Camp Nou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camp Nou
{{#if:
UEFA Elite stadium
UEFA Elite stadium Nuvola apps mozilla.svgNuvola apps mozilla.svgNuvola apps mozilla.svgNuvola apps mozilla.svgNuvola apps mozilla.svg
Généralités
Noms précédents Estadi del FC Barcelona (1957-2000)
Adresse Avinguda Aristides Maillol s/n
08028 Barcelone, Catalogne
Coordonnées 41° 22′ 51″ N 2° 07′ 22″ E / 41.380889, 2.122831 ()41° 22′ 51″ Nord 2° 07′ 22″ Est / 41.380889, 2.122831 ()  
Construction et ouverture
Début construction 28 mars 1954
Ouverture 24 septembre 1957
Architecte Francesc Mitjans i Miró
Lorenzo García-Barbón
Josep Soteras Mauri
Rénovation 1993-1994, 1998, 2008
Extension 1980-1982
Coût de construction 288 millions de pesetas
Utilisation
Clubs résidents FC Barcelone (depuis 1957)
Propriétaire FC Barcelone
Administration FC Barcelone
Équipement
Surface Pelouse naturelle (en provenance de Bordeaux)
Capacité 99 354[1]
Dimensions 105 × 68 m

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Camp Nou

Géolocalisation sur la carte : Catalogne

(Voir situation sur carte : Catalogne)
Camp Nou

Géolocalisation sur la carte : Barcelone

(Voir situation sur carte : Barcelone)
Camp Nou

Le Camp Nou, ˈkam ˈnɔw (qui signifie en catalan « terrain nouveau »), est un stade de football, situé à Barcelone dans le quartier de Les Corts, en Espagne. Le FC Barcelone en est le club résident depuis son inauguration.

Avec une capacité de 99 354 places, le Camp Nou est le plus grand stade d'Europe et le douzième plus grand stade du monde. Cet édifice est classé 5 étoiles par l'UEFA, ce qui lui permet de recevoir de nombreux matchs internationaux et notamment plusieurs finales de Ligue des champions, la dernière étant la finale de l'édition 1998-1999.

Le Camp Nou est construit en 1957 à Barcelone par les architectes Francesc Mitjans Miró, Josep Soteras Mauri et Lorenzo García Barbón, après une période particulièrement faste pour le FC Barcelone, symbolisé par les performances de l'hongrois László Kubala. Il est appelé à l'origine Stade des Corts (traduction du catalan Camp de les Corts), connu plus communément comme le Camp Vell (« vieux stade » en catalan). Sa construction s'étale sur plus de trois ans. Sa capacité d'accueil atteint initialement les 93 000 places. Il est inauguré le 24 septembre 1957) par une messe solennelle et par la bénédiction du stade par l'archevêque de Barcelone, Monseigneur Gregorio Modrego.

Dans les années qui suivent, le Camp Nou ne connaît que peu de changements, si ce n'est l'ouverture d'un musée du club en 1984. Outre les matchs du FC Barcelone, il est choisi comme cadre de manifestations religieuses comme lors de la visite du pape Jean-Paul II le 7 novembre 1982), mais surtout culturelles, avec divers concerts organisés notamment en 1988.

En 1993, 1994 puis en 1998, le stade connaît de nouveaux travaux de rénovation, qui lui permettent de répondre en particulier aux normes de sécurité instaurées par l'UEFA. La capacité du stade est ainsi diminuée jusqu'à atteindre 98 772 places.

En 2000, le FC Barcelone organise un vote pour changer le nom du stade. Le surnom le plus populaire Camp Nou est adopté comme nouveau nom officiel.

Repères historiques[modifier | modifier le code]

Stades antérieurs[modifier | modifier le code]

Avant d'occuper le Camp Nou, le FC Barcelone connait plusieurs stades au fil des ans. Cela débute, le 8 décembre 1899, le Barça joue le premier match de son histoire dans le stade du Vélodrome de Bonanova contre une colonie anglaise, match qu’il perd par un but à zéro[2]. Ce stade va être partagé avec d’autres équipes, par exemple avec le Catala, le premier grand rival du Barça. Le Catala reçoit l’autorisation de devenir propriétaire du stade, ce qui veut dire que le Barça doit trouver un autre terrain[2].

Stade de Les Corts, où le FC Barcelone évolue entre 1922 et 1957.

Il quitte donc ce stade, un an plus tard, le 18 novembre 1900, le FC Barcelone joue son premier match sur le terrain de l’Hôtel Casanoves. Le résultat est de zéro à zéro contre l’Hispanie. Selon les chroniques de ce match, 4 000 personnes ont assisté à cette rencontre[2].

