Équipe du Chili de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe du Chili de football féminin.

Drapeau : Chili Équipe du Chili

Écusson de l' Équipe du Chili
Généralités
Confédération CONMEBOL
Couleurs rouge, bleu et blanc
Surnom La Roja (« la Rouge »)
El Equipo de Todos (« l'Équipe de tous »)
Stade principal Estadio Nacional de Chile
Classement FIFA en stagnation 12e (18 septembre 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Argentine Jorge Sampaoli[2]
Capitaine Claudio Bravo
Plus sélectionné Claudio Bravo : 86
Meilleur buteur Marcelo Salas : 37

Rencontres officielles historiques

Premier match 27 mai 1910
(Argentine Drapeau : Argentine 3 – 1 Drapeau : Chili Chili)
Plus large victoire Chili Drapeau : Chili 7 – 0 Drapeau : Venezuela Venezuela
(29 août 1979)
Plus large défaite Brésil Drapeau : États-Unis du Brésil 7 – 0 Drapeau : Chili Chili
(17 septembre 1959)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 9
Troisième en 1962
Copa América Phases finales : 36
Finaliste en 1955, 1956, 1979 et 1987
Jeux olympiques Participations : 4
Médaille de bronze en 2000

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour les résultats en cours, voir :
Équipe du Chili de football en 2014

L'équipe du Chili de football est constituée par une sélection des meilleurs joueurs représentant le Chili en football masculin.

Dirigée par la fédération du Chili (Federación de Fútbol de Chile), fondée en 1895 et affiliée à la FIFA depuis 1913, l'équipe nationale chilienne dispute la première rencontre officielle de son histoire en 1910, face à l'Argentine. Faisant partie des quatre membres fondateurs de la CONMEBOL en 1916, le Chili prend part à la première édition de la Copa América et termine deuxième de la compétition à quatre reprises en trente-six participations. De fait, elle est, avec l'Équateur et le Venezuela, l'une des trois équipes de la confédération sud-américaine à n'avoir jamais remporté le tournoi continental.

La « Roja », comme elle est surnommée, participe à neuf phases finales de Coupes du monde. Le meilleur résultat de l'équipe chilienne est une troisième place décrochée à la Coupe du monde 1962, devant son public.

Historiquement, l'équipe du Chili joue ses rencontres à domicile à l'Estadio Nacional de Ñuñoa, bien qu'elle évolue parfois à l'Estadio Monumental David Arellano. Les Chiliens occupent le douzième rang mondial selon le classement FIFA de janvier 2014 et le cinquième rang sud-américain. L'équipe est entraînée par l'Argentin Jorge Sampaoli, en poste depuis novembre 2012.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts (années 1910–1920)[modifier | modifier le code]

L'équipe du Chili joue son premier match international contre l'équipe d'Argentine le 27 mai 1910[3]. Le match amical, joué à Buenos Aires, est remporté 3–1 par les Argentins dans le cadre de la préparation pour la Copa Centenario Revolución de Mayo (es)[4].

L'équipe du Chili avant le match de la Copa Centenario Revolución de Mayo (es) contre l'Argentine du 5 juin 1910.

Cependant, il existe une controverse concernant ce match, car selon une étude récente, la sélection argentine présente ce jour-là est en fait un regroupement d'étudiants locaux venus se mesurer à l'équipe chilienne dans un match d'exhibition[5],[6]. Le journal La Argentina rapporte, dans le programme de la semaine du 25 mai 1910[6], un match Combinados v. Chilenos le 27 mai. En outre, le journal affirme que « l'équipe qui joue contre les Chiliens est une combinaison d'étudiants voulant jouer contre des [joueurs plus] anciens »[6]. C'est pourquoi, bien qu'il n'y a aucun doute sur le fait qu'il s'agisse du premier match de l'équipe du Chili, cette rencontre ne devrait pas être considérée comme un match international officiel, contrairement à celle du 29 mai contre l'Uruguay (0–3). Néanmoins, l'ANFP (en), l'IFFHS[7], RSSSF[3] et la FIFA[8] considèrent le match joué le 27 mai 1910 comme la première rencontre internationale officielle de l'équipe du Chili.


La fédération du Chili, deuxième plus ancienne fédération sud-américaine de football, est fondée le 19 juin 1895 dans la ville de Valparaíso[9]. Affiliée à la FIFA en 1913, elle est trois ans plus tard une des quatre membres fondatrices de la CONMEBOL[10]. Avec l'Argentine, le Brésil et l'Uruguay, le Chili participe aux quatre premières éditions du championnat d'Amérique du Sud, plus tard rebaptisé Copa América. Le premier buteur chilien dans la compétition est l'ailier des Santiago Wanderers, Telésforo Báez[11], qui marque contre l'Argentine (1–6) le 6 juillet 1916.

L'Uruguay et le Chili entrant sur le terrain à la Copa América 1926 à Ñuñoa.

Les Chiliens ne connaissent pas le goût de la victoire avant le 33e match de leur histoire, au Championnat sud-américain 1926[3]. Le 12 octobre 1926 à Santiago, pour le premier match officiel de l'équipe de Bolivie, le Chilien Humberto Moreno inscrit le premier but olympique (es) dans l'histoire de la Copa América[12], tandis que l'attaquant de Colo-Colo David Arellano signe un quadruplé pour offrir la première victoire de son histoire à la Roja (7–1). Au cours de cette édition, elle réussit même à vaincre le Paraguay pour la première fois (5–1), bien aidée par les trois buts d'Arellano, meilleur buteur du tournoi avec sept réalisations[13]. Mort l'année suivante d'une péritonite[14], Arellano n'est pas du voyage à Amsterdam pour la première participation de la Roja aux Jeux olympiques. Emmené par ses vedettes Guillermo Saavedra et Guillermo Subiabre[15], le Chili perd son premier match face au Portugal (2–4) et est éliminé du tournoi principal, avant de se ressaisir contre le Mexique (3–1) puis de faire match nul contre les hôtes néerlandais (2–2) en finale du tournoi de consolation[16]. Les Néerlandais remportent le match au lancer de pièces mais offrent la coupe de consolation aux Chiliens.

La participation à la première Coupe du monde en 1930[modifier | modifier le code]

L'équipe du Chili, le 22 juillet 1930, avant le match contre l'Argentine. Au second rang, de gauche à droite : Morales, Chaparro, Saavedra, Cortés, A. Torres, C. Torres. Au premier rang, de gauche à droite : Aguilera, Vidal, Villalobos, Subiabre, G. Arellano.

En 1930, le pays participe à la première Coupe du monde, en Uruguay. Dans l'histoire de la Coupe du monde de football, cette première édition est la seule qui ne prévoit pas de phase qualificative préalable, toutes les équipes nationales affiliées à la FIFA étant invitées à prendre part à la compétition, initialement prévue pour accueillir seize participants[17]. Finalement, le tournoi débute le 13 juillet 1930 avec seulement treize participants, parmi lesquels l'équipe du Chili.

Le Hongrois György Orth est chargé de diriger l'équipe nationale chilienne. Il est plus jeune que le doyen des joueurs chiliens retenus, le défenseur du club de La Cruz Valparaiso Ulises Poirier, âgé de 33 ans et 5 mois lors du match du premier tour face au Mexique[18]. Huit des dix-neuf joueurs chiliens évoluent au Colo-Colo, le club le plus populaire du pays[19]. Le frère cadet de David Arellano, Guillermo, fait partie de la sélection. Le Chili tombe dans le groupe A, composé de la France, de l'Argentine et du Mexique.

Le Chili bat la France un but à zéro sur un but de la tête de Guillermo Subiabre.

Pour leurs débuts le 16 juillet, les Chiliens l'emportent sur le Mexique 3–0 grâce à des buts signés Guillermo Subiabre (doublé) et Carlos Vidal[20]. Trois jours plus tard, ils se défont de la France un but à zéro sur une réalisation de la tête de Subiabre[21]. Durant ce match, le gardien de but français Alexis Thépot arrête un penalty tiré par Guillermo Saavedra, une première dans l'histoire de la Coupe du monde[22].

L'Argentine et le Chili se retrouvent alors en tête du groupe avant le dernier match, avec deux victoires chacun, le vainqueur de leur confrontation se qualifiant donc pour les demi-finales. Le 22 juillet, devant les 41 000 spectateurs du stade Centenario de Montevideo, les Argentins mènent déjà deux buts à un au bout d'un quart d'heure de jeu après deux buts de Guillermo Stábile contre un de Subiabre. En seconde mi-temps, Mario Evaristo ajoute un troisième but pour l'Argentine, permettant à son équipe d'assurer la première place du classement[23]. Avec ce résultat, le Chili termine à la deuxième place du groupe, non qualificative pour les demi-finales du tournoi. En 1986, le Chili est rétroactivement classé cinquième de cette édition par la FIFA[24].

Le repli en Amérique du Sud (années 1930–1940)[modifier | modifier le code]

L'équipe du Chili à la Copa América 1945 à l'Estadio Nacional de Santiago. Debout : F. Hormazábal, Ataglich, Barrera, Platko (ent.), Livingstone, Klein, Las Heras et Orellana (tec.). Accroupis : Piñeiro, Clavero, Alcántara, Norton et Medina.

Après le mondial uruguayen, le Chili ne dispute aucune rencontre internationale pendant près de cinq ans, renonçant notamment à prendre part à la phase qualificative pour le mondial 1934[3]. Au Championnat sud-américain 1935 au Pérou, la Roja finit dernière au classement après trois défaites en autant de rencontres[25]. Lors de l'édition suivante en Argentine, le Chili décroche le premier succès face à l'Uruguay de son histoire (3–0)[26], grâce au doublé de son avant-centre Raúl Toro, meilleur buteur du tournoi avec sept buts[13]. Au début des éliminatoires de la Coupe du monde 1938, l'Argentine, en désaccord avec la décision de la FIFA d'organiser la compétition en France et non en Amérique du Sud, déclare forfait pour la compétition. Le Chili, par solidarité avec le boycott argentin, ne se présente pas aux éliminatoires. Au Championnat sud-américain 1939 au Pérou, les Chiliens laissent la dernière place aux néophytes équatoriens qu'ils battent 4–1 pour leur première confrontation[27].

Le Chili se replie sur le continent sud-américain en limitant ses apparitions internationales au championnat continental, rencontrant exclusivement des nations membres de sa même confédération entre le 22 juillet 1930 pour son dernier match du mondial uruguayen contre l'Argentine et le 25 juin 1950 face à l'Angleterre pour son premier du mondial au Brésil[3]. Pendant cette période, la Roja, dirigée par le mythique Franz Platko, égale sa meilleure performance dans le tournoi sud-américain en 1945 en étant classée troisième, à nouveau sur ses terres comme en 1926 et en 1941. Le 18 février 1945, elle vainc à nouveau l'Uruguay (1–0)[28], dont les cages sont gardées par Roque Máspoli, futur champion du monde[29]. Côté chilien, le dernier rempart est alors Sergio Livingstone, qui participe à sept éditions de la Copa América et fixe à trente-quatre le record du nombre de matchs joués dans la compétition, égalé seulement par le Brésilien Zizinho[30].

Le retour timide sur la scène internationale (années 1950)[modifier | modifier le code]

L'Argentine refuse de prendre part aux éliminatoires de la Coupe du monde 1950, qualifiant directement la Bolivie et le Chili. En phase finale, les hommes d'Arturo Bucciardi inscrivent deux points après deux défaites contre l'Angleterre puis contre l'Espagne sur le même score (0–2) et une victoire contre les États-Unis (5–2). Les buteurs chiliens sont Atilio Cremaschi (deux buts), Andrés Prieto, Fernando Riera et l'attaquant de Newcastle United, Jorge Robledo[31]. L'équipe du Chili termine troisième et ne se qualifie pas pour le second tour de la compétition.

