Coupe du monde de football de 2006

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coupe du monde 2006

alt=Description de l'image FIFA2006.svg.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FIFA et DFB
Édition 18e
Lieu Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Date du 9 juin 2006
au 9 juillet 2006
Participants 32 (198 en phases qualificatives)
Épreuves 64 rencontres
Affluence 3 359 439
(moyenne 52 491)
Site(s) 12 stades
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Brésil Brésil
Vainqueur Drapeau : Italie Italie (4e titre)
Finaliste Drapeau : France France
Troisième Drapeau : Allemagne Allemagne
Buts 147 (moyenne 2,3)
Meilleur joueur Drapeau : France Zinédine Zidane
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Allemagne Miroslav Klose (5)

Navigation

La coupe du monde de football de 2006 est la dix-huitième édition de la coupe du monde de football et s'est déroulée du 9 juin au 9 juillet 2006 en Allemagne, qui a été choisie en juin 2000 pour organiser l'événement.
De décembre 2003 à novembre 2005, les sélections nationales de 198 pays participent à une phase de qualification, dans le but de désigner les 31 équipes pouvant prendre part au tournoi final en compagnie de l'Allemagne, qualifiée d'office en tant que pays organisateur.

La compétition est remportée par l'Italie, qui bat en finale la France aux tirs au but. L'Allemagne prend la troisième place devant le Portugal. Le Brésil, champion du monde en titre et favori de l'épreuve[1],[2], est éliminé au stade des quarts de finale par la France. Sur le plan sportif, le tournoi est marqué par le retour à une domination des « grandes équipes européennes et sud-américaines »[1] : tandis que la précédente coupe du monde en 2002 voit des équipes d'Asie, d'Amérique du Nord et d'Afrique aller relativement loin dans la compétition (jusqu'en quart et demi-finale), tous les quart-de-finalistes de l'édition 2006 sont européens ou sud-américains et tous les anciens vainqueurs de la compétition sauf l'Uruguay sont présents en quart de finale.

Le tournoi 2006 est suivi dans le monde entier et sa couverture médiatique confirme que la coupe du monde de football est l'événement sportif le plus important de la planète à côté des Jeux olympiques[3]. La vente des droits de diffusion et le sponsoring contribuent à la réussite économique de la compétition sportive. La coupe du monde 2006 est aussi un énorme succès populaire en Allemagne, où elle est surnommée Sommermärchen (conte de fées d'été), et elle donne également une image très positive du pays à l'étranger[4],[5],[6],[7].

Sommaire

Préparation de l'événement[modifier | modifier le code]

Après la désignation du pays organisateur en 2000, un comité d'organisation allemand est créé pour préparer la tenue de la coupe du monde 2006 en Allemagne. Douze stades sont construits ou rénovés pour l'occasion. En 2005, l'organisation de la coupe des confédérations 2005 en Allemagne sert, en dehors de l'aspect sportif, également de préparation à la coupe du monde qui se déroule un an plus tard.

Désignation du pays organisateur[modifier | modifier le code]

Logo de la candidature allemande

La volonté de la Fédération allemande de football, ou Deutscher Fußball-Bund (DFB), d'organiser la coupe du monde en Allemagne remonte à novembre 1992. À cette date, la fédération et son président Egidius Braun entament la promotion dans le pays d'une telle candidature. Fin 1996, Franz Beckenbauer donne son accord pour devenir ambassadeur de la candidature allemande. Il prend en 1998 la présidence du comité de candidature et c'est en cette qualité qu'il transmet au président de la FIFA Sepp Blatter, le 26 novembre 1998, la déclaration d'intentions officielle de la fédération allemande pour l'organisation de la coupe du monde 2006[8].

Aux côtés du DFB, quatre autres fédérations prétendent à l'organisation de l'évènement. Il s'agit des fédérations de l'Afrique du Sud, de l'Angleterre, du Brésil et du Maroc[9]. Les fédérations de l'Égypte, du Ghana et du Nigeria, initialement candidates à l'organisation du tournoi, se retirent du processus d'attribution pour ne pas diluer les candidatures africaines[8].

Nombre de voix obtenues
Fédérations candidates 1er tour 2e tour 3e tour
Drapeau : Allemagne Allemagne 10 11 12
Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud 6 11 11
Drapeau : Angleterre Angleterre 5 2 -
Drapeau : Maroc Maroc 3 - -
Drapeau : Brésil Brésil - - -
Total des votes 24 24 23

Le 6 juillet 2000, le comité exécutif de la FIFA se réunit à Zurich pour désigner le pays hôte de la coupe du monde 2006. Le Brésil se retire trois jours avant le vote[10]. Pour la première fois, il faut plus d'un tour de scrutin pour désigner le pays hôte. Le Maroc et l'Angleterre sont éliminés lors du premier et du deuxième tour respectivement[11]. L'Allemagne, qui termine première à chaque tour, est finalement choisie aux dépens de l'Afrique du Sud au troisième tour de scrutin par douze voix contre onze et une abstention.

Cette nomination de l'Allemagne comme pays hôte de la phase finale 2006 face à l'Afrique du Sud favorite fait naître une polémique. Charles Dempsey, un membre néo-zélandais du comité exécutif de la FIFA, donne en effet aux deux premiers tours de scrutin son vote à l'Afrique du Sud, conformément aux instructions de la Confédération du football d'Océanie à laquelle il appartient, puis il s'abstient lors du troisième tour décisif, entraînant la victoire allemande par une voix d'écart. S'il avait voté pour l'Afrique du Sud au dernier tour, les deux derniers pays se seraient ainsi retrouvés à égalité avec douze voix chacun. Dans un tel cas de figure, une victoire de l'Afrique du Sud aurait été probable, puisque la désignation du vainqueur serait revenue au président de la FIFA, Sepp Blatter[12],[13], qui était favorable à la candidature africaine[14],[15],[16]. Tout comme huit autres membres du comité exécutif, Dempsey avait reçu la veille du vote un fax lui promettant une pendule à coucou et du jambon de la Forêt-Noire. Après le vote, le magazine allemand Titanic se dénonce comme étant l'auteur de cette mauvaise blague[17]. Quant à lui, Dempsey explique son abstention par la pression insupportable à laquelle il fut soumis lors du vote[18].

À la suite de cet incident, la FIFA décide que l'organisation de la compétition se fera dorénavant par rotation entre les continents. Ainsi, il est décidé que la coupe du monde 2010 sera organisée par un pays africain, en l'occurrence l'Afrique du Sud. La FIFA revient par la suite sur ce mode de désignation par rotation et décide en octobre 2007 que seules seront exclues de l'organisation d'une coupe du monde les confédérations ayant accueilli les deux dernières éditions de la compétition[19].

Comité d'organisation[modifier | modifier le code]

Le président du comité d'organisation Franz Beckenbauer

L'organisation du tournoi 2006 est confiée par la FIFA à la fédération allemande de football (DFB) et à son comité d'organisation de la coupe du monde de la FIFA Allemagne 2006. Le président du comité d'organisation allemand est Franz Beckenbauer, qui occupe les fonctions de responsable du projet, représentant de l'évènement et responsable des relations avec la FIFA[20],[21].

Le comité d'organisation comporte trois vice-présidents exécutifs. Le premier vice-président Horst R. Schmidt est chargé de l'hébergement des équipes, du tourisme, des cérémonies d'ouverture et de clôture, de l'organisation du tournoi et des questions organisationnelles relatives à la sécurité et aux transports. Le vice-président Wolfgang Niersbach s'occupe du marketing, du tirage au sort, des relations avec la presse, de la communication et de l'accréditation. Les domaines de compétences du troisième vice-président, Theo Zwanziger le président de la fédération allemande de football, se concentre sur les affaires juridiques, les finances, la gestion du personnel de la Coupe du monde et diverses questions d'organisation[21].

Les activités du comité d'organisation sont contrôlées par un conseil de surveillance de dix membres. Le comité est aussi conseillé par la commission des sports du Bundestag, notamment sur les questions de commercialisation touristique du tournoi.

Le champion du monde 1990 et sélectionneur de l'équipe d'Allemagne Jürgen Klinsmann occupe la fonction d'ambassadeur international de la coupe du monde en compagnie de Rudi Völler, champion du monde 1990 et directeur sportif du Bayer Leverkusen, Oliver Bierhoff, champion d'Europe 1996 et manager de l'équipe d'Allemagne, et Karl-Heinz Rummenigge, champion d'Europe 1980 et président du Bayern de Munich.

La structure chargée de faire le lien avec le comité d'organisation allemand au sein de la FIFA est la commission d'organisation de la coupe du monde de la FIFA Allemagne 2006. Cette commission de la FIFA est présidée par l'ancien président de l'UEFA Lennart Johansson et le vice-président est l'Argentin Julio Grondona[20].

Villes et stades retenus[modifier | modifier le code]

Douze villes allemandes et douze stades sont sélectionnés pour accueillir les rencontres de la coupe du monde 2006. Les villes de Brême, Mönchengladbach, Düsseldorf et Leverkusen ont vu leur candidature rejetée. Sur les douze stades sélectionnés, dix sont construits ou reconstruits pour la tenue de la coupe du monde en Allemagne[22].

Parmi les stades retenus, seul le Zentralstadion de Leipzig se situe dans l'ancienne République démocratique allemande (RDA), le stade olympique de Berlin étant situé dans l'ancien Berlin-Ouest[23]. Une raison de cet état de fait est que très peu de clubs de l'ex-RDA disputent régulièrement la Bundesliga, le championnat allemand de première division, condition essentielle pour pouvoir rentabiliser un investissement dans un grand équipement tel qu'un stade de football. L'investissement nécessaire pour avoir un stade apte à accueillir une coupe du monde est en effet important en raison des critères sévères imposés par la FIFA en matière de sécurité, de technique et d'infrastructures.

Une autre raison est le mode de financement des stades de la coupe du monde 2006 qui repose essentiellement sur un financement privé. Les grandes entreprises allemandes capables de soutenir la création ou la rénovation d'un stade étant principalement implantées dans les anciens Länder, il est alors logique que les rencontres du tournoi se disputent principalement dans ces régions. Pour garantir qu'au moins une ville de l'ex-RDA puisse disposer d'un stade aux normes de la coupe du monde, l'État fédéral et le Land de Saxe prennent en charge presque exclusivement le financement du Zentralstadion de Leipzig[24], l'État fédéral y participant à hauteur de 51,1 millions d'euros[25].

Après la fin des travaux, certains nouveaux stades sont nommés ou renommés selon la pratique du naming d'après une société sponsor, comme le RheinEnergieStadion de Cologne ou le Signal Iduna Park de Dortmund. Ces stades sont cependant rebaptisés de manière neutre pour la durée de la compétition car la FIFA interdit toute mention de sponsors autres que les sponsors officiels de la compétition. Ces noms neutres sont du type FIFA World Cup Stadium en anglais, ou FIFA WM-Stadion en allemand, suivi du nom de la ville[26].

Les stades ne comportent que des places assises et leur capacité est réduite pour les matchs du tournoi. Le nombre de places est réduit pour pouvoir disposer d'une réserve de sécurité et pour ne pas avoir à utiliser des sièges offrant une visibilité réduite[27].

Sources FIFA[28] et der-wmticker.de[29].

Le Stade olympique de Berlin, Olympiastadion en allemand, est reconstruit pour un coût total de 242 millions d'euros avec un financement public à hauteur de 196 millions d'euros. La décision de rénover le stade plutôt que de le détruire est prise le 26 mai 1998 par le sénat allemand. Le chancelier Gerhard Schröder lance officiellement les travaux de rénovation le 3 juillet 2000. La pelouse est abaissée de 2,65 mètres et 76 loges sont créées. Le match d'inauguration du stade reconstruit a lieu le 8 septembre 2004 entre l'Allemagne et le Brésil[30]. Le club résident est le Hertha Berlin. La capacité totale du stade est réduite de 74 176 à 72 000 places pour les quatre matchs de poule et le quart de finale qu'il accueille. La capacité est même limitée à 69 000 places à l'occasion de la finale. La moyenne de spectateurs sur les six rencontres disputées au Stade olympique est de 71 500.

Le RheinEnergieStadion de Cologne est reconstruit pour un montant de 119 millions d'euros, la ville de Cologne payant 25,7 millions d'euros et le reste étant financé par le propriétaire. Le club évoluant dans cette enceinte est le FC Cologne. Pendant la Coupe du monde, le stade est renommé en FIFA WM-Stadion Cologne et sa capacité de 46 134 places est réduite à 45 000. Le stade fait le plein pour les cinq matchs du tournoi qu'il accueille.

Le stade du Borussia Dortmund, le Signal Iduna Park, est reconstruit pour un coût de 46 millions d'euros dont 5 millions d'euros provenant d'un programme fédéral de modernisation. Pendant le tournoi, le nom est modifié en FIFA WM-Stadion Dortmund et la capacité initiale de 67 000 places est limitée à 65 000. En moyenne, 64 660 spectateurs assiste aux six rencontres, dont une demi-finale, qui se jouent à Dortmund.

La Commerzbank-Arena, le stade situé à Francfort, est entièrement reconstruite pour 126 millions d'euros. Le club résident est l'Eintracht Francfort. Le stade, renommé FIFA WM-Stadion Francfort, accueille quatre rencontres de groupe et un quart de finale. La capacité passe de 48 132 places à 48 000 pour ces matchs, qui sont suivis par une moyenne de 48 000 spectateurs.

La Veltins-Arena, stade de Schalke 04 situé à Gelsenkirchen, est construite à partir de 1998 pour 191 millions d'euros, dont 10 millions de la ville et 5 millions provenant des supporters. La capacité en configuration Coupe du monde est réduite de 53 804 places à 50 000. Le stade, renommé FIFA WM-Stadion Gelsenkirchen, est plein pour les cinq matchs du tournoi.

L'AOL Arena, renommé en 2008 HSH Nordbank Arena, est le stade du Hambourg SV. Il est entièrement construit à neuf pour 97 millions d'euros. La capacité de 51 055 places est réduite à 50 000 pour la compétition. Une moyenne de 49 896 spectateurs assistent aux cinq matchs du tournoi qui se déroulent dans ce stade renommé pour l'occasion FIFA WM-Stadion Hambourg.

L'AWD-Arena est le stade situé à Hanovre utilisé par le club du Hanovre 96. Il est reconstruit pour 64 millions d'euros. Pour les cinq rencontres du mondial qui y sont disputées, le stade est renommé FIFA WM-Stadion Hanovre et sa capacité réduite de 44 652 à 43 000 places, ce qui est aussi l'affluence moyenne.

Le Fritz-Walter-Stadion, stade du FC Kaiserslautern, est rénové et agrandi à 48 500 places pour la somme de 49 millions d'euros. Sa capacité est réduite à 46 000 places pour accueillir cinq matchs du tournoi, qui font tous le plein de spectateurs.

Le Zentralstadion de Leipzig, stade du FC Sachsen Leipzig, est entièrement remis à neuf pour 91 millions d'euros. Sa capacité est réduite de 44 199 à 43 000 places pour les cinq matchs du tournoi qui y sont disputés devant 42 000 spectateurs de moyenne.

L'Allianz Arena est construit par les deux clubs du Bayern de Munich et de Munich 1860 qui se partagent le coût de 280 millions d'euros. D'une capacité de 66 016 places, il offre 66 000 places pendant les six matchs de Coupe du monde, dont une demi-finale. Le stade, qui est toujours plein pendant la compétition, est renommé en FIFA WM-Stadion Munich pour la durée de l'évènement.

Le stade du FC Nuremberg, le Frankenstadion, est reconstruit pour 56 millions d'euros pour pouvoir accueillir cinq matchs de la compétition. Il présente une moyenne maximale de 41 000 spectateurs après réduction de la capacité de 41 926 à 41 000 places.

Le Gottlieb-Daimler-Stadion, renommé en 2008 Mercedes-Benz Arena, est le stade du VfB Stuttgart. Il est modernisé pour la somme de 52 millions d'euros. Le stade accueille six matchs, dont le match pour la troisième place. Sa capacité passe de 54 267 à 52 000 places pour une moyenne de 52 000 spectateurs.

Coupe des confédérations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coupe des confédérations 2005.
Match d'ouverture de la coupe des confédérations à Francfort

La coupe des confédérations 2005 qui se tient en Allemagne du 15 au 29 juin 2005 sert de préparation grandeur nature pour l'organisation de la coupe du monde 2006. Huit équipes participent à cette coupe, parmi lesquelles l'Allemagne en tant que nation hôte, le Brésil (champion du monde 2002), l'Argentine (finaliste de la Copa América 2004) et l'Australie, la Grèce, le Japon, le Mexique et la Tunisie, vainqueurs respectivement de la coupe d'Océanie 2004, de l'Euro 2004, de la coupe d'Asie des nations 2004, de la Gold Cup 2003 et de la coupe d'Afrique des nations 2004. Le Brésil bat en finale l'Argentine sur le score de 4-1 et empoche la prime de 2,3 millions d'euros attribuée au vainqueur.