Un an après, le Barça occupe le terrain de la route d’Horta. Le club y joue son premier match le 23 novembre 1901 contre l’équipe de Calliope[2]. Le Barça gagne par quatre but à zéro avec un premier but de Joan Gamper fondateur du club catalan. Par la suite, le Barça est forcé de quitter ce terrain par décision des propriétaires pour construire des bâtiments[2].

En 1905, le Barça occupe le terrain de la route de Muntaner puis en 1909, il emménage sur le terrain de la Place d’Armes. De ces années, le FC Barcelone va entreprendre la construction d'un grand stade. C'est ainsi que le club catalan va jouer son premier match sur son nouveau terrain, populairement connu sous le nom de "L'Escopidora"[2]. Le terrain dispose d’une tribune à 2 étages, ce qui est la fierté du FC Barcelone à l'époque, et ce stade a une capacité de 6 000 places. Il est également le premier stade en Espagne à être illuminé artificiellement[2].

Comme le stade de la route Industrielle est devenu trop petit pour accueillir les stars de l’époque telles que Samitier, Alcántara, Zamora, Sagi, Piera, Platko et Sancho, le Barça décide de le quitter pour le stade de Les Corts, connu plus communément comme le Camp Vell (« vieux stade » en catalan), entre 1922 et 1957[2]. En juin de l'année 1950, la signature de l'hongrois László Kubala, synonyme de période faste pour le Barça finit par convaincre les derniers réticents qui refusait de changer de stade[3],[4].

Ainsi, fin 1950, le club achète les terrains où doit être construit cette nouvelle enceinte[2]. Cependant, des mésententes avec les autorités sur la localisation du stade retardent le début des travaux[5]. Une fois ces mésententes résolues, l'achat du stade débute, les travaux terminés, le stade coûte 1 million de pesetas. Sa capacité initiale est de 30 000 spectateurs mais, suite à l’affluence massive des fans, le Barça agrandit la capacité du stade jusqu’à 60 000 places[2]. Finalement, le stade de Les Corts est détruit en 1966[6].

Origines et construction[modifier | modifier le code]

La construction du Camp Nou commence réellement à germer dans la tête des dirigeants catalans dans les années 1940. En effet, cette période est particulièrement faste pour le FC Barcelone, avec deux titres de champion d'Espagne en 1948 et 1949. De ce fait, ces succès amènent les dirigeants du club catalan à envisager la construction d'un nouveau stade offrant une capacité d'accueil plus importante[6].

Statue à l'effigie de Kubala près du Camp Nou

Il faut attendre le 28 mars 1954 pour que la première pierre du futur stade soit posée par le président Fransesc Miro-Sans, acclamé par 60 000 supporters[7].

Sa construction débute donc à cette date précise. Son appellation d'origine à l'époque est Stade des Corts(traduction du catalan Camp de les Corts), connu plus communément comme le Camp Vell (« vieux stade » en catalan)[Note 1].

Le projet du nouveau stade est commandé aux architectes Francesc Mitjans Miró, cousin germain de Miró-Sans, et Josep Soteras Mauri, avec la collaboration de Lorenzo García Barbón. Plus d'un an plus tard, le 11 juillet 1955, le club adjuge les travaux à l'entreprise de construction INGAR SA, qui présente un devis de 66 620 000 de pesetas et un délai d'exécution de 18 mois. Toutefois, le coût total des travaux dépasse largement la somme mentionnée, atteignant 288 millions de pesetas, une somme qui a dû être supportée en partie avec les successives émissions d'obligations hypothécaires(100 millions de pesetas) et de bons de caisse (60 millions de pesetas). Cette mesure permet de financer la construction du stade, mais au détriment de l'endettement du club pendant quelques années[8].

Sa construction s'étale sur plus de trois ans[5]. Sa capacité d'accueil atteint initialement les 93 000 places[7].

Inauguration[modifier | modifier le code]

Monseigneur Gregorio Modrego, archevêque de Barcelone bénit le stade lors de son inauguration.

La date prévue pour l'inauguration du stade est le 24 septembre 1957. Pour réaliser une cérémonie, une commission organisatrice de l'inauguration a été constituée, présidée par deux personnes : Aleix Buxeres et Nicolau Casaus. Le samedi 21 septembre, José María de Cossío, membre de la Royale Académie Espagnole, a prononcé dans le Salon des Chroniques de la Mairie de Barcelone, le discours qui ouvre officiellement les fêtes de l'inauguration des nouvelles installations[8]. De même, pendant ce week-end de septembre, sur le terrain de Les Corts et au Palais Municipal des Sports s'est disputée une série de matches internationaux dont les protagonistes ont été les différentes sections du club[8]. Dans la foulée, le poète Josep M. de Sagarra écrit un sonnet intitulé « Azul Grana », et crée un hymne dans le stade du FC Barcelone, avec des paroles de Josep Badia et une musique d'Adolf Cabané[8].

