FC Schalke 04

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 33′ 33″ N 7° 03′ 46″ E / 51.5591, 7.06272

Schalke 04

Logo du Schalke 04
Généralités
Nom complet Fußball-Club Gelsenkirchen-Schalke 04 e.V.
Surnoms Die Königsblauen, Die Knappen
Fondation 4 mai 1904 (110 ans)
Couleurs bleu et blanc
Stade Veltins-Arena
(61 673 places)
Siège Ernst-Kuzorra-Weg 1
45891 Gelsenkirchen
Championnat actuel 1. Bundesliga
Président Drapeau : Allemagne Clemens Tönnies
Entraîneur Drapeau : Allemagne Jens Keller
Joueur le plus capé Drapeau : Allemagne Norbert Nigbur (363)
Meilleur buteur Drapeau : Pays-Bas Klaas-Jan Huntelaar (91)
Site web www.schalke04.de
Palmarès principal
National[1] Championnat d’Allemagne (7)
Coupe d'Allemagne (5)
Supercoupe d'Allemagne (1)
Coupe de la Ligue allemande (1)
International[1] Coupe UEFA (1)
Coupe Intertoto (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat d'Allemagne de football 2013-2014
0
Le bureau de Schalke 04

Le Fußball-Club Gelsenkirchen-Schalke 04 e.V. abrégé plus couramment en FC Schalke 04, est un club allemand omnisports basé à Gelsenkirchen en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans le quartier de Schalke, et fondé le 4 avril 1904.

Avec plus de 107 000 membres (recensé en février 2012) le club est le deuxième plus grand en Allemagne avec des sections en basket-ball, tennis de Table, handball et athlétisme. La section football est de loin la plus connue, l'équipe évoluant en première division allemande, la Bundesliga.

Le club entretient une très grande rivalité avec les clubs du Borussia Dortmund et du VfL Bochum.

Historique[modifier | modifier le code]

Dates marquantes[modifier | modifier le code]

  • 1904 : fondation du club sous le nom de SC Westfalia 04 Schalke
  • 1912 : absorption du TV 1877 Schalke
  • 1913 : scission du SC Westfalia 04 Schalke
  • 1919 : fusion avec le TV 1877 Schalke en TuS 1877 Schalke
  • 1924 : le club est renommé FC Schalke 04
  • 1929 : le club est renommé FC Gelsenkirchen-Schalke 04
  • 1958 : 1re participation à une Coupe d'Europe (C1, saison 1958/59)
  • 2006 : le nouveau stade Veltins-Arena accueille des matches de la coupe du monde
  • 2007 : Gazprom devient le nouveau sponsor du club (contrat estimé entre 65 et 120 millions d'euros sur cinq ans)
  • 2011 : le club atteint pour la première fois de son histoire les demi-finales de la Ligue des champions

Les premières années (1904-1924)[modifier | modifier le code]

Le club est fondé le 4 mai 1904 sous la désignation Westphalia Schalke par un groupe de lycéens et arbore pour la première fois des couleurs jaunes et rouges, tout en étant contraint d’évoluer dans une ligue amateur, le club n’étant pas reconnu officiellement. Après plusieurs tentatives ayant échoué le club doit fusionner avec un club de gymnastique, le Schalker Turnverein 1877 en 1912 pour y parvenir.

En 1924 l’association prend fin avec le gymnase et le club prend enfin son nom définitif de FC Schalke 04 et évolue en bleu et blanc, tenue qui leur vaut le surnom de Königsblauen (bleu roi), patronyme qui leur est encore resté aujourd’hui.

La montée en puissance (1924-1939)[modifier | modifier le code]

Le club de plus en plus populaire bâtit un nouveau stade, le Glückauf-Kampfbahn en 1928 et remporte son premier championnat d’Allemagne l’année suivante. Toutefois l’année suivante le club est déclassé, car accusé de donner des salaires trop élevés à ses joueurs pour un club amateur. La sanction n’aura que peu d’influence sur la popularité du club.

À la suite de la réorganisation du football allemand sous l’Allemagne nazie, Schalke est versé dans la Gauliga Westfalen, une ligue spéciale pour les clubs les plus performants. Le club de la Ruhr y confirmera sa montée en puissance. De 1933 à 1942, Schalke dispute 14 des 18 finales du championnat et 8 dans le Tschammerpokal, prédécesseur de la coupe d’Allemagne.

Pendant douze ans, le club règne sans partage, réussissant à gagner 162 de ses 189 matches, faisant match nul à six reprises et ne perdant que deux fois. De 1935 à 1939, le club ne perd pas un seul match de championnat. La domination exemplaire du club lui vaut d’être supporté pour la propagande du régime nazi comme un exemple de la « nouvelle Allemagne ». Toutefois le club doit beaucoup cette période faste à de nombreux joueurs fils d’immigrés polonais, comme Fritz Szepan et Ernst Kuzorra.

Durant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L’après-guerre (1945-1958)[modifier | modifier le code]

Dans le chaos de l’Allemagne d’après-guerre, Schalke disputa deux matches en 1945. Progressivement l’équipe se réorganise et continue sur sa lancée après un passage à vide. Il termine troisième en 1954 après un sprint final serré. L’année suivante il est battu en finale de la coupe. Enfin en 1958 Schalke remporte face au SV Hambourg (3-0) le titre de champion. À ce jour il s’agit de son dernier titre, même si le club frôlera de peu le sacre suprême en 2001 et en 2006.

L’entrée en Bundesliga (1958-1972)[modifier | modifier le code]

Les bons résultats de Schalke lui valent d’être admis dans la nouvelle ligue de football Bundesliga créée en 1963. Toutefois les débuts sont très difficiles. En 1965 le club n’échappe à la relégation que par l’extension à dix-huit équipes du championnat, contre seize précédemment.

Le scandale de 1971

En 1971, un séisme frappe le football allemand, Schalke étant en plein dans la tourmente. Certains joueurs et dirigeants du club sont en effet accusés d’avoir encaissé des « dessous de table » pour perdre volontairement contre Arminia Bielefeld. Plusieurs joueurs seront ainsi radiés à vie, y compris certains évoluant dans l’équipe nationale de l’époque.

Néanmoins le club se redresse progressivement, ne cédant le titre en 1972 au Bayern Munich qu’en toute fin de parcours. Schalke se console toutefois en remportant la coupe nationale cette année-là.

Crise et rétablissement (1972-1997)[modifier | modifier le code]

Rudi Assauer

En 1974, le club déménage au Park Stadion spécialement construit pour la Coupe du Monde. En 1977, Schalke termine deuxième tout juste à un point du Borussia Mönchengladbach. En 1980 le club connaît une année désastreuse et se voit relégué en deuxième division pour la saison 1981-1982 et encore en 1983-1984 où il réintègre l’élite du football allemand, pour replonger en 1988 à l’échelon inférieur avant de revenir en Bundesliga 1 pour la saison 1991-1992.

Au tournant du siècle le club subit une transformation complète, passant du statut de club moyen à celui de véritable grande puissance du football allemand. Cette transformation est principalement due à son manager de l’époque, Rudi Assauer, homme d’affaires redoutable. Point d’orgue, la victoire en Coupe de l’UEFA face à l’Inter de Milan après une séance de tirs au but. Le club décolle médiatiquement et financièrement.

Espoirs déçus (1997-2007)[modifier | modifier le code]

Bien que le club soit devenu très rentable et une équipe de pointe sous l’impulsion de Rudi Assauer, Schalke court désespérément après un titre de champion depuis 1958. Le club le frôle de près en 2001, lorsqu'il est en tête du championnat devant le Bayern Munich lors de la dernière journée. De son côté Schalke semblait avoir fait l’essentiel en battant Unterhaching au cours d’un match électrique, le club étant au départ mené 0 – 2 avant de s’imposer 5 – 3. Toutefois entre-temps, le Bayern Munich alors à égalité avec Hambourg parvient à marquer dans les derniers instants du match, arrachant la victoire et le titre.

En 2006-2007, le Bayern Munich passe complètement à côté de sa saison, tout comme le grand rival du Borussia Dortmund. Schalke qui effectue un mauvais départ reprend la tête du championnat et semble batailler avec Werder Brême pour le titre. Ce dernier finit toutefois par s’essouffler en fin de parcours et laisse Schalke 04 filer vers le titre tant convoité. Mais là encore Schalke s’écroule dans la dernière ligne droite. Invité surprise, le VfB Stuttgart revient dans la course, prend la deuxième place et suit Schalke de près. Il ne reste plus que quatre matches et Schalke semble avoir une fin de calendrier assez facile. Toutefois à la surprise générale les hommes de Mirko Slomka (nommé entraîneur en janvier 2006) s’inclinent contre le modeste VfL Bochum. Schalke conserve la tête pour un point alors qu’il ne reste plus que deux journées à disputer, dont une contre le Borussia Dortmund. Les Königsblauen apparaissent néanmoins confiants. Le 12 mai, Schalke s’incline 2–0, Frei puis Smolarek trouvant la faille dans une défense des visiteurs trop fébriles, les deux buts étant systématiquement inscrits à la suite d'une perte de balle. De son côté Stuttgart ne laisse pas passer sa chance, prenant la tête à la suite d'une victoire ce week-end. Au coup de sifflet final, les joueurs de Schalke sont aussi effondrés que leurs supporters. Ils abandonnent en effet la tête à Stuttgart qui les devance de deux points, leur dernier espoir reposant sur une victoire indispensable contre Arminia Bielefeld et une défaite du leader contre le modeste Energie Cottbus. Schalke l’emportera mais ce ne sera pas suffisant, Stuttgart gagnant son match et conservant sa place de leader et de nouveau champion.