La compétition se déroule dans les stades rénovés ou reconstruits de Cologne, Francfort, Hanovre, Leipzig et Nuremberg, qui sont également retenus pour le mondial. Les rencontres de la coupe des confédérations permettent de tester et de vérifier le fonctionnement des installations et des infrastructures au cours d'une compétition internationale. Les dispositifs d'alerte et de sécurité de la coupe du monde ainsi que la coopération entre les services de l'État fédéral, des Länder, et des agences Interpol, Eurojust et Europol peuvent également être testés grandeur nature.

Les billets d'entrée dans les stades sont équipés pour la première fois de puces de radio-identification. Le contrôle des données enregistrées sur ces puces est testé au stade du Waldstadion de Francfort, inauguré après rénovation à l'occasion du match d'ouverture de la coupe des confédérations et renommé Commerzbank-Arena le 1er juillet 2005. Cette technique de contrôle des données est partiellement utilisée pendant la coupe du monde 2006 pour vérifier l'identité des personnes et empêcher les reventes de billets au marché noir.

Acteurs de la coupe du monde[modifier | modifier le code]

Équipes qualifiées[modifier | modifier le code]

Trente-deux équipes participent à la compétition. L'Allemagne est qualifiée d'office en tant que pays organisateur. Les 31 autres équipes présentes à la coupe du monde 2006 se qualifient en passant par une phase qualificative préliminaire. Pour la première fois, l'équipe championne du monde en titre n'est pas qualifiée d'office pour la phase finale : le Brésil participe ainsi à la phase qualificative de la zone sud-américaine.

Sept équipes participent pour la première fois à une phase finale de la coupe du monde : l'Angola, la Côte d'Ivoire, le Ghana, la République tchèque, le Togo, Trinité-et-Tobago et l'Ukraine. Le record de débutants est détenu par la Coupe du monde 1934 avec dix nouvelles équipes[31].

L'Australie est membre de la Confédération asiatique de football depuis le 1er janvier 2006 mais représente la Confédération d'Océanie car elle s'est qualifiée via les éliminatoires de la zone océanienne.

Le pays de la Serbie-et-Monténégro n'existe plus depuis l'indépendance du Monténégro proclamée le 3 juin 2006. L'équipe de Serbie-et-Monténégro dispute néanmoins la compétition avec des joueurs des deux républiques[32] car ce sont les fédérations nationales membres des confédérations continentales, et non les pays, qui présentent les équipes nationales en coupe du monde[33]. L'hymne du « pays » jouée pendant la coupe du monde est Hej Sloveni, l'hymne de la Serbie-et-Monténégro (et auparavant celui de l'ex-Yougoslavie). Pour son dernier match de préparation face à l'Uruguay, le 27 mai 2006 à Belgrade, seul l'hymne uruguayen est joué[34].

Ce fut également la première coupe du Monde depuis 1982 à présenter des équipes des 6 confédérations.

Les 32 équipes nationales qualifiées pour la phase finale
par confédération et par expérience
Carte Europe (UEFA)
14 places dont une au pays hôte
Amérique du Sud (CONMEBOL)
4 places
Afrique (CAF)
5 places
Planisphère représentant les pays dont les équipes se sont qualifiées pour la Coupe du monde 2006
Équipes qualifiées pour
la Coupe du monde 2006
Océanie (OFC)
1 place
Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes (CONCACAF)
4 places
Asie (AFC)
4 places

Joueurs[modifier | modifier le code]

Effectifs des équipes participantes : Équipes de la coupe du monde de football 2006.
Clubs ayant au moins dix joueurs représentés
Joueurs Clubs
15 Arsenal
14 Chelsea
13 Milan AC
12 Juventus Turin, Manchester United
11 FC Barcelone, Bayern Munich, Olympique lyonnais
10 Real Madrid

Chaque équipe emmène un groupe de 23 joueurs en Allemagne, ce qui fait un total de 736 footballeurs.

Le plus jeune d'entre eux est l'attaquant anglais Theo Walcott[37], 17 ans au début de la compétition. Il passe la totalité des cinq rencontres de son équipe sur le banc des remplaçants[38]. Le plus âgé est le gardien tunisien Ali Boumnijel[37], 40 ans au début de la compétition, qui lui dispute les trois matchs de son équipe[39]. L'âge moyen des joueurs présents est de 27 ans et 5 mois. L'équipe la plus jeune est celle du Ghana avec 25 ans et 2 mois, devant celles de Suisse, du Togo et de l'Angleterre qui ont respectivement 6, 7 et 8 mois de plus. Trinité-et-Tobago et la France présentent les groupes de joueurs les plus âgés avec respectivement 29 ans 5 mois et 29 ans 2 mois de moyenne[37].

Le joueur le plus lourd est l'attaquant tchèque Jan Koller avec 100 kg. Il fait également partie des joueurs les plus grands de la compétition en compagnie d'un autre attaquant Nikola Žigić de l'équipe de Serbie-et-Monténégro, et du gardien australien Željko Kalac qui tous les trois mesurent 202 cm. Le plus petit gabarit est le milieu Mohammad Al-Shalhoub, 59 kg, au sein d'une équipe saoudienne qui est le poids plume de la compétition avec 70 kg de moyenne par joueur[37].

Quatre joueurs rejoignent pendant la coupe du monde le cercle des footballeurs à cent sélections en équipe nationale. Il s'agit de l'Italien Fabio Cannavaro, du Néerlandais Philip Cocu, du Serbe Savo Milošević et du Sud-Coréen Lee Woon-jae. Fabio Cannavaro obtient sa centième sélection lors de la finale du tournoi[40].

Le club d'Arsenal est celui qui compte le plus de joueurs sélectionnés pour la coupe du monde avec quinze joueurs devant le Chelsea avec quatorze joueurs. Dans les autres principaux championnats européens, ce sont les clubs du Milan AC, du FC Barcelone, du Bayern Munich et de l'Olympique lyonnais qui envoient le plus de joueurs au mondial 2006.

Arbitres[modifier | modifier le code]

L'arbitre Markus Merk

Le 31 mars 2006, la commission des arbitres de la FIFA nomme, parmi une présélection de 44 noms[41], 23 arbitres de nationalités différentes pour participer à la Coupe du monde 2006. Sept autres arbitres sont également sélectionnés au sein d'un groupe dit « de soutien et de développement », ce groupe ayant pour but de pouvoir suppléer un arbitre titulaire en cas de blessure ou maladie par exemple[42].

Trois des 23 arbitres initialement sélectionnés sont par la suite remplacés par trois membres du groupe de soutien et développement. Le Guatémaltèque Carlos Batres est remplacé par le Mexicain Marco Rodriguez en raison d'une blessure insuffisamment guérie. L'arbitre grec Kýros Vassáras et l'Espagnol Manuel Mejuto Gonzalez sont eux retirés de la liste initiale parce que certains de leurs assistants ne satisfont pas à des tests physiques. Ils sont remplacés par Roberto Rosetti et Luis Medina Cantalejo. La nouvelle liste, dévoilée le 8 mai 2006, comprend 23 arbitres de 21 nationalités différentes dont deux Italiens et deux Mexicains. Le groupe de soutien et développement, amputé de trois membres, est alors renforcé par l'arbitre américain Kevin Stott[43].

Peu avant le début du tournoi, le 13 mai 2006, l'Italien Massimo De Santis est retiré de la liste des nommés en raison de son implication dans l'affaire des matchs truqués du Calcio pour laquelle il est suspendu quatre ans et demi[44],[45]. Un autre nommé, le Jamaïcain Peter Prendergast, ne participe pas non plus à la compétition en raison d'une blessure au genou. Ces deux arbitres ne sont pas remplacés pour la coupe du monde. Ce sont ainsi 21 arbitres qui dirigent les 64 matchs du tournoi, la fédération mexicaine étant la seule ayant deux arbitres qui dirigent des matchs du tournoi.

Un groupe dit de soutien et de développement regroupe cinq arbitres de champs et de dix assistants destinés à entrer en jeu au cas où un arbitre titulaire serait blessé ou malade[46]. Ces arbitres remplaçants ne dirigent aucune rencontre pendant le tournoi. Des membres du groupe de soutien participent néanmoins à des rencontres de la Coupe du monde en tant qu'assistant ou quatrième arbitre.

Les deux tableaux suivants listent les 21 arbitres titulaires et les arbitres de soutien. Pour chaque arbitre sont indiqués les deux assistants respectifs et le nombre de matchs dirigés pendant la compétition. La nationalité des assistants n'est indiquée que si elle diffère de celle de l'arbitre principal.

Déroulement de la phase finale[modifier | modifier le code]

Les rencontres du tournoi se disputent selon les lois du jeu, qui sont les règles du football définies par l'International Football Association Board (IFAB)[47]. La compétition se dispute sur deux tours. Le premier tour se joue par groupes de quatre équipes, la répartition des équipes dans les différents groupes étant déterminée par tirage au sort. Le deuxième tour est une phase à élimination directe.

Tirage au sort[modifier | modifier le code]

Préalablement au tirage au sort des groupes le 9 décembre 2005, les trente-deux équipes sont réparties le 6 décembre dans quatre chapeaux en fonction de critères sportifs, pour que les meilleures nations ne se rencontrent pas au premier tour, et de critères géographiques, pour éviter de concentrer des équipes d'une même confédération dans un groupe. Le premier chapeau comprend huit têtes de série, dont l'Allemagne en tant que pays hôte de la compétition. Les sept autres têtes de série sont choisies selon un classement combinant le classement mondial de la FIFA des trois années précédant le tirage au sort et les résultats dans les deux dernières coupe du monde 1998 et 2002[48].

Les trois autres chapeaux sont principalement définis par des critères géographiques. Le deuxième chapeau comprend ainsi les équipes des confédérations africaine, sud-américaine et océanienne. L’Australie est placée dans ce chapeau numéro deux car elle concourt pour l’Océanie bien qu'elle ait rejoint l'AFC le 1er janvier 2006. Le troisième chapeau comprend huit nations européennes membres de l'UEFA. Le quatrième chapeau regroupe les sélections des confédérations d'Amérique du Nord et d'Asie. La Serbie-et-Monténégro, dernière des neuf équipes européennes non têtes de série selon les critères sportifs, est placée dans un chapeau spécial.

Répartition des équipes
Chapeau 1 Chapeau 2 Chapeau 3 Chapeau 4

Drapeau : Allemagne Allemagne
Drapeau : Angleterre Angleterre
Drapeau : Argentine Argentine
Drapeau : Brésil Brésil
Drapeau : Espagne Espagne
Drapeau : France France
Drapeau : Italie Italie
Drapeau : Mexique Mexique

Drapeau : Angola Angola
Drapeau : Australie Australie
Drapeau : Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Drapeau : Équateur Équateur
Drapeau : Ghana Ghana
Drapeau : Paraguay Paraguay
Drapeau : Togo Togo
Drapeau : Tunisie Tunisie

Drapeau : Croatie Croatie
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau : Pologne Pologne
Drapeau : Portugal Portugal
Drapeau : République tchèque République tchèque
Drapeau : Suède Suède
Drapeau : Suisse Suisse
Drapeau : Ukraine Ukraine

Drapeau : Arabie saoudite Arabie saoudite
Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud
Drapeau : Costa Rica Costa Rica
Drapeau : États-Unis États-Unis
Drapeau : Iran Iran
Drapeau : Japon Japon
Drapeau : Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago

Chapeau spécial

Drapeau : Serbie-et-Monténégro Serbie-et-Monténégro

Le tirage au sort de la phase finale de la coupe du monde est effectué le 9 décembre 2005 à Leipzig. L'Allemagne et le Brésil sont affectés directement dans les groupes A et F respectivement. Le tirage est effectué de telle façon que deux équipes du même continent, trois pour l'Europe, ne peuvent se rencontrer au premier tour[48]. Ainsi pour éviter une confrontation sud-américaine dans un groupe du premier tour, le Paraguay et l’Équateur ne peuvent être mis dans le même groupe que les têtes de série brésilienne et argentine. De même pour s'assurer qu'au maximum deux équipes européennes se retrouvent dans le même groupe, la Serbie-et-Monténégro est affectée dans un groupe ayant une tête de série non européenne parmi le Brésil, l'Argentine et le Mexique. C'est pour respecter ce critère géographique que la Serbie-et-Monténégro est placée dans un chapeau spécial lors du tirage au sort.

Après le tirage au sort, les médias allemands, anglais, français et espagnols se félicitent des adversaires obtenus et voient déjà leur équipe en huitième de finale. Le groupe C est qualifié de « relevé » par le sélectionneur des Pays-Bas Marco van Basten et de « groupe de la mort » par les médias de Serbie-et-Monténégro[49].

Tirage au sort
Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D

Drapeau : Allemagne Allemagne
Drapeau : Équateur Équateur
Drapeau : Pologne Pologne
Drapeau : Costa Rica Costa Rica

Drapeau : Angleterre Angleterre
Drapeau : Paraguay Paraguay
Drapeau : Suède Suède
Drapeau : Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago

Drapeau : Argentine Argentine
Drapeau : Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau : Serbie-et-Monténégro Serbie-et-Monténégro

Drapeau : Mexique Mexique
Drapeau : Angola Angola
Drapeau : Portugal Portugal
Drapeau : Iran Iran

Groupe E Groupe F Groupe G Groupe H

Drapeau : Italie Italie
Drapeau : Ghana Ghana
Drapeau : République tchèque République tchèque
Drapeau : États-Unis États-Unis

Drapeau : Brésil Brésil
Drapeau : Australie Australie
Drapeau : Croatie Croatie
Drapeau : Japon Japon

Drapeau : France France
Drapeau : Togo Togo
Drapeau : Suisse Suisse
Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud

Drapeau : Espagne Espagne
Drapeau : Tunisie Tunisie
Drapeau : Ukraine Ukraine
Drapeau : Arabie saoudite Arabie saoudite

Premier tour[modifier | modifier le code]

Format et règlement[modifier | modifier le code]

Au premier tour, les équipes participantes sont réparties en huit groupes de quatre équipes. Chaque groupe se dispute sous la forme d'un championnat : chaque équipe rencontre une fois ses trois adversaires. Les deux premières équipes de chaque poule se qualifient pour les huitièmes de finale, les deux autres sont éliminées. Le classement des groupes utilise le système suivant d'attribution de points[50] :

  • 3 points pour un match gagné;
  • 1 point pour un match nul;
  • 0 point pour un match perdu.

Si à l’issue du premier tour, plusieurs équipes ont le même nombre de points, les buts marqués et encaissés sont pris en compte. Les critères suivants sont utilisés pour déterminer le classement des équipes :

  1. le plus grand nombre de points acquis dans les trois matchs de groupe;
  2. la meilleure différence de buts entre les buts marqués (buts pour) et les buts encaissés (buts contre) dans les trois matchs de groupe;
  3. le plus grand nombre de buts marqués dans les trois matchs de groupe;
  4. le plus grand nombre de points obtenus dans les matchs entre équipes à égalité;
  5. la meilleure différence de buts dans les matchs entre équipes à égalité;
  6. le plus grand nombre de buts marqués dans les matchs entre équipes à égalité;
  7. si l'égalité subsiste, les équipes sont départagées par tirage au sort.

Groupe A[modifier | modifier le code]

Match d'ouverture Allemagne-Costa Rica

L'Allemagne remporte le match d'ouverture contre le Costa Rica par 4-2. Le défenseur allemand Philipp Lahm ouvre le score par un débordement sur le côté gauche du terrain suivi d'un tir depuis l'angle de la surface dans la lucarne opposée[51]. Dans la deuxième rencontre, la Pologne est favorite mais s'incline face à l'Équateur sur le score de 2-0. Le Costa Rica et la Pologne perdent également leur deuxième match, ce qui les élimine de la compétition. Lors de la dernière journée les deux équipes déjà qualifiées, l'Équateur et l'Allemagne, se rencontrent pour déterminer le vainqueur du groupe. L'Allemagne remporte cette confrontation par 3-0 et termine premier du groupe A devant l'Équateur[52].