Le jour de la Mercè (24 septembre) de 1957, Barcelone se réveille garnie des couleurs Blaugranas. Les actes d'inauguration commencent par une messe solennelle et par la bénédiction du stade par l'archevêque de Barcelone, Monseigneur Gregorio Modrego. Tout de suite après, l'Orfeó Graciense chante l'« Alléluia » de Händel et l'image de la Vierge de Montserrat est intronisée. De nombreuses personnalités du monde politique et du sport soutiennent le président Francesc Miró-Sans, comme José Solís Ruiz, ministre secrétaire général du Mouvement, de qui dépendait la politique sportive officielle à cette époque ; José Antonio Elola Olaso, chef de la Délégation Nationale des Sports ; Felipe Acedo, gouverneur civil de Barcelone, et Josep M. de Porcioles, maire de Barcelone[8].

Devant plus de 90 000 spectateurs qui remplissent les gradins d'un Camp Nou qui n'est cependant pas encore achevé, commence à défiler sur le terrain de jeu des représentants des clubs catalans de football, ainsi que des membres des sections du club, des peñas barcelonistes et des différentes équipes du club[8]. Ensuite, est interprété l'« Hymne au Stade » et à quatre heures et demie de l'après-midi commence le match inaugural. Le FC Barcelone est opposé au club polonais de Varsovie[8]. La première équipe barceloniste du nouveau stade est : Ramallets, Olivella, Brugué, Segarra, Vergés, Enric Gensana, Estanislao Basora, Villaverde, Martínez, Kubala et Justo Tejada. La deuxième mi-temps, le onze barceloniste change avec l'entrée en jeu de Gràcia, Flotats, Bosch, Hermes, Ribelles, Sampedro et Evaristo. Le match s' achève sur un score de quatre buts à deux en faveur du FC Barcelone, avec des buts d'Eulogio Martínez (qui, à la 11e minute, a marqué le premier but du Camp Nou), Tejada, Sampedro et Evaristo. Pendant la mi-temps, 1 500 personnes sous la direction du Regroupement Culturel Folklorique de Barcelone, ont dansé une immense sardane et 10 000 colombes ont été libérées[8].

Aménagements et accueil d'événements majeurs[modifier | modifier le code]

Plaques commémoratives de la construction et de la rénovation du Camp Nou en 1982.

Suite à sa construction, le stade accueille les matchs à domicile du FC Barcelone, mais également de nombreux événements sportifs[6]. Trois finales de coupes d'Europe de football y sont disputées, celle de la Coupe des villes de foires en 1964, et deux de la Coupe des vainqueurs de coupe en 1972 et 1982. En 1964, le Camp Nou est également le cadre de deux matchs de la phase finale de l'Euro, une demi-finale et le match pour la troisième place[6].

L'attribution de l'organisation de la Coupe du monde 1982 à l'Espagne est à l'origine d'une rénovation du stade. La principale modification est une augmentation de la capacité d'accueil, portée après travaux à 115 000 places[6]. Des salons, une salle de presse et de nouveaux tableaux d'affichage. Le Camp Nou accueille cinq matchs de la compétition, en particulier le match d'ouverture Argentine - Belgique (0-1) et la demi-finale Italie - Pologne (2-0)[6].

Les années qui suivent, le Camp Nou ne connaît que peu de changements, si ce n'est l'ouverture d'un musée du club en 1984. Outre les matchs du FC Barcelone, il est choisi comme cadre de manifestations religieuses (visite du pape Jean-Paul II le 7 novembre 1982), mais surtout culturelles, avec divers concerts organisés notamment en 1988[6]. En 1989, il accueille sa première finale de Coupe d'Europe des clubs champions gagnée par le Milan AC devant le FC Steaua Bucarest. Enfin, le Camp Nou fait partie en 1992 du dispositif d'accueil des compétitions des Jeux olympiques de 1992, de nombreux matchs de football y étant disputés, en particulier la finale de l'épreuve[6].

En 1993-1994, puis en 1998, le stade connaît de nouveaux travaux de rénovation, qui lui permettent en particulier de répondre aux normes de sécurité instaurées par l'UEFA. La capacité du stade est ainsi diminuée jusqu'à atteindre 98 772 places. Le 26 mai 1999, le Camp Nou accueille la finale de la Ligue des champions gagnée sur le fil par Manchester United devant le Bayern Munich[6].

