Rotterdam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rotterdam (homonymie).
Rotterdam
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
Le pont Érasme sur la Nouvelle Meuse et les gratte-ciels sur l'estacade Wilhelmine
Le pont Érasme sur la Nouvelle Meuse et les gratte-ciels sur l'estacade Wilhelmine
Administration
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Province Hollande-Méridionale
Bourgmestre Ahmed Aboutaleb (PVDA)
Code postal 3000-3099
Indicatif téléphonique international +(31)
Démographie
Gentilé Rotterdamois
Population 618 279 hab. (2013)
Densité 1 936 hab./km2
Population de l'agglomération 1 200 000 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 51° 55′ 00″ N 4° 29′ 00″ E / 51.916667, 4.48333351° 55′ 00″ Nord 4° 29′ 00″ Est / 51.916667, 4.483333  
Superficie 31 935 ha = 319,35 km2
Divers
Surnoms Manhattan-sur-Meuse, Roffa, Rotown
Localisation
Image illustrative de l'article Rotterdam

Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

Voir sur la carte administrative des Pays-Bas
City locator 14.svg
Rotterdam

Géolocalisation sur la carte : Hollande-Méridionale

Voir la carte administrative de la zone Hollande-Méridionale
City locator 14.svg
Rotterdam

Géolocalisation sur la carte : Hollande-Méridionale

Voir la carte topographique de la zone Hollande-Méridionale
City locator 14.svg
Rotterdam
Liens
Site web http://www.rotterdam.nl
Rotterdam-topografie.jpg

Rotterdam est une ville portuaire et commune néerlandaise, située en Hollande-Méridionale. Ses habitants s'appellent les Rotterdamois.

Le 1er janvier 2013, la commune comptait 618 279 habitants (environ 1 200 000 dans l'agglomération). Son agglomération fait partie de la conurbation de la Randstad Holland (7 100 000 habitants entre Amsterdam - Haarlem - La Haye - Dordrecht - Utrecht).

Rotterdam est la seconde ville des Pays-Bas après Amsterdam. Elle représente le cœur industriel des Pays-Bas, et jouit d'une position géographique stratégique, à l'embouchure du Rhin et de la Meuse et proche du pas de Calais séparant Manche et Mer du Nord. Elle est ainsi le débouché économique de toute l'Allemagne de l'ouest, la région la plus dynamique d'Europe.

Son activité est donc principalement maritime, elle possède des infrastructures portuaires sur près de 50 kilomètres. La capacité et la modernité de celles-ci lui permettent le quasi-monopole des arrivées d'hydrocarbures en Europe (Rotterdam et le Havre sont les seuls ports de la côte atlantique à pouvoir accueillir des super tankers pouvant transporter jusqu'à 400 000 tonnes de pétrole) et elle est aussi un point important pour les matières premières et les conteneurs.
Cet ensemble lui a permis de s'affirmer comme le quatrième port mondial (et le premier port européen), malgré la concurrence croissante de Shanghai et Singapour qui l'ont largement dépassé pour le transbordement de conteneurs.

Le port est néanmoins vulnérable à la montée des océans et à d'éventuelles ruptures de digues de polders. Il fait pour cette raison l'objet d'études prospectives approfondies et d'un nouveau Plan Delta dit « Deltawerken 2 »[réf. souhaitée] (le premier ayant fait suite aux inondations des années 1950)

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rotterdam
Westland
Midden-Delfland
Delft
Pijnacker-Nootdorp
Lansingerland
Zuidplas
Schiedam, Flardingue, Maasluis Rotterdam Capelle aan den IJssel
Krimpen aan den IJssel
Spijkenisse
Bernisse
Brielle
Westvoorne
Barendrecht
Albrandswaard
Ridderkerk

Situation[modifier | modifier le code]

La ville est bordée par la Nouvelle Meuse, une branche du delta commun au Rhin via le Lek et à la Meuse via le Merwede et le Noord qui s’unissent en aval de Rotterdam pour déboucher en Mer du Nord via le Nieuwe Waterweg.

Transports[modifier | modifier le code]

Le nouveau bâtiment de la gare centrale

Port[modifier | modifier le code]

Autoroute[modifier | modifier le code]

Train[modifier | modifier le code]

Aéroport[modifier | modifier le code]

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Une vue de Rotterdam au cours des Temps Modernes, vers 1660, avec la tour de l'église Saint-Laurent

Origines[modifier | modifier le code]

Rotterdam trouve ses origines probablement vers le Xe siècle lorsque la ville fut bâtie au niveau le plus bas du cours d'eau Rotte (< Rotta - Rot veut dire boue et A pour eau, c'est donc l'eau boueuse). Vers 1150, le développement de la ville était gêné par les inondations, ce qui amena à la construction des premières digues sur la Rotte dont Schielands Hoge Zeedijk. Un barrage sur la Rotte construit en 1260 serait situé au niveau de l'actuelle rue Haute (Hoogstraat).