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Drapeau : Allemagne Allemagne 9 3 3 0 0 8 2 6
2 Drapeau : Équateur Équateur 6 3 2 0 1 5 3 2
3 Drapeau : Pologne Pologne 3 3 1 0 2 2 4 -2
4 Drapeau : Costa Rica Costa Rica 0 3 0 0 3 3 9 -6
9 juin Allemagne Drapeau : Allemagne 4-2 Drapeau : Costa Rica Costa Rica
9 juin Pologne Drapeau : Pologne 0-2 Drapeau : Équateur Équateur
14 juin Allemagne Drapeau : Allemagne 1-0 Drapeau : Pologne Pologne
15 juin Équateur Drapeau : Équateur 3-0 Drapeau : Costa Rica Costa Rica
20 juin Équateur Drapeau : Équateur 0-3 Drapeau : Allemagne Allemagne
20 juin Costa Rica Drapeau : Costa Rica 1-2 Drapeau : Pologne Pologne

Groupe B[modifier | modifier le code]

Équipe de Suède avant le match contre Trinité-et-Tobago le 10 juin

L'équipe d'Angleterre, favorite du groupe, commence son tournoi en battant difficilement le Paraguay sur un but contre leur camp des Sud-Américains. Dans l'autre match de la première journée, la Suède et Trinité-et-Tobago, dont c'est la première participation à la coupe du monde, se séparent sur le score de 0-0. La Suède est favorite de ce match mais ne peut inscrire le moindre but. Sur une des rares occasions des Trinidadiens, l'attaquant Cornell Glen frappe la barre transversale des Suédois[53]. Les deux équipes européennes gagnent leur deuxième match en jouant à nouveau de manière peu convaincante. La Suède se qualifie lors de sa troisième rencontre en obtenant un match nul 2-2 contre l'Angleterre, déjà qualifiée[52]. Le Suédois Marcus Allbäck inscrit le 2 000e but de l'histoire de la coupe du monde à la 51e minute de la rencontre contre les Anglais.

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Drapeau : Angleterre Angleterre 7 3 2 1 0 5 2 3
2 Drapeau : Suède Suède 5 3 1 2 0 3 2 1
3 Drapeau : Paraguay Paraguay 3 3 1 0 2 2 2 0
4 Drapeau : Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago 1 3 0 1 2 0 4 -4
10 juin Angleterre Drapeau : Angleterre 1-0 Drapeau : Paraguay Paraguay
10 juin Trinité-et-Tobago Drapeau : Trinité-et-Tobago 0-0 Drapeau : Suède Suède
15 juin Angleterre Drapeau : Angleterre 2-0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago
15 juin Suède Drapeau : Suède 1-0 Drapeau : Paraguay Paraguay
20 juin Suède Drapeau : Suède 2-2 Drapeau : Angleterre Angleterre
20 juin Paraguay Drapeau : Paraguay 2-0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago

Groupe C[modifier | modifier le code]

Penalty de l'Ivoirien Kalou contre la Serbie-et-Monténégro
Penalty de l'Ivoirien Kalou contre la Serbie-et-Monténégro

Dans le groupe C, considéré comme le plus difficile du premier tour de la compétition[49], l'Argentine et les Pays-Bas remportent leurs deux premiers matchs. Lors de son deuxième match, l'Argentine offre notamment un « festival de buts » en battant 6-0 la Serbie-et-Monténégro. L'Argentine et les Pays-Bas sont ainsi déjà qualifiés avant se rencontrer au cours de la troisième et dernière journée du groupe : les deux équipes se séparent sur un match nul 0-0 ce qui permet aux Argentins de devancer les Néerlandais grâce à une meilleure différence de buts. À chacun de ses matchs, la Côte d’Ivoire se retrouve rapidement menée 2-0. En jouant de manière convaincante, elle parvient néanmoins à réduire le score à 2-1 contre l'Argentine et les Pays-Bas, et à battre la Serbie-et-Monténégro par 3-2 pour prendre la troisième place du groupe[52],[54].

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Drapeau : Argentine Argentine 7 3 2 1 0 8 1 7
2 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 7 3 2 1 0 3 1 2
3 Drapeau : Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire 3 3 1 0 2 5 6 -1
4 Drapeau : Serbie-et-Monténégro Serbie-et-Monténégro 0 3 0 0 3 2 10 -8
10 juin Argentine Drapeau : Argentine 2-1 Drapeau : Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
11 juin Serbie-et-Monténégro Drapeau : Serbie-et-Monténégro 0-1 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas
16 juin Argentine Drapeau : Argentine 6-0 Drapeau : Serbie-et-Monténégro Serbie-et-Monténégro
16 juin Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas 2-1 Drapeau : Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
21 juin Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas 0-0 Drapeau : Argentine Argentine
21 juin Côte d'Ivoire Drapeau : Côte d'Ivoire 3-2 Drapeau : Serbie-et-Monténégro Serbie-et-Monténégro

Groupe D[modifier | modifier le code]

Supporters portugais le 11 juin, jour du match Portugal-Angola

Lors de la première journée du groupe D, le Mexique rencontre l'Iran. Les premières occasions sont iraniennes par l'intermédiaire de l'attaquant Vahid Hashemian. À la 28e minute c'est cependant le Mexicain Omar Bravo qui ouvre le score suite à un coup franc. Les Iraniens égalisent mais en fin de rencontre le Mexique réussit à marquer deux fois pour remporter le match[55]. Le match Angola-Portugal est particulier puisque l'Angola est une ancienne colonie portugaise. Le Portugal marque d'entrée par Pedro Miguel Pauleta et se contente d'une victoire 1-0 face à une solide équipe de l'Angola. Le Portugal se qualifie dès son deuxième match en battant l'Iran. Le Mexique et l'Angola font un match nul 0-0 et peuvent tous les deux se qualifier lors de la dernière journée. Le Mexique perd lors de la dernière journée face au Portugal et doit compter sur un faux-pas de l'Angola pour rester dans le tournoi. Le joueur angolais Flávio réussit à inscrire le premier but de son pays en Coupe du monde à la 60e minute du match contre l'Iran. L'Angola est alors virtuellement qualifié et peut réaliser l'exploit de se qualifier pour les huitièmes de finale lors de sa première participation à la Coupe du monde. En fin de rencontre l'Angola se fait néanmoins rejoindre au score par l'Iran 1-1, ce qui qualifie le Mexique[56],[52].

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Drapeau : Portugal Portugal 9 3 3 0 0 5 1 4
2 Drapeau : Mexique Mexique 4 3 1 1 1 4 3 1
3 Drapeau : Angola Angola 2 3 0 2 1 1 2 -1
4 Drapeau : Iran Iran 1 3 0 1 2 2 6 -4
11 juin Mexique Drapeau : Mexique 3-1 Drapeau : Iran Iran
11 juin Angola Drapeau : Angola 0-1 Drapeau : Portugal Portugal
16 juin Mexique Drapeau : Mexique 0-0 Drapeau : Angola Angola
17 juin Portugal Drapeau : Portugal 2-0 Drapeau : Iran Iran
21 juin Portugal Drapeau : Portugal 2-1 Drapeau : Mexique Mexique
21 juin Iran Drapeau : Iran 1-1 Drapeau : Angola Angola

Groupe E[modifier | modifier le code]

Rencontre Ghana-République tchèque le 17 juin

L'Italie gagne son premier match contre une équipe du Ghana entreprenante mais trop maladroite[57]. La République tchèque réussit aussi son entame de tournoi en battant largement les États-Unis par 3-0. L'Italie et les États-Unis font ensuite match nul 1-1 dans un match engagé où trois joueurs sont expulsés. Ce partage des points permet aux Américains de rester en course pour la qualification. Lors de son deuxième match, le Ghana réalise un match très solide face aux Tchèques et remporte la rencontre 2-0, ce qui constitue une surprise. Malgré un bon premier match, la République tchèque se fait éliminer de la compétition en perdant son dernier match contre l'Italie. Le match Ghana - États-Unis est décisif pour la qualification. Le Ghanéen Haminu Dramani ouvre le score à la 22e suite à une perte de balle du milieu américain Claudio Reyna. Dans une fin de première mi-temps animée, Clint Dempsey égalise d'une frappe puissante depuis la ligne des six mètres avant que les Ghanéens ne reprennent l'avantage 2-1 sur un penalty. Le score n'évolue plus en seconde mi-temps et l'équipe du Ghana parvient à se qualifier en compagnie de l'Italie[58],[52].

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Drapeau : Italie Italie 7 3 2 1 0 5 1 4
2 Drapeau : Ghana Ghana 6 3 2 0 1 4 3 1
3 Drapeau : République tchèque République tchèque 3 3 1 0 2 3 4 -1
4 Drapeau : États-Unis États-Unis 1 3 0 1 2 2 6 -4
12 juin Italie Drapeau : Italie 2-0 Drapeau : Ghana Ghana
12 juin États-Unis Drapeau : États-Unis 0-3 Drapeau : République tchèque République tchèque
17 juin Italie Drapeau : Italie 1-1 Drapeau : États-Unis États-Unis
17 juin République tchèque Drapeau : République tchèque 0-2 Drapeau : Ghana Ghana
22 juin République tchèque Drapeau : République tchèque 0-2 Drapeau : Italie Italie
22 juin Ghana Drapeau : Ghana 2-1 Drapeau : États-Unis États-Unis

Groupe F[modifier | modifier le code]

Rencontre Brésil-Croatie du 13 juin

Dans la première journée du groupe F, le Brésil bat 1-0 une bonne équipe croate sur un but de Kaká, qui à la 44e minute de jeu frappe le ballon dans la lucarne après s'être défait de deux adversaires aux abords de la surface de réparation[59]. Dans le match Australie - Japon, c'est le Japonais Shunsuke Nakamura qui ouvre le score mais les Australiens parviennent à reprendre la domination du match pour retourner le score dans les dix dernières minutes et s'imposer 3-1. Il s'agit de la première victoire en coupe du monde d'une équipe de la confédération océanienne[40]. Le Brésil se qualifie dès son deuxième match en battant l'Australie. Parallèlement, le Japon et la Croatie se séparent sur un match nul. L'Australie, le Japon et la Croatie se disputent la deuxième place qualificative lors de la dernière journée. La Croatie est virtuellement qualifiée pour les huitièmes de finale en menant deux fois au score 1-0 puis 2-1 face à l'Australie. Dans une fin de match animée par trois expulsions, les Australiens égalisent de façon méritée à 2-2[60]. Ce résultat qualifie l'Australie pour le tour suivant puisque dans l'autre rencontre, le Brésil bat le Japon 4-1[52].

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Drapeau : Brésil Brésil 9 3 3 0 0 7 1 6
2 Drapeau : Australie Australie 4 3 1 1 1 5 5 0
3 Drapeau : Croatie Croatie 2 3 0 2 1 2 3 -1
4 Drapeau : Japon Japon 1 3 0 1 2 2 7 -5
13 juin Brésil Drapeau : Brésil 1-0 Drapeau : Croatie Croatie
12 juin Australie Drapeau : Australie 3-1 Drapeau : Japon Japon
18 juin Brésil Drapeau : Brésil 2-0 Drapeau : Australie Australie
18 juin Japon Drapeau : Japon 0-0 Drapeau : Croatie Croatie
22 juin Japon Drapeau : Japon 1-4 Drapeau : Brésil Brésil
22 juin Croatie Drapeau : Croatie 2-2 Drapeau : Australie Australie

Groupe G[modifier | modifier le code]

Supporters de l'équipe de France

La France et la Suisse, les deux favoris supposés du groupe G[61], se rencontrent dès le premier match disputé sous une « chaleur accablante ». Les deux équipes restent prudentes et disputent un match tactique qui se termine sur le score de 0-0. La Corée du Sud quant à elle parvient à battre le Togo 2-1. Contre la Corée du Sud, le Français Thierry Henry ouvre le score de près à la 9e minute de jeu après une première frappe contrée de Sylvain Wiltord. Les Coréens égalisent en fin de match à la 81e par l'intermédiaire de Park Ji-sung, qui devance le gardien français Fabien Barthez après une remise de la tête de l'attaquant Cho Jae-jin[62]. Après son match nul initial contre la France, la Suisse dispute deux matchs solides contre le Togo et la Corée et obtient deux victoires qui lui assurent la qualification pour le prochain tour. La France obtient également sa qualification en assurant une victoire 2-0 face au Togo sur des buts inscrits en seconde mi-temps par Patrick Vieira et Thierry Henry[52],[63],[64].

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Drapeau : Suisse Suisse 7 3 2 1 0 4 0 4
2 Drapeau : France France 5 3 1 2 0 3 1 2
3 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 4 3 1 1 1 3 4 -1
4 Drapeau : Togo Togo 0 3 0 0 3 1 6 -5
13 juin France Drapeau : France 0-0 Drapeau : Suisse Suisse
13 juin Corée du Sud Drapeau : Corée du Sud 2-1 Drapeau : Togo Togo
18 juin France Drapeau : France 1-1 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud
18 juin Togo Drapeau : Togo 0-2 Drapeau : Suisse Suisse
23 juin Togo Drapeau : Togo 0-2 Drapeau : France France
23 juin Suisse Drapeau : Suisse 2-0 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud

Groupe H[modifier | modifier le code]

Scène d'échauffement avant Arabie saoudite-Ukraine

Une équipe d'Espagne convaincante remporte logiquement son premier match 4-0 face à l'Ukraine, l'autre favori du groupe H[65]. Les deux outsiders, la Tunisie et l'Arabie saoudite, se séparent sur le score de 2-2 dans un match « ouvert ». Lors de la deuxième journée du groupe, l'Ukraine se rassure en battant 4-0 l'Arabie saoudite. Dans le même temps, l'Espagne domine la Tunisie 3-1 par des buts en fin de rencontre de Raúl et Fernando Torres. L'Espagne étant déjà qualifiée, le sélectionneur Luis Aragonés fait jouer des remplaçants contre l'Arabie saoudite. La sélection espagnole gagne ce match 1-0 et est rejointe en huitièmes de finale par l'Ukraine, qui bat de son côté la Tunisie 1-0 grâce à un but du Ballon d'or 2004 Andriï Chevtchenko[52].

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Drapeau : Espagne Espagne 9 3 3 0 0 8 1 7
2 Drapeau : Ukraine Ukraine 6 3 2 0 1 5 4 1
3 Drapeau : Tunisie Tunisie 1 3 0 1 2 3 6 -3
4 Drapeau : Arabie saoudite Arabie saoudite 1 3 0 1 2 2 7 -5
14 juin Espagne Drapeau : Espagne 4-0 Drapeau : Ukraine Ukraine
14 juin Tunisie Drapeau : Tunisie 2-2 Drapeau : Arabie saoudite Arabie saoudite
19 juin Espagne Drapeau : Espagne 3-1 Drapeau : Tunisie Tunisie
19 juin Arabie saoudite Drapeau : Arabie saoudite 0-4 Drapeau : Ukraine Ukraine
23 juin Arabie saoudite Drapeau : Arabie saoudite 0-1 Drapeau : Espagne Espagne
23 juin Ukraine Drapeau : Ukraine 1-0 Drapeau : Tunisie Tunisie

Phase à élimination directe[modifier | modifier le code]

Tableau final[modifier | modifier le code]

Dans le tableau suivant, une victoire après prolongation est indiquée par (a.p.) et une séance de tirs au but par (t.a.b.).

  Huitièmes de finale   Quarts de finale   Demi-finales   Finale
                             
  24 juin 17h - Munich     30 juin 17h - Berlin     4 juillet 21h - Dortmund     9 juillet 20h - Berlin
 
  Drapeau : Allemagne Allemagne 2
 
  Drapeau : Suède Suède 0  
  Drapeau : Allemagne Allemagne (t.a.b.) 1 (4)
  24 juin 21h - Leipzig
    Drapeau : Argentine Argentine 1 (2)  
  Drapeau : Argentine Argentine (a.p.) 2
  30 juin 21h - Hambourg
  Drapeau : Mexique Mexique 1  
  Drapeau : Allemagne Allemagne 0
  26 juin 17h - Kaiserslautern
    Drapeau : Italie Italie (a.p.) 2  
  Drapeau : Italie Italie 1
  5 juillet 21h - Munich
  Drapeau : Australie Australie 0  
  Drapeau : Italie Italie 3
  26 juin 21h - Cologne
    Drapeau : Ukraine Ukraine 0  
  Drapeau : Suisse Suisse 0 (0)
  1er juillet 17h - Gelsenkirchen
  Drapeau : Ukraine Ukraine (t.a.b.) 0 (3)  
  Drapeau : Italie Italie (t.a.b.) 1 (5)
  25 juin 17h - Stuttgart
    Drapeau : France France 1 (3)
  Drapeau : Angleterre Angleterre 1
   
  Drapeau : Équateur Équateur 0  
  Drapeau : Angleterre Angleterre 0 (1)
  25 juin 21h - Nuremberg
    Drapeau : Portugal Portugal (t.a.b.) 0 (3)  
  Drapeau : Portugal Portugal 1
  1er juillet 21h - Francfort
  Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 0  
  Drapeau : Portugal Portugal 0
  27 juin 17h - Dortmund
    Drapeau : France France 1  
  Drapeau : Brésil Brésil 3
   
  Drapeau : Ghana Ghana 0   Troisième place
  Drapeau : Brésil Brésil 0
  27 juin 21h - Hanovre 8 juillet 21h - Stuttgart
    Drapeau : France France 1  
  Drapeau : Espagne Espagne 1 Drapeau : Allemagne Allemagne 3
   
  Drapeau : France France 3   Drapeau : Portugal Portugal 1
 

Format et règlement[modifier | modifier le code]

Le deuxième tour est disputé sur élimination directe et comprend des huitièmes de finale, des quarts de finale, des demi-finales, un match pour la troisième place et une finale. Les vainqueurs sont qualifiés pour le tour suivant, les perdants des demi-finales disputant le match pour la troisième place.