Projets de rénovation et d'agrandissement[modifier | modifier le code]

En septembre 2007, lors des cérémonies du cinquantenaire du stade, la rénovation et l'agrandissement du Camp Nou est annoncée[9]. Confiés à l'architecte britannique Norman Foster, ces travaux doivent porter la capacité du stade à 106 000 places. Le projet induit la construction d'une coquille externe composée de tuiles multicolores, inspiration que l'architecte britannique attribue aux mosaïques d’Antoni Gaudí. La façade du stade doit être éclairée de blaugrana (bleu et grenat), les couleurs du club, et de sang et or, les couleurs de la Catalogne. Le stade doit voir enfin sa capacité augmentée de 10 000 places supplémentaires. Les travaux de construction devaient commencer en 2010 pour s'achever au début de la saison 2012-2013, pour un coût estimé à 250 millions d’euros[10].

Le nouveau président du FC Barcelone Sandro Rosell, élu en 2010, a annoncé que ce projet serait abandonné et qu'il se contenterait de l'ajout d'un toit afin de mettre à l'abri les places du stade qui ne sont pas encore couvertes[11].

En septembre 2012, Sandro Rosell ouvre le débat avec les abonnés du club sur la question de l'avenir du stade : faut-il réformer le Camp Nou ou construire un nouveau stade à la pointe de la modernité[12] ? Ce sera aux socios de trancher en 2014 à travers un référendum.

Le 20 janvier 2014, Sandro Rosell présente lors d'une conférence de presse le projet Espai Barça de rénovation complète du Camp Nou dont toutes les places seraient couvertes et atteindrait une capacité pour 105 000 spectateurs[13]. Selon Sandro Rosell, il s'agit en fait d'un nouveau stade qui serait construit à la même place que le Camp Nou actuel, en vidant progressivement les éléments actuels et n'en conservant que la structure. Ce projet dont le coût s'élève à 600 M€ est approuvé avec plus de 70% des voix le 5 avril 2014 par les socios à travers un référendum. Le stade pourra continuer à être utilisé pendant les travaux qui s'étaleraient entre mai 2017 et février 2021.

Structure et équipements[modifier | modifier le code]

Le Camp Nou s'est officiellement appelé Estadi del FC Barcelona durant plus de quarante ans. Toutefois, l'intention première du FC Barcelone était de le nommer Stade Joan Gamper, nom du fondateur du club, mais les autorités politiques du régime franquiste ne le permirent pas[14]. Lors de la saison 2000-2001, une consultation organisée par le club auprès de ses socios aboutit au changement du nom officiel de l'édifice. Le nom usuel de Camp Nou remplace alors l'ancienne appellation[15]. En plus de son terrain et de ses tribunes, le stade bénéficie de nombreux aménagements à ses extérieurs comme en son cœur.

En 1999, le Camp Nou est certifié Stade cinq étoiles par l'UEFA, label qui garantit le respect de nombreuses règles de sécurité et de confort pour les spectateurs. Ce statut lui confère le droit d'accueillir une finale de Ligue des champions, comme cela s'est produit en 1999, année de la certification du stade.

Image panoramique très large et peu haute
Vue panoramique du Camp Nou

Architecture et description générale[modifier | modifier le code]

La construction du Camp Nou, est l'œuvre des architectes catalans Francesc Mitjans Miró, Josep Soteras Mauri et Lorenzo García Barbón[7],[16]. La qualité de sa réalisation et de ses remodelages successifs effectués, par exemple pour la Coupe du Monde 1982, où sa capacité a atteint 120 000 spectateurs, où en 1999, où sa capacité est réduite à 98 125 places assisses, permet à ce stade d’être particulièrement durable dans le temps[7].

Terrain de jeu[modifier | modifier le code]

« Més que un club »

Le stade, de forme ovoïde, compte trois niveaux de gradins de couleurs bleue et rouge, sur lesquels on lit l'inscription « Més que un club » (« Plus qu'un club » en catalan), devise du club barcelonais[6]. Il est à ciel ouvert sur sa majeure partie[6]. Un toit couvre la tribune des loges présidentielles et des officiels, qui représente 41 % de la surface des gradins. Le stade couvre une surface totale de 55 000 mètres carrés, soit 250 mètres de long sur 220 mètres de large[6].

L'aire de jeu mesure 105 mètres de long sur une largeur de 68 mètres[6]. Elle est plus basse que le niveau du sol aux alentours (en l'occurrence à -2,5 mètres), ce qui permet de diminuer la hauteur extérieure des tribunes[6]. Ces travaux de rabaissement sont effectués en 1993-1994[6].