Au sortir du mondial brésilien, le Chili organise le premier championnat panaméricain de football et réalise la plus longue série de victoires consécutives depuis ses débuts avec cinq matchs gagnés dont quatre au cours de ce tournoi, sur le Panama (6–1), le Mexique (4–0), le Pérou (3–2) et l'Uruguay (2–0). Le dernier match contre le Brésil est donc décisif, un match nul étant suffisant aux Chiliens pour remporter le championnat. Face à leur bête noire brésilienne, invaincue en dix confrontations avec la Roja[32], les Chiliens concèdent sèchement une neuvième défaite (0–3) et se classent deuxièmes[33]. Au Championnat sud-américain 1953 disputée à l'Estadio Nacional de Lima, les Chiliens se classent quatrièmes à un point seulement des vainqueurs brésiliens, qui les défont difficilement (2–3) lors du pénultième match[34]. L'attaquant de l'Universidad Católica Francisco Molina, auteur des deux buts contre le Brésil, est le meilleur buteur de l'édition péruvienne avec sept réalisations[13]. Plus tard dans l'année, le Chili s'offre deux matchs amicaux de prestige face aux deux nations européennes qu'elle a affronté trois ans auparavant au mondial brésilien, l'Angleterre et l'Espagne. Pour ses premiers matchs amicaux face à des nations d'un autre continent, il perd à nouveau ces deux matchs sur le même score (1–2)[3].

Début 1954, la Roja se lance dans les éliminatoires de la Coupe du monde en Suisse. Elle convoite l'unique place qualificative de la zone Amérique du Sud, sous forme de championnat par matchs aller-retour, aux côtés du Brésil et du Paraguay, le Pérou ayant déclaré forfait, la Colombie étant sanctionnée par la FIFA et l'Argentine s'étant retirée par ordre exprès de Juan Perón. Le Chili perd les quatre confrontations contre Brésiliens et Paraguayens, ne marquant qu'un but par Jorge Robledo, et ne se qualifie pas pour la phase finale[35].

En 1955, le Chili est tout proche de remporter son premier titre continental mais perd le dernier match décisif face à l'Argentine (0–1)[36]. L'année suivante, il est à nouveau deuxième derrière l'hôte uruguayen qui le domine (1–2)[37], l'attaquant de Colo-Colo Enrique Hormazábal étant meilleur buteur de cette édition avec quatre buts[13], dont deux face au Brésil pour une première victoire de la Roja sur les Auriverde (4–1). Les deux éditions qui suivent ne sont pas du même acabit, le Chili se classant sixième et avant-dernier au Pérou, incapable de battre l'Équateur[38], puis cinquième en Argentine[39]. Entretemps, le Chili remporte la Coupe Bernardo O'Higgins en dominant pour la deuxième fois de son histoire le Brésil (1–0, but de René Meléndez) le 15 septembre 1957[32],[40]. Mais deux ans plus tard, lors de la troisième édition de la Coupe O'Higgins à Rio de Janeiro le 17 septembre 1959, le Chili enregistre la plus large défaite de son histoire contre le Brésil sur le score de 7 buts à 0, dont un triplé de Pelé[40].

Fin 1957, la Roja participe aux éliminatoires de la Coupe du monde en Suède. Elle les débute de manière idéale en venant à bout des Boliviens (2–1, buts de Guillermo Díaz et de Jaime Ramírez) mais reste muette lors des trois matchs qui suivent pour autant de défaites. Les Argentins se qualifient au détriment des Boliviens et des Chiliens[41].

La Coupe du monde de 1962 : l'apogée du football chilien[modifier | modifier le code]

L'Europe venant d'accueillir deux Coupes du monde consécutives, les fédérations sud-américaines réclament que l'édition 1962 se tienne sur leur continent en menaçant de boycotter le tournoi, comme en 1938[42]. L'Argentine, ayant déjà fait plusieurs candidatures, est favorite. Le président du club chilien du Deportes Magallanes, Ernesto Alvear, assiste à un congrès de la FIFA à Helsinki pendant que la ville finlandaise est l'hôte des Jeux olympiques d'été de 1952. Il estime que le Chili est en mesure d'organiser la Coupe du monde. Certaines sources disent aussi que la FIFA ne voulait pas que l'Argentine l'organise seule, demandant une participation symbolique du Chili. Le Chili dépose sa candidature en 1954 aux côtés de l'Argentine et de l'Allemagne de l'Ouest, cette dernière se retirant à la demande de la FIFA en raison du risque de boycott des pays sud-américains[42]. Le comité de la fédération du Chili, dirigé par Carlos Dittborn (en) et Juan Pinto Durán, se rend dans de nombreux pays afin de convaincre diverses fédérations étrangères sur la capacité du pays à organiser le tournoi, en comparaison aux infrastructures sportives supérieures en Argentine et au prestige de celles-ci. Le congrès de la FIFA se tient à Lisbonne le 10 juin 1956. Ce jour-là, Raúl Colombo, représentant la candidature de l'Argentine, termine son discours par la phrase « Nous pouvons commencer la Coupe du monde demain. Nous avons tout »[43]. Le lendemain, Dittborn présente quatre arguments pour la candidature du Chili : poursuite des participations du Chili aux conférences et tournois organisés par la FIFA, le climat sportif, la tolérance raciale et religieuse et la stabilité politique et institutionnelle du pays. En outre, Dittborn invoque l'article 2 des statuts de la FIFA qui aborde le rôle du tournoi dans la promotion du sport dans les pays sous-développés. Le Chili récolte trente-deux voix contre onze pour l'Argentine. Treize membres votent blanc[44],[45].

La Coupe du monde 1962, septième phase finale de la Coupe du monde de football, est la troisième Coupe du monde organisée sur le sol sud-américain. En 1960, le séisme de Valdivia frappe le pays avec la plus grande ampleur jamais enregistrée : 9,5 sur l'échelle de Richter[46]. Malgré la catastrophe, le Chili est maintenu comme pays hôte de cette Coupe du monde. Afin de préparer le mondial, l'équipe chilienne dispute une vingtaine de rencontres amicales en deux ans[3], dont une au Parc des Princes de Paris contre l'équipe de France, troisième de la Coupe du monde 1958. Meilleur buteur du mondial suédois avec treize unités, Just Fontaine inscrit deux buts et la France s'impose facilement (0–6)[47].

Scène du match Chili–Italie, surnommé la « bataille de Santiago ».

Un mois avant le début du mondial, Carlos Dittborn, à la tête du comité d'organisation, meurt subitement à 38 ans. En hommage, chaque joueur chilien porte pendant la durée de la compétition une bande noire imprimée sous l'insigne de son maillot[43]. Les hommes de Fernando Riera, sélectionneur national depuis cinq ans, figurent dans le groupe B, composé de l'Italie, de l'Allemagne de l'Ouest et de la Suisse. Le 30 mai, en ouverture de la compétition, le Chili bat la Suisse sur le score de 3–1 (doublé de Leonel Sánchez et but de Jaime Ramírez)[48]. Le 2 juin, le match entre le Chili et l'Italie, connu en Europe comme la « bataille de Santiago », est caractérisé par un style de jeu défensif et très violent de la part des deux équipes. Bien que seuls deux joueurs sont expulsés par l'arbitre anglais Ken Aston, le match voit des tentatives délibérées et répétées des joueurs des deux côtés de nuire à l'adversaire. Le match se termine sur le score de 2–0 en faveur du Chili (buts de Jaime Ramírez et de Jorge Toro[49]) et les deux équipes quittent le stade sous escorte policière. La défaite face à l'Allemagne de l'Ouest 0–2 place la Roja en deuxième position, les conduisant à affronter l'Union soviétique en quart de finale. Le match, joué dans la ville d'Arica le 10 juin, voit la défaite des champions d'Europe 1960 par 2–1 grâce à des buts chiliens signés Eladio Rojas et Leonel Sánchez[50]. En demi-finale, les Chiliens font face aux champions du monde en titre, les Brésiliens. Ces derniers s'imposent par 2–4 malgré les buts chiliens de Jorge Toro et de Leonel Sánchez devant 76 500 personnes, record d'affluence de l'édition[51]. Ce match voit les expulsions du Chilien Honorino Landa et du Brésilien Garrincha. Pour le match de la troisième place, le Chili s'impose un but à zéro face à la Yougoslavie, grâce à un but du milieu de terrain Eladio Rojas à la 90e minute. Devant 67 000 personnes acquises à sa cause, la Roja prend la troisième place, sa meilleure performance en Coupe du monde.

Le retour à l'ordinaire (1963–1973)[modifier | modifier le code]

L'équipe du Chili en 1966. Debout : Valentini (es), Marcos (es), Godoy, Villanueva, Figueroa, Cruz. Accroupis : Fouilloux, Prieto, Tobar, Ramírez, Araya.

Quelques mois après le mondial, la Roja organise une Coupe Dittborn, en mémoire du dirigeant chilien, qu'elle se dispute avec l'Argentine. Cette coupe est régulièrement remise en jeu jusqu'en 1976[3]. En août 1965, le Chili entame les éliminatoires de la Coupe du monde en Angleterre face à la Colombie qu'il écrase 7–2 à Santiago. Six jours plus tard, les Cafeteros prennent leur revanche à Barranquilla (0–2). Après un match nul en Équateur puis une victoire à domicile sur les coéquipiers d'Alberto Spencer, Équatoriens et Chiliens comptent le même nombre de points, un match d'appui est donc nécessaire pour les départager. Quelques jours avant ce match décisif, le sélectionneur chilien Francisco Hormazábal (es) démissionne et Luis Álamos le remplace au pied levé. Le 12 octobre à Lima, le Chili s'impose 2–1 grâce à des buts de Leonel Sánchez et de Rubén Marcos (en) et se qualifie pour sa quatrième phase finale de Coupe du monde[52].

En Angleterre, la Roja joue sa première Coupe du monde en Europe et endosse le statut d'outsider après ses excellentes performances de la Coupe du monde 1962. Une fois dans le tournoi, le Chili fait piètre figure au sein du groupe 4. Il ramène un point pris sur la surprise de cette édition, la Corée du Nord (1–1) et s'incline contre l'Italie (0–2) puis contre l'Union soviétique (1–2) et termine dernier du groupe. L'unique et double buteur chilien de ce mondial est le milieu offensif Rubén Marcos.

La Roja enchaîne sur le Championnat sud-américain 1967, après s'être défaite de la Colombie au tour préliminaire. À Montevideo, le Chili est le seul à accrocher l'Uruguay sur ses terres (2–2), mais battu par l'Argentine (0–2) et contraint au partage des points par la Bolivie (0–0), il se classe à une modeste troisième place[53]. Après une série de matchs amicaux, le Chili prend part aux éliminatoires de la Coupe du monde 1970 au sein du groupe 3 de la zone Amérique du Sud qui comprend également l'Uruguay et l'Équateur. Après un parcours chaotique, la Roja a l'occasion d'arracher son billet pour le Mexique au dernier match en affrontant le leader uruguayen dans son antre du Centenario. Le 10 août 1969, deux buts uruguayens marqués à chaque fin de mi-temps écartent le Chili du mondial mexicain[54]. Privé de compétition majeure, le Chili participe à la Coupe de l'Indépendance du Brésil en 1972 et enchaîne les matchs amicaux[3].