Si les deux équipes sont à égalité à la fin du temps règlementaire de 90 minutes, une prolongation de deux fois 15 minutes est jouée. Une pause de 5 minutes est observée entre le temps règlementaire et la prolongation. Aucune pause n'est observée entre les deux périodes de la prolongation. Si les deux équipes sont toujours à égalité à la fin de la prolongation, le vainqueur est désigné par l'épreuve des tirs au but. Les règles dites du but en or ou du but en argent, qui arrêtent le match pendant la prolongation, ne s'appliquent pas[66].

Quatre matchs de la phase à élimination directe se terminent par des tirs au but. Les quatre équipes qui s'inclinent au cours de ces séances de tirs au but - Suisse, Argentine, Angleterre et France - sont éliminées du tournoi en restant invaincues, la cinquième équipe invaincue étant le vainqueur italien.

Huitièmes de finale[modifier | modifier le code]

Drapeau : Allemagne Allemagne - Drapeau : Suède Suède 
2-0 (2-0)

Dans le premier huitième de finale du tournoi, une équipe d'Allemagne « très offensive »[67] bat la Suède 2-0 par l'intermédiaire de Lukas Podolski, auteur d'un doublé en début de match aux 4e et 12e minutes. Le défenseur suédois Teddy Lučić est expulsé en première période. En deuxième mi-temps, la Suède obtient un penalty mais Henrik Larsson tir au-dessus du but gardé par Jens Lehmann. Le reste de la rencontre est dominé par l'équipe d'Allemagne, dont les attaquants frappent à de nombreuses reprises sur les buts suédois[67],[68],[69].

Rencontre Argentine-Mexique
Drapeau : Argentine Argentine - Drapeau : Mexique Mexique : 2-1 a.p. (1-1, 1-1)

L'Argentine se qualifie face au Mexique sur le score de 2-1 après prolongation. C'est pourtant le capitaine mexicain Rafael Márquez qui ouvre le score pour son équipe à la 6e minute de jeu. L'Argentine égalise rapidement quatre minutes plus tard sur un but d'Hernán Crespo à la lutte avec Jared Borgetti devant le but mexicain. Dans cette rencontre de haut niveau, le jeu de passes en mouvement des Mexicains s'oppose au jeu plus posé des Argentins. Dans la prolongation, Maxi Rodríguez marque le second but argentin sur une transversale de Juan Pablo Sorín : après un contrôle de la poitrine, Rodriguez effectue une reprise de volée qui finit sa course dans la lucarne du but mexicain[67],[70],[71],[72].

David Beckham prépare son coup franc victorieux dans le match Angleterre-Équateur.
Drapeau : Angleterre Angleterre - Drapeau : Équateur Équateur : 1-0 (0-0)

L'équipe d'Angleterre, favorite de son huitième de finale, bat l'Équateur 1-0 dans un match d'un faible niveau en comparaison des autres rencontres. L'équipe équatorienne joue avec une défense regroupée et se contente de jouer en contre. David Beckham marque le but anglais d'un coup franc qui retombe au pied du poteau[67],[73],[74].

Drapeau : Portugal Portugal - Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas : 1-0 (1-0)

Le huitième de finale opposant le Portugal aux Pays-Bas est gagné par le Portugal 1-0. Le but est inscrit par Maniche au cours de la première mi-temps dominée par les Portugais. Les joueurs néerlandais accélèrent le jeu en deuxième mi-temps mais ne parviennent pas à égaliser malgré 20 tirs et une possession de balle de 61 % contre 10 tirs aux Portugais[75]. Pendant le match, l'arbitre de la rencontre Valentin Ivanov distribue pas moins de 20 cartons : 16 jaunes (9 pour le Portugal, 7 pour les Pays-Bas) et 4 rouges (2 pour chacune des deux équipes), ce qui constitue un record pour une rencontre de Coupe du monde[76],[67],[77].

Drapeau : Italie Italie - Drapeau : Australie Australie : 1-0 (0-0)

L'Italie, triple vainqueur de la coupe du monde et habituée des grandes compétitions, est favorite du huitième de finale l'opposant à l'Australie, qui participe seulement à sa deuxième coupe du monde. En première mi-temps, l'Italie se procure les meilleures occasions. Après l'expulsion de Marco Materazzi à la 50e minute suite à une faute en position de dernier défenseur, ce sont les joueurs australiens qui prennent le match à leur compte. Les Italiens se contentent alors de défendre. Malgré une possession de balle de 58 % sur l'ensemble du match, l'Australie perd en encaissant un pénalty dans les arrêts de jeu de la deuxième mi-temps[67],[78],[79]. Le ralenti démontre que le pénalty, qualifié d'« imaginaire » par L'Équipe, a été sifflé sur une faute inexistante, quatre ans après l'élimination controversée de l'Italie au même stade de la compétition par la Corée du Sud[80].

Drapeau : Suisse Suisse - Drapeau : Ukraine Ukraine : 0-0 a.p., 0-3 t.a.b.

L'Ukraine élimine la Suisse par 3-0 aux tirs au but après un match nul 0-0 après prolongation. Les deux équipes jouent de manière défensive et le jeu proposé souffre de nombreuses pertes de balles[67]. La Suisse devient la première équipe de l'histoire de la Coupe du monde à être éliminée sans encaisser le moindre but[81],[40]. Avec deux victoires et un match nul en phase de poule, elle est aussi la 14e équipe de l'histoire à rentrer chez elle prématurément sans aucune défaite et la seule à ne pas marquer le moindre but dans une séance de tirs au but.

Scène précédant le huitième de finale Brésil-Ghana
Drapeau : Brésil Brésil - Drapeau : Ghana Ghana : 3-0 (2-0)

Le Brésil se qualifie aux dépens du Ghana sur le score de 3-0. Le premier but brésilien est inscrit par Ronaldo à la 5e minute de jeu. Grâce à ce but, Ronaldo devient le meilleur marqueur de l'histoire de la coupe du monde avec 15 réalisations[82]. Le Brésil aggrave le score sur un but d'Adriano contesté pour hors-jeu puis sur un but de Zé Roberto inscrit en contre à la 84e minute de jeu. Le score apparaît sévère pour l'équipe du Ghana, qui a produit du jeu et qui s'est procurée des occasions (18 tirs)[67],[83],[84].

Drapeau : Espagne Espagne - Drapeau : France France : 1-3 (1-1)

Le dernier huitième de finale oppose le 27 juin 2006 l'Espagne à la France. L'équipe espagnole prend l'avantage 1-0 sur un pénalty consécutif à une faute de Lilian Thuram : le gardien français Fabien Barthez part du bon côté mais David Villa parvient à marquer. À la 41e minute de jeu, Franck Ribéry égalise à 1-1 après un une-deux avec Patrick Vieira. En deuxième période, la France domine la rencontre grâce à son milieu de terrain et notamment Zinédine Zidane. L'équipe de France concrétise sa domination et se qualifie grâce à deux buts inscrits en fin de match par Patrick Vieira et Zinédine Zidane[67],[85],[86].

Quarts de finale[modifier | modifier le code]

Parmi les huit équipes qualifiées pour les quarts de finale, on retrouve tous les anciens vainqueurs à l'exception de l'Uruguay, deux fois vainqueur en 1930 et 1950. Le Portugal et l'Ukraine sont les deux équipes qui font exception en n'ayant jamais gagné de coupe du monde.

Drapeau : Allemagne Allemagne - Drapeau : Argentine Argentine : 1-1 a.p. (1-1, 0-0), 4-2 t.a.b.

Le premier quart de finale a lieu le 30 juin 2006 et est remporté par l'Allemagne face à l'Argentine aux tirs au but. En première mi-temps, l'équipe d'Allemagne propose un jeu direct pour faire remonter rapidement le ballon vers ses attaquants tandis que les Argentins s'attachent à garder la maîtrise du ballon. La meilleure occasion de but est une tête de Michael Ballack qui passe au-dessus du but adverse. Au début de la seconde mi-temps, l'Argentine prend l'avantage 1-0 sur une reprise de la tête de Roberto Ayala suite à un centre de Juan Román Riquelme. Les Argentins gèrent alors leur avance au score jusqu'à l'égalisation de Miroslav Klose à la 80e minute. Aucun but n'est marqué en prolongation. L'Allemagne gagne l'épreuve des tirs au but par 4 à 2 grâce à deux arrêts de son gardien Jens Lehmann[87],[88].

Drapeau : Italie Italie - Drapeau : Ukraine Ukraine : 3-0 (1-0)

L'Italie se qualifie pour les demi-finales en battant l'Ukraine 3-0. Elle prend l'avantage au score dès la 6e minute de jeu sur une frappe du pied gauche des 25 mètres de Gianluca Zambrotta. L'Ukraine se procure ensuite quelques occasions, dont un centre repris de la tête par Andriy Gousine qui frappe la barre transversale du gardien italien Gianluigi Buffon. Néanmoins l'Italie maîtrise le match et s'assure la victoire en marquant deux autres buts par l'intermédiaire de Luca Toni[87],[89],[90].

Drapeau : Angleterre Angleterre - Drapeau : Portugal Portugal : 0-0 a.p., 1-3 t.a.b.

La rencontre entre l'Angleterre et le Portugal est remportée par les Portugais aux tirs au but. La première mi-temps est équilibrée et les deux équipes ne se procurent que peu d'occasions de buts. À la 62e minute, l'attaquant anglais Wayne Rooney est expulsé après une faute sur Ricardo Carvalho. Les Portugais parviennent alors à mieux garder le ballon mais se heurtent à une solide défense anglaise. Le gardien de but portugais Ricardo effectue trois arrêts lors de la séance de tirs au but et permet à son équipe de remporter cette épreuve 3-1[87],[91]. À cette occasion, l'entraîneur du Portugal Luiz Felipe Scolari élimine une troisième fois l'Angleterre[92] de Sven-Göran Eriksson lors d'une phase finale : en 2002, il avait éliminé l'Angleterre avec le Brésil[93], puis lors de l'Euro 2004, ce fut avec le Portugal[94],[95].

Drapeau : Brésil Brésil - Drapeau : France France : 0-1 (0-0)

L'équipe de France se qualifie pour les demi-finales du tournoi en battant le Brésil, champion du monde en titre, sur le score de 1-0. Le Brésil joue la première partie de la première mi-temps sur un rythme élevé mais ne parvient pas à mettre l'équipe de France en réel danger. Ensuite les Français prennent le dessus grâce à leur puissance physique et leur discipline tactique. À la 57e la domination française se concrétise par un but de Thierry Henry : un coup franc de Zidane tiré au deuxième poteau est repris de volée par Thierry Henry qui envoie le ballon en force dans le but brésilien sous la barre transversale. L'entraîneur brésilien fait alors entrer Adriano et Robinho en attaque mais la France ne se laisse pas surprendre et garde son avantage jusqu'à la fin de la rencontre[87],[96],[97],[98].

Demi-finales[modifier | modifier le code]

Seules des équipes européennes parviennent à se qualifier en demi-finales, chose qui n'était pas arrivée depuis la coupe du monde 1982, année du troisième sacre de l'Italie. À l'époque les demi-finalistes étaient, outre l'Italie, la RFA, la Pologne et la France.

Drapeau : Allemagne Allemagne - Drapeau : Italie Italie : 0-2 a.p. (0-0, 0-0)

L'Italie remporte la première demi-finale face à l'Allemagne grâce à deux buts inscrits en toute fin de prolongation. Pour ce match, l'Allemagne est privée de son milieu défensif Torsten Frings, suspendu[99]. Malgré la chaleur, le match se déroule sur un rythme élevé avec deux équipes « très bien organisées »[100]. Les Italiens se montrent néanmoins « techniquement supérieurs »[99] et se procurent les meilleures occasions. À la 92e minute de jeu l'Italien Alberto Gilardino, seul face à Jens Lehmann, frappe sur le poteau et une minute plus tard c'est Gianluca Zambrotta qui trouve la barre transversale du gardien allemand. À la 119e minute Andrea Pirlo, l'homme du match, décale le ballon sur Fabio Grosso qui bat Lehmann d'une frappe enroulée. L'Italie inscrit un deuxième but dans les arrêts de jeu par Alessandro Del Piero en contre ; il s'agit du but le plus tardif de l'histoire de la Coupe du monde[100],[101],[102].

Penalty de Zidane lors de la demi-finale Portugal-France

Le jour de la demi-finale Allemagne-Italie, le procureur italien chargé de l'affaire des matchs truqués du Calcio prononce son réquisitoire : rétrogradation en série C pour la Juventus, en Série B pour le Milan AC, la Lazio de Rome, et la Fiorentina. 13 des 23 joueurs italiens et sept des onze titulaires de la demi-finale appartiennent alors à ces clubs mais cela n'a pas d'influence sur leur prestation[103]. C'est la première fois de son histoire que l'Allemagne s'incline à Dortmund. En 14 matchs dans l'ex-Westfalenstadion, la Mannschaft comptabilisait jusqu'à cette défaite 13 victoires et un nul[104].

Drapeau : Portugal Portugal - Drapeau : France France : 0-1 (0-1)

La deuxième demi-finale oppose le Portugal à la France. Le début de la partie est dominé par le Portugal qui joue vite et obtient quelques belles occasions, dont un tir de 30 mètres de Maniche qui frôle la barre transversale du but français à la 9e minute de jeu. La rencontre s'équilibre alors peu à peu. À la 33e minute, Thierry Henry est crocheté par Ricardo Carvalho. L'arbitre siffle un pénalty qui est transformé par Zinédine Zidane. Ensuite, le Portugal reprend la possession du ballon mais les occasions de but sont rares et l'équipe de France parvient à contrôler le match. Les dernières minutes sont à l'avantage des Portugais. La défense française reste compacte et garde le score de 1-0 jusqu'au bout de la rencontre[100],[105],[106],[107].

C'est la troisième victoire en trois matches de l'équipe de France face au Portugal en demi-finale d'une compétition officielle après les victoires en demi-finale du Championnat d'Europe 1984 (3-2 après prolongation) et en demi-finale du Championnat d'Europe 2000 (2-1 après prolongation)[108].

Match pour la troisième place[modifier | modifier le code]

Scène du match Allemagne-Portugal
Drapeau : Allemagne Allemagne - Drapeau : Portugal Portugal : 3-1 (0-0)

L'Allemagne bat le Portugal 3 buts à 1 dans la petite finale. Pour la dernière rencontre de son équipe dans le tournoi, le sélectionneur allemand Jürgen Klinsmann titularise le remplaçant Oliver Kahn dans les buts allemands. La première mi-temps est « équilibrée et agréable »[100] avec de nombreuses occasions pour les deux équipes. La deuxième mi-temps est dominée par l'Allemagne qui ouvre le score à la 56e minute de jeu sur une frappe des 25 mètres de Bastian Schweinsteiger. Ensuite, le défenseur portugais Petit marque contre son camp en détournant un coup-franc de Schweinsteiger. Celui-ci, désigné homme du match, inscrit également le troisième but allemand à la 78e : excentré sur le côté gauche du terrain, il frappe de 25 mètres et marque dans le petit filet opposé du but portugais. En fin de rencontre, Nuno Gomes réduit l'écart à 3-1 en reprenant de la tête un centre de Luís Figo[109],[110].

À l'issue du match, les Portugais Luís Figo et Pedro Miguel Pauleta ainsi que le gardien allemand Oliver Kahn mettent un terme à leur carrière internationale[111],[112]. Lors de la remise des médailles, des « Allez les Bleus » sont scandés par des supporters allemands amers d'avoir perdu contre l'Italie[113].

Finale[modifier | modifier le code]

Zinédine Zidane pendant la finale de la coupe du monde 2006

Drapeau : Italie Italie - Drapeau : France France : 1-1 a.p. (1-1, 1-1), 5-3 t.a.b.

La finale, jouée à Berlin le 9 juillet 2006, voit la victoire de l'Italie face à la France. À la fin du temps réglementaire, le score est de un partout, et aucun but n'est marqué lors de la prolongation. L'Italie devient championne du monde grâce à une séance de tirs au but remportée 5-3.