Lors de son inauguration, le stade peut accueillir 93 000 spectateurs. Une extension, inaugurée le 13 juin 1982, porte la capacité à 115 000 spectateurs. Après les drames des années 1980 au Heysel et à Sheffield, la capacité du Camp Nou est réduite à 98 772 places[6].

Le Camp Nou est équipé de deux écrans géants, disposés en haut des tribunes latérales du stade, qui permettent de diffuser à l'ensemble des spectateurs des informations aussi bien à caractère publicitaire qu'informatif (liste des joueurs, nom du buteur). La tribune de presse permet aussi d'accueillir un grand nombre de journalistes (282)[6].

Depuis le 4 janvier 2012, le Camp Nou est une enceinte entièrement non fumeur. Cette interdiction, une première pour un stade espagnol (et quasiment une première dans le monde, à l'exception des stades anglais où cette interdiction est en vigueur), a été prise par la direction du club après consultation par vote auprès des socios en septembre 2011 (538 personnes ont voté pour, 89 contre, et 38 se sont abstenues)[17].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Tribunes[modifier | modifier le code]

Tribune de presse[modifier | modifier le code]

Située sur le troisième gradin de tribune du Camp Nou, elle offre une vision optimale du terrain de jeu, cette installation est l'une des plus modernes et grandes que l'on puisse trouver dans un stade de football non seulement en Europe, mais aussi dans le monde entier[18].

Cet espace compte un total de 192 pupitres de presse, 2 études de télévision et 28 cabines de radio. La tribune de presse est équipée d'une technologie sans fil (wi-fi) restreinte aux médias et avec différents écrans de plasma qui permettent de voir les matches en direct et les répétitions des actions[18]. Elle compte également les correspondantes prises électriques pour que les médias puissent connecter leurs ordinateurs et autres équipements[18].

Aménagements intérieurs[modifier | modifier le code]

Chapelle du Camp Nou.

Les tribunes du Camp Nou sont agrémentées de nombreux aménagements. Le stade est doté d'une loge présidentielle, de salons VIP, de salles de presse, de plusieurs studios de télévision, d'un centre de médecine sportive, d'un centre de contrôle et de sécurité, d'une zone réservée aux anciens joueurs du club, et des bureaux des différentes sections sportives du club.

Une chapelle est également située peu avant l'entrée sur le terrain, permettant aux joueurs de se recueillir avant les matchs. Les espaces-presses pour les conférences et interviews d'après-match sont situés avant l'accès aux vestiaires des joueurs.

Musée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée du FC Barcelone.
Salle des trophées dans le musée du FC Barcelone.
Maillot porté par Diego Maradona exposé au public.

En 1984, un musée consacré au FC Barcelone et à son histoire ouvre ses portes au Camp Nou. Il est rebaptisé en 2000 « Musée Président Núñez » à l'initiative de Joan Gaspart, en hommage à son prédécesseur Josep Lluís Núñez, président du club entre 1978 et 2000 et à l'origine de la création du musée.

Sur une superficie supérieure à 3 500 mètres carrés, y sont exposés les trophées remportés par les différentes sections du club, de nombreux maillots et chaussures portés par les anciens joueurs du club, et y est expliquée l'histoire du FC Barcelone. De nombreux objets liés à l'histoire du Barça y sont montrés au public, y compris des œuvres de Salvador Dalí, Joan Miró, Antoni Tàpies, José Segrelles ou Josep Maria Subirachs sur le thème du sport. Une zone multimédia est également présente, avec de nombreux documents audio et vidéo présentant les personnages et les moments-clés de l'histoire du club. Le musée possède aussi son centre documentaire, archives de presses du club et d'autres documents. Il permet en outre la consultation de très nombreuses photographies.

Le musée du FC Barcelone est le musée le plus visité de la ville, avec plus de 1 200 000 de visiteurs par an.

Tourisme et aspects commerciaux[modifier | modifier le code]

À proximité immédiate du stade se trouve la boutique officielle du FC Barcelone, où sont mis en vente l'ensemble de ses produits dérivés. La boutique s'étale sur une superficie de plus de 2 000 mètres carrés, offrant plus de 3 000 articles à la vente[19].

Le Camp Nou peut être l'objet de visites, payantes pour le public, socios du club exceptés. Les visiteurs empruntent un circuit dessiné au cœur de la tribune présidentielle, visitant dans un premier temps les anciens vestiaires puis la chapelle. Ils accèdent ensuite au bord du terrain dans la zone des bancs de touche, puis remontent les gradins jusqu'à l'espace présidentiel puis les cabines des commentateurs qui dominent le stade. La visite se termine par celle du musée.