Toutefois Schalke 04 obtient grâce à sa seconde place sa qualification pour la Ligue des champions.

Retour en C1 et résultats variables (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

Saison 2007-2008[modifier | modifier le code]

La saison 2007-2008 est avant tout celle du retour en Ligue des Champions. Toutefois le club de la Rühr n'est pas gâté par son tirage. Son groupe B compte ainsi en plus de lui, le Chelsea FC, le CF Valence et le BK Rosenborg. Toutefois, le club espagnol est alors en grande difficulté et Chelsea commet un faux pas lors de son match initial face aux Norvégiens, et Schalke, retranché derrière une défense de fer, arrache son billet pour les huitièmes de finale après un véritable parcours du combattant. Six matches: deux victoires, deux nuls et deux défaites. Les huitièmes de finales disputées contre les Portugais du FC Porto seront également des plus laborieux. S'imposant 1-0 à l'aller, les Allemands ne l'emporteront qu'aux tirs aux buts au Portugal. Une victoire et une qualification qui tient plus aux parades exceptionnelles réalisées par Manuel Neuer tant les hommes de Slomka seront dominés tout le long du match retour. Pour les quarts de finale contre Barcelone il n'y aura toutefois pas de miracle : défaites 1-0 à l'aller et au retour. Un parcours finalement satisfaisant dans les faits (c'est la première fois de son histoire que Schalke atteint ce stade de la compétition), même si le bilan chiffré est plutôt famélique. En dix matches, les Königsblauen ont gagné seulement quatre fois, (deux fois contre Rosenborg et deux fois contre Porto si l'on tient compte de la victoire aux tirs aux buts) et inscrit 6 buts pour 6 encaissés.

En championnat le parcours est assez nuancé. Il y aura des moments de grâce (victoires 4-1 et 3-2 contre le Borussia Dortmund, l'ennemi héréditaire de Schalke), le carton (victoire 5-0, avec un quadruplé de Kuranyi) contre l'Énergie Cottbus, mais aussi des bas, comme la correction subie à Brême (défaite 1-5), ou l'inexplicable couac contre Cottbus lors de la première moitié de saison (défaite 0-1). Le tout sur fond de polémique sur le choix d'un nouvel entraîneur de meilleur standing que Mirko Slomka. Néanmoins Schalke 04 accroche la troisième place finale, lui permettant de disputer la phase préliminaire de la Ligue des Champions 2008-2009. Enfin, financièrement, la saison fut un excellent cru pour le club, avec une explosion des ventes de produits à l'effigie du club (+ 40 % de vente en plus), et de plantureux résultats financiers.

Saison 2008-2009[modifier | modifier le code]

Tenant compte des critiques portant sur la faiblesse de l'effectif, les dirigeants se sont lancés dans un mercato particulièrement actif dès la fin de la saison. Ainsi le défenseur roumain du FC Shakhtar Donetsk, Razvan Rat, a été évoqué comme possible futur joueur de Schalke 04. Toutefois le Roumain prolongea finalement son contrat avec le club ukrainien, mettant un terme aux rumeurs. En revanche les venues de l'attaquant péruvien Jefferson Farfan (PSV Eindhoven) et du Hollandais Orlando Engelaar sont bien réelles. L'équipe ainsi renforcée débute bien sa présaison, avec notamment une victoire 1-0 face aux Glasgow Rangers lors d'un match amical. Le club a également remporté son match aller face à l'Atletico Madrid 1-0 pour la qualification en Ligue des Champions. Toutefois le match-retour tourne au désastre avec une défaite 4-0, avec notamment un but concédé sur penalty et l'exclusion de Christian Pander. Dès lors Schalke 04 devra poursuivre sa route européenne en Coupe de l'UEFA où il affrontera le Apoel Nicosie. Après s'être qualifié pour la phase de groupe, Schalke est stoppé. Il termine bon dernier de sa poule avec une seule victoire face au Paris Saint-Germain (3-1), un nul contre Santander et deux défaite, contre Manchester City (0-2) et le FC Twente sur le même score. En championnat la saison tourne aussi vite au cauchemar. Malgré une bonne entame (victoire 3-0 sur Hanovre la première journée), Schalke s'effondre vite. Malgré quelques sursauts, le club patine et s'enfonce au classement. À la trêve hivernale du mois de décembre, Schalke 04 occupe une modeste huitième place.

En fait le club est en pleine réorganisation liée au changement d'entraîneur : Fred Rutten faisant le ménage dans l'effectif avec les départs de Lovenkrands, Larsen, Zé Robert II, Varela, … De même un nouveau système de jeu davantage tournée sur l'offensive avec en général trois attaquants alignés (là où avant Schalke 04 était plutôt une équipe défensive) pose des problèmes de mise au point, le nouvel entraîneur peinant à trouver un équilibre entre attaque et défense. En plus de difficultés sportives, le club est agité par des problèmes internes avec le licenciement de plusieurs membres du staff technique comme le nutritionniste et le kinésithérapeute du club. En mars 2009 c'est au tours du manager, Andreas Muller, d'être remercié. Le 26 mars 2009, l'entraîneur Fred Rutten, est à son tour limogé.

Dès le licenciement de Fred Rutten, les dirigeants du club se mettent en quête d'un nouvel entraîneur pour la prochaine saison. C'est finalement Félix Magath qui est choisi, celui qui après deux saisons chez les « Loups » a permis au VFL Wolfsburg de devenir champion à la suite d'un parcours exceptionnel. Le nouvel entraîneur s'était mis en quête d'un nouvel employeur à la suite de l'impossibilité pour Wolfsburg de lui accorder la revalorisation salariale qu'il demandait et Schalke 04 ayant les reins plus solides (son budget pour la saison est d'environ 136 millions d'euros) a saisi l'aubaine. En plus d'un salaire plus attractif, Magath cumule les casquettes d'entraîneur, de directeur sportif et de directeur général. La préparation de la saison débuta par une intense mise en condition physique des joueurs, une méthode typique de Magath qui accorde beaucoup d'importance au physique de ses joueurs. Réaliste, Magath déclara que ramener le titre à Gelsenkirchen serait « la mission la plus difficile de sa carrière » et que le club était sportivement dans un « piètre état ».

Saison 2009-2010[modifier | modifier le code]

Le mercato d'avant-saison se signala par le départ de Orlando Engellar qui n'avait jamais réussi à s'adapter au jeu de Schalke 04 et par la venue de jeunes joueurs prometteurs tels que Lewis Holtby et la titularisation de plus en plus fréquente du jeune géorgien Levan Kenia. Certains joueurs sont également recadrés par le nouvel homme fort du club : Kevin Kuranyi est un temps menacé d'être envoyé dans l'équipe B et le médian Albert Streit est exclu momentanément de l'équipe pour manque de discipline. Le système de jeu est remanié et Schalke 04 qui évoluait sous Rutten en 4-4-3 repasse en un classique 4-4-2. La saison débute sur une victoire poussive sur le promu du FC Nuremberg (1-2) qui fera dire à Felix Magath que si le club continuait à jouer comme ça, il ne finirait pas parmi les cinq premiers. L'un des premiers moments forts de la saison est la victoire des Bleus roi contre le Borussia Dortmund (1-0) le 26 septembre 2009 grâce à un but de Jefferson Farfan. S'ajoute également un match nul contre Hambourg : 3-3 à la Veltins Arena le 25 octobre 2009. Le Schalke 04 sera un temps mené 0-2 avant que Kuranyi puis le jeune Schmitz n'égalisent. Hambourg reprendra le dessus avec Berg (2-3) mais Kuranyi, à nouveau, inscrit un but dans les dernières minutes du matche permettant à Schalke 04 de tenir le club hanséatique en échec. Le 12 décembre 2009, Schalke s'impose 2-0 face au Werder Brême, prenant ainsi la deuxième place du championnat. La seconde moitié de la saison voit Schalke se battre pour le titre contre le Bayern Munich puisque le Bayer Leverkusen, jusque-là impeccable leader du championnat commence à s'essouffler avant de céder les commandes de la Bundesliga au Bayern Munich suivi par Schalke 04. Néanmoins le club munichois réalise la fin de saison parfaite alors que Schalke pèche par son irrégularité, alternant les performances de haut-vols (victoire contre Dortmund le 26 février, contre Stuttgart le 12 mars ou contre le Bayer Leverkusen le 27 mars) mais s'avère insuffisant contre le Bayern Munich le 3 avril, défaite qui sera suivie d'une autre déconvenue, inattendue, contre Hanovre 96, équipe jusque-là moribonde sur le score de 4-2. Une défaite lors de l'avant-dernière journée contre Brême (0-2) offre finalement le titre au Bayern Munich qui ne peut plus être rejoint.