La qualification épique pour le mondial allemand de 1974[modifier | modifier le code]

L'équipe chilienne, dirigée par l'entraîneur Luis Álamos, fait partie du groupe 3 de la zone CONMEBOL des éliminatoires de la Coupe du monde 1974 avec le Pérou et le Venezuela, ce dernier quitte finalement le tournoi de qualification. Après une défaite 0–2 à Lima et une victoire sur le même score à Santiago, les deux équipes doivent jouer un troisième match pour se départager. Le 5 août 1973 à Montevideo, les Chiliens réussissent à vaincre 2–1 l'une des meilleures équipes de l'histoire du Pérou, se qualifiant pour le premier barrage intercontinental entre l'UEFA et la CONMEBOL de l'histoire des qualifications pour la Coupe du monde, en matchs aller-retour contre l'Union soviétique[55].

L'Est-Allemand Martin Hoffmann devance Leopoldo Vallejos (en) pour ouvrir le score.

Le premier match est joué à Moscou le 26 septembre 1973 et se termine sans but après une bonne performance des défenseurs centraux chiliens Alberto Quintano (en) et Elías Figueroa. Ensuite, l'Union soviétique exprime son refus de jouer le match retour à l'Estadio Nacional de Santiago pour des raisons politiques après le coup d'État du 11 septembre 1973 et du fait que certains prisonniers de gauche ont été exécuté dans le stade. En réponse, la FIFA refuse de déplacer le match sur terrain neutre. Le 21 novembre 1973 et devant 40 000 spectateurs perplexes, alors que l'URSS maintient le suspense de son arrivée jusqu'à la fin, les Chiliens débutent le match contre un adversaire inexistant. Ils avancent timidement mais sans entrave vers le but soviétique, se passant le ballon à neuf reprises, jusqu'à ce que leur capitaine Francisco Valdés marque le but de la qualification à quelques centimètres des cages vides[56].

En Allemagne, le Chili repart avec deux matchs nuls contre l'Allemagne de l'Est (1–1) et l'Australie (0–0) mais s'incline contre l'Allemagne de l'Ouest (0–1) et termine troisième du groupe. Contre cette dernière, l'attaquant chilien Carlos Caszely devient le premier joueur à recevoir un carton rouge en Coupe du monde. L'unique but chilien vient d'un mouvement initié par Elías Figueroa, prolongé par Carlos Reinoso qui remet rapidement la balle à l'avant-centre Sergio Ahumada qui trompe Jürgen Croy[57]. Comme lot de consolation, le défenseur chilien Elías Figueroa est présenté par Franz Beckenbauer et de nombreux médias comme le meilleur défenseur du tournoi.

Une transition délicate (1975–1980)[modifier | modifier le code]

Tombés dans le groupe de Péruviens revanchards à la Copa América 1975, les Chiliens sont sortis dès le premier tour tandis que la Blanquirroja remporte son deuxième titre continental[58]. Rebelote lors des éliminatoires de la Coupe du monde en Argentine où la Roja est opposée au Pérou et à l'Équateur. Deux victoires contre ce dernier ne suffisent pas après la défaite 0–2 à Lima, les Chiliens se classent deuxièmes à un point des Péruviens et sont éliminés[59].

À la Copa América 1979, le Chili signe au premier tour la plus large victoire de son histoire en écrasant le Venezuela sur le score de 7 buts à 0[60]. Cet écart important est décisif pour passer au deuxième tour à la différence de buts aux dépens des Colombiens. En demi-finale, le Chili prend sa revanche de l'édition précédente en écartant les tenants du titre péruviens, 2–1 sur l'ensemble des deux matchs, deux buts marqués par Carlos Caszely. En finale, les Chiliens sont opposés aux Paraguayens de Romerito qui réussit un doublé lors du match aller à Asuncion pour une victoire aisée de l'Albirroja (0–3). Le match retour à Santiago, terminé à dix joueurs des deux côtés, est remporté par le Chili un but à zéro. Un match d'appui est joué à Buenos Aires le 11 décembre et voit les deux équipes se neutraliser pendant le temps réglementaire et la prolongation. Le Paraguay est finalement désigné vainqueur au nombre de buts marqués sur l'ensemble des trois matchs.

Les années sombres (années 1980–1990)[modifier | modifier le code]

Le naufrage chilien en Espagne (1982)[modifier | modifier le code]

Le Chili à la Coupe du monde 1982.

En 1981, la Roja sort brillamment des éliminatoires du Mundial espagnol en disposant notamment à deux reprises du Paraguay et en n'encaissant aucun but[61]. La qualification en poche, la Roja enchaîne les matchs amicaux et dispose de l'Irlande (1–0) pour son dernier match de préparation[3].

En excès de confiance, la préparation physique concoctée par le sélectionneur Luis Santibáñez (en) laisse à désirer. Beaucoup de joueurs arrivent au mondial à bout de course, voire en surpoids. En outre, le capitaine Elías Figueroa joue tout le tournoi blessé au pied. En Espagne, le Chili est membre du groupe 2, avec les sélections d'Algérie, d'Autriche et d'Allemagne de l'Ouest. Le 17 juin 1982 au stade Carlos-Tartiere, le Chili débute la compétition contre l'Autriche. À la 26e minute de jeu et mené 0–1 sur un but de la tête de Walter Schachner, Carlos Caszely est fauché dans la surface de réparation autrichienne, l'arbitre uruguayen Juan Daniel Cardellino désigne le point de penalty. Gustavo Moscoso (en), le tireur habituel des penalties, donne finalement cette responsabilité à Caszely sur l'insistance de ce dernier. Devant environ 22 500 spectateurs, Caszely ne cadre pas sa frappe[62]. Les Chiliens sont ensuite battus 1–4 à Gijón par l'Allemagne de l'Ouest, Gustavo Moscoso marquant un but pour l'honneur en fin de match[63]. Enfin, contre l'Algérie, le Chili est submergé en début de match et mené 0–3 à la mi-temps, mais il réussit à réduire l'écart en seconde période avec des buts de Miguel Ángel Neira (en) et de Juan Carlos Letelier[64].

L'échec aux éliminatoires de la Coupe du monde de 1986[modifier | modifier le code]

Le Chili se fait éliminer au premier tour de la Copa América 1983 en se classant deuxième à un point de l'Uruguay en ayant concédé un match nul au Venezuela pour le compte du dernier match (0–0)[65]. Le même cas de figure se répète au cours des éliminatoires de la Coupe du monde 1986 où une défaite 1–2 à Montevideo à la dernière journée qualifie les Uruguayens et condamne les Chiliens à passer par les repêchages. En barrages, la Roja se débarrasse du Pérou (5–2 sur les deux matchs) avant de sombrer face au Paraguay sur le même score cumulé[66].

L'éphémère éclaircie en Copa América[modifier | modifier le code]

À la Copa América 1987, le Chili hérite d'un épouvantail dans son groupe, le Brésil. Après que les deux équipes ont facilement battu le Venezuela, elles s'affrontent pour une place au second tour. Le Chili ouvre la marque peu avant la mi-temps par Ivo Basay. Juan Carlos Letelier ajoute un deuxième but au retour des vestiaires. Le Brésilien Nelsinho est expulsé à l'heure de jeu et dans la foulée les buteurs chiliens s'offrent tous deux un doublé. Le Chili signe la plus large victoire sur le Brésil de son histoire (4–0) et élimine les Brésiliens de la compétition[32]. En demi-finale, le Chili est opposé à la Colombie qui dispose de l'une des meilleures équipes de son histoire avec des joueurs tels que Carlos Valderrama, Arnoldo Iguarán ou encore René Higuita. Le score est nul et vierge à la fin du temps réglementaire. Le milieu de terrain colombien Bernardo Redín ouvre la marque sur penalty juste avant la mi-temps de la prolongation. Au changement de camp, la Roja inscrit deux buts coup sur coup par l'intermédiaire de Fernando Astengo et de Jaime Vera, se qualifiant pour la finale. Dans un match tendu où deux joueurs sont expulsés de chaque côté, l'Uruguay s'impose sur le plus petit des scores grâce à un but de Pablo Bengoechea[67].

Après une série de matchs amicaux exotiques, la Roja participe à la Copa América 1989 où en perdant ses deux premiers matchs contre l'Argentine (0–1) puis l'Uruguay (0–3), évoluant une grande partie de ce dernier match à dix joueurs, elle compromet ses chances de qualification pour le tour final. Finalement, après deux victoires de la Roja sur la Bolivie (5–0) et l'Équateur (2–1), ce n'est qu'à la différence de buts que la Celeste la devance au classement[68].

L'incident au Maracanã et les sanctions[modifier | modifier le code]

En 1989, au sortir de la Copa América, la Roja entame les éliminatoires de la Coupe du monde 1990 au sein d'un groupe comportant le Brésil et le Venezuela. Après deux victoires aisées sur la Vinotinto et un match nul 1–1 contre les Auriverde, Brésiliens et Chiliens se retrouvent le 3 septembre au stade Maracanã de Rio de Janeiro pour le match décisif, une défaite ou un match nul éliminant le Chili du tournoi[69]. L'ouverture du score par Careca enterre les derniers espoirs de qualification des Chiliens. Autour des 67 minutes de jeu, le gardien chilien Roberto Rojas tombe de façon spectaculaire dans son camp avec une blessure apparente à son front, en faisant semblant d'être blessé par une fusée lancée depuis les tribunes de supporteurs brésiliens. Immédiatement, les joueurs chiliens, dirigés par le capitaine Fernando Astengo, décident de quitter le terrain invoquant le manque de garanties de sécurité pour continuer le match, sans que l'arbitre argentin Juan Carlos Loustau ne parvienne à les convaincre de continuer à jouer. Après des études de séquences vidéo du match montrant que le feu d'artifice n'a pas touché Rojas, la FIFA donne match gagné 0–2 au Brésil. Rojas a caché un scalpel dans son gant et s'est entaillé l'arcade à l'aide de cet objet dans le but de gagner la rencontre sur tapis vert. L'équipe est bannie des éliminatoires de la Coupe du monde 1994, et Rojas est banni à vie, bien que l'amnistie lui est accordée en 2001.

La période de bannissement (1990–1996)[modifier | modifier le code]

Privée de compétition mondiale, la Roja se focalise sur la Copa América. En 1991, elle se qualifie pour le second tour aux dépens du Paraguay qu'elle écrase 4–0. Au tour final, elle tient en échec la Colombie (1–1) puis l'Argentine alors qu'elle joue à dix tout une mi-temps (0–0) mais une défaite au dernier match contre le Brésil (0–2) la classe troisième du tournoi[70]. En 1993, elle est éliminée au premier tour malgré une victoire de prestige sur le Brésil (3–2), José Luis Sierra ratant le penalty du match nul et de la qualification pour les quarts de finale contre le Pérou (0–1)[71]. En 1995, le Chili est défait par les États-Unis (1–2) puis l'Argentine (0–4) avant de se relancer contre la Bolivie en menant de deux buts à l'heure de jeu après un doublé d'Ivo Basay. Las, les Boliviens reviennent au score en fin de match (2–2) et se qualifient pour les quarts de finale aux dépens des Chiliens[72].

Le retour aux affaires internationales avec la Coupe du monde de 1998[modifier | modifier le code]

Pour la première fois dans l'histoire des éliminatoires du mondial, une poule unique décide des équipes qualifiées de la zone Amérique du Sud. Le Brésil étant qualifié d'office en tant que tenant du titre, les neuf autres membres de la confédération se rencontrent en matchs aller-retour sur la forme d'un championnat, une équipe étant exempte à chaque journée. Incapable de battre le Venezuela pour son premier match (1–1), le sélectionneur Xabier Azkargorta est démis de ses fonctions et remplacé par Nelson Acosta. Après des débuts difficiles avec notamment une défaite 1–4 en Colombie, le Chili ne pointe qu'à la septième place à la fin de la phase aller. Il se comporte mieux lors des matchs retour et en battant le Pérou 4–0 à la pénultième journée, il subtilise à son adversaire et à la différence de buts la quatrième et dernière place qualificative pour la France[73].