La France prend l'avantage dès la 7e minute de jeu sur un penalty - jugé de « très sévère » par Arsène Wenger - de Zidane obtenu à la suite d'un contact entre Materazzi et Malouda, lequel était parvenu à percer la défense italienne. Zidane marque le penalty d'une panenka qui touche la barre transversale et rebondit derrière la ligne de but du gardien italien Buffon. Si encaisser une panenka est vexant pour un gardien[114] car la balle est frappée doucement, Zidane explique avoir choisi la panenka uniquement pour avoir plus de chance de marquer[115]. L'égalisation italienne intervient par Materazzi qui reprend victorieusement un corner de Pirlo à la 19e minute. Après cette égalisation, les deux équipes jouent de manière prudente autour de blocs défensifs de sept ou huit joueurs, les occasions dangereuses faisant essentiellement suite à des coups de pied arrêtés. La deuxième moitié de la première mi-temps est dominée par l'Italie, qui gardera d'ailleurs 55 % de la possession de balle sur l'ensemble du match. À la 36e minute de jeu et sur le troisième corner des Italiens, le ballon frappé de la tête par l'attaquant Luca Toni trouve la transversale de Barthez qui était resté sur ses appuis.

À la 56e minute de jeu, le milieu de terrain Patrick Vieira, victime d'un claquage, est remplacé par Alou Diarra. Malgré un but de Luca Toni refusé pour hors-jeu à la 62e minute de jeu, c'est la France qui domine la deuxième mi-temps avec notamment des frappes de Henry, Ribéry, Malouda et Abidal. Sur l'ensemble du match, la France aura tiré 17 fois au but contre 10 fois pour les Italiens. Pendant la prolongation, Buffon parvient à détourner une tête de Zidane qui se dirigeait sous la barre. L'équipe de France termine la rencontre à dix joueurs suite à l'expulsion de Zidane à la 111e minute pour avoir asséné un violent coup de tête à l'Italien Marco Materazzi. Aux tirs au but, le deuxième tireur français David Trezeguet manque sa tentative : son ballon frappe la transversale et retombe quelques centimètres devant la ligne de but. Le cinquième tireur italien Fabio Grosso marque face au gardien français Fabien Barthez et donne la victoire à l'Italie sur le score de 5-3 aux tirs au but. L'Italien Andrea Pirlo est désigné homme du match de la finale[116],[117],[118],[119].

« Pas ça, Zinedine... Oh non ! Oh non, pas ça ! Pas aujourd'hui, pas maintenant, pas après tout ce que tu as fait ! ».

Commentaire en direct de Thierry Gilardi sur la chaîne de télévision française TF1, après le coup de tête de Zinédine Zidane à la 111e minute[120].

Un moment très discuté de la finale est la réaction de colère de Zinédine Zidane suite à des insultes du défenseur italien Marco Materazzi. À quelques minutes de la fin du match, le Français donne un coup de tête — sans rapport avec le jeu — au thorax de son adversaire. L'arbitre ne voit pas la confrontation mais exclut Zidane après avoir parlé au quatrième arbitre (qui dispose de la vidéo mais niera s'en être servi), ce qui fait du numéro 10 le quatrième joueur dans l'histoire des finales de coupe du monde à être expulsé. Cette expulsion met également un terme d'une façon brutale à la carrière de Zidane, puisqu'il avait annoncé avant la coupe du monde qu'il arrêterait sa carrière après le tournoi[121]. Le joueur français quitte le football sur un carton rouge, le 14e de sa carrière[122].

Cette finale est la première entre pays européens depuis le succès de l'Italie contre l'Allemagne de l'Ouest en 1982 et la seconde finale gagnée aux tirs au but après celle de 1994 entre le Brésil et l'Italie. C'est la première fois depuis la finale de la coupe du monde 1978 qui avait opposé l'Argentine aux Pays-Bas que ni l'Allemagne ni le Brésil ne sont présents en finale de la coupe du monde. C'est la deuxième fois que ce cas de figure se produit depuis la coupe du monde 1950[123],[124]. La cérémonie de clôture précédant la finale est animée par la chanteuse colombienne Shakira et dure onze minutes[125].

Statistiques et classements[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Les 32 équipes présentes disputent un total de 64 rencontres : 48 au premier tour et 16 dans la phase à élimination directe. Le nombre de buts marqués est de 147, soit 2,3 par match. La compétition est suivie par 3 359 439 spectateurs dans les stades, ce qui correspond à une moyenne de 52 491 spectateurs par rencontre.

Technical Study Group[modifier | modifier le code]

Depuis 1966, la FIFA comporte un groupe d'étude chargé d'étudier les évolutions techniques et tactiques du jeu, le Technical Study Group (TSG). Le TSG détermine l'équipe all-star[126], le prix du meilleur gardien du tournoi et le prix du meilleur jeune. Holger Osieck est à la tête du TSG de la Coupe du monde 2006 qui comprend en outre les treize membres suivants : Kalusha Bwalya, Lim Kee Chong, Alvin Corneal, Teófilo Cubillas, Roy Hodgson, Kwok Ka Ming, Rodrigo Kenton, Francisco Maturana, György Mezey, Roger Milla, Andy Roxburgh, Jim Selby, et Jozef Vengloš[127],[128].

Classement de la compétition[modifier | modifier le code]

La coupe du monde 2006 est remportée par l'Italie devant la France et l'Allemagne. Il s'agit du quatrième titre de champion du monde des italiens après ceux obtenus en 1934, 1938 et 1982. Depuis 1962, le titre de champion du monde est gagné en alternance par un pays sud-américain et par un pays européen. Après cette édition 2006, l'Europe et l'Amérique du Sud sont à égalité en ce qui concerne le nombre de titres de champion du monde avec neuf titres.

Classement de la coupe du monde :
  •      Champion du monde
  •      Vice-champion du monde
  •      Troisième
  •      Quatrième
  •      Quart de finale
  •      Huitième de finale
  •      Premier tour
  •      Non qualifiés
  •       Pays organisateur

Sa victoire permet à l'équipe d'Italie de gagner onze places au Classement mondial de la FIFA et de se placer en 2e position derrière le Brésil. L'équipe finaliste, la France, gagne quatre places pour prendre la 4e position de ce classement derrière l'Argentine 3e[129].

Le classement complet des 32 équipes ayant participé au tournoi prend en compte, en plus du stade de la compétition atteint, le nombre total de points obtenus, puis la différence de buts et enfin le nombre de buts inscrits. Le nombre de points est calculé de la même manière que pour le premier tour, à savoir en attribuant 3 points pour un match gagné, 1 point pour un match nul et 0 point pour une défaite[130].

Parmi les huit premiers, se trouvent six équipes européennes et deux sud-américaines. La bonne tenue d'ensemble des sélections européennes se traduit aussi par le fait que seules quatre d'entre elles sur quatorze qualifiés sont dans la deuxième moitié du classement.

Le Ghana, qui se classe 13e, est la meilleure équipe africaine de cette coupe du monde et la seule à avoir dépassé le premier tour. La meilleure sélection représentant l'Asie est la Corée du Sud qui prend la 17e position. Les sélections sud- et nord-américaine les mieux classées sont respectivement celles du Brésil, 5e, et du Mexique, 15e. Le représentant de l'Océanie, Australie, termine la compétition à la 16e place[131].

Classement de la Coupe du monde[131]
Place Nation Stade de la compétition
médaille d'or Drapeau : Italie Italie
Vainqueur
médaille d'argent Drapeau : France France
Finale
médaille de bronze Drapeau : Allemagne Allemagne
Demi-finale
4 Drapeau : Portugal Portugal
Demi-finale
5 Drapeau : Brésil Brésil
Quarts de finale
6 Drapeau : Argentine Argentine
7 Drapeau : Angleterre Angleterre
8 Drapeau : Ukraine Ukraine
9 Drapeau : Espagne Espagne
Huitième de finale
10 Drapeau : Suisse Suisse
11 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas
12 Drapeau : Équateur Équateur
13 Drapeau : Ghana Ghana
14 Drapeau : Suède Suède
15 Drapeau : Mexique Mexique
16 Drapeau : Australie Australie
Place Nation Stade de la compétition
17 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud
Premier tour
18 Drapeau : Paraguay Paraguay
19 Drapeau : Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
20 Drapeau : République tchèque République tchèque
21 Drapeau : Pologne Pologne
22 Drapeau : Croatie Croatie
23 Drapeau : Angola Angola
24 Drapeau : Tunisie Tunisie
25 Drapeau : Iran Iran
= Drapeau : États-Unis États-Unis
27 Drapeau : Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago
28 Drapeau : Japon Japon
= Drapeau : Arabie saoudite Arabie saoudite
30 Drapeau : Togo Togo
31 Drapeau : Costa Rica Costa Rica
32 Drapeau : Serbie-et-Monténégro Serbie-et-Monténégro

Ballon d'or Adidas du meilleur joueur[modifier | modifier le code]

Classement du Ballon d'or
Place Joueur
médaille d'or Drapeau : France Zinédine Zidane
médaille d'argent Drapeau : Italie Fabio Cannavaro
médaille de bronze Drapeau : Italie Andrea Pirlo

Le Ballon d'or Adidas est la récompense attribuée au meilleur joueur de la coupe du monde 2006. Ce trophée, décerné par les médias accrédités à la coupe du monde[132], est remporté par Zinédine Zidane[133]. Après l'expulsion de Zidane en finale pour un coup de tête à Marco Materazzi, le président de la FIFA Joseph Blatter suggère de lui enlever cette distinction. La commission de discipline de la FIFA, organisatrice de l'évènement, se réunit quelques jours après et décide de ne pas lui retirer son titre de meilleur joueur de la coupe du monde 2006[134]. Le Ballon d'argent et le Ballon de bronze désignant respectivement les deuxième et troisième meilleurs joueurs de la compétition sont attribués aux Italiens Fabio Cannavaro et Andrea Pirlo.

Soulier d'or du meilleur buteur[modifier | modifier le code]

Le Soulier d'or, attribué au meilleur buteur de la compétition, est remporté par l'Allemand Miroslav Klose avec cinq buts inscrits en sept rencontres. Il devance Hernán Crespo et Ronaldo, tous les deux auteurs de trois buts, qui reçoivent respectivement les Souliers d'argent et de bronze désignant les deuxième et troisième meilleurs marqueurs de la compétitions[135],[136]. Ce total de cinq buts du meilleur buteur est le plus faible depuis les cinq buts inscrits par le yougoslave Dražan Jerković au cours de la coupe de monde 1962 au Chili. L'équipe du meilleur buteur, l'Allemagne, est l'équipe ayant marqué le plus de buts lors du tournoi avec 14 buts.

Le classement du Soulier d'or est établi selon le nombre de buts marqués puis, en cas d'égalité entre plusieurs joueurs, selon le nombre de passes décisives délivrées. En cas de nouvelle égalité, le buteur le mieux classé est celui ayant le plus faible temps de jeu pendant la coupe du monde.

Classement du Soulier d'or
Place Joueur Buts Passes décisives Temps de jeu
médaille d'or Drapeau : Allemagne Miroslav Klose 5 1 587
médaille d'argent Drapeau : Argentine Hernán Crespo 3 1 308
médaille de bronze Drapeau : Brésil Ronaldo 3 1 411
4 Drapeau : France Zinédine Zidane 3 1 559
5 Drapeau : Espagne David Villa 3 0 210
6 Drapeau : Espagne Fernando Torres 3 0 290
7 Drapeau : Argentine Maxi Rodríguez 3 0 495
8 Drapeau : France Thierry Henry 3 0 636
= Drapeau : Allemagne Lukas Podolski 3 0 636
10 Drapeau : Allemagne Bastian Schweinsteiger 2 3 529

Dans les éditions précédentes de la compétition, le Brésilien Ronaldo a déjà inscrit quatre buts en 1998 et huit buts en 2002, terminant meilleur buteur. Ses trois buts lors de cette édition lui permettent de devenir en 2006 le meilleur buteur de toute l'histoire de la coupe du monde avec quinze buts. Le précédent record appartient à l'Allemand Gerd Müller, qui a marqué quatorze buts lors des éditions de 1970 et 1974. Quant à Klose, il passe en septième position à ce classement en totalisant dix buts marqués en coupe du monde[82].

All-star team[modifier | modifier le code]

Les meilleurs joueurs de la coupe du monde font partie d'une équipe dite all-star sélectionnée par la FIFA. La composition de cette équipe est arrêtée entre les demi-finales et la finale. L'Italie est la mieux représentée avec sept joueurs devant la France et les deux demi-finalistes, l'Allemagne et le Portugal, avec chacun quatre joueurs distingués[137],[138].

All-star team
Gardiens Défenseurs Milieux Attaquants

Drapeau : Italie Gianluigi Buffon
Drapeau : Allemagne Jens Lehmann
Drapeau : Portugal Ricardo

Drapeau : Argentine Roberto Ayala
Drapeau : Angleterre John Terry
Drapeau : France Lilian Thuram
Drapeau : Allemagne Philipp Lahm
Drapeau : Italie Fabio Cannavaro
Drapeau : Italie Gianluca Zambrotta
Drapeau : Portugal Ricardo Carvalho

Drapeau : Brésil Zé Roberto
Drapeau : France Patrick Vieira
Drapeau : France Zinédine Zidane
Drapeau : Allemagne Michael Ballack
Drapeau : Italie Andrea Pirlo
Drapeau : Italie Gennaro Gattuso
Drapeau : Italie Francesco Totti
Drapeau : Portugal Luís Figo
Drapeau : Portugal Maniche

Drapeau : Argentine Hernán Crespo
Drapeau : France Thierry Henry
Drapeau : Allemagne Miroslav Klose
Drapeau : Italie Luca Toni

Récompenses annexes[modifier | modifier le code]

Lauréats des prix annexes
Meilleur gardien Drapeau : Italie Gianluigi Buffon
Meilleur jeune joueur Drapeau : Allemagne Lukas Podolski
Prix du fair-play Drapeau : Brésil Brésil
Drapeau : Espagne Espagne
Équipe la plus spectaculaire Drapeau : Portugal Portugal

Lors de cette coupe du monde, deux autres trophées sont décernés à titre individuel et deux autres à titre collectif. Le premier des deux trophées individuels est le prix Lev Yachine du meilleur gardien. Le lauréat, sélectionné par le groupe d'étude technique (Technical Study Group) de la FIFA, est Gianluigi Buffon. Il remporte ce prix après n'avoir encaissé que deux buts pendant tout le tournoi[132],[133]. Il succède à Oliver Kahn désigné meilleur joueur et meilleur gardien du tournoi 2002[139].

L'autre trophée individuel est celui du meilleur jeune joueur. Ce prix, attribué pour la première fois de l'histoire de la coupe du monde, est décerné à Lukas Podolski, 21 ans. Le joueur reçoit son trophée le dimanche 9 juillet (le jour de la finale) lors d'une conférence de presse à l'Olympiastadion de Berlin. C'est son compatriote Lothar Matthäus qui lui remet son trophée[140]. Le groupe d'étude technique de la FIFA justifie le choix de l'attaquant allemand par sa maturité et son envie ainsi que par ses statistiques (grand temps de jeu, trois buts inscrits, vingt-et-un tirs, quinze fautes subies)[141].

Le prix du fair-play 2006 est attribué par la FIFA conjointement à l'Espagne et au Brésil devant l'Allemagne[142]. Ce prix est attribué selon un système de points établit par le comité d'éthique et de fair-play de la FIFA[132]. Un vote sur le site internet de la FIFA désigne le Portugal comme étant l'équipe la plus spectaculaire de la coupe du monde[132],[133].

Bilan de la coupe du monde[modifier | modifier le code]

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Malgré le bon départ d'équipes comme l'Australie ou le Ghana qui parviennent à se qualifier pour le deuxième tour, le tournoi est surtout marqué par le retour à une domination des « grandes équipes européennes et sud-américaines »[1]. En effet, quatre ans après la Coupe du monde 2002 qui voit des équipes d'Amérique du Nord (États-Unis en quart de finale), d'Afrique (Sénégal en quart de finale) et d'Asie (Corée du Sud en demi-finale) aller relativement loin dans la compétition, tous les quart-de-finalistes de l'édition 2006 sont européens ou sud-américains et tous les anciens vainqueurs de la compétition sauf l'Uruguay sont présents en quart de finale.

Nombre d'équipes par confédération et par tour
Confédération Premier tour 1/8 de finales 1/4 de finales Demi-finales Finale Victoire
UEFA 14 10 6 4 2 1
CAF 5 1 0 0 0 0
CONMEBOL 4 3 2 0 0 0
CONCACAF 4 1 0 0 0 0
AFC 4 0 0 0 0 0
OFC 1 1 0 0 0 0
Total 32 16 8 4 2 1

Avant le début de la compétition, le Brésil est presque unanimement reconnu comme le favori du tournoi par les spécialistes, dont le président du comité d'organisation Franz Beckenbauer[1],[2]. La sélection brésilienne est en effet championne du monde en titre et mène le classement mondial de la FIFA depuis 2002 de façon ininterrompue[143]. Elle vient aussi de remporter la Copa América 2004 et la coupe des confédérations 2005, épreuve où elle a impressionné tous les observateurs. Le Brésil s'appuie cette fois sur son quatuor offensif composé des deux créateurs Ronaldinho et Kaká et des deux finisseurs Ronaldo et Adriano. Usé par une saison très chargée, Ronaldinho est cependant loin de sa meilleure forme. La Seleção évolue tout d'abord dans un schéma tactique en 4-4-2 avec deux milieux récupérateurs axiaux. Contre la France en quart de finale, le Brésil met en place un jeu très défensif à trois milieux récupérateurs qui ne lui permet pas de porter le danger[144]. La défaite logique sur le score de 1-0 attise de nombreuses critiques.