Saison 2010-2011[modifier | modifier le code]

Dès la fin de la saison 2009-2010, Felix Magath poursuit son travail de recrutement commencé lors de son arrivée à Schalke 04 et a fait notamment de Michael Ballack (FC Chelsea) et de Christophe Metzelder (Real Madrid) des priorités pour son équipe en vue de la prochaine saison. Enfin, l'attaquant Kevin Kuranyi met fin à des semaines de spéculations sur son avenir en annonçant son départ pour le Dynamo Moscou, en Russie. Le recrutement de la saison 2010-2011, commence par le transfert du symbole madrilène, Raúl González en fin de cycle avec le club de la capitale espagnole. L'attaquant espagnol constituera donc l'attaque du club avec Jefferson Farfan, le néerlandais provenant du milan AC arrivé vers la fin du marché des transferts Jaan Huntelaar le brésilien Edu, transféré la saison passée des Suwon Bluewings (Corée du Sud). En défense Schalke 04 semble s'être déforcé, perdant Heiko Westermann qui signe à Hambourg pour 5 saisons et l'arrière droit Rafinha qui rejoint Gênes en Série A italienne. Malgré tout Schalke enregistre l'arrivée de Christoph Metzelder qui fut longtemps proche d'un accord avec Wolfsburg avant de signer à Gelsenkirchen, rejoignant ainsi Raúl González qui fut également son équipier au Real Madrid. Et l'international japonais Atsuto Uchida débarque de Kashima Antlers pour occuper le côté droit de la défense.

Annoncé comme prétendant au titre suprême, Schalke 04 entame néanmoins sa saison par une défaite face à Hambourg, autre grosse cylindrée de la Bundesliga. Si le score n'a rien de sévère (1-2) le jeu proposé par le club commence déjà à poser question de par son manque flagrant d'automatismes et d'efficacité. Une semaine plus tard Schalke s'incline (1-2) de nouveau, cette fois contre Hanovre 96 qui, pourtant, l'année précédente, avait dû batailler ferme pour éviter la relégation. Le profond remaniement de l'équipe par Felix Magath commence d'ores et déjà à poser question de par sa complexité et son côté radical. Troisième défaite en trois matche contre Hoffenheim (0-2) quinze jours plus tard, le plus mauvais début en championnat pour le club depuis des décennies. Le 14 septembre c'est un club malade qui se présente à Gerland pour affronter l'Olympique Lyonnais dans le cadre de la phase de groupe de la Ligue des Champions. Vite réduit à dix après l'exclusion de Benedikt Howedes, Schalke 04 s'incline (0-1) sans jamais avoir été en mesure d'inquiéter le club français. Cinq jours plus tard, dans le derby de la Ruhr, le Borussia Dortmund en plein renouveau ne fait qu'une bouchée de Schalke (défaite 1-3) qui se retrouve bon dernier du championnat. Les hommes de Magath relèvent la tête contre Fribourg en enregistrant leur première victoire (1-0) mais retombent dans leurs travers contre Monchengladbach (2-2) avant de « renouer » avec la défaite face à Nuremberg (1-2). En Ligue des Champions contre Benfica pour son deuxième matche de groupe, Schalke 04 crée la surprise en s'imposant (2-0) face au club de Lisbonne avant d'enchaîner avec un nul blanc contre Hapoel Tel-Aviv. Le club finit néanmoins sa phase retour de poules de la Ligue des Champions en boulet de canon avec une victoire 3-0 sur Lyon et s'impose pour son dernier matche 2-1 contre Benfica, se qualifiant ainsi pour les huitièmes de finales de la compétition.

En championnat le parcours reste chaotique et particulièrement inconstant. Schalke 04 terrasse un Werder Brême en difficulté (4-0) et enchaîne en battant sèchement Lyon(3-0) en match retour de la Ligue des Champions (s'assurant ainsi la première place de leur poule) avant d'être corrigé par le modeste promu Kaiserslautern (0-5) le 27 novembre, soit tout juste une semaine plus tard. À la suite de cette débâcle Félix Magath est convoqué par la direction du club pour un long entretien. L'entraîneur est confirmé dans ses fonctions mais la pression se fait plus forte, pour la première fois un limogeage du nouvel homme fort de Gelsenkirchen ayant été évoqué dans la presse allemande. Le prochain matche, contre le Bayern Munich, bien que malade, pourrait bien décider de l'avenir de Magath à la tête du club. Malgré la tension les joueurs de Schalke 04 remportent leur duel (2-0) contre le géant munichois grâce à des buts de Jurado (58') et Howedes (67'). Malgré ce sursaut indispensable Schalke 04 pointe toujours à la dixième place du classement général.

Les huitièmes de finale de la Ligue des Champions voient Schalke 04 affronter l'équipe espagnole du FC Valence. Le match aller se déroule à Mestalla, antre des Chés et voit les bleus et blancs faire de la résistance, parfois avec chance et surtout grâce à un grand Manuel Neuer, face aux assauts répétés des locaux. L'équipe valencienne ouvrira toutefois le score en première période avant que sur l'une des rares offensives allemande, Raúl González ne trouve la faille et offre un précieux match nul 1 à 1 à Schalke 04. Le match retour au Veltins Arena dans une superbe ambiance démarrera très mal puisque c'est une nouvelle fois Valence qui ouvrira le score mais les allemands réagiront avec brio entre autres grâce à un coup franc lumineux de Jefferson Farfan, grand artisan de ce qui sera une nouvelle victoire des Konigsblau en ligue des champions, 3 à 1, et synonyme de qualification pour les quarts de finale. Malgré cette qualification Felix Magath est remercié par le club, les bons résultats européens ne compensant pas le championnat décevant.

Le 5 avril 2011, Schalke 04 crée l'exploit contre le champion d'Europe, l'Inter de Milan, en s'imposant à San Siro 5-2. Le match était très mal engagé pour Schalke car dès la 1re minute de jeu Dejan Stanković lobe Neuer d'une magnifique reprise de volée du milieu de terrain et ouvre la marque. Schalke 04 égalise toutefois sur un corner grâce à Joel Matip (17'). Malheureusement Diego Milito fusille Neuer sur une reprise de l'intérieur du pied (34') et reprend l'avantage. Schalke 04 continue toutefois à se battre et égalise par Edu (40'). En deuxième période Raúl González à la suite d'un joli contrôle en pivot marque un but pour Schalke qui prend pour la première fois du match l'avantage (53') puis creusera l'écart sur une erreur du défenseurAndrea Ranocchia qui envoie par accident le ballon dans ses filets (57'), le match tournant ensuite au cauchemar pour l'Inter de Milan. Christian Chivu est ensuite expulsé (61') laissant son équipe à dix et Schalke 04 confirme sa domination en inscrivant le cinquième but via Edu (75'). Schalke 04 s'assure quasiment une place en demi-finale puisque le club milanais devra s'imposer au moins 4-0 au match retour pour combler son retard. Le 13 avril 2011, Schalke 04 s'impose 2-1 sur sa pelouse contre l'Inter de Milan. En demi-finale, Manchester United élimine Schalke 04 en battant le club 2-0 au stade de Gelsenkirchen, puis 4-1 à Old Trafford. En championnat Schalke 04 termine sa saison a une très mauvaise quatorzième place, la venue de Ralf Rangnick n'ayant pu empêcher la dégringolade du club.

Néanmoins Schalke 04 sauve son année en Coupe d'Allemagne en remportant la compétition au stade olympique de Berlin le 21 mai 2011 face au MSV Duisbourg. Les hommes de Rangnick mettent d'entrée de jeu la pression sur leur adversaire et, après une première occasion de la tête, Julian Draxler expédie un missile dans les buts de Duisbourg à la 18e minute (0-1). À peine quatre minutes plus tard Huntelaar bien servi par Farfan prolonge le ballon dans les filets adverses (0-2, 22e minute) et à la 42e, Howedes, sur corner, saute plus haut que Yelledell, le gardien de Duisbourg, et propulse le cuir dans les cages adverses (0-3, 42e minute). Le score à la mi-temps est déjà sans appel et Schalke 04 n'a pas vraiment été inquiété jusque-là. Dès la reprise Jurado passe tout juste à côté du quatrième but qui ne tardera pas à arriver. Servit par Huntelaar, Jurado glisse le ballon juste à côté des jambes de Yelledell pour le 0-4 (55e minute). Huntelaar, encore lui, réceptionne le cuir à la suite d'un cafouillage dans la défense de Duisbourg et inscrit le cinquième et dernier but de la soirée : 0-5 à la 70e. Schalke 04 remporte la Coupe d'Allemagne pour la première fois depuis 2002 et se qualifie du même coup pour la Ligue Europa.