En phase finale, le Chili tombe dans un groupe homogène avec l'Italie, le Cameroun et l'Autriche. Lors de ce premier tour, il partage les points avec l'Italie à Bordeaux (2–2), Marcelo Salas marquant deux buts en réponse à l'ouverture du score de Christian Vieri, avant que Roberto Baggio n'égalise sur penalty[74]. Le Chili fait ensuite deux autres matchs nuls sur le score d'un but partout. Le premier contre l'Autriche à Saint-Étienne, Salas ouvrant le score, après une tête d'Iván Zamorano, sur un but litigieux marqué de près, mais l'Autriche, comme lors de son premier match contre le Cameroun, égalise à la dernière minute de jeu, Ivica Vastić logeant le ballon dans la lucarne après un exploit personnel[75]. Cinq jours plus tard, contre le Cameroun à Nantes, un coup-franc de José Luis Sierra donne l'avantage au Chili, mais les « Lions indomptables » répondent par la tête de Patrick Mboma[76]. L'Italie est la seule équipe victorieuse dans le groupe, elle se qualifie donc pour les huitièmes de finale et est accompagnée par le Chili qui ne devance Autrichiens et Camerounais que d'un point. Au second tour de la compétition, la Roja joue contre son rival brésilien au Parc des Princes de Paris. César Sampaio marque à deux reprises dans la première demi-heure de jeu, un penalty provoqué et transformé par Ronaldo porte la marque à 0–3 avant la mi-temps. Le Chili ne baisse pas les armes, et Salas inscrit son quatrième but de la compétition, de la tête après que Cláudio Taffarel repousse une première tête de Zamorano. Salas égale ainsi le record de buts pour un joueur chilien en Coupe du monde détenu par Leonel Sánchez et Guillermo Subiabre. Ronaldo marque à nouveau rapidement et frappe deux fois sur les montants en deuxième mi-temps (1–4)[77].

Les rendez-vous manqués (années 2000)[modifier | modifier le code]

Un an après le mondial français, le Chili prend part à la Copa América au Paraguay. Dans un groupe comptant le Brésil et le Mexique, la Roja termine meilleur troisième grâce à une victoire 3–0 sur le Venezuela. En quart de finale, elle écarte la Colombie 3–2 après avoir été mené au score. En demi-finale, elle tient tête à une surprenante équipe d'Uruguay rajeunie (1–1) avant de perdre aux tirs au but. Elle se classe finalement quatrième en perdant le dernier match contre le Mexique (1–2)[78].

L'équipe du Chili olympique remporte la médaille de bronze aux Jeux olympiques 2000 à Sydney. L'équipe entraînée par Nelson Acosta réussit à terminer première du groupe avec deux victoires contre l'Espagne (3–1, doublé de Reinaldo Navia et but de Rafael Olarra), puis le Maroc (4–1, triplé de Zamorano et but de Reinaldo Navia) mais perd contre la Corée du Sud (0–1). Puis en quart de finale, le Chili bat 4–1 le tenant du titre, le Nigeria par des buts de Pablo Contreras, de Reinaldo Navia, d'Iván Zamorano et de Rodrigo Tello). Puis en demi-finale, il s'incline contre le futur vainqueur, le Cameroun sur le score de 1–2. L'équipe chilienne prend la médaille de bronze grâce au doublé de Zamorano contre les États-Unis. Iván Zamorano termine meilleur buteur de la compétition avec six buts[79].

Mexique–Chili à la Copa América 2007.

Malgré une sévère défaite en Argentine (1–4) en ouverture des éliminatoires de la Coupe du monde 2002, le Chili se reprend ensuite avec notamment deux succès de rang, tout d'abord au Venezuela (2–0) puis une correction infligée au Brésil à Santiago (3–0). Cette belle victoire sera sa dernière des éliminatoires, la Roja enchaînant avec une série de six défaites consécutives, avec en point d'orgue une défaite devant le Venezuela (0–2), unique victoire à l'extérieur de la Vinotinto. Cette dernière la dépasse au classement et la Roja finit dixième et dernière du groupe[80]. Lors de la Copa América 2001 qui se déroule au milieu des éliminatoires du mondial asiatique, la sélection termine deuxième du groupe derrière le futur vainqueur colombien mais elle est battue en quart de finale par le Mexique (0–2)[81].

Les éliminatoires de la Coupe du monde 2006 débutent mieux que les précédents pour les Chiliens qui ramènent un point de leur déplacement à Buenos Aires (2–2). Mais, trop inconstants à domicile et après cinq revers à l'extérieur, le Chili se classe septième, à trois points de l'Uruguay qualifié pour les barrages[82]. Même format que l'édition précédente pour la Copa América 2004 qui vient scinder les éliminatoires en deux, où le Chili est éliminé au premier tour après deux défaites dans les arrêts de jeu contre le Brésil (0–1) puis le Costa Rica (1–2) et un match nul avec le Paraguay (1–1)[83].

À la Copa América 2007, le Chili se qualifie pour le second tour en tant que meilleur troisième grâce à une difficile victoire obtenue sur l'Équateur (3–2) et un match nul et vierge contre le Mexique. Il tombe en quart de finale sur le Brésil, déjà vainqueur 0–3 au premier tour, qui gagne 1–6 malgré le but de Humberto Suazo[84].

Le mondial 2010 en Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

Le Chili le 14 octobre 2009, avant le match éliminatoire contre l'Équateur.

L'équipe se qualifie pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, en finissant deuxième des phases éliminatoires à un point seulement du Brésil, grâce notamment à sa jeunesse, troisième de la Coupe du monde des moins de 20 ans 2007, et Humberto Suazo, meilleur buteur des éliminatoires sud-américains avec dix réalisations[85].

Lors du mondial sud-africain, l'équipe emmenée par son sélectionneur argentin Marcelo Bielsa, surnommé El Loco (en français : « le Fou »), se qualifie pour les huitièmes de finale, en s'imposant notamment contre le Honduras, sur le score de 1–0 grâce à un but de Jean Beausejour, puis contre la Suisse sur le même score. Cependant, elle finit seconde de son groupe, après s'être inclinée 1–2 contre l'équipe d'Espagne, future vainqueur de la compétition. Cette qualification entraîne une vague de joie dans le pays, mais également des dégradations et de nombreuses arrestations à Santiago. Au tour suivant, comme douze ans auparavant, elle rencontre le Brésil, favori de la compétition. À l'Ellis Park Stadium de Johannesburg, elle s'incline 0–3, et est donc éliminée de la Coupe du monde[86]. Cependant, les hommes de Bielsa repartent avec les honneurs, en ayant séduit la planète football, et sont accueillis comme des héros dans leur pays.

Le mondial 2014 au Brésil[modifier | modifier le code]

Le 7 octobre 2011, le Chili commence les qualifications pour la Coupe du monde 2014. Il se classe troisième après une dernière victoire sur l'Équateur (2–1), terminant avec un total de 28 points sur 48 possibles[87]. Lors de la Coupe du monde, le Chili fait partie du groupe B avec l'Espagne, les Pays-Bas et l'Australie. Le Chili débute la phase finale contre l'Australie le 14 juin et gagne sur le score de 3–1. Le 18 juin, il crée la surprise en s'imposant face au champion du monde en titre, l'Espagne, sur le score de 2–0. Cet exploit qualifie l'équipe chilienne pour la suite de la compétition en compagnie des Pays-Bas, qu'elle retrouve pour son dernier match. Celui-ci se solde par une victoire des Oranjes sur une Roja remaniée. Comme quatre ans auparavant, le Chili retrouve le Brésil en 8e de finale, pays organisateur et bête noire historique du pays allongé. Au bout d'une partie haletante, les deux équipes se neutralisent un but partout, la prolongation n'ayant pas permis de trouver un vainqueur et ce, malgré une magnifique frappe chilienne au bout du temps supplémentaire (120e minute). La séance de tirs au but ne manque de rebondissements et sur l'ultime frappe chilienne qui s'effondre sur le poteau, le Brésil se qualifie pour le tour suivant[88]. Le Chili repart au pays avec la tête haute, proposant un jeu offensif et technique.

Personnalités historiques de l'équipe du Chili[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Joueurs les plus sélectionnés[89]
Joueur Carrière Sélections
Claudio Bravo 2004– 85
Leonel Sánchez 1955–1968 84
Alexis Sánchez 2006– 76
Nelson Tapia 1994–2005 73
Gonzalo Jara 2006– 72
Marcelo Salas 1994–2007 70
Alberto Fouilloux 1960–1972 70
Gary Medel 2007– 70
Iván Zamorano 1987–2001 69
Meilleurs buteurs
Joueur Carrière Buts
Marcelo Salas 1994–2007 37
Iván Zamorano 1987–2001 34
Carlos Caszely 1969–1985 29
Alexis Sánchez 2006– 25
Leonel Sánchez 1955–1968 23
Jorge Aravena 1983–1990 22
Humberto Suazo 2005–2013 21
Juan Carlos Letelier 1979–1989 18
Eduardo Vargas 2009– 18
Dernière mise à jour : le 28 juin 2014.

La génération du mondial 1930[modifier | modifier le code]

Les premières vedettes de l'équipe nationale chilienne offrent à la Roja les premières victoires de son histoire au cours du Championnat sud-américain de 1926. Le vigoureux défenseur Ulises Poirier, surnommé el Gringo, dispute quatorze matchs du tournoi continental entre 1919 et 1926 et prend part à deux rencontres de la Coupe du monde de 1930[90]. Le milieu de terrain Guillermo Saavedra, dit Monumento, participe également aux Jeux olympiques de 1928 et au premier mondial, comptant neuf sélections et un but[91], marqué contre l'Argentine en 1926 (1–1). L'attaquant Guillermo Subiabre, surnommé el Chato, dix buts en onze sélections[92], prend part aux mêmes compétitions que Saavedra et est l'un des meilleurs buteurs chiliens en Coupe du monde avec quatre réalisations. Enfin le buteur David Arellano, auteur de huit buts en six matchs du Championnat sud-américain[93] et membre fondateur du club de Colo-Colo, trouve la mort en contractant une péritonite après un choc au cours d'un match de son club en 1927.

Années 1930–1940[modifier | modifier le code]

De loin le meilleur footballeur chilien de sa génération, l'attaquant Raúl Toro porte la sélection chilienne à bout de bras alors qu'elle vit une période difficile de son histoire. Assez lent sur le terrain, il magnifie le jeu lorsque le ballon touche ses pieds, qui semblent être des mains quand il dépose le ballon dans le but adverse[94]. Raúl Toro, meilleur buteur du Championnat sud-américain de 1937, inscrit douze buts en seize sélections[95].

L'attaquant de Colo-Colo Alfonso Domínguez, international à treize reprises pour trois buts entre 1939 et 1942, seconde Raúl Toro dans son rôle au cours de deux éditions du Championnat sud-américain[96]. Le gardien de but Sergio Livingstone débute en sélection pour le Championnat sud-américain de 1941 et devient le détenteur du record du nombre de matchs disputés dans le tournoi continental. Disputant également la Coupe du monde de 1950[97], il accumule un record pour l'époque de cinquante-deux capes jusqu'en 1954[98]. L'ailier gauche Fernando Riera, dix-sept sélections et quatre buts de 1942 à 1950[99], est le premier joueur du championnat chilien à être transféré en Europe en signant après le mondial 1950 au Stade de Reims, l'obligeant de fait à arrêter sa carrière internationale.