Les matchs de préparation de l'équipe d'Allemagne se soldent par des résultats irréguliers et par une qualité de jeu insuffisante, notamment lors de la défaite 4-1 contre l'Italie en mars 2006 et lors du match nul 2-2 contre le Japon 10 jours avant le début de la compétition. La Mannschaft fait taire les critiques[145] et donne raison au sélectionneur Jürgen Klinsmann, dont l'objectif avoué est la conquête du titre, en pratiquant un football « dynamique et offensif »[1] et en terminant troisième. L'Allemagne construit ses succès dans un système de jeu en 4-4-2 avec deux milieux évoluant sur les côtés, notamment Schweinsteiger qui anime le jeu à gauche, et deux milieux axiaux, Ballack et Frings qui protègent la défense et parviennent à alerter rapidement les attaquants[146].

La victoire italienne ne repose sur aucun joueur en particulier. Les 12 buts sont notamment inscrits par 10 joueurs différents. La défense italienne si réputée, organisée par le capitaine Fabio Cannavaro, contribue largement à la victoire finale de l'équipe, en n'ayant encaissé que 2 buts tout au long de la compétition (un contre son camp et un sur penalty).

La France, malgré un départ poussif dans la phase de groupe, atteint la finale galvanisée par une grosse performance de son capitaine Zinédine Zidane, qui a annoncé qu'il prendrait sa retraite après la Coupe du Monde, et qui est élu meilleur joueur du tournoi, devant les Italiens Fabio Cannavaro et Andrea Pirlo.

Conditions de jeu[modifier | modifier le code]

Afin de garantir de bonnes conditions de jeu, les pelouses des douze stades sont changées quelques semaines avant le début de la coupe du monde. 96 000 m2 de pelouse sont posés par deux sociétés spécialisées (une allemande et une néerlandaise) ayant reçu l'aval du comité d'organisation[147].

Avant le début de la compétition, une vague de froid s'abat sur l'Allemagne. Les Pays-Bas qui séjournent à Hinterzarten font face à la neige tandis que plusieurs des joueurs équatoriens installés à Bad Kissingen s'enrhument[148],[149].

Après la vague de froid une vague de chaleur sévit sur l'Allemagne. Les sélectionneurs Raymond Domenech et Marco van Basten se plaignent de l'état des pelouses qu'ils jugent trop sèches. La FIFA considère cependant que les pelouses sont en bon état et que leur arrosage et leur tonte sont parfaits[150]. La chaleur n'est pas sans conséquence pour les joueurs : lors du match Angleterre-Paraguay les joueurs anglais boivent 70 bouteilles d'eau contre une vingtaine habituellement[151]. Des voix réclament alors que les toits des stades en disposant soient fermés en cas de chaleur. La FIFA répond que les toits doivent être fermés uniquement pour gagner en visibilité[152]. Sur les douze stades de la Coupe du monde, deux sont équipés d'un toit : le FIFA WM Stadion de Gelsenkirchen et le FIFA WM Stadion de Francfort-sur-le-Main.

Chronique des tribunes[modifier | modifier le code]

Supporters hollandais pendant Pays-Bas - Côte d'Ivoire, le 16 juin

Les fans de toutes les équipes sont massivement présents en tribune et l'ambiance des matchs est excellente. Nombre de spectateurs normalement neutres prennent ainsi les couleurs d'une des deux équipes qu'ils vont voir jouer, pour ajouter à la fête. Si les Anglais sont, par leur nombre, les plus impressionnants, ceux de Corée du Sud, Suisse, Croatie et des pays nordiques Suède et Pays-Bas sont particulièrement nombreux et actifs[153].

Les supporters des sélections espagnole, française, italienne et portugaise sont restés plus discrets, comme attendu[154]. Ainsi, si les titres de champions du monde 1998 et de champion d'Europe 2000 ont renforcé le soutien populaire autour de l'équipe de France, celle-ci ne bénéfice pas d'une « base de supporters actifs fidèles »[155]. Ceci se vérifie notamment lors du match France-Suisse, où on compte trois supporters suisses pour un supporter français dans un stade de Stuttgart pourtant aussi proche de la frontière française que de la frontière suisse.

Supporters allemands dans le parc du stade olympique de Munich pendant le match d'ouverture

On assiste dans les rues en Allemagne à un fort soutien apparent à l'équipe nationale : de nombreux drapeaux allemands ornent voitures et fenêtres. Il y a même une pénurie de drapeaux, puisque les 100 000 drapeaux mis en vente par la société FIG sont vendus avant le début de la coupe du monde[156].

Après un début de compétition marqué par des scènes de fraternisation entre supporters portugais et angolais ou anglais et trinidadiens par exemple, les premiers incidents entre supporters ont lieu, comme attendu[157], à l'occasion du match Allemagne-Pologne le 14 juin 2006. Ces affrontements ont lieu dans les rues de Dortmund avant et après le match et la police procède à 300 arrestations. Ce match constitue l'affiche la plus sulfureuse du calendrier du premier tour. Avant le match Angleterre-Suède du 20 juin, des incidents ont lieu entre hooligans anglais et hooligans allemands. 45 allemands sont interpellés[158]. Après le match, ce sont 378 anglais qui sont arrêtés[159]. Lors du week-end précédant le huitième de finale Angleterre-Équateur la police procède à de nombreuses arrestations. Il y a 122 arrestations dans la nuit du vendredi au samedi puis le jour du match, le dimanche 25 juin, plusieurs centaines de supporters anglais sont arrêtés[159].

Lors de la rencontre entre Argentine et Serbie-Monténégro, les hymnes sont sifflés. L'hymne français est lui aussi sifflé par les supporters espagnols lors du huitième de finale Espagne-France. On peut noter aussi beaucoup de sifflets lors de la demi-finale Allemagne-Italie lorsque les joueurs italiens sont en possession du ballon. Lors de la demi-finale du 5 juillet Portugal-France, le joueur portugais Cristiano Ronaldo est l'objet de sifflets à chaque fois qu'il est en possession du ballon. Cela peut s'expliquer par son attitude lors du quart de finale face à l'Angleterre, pendant lequel il aurait provoqué le carton rouge de l'attaquant anglais Wayne Rooney, son coéquipier de club à Manchester United.

Arbitrage[modifier | modifier le code]

En 2002 le président de la FIFA Sepp Blatter envisage de réformer le mode d'arbitrage d'un match de football pour diminuer le nombre d'erreurs d'arbitrage[160], la FIFA estimant que des fautes d'arbitrage ont été commises pendant la Coupe du monde 2002[161]. Il préconise « une meilleure formation des arbitres assistants » et « l'apparition de deux nouveaux arbitres qui seraient placés derrière les buts » de manière à mieux juger les actions se déroulant dans la surface de réparation.

L'arbitre suisse Massimo Busacca

Cette proposition n'est pas retenue pour la coupe du monde 2006 mais d'autres changements ont lieu. Pour la première fois dans l'histoire de la coupe du monde, les arbitres officient avec deux juges de touche du même pays ou au moins de la même confédération[42] : ces équipes de trois sont plus habituées à diriger un match ensemble et peuvent plus facilement se concerter, ce qui pourrait leur permettre de fournir des prestations meilleures qu'au cours des éditions précédentes[162]. Cette mesure destinée à améliorer l'arbitrage est discutée dès 1974[163].

Durant le mondial, le chef du comité d'organisation Franz Beckenbauer et Joseph Blatter estiment néanmoins que l'arbitrage n'est pas à la hauteur[164]. Les prestations de plusieurs arbitres sont ainsi critiquées, notamment celle du Russe Valentin Ivanov qui distribue un record de seize cartons jaunes et quatre rouges dans le huitième de finale opposant Portugal et Pays-Bas.

L'Anglais Graham Poll quant à lui donne, au cours du match Croatie-Australie, trois cartons jaunes au défenseur Josip Šimunić avant de l'expulser, alors qu'un joueur doit être exclu du terrain après deux cartons jaunes[160]. Déjà averti à la 61e minute du match, Šimunić reçoit en effet un deuxième avertissement à la 90e minute dans une tension extrême entre joueurs, entraîneurs, arbitres et spectateurs. L'arbitre Graham Poll oublie de sortir le carton rouge et ne le sort qu'après un troisième avertissement du joueur à la 93e minute, soit après la fin de la rencontre, quand celui-ci s'en prend verbalement à l'arbitre.

Une autre polémique naît après l'expulsion de Zidane dans la prolongation de la finale. Le camp français et le sélectionneur Raymond Domenech reprochent à l'arbitre d'avoir brandi le carton sur la base des images, alors que l'utilisation de la vidéo est interdite. Le quatrième arbitre aurait vu les images du coup de tête de Zidane[165] sur son écran de contrôle et aurait rapporté ensuite le mauvais geste aux trois arbitres sur le terrain qui n'ont rien vu[166]. La FIFA dément tout usage de la vidéo au cours de cet incident en expliquant deux jours après la finale que le quatrième arbitre a vu le geste de Zidane en direct sur la pelouse sans avoir recours à la vidéo[167],[168].

Le tournoi est marqué par le nombre important de cartons qui sont distribués par les arbitres. Les joueurs se voient adresser le nombre record de 345 cartons jaunes et 28 cartons rouges. Ces chiffres sont à comparer aux 272 cartons jaunes et 17 cartons rouges de la précédente Coupe du monde de 2002, ce qui correspond à une augmentation de 27 % et 65 % respectivement[169].

Dopage[modifier | modifier le code]

En matière de dopage, des contrôles sanguins ont été effectués pour la première fois pendant la précédente édition de la coupe du monde en 2002. Comme ceux-ci se sont tous avérés négatifs[170], la FIFA considère alors de tels tests sanguins comme « inutiles »[171] :

« Nous considérons la probabilité de cette pratique (le dopage par transfusion entre deux individus) dans le football tellement faible que ce serait une perte de temps, d'argent et d'énergie de le faire[172]. »

— Jiri Dvorak, médecin chef de la FIFA

En conséquence la fédération internationale de football décide d'économiser le coût du contrôle antidopage sanguin et de se contenter de tests d'urine pour la Coupe du monde 2006. Les contrôles urinaires utilisés ne permettent pas, contrairement aux tests sanguins, de détecter une transfusion homologue ou une utilisation d'hormone de croissance ou d'hémoglobines de synthèse[171].

Pendant la compétition, des contrôles antidopage urinaires sont effectués à l'occasion de chaque match sur deux joueurs de chaque équipe[173]. Ces examens ont lieu en coopération avec l'agence allemande antidopage (NADA) en qualité d'observateur. Tous ces tests antidopage se révèlent négatifs[174].

En amont de la compétition, la FIFA effectue également des examens urinaires. Des tests ont lieu à l'occasion de vingt-quatre matchs amicaux de préparation à la coupe du monde, deux joueurs de chaque équipe tirés au sort devant se soumettre au contrôle à l'issue de chaque rencontre. Ces 96 contrôles se révèlent également négatifs. D'autres tests sont réalisés de façon inopinée dans les camps d'entraînement des équipes devant participer à la coupe du monde. Quatre joueurs de chaque équipe subissent un test urinaire et la présence d'érythropoïétine (EPO) est contrôlée un sus chez un de ces quatre joueurs. Là encore, aucun des 128 contrôles n'est positif[173].

Aspects socio-économiques de la coupe du monde[modifier | modifier le code]

Impact sur la vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Pendant la Coupe de nombreux pays modifient leur quotidien pour suivre la coupe du monde. Au Costa Rica, les écoles donnent par exemple congé aux élèves afin de pouvoir voir le match d'ouverture diffusé à 10 heures du matin pour cause de décalage horaire. Pour les deux autres matchs du premier tour, diffusés à 7 heures et 8 heures du matin, les écoliers peuvent même suivre les matchs dans leur école avant le début des cours[175]. En Équateur, le secrétariat général du Congrès décide à l'unanimité de fermer l'hémicycle les jours des matchs de la sélection équatorienne afin de permettre à ses députés de pouvoir suivre les matchs[176]. Au Guatemala, les autorités autorisent les dix-huit centres pénitentiaires du pays à s'équiper de télévisions pour la durée de la coupe du monde afin de satisfaire les détenus[177]. Dans le reste de l'Amérique latine, en raison du décalage horaire, la plupart des entreprises installe des téléviseurs pour lutter contre l'absentéisme et permettre à leurs employés de suivre les matchs[178].

En Allemagne, le nombre de patients admis à l'hôpital pour un infarctus du myocarde est deux fois plus important pendant la coupe du monde par rapport à la normale. Ce nombre est particulièrement important lors des matchs de l'équipe d'Allemagne et est attribué à une augmentation, causée par la tension du match, du stress du spectateur ou téléspectateur. En comparaison avec les données des années 2003 et 2005, l'augmentation du risque de crise cardiaque est de 326 % pour les hommes et de 82 % pour les femmes[179].

Neuf mois après la coupe du monde, en mars 2007, le nombre de naissances augmente sensiblement en Allemagne : près de 20 % à Berlin et entre 10 et 15 % dans toute l'Allemagne[4],[179]. Sur tout le premier semestre 2007, l'accroissement du taux de naissances est de 4,4 % à Berlin[180]. L'augmentation des naissances en mars 2007 est attribuée principalement à l'« énergie positive » et à l'« euphorie » engendrée dans le pays par la Coupe du monde[179],[180], l'autre facteur étant la création en 2007 d'un salaire parental[180] qui vient s'ajouter aux allocations familiales pour le parent qui arrête son travail pendant un an[181].

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Fußball-Globus devant la porte de Brandebourg

De nombreuses manifestations culturelles sont organisées pendant la coupe du monde. Le mercredi 7 juin, le Brésilien Pelé inaugure une exposition retraçant sa carrière de joueur. De plus pendant toute la durée de la coupe du monde, la station de métro Potsdamer Platz qui accueille l'exposition est rebaptisée « Gare Pelé »[182].

Des expositions sur l'histoire de la Coupe du Monde étaient organisées dans le Fußball-Globus.

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Selon la FIFA, la coupe du monde 2006 est suivie par 32,5 milliards de téléspectateurs cumulée dans plus de 215 pays, contre 28,2 milliards en 2002. Les droits de diffusion sont vendus par la FIFA via la société Infront pour la somme de 1 milliard d'euros (1,3 milliard de dollars) à 240 télédiffuseurs, 220 stations de radio et plus de 50 diffuseurs via téléphonie mobile et Internet[183],[184].

Les droits télévisuels sont vendus pays par pays. Au Japon, toutes les chaînes diffusent la compétition grâce à un consortium japonais. En France, TF1, M6, Canal+ et Eurosport se partagent la diffusion des matchs proposant ainsi des diffusions en doublon : TF1 débourse 168 millions d'euros pour les 24 meilleures affiches, M6 27 millions d'euros pour les 31 matchs, Canal+ verse 4,5 millions d'euros à TF1 pour que la chaîne lui rétrocède ses droits, et Eurosport paye 4 millions d'euros pour tous les matchs mais seulement 23 en direct[185]. En Italie, pour la première fois de son histoire, la Rai ne possède pas en exclusivité les droits de diffusion. L'achat de l'exclusivité des droits (ou en partie) pose parfois des problèmes : en Espagne, les parlementaires espagnols protestent contre la chaine de télévision La Sexta qui achète les droits du mondial en étant seulement disponible sur 30 % du territoire[186].

La coupe du monde est l'occasion d'audiences records partout dans le monde. En Allemagne, lors du premier tour le match Allemagne-Équateur diffusé sur la chaîne ARD attire 23 millions de téléspectateurs (82 % de part de marché)[187]. Le quart de finale entre l'Allemagne et l'Argentine, toujours diffusé sur la chaîne ARD attire plus de 25 millions de téléspectateurs (avec un pic à 28,5 millions) soit une audience de 90 % de part de marché[188]. En Italie, le match du premier tour entre l'Italie et le Ghana est suivi par 23 413 000 Italiens répartis entre les chaînes Rai et SKY Italia[189]. Le premier match de l'équipe du Brésil est vu par 60,5 millions de téléspectateurs de la région. En Corée du Sud, près d'un quart des téléspectateurs regarde la rencontre entre la Corée du Sud et la France à quatre heures du matin heure locale[183].