Vue aérienne du Camp Nou et du quartier de Les Corts.
Vue du Camp Nou depuis la Travessera de Les Corts.

Environnement[modifier | modifier le code]

Le Camp Nou est localisé dans le quartier de Les Corts. Lors de sa création, le stade est situé en périphérie de la ville, mais celle-ci le rattrape progressivement au cours des années pour l'entourer désormais complètement. Encadré par l’Avinguda Aristides Maillol, l’Avinguda de Joan XXIII, et la Travessera de Les Corts, le Camp Nou est situé à proximité de l'une des principales artères de la ville de Barcelone, l’Avinguda Diagonal.

Monument emblématique d'un complexe qui comprend de nombreux équipements sportifs, le Camp Nou est largement desservi par les transports en commun de l'agglomération barcelonaise.

Équipements à proximité[modifier | modifier le code]

Le « Mini Estadi » vu de l'extérieur.

Le Camp Nou est entouré d'équipement utilisés par les différentes sections sportives du FC Barcelone. À quelques mètres du stade est située la salle multisports « Palau Blaugrana » où sont disputées les rencontres des sections basket-ball, handball, rink hockey et futsal. Le Palau Blaugrana a été inauguré en 1971 et a, à l'instar du Camp Nou, accueilli plusieurs épreuves des Jeux olympiques en 1992. À proximité du Camp Nou se trouve également le « Palau de Gel », également construit en 1971, une patinoire où évoluent les sections hockey sur glace et patinage artistique.

Le complexe sportif comprend également un deuxième stade consacré au football. Inauguré le 23 septembre 1982, le « Mini Estadi », possède une capacité d'accueil de 15 276 places. Depuis sa création, il accueille les matchs des équipes de jeunes et de sa réserve, le FC Barcelone Atlètic. Enfin, la Masia, centre de formation du club, est également situé à proximité du Camp Nou.

Desserte[modifier | modifier le code]

Le Camp Nou est desservi par plusieurs stations du métro de Barcelone, situées sur sa ligne 3 (stations Les Corts ou Maria Cristina) et sur sa ligne 5 (stations Collblanc ou Badal). L'accès au stade peut également se faire par autobus, de nombreuses lignes desservant le quartier[20]. Un parking se trouve également à proximité du stade.

Affluences[modifier | modifier le code]

Record d'affluence[modifier | modifier le code]

En 2007, le nombre de spectateurs venant au Camp Nou est relativement bas. Pour enrayer ce fait, les responsables de marketing, pour leur part, essayent de convaincre les Socios, chaque fois moins nombreux à se déplacer au stade, par des campagnes publicitaires ambitieuses mais qui ne porte pas leurs fruits[21]. Contre Getafe par exemple, une note de presse rendue publique trois jours avant le match assure que "l’objectif est que les 25.000 places qui, en moyenne, sont libres chaque match puissent être remplies pour le match contre cette équipe. La même note évalue que l’affluence moyenne tourne autour des 74.000 spectateurs par match, dont 9.000 qui achètent leurs entrée par le biais du Seient Lliure[21]. En d'autres termes, sans ce service la moyenne d'entrée serait plutôt de 65.000 spectateurs, pas que des Socios, puisqu’il faudrait déduire de ce total le nombre des entrées acquises du bloc de plus de 7.000 entrées réservés aux non abonnés du Camp Nou[21]. Par rapport à la saison précédente, la moyenne est légèrement plus faible avec 73.218 spectateurs de moyenne, avec la perspective de finir la saison avec une moyenne très semblable, légèrement au dessus de 73.000 spectateurs par rencontre[21].

Ainsi, les campagnes agressives pour libérer des sièges et les commercialiser n'ont pas augmenté la moyenne en championnat qui reste à 73.000 en 2007[21].

Vers les années 2010, le nombre de spectateurs ne cessent d'augmenter d'autant que la période est faste d'un point de vue sportif. Ainsi, en 2011, sur les huit premiers matches déjà joués à domicile (toutes compétition confondues), le FC Barcelone attire 650 970 spectateurs dans son enceinte[22]. Il n’y a pas d’équivalent en Europe. Si on compare l’affluence de ces huit matches à celle de la Ligue 1 française, le Barça a en fait ramené autant de monde que 35 matches du championnat de France (en comparant avec l’affluence moyenne de tous les clubs)[22]. Le Barça crée l’exploit de rassembler, 81 371 spectateurs par match à domicile sur ces huit premiers matches. Des statistiques, qui n’ont pas d’égal même dans l’histoire des Blaugrana[22].