Saison 2011-2012[modifier | modifier le code]

La saison 2011-2012 est en revanche bien plus réussie puisque Schalke dispute la troisième place de la Bundesliga au Borussia Monchengladbach et qui est qualificative directement pour la Ligue des Champions. Lors de la 28e journée Schalke lâche un peu de lest en concédant le nul sur la pelouse du TSG Hoffenheim (1-1) mais Monchengladbach ayant été défait la veille à Hanovre (2-1), le club conserve 3 points d'avance sur son rival direct. Schalke 04 assure définitivement sa troisième place lors de la 33e journée de Bundesliga en disposant facilement (4-0) d'un Hertha Berlin quasi condamné à la relégation. Lors de cette rencontre, Huntelaar inscrit un doublé ce qui lui permet de prendre la tête du classement des buteurs (avec 27 réalisations) tandis que Raul et Holtby complètent le tableau. Pour la dernière journée de la saison 2011-2012, Schalke 04 s'impose dans le stade du Werder Brême (3-2). En marquant le deuxième et le troisième but de son équipe, Klaas-Jan Huntelaar finit Torschützenkönig, c'est-à-dire meilleur buteur du championnat avec 29 buts, son concurrent direct Mario Gomez du Bayern Munich étant demeuré muet cette trente-quatrième journée et reste ainsi à 26 réalisations.

Un évènement particulièrement notable est le départ annoncé de Raul, arrivé au terme de son contrat de deux ans. L'Espagnol quitte finalement Schalke 04 pour le club qatari d’Al-Ahly où il a signé pour quatre ans. Arrivé également en fin de contrat, le Péruvien Jefferson Farfan était annoncé comme quittant le club. Il posait en effet, comme condition pour rempiler, une prime à la signature de 14 millions d'euros. Finalement il acceptera la proposition du manageur du club, à savoir un salaire annuel de 6 millions d'euros par saison, son contrat étant prolongé jusqu'en 2016. L'international péruvien assura que son club était « plus attractif que la Juventus. La majorité des stades italiens sont vides. La Juventus est championne d'Italie, c'est une très bonne équipe mais le football pratiqué n'est pas le même », a-t-il dévoilé au magazine Sport Bild. De son côté, le gardien Timo Hilldebrand prolonge son bail à Schalke 04 jusqu'en 2014. Il était arrivé en octobre 2011en remplacement de Ralf Färhmann, blessé pour une longue période. « Timo nous a sorti des problèmes cette saison et nous lui en sommes reconnaissants. Il a prouvé qu'on pouvait compter sur lui », déclarera le manager du club.

En Ligue Europa, Schalke est versé dans le groupe J avec le FC Steaua Bucureşti, le Maccabi Haifa FC et l'AEK Larnaca FC. Sans surprise, le club termine à la première place de la phase de poule (14 points, 4 victoires, 2 matches nuls et invaincu) et se qualifie pour les huitièmes de finale où Schalke 04 affronte les Néerlandais du FC Twente. Le premier huitième se déroule le 8 mars aux Pays-Bas. Le matche jusque-là en faveur des Allemands bascule à la 61e minute lorsque Joel Matip est expulsé pour une faute inexistante commise dans le rectangle, De Jong se chargeant de convertir le penalty (1-0). Le score ne bougera plus. Au retour toutefois Schalke 04 joue devant son public à l'Arena auf Schalke et se sublime. Le FC Twente prend l'avantage dès la 14e minute par Janssen mais Schalke 04 ne perd pas son sang-froid et déroule : Huntelaar inscrit un triplé et Jones parachève le travail, victoire 4-1, le score cumulé étant de 4-2 en faveur de Schalke 04 qui passe donc en quart de finale.

Pour ce quart, Schalke 04 doit affronter le club basque de l'Athletic Bilbao, d'abord à domicile puis en Espagne pour le match retour. Le 28 mars 2012 les deux équipes s'affrontent lors d'un match très engagé et animé. Si Schalke se montre d'abord le plus entreprenant c'est Bilbao qui ouvre le score à la 20e minute avec Llorente qui reprend un ballon mal négocié par Hilldebrand. Raul égalise quelques instants plus tard (22e) et permet même aux siens de passer devant à la 59e (2-1) mais l'Athletico va continuer à pousser et Schalke 04, très offensif, laisse des espaces derrière dont profitent les Espagnols. Llorente remet les deux équipes à égalité à la 73e sur un coup de pied arrêté parfaitement tiré. De Marcos va lui tromper Mathias Schober (qui est monté au jeu remplacer Hilldebrand, blessé) pour donner l'avantage au sien (2-3) avant que Muniain, en toute fin de match (93e), n'assomme définitivement Schalke 04 (2-4). Le match retour le 5 avril se solde par un nul, 2-2, mettant un terme au parcours de Schalke 04 dans cette Ligue Europa 2012.

Saison 2012-2013[modifier | modifier le code]

L'intersaison qui précède l'exercice 2012-2013 voit l'international japonais Atsuto Uchida prolonger son contrat à Schalke 04 jusqu'au 30 juin 2015, le gardien Lars Unnerstall ayant fait de même peu avant. D'une manière générale le club connaît toutefois pas mal de mouvements au sein de son effectif : Alexander Baumjohann rompt son contrat et rejoint Kaiserslautern en seconde division, Anthony Annan part dans le championnat espagnol où il portera les couleurs du C.A. Osasuna dans le cadre d'un prêt, Edu est prêté à Greuther Fürth jusque fin 2012… Au niveau des arrivés Schalke 04 se distingue surtout par sa recrue hollandaise Ibrahim Afellay. Le milieu de terrain est prêté par le F.C. Barcelone.

En championnat d'Allemagne le club faisait sa rentrée le 26 août en se déplaçant à Hanovre 96, une équipe toujours difficile à manœuvrer, surtout lorsqu'elle évolue à domicile. Le club hanséatique confirme sa réputation en contraignant Schalke 04 au partage (2-2) après avoir ouvert la marque à la 43e par Felipe (1-0). Les Konigsblauen réagissent par l'entremise d'Huntelaar et d'Holtby, reprenant l'avantage, mais Nikci force l'égalisation à la 80e. Le deuxième match de la saison se déroule à domicile contre le promu Augsburg qui ne peut que subir le jeu de Schalke 04 : Papadopoulos (33e), Jones (46e) et Huntelaar (72e) donnent au matche une allure de punition (3-0) avant qu'Oehrl ne réduise la marque (3-1), donnant au score son aspect final. Le troisième match de la saison est joué contre le promu de Greuther Fürth et devant Henry Kissinger, ancien secrétaire d’État sous Nixon et natif de la ville. Julian Draxler ouvre la marque en début de seconde période (0-1), Lewis Holtby finissant le travail (0-2). Le 20 octobre est un jour très particulier : celui du fameux Derby de la Ruhr, Schalke 04 se déplaçant au Borussia Dortmund. Un derby que Schalke 04 n'est plus parvenu à remporter depuis les deux ans que le BVB survole la Bundesliga avec deux titres de champion. Toutefois Ibrahim Afellay donne très vite l'avantage aux siens, dès la 14e minute, et place Schalke aux commandes (0-1). Marco Hoger double la mise (0-2) dès le retour des vestiaires (48e) et assoit la domination des visiteurs. Mais le Borussia Dortmund reste dangereux et Robert Lewandowski replace les jaunes et noirs dans la course (1-2). La fin de match est serrée et nerveuse mais Schalke 04 tient le choc et s'impose par le plus petit écart.

Après cette entame de championnat plus que satisfaisante, Schalke 04 commence à fléchir. Le club de la Ruhr multiplie les contre-performances, passant de la 2e à la 7e place au classement général (quatre défaites, deux nuls sur les six derniers matches). La défaite contre Fribourg (3-1) le 15 décembre sera celle de trop : Huub Stevens, l'entraîneur, est limogé dès le lendemain. « Lors des huit dernières rencontres, l'équipe n'a empoché que cinq points et aborde la pause en septième position de la Bundesliga », expliqua le communiqué officiel.

Son remplaçant est Jens Keller, jusque-là entraîneur des U17.

Le club de Gelsenkirchen connaît également une activité chahutée au sein de son effectif. Klaas-Jan Huntelaar, exceptionnel la saison 2011-2012 est à la peine pour ce nouvel exercice. S'il est toujours efficace en Ligue des Champions, son rendement en championnat (5 buts à la trêve hivernale) est très insuffisant. Pour beaucoup il a perdu son instinct de « tueur » devant le but et de nombreuses rumeurs l'envoient déjà à Arsenal dès l'hiver 2012. Toutefois, à la mi-décembre le Hollandais prolonge officiellement son contrat jusqu'en 2015. « Je suis reconnaissant à Schalke 04. C’est eux qui m’ont relancé lorsque j’étais en difficulté. Aujourd’hui je suis concentré à fond sur nos objectif notamment en Ligue des Champions où nous avons toutes nos chances de poursuivre l’aventure face à Galatasaray » expliqua l'attaquant.