La ZDF Arena à Berlin

En France, TF1 réalise des records d'audience : 14 687 720 téléspectateurs (73 % d'audience) lors de la rencontre France-Suisse[190], 18 051 320 téléspectateurs pour France-Corée du Sud, 18 331 620 (70 % de part d'audience) pour France-Togo[191], 19 564 940 (67,9 % d'audience) pour France-Espagne[192] et 17 939 200 pour France-Brésil. La demi-finale France-Portugal est suivie par 22 199 760 téléspectateurs (76,7 % d'audience) ce qui constitue le record historique de la télévision française[193]. La finale entre la France et l'Italie est regardée par 22 143 700 téléspectateurs avec un pic à 25 002 700 à 22h28 pour une audience de 80,3 % de part de marché selon Médiamat-Médiamétrie[194]. Les sept matchs de l'équipe de France sont les sept meilleures audiences de l'année 2006 sur les chaînes de télévision françaises.

La coupe du monde connaît une audience record en Chine malgré l'absence de l'équipe chinoise de football et les diffusions tardives en raison du décalage horaire. Parmi les matchs du premier tour, le match Angleterre-Paraguay réalise ainsi 8,68 % de l'audience totale du réseau de télévision publique CCTV. Le match d'ouverture Allemagne-Costa Rica réalise 5,67 % d'audience (équivalent à une part de marché de 20,86 %), soit « dix fois plus que pour les programmes diffusés à la même heure entre janvier et mai » selon l'institut chinois de mesure d'audience CSM[195].

Afin de suivre la coupe du monde des écrans géants sont installés un peu partout en Allemagne. La chaîne de télévision allemande ZDF met en place la ZDF Arena dans le Sony Center de Berlin d'une capacité de 5 000 places pour retransmettre les matchs en public[196]. Il est également possible à Berlin de suivre les matchs sur des écrans géants installés sur l'avenue du 17-juin. Pour le match Allemagne-Équateur, 700 000 personnes regardent le match sur l'avenue berlinoise[187].

Effets économiques pour l'Allemagne[modifier | modifier le code]

Avant la compétition, des études prédisent un impact modéré de la coupe du monde sur la croissance économique et le nombre d'emplois en Allemagne. Le Credit Suisse estime en 2005 que les effets directs de la coupe du monde se situeront entre 0,2 à 0,5 % du produit intérieur brut (PIB) allemand[197]. La Fédération allemande des chambres de commerce et d'industrie (DIHK) s'attend à 60 000 emplois supplémentaires et à 0,66 % de croissance supplémentaire pour l'année 2006[198].

Environ 1,38 milliard d'euros est investi dans les stades, dont 280 millions d'euros pour le FIFA WM Stadion à Munich.

Les chiffres de la Deutsche Bundesbank font état pour le deuxième trimestre 2006 d'une augmentation de croissance de 0,25 % liée à la coupe du monde, qui se déroule du 9 juin au 9 juillet. Au troisième trimestre, la consommation finale des ménages augmente de 0,7 % ce qui contribue à hauteur de 0,4 % à l'accroissement du PIB. Cette augmentation de la consommation est attribuée à la Coupe du monde ainsi qu'à l'anticipation rationnelle par les ménages allemands de l'augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée à 19 % en 2007[199].

En amont de la coupe du monde, les premiers effets sur l'économie allemande sont causés par l'amélioration des infrastructures nécessaires à l'organisation de l'évènement, et particulièrement par la construction ou rénovation des stades pour plusieurs centaines de millions d'euros[197]. Le chiffre d'affaires du secteur de la publicité est de 9,7 milliards d'euros pendant le premier semestre 2006, la part de la publicité relative au mondial étant estimée à 5,7 %[200].

L'afflux de supporters étrangers en Allemagne profite aux secteurs de la restauration et de l'hôtellerie, qui enregistrent des recettes supplémentaires de l'ordre de 600 millions d'euros. À l'aéroport de Francfort, principal aéroport allemand, le trafic passagers atteint en juin 2006 4,82 millions de personnes dont 360 000 grâce à la coupe du monde[200].

Les recettes du commerce de détail augmentent de deux milliards d'euros pendant la compétition. Certains secteurs comme le commerce d'articles de sports et de souvenirs profitent de l'évènement, tandis que d'autres secteurs comme la mode et l'habillement voient leur chiffre d'affaires diminuer durant cette période[200].

Équipementiers[modifier | modifier le code]

L'équipement de l'équipe de France, finaliste du tournoi

La coupe du monde met également en concurrence les équipementiers sportifs. La marque allemande Puma est la plus représentée avec douze équipes dont les cinq sélections africaines. Nike et Adidas suivent en fournissant l'équipement de respectivement huit et six équipes nationales présentes en Allemagne. Puma a pour ambassadeur l'ancien joueur brésilien Pelé[201]. Adidas et Puma, les deux équipementiers allemands jouant à domicile, s'opposent pour la première fois en finale du tournoi par l'intermédiaire de la France et de l'Italie[202].

  • Puma : Angola, Arabie saoudite, Côte d'Ivoire, Ghana, Iran, Italie, Paraguay, Pologne, République tchèque, Suisse, Togo et Tunisie.
  • Nike : Australie, Brésil, Corée du Sud, Croatie, États-Unis, Mexique, Pays-Bas et Portugal.
  • Adidas : Allemagne, Argentine, Espagne, France, Japon et Trinité-et-Tobago.
  • Umbro : Angleterre et Suède.
  • Lotto : Serbie-et-Monténégro et Ukraine.
  • Joma : Costa Rica.
  • Marathon Sports : Équateur.

Le coq sportif, sans être équipementier d'une équipe participante, est néanmoins présent à la Coupe du monde allemande en bénéficiant de l'appui de Diego Maradona, qui porte pendant la compétition un maillot argentin siglé de cette marque[202].

Sponsors[modifier | modifier le code]

La plupart du mondial est financé par des sponsors liés à la FIFA et au comité d'organisation. On distingue des sponsors internationaux et des sponsors nationaux, qui ne peuvent faire de la publicité pour leur engagement qu'en Allemagne, alors que les sponsors internationaux ont le droit de le faire dans le monde entier[203]. Les sponsors payent une somme estimée à 700 millions d'euros, soit 840 millions de dollars[204],[183].

Les sponsors internationaux sont au nombre de 15. Ils versent une somme estimée à 600 millions d'euros, soit une moyenne de 40 millions d'euros par entreprise, cette somme incluant des prestations en nature et des prestations de service. Les 15 partenaires officiels de la FIFA sont Adidas, Anheuser-Busch, Avaya, Coca-Cola, Continental Airlines, Deutsche Telekom, Emirates, Fujifilm, Gillette, Hyundai, MasterCard, McDonald's, Philips, Toshiba et Yahoo!. Une somme supplémentaire de 100 millions d'euros est payée par les six sponsors nationaux du comité d'organisation allemand : Deutsche Bahn (les chemins de fer allemands), Deutsche Postbank (banque postale allemande), EnBW (fournisseur d'électricité), Hamburg-Mannheimer (assurance), Obi (magasin de bricolage), et Oddset (paris sportifs).

Panneau de présentation des sponsors

Tous ces sponsors ont le droit d'utiliser les marques et emblèmes de la coupe du monde dans leur communication et de participer à diverses activités marketing organisées dans le cadre du tournoi et autour de celui-ci. Par exemple, Adidas construit un stade d'une capacité de 15 000 places en face du palais du Reichstag à Berlin. Ce stade, appelé World of football, permet aux spectateurs d'y regarder un match de la coupe du monde sur écran géant. Un autre sponsor, Coca-Cola, organise un tour du monde du trophée de la compétition à travers 29 étapes dans autant de pays[203].

La FIFA protège activement ses droits et ceux de ses sponsors. Avant même le début de la coupe du monde 2006, la FIFA a déjà engagé 2 500 procédures contre des entreprises accusées de porter atteinte à ses droits[183]. Les sponsors officiels bénéficient aussi de la part de la FIFA d'une protection contre l'ambush marketing[205]. Ainsi la marque de bière Bavaria est accusée par la FIFA d'ambush marketing aux dépens de la marque Budweiser du sponsor officiel Anheuser-Busch, et de vouloir associer son image à la coupe du monde sans y être autorisée puisque Bavaria n'a pas payer de droits de parrainage. À l'occasion du match du premier tour opposant les Pays-Bas à la Côte d'Ivoire, un millier de supporters hollandais qui portent des Lederhosen mentionnant la marque de bière Bavaria ne sont pas autorisés à rentrer dans le stade avec ce vêtement et doivent assister à la rencontre en sous-vêtements[206].

La FIFA veut se réserver les droits de marque relatifs aux dénominations allemandes Fussball WM 2006 et WM 2006, WM étant l'abréviation allemande courante du terme Weltmeisterschaft qui signifie coupe du monde. La Cour fédérale allemande (Bundesgerichtshof, BGH) refuse ces droits à la FIFA en jugeant que ces dénominations n'ont pas de caractère distinctif et désignent simplement un évènement[183].

Primes pour les fédérations[modifier | modifier le code]

La FIFA verse une somme de 332 millions de francs suisse aux équipes participantes, soit 214,3 millions d'euros. Chaque équipe participante reçoit 1 million de francs suisse pour financer sa préparation de la compétition. Le montant restant est réparti en fonction du classement des équipes. Les équipes classées de la 17e à la 32e perçoivent 6 millions de francs suisses chacun. La prime des équipes atteignant les huitièmes et les quarts de finale s'élève respectivement à 8,5 et 11,5 millions de francs suisses. Les montants sont quasiment doublés pour les quatre premiers de la coupe du monde qui se voient attribuer respectivement 24,5 (soit 15,8 millions d'euros), 22,5 (soit 14,5 millions d'euros) et 21,5 millions de francs suisses (soit 13,8 millions d'euros) pour les demi-finalistes. La FIFA prend en charge les frais de voyage des délégations composées de 45 personnes chacune ainsi qu'une partie des frais d'hébergement[207],[208].

Billets d'entrée[modifier | modifier le code]

Répartition initiale des billets[209] :
  •      Vente publique
  •      Sièges VIP et loges
  •      Fédérations participantes
  •      FIFA
  •      Invités et médias
  •      Détenteurs des droits TV
  •      Fédération allemande
  •      Sponsors

Selon le comité d'organisation, environ 1,12 million des 3,2 millions de billets sont disponibles en ligne à la vente publique[209]. Une majorité de billets d'entrée sont initialement réservés aux sponsors et partenaires de la compétition (555 000 billets soit 18,9 %), à la fédération allemande de football DFB (389 000 billets soit 13,3 %), aux autres fédérations participantes (468 000 billets soit 16 %), à la FIFA (191 000 billets soit 6,5 %) et aux clients du service « programme d'hospitalité » qui comprend un ticket en catégorie 1 avec siège VIP et loge, un service de restauration et une place de parking réservée[210]. Un nombre de 64 000 tickets (soit 2,2 %) est en outre réservé aux chaînes de télévisions détentrices des droits de retransmission et 440 000 billets (soit 15,1 %) sont alloués aux médias et servent de réserve de sécurité. Les billets des différents contingents qui ne sont pas vendus sont redistribués à la vente publique notamment.

Billet d'entrée du match Arabie saoudite-Ukraine

La première phase de la vente internationale des billets d'entrée a lieu du 1er février au 31 mars 2005. Un peu plus d'un million de personnes de 195 pays concourent pour obtenir un des 812 000 billets pendant cette première phase de vente. La FIFA reçoit 8,7 millions de commandes de billets valables, dont 6,25 millions en provenance d'Allemagne. 2,3 millions de commandes issues d'une tentative de manipulation aux États-Unis ne sont pas acceptées, ainsi que 1,3 million de commandes de gens ayant déjà commandé des billets. Cela fait un billet pour dix candidats. Déjà après 48 heures de vente publique, le nombre de demandes dépasse celui des billets disponibles. Au cours de la deuxième phase, du 2 mai au 15 novembre 2005, des lots permettant de voir tous les matchs d'une équipe sont vendus. Ensuite 300 000 billets sont mis en vente dans la troisième phase du 1er décembre 2005 au 15 janvier 2006. La quatrième et dernière phase de vente est mise en place sur internet à partir du 15 février 2006 : 592 000 billets sont répartis entre les 32 fédérations des pays qualifiés[211].

Pour la première fois, les billets d'entrée sont personnalisés. Pour des raisons de sécurité, les billets sont intransmissibles et les acheteurs doivent s'enregistrer. Les quelque 100 000 spectateurs "VIP" sont exclus de cette règle. Un billet permet, pour la première fois pendant une Coupe du monde, d'utiliser gratuitement les moyens de transport public. Des billets sont également prévus pour les non-voyants. Chaque groupe de dix spectateurs non-voyants est accompagné de deux commentateurs durant les matchs et dispose d'oreillettes pour les commentaires et l'ambiance du stade[212].

Dans les stades, il n'y a que des places assises. Elles sont réparties en quatre catégories. Un billet pour la catégorie 4, la plus abordable, pour les 47 matchs du tour préliminaire (hors match d'ouverture) coûte 35 euros. Ce prix est 16 euros inférieur au prix minimal disponible lors de la Coupe du monde de football de 2002 en Corée du Sud et au Japon. Des places offrant une visibilité réduite sont mises en vente à 60 % du prix nominal. Les prix pour les billets de la finale à Berlin se chiffrent à 600 euros en 1re catégorie[213].

Prix des billets
Rencontre Catégorie 1 Catégorie 2 Catégorie 3 Catégorie 4
Match d'ouverture 300 € 180 € 115 € 75 €
Premier tour 100 € 60 € 45 € 35 €
Huitième de finale 120 € 75 € 60 € 45 €
Quart-de-finale 180 € 110 € 85 € 55 €
Demi-finale 400 € 240 € 150 € 90 €
Match pour la 3e place 120 € 75 € 60 € 45 €
Finale 600 € 300 € 220 € 120 €

Marketing[modifier | modifier le code]

Slogans officiels[modifier | modifier le code]

Slogan de la compétition

Le 19 novembre 2002, le slogan et le logo officiels de la coupe du monde sont présentés au FIFA WM Stadion Gelsenkirchen.

Le slogan de la compétition, imaginé par l'artiste André F. Heller, est

« Die Welt zu Gast bei Freunden »

et doit exprimer l'hospitalité des Allemands et leur attachement au sport. Le slogan peut être traduit en français par « Le monde bienvenue chez ses amis »[214]. D'autres slogans en langues étrangères sont également utilisés pendant la Coupe du monde :

  • (en) « A time to make friends™ » (« Un temps pour se faire des amis »)
  • (fr) « Le rendez-vous de l'amitié »
  • (es) « El mundo entre amigos » (« Le monde entre amis »)

En plus des slogans du tournoi en différentes langues, chaque équipe participant à la compétition possède un slogan spécifique pour le tournoi. Ces devises sont choisies par les supporters et sont visibles sur les bus des équipes[215],[216].

Logo de la coupe du monde[modifier | modifier le code]

Celebrating Faces of Football

Le logo officiel de la compétition, appelé Celebrating Faces of Football, comporte deux smileys de même taille et symbolisant les chiffres zéro et six pour l'année 2006. Celui de gauche symbolisant le chiffre zéro est de couleur bleue et ses yeux sont deux flèches pointant l'une vers l'autre. Le smiley de droite est vert et a des yeux en forme de croissant de lune.

Le troisième smiley, plus petit et de couleur orange, est positionné au-dessus des deux autres. Il a trois cheveux et les yeux ronds. Une représentation stylisée du trophée de la coupe du monde est placée sous les deux grands smileys. Les trois couleurs de l'Allemagne noir-rouge-or entourent le logo sur la gauche.

Comme pour l'édition précédente, le logo de cette Coupe du monde est créé par l'agence de publicité londonienne Whitestone. Certains éléments de l'ancien logo de 2002 et la représentation du trophée se retrouvent dans ce logo ainsi que dans celui des éditions suivantes pour maintenir l'identité graphique du tournoi.

Mascotte et ballon[modifier | modifier le code]

Timbre représentant Goleo VI et Pille

La mascotte officielle de cette Coupe du monde est un lion anthropomorphique baptisé Goleo VI. Ce lion porte un maillot blanc frappé du numéro 06 en référence à l'année de l'évènement. Il est accompagné du ballon parlant Pille[217].


Le ballon officiel de cette Coupe du monde est fabriqué par l'équipementier allemand Adidas et s'appelle Teamgeist, ce qui signifie en allemand esprit d'équipe. Il est présenté à l'occasion du tirage au sort de la phase finale à Leipzig[218]. Ce ballon a une structure différente des ballons de football traditionnels : il est composé de 14 éléments alors que les ballons traditionnels sont constitués de 26 ou 32 polygones. Le nombre de raccords entre les éléments du Teamgeist est ainsi diminué ce qui, selon Adidas, en fait un ballon plus rond et plus lisse qui peut être manié avec « une plus grande précision et un meilleur contrôle ». Certains gardiens de but ont néanmoins critiqué le fait que le Teamgeist était « trop imprévisible ».