Sur toute l'année, près de 79 390 spectateurs de moyenne soit une augmentation de 2,7 % par rapport à la saison précédente sont venus au stade, avec une affluence record de 98 255 spectateurs pour l’écrasante victoire du Barça face au Real Madrid 5-0. A titre de comparaison, l’affluence moyenne du Barça est sensiblement la même que celle cumulée de l’OM et du PSG (50 979 + 28701) en France[23].

Il y a encore deux ans, les 8 premiers matches disputés au Camp Nou attirent, au total, 90 565 spectateurs de moins qu’en 2011, ce qui représente une différence notable de 11 320 spectateurs par match. Avec l'année 2010, l’écart est moindre, mais reste tout de même conséquent[22]. Cela représente 43 619 supporters de plus que l’an passé soit 5 453 spectateurs de différence par match[22].

Affluence moyenne par saison[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule l'affluence moyenne par saison du nombre de spectateurs au Camp Nou depuis sa création lors de l'année 1957[24].

Meilleures moyennes de spectateurs au Camp Nou[24].
Affluences moyennes Division Année
87 300[24] Division 1 1997
85 000[24] Division 1 1998
78 097[24] Division 1 2010
74 078[24] Division 1 2007
73 357[24] Division 1 2005

Principaux évènements accueillis[modifier | modifier le code]

Événements Sportifs[modifier | modifier le code]

Matchs européens[modifier | modifier le code]

Le Camp Nou est, avec le Stade Santiago Bernabéu à Madrid, l'un des deux stades espagnols où se jouent la phase finale du Championnat d'Europe de football 1964. Le Camp Nou accueille deux matchs : une demi-finale et le match pour la troisième place.

Matchs de Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Zbigniew Boniek et la Pologne jouent à trois reprises au Camp Nou lors de la Coupe du monde 1982.

Lors de la Coupe du monde de football 1982, le stade est choisi pour accueillir la cérémonie d'ouverture et le match d'ouverture entre l'Argentine, tenante du titre, et la Belgique. Il est ensuite le site du Groupe 1 pour le deuxième tour et enfin celui de la demi-finale disputée entre l'Italie et la Pologne.

Au total, cinq matchs sont joués, et sept buts sont marqués. L'organisation de la Coupe du monde a totalisé une fréquentation de 320 000 spectateurs, soit une moyenne de 64 000 spectateurs par match.

  • 23 juin 1982, premier tour : Argentine 0-1 Belgique (95 000 spectateurs).
  • 28 juin 1982, deuxième tour : Pologne 3-0 Belgique (65 000 spectateurs).
  • 1er juillet 1982, deuxième tour : Belgique 0-1 URSS (45 000 spectateurs).
  • 4 juillet 1982, deuxième tour : Pologne 0-0 URSS (65 000 spectateurs).
  • 8 juillet 1982, demi-finale : Pologne 0-2 Italie (50 000 spectateurs).

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Le 8 août 1992, Le Camp Nou accueille la finale du tournoi olympique. L'équipe d'Espagne y défait la Pologne sur le score de trois buts à deux et remporte la médaille d'or.

Finale de Coupe européenne[modifier | modifier le code]

Ligue des champions[modifier | modifier le code]

Le Camp Nou a accueilli à deux reprises la finale de la Coupe d'Europe des clubs champions puis de la Ligue des champions[25] :

Coupe des coupes[modifier | modifier le code]

Le Camp Nou a également accueilli à deux reprises la finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de Coupe. La première fois, le 24 mai 1972 les Glasgow Rangers y battent trois buts à deux le Dinamo Moscou. Ce match est l'occasion de graves incidents entre supporters des deux camps : l'édition du journal La Vanguardia de Barcelone du 26 mai donne un bilan de deux morts et 102 fans blessés, plus treize policiers blessés dont deux grièvement. La deuxième finale, se déroule le 22 mai 1982. Le FC Barcelone, qui joue donc à domicile, défait le Standard de Liège par deux buts à un.

Coupe des villes de foire[modifier | modifier le code]

Le Camp Nou abrite à cinq reprises des matchs de finale de Coupe des villes de foire. Par quatre fois, il s'est agi de rencontres du FC Barcelone dans un format de matchs aller-retour. Une fois, le Camp Nou a été désigné comme terrain neutre pour deux équipes espagnoles.