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Le 6 juin 1340, Guillaume IV de Hollande accorda à Rotterdam des droits lui conférant le statut de ville. En 1350, le canal Rotterdamse Schie est achevé, ce qui permit à Rotterdam de devenir un des centres pour le commerce naval entre l'Angleterre et l'Allemagne. La ville s'agrandit. Le port grandit lentement mais devint suffisamment important pour être l'une des 6 chambres de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Au XVe siècle, Rotterdam voit naître en son sein, un des plus grands esprits de la Renaissance, Érasme de Rotterdam.

Au milieu du XVIIe siècle, Rotterdam dépasse Middelbourg comme deuxième ville commerciale des Provinces-Unies et plusieurs amiraux morts au combat y sont enterrés comme Witte de With et Kortenaer.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La ville après le bombardement de mai 1940, pendant la seconde Guerre mondiale

1857 : création du zoo de Rotterdam.

1866-1872 : Construction du Nieuwe Waterweg (Nouveau Canal). La population atteint 100 000 habitants.

1872 : Construction du pont Willems, la première liaison nord/sud.

1874 : Construction des égouts et de l'adduction d'eau. Fin des épidémies de choléra.

1880-1900 : Construction des ports ; la population croît rapidement de 160 000 à 315 000 habitants.

1882 : Annexion de la commune de Delfshaven, jusqu'alors constituée comme port d'attache de Delft.

14 mai 1940 : Bombardement de Rotterdam : la ville est bombardée par la Luftwaffe qui détruit totalement le centre-ville. Plus de 800 personnes sont tuées et 80 000 Rotterdamois sont sans abri. Comme pour Le Havre, ce bombardement est souvent donné comme explication à la modernité du port et de la ville qui ont dû être entièrement reconstruits après la Seconde Guerre mondiale.

Rotterdam était l'un des ports de départ des grands transatlantiques, qui embarquaient au Kop van Zuid, quartier en pleine restructuration dans la première moitié des années 2000.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Conseil communal[modifier | modifier le code]

Le conseil commnual (en) de Rotterdam comprend 45 sièges.

Le tableau ci-dessous donne les résultats des élections communales de Rotterdam depuis 1998 :

Parti 4 mars 1998

45 sièges

6 mars 2002

45 sièges

7 mars 2006

45 sièges

3 mars 2010

45 sièges

19 mars 2014

45 sièges

Parti travailliste 15 11 18 14 8
Rotterdam vivable 17 14 14 14
Appel chrétien-démocrate 6 5 3 3 3
Parti socialiste 4 1 3 2 5
Parti populaire libéral et démocrate 9 4 3 4 3
Gauche verte 4 3 2 3 2
Union chrétienne-Parti politique réformé 1 1 1 1 1
Démocrates 66 3 2 1 4 6
Parti de ville Rotterdam 2 1 0
Parti pour les animaux 1
Autres 1 0 0 0 2

Collège du bourgmestre et des échevins[modifier | modifier le code]

Ahmed Aboutaleb, bourgmestre de Rotterdam
Collège du bourgmestre et des échevins
Bourgmestre Ahmed Aboutaleb (PVDA)
Échevins
  1. Joost Eerdmans (Rotterdam vivable).
  2. Hugo De Jonge (CDA).
  3. Pex Langenberg (D66).
  4. Ronald Schneider (Rotterdam vivable).
  5. Maarten Struijvenberg (Rotterdam vivable).
  6. Adriaan Visser (D66).

Partenariats européens et internationaux[modifier | modifier le code]

Villes jumelles[modifier | modifier le code]

Villes partenaires[modifier | modifier le code]

Ports jumelés[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Beurstraverse, la « traverse de la Bourse », centre commercial dans le centre de Rotterdam

Démographie[modifier | modifier le code]

Historique de la population[modifier | modifier le code]

Rotterdam a commencé à devenir une ville d'envergure au début du XVIIe siècle. Sa population a connu une très forte croissance entre 1880 et 1920, passant de 105 000 à 500 000 habitants. Aujourd'hui, Rotterdam est la deuxième ville des Pays-Bas après Amsterdam.

Evolution récente[1]
Commune Agglomération Aire urbaine
1960 729 852 930 095 974 436
1970 686 586 966 615 1 035 692
1980 579 194 904 595 1 023 308
1990 579 179 942 074 1 110 963
2000 592 673 983 137 1 163 205
2009 587 134 989 319 1 174 583

Origines des habitants[modifier | modifier le code]

À l'instar des autres grandes villes néerlandaises, Rotterdam est une ville multiculturelle dont près de la moitié de la population est d'origine étrangère. Cette situation n'est pas sans créer des tensions. Le bourgmestre actuel, Ahmed Aboutaleb, est d'origine marocaine et possède la double nationalité.

Nombre[2] Pourcentage
Autochtones 311 778 53,10
Allochtones occidentaux 61 337 10,45
Union européenne 33 909 5,78
Autres 27 428 4,67
Allochtones non occidentaux 214 046 36,45
Suriname 52 206 8,89
Turquie 46 203 7,87
Maroc 38 158 6,50
Antilles néerlandaises et Aruba 20 261 3,45
Cap-Vert 15 103 2,57
Autres 42 115 7,17

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville compte trois clubs de football professionnels : le Feyenoord qui réside en première division néérlandaise, premier club néerlandais à remporter la Coupe d'Europe des Clubs champions en 1970, le Sparta et l'Excelsior.

