 octobre 2012)
  98. [PDF] (en) « Official FIFA Awards, Report and Statistics », sur fifa.com, FIFA (consulté le 15 octobre 2012), p. 61
  99. « Henry égale Platini », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 13 octobre 2007 (consulté le 15 octobre 2012)
  100. Pierre-Damien Lacourte, « France-Lituanie, merci Henry ! », sur maxifoot.fr,‎ 18 octobre 2007 (consulté le 17 février 2013)
  101. « Henry, un centenaire en Bleu », sur lepoint.fr, Le Point,‎ 2 juin 2008 (consulté le 9 octobre 2012)
  102. « Contracture à la cuisse pour Henry », sur 7sur7.be,‎ 9 juin 2008 (consulté le 15 octobre 2012)
  103. Cédric Callier, « Un homme dans le match », sur sport24.com,‎ 13 juin 2008 (consulté le 15 octobre 2012)
  104. Vincent Duchesne, « Les Bleus éliminés de l'Euro », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 17 juin 2008 (consulté le 15 octobre 2012)
  105. « Thierry Henry désigné capitaine des Bleus », sur tempsreel.nouvelobs.com, Nouvel Observateur,‎ 19 août 2008 (consulté le 15 octobre 2012)
  106. AFP, « Thierry Henry atteint la barre des 50 buts en sélection », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 9 septembre 2009 (consulté le 15 octobre 2012)
  107. Vincent Armillon, « Les Bleus confirment », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 14 octobre 2009 (consulté le 15 octobre 2012)
  108. « La faute de main de Thierry Henry », sur lepoint.fr, Le Point,‎ 19 novembre 2009 (consulté le 15 octobre 2012)
  109. Cédric Callier, « Je ne suis pas l'arbitre... », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 19 novembre 2009 (consulté le 16 octobre 2012)
  110. Axel Capron, « L'Irlande n'en revient pas », sur lejdd.fr, Le Journal du dimanche,‎ 19 novembre 2009 (consulté le 9 octobre 2012)
  111. Chachou, « Arsène Wenger et David Beckham défendent Thierry Henry », sur actualite-francaise.com,‎ 21 novembre 2009 (consulté le 16 octobre 2012)
  112. « Cantona allume Henry et... Domenech », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 22 novembre 2009 (consulté le 16 octobre 2012)
  113. AFP, « Aucune sanction de la Fifa contre Thierry Henry », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 18 janvier 2010 (consulté le 16 octobre 2012)
  114. a et b « Henry IV, le remplaçant », sur canalplus.fr, Canal+,‎ 9 juin 2010 (consulté le 17 février 2013)
  115. Emery Taisne, « Evra, « l'âme d'un capitaine » », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 10 juin 2010 (consulté le 15 octobre 2012)
  116. David Kalfa, « Thierry Henry prend sa retraite en bleu », sur rfi.fr, RFI,‎ 15 juillet 2010 (consulté le 15 octobre 2012)
  117. a et b AFP, « Thierry Henry dit adieu aux Bleus », sur france24.com, France24,‎ 16 juillet 2010 (consulté le 15 octobre 2012)
  118. (es) « Villa parmi les grands du football », sur donbalon.com (consulté le 15 octobre 2012)
  119. « Pires s'excuse pour son penalty », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 22 octobre 2005 (consulté le 9 octobre 2012)
  120. « Thierry Henry remet Adebayor à sa place »,‎ 20 septembre 2009 (consulté le 9 octobre 2012)
  121. (en) « Statistiques Thierry Henry MLS », sur mlssoccer.com (consulté le 18 février 2013)
  122. (es) « Estadisticas Henry », sur marca.com, Marca (consulté le 18 février 2013)
  123. (en) « Arsenal history, stats and information », The Sun (consulté le 18 février 2013)