Années 1950[modifier | modifier le code]

Inconnu au Chili avant le mondial 1950, Jorge Robledo, de mère anglaise et formé en Angleterre, signe un but contre les États-Unis[100]. Évoluant à Barnsley puis Newcastle United et premier non-Britannique meilleur buteur du championnat anglais en 1952[101], Robledo est retenu en équipe du Chili à trente-et-une reprises et marque huit buts jusqu'en 1957[102]. Auteur de deux buts au mondial brésilien, l'attaquant Atilio Cremaschi inscrit dix buts en vingt-neuf matchs de 1945 à 1954[103]. Attaquant de la Roja à quarante reprises pour dix buts de 1950 à 1960 et meilleur buteur du championnat chilien en 1952[104], René Meléndez manque le mondial au Brésil au profit de Robledo. Quant à Enrique Hormazábal, dix-sept buts en quarante-trois sélections entre 1950 et 1963[105] et meilleur buteur du Championnat sud-américain de 1956, il réussit un doublé à l'occasion de la première victoire du Chili sur le Brésil au cours de cette édition (4–1). Cependant, un manque de discipline peu apprécié par le sélectionneur Fernando Riera le prive de la Coupe du monde dans son pays[106].

La génération des mondiaux 1962 et 1966[modifier | modifier le code]

L'ailier gauche Leonel Sánchez fait ses débuts avec l'équipe nationale le 18 septembre 1955 au Maracanã, lors d'un match de la Coupe O'Higgins contre le Brésil terminé par un score nul. Avec la Roja, Sánchez joue les éliminatoires de la Coupe du monde de 1958 et de 1966. Il prend part à deux phases finales de la compétition : au Chili en 1962, où il est un des meilleurs buteurs avec quatre buts[107], et en Angleterre en 1966[108]. En 1962, il marque un but sur coup-franc de l'extérieur du pied au légendaire gardien soviétique Lev Yachine. Dans le même tournoi, il est l'un des principaux protagonistes de la « bataille de Santiago » jouée contre l'Italie. Il connaît un véritable combat avec le défenseur italien Mario David. En effet, alors que Sánchez protège son ballon près du poteau de corner adverse, David le frappe aux jambes à plusieurs reprises ce qui le déséquilibre et lui fait perdre le contrôle de la balle. David lui assène un nouveau coup de pied tandis qu'il est au sol. Sánchez se relève d'un bond et le frappe d'un crochet du gauche au menton[109]. Détenteur du record d'apparitions sous le maillot de la Roja et meilleur buteur de celle-ci pendant plus de vingt ans[110], Leonel Sánchez fait partie des meilleurs footballeurs chiliens de l'histoire.

Auteur d'une puissante frappe qui trompe Lev Yachine en quart de finale du mondial 1962, Eladio Rojas récidive dans les mêmes conditions après un raid solitaire face à la Yougoslavie pour offrir la troisième place à son pays. Il est ainsi l'unique Chilien présent dans la liste du magazine France Football des « cent héros de la Coupe du monde » publiée en 1994[111]. Milieu de terrain, il compte vingt-sept sélections et trois buts entre 1959 et 1968[112]. L'intérieur gauche Alberto Fouilloux ne joue que les deux premiers matchs du mondial chilien avant qu'une blessure ne l'empêche de participer au reste de la compétition[113]. Lors du mondial anglais, il joue à nouveau deux matchs et ne peut éviter l'élimination au premier tour. Fouilloux, avec douze buts et soixante-dix capes de 1960 à 1972[114], est longtemps resté le deuxième joueur le plus sélectionné en équipe du Chili, derrière Leonel Sánchez. L'ailier droit Jaime Ramírez, quarante-six matchs pour douze buts[89], fait ses débuts pour l'équipe chilienne le 17 septembre 1954 en Coupe du Pacifique contre le Pérou. Ses performances les plus mémorables avec la Roja sont lors de la Coupe du monde 1962 où il marque deux buts, l'un contre la Suisse et l'autre contre l'Italie. Au crépuscule de sa carrière, il est retenu dans l'équipe chilienne pour la Coupe du monde 1966[115]. Considéré comme l'un des meilleurs milieux de terrain de l'histoire du Chili, Rubén Marcos (en) est réputé infatigable et surnommé « Marcos les sept poumons ». Auteur du but contre l'Équateur qui qualifie le Chili pour la Coupe du monde de 1966, il récidive à deux reprises en phase finale contre la Corée du Nord puis face à l'Union soviétique[116]. Enfin le latéral droit Luis Eyzaguirre, trente-neuf sélections entre 1959 et 1966[89], doté d'un grand bagage technique, est l'un des premiers défenseurs latéraux avec le Brésilien Nílton Santos à provoquer des décalages en amenant le surnombre en phase de jeu offensive.

Années 1970–1980[modifier | modifier le code]

Le défenseur central Elías Figueroa est l'une des figures les plus importantes de l'équipe chilienne. À 19 ans, il joue son premier match avec la Roja le 23 février 1966 contre l'Union soviétique à l'Estadio Nacional[117]. Don Elías joue un total de quarante-sept matchs, participant à la finale de la Copa América 1979 et à trois Coupes du monde : Angleterre 1966, Allemagne 1974 et Espagne 1982, particularité qu'il partage avec l'attaquant mexicain Hugo Sánchez. Bien qu'il soit l'un des plus jeunes chiliens retenus, Elías Figueroa est titulaire à la Coupe du monde en Angleterre[118]. Décisif contre l'Union soviétique à Moscou en éliminatoires du mondial 1974, Figueroa parvient à éteindre l'étoile soviétique Oleg Blokhine[119],[120]. En phase finale en Allemagne, Elías Figueroa éblouit le monde de sa classe et est reconnu comme le meilleur défenseur de la coupe du monde en 1974, formant le duo central de l'équipe-type avec Franz Beckenbauer[120]. À la Copa América 1979 au Chili, Figueroa ne peut prendre part au premier match contre le Paraguay (0–3), ayant été expulsé en demi-finale pour la première et seule fois de sa carrière professionnelle. À la Coupe du monde 1982 en Espagne, Elías Figueroa est le joueur le plus ancien et arrive avec une blessure aux muscles ischio-jambiers et une foulure à un orteil du pied[121].

International de 1969 à 1985, l'attaquant Carlos Caszely participe aux mondiaux 1974[122] et 1982[123] et dépasse le record du nombre de buts de Leonel Sánchez en inscrivant vingt-neuf buts en quarante-neuf matchs avec la Roja[89]. Jorge Aravena est le milieu de terrain de la Roja le plus prolifique avec vingt-deux buts en trente-six sélections de 1983 à 1989[89]. Formant avec Elías Figueroa la meilleure charnière défensive de l'histoire de la Roja, Alberto Quintano (en) compte quarante-neuf sélections de 1967 à 1979[89]. Meilleur buteur de l'histoire de championnat chilien[124], le milieu offensif Francisco Valdés, cinquante sélections et neuf buts[89], est retenu pour le mondial 1966 mais n'entre pas en jeu. Il est en revanche le capitaine de la sélection au mondial 1974. Plus souvent en concurrence qu'associé à ce dernier, le milieu offensif Carlos Reinoso, trente-quatre sélections et cinq buts, est le meilleur buteur du championnat chilien en 1968 puis joue le mondial 1974. Vladimir Bigorra, défenseur latéral gauche de l'équipe chilienne de 1974 à 1987, dispute les quatre matchs des éliminatoires de la Coupe du monde 1982 et les trois de la phase finale. Son pendant côté droit lors de cette dernière compétition, Lizardo Garrido, compte quarante-quatre sélections entre 1981 et 1991[89]. L'attaquant Juan Carlos Letelier, dix-huit buts en cinquante-sept matchs[89], est principalement connu pour ses réalisations contre l'Algérie au mondial 1982 puis contre le Brésil en Copa América 1987 lors de l'historique victoire chilienne (4–0). Enfin le gardien de but Roberto Rojas, l'un des plus talentueux que le Chili a connu, voit sa carrière basculer en 1989 après qu'il simule une blessure dans le but de se qualifier pour le mondial 1990 sur tapis vert.

Années 1990[modifier | modifier le code]

Les attaquants Iván Zamorano et Marcelo Salas, formant un duo appelé Za-Sa, sont les deux principaux joueurs chiliens des années 1990. À eux deux, ils signent près des trois quarts des buts chiliens aux éliminatoires de la Coupe du monde 1998, avec respectivement douze et onze buts[73], et quatre des cinq buts chiliens en phase finale. Ils dépassent tous deux le précédent record de buts avec la Roja de Carlos Caszely, Zamorano s'arrêtant à trente-quatre unités et Salas profitant de sa longévité pour le porter à trente-sept[89].

L'auteur du cinquième but chilien au mondial 1998 est le milieu de terrain José Luis Sierra, sélectionné à cinquante-trois reprises pour huit buts entre 1991 et 2000[89]. Sélectionné à soixante-neuf reprises pour cinq buts, le milieu de terrain Fabián Estay dispute quatre éditions de la Copa América et est titulaire lors de deux des quatre matchs du mondial 1998, entrant en jeu contre le Cameroun puis le Brésil. Le défenseur Pedro Reyes, cinquante-cinq sélections et quatre buts entre 1994 et 2001[89], réalise une bonne Coupe du monde 1998 qui lui permet de s'exiler en Europe en signant dans la foulée à l'Association de la jeunesse auxerroise. Son partenaire en défense centrale durant le mondial en France, Javier Margas, est avec soixante-trois matchs l'un des défenseurs les plus capés de l'histoire de la sélection chilienne. Gardien des buts chiliens au mondial 1998, Nelson Tapia est avec soixante-treize capes le deuxième portier le plus sélectionné avec la Roja[89]. Enfin le milieu de terrain Clarence Acuña, soixante-et-une sélections et trois buts de 1995 à 2004[89], surprend adversaires et experts au mondial 1998 et, malgré l'élimination en huitième de finale, est considéré comme l'une des révélations du tournoi.

Années 2000–2010[modifier | modifier le code]

Le Chili en 2013. Debout : Isla, Bravo, Jara, González, Mena. Accroupis : Sánchez, Vidal, Medel, Pizarro, Díaz, Vargas.

L'attaquant Alexis Sánchez, auteur de vingt-deux buts en soixante-quatre matchs, est le plus jeune sélectionné de l'histoire de la Roja et participe activement aux deux qualifications successives de son pays pour les Coupes du monde 2010 et 2014, inscrivant respectivement trois et quatre buts en éliminatoires[125]. Élu meilleur défenseur et médaillé de bronze aux Jeux olympiques 2000, Pablo Contreras est le défenseur chilien le plus sélectionné avec soixante-sept capes pour deux buts. Le milieu de terrain David Pizarro, également médaillé de bronze à Sydney, accumule trente-six sélections et deux buts entre 1999 et 2005, avant de se retirer de l'équipe nationale, ne supportant pas l'indiscipline de certains coéquipiers. Finalement, il revient dans le groupe pour les éliminatoires du mondial 2014, après huit ans d'absence. Claudio Maldonado est lui aussi médaillé de bronze en Australie avant de devenir capitaine de la Roja pour les éliminatoires du mondial 2006. Auteur du but de la victoire sur la Suisse (1–0) au mondial 2010, Mark González est international à quarante-huit reprises pour quatre buts depuis 2003. Le milieu de terrain Matías Fernández réalise une bonne prestation en octobre 2007 contre le Pérou (2–0) en éliminatoires du mondial sud-africain en marquant un but sur une passe décisive d'Arturo Vidal après avoir offert un but à Humberto Suazo, meilleur buteur de la zone Amérique du Sud avec dix buts. Le milieu de terrain Rodrigo Tello honore trente-six sélections et trois buts entre 2000 et le mondial 2010, après lequel il prend sa retraite internationale. Enfin le défenseur Jorge Vargas est lui aussi capitaine de la sélection chilienne à plusieurs reprises et compte trente-huit capes entre 1999 et 2007[89].