Récompense de la victoire en Coupe 2011-2012, le club est qualifié d'office pour la phase de groupes de la Ligue des Champions. Le tirage au sort du 30 août le verse dans le groupe B, où il fera face au club anglais d'Arsenal Football Club, au champion français Montpellier Hérault SC et aux Grecs de l'Olympiakos. Le premier matche se joue en Grèce contre l'Olympiakos le 18 septembre : Schalke 04 ne rate pas son entrée en matière et s'impose (1-2). Le 3 octobre, le club reçoit le champion de France Montpellier. Malgré la supériorité numérique à la suite de l'exclusion de Bocaly (52e) Schalke 04 se fait rejoindre à la 90e minute, score final de 2-2.

Le matche du 24 octobre est un déplacement périlleux à Arsenal FC alors que Schalke n’a jamais gagné de son histoire en Angleterre. Toutefois les Allemands vont profiter du manque de vivacité de leurs adversaires, étrangement passifs, pour imposer leur loi. La première mi-temps est entièrement dominée par Schalke 04 : pratiquement toutes les occasions de but viennent des visiteurs. Si le score est toujours vierge au repos les Anglais sentent qu'ils sont en danger et se ressaisissent en deuxième mi-temps, développant enfin une belle séquence collective avec Cazorla en tant que maestro et qui débouche sur une belle occasion. Toutefois Arsenal perd de nouveau le fil du matche et Schalke 04 place l'estocade dans les dernières minutes. Sur un ballon qui traîne aux abords de la surface, Afellay sert Huntelaar de la tête. Le Hollandais, intercalé entre Mertesacker et Vermaelen, conclut tranquillement de la pointe du pied (0-1 à la 76e). À la 86e Farfan profite d'une perte de balle d'Arsenal pour servir Afellay qui double le score (0-2) et met définitivement le Null Vier à l'abri. Schalke 04 prend seul la tête du groupe B avec 7 points (2 victoires et un nul) devant Arsenal qui compte 6 points.

La phase retour de la Ligue des Champions oppose à nouveau Schalke à Arsenal à la Veltins Arena. Moins en forme qu'à l'aller et face à un Arsenal plus en jambe, Schalke 04 arrive toutefois à obtenir le nul : 2-2.

L'avant dernière journée consiste en un déplacement périlleux dans le stade de l'Olympiakos. Schalke 04 se montre dominateur, tente beaucoup mais paie sa maladresse en zone de finition ou l'excellence du gardien nord-irlandais de l'Olympiakos, Roy Carroll. Il faut attendre la 77e minute et une frappe surpuissante de Christian Fuchs de plus de 35 mètres pour voir les Grecs céder (0-1, score final). Holtby, Farfan, Huntelaar, Draxler, tout le monde s’y était mis à un moment ou à un autre, et cette ouverture du score en fin de rencontre s’avérera finalement méritée. Avec ce succès Schalke 04 prend la tête de son groupe. La dernière journée du 3 décembre voit Schalke 04 se déplacer à Montpellier, déjà éliminé de la compétition. Les Héraultais se battront toutefois avec acharnement, dominant la majeure partie de la rencontre. Le schéma de la partie est clair : les Français tiennent le ballon, les Allemands attendant en défense pour partir en contre. C'est pourtant Schalke 04 qui ouvre le score à la 56e sur une tête de Howedes (0-1) mais Montpellier réplique à peine trois minutes plus tard par l'intermédiaire d'Herrera, justement récompensé pour son activité, et qui s'y reprend à deux fois face au but pour faire fructifier le joli centre de Mounier (1-1, 59e).

Schalke 04 finit premier de son groupe avec 12 points.

Le tirage au sort pour les huitièmes de finale désignera le Galatasaray S.K. comme adversaire.

Saison 2013-2014[modifier | modifier le code]

La reprise de la Bundesliga commence le 11 août 2013 par la réception toujours difficile de Hambourg. Un matche animé qui se terminera sur un score de 3-3 (2-2 à la mi-temps) avec un doublé de Huntelaar et un but de Szalai.Toutefois, dès la semaine suivante, Schalke 04 est étrillé en déplacement (4-0) par Wolfsburg. Les "bleus-rois" n'arrivent pas à se reprendre la semaine suivante  : défaite 1-2 contre Hanovre. La rencontre suivante s'annonce déjà cauchemardesque, avec la réception du Bayer Leverkusen, en pleine forme et invaincu jusque-là. Mais Schalke 04 devra vite composer sans son buteur vedette, le Hollandais Klaas-Jan Huntelaar, blessé après deux journées de championnat suite à une rupture du ligament interne du genou droit en août 2013.

Toutefois le club de Gelsenkirchen a entretemps reçu le renfort de Kevin-Prince Boateng venu du Milan A.C. La présence du Ghanéen de 26 ans fluidifie le jeu de Schalke 04 tandis que Julian Draxler et Jefferson Farfan animent les ailes. A le trentième minute le Péruvien dépose un ballon pour Höger qui reprend de la tête et débloque le score. A la 83e minute Schalke 04 obtient un pénalty convertit par Farfan qui donne le score définitif de la rencontre. Autre arrivée fructueuse, celle de Dennis Aogo d'Hambourg qui stabilise une défense jusque-là très perméable.

Mais, globalement, Schalke 04 reste fort irrégulier pour cette première moitié de saison, alternant le bon (victoires 2-0 contre le Bayer Leverkusen ou 4-1 contre Augsbourg par exemple) avec des prestations catastrophiques (défaites 0-4 contre le Bayern Munich et 1-3 contre le Borussia Dortmund) et ne dépassera jamais la cinquième place au classement général. Au terme de la seizième journée, alors que le Bayern Munich fête le titre honorifique de champion d'automne, Schalke 04 pointe à une sixième place.

L'entame de la deuxième moitié du championnat après la trêve hivernale marque aussi le retour de Klass-Jan Huntelaar, blessé depuis le début de la saison. Le regain en efficacité est incontestable et Hambourg, premier adversaire de la reprise, en fait les frais, en s'inclinant lourdement à domicile (0-3). Le Néérlandais débloque compteur à la 34e minute, Farfan et Meyer alourdissant le score. La semaine suivant c'est à Wolfsburg de faire les frais de la nouvelle forme de Schalke 04 (battu 2-1), le club de la Ruhr réalisant le triplé contre Hanovre (2-0) le weekend suivant.

La fin de la trêve hivernale et l'entame de la deuxième moitié du championnat voient le retour de Klaas-Jan Huntelaar, jusque-là blessé. Son retour coïncide avec un regain d'efficacité.

Schalke 04 retrouve également une nouvelle fois la Ligue des Champions et est versé dans le groupe E. Les Konigsblau y affronteront Chelsea, une vieille connaissance, mais aussi le FC Bâl et le Steauea Bucarest. L'entame de la phase de poule commence en force avec un succès 3-0 à domicile contre le club roumain (Uchida 67e, Boateng 78e et Draxler 85e). Le matche suivant est déjà plus laborieux même si Schalke parvient à émerger contre Bâle (1-0 en déplacement) grâce à une superbe demi-volée de Draxler en début de seconde mi-temps. A ce stade de la compétitions Schalke 04 est seul en tête de son groupe avec six points sur six, Chelsea ayant été accroché à Bâle. Les deux rencontres suivantes contre Chelsea tournent toutefois à la correction avec deux défaites sur le même score (0-3) à l'aller et au retour. Même si le club de la Ruhr ne déméritera jamais totalement au cours de ces deux rencontres il paiera cher son manque d'efficacité offensive (et sa fébrilité en défense) face au réalisme des attaquants anglais. En retrouvant le Steauea pour son cinquième et avant-dernier matche de poule, Schalke espère bien se relancer. C'était sans compter une équipe roumaine motivée et combative, là où les Allemands sont toujours à la peine en attaque. Le nul pourtant logique qui s'ensuit (0-0) conjugué à la victoire surprise (la deuxième) de Bâle contre Chelsea met Schalke 04 en très mauvaise posture. Les Suisses prennent en effet la deuxième place du groupe aux Allemands, Chelsea ayant déjà assuré sa qualification. Avec un point de retard sur Bâle, Schalke 04 sera obligé de l'emporter lors du dernier matche pour atteindre les huitièmes de finale. Le matche, disputé le 11 décembre 2013, restera surtout dans les mémoires pour la polémique née d'erreurs d'arbitrage réclamées par les Suisses. Tout commence après la demi-heure de jeu, lorsque le juge central prend la décision de brandir un carton rouge à Ivanov (31e), pour une faute presque en position de dernier défenseur. Quelques minutes plus tôt, Höwedes côté allemand, auteur d’une faute presque similaire sur l’attaquant de Bâle, Streller, écopait seulement d'un carton jaune. Une décision qui contraindra Bâle de jouer à dix contre onze pendant presque une heure. En infériorité numérique, les Suisses subiront de plus en plus le jeu des Allemands qui se montrent de plus en plus dangereux. A la 51e minute, Julian Draxler reprend en finesse un centre de Farfan et ouvre le score pour Schalke 04 (1-0). Cinq minutes plus tard (56e) une action très confuse permet à Schalke 04 de doubler le score. Farfan botte un coup-franc en direction de l'entrée du rectangle suisse. Les défenseurs bâlois jouent habilement le hors-jeu mais le juge de ligne laisse l'action se poursuivre (alors que quatre joueurs de Schalke sont en position de hors-jeu) et Matip, complètement esseulé, n'a plus qu'à ajuster calmement Yann Sommer, le portier Suisse (2-0).