  124. Statistiques de Thierry Henry sur footballdatabase.eu
  125. « Championnat de France 1996/1997 », sur om4ever.com (consulté le 3 octobre 2012)
  126. « Coupe Intertoto 1999 », sur footballdatabase.eu (consulté le 3 octobre 2012)
  127. « Arsenal 0-0 Galatasaray, Coupe de l'UEFA 1999-2000 », sur lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 3 octobre 2012)
  128. (en) « Owen shatters Arsenal in Cup final », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 12 mai 2001 (consulté le 3 octobre 2012)
  129. (en) « Wenger's Arsenal secure double », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 8 décembre 2002 (consulté le 3 octobre 2012)
  130. (en) « Arsenal retain FA Cup », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 17 mai 2003 (consulté le 3 octobre 2012)
  131. (en) « The Unbeaten Record », sur arsenal.com, Arsenal FC,‎ 8 juillet 2008 (consulté le 3 octobre 2012)
  132. (en) « Arsenal 0-0 Man Utd (aet) », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 21 mai 2005 (consulté le 3 octobre 2012)
  133. « FC Barcelone 2-1 Arsenal, Ligue des Champions 2006 », sur lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 3 octobre 2012)
  134. (en) « Carling Cup final 2007 », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 24 février 2008 (consulté le 3 octobre 2012)
  135. David Kalfa, « Le FC Barcelone conserve sa couronne de champion », sur rfi.fr, RFI,‎ 16 mai 2010 (consulté le 3 octobre 2012)
  136. AFP, « Les New York Red Bulls de Thierry Henry champions de la Conférence Est », sur lepoint.fr, Le Point,‎ 22 octobre 2010 (consulté le 3 octobre 2012)
  137. (en) « All-star France earn trophy acclaim », sur uefa.com, UEFA (consulté le 3 octobre 2012)
  138. (en) Erik Garin, « Tournoi Espoirs de Toulon 1997 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 3 juillet 2003 (consulté le 3 octobre 2012)
  139. L'aventure des bleus : les 50 plus belles histoires de l'équipe de France de football, op. cit., p. 122 et 123
  140. « Liste des sportifs préférés des Français », sur 20minutes-listes.fr (consulté le 15 octobre 2012)
  141. (en) Andrew Anthony, « Thierry Henry, you're having a laugh », sur guardian.co.uk, The Observer,‎ 3 octobre 2004 (consulté le 15 octobre 2012)
  142. « Henry, ma fille ma bataille », sur purepeople.com,‎ 13 mars 2008 (consulté le 15 octobre 2012)
  143. (en) « Henry's wife granted divorce », sur newsimg.bbc.co.uk, BBC,‎ 3 septembre 2010 (consulté le 15 octobre 2012)
  144. « Andrea Rajacic et Thierry Henry », sur elle.fr, Elle (consulté le 15 octobre 2012)
  145. (en) Randy Kim, « The Dish: Thierry Henry », sur nba.com, NBA,‎ 19 juin 2001 (consulté le 15 octobre 2012)
  146. [vidéo] Clip Live for Love United sur YouTube
  147. « Paix et tolérance, maîtres-mots du partenariat instauré entre l’UNICEF et la FIFA dans le cadre de la Coupe du Monde de la FIFA 2006 », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 16 mai 2006 (consulté le 19 février 2013)
  148. « Aragonés traite Henry de "noir de merde" », sur linternaute.com,‎ 14 septembre 2010 (consulté le 15 octobre 2012)
  149. David Biroste, « Les « noirs de merde » poussent Aragonés à la retraite », sur afriquechos.ch,‎ 29 juin 2006 (consulté le 15 octobre 2012)
  150. « Thierry Henry et Nike rendent optimiste la Licra », sur licra.org, LICRA,‎ 1er février 2005 (consulté le 15 octobre 2012)
