Eugène Saccomano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eugène Saccomano
Naissance 23 septembre 1936 (78 ans)
Nîmes, France
Profession
Football,
Médias
Média principal Radio
Télévision
Pays France
Fonction Journaliste sportif

Eugène Saccomano est un journaliste français né à Nîmes le 23 septembre 1936.

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant sa jeunesse, il grandit dans la ville de Saint-Martin-de-Valgalgues, au nord d'Alès (Département du Gard) puis il est footballeur au Nîmes Olympique. Il gagne un concours de jeune reporter à l'âge de 14 ans et peut ainsi se rendre aux Jeux olympiques de Helsinki en 1952. Son baccalauréat en poche, Eugène Saccomano devient reporter à la rubrique nîmoise du journal Le Provençal.

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

Il publie en 1959 Bandits à Marseille dont sera tiré le film Borsalino en 1970.

En 1970, il devient journaliste à Europe 1, où il est chargé des journaux matinaux puis des sports.

En 1998, après la coupe du monde en France et le nouvel engouement pour le football en France, il crée Le Match du lundi, une émission sous forme de débat, en s'inspirant principalement d'un programme italien.

Après plus de trente années de services à 65 ans il est mis à la retraite par Europe 1 en 2001.

Il est alors recruté par RTL pour animer chaque lundi On refait le match, une émission similaire au Le Match du Lundi, elle est diffusée en simultané à la télévision successivement à LCI et L'Équipe TV I-Télé.

En dehors du football, il fut aussi chroniqueur le matin à 7 h 15 sur RTL dans La pensée d'Eugène, de janvier à juin 2009.

En juillet 2012, il quitte RTL[1]. Il rejoint la nouvelle chaîne d'information sportive Sport365 en octobre 2012 et devient chroniqueur dans l'émission À domicile.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Il prête sa voix aux commentaires du jeu vidéo FIFA'06. Son enthousiasme dans ses commentaires sportifs est source de caricatures et est imité par Laurent Gerra et Nicolas Canteloup.

Mais Eugène Saccomano n'est pas qu'un passionné de football.

Il a également été conseiller municipal de La Garde-Freinet (Var) et a publié, outre le récit Bandits à Marseille, deux romans, Goncourt 32 et Une romance marseillaise. Fasciné par Céline et Giono, il montre dans ce dernier roman une certaine culture à laquelle son personnage de commentateur sportif enthousiaste laisse peu penser[2].

Polémique[modifier | modifier le code]

Lors d'une émission, il qualifie un groupe de supporters havrais de « groupe un petit peu facho ». Ce groupe, les Barbarians, a déposé une plainte contre lui[3] .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bandits à Marseille, Omnibus,‎ 1959 (ISBN 978-2000017998)
  • Berlusconi, le dossier vérité, Éditions no 1,‎ septembre 1994 (ISBN 2-863-91635-1)
  • Goncourt 1932, Flammarion,‎ septembre 1999 (ISBN 9782080678294)
  • Je refais le match, Plon,‎ avril 2005, 292 p. (ISBN 2259199704)
  • Les Stars de l'euro 2008, Éditions Numéro 1,‎ mars 2008, 116 p. (ISBN 9782846122528)
  • Une romance marseillaise, Buchet Chastel,‎ avril 2009, 336 p. (ISBN 9782283023785)
  • Les stars de la Coupe du Monde 2010, Éditions Numéro 1,‎ mars 2010 (ISBN 9782846122641)
  • Le roman noir des Bleus, Éditions de la Martinière,‎ juillet 2010 (avec Gilles Verdez) (ISBN 9782732444383)
  • Céline coupé en deux, Le Castor astral,‎ janvier 2013 (ISBN 9782859209254)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eugène Saccomano quitte RTL
  2. Voir son interview dans l'émission "On n'est pas couché" du 2 mai 2009
  3. (fr) « Les Barbarians portent plainte contre Eugène Saccomano RTL », sur www.lehavrais.com,‎ 2009