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Liste complète des sélectionneurs de l'équipe du Chili[126],[note 1]
Période[note 2] Nom Matchs Victoires Nuls Défaites Buts pour Buts contre Diff. de buts
1910–1913 Aucun[127],[128] 5 0 0 5 2 16 -14
1916 Drapeau : Chili Carlos Fanta[129],[127],[130] 5 0 1 4 3 16 -13
1917 Drapeau : Uruguay Julián Bértola[127] 3 0 0 3 0 10 -10
1917 Aucun[127] 1 0 1 0 1 1 0
1919 Drapeau : Chili Héctor Parra[131] 3 0 0 3 1 12 -11
1920–1922 Drapeau : Uruguay Juan Carlos Bertone[127] 10 0 3 7 5 20 -15
1923 Aucun[127] 3 0 0 3 1 9 -8
1924 Drapeau : Chili Carlos Acuña[127] 3 0 0 3 1 10 -9
1926 Drapeau : Italie José Rosetti[127] 4 2 1 1 14 6 +8
1927 Aucun[127] 1 0 0 1 2 3 -1
1928 Drapeau : Angleterre Frank Powell[127] 3 1 1 1 7 7 0
1930 Drapeau : Hongrie György Orth[127],[131] 3 2 0 1 5 3 +2
1935 Aucun[127] 3 0 0 3 2 7 -5
1936–1939 Drapeau : Uruguay Pedro Mazullo[127] 10 3 1 6 24 27 -3
1941 Drapeau : Hongrie Máximo Garay[127] 4 2 0 2 6 3 +3
1941–1945 Drapeau : Hongrie Franz Platko[127] 12 5 3 4 19 20 -1
1946–1949 Drapeau : Chili Luis Tirado (es)[127] 19 8 2 9 32 38 -6
1950 Drapeau : Hongrie Franz PlatkoDrapeau : Chili Waldo Sanhueza 4 2 0 2 8 8 0
1950 Drapeau : Chili Alberto Buccicardi (es)[127] 3 1 0 2 5 6 -1
1952–1953 Drapeau : Chili Luis Tirado (es)[127] 11 6 2 3 25 18 +7
1953 Drapeau : Hongrie Franz Platko[127] 3 1 0 2 3 8 -5
1954 Drapeau : Chili Luis Tirado (es)[127] 4 0 0 4 1 10 -9
1954 Aucun[127] 2 1 0 1 4 5 -1
1955–1956 Drapeau : Chili Luis Tirado (es)[127] 19 7 4 8 40 30 +10
1956–1957 Drapeau : Argentine José Salerno[127] 7 2 1 4 13 17 -4
1957 Drapeau : Hongrie Ladislao Pakozdi[127] 6 2 1 3 4 11 -7
1959–1962 Drapeau : Chili Fernando Riera[127] 34 11 4 19 51 76 -25
1962 Drapeau : Chili Luis Álamos[127] 3 0 1 2 3 5 -2
1963–1965 Drapeau : Chili Francisco Hormazábal[127] 13 4 6 3 20 17 +3
1965–1966 Drapeau : Chili Luis Álamos[127] 11 2 2 7 9 18 -9
1966–1967 Drapeau : Argentine Alejandro Scopelli[127] 12 5 3 4 22 19 +3
1968–1969 Drapeau : Chili Salvador Nocetti[127] 18 7 6 5 23 23 0
1970 Drapeau : Chili Francisco Hormazábal[127] 2 0 0 2 1 7 -6
1970 Drapeau : Chili Fernando Riera[127] 1 0 0 1 1 5 -4
1971 Drapeau : Chili Luis VeraDrapeau : Chili Raúl Pino[127] 9 4 1 4 15 14 +1
1972 Drapeau : Chili Raúl Pino[127] 2 0 0 2 0 3 -3
1972 Drapeau : Allemagne Rudi Gutendorf[127] 7 3 0 4 10 15 -5
1973–1974 Drapeau : Chili Luis Álamos[127] 16 6 6 4 21 16 +5
1974–1975 Drapeau : Chili Pedro Morales[127] 9 2 2 5 10 13 -3
1976–1977 Drapeau : Chili Caupolicán Peña[127] 9 3 2 4 9 10 -1
1977–1982 Drapeau : Chili Luis Santibáñez[127] 29 10 7 12 33 33 0
1983 Drapeau : Chili Luis Ibarra[127] 15 7 4 4 26 16 +10
1984 Drapeau : Chili Isaac Carrasco 1 0 1 0 0 0 0
1984 Drapeau : Argentine Vicente Cantatore 1 1 0 0 1 0 +1
1985 Drapeau : Chili Pedro Morales 12 5 3 4 19 15 +4
1986 Drapeau : Chili Luis Ibarra 1 0 1 0 1 1 0
1987 Drapeau : Chili Orlando Aravena 7 5 0 2 13 6 +7
1987 Drapeau : Chili Manuel Rodríguez 1 0 0 1 1 2 -1
1988–1989 Drapeau : Chili Orlando Aravena 34 14 9 11 42 32 +10
1990–1993 Drapeau : Chili Arturo Salah 23 9 6 8 30 23 +7
1993 Drapeau : Uruguay Nelson Acosta 1 0 0 1 0 2 -2
1994 Drapeau : Croatie Mirko Jozić 8 3 2 3 13 14 -1
1995–1996 Drapeau : Espagne Xabier Azkargorta 18 9 5 4 28 23 +5
1996–2001 Drapeau : Uruguay Nelson Acosta 70 27 17 26 109 84 +25
2001 Drapeau : Chili Pedro García 12 3 1 8 11 19 -8
2001 Drapeau : Chili Jorge Garcés 3 0 1 2 1 5 -4
2002 Drapeau : Chili César Vaccia[132] 1 0 0 1 0 2 -2
2003–2005 Drapeau : Chili Juvenal Olmos 25 7 9 9 24 25 -1
2005–2007 Drapeau : Uruguay Nelson Acosta 28 13 8 7 35 38 -3
2007–2011 Drapeau : Argentine Marcelo Bielsa[133],[134] 51 28 8 15 69 49 +20
2011–2012 Drapeau : Argentine Claudio Borghi[135] 27 11 5 11 40 40 0
2013– Drapeau : Argentine Jorge Sampaoli 15 10 3 2 35 15 +20
Total 677 252 144 281 950 1004 -54

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

La liste des joueurs sélectionnés pour les matchs amicaux contre le Venezuela et l'Uruguay.

Sélections et buts actualisés au 5 octobre 2014.

Sélectionneur Drapeau : Argentine Jorge Sampaoli
Nom Date de Naissance Sélections (buts) Club
Gardiens
1 Claudio Bravo Capitaine 13 avril 1983 (31 ans) 87 0(0) Drapeau : Espagne FC Barcelone
23 Diego Sánchez 8 mai 1987 (27 ans) 00 0(0) Drapeau : Chili Union Espanola
25 Johnny Herrera 9 mai 1981 (33 ans) 06 0(0) Drapeau : Chili Universidad de Chile
Défenseurs
2 Eugenio Mena 18 juillet 1988 (26 ans) 33 0(3) Drapeau : Brésil Santos
3 Igor Lichnovsky 7 mars 1994 (20 ans) 01 0(0) Drapeau : Portugal FC Porto
4 Mauricio Isla 12 juin 1988 (26 ans) 57 0(2) Drapeau : Angleterre Queens Park Rangers
5 Francisco Silva 11 février 1986 (28 ans) 17 0(0) Drapeau : Belgique Club Bruges
13 José Manuel Rojas 23 juin 1983 (31 ans) 18 0(1) Drapeau : Chili Universidad de Chile
18 Gonzalo Jara 29 août 1985 (29 ans) 73 0(3) Drapeau : Allemagne 1. FSV Mainz 05
Milieux
6 Carlos Carmona 21 février 1987 (27 ans) 49 0(1) Drapeau : Italie Atalanta Bergame
8 Arturo Vidal 22 mai 1987 (27 ans) 62 0(9) Drapeau : Italie Juventus
10 Jorge Valdivia 19 octobre 1983 (31 ans) 59 0(5) Drapeau : Brésil Palmeiras
15 Jean Beausejour 1er juin 1984 (30 ans) 61 0(6) Drapeau : Chili Colo Colo
16 Pablo Hernández 24 octobre 1986 (28 ans) 03 0(3) Drapeau : Espagne Celta Vigo
17 Gary Medel 3 août 1987 (27 ans) 71 0(5) Drapeau : Italie Inter Milan
19 José Pedro Fuenzalida 22 février 1985 (29 ans) 25 0(1) Drapeau : Argentine Boca Juniors
20 Charles Aránguiz 17 avril 1989 (25 ans) 31 0(3) Drapeau : Brésil Porto Alegre
21 Marcelo Díaz 30 décembre 1986 (27 ans) 31 0(1) Drapeau : Suisse FC Bâle
22 Rodrigo Millar 3 novembre 1981 (33 ans) 34 0(3) Drapeau : Mexique CF Atlas
Attaquants
7 Alexis Sánchez 19 décembre 1988 (26 ans) 77 (26) Drapeau : Angleterre Arsenal
9 Mauricio Pinilla 4 février 1984 (30 ans) 32 0(6) Drapeau : Italie Genoa CFC
11 Eduardo Vargas 20 novembre 1989 (25 ans) 38 (18) Drapeau : Angleterre Queens Park Rangers
14 Fabián Orellana 27 janvier 1986 (28 ans) 28 0(2) Drapeau : Espagne Celta Vigo

Identité[modifier | modifier le code]

Couleurs[modifier | modifier le code]

Liste partielle des tenues successives de l'équipe du Chili
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1910–1941
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1941–1947
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1947
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Mondial 1974 (dom.)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Mondial 1982 (dom.)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Copa América 1993 (dom.)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Mondial 1998 (dom.)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2003–2006
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2007–2009

Surnoms[modifier | modifier le code]

L'équipe du Chili est surnommée la Roja (en français : « la Rouge ») ou encore el Equipo de Todos (en français : « l'Équipe de tous »)[136].