Cette victoire discutable permet toutefois à Schalke 04 de prendre la deuxième place du groupe aux Suisses et de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions pour la quatrième fois en sept ans.

Le tirage des huitièmes de finale se montre toutefois beaucoup moins clément. L'adversaire désigné n'est autre que le Real Madrid, emmené par un Cristiano Ronaldo tout juste élu Ballon d'Or. Si les Allemands s'attendaient à un matche difficile, personne n'imaginait le massacre de ce 26 février 2014. Si dès la 2e minute, Höwedes inquiétait Iker Casillas sur une reprise de la tête, les Madrilènes se reprirent immédiatement. Par Gareth Bale, positionné côté droit, repiquait dans l’axe, servant Cristiano Ronaldo. Ce dernier talonnait à destination de Karim Benzema (13e) qui, mis sur orbite, ne se faisait pas prier pour faire trembler les filets. 0-1, les Espagnols viraient en tête. De quoi piquer Huntelaar et ses partenaires dans leur orgueil, et Draxler (14e) s’essayait à une tête plongeante à bout portant, qu’Iker Casillas parvenait à détourner remarquablement. Un raté, qui allait se payer cash. Pas là pour plaisanter, le Real Madrid poursuivait sur sa lancée. Benzema, se battant comme un beau diable, récupérait le ballon dans les pieds de Santana, avant de transmettre le cuir à Gareth Bale (22e). L’ailier s’offrait alors un petit festival, laissant sur place deux vis-à-vis avec une facilité déconcertante, avant de ne laisser aucune chance à Ralf Fährmann pour le 0-2. Parfaitement huilé, le rouleau-compresseur madrilène mettait au supplice son adversaire du jour, et Cristiano Ronaldo (32e, 37e, 45e+1) était à deux doigts de corser encore un peu plus l’addition. Au retour des vestiaires, et après ses trois ratés successifs, Cristiano Ronaldo (52e) parvenait enfin à inscrire son nom au tableau d’affichage, exécutant trois passements de jambes avant de crucifier le portier allemand. Schalke 04 n’y était plus, et Madrid s’en donnait à cœur joie, Benzema (57e) se jouant de la défense pour y aller de son doublé. Et si la messe était dite, la démonstration merengue se poursuivait, Bale (69e) puis Cristiano Ronaldo (89e) s’offrant à leur tour le doublé. Et alors que l’arbitre s’apprêtait à clore les débats, Huntelaar (90e+1) sauvait ce qui restait de l'honneur de Schalke 04 avec une superbe reprise de volée. Score final 1-6.

Adversaires européens[modifier | modifier le code]

Les équipes en italique n'ont été rencontrées que dans le cadre de la Coupe Intertoto.


Palmarès[modifier | modifier le code]


Compétitions nationales Compétitions internationales
  • Oberliga Ouest (6) :
    • Champion : 1929, 1930, 1932, 1933, 1951, 1958.
  • Championnat de Westphalie (11) :
    • Champion : 1934, 1935, 1936, 1937, 1938, 1939, 1940, 1941, 1942, 1943, 1944

Stade[modifier | modifier le code]

La Veltins Arena

Schalke joue ses matches à la Veltins Arena, également appelée Arena Auf Schalke, située Ernst-Kuzorra-Weg 1, 45891 Gelsenkirchen et inaugurée en 2001. L'Arena Auf Schalke est construite à proximité de l'ancien stade, sur des terrains appartenant au club. La capacité s'élève à 61.482 spectateurs lors des rencontres du championnat allemand, ramenée à 53.994 pour les matches internationaux. Dans cette configuration l'Arena Auf Schalke ne propose plus que des places assises. Les deux étages de tribunes sont séparés par les 72 loges VIP sur tout le pourtour du terrain. Le toit rétractable, constitué de fibre de verre recouverte de téflon, peut s'ouvrir ou bien protéger toute la surface du stade. L'aire de jeu amovible peut être sortie de l'enceinte du stade en quatre heures, ce qui permet de ne pas l'endommager durant les concerts et de favoriser la croissance de la pelouse dans des conditions naturelles. Le stade comporte quinze restaurants et trente-cinq cafés. Ces lieux de restauration ont la particularité d'être alimentés en bière par un réseau de distribution comportant cinq kilomètres de canalisations qui amènent le breuvage depuis un grand réservoir commun.

Enceinte ultra-moderne, le stade se voit décerner par l'UEFA la notation 5 étoiles le rendant apte à accueillir des grands matches européens ou internationaux, comme une finale de Coupe d'Europe ou de Coupe du Monde. C'est ainsi que l'Arena Auf Schalke sera le théâtre de la finale de la Ligue des champions entre le FC Porto et l'AS Monaco remportée 3-0 par le club portugais. En plus d'être une vitrine pour le club, le stade est aussi une source de rentrée de devises. Le stade est loué régulièrement pour des évènements comme des concerts ou des fêtes. Le prix d'une location du stade est d'environ 150 000 euros.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Gawliczek (1963-1964) • Langner (1964-1967) • Marotzke (1967) • Brocker (1967-1968) • Gutendorf (1968-1970) • Cendic (1970-1971) • Horvat (1971-1975) • Merkel (1975-1976) • Rausch (1976-1977) • Maslo (1977-1978) • Horvat (1978-1979) • Lóránt (1979) • Schwager (1979-1980) • Jusufi (1980-1981) • Assauer (1981) • Held (1981-1983) • Sundermann (1983) • Ferner (1983-1986) • Schafstall (1986-1987) • Franz (1987-1988) • Ferner (1988-1989) • Neururer (1989-1990) • Fischer (1991) • Ristić (1991-1992) • Fischer (1992) • Lattek (1992-1993) • Schulte (1993) • Berger (1993-1996) • Stevens (1996-2002) • Neubarth (2002-2003) • Wilmots (2003) • Heynckes (2003-2004) • Achterberg (2004) • Rangnick (2004-2005) • Reck (2005-2006) • Slomka (2006-2008) • Büskens (2008) • Rutten (2008-2009) • Magath (2009-2011) • Rangnick (2011) • Stevens (2011-2012) • Keller (2012) •

Mirko Slomka (janvier 2006 - avril 2008)[modifier | modifier le code]

Mirko Slomka

L'entraîneur du FC Schalke 04 a été Mirko Slomka, nommé le 4 janvier 2006 à la surprise générale en remplacement de Ralf Rangnick licencié peu avant. Sa carrière de joueur qui s'étala de 1972 à 1991 reste très discrète puisqu'il a principalement joué pour des clubs modestes de divisions inférieures.

Il débute en tant qu'entraîneur en 1989 en prenant en charge l'équipe des jeunes de Hanovre 96. Il passe ensuite au Tennis Borussia Berlin et devient par la suite l'adjoint de Ralf Rangnick, encore à Hanovre 96 mais pour l'équipe première cette fois. Les deux hommes partent pour Schalke 04 en 2004.

Toutefois Rangnick est licencié le 12 décembre 2005 faute de résultats et c'est son adjoint qui lui succède. Il reprend le club et le fait remonter dans la hiérarchie, l'installant en quatrième position au classement final. Logiquement son contrat est prolongé jusqu'en juin 2007.

En 2007, il semble s'acheminer vers un premier titre en Bundesliga, mais ses hommes doivent s'incliner sur le fil face à Stuttgart pour deux points. Néanmoins il conserve la pleine confiance des dirigeants et a été confirmé jusqu'en juin 2009.

Ses débuts en tant qu'entraîneur à Schalke ont été assez agités : il s'était en effet attiré l'hostilité des joueurs pour avoir relégué le gardien titulaire de l'époque Frank Rost sur le banc au profit de Manuel Neuer. Un choix qui s'avérera finalement plutôt inspiré à la suite des prouesses de ce dernier.

Le 13 avril 2008, il est limogé à la suite de la déroute (défaite 1-5) subie à Brême. Déjà mis à mal dès le début de la nouvelle saison, ses relations avec certains joueurs (Kevin Kuranyi en particulier) étaient devenues exécrables. Accusé d'être trop coulant avec son effectif, ses résultats en avaient vite souffert, et seul son bon parcours en Ligue des Champions retarda l'inéluctable.