Supercoupe d'Europe[modifier | modifier le code]

Le Camp Nou a également été le terrain de cinq finales de la Super Coupe européenne de football, lorsque celle-ci se disputait en matchs aller-retours. Le FC Barcelone y participe à quatre reprises en tant que vainqueur de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, et en 1992 en tant que vainqueur de la Coupe d'Europe des clubs champions.

Finales de la Coupe d'Espagne[modifier | modifier le code]

Le stade est également l'hôte à trois reprises de la finale de la Coupe d'Espagne, la plupart des finales de la compétitions ayant été disputées à Madrid.

Matchs internationaux[modifier | modifier le code]

Matchs de l’équipe nationale d’Espagne[modifier | modifier le code]

Pourtant stade ayant la plus grande capacité d'accueil du pays, le Camp Nou n'abrite qu'à cinq reprises des matchs de l'équipe nationale espagnole.

Matchs de l’équipe de Catalogne[modifier | modifier le code]

Stade emblématique de la Catalogne, le Camp Nou est le cadre habituel des rencontres disputées par l'équipe de Catalogne, sélection non-reconnue par la FIFA.

Événements sociaux et musicaux[modifier | modifier le code]

Le stade a également été le cadre d'importants événements non-sportifs:

Concert du groupe U2 au Camp Nou en juin 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 2000, le club organise un vote pour en changer. Le surnom le plus populaire Camp Nou (nom catalan qui signifie « Nouveau Stade ») est alors adopté comme nouveau nom officiel

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « FC Barcelona Information », sur fcbarcelona.cat (consulté le 4 juillet 2013)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Camp Nou : histoire du stade du FC Barcelone », sur fcbarcelonaclan.com (consulté le 16 avril 2010)
  3. Farred, Grant p. 124
  4. Eaude, Michael p. 104
  5. a et b (en) « Camp Nou : Brief history », sur fcbarcelona.cat (consulté le 16 avril 2010)
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q « Le Club FC Barcelona », sur fc-barcelone.com (consulté le 4 juillet 2013)
  7. a, b, c et d « Le Camp Nou », sur fc-barcelone.com (consulté le 4 juillet 2013)
  8. a, b, c, d, e, f, g et h « Histoire du Camp Nou », sur fcbarcelona.com (consulté le 4 juillet 2013)
  9. (es) « Foster cambiará la cara al Camp Nou », sur elpais.com,‎ 18 septembre 2007 (consulté le 17 avril 2010)
  10. « Le nouveau stade du Camp Nou sera conçu par Norman Foster », sur fc.barcelona.com (consulté le 17 avril 2010)
  11. (es) « Rosell : "J'ai un bon feeling avec Guardiola" », sur sport.es (consulté le 12 mai 2010)
  12. (es)Rosell : "Réformer le Camp Nou ne permettrait pas de disposer du meilleur stade au monde", sport.es, 20 septembre 2012
  13. Présentation du nouveau Camp Nou, sport.es, 20 janvier 2014
  14. Ivan Turmo, « Hans Gamper, ce Suisse qui a créé le FC Barcelone », sur swissinfo.ch,‎ 21 octobre 2008 (consulté le 19 septembre 2009)
  15. (en) « A Five Star Stadium », sur fcbarcelona.com (consulté le 17 avril 2010)
  16. « Francesc Mitjans, l'architecte du Camp Nou, n'est plus », sur fc-barcelone.com (consulté le 4 juillet 2013)
  17. (fr) « FC Barcelone : Le Camp Nou interdit aux fumeurs », sur planetbarca.blogspot.fr (consulté le 11 décembre 2012)
  18. a, b et c « Tribune de presse », sur fcbarcelona.com (consulté le 16 avril 2010)
  19. (en) « FCBotiga », sur fcbarcelona.cat (consulté le 18 avril 2010)
  20. « Le stade du Camp Nou à Barcelone », sur barcelona.com (consulté le 18 avril 2010)
  21. a, b, c, d et e « L'affluence au Camp Nou se stabilise », sur fcbarcelonaclan.com (consulté le 10 juillet 2013)
  22. a, b, c, d et e « FC Barcelone: Les incroyables statistiques du Camp Nou ! », sur sportune.fr (consulté le 10 juillet 2013)
  23. « Barça : affluence record au Camp Nou cette saison ! », sur footmercato.net (consulté le 10 juillet 2013)
  24. a, b, c, d, e, f et g « Stades et Spectateurs », sur stades-spectateurs.com (consulté le 10 juillet 2013)
  25. L'épreuve change de nom en 1992
  26. Sélection de joueurs évoluant à Londres

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Josep Maria Casanovas, La Catedral del Barça, inclut un dvd, éditions Sport, 2007.
    Ce livre retrace les cinquante ans d'histoire du Camp Nou

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]