Résultats de l'équipe du Chili[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde
Édition Résultat Class. M V N D BP BC
Drapeau : Uruguay 1930 1er tour 5e 3 2 0 1 5 3
1934 et 1938 Forfait
Drapeau : Brésil 1950 1er tour 9e 3 1 0 2 5 6
1954 et 1958 Non qualifiée
Drapeau : Chili 1962 Demi-finaliste 3e 6 4 0 2 10 8
Drapeau : Angleterre 1966 1er tour 13e 3 0 1 2 2 5
1970 Non qualifiée
Drapeau : Allemagne 1974 1er tour 11e 3 0 2 1 1 2
1978 Non qualifiée
Drapeau : Espagne 1982 1er tour 22e 3 0 0 3 3 8
1986 Non qualifiée
1990 Disqualifiée
1994 Bannie
Drapeau : France 1998 8e de finaliste 16e 4 0 3 1 5 8
2002 et 2006 Non qualifiée
Drapeau : Afrique du Sud 2010 8e de finaliste 10e 4 2 0 2 3 5
Drapeau : Brésil 2014 8e de finaliste 9e 4 2 1 1 6 4
Meilleurs buteurs en Coupe du monde
Joueur Édition(s) Buts Matchs
Guillermo Subiabre Uruguay 1930 4 3
Leonel Sánchez Chili 1962, Angleterre 1966 4 9
Marcelo Salas France 1998 4 4
Atilio Cremaschi Brésil 1950 2 3
Jaime Ramírez Chili 1962, Angleterre 1966 2 6
Jorge Toro Chili 1962 2 5
Eladio Rojas Chili 1962 2 6
Rubén Marcos Angleterre 1966 2 3
Jean Beausejour Afrique du Sud 2010, Brésil 2014 2 6
Alexis Sánchez Afrique du Sud 2010, Brésil 2014 2 8

Parcours en Copa América[modifier | modifier le code]

Meilleurs buteurs en Copa América
Joueur Édition(s) Buts Matchs
Enrique Hormazábal Pérou 1953, Chili 1955, Uruguay 1956 10 16
Raúl Toro Argentine 1937, Pérou 1939, Chili 1941 9 12
David Arellano Uruguay 1924, Chili 1926 8 6
Iván Zamorano Argentine 1987, Chili 1991, Équateur 1993, Paraguay 1999 8 15
Francisco Molina Pérou 1953 7 6
Juan Alcántara Chili 1945, Argentine 1946 6 5
Atilio Cremaschi Chili 1945, Argentine 1946, Brésil 1949, Pérou 1953 6 16
Jaime Ramírez Chili 1955, Uruguay 1956, Pérou 1957 6 15
Parcours en Championnat sud-américain (1916–1953)
Édition Résultat Class. M V N D BP BC
Drapeau : Argentine 1916 Quatrième 4e 3 0 1 2 2 11
Drapeau : Uruguay 1917 Quatrième 4e 3 0 0 3 0 10
Drapeau : Brésil 1919 Quatrième 4e 3 0 0 3 1 12
Drapeau : Chili 1920 Quatrième 4e 3 0 1 2 2 4
1921 Forfait
Drapeau : Brésil 1922 Cinquième 5e 4 0 1 3 1 10
1923 Forfait
Drapeau : Uruguay 1924 Quatrième 4e 3 0 0 3 1 10
1925 Forfait
Drapeau : Chili 1926 Troisième 3e 4 2 1 1 14 6
1927 et 1929 Forfait
Drapeau : Pérou 1935 Quatrième 4e 3 0 0 3 2 7
Drapeau : Argentine 1937 Cinquième 5e 5 1 1 3 12 13
Drapeau : Pérou 1939 Quatrième 4e 4 1 0 3 8 12
Drapeau : Chili 1941 Troisième 3e 4 2 0 2 6 3
Drapeau : Uruguay 1942 Sixième 6e 6 1 1 4 4 15
Drapeau : Chili 1945 Troisième 3e 6 4 1 1 15 5
Drapeau : Argentine 1946 Cinquième 5e 5 2 0 3 8 11
Drapeau : Équateur 1947 Quatrième 4e 7 4 1 2 14 13
Drapeau : Brésil 1949 Cinquième 5e 7 2 1 4 10 14
Drapeau : Pérou 1953 Quatrième 4e 6 3 1 2 10 10
Parcours en Copa América (1955–2011)
Édition Résultat Class. M V N D BP BC
Drapeau : Chili 1955 Deuxième 2e 5 3 1 1 19 8
Drapeau : Uruguay 1956 Deuxième 2e 5 3 0 2 11 8
Drapeau : Pérou 1957 Sixième 6e 6 1 1 4 9 17
Drapeau : Argentine 1959 (1) Cinquième 5e 6 2 1 3 9 14
1959 (2) et 1963 Forfait
Drapeau : Uruguay 1967 Troisième 3e 5 2 2 1 8 6
1975 1er tour 6e 4 1 1 2 7 6
1979 Finaliste 2e 9 4 3 2 13 6
1983 1er tour 5e 4 2 1 1 8 2
Drapeau : Argentine 1987 Finaliste 2e 4 3 0 1 9 3
Drapeau : Brésil 1989 1er tour 5e 4 2 0 2 7 5
Drapeau : Chili 1991 Troisième 3e 7 3 2 2 11 6
Drapeau : Équateur 1993 1er tour 9e 3 1 0 2 3 4
Drapeau : Uruguay 1995 1er tour 11e 3 0 1 2 3 8
Drapeau : Bolivie 1997 1er tour 11e 3 0 0 3 1 5
Drapeau : Paraguay 1999 Demi-finaliste 4e 6 2 1 3 8 7
Drapeau : Colombie 2001 Quart de finaliste 7e 6 2 0 2 5 5
Drapeau : Pérou 2004 1er tour 10e 3 0 1 2 2 4
Drapeau : Venezuela 2007 Quart de finaliste 8e 4 1 1 2 4 11
Drapeau : Argentine 2011 Quart de finaliste 7e 4 2 1 1 5 4

Parcours au Championnat panaméricain de football[modifier | modifier le code]

  • 1952 : Deuxième
  • 1956 : Sixième
  • 1960 : Non inscrite

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

Bilan du Chili face aux sélections affrontées plus de dix fois[note 3],[3]
Adversaire Victoires Matchs nuls Défaites Total
Drapeau : Argentine Argentine 6 22 56 84
Drapeau : Uruguay Uruguay 16 17 43 76
Drapeau : Pérou Pérou 40 14 21 75
Drapeau : Brésil Brésil 7 14 48 69
Drapeau : Paraguay Paraguay 26 7 26 59
Drapeau : Équateur Équateur 26 12 9 47
Drapeau : Bolivie Bolivie 27 7 5 39
Drapeau : Colombie Colombie 14 12 10 36
Drapeau : Mexique Mexique 10 3 14 27
Drapeau : Venezuela Venezuela 17 5 2 24
Drapeau : Espagne Espagne 1 2 8 11
Drapeau : Costa Rica Costa Rica 3 2 5 10

Naturellement, les dix équipes nationales rencontrées plus de vingt fois font exclusivement partie du continent américain. Au 19 novembre 2013, des neuf autres membres de la CONMEBOL, seul le Venezuela est devancé par un pays d'une autre confédération au nombre de confrontations avec la Roja, le Mexique. L'équipe d'Espagne, affrontée pour la première fois au mondial 1950, noue des relations privilégiées avec l'équipe du Chili qu'elle rencontre ensuite régulièrement en match amical, cette dernière ne parvenant à la battre qu'au mondial 2014, pour leur onzième rencontre.

Parmi les sélections du reste du monde, les plus rencontrées sont, outre l'Espagne, l'Union soviétique et l'Allemagne[note 4] (sept matchs), l'Angleterre et l'Irlande (six matchs) et la France (cinq matchs)[3].

Rivalités[modifier | modifier le code]

Raúl Toro (Chili) et Lolo Fernández (Pérou).

En football, le rival historique de la Roja est le Pérou, avec lequel les confrontations sont baptisées Clásico del Pacífico[137],[138]. La rivalité entre les deux nations remonte à la guerre du Pacifique. Auparavant, les deux pays avaient été en bons termes, s'alliant mutuellement pendant les guerres d'indépendance en Amérique du Sud et la guerre hispano-sud-américaine. Les différends territoriaux, maritimes et culturels alimentent les tensions depuis la fin de la guerre du Pacifique. Ces querelles historiques et amertumes persistantes conduisent à une grande rivalité sportive entre les deux nations, classée en 2008 parmi les dix plus grandes rivalités de football dans le monde[139].

Le Clásico de Los Andes ou « choc des Andes » est le nom donné à la rivalité entre l'Argentine et le Chili en football. La première confrontation entre ces deux équipes se tient le 27 mai 1910 dans le cadre d'un match amical marquant les débuts de l'équipe du Chili. Adversaire privilégié de la Roja, l'Albiceleste est aussi sa bête noire car en quatre-vingt-quatre rencontres elle ne s'est imposée que six fois.

Records[modifier | modifier le code]

En termes de résultats records, les plus larges victoires du Chili le sont sur le score de 7–0 ; contre le Venezuela à Santiago en Copa América le 29 août 1979 et contre l'Arménie le 5 janvier 1997 à Santiago en match amical.

Sa plus large défaite est enregistrée lors de la Coupe O'Higgins sur le score de 0–7 face au Brésil le 17 septembre 1959 à Rio de Janeiro. Une autre défaite face au Brésil constitue le record de buts lors d'un match de l'équipe du Chili, le 3 janvier 1937 (4–6) en Copa América[3].

Le plus jeune joueur sélectionné en équipe du Chili est l'attaquant Alexis Sánchez, qui foule la pelouse face à la Nouvelle-Zélande le 27 avril 2006 à l'âge de 17 ans et 4 mois. Le joueur le plus âgé est Nelson Tapia qui garde les buts chiliens le 4 septembre 2005 face au Brésil à l'âge de 38 ans et 11 mois.

Classements FIFA[modifier | modifier le code]

Classements FIFA de l'équipe du Chili
Année[note 5] 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement mondial[1] 55 47 36 26 16 16 23 19 39 84 80 74 64 41 45 31 15 15 13 26 15
Classement en Amérique du Sud[1] 6 6 5 4 3 3 4 5 7 9 9 9 7 7 6 5 3 4 4 6 5

Légende du classement mondial :
Légende du classement sud-américain :

  •      de 1 à 19
  •      de 1 à 3
  •      de 20 à 49
  •      de 4 à 6
  •      de 50 à 205
  •      de 7 à 10