Fred Rutten (mai 2008 - mars 2009)[modifier | modifier le code]

Le Hollandais qui entraînait jusque-là le FC Twente (Eredivisie aux Pays-Bas) en se faisant remarquer pour son jeu spectaculaire et offensif, est nommé à la tête de l'équipe. Il prend ses fonction en juin 2008 et signe un contrat de deux ans. pour 1,5 million d'euros par saison. Dès son entrée en service le Hollandais entreprend de réorganiser entièrement l'équipe, notamment en changeant le style de jeu, très défensif jusque-là, pour le tourner davantage vers l'offensive. Cela s'accompagne également d'un profond remodelage de l'équipe avec les départs de certains joueurs contestés ou peu utilisés et d'une partie du staff.

Toutefois cela ne suffit pas à faire progresser l'équipe sur le plan des résultats. Le club s'enlise, est sorti de la Coupe d'Allemagne 2009 par Mayence 05, une équipe de seconde division (1-0) sur une énorme bourde de la défense. En championnat le niveau du club s'améliore quelque peu, en témoignent de belles prestations contre Wolfsburg et Hambourg, mais à chaque fois la défaite est au bout (2-3 pour les deux matches) et la pression des associations de supporters se fait de plus en plus forte. Courant du mois de mars, Rutten annonce qu'il ne sera plus l'entraineur de Schalke 04 pour 2010 alors que théoriquement son contrat courait jusqu'à cette date. Néanmoins, le 26 mars 2009, la direction du club annonce le licenciement de Fred Rutten avec effet immédiat.

Felix Magath (juin 2009 - 18 mars 2011)[modifier | modifier le code]

Le recrutement de Felix Magath, entraîneur champion en titre avec Wolfsburg, est le gros coup réalisé par Schalke 04 qui cherchait un nouvel entraîneur depuis l'éviction de Fred Rutten. L'ex-entraîneur de Wolfsburg reçoit les pleins pouvoirs (entraîneur, directeur sportif et directeur général) et prépare la saison avec une campagne d'entraînement très axée sur la condition physique, imposant trois séances d'entraînement quotidiennes. « Je n'avais encore jamais autant couru. Je suis obligé de faire une sieste chaque jour », expliqua l'attaquant Kevin Kuranyi. La discipline est également un point central du système Magath. Jefferson Farfan en a, par exemple, fait les frais. « C'est vraiment incroyable que Farfan ne comprenne toujours pas l'allemand. Cela fait plus d'un an qu'il est là maintenant. Je veux qu'il apprenne l'allemand dès que possible » déclara-t-il au quotidien Bild. Magath n'hésite pas non plus à dire ce qu'il pense et n'a pas peur des mots. Lors d'une rencontre de présaison, le nouvel homme fort de la Veltins-Arena a vertement tancé ses joueurs d'un cinglant « Vous n'avez que de la m…. dans la tête ! » Finalement, c'est peut-être Bordon, le défenseur brésilien qui résume le mieux la situation : « Nous n'avions pas de pilote à bord. Avec l'arrivée de Magath, tout a changé. »

La première saison de Magath est au-delà de toutes les espérances : Schalke 04 finit vice-champion après avoir été pratiquement candidat au titre toute la saison là où beaucoup attendaient une pénible saison de transition. Les méthodes chocs de Magath semblent efficaces malgré une dureté qui irrite certains joueurs comme Rafinha : « Pour un Brésilien, c’est dur de travailler avec lui. Après la façon dont il m’a traité, je pense que je peux devenir général dans l’armée brésilienne », a-t-il expliqué à Sport Bild. « Nous, les Brésiliens, on le dérange avec notre façon d’être. On rigole, on parle beaucoup alors que lui il est calme, concentré (…) J’ai parfois eu l’impression d’être à l’armée. » Néanmoins les résultats de Magath font de lui le nouvel homme fort de Gelsenkirchen.

La deuxième saison est en revanche très délicate, le club alternant le bon (qualification facile pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions) et le très mauvais (défaite 0-5 contre Kaiserslautern). L'équipe se montre très inconstante, la défense fébrile et pour la première fois des rumeurs faisant état d'un possible licenciement de Magath apparaissent. Le club réussit toutefois à atteindre les quarts de finale de la Ligue des Champions mais, le 18 mars, Félix Magath est officiellement remercié.

Ralf Rangnick (mars 2011 - 22 septembre 2011)[modifier | modifier le code]

Ralf Rangnick pour son premier match de C1 à la tête du FC Schalke 04 le 5 avril 2011, écrase l'Inter Milan, tenant du titre, dans son fief de San Siro en match aller du quart-finale sur le score de 2-5, ce qui constitue une performance historique pour le club.

Il réussit ensuite à qualifier le club de Gelsenkirchen en demi-finale de la ligue des champions. En fin de saison, il fait gagner à Schalke la coupe d'Allemagne aux dépens du club de deuxième division Duisbourg, et la Supercoupe d'Allemagne face au grand rival, le Borussia Dortmund. Le 22 septembre, il démissionne pour raisons de santé, souffrant d'un syndrome d'épuisement physique.

Huub Stevens (septembre 2011 - 16 décembre 2012)[modifier | modifier le code]

Le Hollandais prend les rênes de Schalke 04 le 27 septembre 2011, quelques jours après la démission de Ralf Rangnick. Son contrat court jusque juin 2013. Après une bonne entame de la saison 2012-2013, Schalke s'effondre, concédant quatre défaites et deux nuls sur ses six derniers matches. La défaite contre Fribourg (3-1) le 15 décembre 2012 sera la dernière du Néerlandais : il est limogé le lendemain.

Jens Keller (16 décembre 2012 -)[modifier | modifier le code]

Jens Keller commence sa carrière en Bundesliga en 2010, en prenant la succession de Bruno Labbadia à la tête du Vfb Stuttgart.

Le 16 décembre 2012 Keller est nommé entraîneur des U-17 de Schalke 04. Lorsque Huub Stevens est remercié, Keller se voit proposer de lui succéder à la tête de l'équipe première avec un contrat courant jusqu'à la fin de la saison. Le 10 mai 2013 il signe un nouveau contrat courant jusque 2015.

Grands joueurs du passé[modifier | modifier le code]

Onze du siècle[modifier | modifier le code]

À l'initiative du club, les supporters de Schalke élisent au début de l'année 2000 l'équipe type du XXe siècle. Cette équipe, dite Jahrhundertelf ou onze du siècle, regroupe les meilleurs joueurs depuis la création du club en 1904 jusqu'en 2000[2].

Le gardien de but de cette sélection de joueurs est Norbert Nigbur, qui porte le maillot de Schalke de 1966 à 1976 et de 1979 à 1983 et remporte la Coupe d'Allemagne en 1972. Les défenseurs élus sont Rolf Rüssmann, Klaus Fichtel et Olaf Thon. Le milieu de terrain est composé de Fritz Szepan et Ernst Kuzorra (en), actifs dans la première moitié du XXe siècle, ainsi que Marc Wilmots et Ingo Anderbrügge (en), tous deux vainqueurs de la Coupe UEFA 1997. Les trois attaquants sont Rüdiger Abramczik, Klaus Fischer et Reinhard Libuda, actifs notamment dans les années 1970. L'entraîneur de ce onze idéal est Huub Stevens[2].

Autres joueurs[modifier | modifier le code]