  151. (en) Tony Parker, « Time 100 - Thierry Henry », sur time.com, Time,‎ 3 mai 2007 (consulté le 15 octobre 2012)
  152. Natacha Mikolo, « Thierry Henry et Hilfiger alliés contre le racisme », sur afrik.com,‎ 29 novembre 2007 (consulté le 16 février 2013)
  153. « Thierry Henry, généreux donateur pour la réalisation d’un stade aux Ulis », sur batiactu.com,‎ 12 janvier 2009 (consulté le 16 février 2013)
  154. « Les buts de Thierry Henry vont aider la lutte contre le SIDA »,‎ 11 août 2013 (consulté le 13 août 2013)
  155. « Les sportifs français les mieux payés en 2006 », sur linternaute.com,‎ 18 octobre 2006 (consulté le 8 février 2013)
  156. « Thierry Henry sportif français le mieux payé en 2007 », sur 7sur7.be,‎ 4 avril 2008 (consulté le 8 février 2013)
  157. « Les Français les mieux payés dans chaque sport », sur linternaute.com,‎ 8 avril 2010 (consulté le 8 février 2013)
  158. « Les Français les mieux payés en 2009 », sur linternaute.com,‎ 27 mars 2010 (consulté le 8 février 2013)
  159. Guillaume de Saint Sauveur, « Le Top 10 des sportifs français les mieux rémunérés en 2010 », sur footmercato.net,‎ 5 mars 2011 (consulté le 8 février 2013)
  160. Emmanuel Quintin, « Ribéry, sportif français le mieux payé », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 3 mars 2012 (consulté le 8 février 2013)
  161. a et b Aurélien Léger-Moëc, « Le Top 10 des joueurs français les mieux payés en 2012 », sur footmercato.net,‎ 9 mars 2013 (consulté le 9 mars 2013)
  162. AFP, « Gillette se sépare de Tiger Woods et de Thierry Henry », sur lepoint.fr, Le Point,‎ 24 décembre 2010 (consulté le 15 octobre 2012)
  163. (en) « Thierry Henry Signs With Puma », sur soccerbible.com (consulté le 15 octobre 2012)
  164. Sylvie Leboulenger, « Thierry Henry et Sébastien Loeb sur les canettes Red Bull », sur lsa-conso.fr,‎ 18 janvier 2013 (consulté le 8 février 2013)
  165. « Thierry Henry : en 2007, le jackpot », sur tf1.fr, Tf1.fr,‎ 5 avril 2008 (consulté le 8 février 2013)
  166. AFP, « Avec 17 millions d'euros, Thierry Henry est le footballeur français le mieux payé », sur lepoint.fr, Le Point,‎ 31 mars 2009 (consulté le 8 février 2013)
  167. M.Go. avec AFP, « Thierry Henry, deuxième meilleur salaire du championnat américain », sur 20minutes.fr, 20minutes,‎ 20 août 2010 (consulté le 8 février 2013)
  168. « Top 10 des salaires, Ribéry numéro 1 des sportifs français ! », sur foot01.com,‎ 2 mars 2012 (consulté le 8 février 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Faivre, Thierry Henry l'étoile filante, Premium,‎ 2013, broché, 236 p. (ISBN 978-2-356-36133-2)
  • (en) Philippe Auclair, Thierry Henry: Lonely at the Top, Macmillan,‎ 2011, relié, 300 p. (ISBN 978-0-230-74839-2)
  • Karl Olive, Thierry Henry, la main maudite, Éditions du Rocher,‎ 2010, broché, 228 p. (ISBN 978-2-268-06941-8)
  • Nidhal Jelassi, Au palais du Royaume Henry !, JFN Kiosque,‎ 2009, Magazine, 24 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Oliver Derbyshire, Thierry Henry: The Biography, John Blake,‎ 2006, relié, 288 p. (ISBN 978-1-844-54281-9)
  • (en) Michael O'Connell, Thierry Henry, Artnik,‎ 2006, broché, 128 p. (ISBN 978-1-905-38213-2)
  • (en) Andy Croft, Thierry Henry, Hodder Education,‎ 2005, broché, 32 p. (ISBN 978-0-340-90064-2)

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 24 février 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.