Elle accueille chaque année en février un tournoi de tennis classé 500 Series, ainsi que le World Port Tournament dans la Ahoy Rotterdam. Six jours de Rotterdam sont une course cycliste de six jours dans la Ahoy Rotterdam. Un tournoi de baseball international est disputé en été puisque la ville est réputée pour le prestigieux clubs de Neptunus comptant plusieurs sacres européens.

La ville a aussi accueilli le prologue du tour de France 2010.

Rotterdam a été désignée « Capitale Européenne du Sport » pour l'année 2005[3].

Sport[modifier | modifier le code]

Club Sport Ligue Stade/enceinte Date de fondation
Feyenoord Rotterdam football Eredivisie De Kuip 1908
Sparta Rotterdam football Jupiler League Het Kasteel 1888
Excelsior Rotterdam football Jupiler League Stadion Woudestein 1902
Challenge Sports Rotterdam Basket-ball Eredivisie Topsport Centrum Rotterdam 1954
Fusion Rotterdam volley-ball Eredivisie Alexanderhal 1904
VC Nesselande Rotterdam volley-ball Eredivisie Topsport Centrum Rotterdam
Neptunus baseball Honkbal hoofdklasse Familiestadion 1943
HC Rotterdam hockey sur gazon Eredivisie 1925

Économie[modifier | modifier le code]

La ville portuaire de Rotterdam

Le Port de Rotterdam a traité, en 2008, 420 millions de tonnes de marchandises, soit 2,7 % de plus qu'en 2007. Il bénéficie de l'arrière-pays (hinterland) le plus riche du monde, auquel il est relié principalement par les grands fleuves de l'Europe du Nord-Ouest : Rhin, Meuse et Escaut, qui permettent de naviguer dans les Pays-Bas, la Belgique, l'Ouest de l'Allemagne, le Nord-Est de la France, et jusqu'à la Suisse.

Cette situation privilégiée et les fortes sommes investies dans le développement du port l'ont consacré première plate-forme portuaire d'Europe occidentale, et son arrière-pays s'est étendu à toute la région, les autres grands ports étant principalement des ports de redistribution (Hambourg, Amsterdam, Anvers, Bruges-Zeebruges, Dunkerque, et dans une moindre mesure, Le Havre et Londres).

La Betuwelijn, une double voie de chemin de fer entre Rotterdam et la frontière allemande, sur 160 km, a été réalisée. Inaugurée en 2007 par la reine Béatrice, elle est destinée au fret uniquement. Son prolongement jusqu'à Duisburg, deuxième ville de la Ruhr par son importance, est à l'étude.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le port du Waal
L’hôtel de ville de Rotterdam dans la rue Coolsingel

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Article principal : Liste de musées à Rotterdam.

Rotterdam compte de nombreux musées dont :

Musique[modifier | modifier le code]

Rotterdam est le lieu de naissance de la musique gabber. Au début des années 1990, des artistes comme Paul Elstak et Rob Janssen initient au Parkzicht, boîte de nuit de Rotterdam, un son plus « hard » au sein de la scène house. C'est le début de la hardcore house, qui a constitué un des éléments identitaires de la plus forte sous-culture néerlandaise des années 1990-2000, la culture gabber. Plusieurs groupes gabbers se réfèrent explicitement à Rotterdam jusque dans leur nom — Rotterdam Terror Corps, Rotterdam Termination Source — ainsi que de nombreuses pistes musicales gabbers. L'Energiehal, aujourd'hui détruite, accueille de grands événements gabbers, notamment A Nightmare in Rotterdam.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les maisons Cubes de Piet Blom
  • À Rotterdam, on trouve de nombreux éléments d'architecture contemporaine comme les maisons cubes de Piet Blom qui sont associées à la tour de Blaak, surnommée « le Crayon ». Les bombardements allemands du 14 mai 1940 ont amputé Rotterdam de sa cité. Le cœur de l'agglomération souhaitait vraiment revivre et les urbanistes ont multiplié les projets et les réalisations en laissant libre cours à leur imagination. Saturé de béton, le centre s'orienta vers des structures plus gaies : les maisons cubiques (ou « maisons arbres ») de Piet Blom en sont un exemple.

Médias[modifier | modifier le code]

  • Algemeen Dagblad (« journal quotidien principal »), le journal de Rotterdam et Pays-Bas

Évènements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://statline.cbs.nl/statweb/
  2. http://rotterdam.buurtmonitor.nl/
  3. (en) « European Capitals of Sport List », sur European Capitals of Sport Association (consulté le 1er juillet 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Monographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Mandoul, Sophie Rousseau, Rotterdam, Cité de l'architecture et du patrimoine, Paris, 2009, 72p. ISBN 978-2-916183-17-6

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]