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statistiques mises à jour au 15 octobre 2013.
  2. La période correspond aux dates de premier et dernier matchs dirigés.
  3. Bilan mis à jour après le match contre le Brésil du 28 juin 2014.
  4. Allemagne de l'Ouest incluse.
  5. Le classement pris en compte est celui du mois de décembre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Classement mondial », FIFA,‎ 14 août 2014 (consulté le 23 août 2014).
  2. « Sampaoli remplace Borghi », L'Équipe,‎ 22 novembre 2012 (consulté le 8 janvier 2014)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) « Chile - International Results », RSSSF (consulté le 8 janvier 2014)
  4. (en) « Copa Centenario Revolución de Mayo 1910 », RSSSF (consulté le 9 janvier 2014)
  5. (es) ¿Cuándo debutó oficialmente la Roja?, El Mercurio (consulté le 8 janvier 2014)
  6. a, b et c (es) Esteban Bekerman, « El primer partido de la Selección Chilena »,‎ 31 juillet 2009 (consulté le 8 janvier 2014)
  7. (en) « Chile: Full "A" internationals (1910) », IFFHS (consulté le 8 janvier 2014)
  8. « Argentine - Chili », FIFA (consulté le 8 janvier 2014)
  9. (es) « El Café Pacific », El Mercurio,‎ 21 juin 2012 (consulté le 8 janvier 2014)
  10. (es) « La CONMEBOL como institución », CONMEBOL (consulté le 8 janvier 2014)
  11. (en) « Southamerican Championship 1916 », RSSSF (consulté le 9 janvier 2014)
  12. (en) « Southamerican Championship 1926 », RSSSF (consulté le 8 janvier 2014)
  13. a, b, c et d (en) « Copa América Top-Scorers », RSSSF (consulté le 9 janvier 2014)
  14. (es) « David Arellano », DaleAlbo (consulté le 8 janvier 2014)
  15. « Tournoi olympique de football masculin – Chili », FIFA (consulté le 9 janvier 2014)
  16. (en) « IX. Olympiad Amsterdam 1928 Football Tournament », RSSSF (consulté le 9 janvier 2014)
  17. (en) « World Cup 1930 Qualifying », RSSSF (consulté le 9 janvier 2014)
  18. « Ulises Poirier », FIFA (consulté le 9 janvier 2014)
  19. « Colo Colo », FIFA (consulté le 9 janvier 2014)
  20. « Chili - Mexique », FIFA (consulté le 9 janvier 2014)
  21. « Chili - France », FIFA (consulté le 9 janvier 2014)
  22. (en) « World Cup 1930 », RSSSF (consulté le 9 janvier 2014)
  23. « Argentine - Chili », FIFA (consulté le 9 janvier 2014)
  24. (en) « FIFA World Cup™: All-time ranking », FIFA (consulté le 9 janvier 2014)
  25. (en) « Southamerican Championship 1935 », RSSSF (consulté le 10 janvier 2014)
  26. (en) « Southamerican Championship 1937 », RSSSF (consulté le 10 janvier 2014)
  27. (en) « Southamerican Championship 1939 », RSSSF (consulté le 10 janvier 2014)
  28. (en) « Southamerican Championship 1945 », RSSSF (consulté le 10 janvier 2014)
  29. « Roque Máspoli - L'ange gardien de la Celeste », FIFA (consulté le 10 janvier 2014)
  30. (en) « Most matches in the Copa América », RSSSF (consulté le 10 janvier 2014)
  31. « Chili - USA », FIFA (consulté le 11 janvier 2014)
  32. a, b et c (en) « Brazil-Chile matches, 1916-1998 », RSSSF (consulté le 11 janvier 2014)
  33. (en) « I. Panamerican Championship 1952 », RSSSF (consulté le 11 janvier 2014)
  34. (en) « Southamerican Championship 1953 », RSSSF (consulté le 11 janvier 2014)
  35. (en) « World Cup 1954 Qualifying », RSSSF (consulté le 11 janvier 2014)
  36. (en) « Southamerican Championship 1955 », RSSSF (consulté le 11 janvier 2014)
  37. (en) « Southamerican Championship 1956 », RSSSF (consulté le 11 janvier 2014)
  38. (en) « Southamerican Championship 1957 », RSSSF (consulté le 11 janvier 2014)
  39. (en) « Southamerican Championship 1959 (1st Tournament) », RSSSF (consulté le 11 janvier 2014)
  40. a et b (en) « Copa Bernardo O'Higgins », RSSSF (consulté le 11 janvier 2014)
  41. (en) « World Cup 1958 qualifications – Group 11 (1957) », RSSSF (consulté le 11 janvier 2014)
  42. a et b (en) « FIFA World Cup 1962 », Historical Football Kits (consulté le 11 janvier 2014)
  43. a et b (es) Pablo Aro Geraldes, « Carlos Dittborn: "Porque nada tenemos, lo haremos todo" » (consulté le 11 janvier 2014)
  44. (en) « FIFA World Cup™ Host Announcement Decision », FIFA (consulté le 11 janvier 2014)
  45. (es) « El informe de Dittborn que detalla como Chile obtuvo el Mundial del 62 », El Mercurio (consulté le 11 janvier 2014)
  46. (en) « Historic Earthquakes – Chile – 1960 22 May 19:11:14 UTC – Magnitude 9.5: The Largest Earthquake in the World », U.S. Geological Survey (consulté le 11 janvier 2014)
  47. « France – Chili », FFF (consulté le 11 janvier 2014)
  48. « Chili - Suisse », FIFA (consulté le 11 janvier 2014)
  49. « Chili - Italie », FIFA (consulté le 11 janvier 2014)
  50. « Chili - Union soviétique », FIFA (consulté le 11 janvier 2014)
  51. « Brésil - Chili », FIFA (consulté le 11 janvier 2014)
  52. (en) « World Cup 1966 qualifications – Group 11 (1965) », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  53. (en) « Southamerican Championship 1967 », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  54. (en) « World Cup 1970 Qualifying », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  55. (en) « World Cup 1974 qualifications », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  56. (en) « A Brief History of Qualifying 1974-2002 », Planet World Cup (consulté le 12 janvier 2014)
  57. (en) « World Cup 1974 finals », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  58. (en) « Copa América 1975 », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  59. (en) « World Cup 1978 qualifications », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  60. (en) « Copa América 1979 », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  61. (en) « World Cup 1982 qualifications », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  62. « Chili - Autriche », FIFA (consulté le 12 janvier 2014)
  63. « République Fédérale d'Allemagne - Chili », FIFA (consulté le 12 janvier 2014)
  64. « Algérie - Chili », FIFA (consulté le 12 janvier 2014)
  65. (en) « Copa América 1983 », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  66. (en) « World Cup 1986 qualifications », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  67. (en) « Copa América 1987 », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  68. (en) « Copa América 1989 », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  69. (en) « World Cup 1990 qualifications », RSSSF (consulté le 12 janvier 2014)
  70. (en) « Copa América 1991 », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  71. (en) « Copa América 1993 », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  72. (en) « Copa América 1995 », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  73. a et b (en) « World Cup 1998 qualifications – South America », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  74. « Italie - Chili », FIFA (consulté le 13 janvier 2014)
  75. « Chili - Autriche », FIFA (consulté le 13 janvier 2014)
  76. « Chili - Cameroun », FIFA (consulté le 13 janvier 2014)
  77. « Brésil - Chili », FIFA (consulté le 13 janvier 2014)
  78. (en) « Copa América 1999 », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  79. « Tournoi Olympique de Football Sydney 2000 », FIFA (consulté le 13 janvier 2014)
  80. (en) « World Cup 2002 Qualifying », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  81. (en) « Copa América 2001 », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  82. (en) « World Cup 2006 Qualifying », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  83. (en) « Copa América 2004 », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  84. (en) « Copa América 2007 », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  85. (en) « World Cup 2010 Qualifying – South America », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  86. (en) « World Cup 2010 », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  87. (en) « World Cup 2014 Qualifying – South America », RSSSF (consulté le 13 janvier 2014)
  88. (en) « World Cup 2014 », RSSSF (consulté le 30 juillet 2014)
  89. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o (en) « Chile - Record International Players », RSSSF (consulté le 29 juillet 2014)
  90. (es) « Ulises Poirier », Sólo Fútbol (consulté le 13 janvier 2014)
  91. (es) « Guillermo Saavedra », Sólo Fútbol (consulté le 13 janvier 2014)
  92. (es) « Guillermo Subiabre », Sólo Fútbol (consulté le 13 janvier 2014)
  93. (es) « David Arellano », Sólo Fútbol (consulté le 13 janvier 2014)
  94. (es) « Cracks de antaño : Raúl Toro », Fútbol y chutes varios (consulté le 14 janvier 2014)
  95. (es) « Raúl Toro », Sólo Fútbol (consulté le 14 janvier 2014)
  96. (es) « Alfonso Domínguez », Sólo Fútbol (consulté le 14 janvier 2014)
  97. « Sergio Livingstone », FIFA (consulté le 14 janvier 2014)
  98. (es) « Sergio Livingstone », Sólo Fútbol (consulté le 14 janvier 2014)
  99. (es) « Fernando Riera », Sólo Fútbol (consulté le 14 janvier 2014)
  100. « Jorge Robledo », FIFA (consulté le 14 janvier 2014)
  101. (en) « English League Leading Goalscorers », RSSSF (consulté le 14 janvier 2014)
  102. (es) « Jorge Robledo », Sólo Fútbol (consulté le 14 janvier 2014)
  103. (es) « Atilio Cremaschi », Sólo Fútbol (consulté le 14 janvier 2014)
  104. (en) « Chile - List of Topscorers », RSSSF (consulté le 14 janvier 2014)
  105. (es) « Enrique Hormazábal », Sólo Fútbol (consulté le 14 janvier 2014)
  106. (es) « “Cua Cua” Hormazábal », Pepelotas (consulté le 14 janvier 2014)
  107. « Soulier d'or », FIFA (consulté le 14 janvier 2014)
  108. « Leonel Sánchez », FIFA (consulté le 14 janvier 2014)
  109. « 1962, la violence gagne le match », L'Équipe (consulté le 14 janvier 2014)
  110. (en) « Leonel Sánchez - International Appearances », RSSSF (consulté le 14 janvier 2014)
  111. (en) « France Football's World Cup Top-100 1930-1990 », RSSSF (consulté le 14 janvier 2014)
  112. (es) « Eladio Rojas », Sólo Fútbol (consulté le 14 janvier 2014)
  113. (es) « Alberto Fouilloux », Fútbol y chutes varios (consulté le 14 janvier 2014)
  114. (en) « Alberto Fouillioux - International Appearances », RSSSF (consulté le 14 janvier 2014)
  115. « Jaime Ramírez », FIFA (consulté le 14 janvier 2014)
  116. « Rubén Marcos », FIFA (consulté le 14 janvier 2014)
  117. (es) « Elías Figueroa », Sólo Fútbol (consulté le 15 janvier 2014)
  118. « Elías Figueroa », FIFA (consulté le 15 janvier 2014)
  119. (en) « El gran Elías Figueroa en Temuco », La Opiñón (consulté le 15 janvier 2014)
  120. a et b « Figueroa, roi de la surface », FIFA (consulté le 15 janvier 2014)
  121. (en) « A 30 años del adiós de Elías Figueroa », La Tercera (consulté le 15 janvier 2014)
  122. (en) « World Cup 1974 finals – Group A », sur RSSSF (consulté le 16 janvier 2014)
  123. (en) « World Cup 1982 finals – Group B », sur RSSSF (consulté le 16 janvier 2014)
  124. (es) « Colo Colo: 80 años, 80 datos », emol.com (consulté le 16 janvier 2014)
  125. « Alexis Sánchez », FIFA (consulté le 16 janvier 2014)
  126. (es) Leonardo Salazar, « Fútbol y fútbol - DT Chile DT (Entrenadores del seleccionado chileno: 1966-2007) », Fútbol y fútbol (consulté le 16 janvier 2014)
  127. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am et an Edgardo Marín, La Roja de todos (Selección chilena de fútbol 1910-1985), Santiago, Chili, SOEM Service Impresores,‎ 1985, PDF (lire en ligne), p. 14, 17, 20, 23, 36, 41, 45, 54, 58, 60, 63, 66, 70 et 204
  128. « Chile - Argentina 0:3 (0:1) », IFFHS (consulté le 16 janvier 2014)
  129. (es) « Sin permiso para el olvido », El Mercurio (consulté le 16 janvier 2014)
  130. (es) « Aventuras del fútbol chileno, con Carlos Fanta », LaRompieron.cl (consulté le 16 janvier 2014)
  131. a et b (es) « Chile y sus DT », Pepelotas (consulté le 16 janvier 2014)
  132. (es) « Vaccia retorna al fútbol "seducido" por cargo de gerente técnico de Palestino », cooperativa.cl (consulté le 16 janvier 2014)
  133. (es) « Números que pasarán a la historia », El Mercurio (consulté le 16 janvier 2014)
  134. (es) Gilbert J. Sergio, « Un adiós con el sello del "Loco" », El Mercurio (consulté le 16 janvier 2014)
  135. (es) « Claudio Borghi y sus 27 partidos en la Selección Chilena », Redgol (consulté le 16 janvier 2014)
  136. « Portrait du Chili », FIFA (consulté le 16 janvier 2014)
  137. (es) « Hinchas ya viven el clásico del Pacífico en el estadio Nacional », El Mercurio (consulté le 12 janvier 2014)
  138. (es) « El Clásico del Pacífico, la oportunidad perfecta de reivindicación para Chile y Perú », CONMEBOL (consulté le 12 janvier 2014)
  139. (en) Greg Duke, « Top 10 international rivalries », CNN (consulté le 12 janvier 2014)

Sur les autres projets Wikimedia :