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

Effectif professionnel du FC Schalke 04 de la saison 2014-2015
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[3] Nom Date de naissance Sélection[4] Club précédent
1 G Drapeau de l'Allemagne Fährmann, RalfRalf Fährmann 27/9/1988 (25 ans) Allemagne espoirs Eintracht Francfort
28 G Drapeau de l'Allemagne Wetklo, ChristianChristian Wetklo 11/1/1980 (34 ans)
SV Darmstadt 98
34 G Drapeau de l'Allemagne Giefer, FabianFabian Giefer 17/5/1990 (24 ans) Allemagne -20 ans Fortuna Düsseldorf
40 G Drapeau de l'Allemagne Wellenreuther, TimonTimon Wellenreuther 03/12/1995 (18 ans)
Formé au club
2 D Drapeau de l'Allemagne Friedrich, MarvinMarvin Friedrich 13/12/1995 (18 ans) Allemagne -19 ans Formé au club
3 D Drapeau de l'Allemagne flèche vers la droite Kirchhoff, JanJan Kirchhoff 1/10/1990 (23 ans) Allemagne espoirs Bayern Munich
4 D Drapeau de l'Allemagne Höwedes, BenediktBenedikt Höwedes Capitaine 29/2/1988 (26 ans) Allemagne Formé au club
5 D Drapeau du Brésil Santana, FelipeFelipe Santana 17/3/1986 (28 ans)
Borussia Dortmund
6 D Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Kolašinac, SeadSead Kolašinac 20/6/1993 (21 ans) Bosnie-Herzégovine Formé au club
15 D Drapeau de l'Allemagne Aogo, DennisDennis Aogo 14/1/1987 (27 ans) Allemagne Hambourg SV
22 D Drapeau du Japon Uchida, AtsutoAtsuto Uchida 27/3/1988 (26 ans) Japon Kashima Antlers
23 D Drapeau de l'Autriche Fuchs, ChristianChristian Fuchs 7/4/1986 (28 ans) Autriche VfL Bochum
24 D Drapeau de la Turquie Ayhan, KaanKaan Ayhan 10/11/1994 (19 ans) Turquie espoirs Formé au club
32 D Drapeau du Cameroun Matip, JoëlJoël Matip 8/8/1991 (23 ans) Cameroun Formé au club
37 D Drapeau de l'Allemagne Itter, PascalPascal Itter 03/4/1995 (19 ans) Allemagne -19 ans Formé au club
7 M Drapeau de l'Allemagne Meyer, MaxMax Meyer 18/9/1995 (19 ans) Allemagne Formé au club
8 M Drapeau de l'Allemagne Goretzka, LeonLeon Goretzka 6/2/1995 (19 ans) Allemagne VfL Bochum
9 M Drapeau du Ghana Boateng, Kevin-PrinceKevin-Prince Boateng 6/3/1987 (27 ans) Ghana AC Milan
10 M Drapeau de l'Allemagne Draxler, JulianJulian Draxler 20/9/1993 (21 ans) Allemagne Formé au club
11 M Drapeau de l'Allemagne Clemens, ChristianChristian Clemens 4/8/1991 (23 ans) Allemagne espoirs FC Cologne
12 M Drapeau de l'Allemagne Höger, MarcoMarco Höger 16/9/1989 (25 ans)
Aix-la-Chapelle
17 M Drapeau du Pérou Farfán, JeffersonJefferson Farfán 26/10/1984 (29 ans) Pérou PSV Eindhoven
18 M Drapeau de l'Allemagne Sam, SidneySidney Sam 31/1/1988 (26 ans) Allemagne Bayer Leverkusen
19 M Drapeau de l'Allemagne Sané, LeroyLeroy Sané 11/1/1996 (18 ans)
Formé au club
20 M Drapeau du Nigeria Obasi, ChineduChinedu Obasi 1/6/1986 (28 ans) Nigeria TSG 1899 Hoffenheim
27 M Drapeau de la Suisse Barnetta, TranquilloTranquillo Barnetta 22/5/1985 (29 ans) Suisse Bayer Leverkusen
33 M Drapeau de l'Allemagne Neustädter, RomanRoman Neustädter 18/2/1988 (26 ans) Allemagne Borussia M'gladbach
35 M Drapeau de l'Allemagne Sobottka, MarcelMarcel Sobottka 25/4/1994 (20 ans) Allemagne -20 ans Formé au club
13 A Drapeau du Cameroun Choupo-Moting, Eric MaximEric Maxim Choupo-Moting 23/3/1989 (25 ans) Cameroun FSV Mayence 05
25 A Drapeau des Pays-Bas Huntelaar, Klaas-JanKlaas-Jan Huntelaar 12/8/1983 (31 ans) Pays-Bas AC Milan
29 A Drapeau de l'Allemagne Avdijaj, DonisDonis Avdijaj 25/8/1996 (18 ans) Allemagne -19 ans Formé au club
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Allemagne Markus Zetlmeisl
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Allemagne Holger Gehrke
Médecin(s)
  • Drapeau : Allemagne Thorsten Rarreck



Légende

Consultez la documentation du modèle

Joueurs prêtés
P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt
14 D Drapeau : Grèce Kyriákos Papadópoulos 23 février 1992 (22 ans) Grèce Bayer Leverkusen

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Finances[modifier | modifier le code]

Le chiffre d'affaires de Schalke 04 pour l'année 2007 était le deuxième plus important du championnat allemand derrière le Bayern Munich avec un montant d'environ 100 millions d'euros, toutes primes comprises. À la base, les recettes annuelles du club tournent entre 60 et 66 millions d'euros. Schalke 04 s'était toutefois vu refuser son adhésion au G-14, l'organisation qui regroupait les clubs les plus riches et influents d'Europe. Le G-14 a par la suite été dissous en février 2008. Néanmoins, les résultats financiers du club devaient permettre d'achever le remboursement de l'Arena en 2015. Ainsi, la campagne 2007-2008 en Ligue des champions a rapporté environ 26 millions d'euros. Malgré une politique de transfert peu agressive, voire frileuse et malgré un déficit budgétaire assez important, Schalke 04 pouvait être considéré comme une grosse cylindrée européenne au niveau financier.

Toutefois les finances du club s'effondrent subitement à partir de 2008. En loupant la qualification pour la Ligue des Champions cette année-là, le club creuse son déficit qui devient abyssal, ce à quoi s'ajoute un très mauvais championnat national et des éliminations rapides en Coupe nationale et Coupe de l'UEFA. Fin septembre 2009, le journal Financial Times Deutschland révèle que trois des quatre comptes bancaires utilisés par le club pour payer ses dettes sont vides. Bien que riche (13e club le plus riche du monde en 2008), Schalke 04 vivait au-dessus de ses moyens et sa dette atteint les 140 millions d'euros. Le club est principalement plombé par le remboursement du prêt de 85 millions d'euros accordé par Steffen Schlechter, un investisseur basé à Londres pour la construction du nouveau stade. Accordé à un taux d'intérêt élevé, le remboursement de ce prêt a asphyxié les finances du club lorsque celles-ci étaient déjà plombées par les mauvais résultats sportifs.

Le club est plongé dans la tourmente très rapidement, la licence du club étant menacée si Schalke n'arrivait pas à trouver une vingtaine de millions d'euros pour poursuivre sa saison. Le Schalke 04 vendra une partie des actions de son stade pour réunir la somme nécessaire à la poursuite du championnat et un plan d'assainissement des finances est élaboré. La fédération allemande de football (DFB) se saisira d'ailleurs du « dossier » du club et exigera d'ailleurs le plan d'assainissement cité plus haut. Ce plan prévoyait de passer par la vente de certains joueurs comme Manuel Neuer (pour la somme de 20 millions d'euros) et la non-reconduction de certains contrats coûteux comme celui de Kevin Kuranyi (4,8 millions d'euros de salaire annuel) ou de joueurs peu utilisés tels Gerald Asamoah ou Albert Streit.

Le contrat Gazprom[modifier | modifier le code]

Le 9 octobre 2006, le club signe un important contrat de sponsoring avec le leader mondial de la distribution du gaz, le géant russe Gazprom. Le gazier russe remplace ainsi la compagnie d'assurance Victoria sur le maillot du club et va apporter sur cinq ans la somme de 125 millions d'euros, soit l'un des plus gros contrats jamais passé dans le football allemand. Toutefois le club annonce qu'il entend bien rester indépendant et qu'il ne s'agit nullement des prémices d'une prise de contrôle par l'empire russe. Néanmoins des voix se font très vite entendre dans les coulisses pour critiquer ce partenariat. S'il apporte au club une confortable manne financière (bien venue étant donné l'endettement grave du club), la moralité de ce contrat est vite mise en cause. Gazprom reste une société aux pratiques jugées douteuses et ayant aux postes clés de son organigrammes des personnages aux passés troubles, voire criminels. Beaucoup y voient tout simplement de la part du gazier russe une façon de redorer son blason en Europe, et pour d'autres, les débuts d'une invasion de la mafia russe par le sport. En revanche ce partenariat ne provoqua pratiquement aucune réaction dans le milieu du football allemand, et encore moins au niveau européen.

En 2009, Gazprom annonce qu'il prolonge son contrat jusqu'en 2017 (le contrat actuel courait jusqu'en 2012), apportant au passage une centaine de millions d'euros. Clemens Tönnies, président du club, conclu l'accord « à des conditions améliorées » lors d'un voyage à Moscou.

Rapprochement avec Zenith Saint-Petersbourg[modifier | modifier le code]

Dans la foulée du contrat signé avec Gazprom, le FC Schalke 04 s'est étroitement lié avec le club russe du Zénith Saint-Pétersbourg. Ce dernier est en effet soutenu par le géant du gaz. Ce rapprochement passe par des échanges au niveau des entraînements, un rapprochement commercial, des relations publiques et publicitaires en commun et des matches amicaux entre autres.

C'est ainsi que les deux équipes se sont affrontées au cours d'un match amical dans l'Arena de Schalke le 20 janvier 2007. Pour l'occasion un gigantesque show avait été organisé avec distribution de maillots, de pulls et autres cadeaux à l'effigie du club pour les supporters.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Le défunt Pape Jean-Paul II avait été fait membre d'honneur du club pour une messe qu'il avait célébré à l'ancien Park Stadion en 1987.
  • La mascotte du club s'appelle Erwin ou Ährwin.
  • Le FC Schalke 04 entretient une très grande rivalité historique avec le Borussia Dortmund, les « chocs » entre les deux formations (le fameux Derby de la Ruhr ou Revierderby) étant un classique du championnat allemand.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. a et b (de) Die Jahrhundertelf
  3. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  4. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Lien externe[modifier | modifier le code]