En août 2006 le ballon officiel se vend déjà à 15 millions d'exemplaires, soit plus du double des ventes réalisées par le Federnova, ballon officiel de la coupe du monde 2002 vendu à 6 millions d'exemplaires[183],[219].

Adidas a également préparé un ballon muni d'une puce électronique et capable d'envoyer un signal lorsqu'il traverse la ligne de but ou qu'il sort du terrain, de manière à pouvoir faciliter les prises de décision de l'arbitre. Ce ballon n'a cependant pas été retenu pour la compétition parce que son utilisation n'a pas été validée[183].

Hymne officiel[modifier | modifier le code]

L'hymne officiel de la coupe du monde s'intitule Celebrate The Day et est interprété par le chanteur allemand Herbert Grönemeyer[220]. Le jour de la cérémonie d'ouverture, il interprète l'hymne en duo avec Amadou et Mariam[221].

Philatélie[modifier | modifier le code]

De nombreux pays émettent des timbres postaux spéciaux à l'occasion de la coupe du monde 2006. Pour commémorer le début de la compétition, la poste du Liechtenstein édite par exemple un timbre représentant une sortie de but[222]. L'opérateur postal français La Poste émet le 5 juillet 2006 un timbre pour encourager l'équipe de France avant sa demi-finale contre le Portugal : au-dessous de la phrase « Merci les bleus ! », sont visibles des mains et bras levés de supporteurs, colorés en bleu, blanc et rouge, au-dessus desquelles passe un ballon de football[223],[224].

Opposition à la coupe du monde[modifier | modifier le code]

Avant et pendant la coupe du monde, les « anti-foot » font entendre leur voix. À Berlin, la Neue Gesellschaft für Bildende Kunst (« Société nouvelle pour l'art pictural ») dénonce la commercialisation et la médiatisation excessive de l'évènement sportif en organisant une exposition critique dénommée Heimspiel (« Match à domicile »)[225],[226] et en déployant une banderole avec l'inscription « A time to make money » détournant le slogan officiel de la compétition, « A time to make friends »[227].

Avant la coupe du monde, les maisons closes allemandes prévoient d'augmenter le nombre de prostituées pendant la compétition pour satisfaire les supporters étrangers, essentiellement masculins[228],[229]. Par exemple, la maison close Artemis est créée en 2005 sur 3 000 m2 non loin du Stade olympique de Berlin, et des locaux dédiés à la prostitution appelés performance boxes et équipés de douches et de distributeurs de préservatifs sont installés à Cologne[230]. Ceci amène deux types de critiques envers la coupe du monde. Certaines associations pour l'abolition de la prostitution comme l'association internationale « la coalition contre la traite des femmes » (CATW) dénoncent la coupe du monde comme un marché du sexe[228]. D'autres associations réunies au sein du « Conseil allemand des femmes » dénoncent non pas la prostitution en général, qui est en Allemagne une activité légale depuis 2002, mais le risque de prostitution forcée couru essentiellement par des jeunes filles d'Europe de l'Est[229],[231].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e FIFA, Report and Statistics, 2006 FIFA World Cup Germany, p. 8
  2. a et b Richard Place, « Retour sur terre », Le Monde,‎ 11 juillet 2006 (lire en ligne)
  3. Jean-François Lauwens, « L'été sportif sera chaud », Le Soir,‎ 23 mai 2008 (lire en ligne)
  4. a et b Sophie Gherardi, « « Bonne humeur et baby-boom : le cas allemand » », Le Monde,‎ 28 août 2007 (lire en ligne)
  5. FIFA, op. cit., p. 4 et 8
  6. (de) Andreas Schirmer, « « Angela Merkel : Die WM wird ein großes Fest » », Westfaelische Nachrichten,‎ 14 août 2009 (lire en ligne)
  7. « Auf Wiedersehen Allemagne - Wamkelekele eMzansi Africa », sur fifa.com,‎ 13 juillet 2006 (consulté le 21 août 2009)
  8. a et b Xavier Barret, Franck Simon, « L'espoir de toute l'Afrique » in France Football, mardi 4 juillet 2000, no 2830, page 26.
  9. Xavier Barret, Franck Simon, « Les cinq candidats en course » in France Football, mardi 4 juillet 2000, no 2830, page 27.
  10. « Football : le Brésil renonce à la coupe du monde 2006 », Le Monde,‎ 5 juillet 2000 (lire en ligne)
  11. (en) « FIFA World Cup 2006 : Results of First Two Rounds of Voting », sur fifa.com,‎ 6 juillet 2000 (consulté le 26 mars 2009)
  12. Xavier Barret, Franck Simon, « Quelle est la procédure ? » in France Football, mardi 4 juillet 2000, no 2830, page 26.
  13. (en) « Voting procedure for 2006 FIFA World Cup decision », sur fifa.com,‎ 5 juillet 2000 (consulté le 26 mars 2009)
  14. « Afrique du Sud 2006 : Le Mondial qui a failli exister », sur football.fr,‎ 9 juin 2006 (consulté le 26 mars 2009)
  15. (en) Robert Wagman, « FIFA president Blatter a big loser with Germany getting 2006 World Cup », sur soccertimes.com,‎ 7 juillet 2000 (consulté le 26 mars 2009)
  16. (en) Xinhua, « S. Africa Confident of Blatter's Support to Host 2006 World Cup », sur people.com.cn,‎ 19 janvier 2000 (consulté le 26 mars 2009)
  17. (en) Reuters, « German magazine takes credit for bribery hoax », sur int.iol.co.za,‎ 7 juillet 2000 (consulté le 26 mars 2009)
  18. (en) « Legal threat over World Cup prank », sur bbc.co.uk,‎ 8 juillet 2000 (consulté le 26 mars 2009)
  19. (en) « Fifa abandons World Cup rotation », sur bbc.co.uk,‎ 29 octobre 2007 (consulté le 26 mars 2009)
  20. a et b Comité exécutif de la FIFA, Règlement de la coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006, p. 2-3
  21. a et b (de) « WM 2006, Organisationskomitee », sur dfb.de (consulté le 27 mars 2009)
  22. « Les 12 stades » in Guide L'Équipe Coupe du monde de football Allemagne 2006, supplément de L'Équipe no 18971 du jeudi 8 juin 2006, page 14.
  23. « Les 12 stades » in Guide L'Équipe Coupe du monde de football Allemagne 2006, supplément de L'Équipe no 18971 du jeudi 8 juin 2006, page 18.
  24. Hélène Roth, « Coupe du monde de football 2006 : l’Est de l’Allemagne hors-jeu », M@ppemonde, no 82,‎ 2-2006 (ISSN 1769-7298, lire en ligne)
  25. « L'hôte se présente », sur wm2006.deutschland.de,‎ 2006 (consulté le 31 mars 2009)
  26. (en) « Stadiums renamed for Fifa sponsors », sur bbc.co.uk,‎ 6 juin 2006 (consulté le 27 mars 2009)
  27. (de) « Das Olympiastadion », sur der-wmticker.de (consulté le 3 avril 2009)
  28. (en) FIFA, op. cit., p. 98-99
  29. (de) « WM-Stadion », sur der-wmticker.de (consulté le 3 avril 2009)
  30. Jérôme Latta, « Berlin 1936-2006 : la force des symboles » in Les Cahiers du football, juin 2006, no 26, page 20.
  31. « Chiffres. 7 » in France Football, mardi 6 juin 2006, no 3139, page 6.
  32. De la première liste de vingt-trois joueurs sélectionnés de Serbie-et-Monténégro, seuls deux sont Monténégrins, Dragoslav Jevrić et Mirko Vučinić ((en) « Serbians preparing to go it alone », article du 25 mai 2006 sur CNN.com), mais Vučinić se blesse avant le début de la compétition et sera remplacé par un Serbe. Jevrić est finalement le seul Monténégrin des vingt-trois footballeurs de la sélection à faire le déplacement en Allemagne, il participera dans leurs intégralités aux trois matchs joués par son équipe durant le tournoi.
  33. « Serbes et Monténégrins ensemble en Allemagne » in France Football, vendredi 26 mai 2006, no 3137 bis, page 30.
  34. « On connaît la chanson. L'agonie de l'hymne yougoslave. » in France Football, mardi 20 juin 2006, no 3141, page 8.
  35. a et b La Croatie et la Serbie-et-Monténégro faisaient partie jusqu’en 1991 du même pays et Croates, Serbes et Monténégrins ont joué dans la même équipe lors de 8 phases finales précédentes ; néanmoins, pour la FIFA, il ne s’agit que de la 3e participation pour la Croatie mais de la 10e pour la Serbie-et-Monténégro, la deuxième équipe étant celle de la fédération héritière statistique et juridique de l’équipe de Yougoslavie (au contraire de la première équipe).
  36. La République tchèque faisait partie avant 1993 de la Tchécoslovaquie, qui a sous différents régimes, participé 8 fois à la phase finale.
  37. a, b, c et d (en) FIFA, op. cit., p. 126
  38. (en) FIFA, op. cit., p. 188
  39. (en) FIFA, op. cit., p. 268
  40. a, b et c « Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006 - Le saviez-vous ? », sur fifa.com (consulté le 24 août 2009)
  41. « Dernière ligne droite pour les arbitres », sur fifa.com,‎ 15 mars 2006 (consulté le 16 avril 2009)
  42. a et b « 23 arbitres de 23 pays », sur fifa.com,‎ 31 mars 2006 (consulté le 26 mars 2009)
  43. « 23 arbitres de 21 pays », sur fifa.com,‎ 8 mai 2006 (consulté le 16 avril 2009)
  44. « Foot CM - Pas de Mondial pour l'arbitre De Santis », sur lequipe.fr,‎ 13 mai 2006 (consulté le 26 mars 2009)
  45. « Scandale et Mondial, les trois mois qui ont changé la face du Calcio », Le Figaro,‎ 15 octobre 2007 (lire en ligne)
  46. « Arbitrage. Un groupe très renouvelé » in France Football, mardi 30 mai 2006, no 3138, page 38.
  47. Comité exécutif de la FIFA, op. cit., p. 26
  48. a et b « La commission d'organisation de la FIFA adopte la répartition des équipes et la procédure de tirage au sort », sur fifa.com,‎ 6 décembre 2005 (consulté le 27 mars 2009)
  49. a et b « "Heidi Klum nous a envoyés en enfer" », sur fifa.com,‎ 14 décembre 2005 (consulté le 27 mars 2009)
  50. Comité exécutif de la FIFA, op. cit., p. 40-41
  51. Nicolas Joret, « Allemagne - Costa Rica : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 6 juin 2006 (consulté le 9 juin 2009)
  52. a, b, c, d, e, f, g et h FIFA, op. cit., p. 34-36
  53. Sylvain Ligorred, « Trinité-et-Tobago - Suède : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 6 juin 2006 (consulté le 9 juin 2009)
  54. FIFA, op. cit., p. 104
  55. Thomas Bertolino, « Mexique - Iran : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 11 juin 2006 (consulté le 30 juin 2009)
  56. Julien Chaput, « Iran - Angola : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 21 juin 2006 (consulté le 30 juin 2009)
  57. Thomas Bertolino, « Italie - Ghana : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 12 juin 2006 (consulté le 30 juin 2009)
  58. Julien Chaput, « Ghana - États-Unis : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 22 juin 2006 (consulté le 30 juin 2009)
  59. Bertrand Regagnon, « Brésil - Croatie : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 13 juin 2006 (consulté le 30 juin 2009)
  60. Sylvain Ligorred, « Croatie - Australie : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 22 juin 2006 (consulté le 30 juin 2009)
  61. Nicolas Joret, « France - Suisse : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 13 juin 2006 (consulté le 18 août 2009)
  62. « France 1-1 Corée du Sud, 18/06/2006 - Coupe du Monde », sur fff.fr (consulté le 30 juin 2009)
  63. « Togo 0-2 France, 23/06/2006 - Coupe du Monde », sur fff.fr (consulté le 30 juin 2009)
  64. Nicolas Joret, « Togo - France : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 23 juin 2006 (consulté le 30 juin 2009)
  65. Nicolas Joret, « Espagne - Ukraine : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 14 juin 2006 (consulté le 30 juin 2009)
  66. Comité exécutif de la FIFA, op. cit., p. 27, 42-43
  67. a, b, c, d, e, f, g, h et i FIFA, op. cit., p. 36-37 et 112-113
  68. « Allemagne - Suède : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  69. « Portfolio - L'Allemagne s'offre la Suède en huitièmes de finale (2-0) », sur lemonde.fr,‎ 25 juin 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  70. « Argentine - Mexique : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  71. Thomas Bertolino, « Argentine - Mexique : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 24 juin 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  72. « Portfolio - L'Argentine au bout de la nuit », sur lemonde.fr,‎ 25 juin 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  73. « Angleterre - Équateur : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  74. Aymeric Marchal, « Angleterre - Équateur : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 25 juin 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  75. « Portugal - Pays-Bas : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  76. « Discipline. Un record d'expulsions » in France Football, mardi 27 juin 2006, no 3142, page 45.
  77. Thomas Bertolino, « Portugal - Pays-Bas : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 25 juin 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  78. « Italie - Australie : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  79. Aymeric Marchal, « Italie - Australie : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 26 juin 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  80. « ITALIE 1-0 AUSTRALIE, le résumé », sur lequipe.fr (consulté le 4 juin 2014)
  81. « La Suisse éliminée sans concéder de but » in France Football, vendredi 30 juin 2006, no 3142 bis, page 31.
  82. a et b (en) FIFA, op. cit., p. 133
  83. « Brésil - Ghana : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  84. « Brésil - Ghana : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 27 juin 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  85. « Espagne - France : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  86. « Espagne - France : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 27 juin 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  87. a, b, c et d FIFA, op. cit., p. 37-38 et 114
  88. Vincent Fagot, « L'Allemagne s'impose dans la douleur face à l'Argentine (1-1, 4-2 TAB) », sur lemonde.fr,‎ 30 juin 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  89. « Italie - Ukraine : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  90. « Portfolio - L'Italie maîtrise son quart de finale face à l'Ukraine », sur lemonde.fr,‎ 30 juin 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  91. Sylvain Ligorred, « Angleterre - Portugal : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 1er juillet 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  92. (en) « England 0–0 Portugal », sur thefa.com (consulté le 23 avril 2009)
  93. (en) « Brazil 2–1 England », sur thefa.com (consulté le 23 avril 2009)
  94. (en) « Portugal 1–1 England », sur thefa.com (consulté le 23 avril 2009)
  95. Jean-Michel Brochen, « Scolari, le cauchemar d'Eriksson » in France Football, vendredi 30 juin 2006, no 3142 bis, pages 34-35.
  96. « Brésil - France : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  97. « Brésil - France : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 1er juillet 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  98. Erwan Le Duc, « Les Bleus font chuter le Brésil (1-0), la France rêve », sur lemonde.fr,‎ 2 juillet 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  99. a et b Bruno Lesprit, « L'Italie, deux éclairs dans la tempête », Le Monde,‎ 5 juillet 2006 (lire en ligne)
  100. a, b, c et d FIFA, op. cit., p. 38 et 115
  101. « Allemagne - Italie : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  102. Bertrand Regagnon, « Allemagne - Italie : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 4 juillet 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  103. Céline Ruissel, « Une journée particulière » in L'Équipe, jeudi 6 juillet 2006, no 18999, page 13.
  104. « Un de chute à Dortmund » in France Football, vendredi 7 juillet 2006, no 3143 bis, page 36.
  105. « Portugal - France : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  106. Nicolas Joret, « Portugal - France : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 5 juillet 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  107. Erwan Le Duc, « Les Bleus de Zidane s'offrent une finale de rêve contre l'Italie (1-0) », Le Monde,‎ 6 juillet 2006 (lire en ligne)
  108. « Les matches de l'équipe de France contre le Portugal », sur fff.fr (consulté le 12 mai 2009)
  109. « Allemagne - Portugal : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  110. Nicolas Joret, « Allemagne - Portugal : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 8 juillet 2006 (consulté le 11 mai 2009)
  111. « Kahn arrête la sélection » in L'Équipe, dimanche 9 juillet 2006, no 19002, page 22.
  112. « Retraites. Au tour de Figo et Pauleta » in France Football, mardi 11 juillet 2006, no 3144, page 54.
  113. Jean-Marc Butterlin, « La sortie idéale » in L'Équipe, dimanche 9 juillet 2006, no 19002, page 22.
  114. Grégory Schneider, « Zinédine Zidane, la part d’ombre », Libération,‎ 19 septembre 2009, sports (lire en ligne)
  115. Interview de Zinédine Zidane par Bixente Lizarazu au cours de l'émission Le Club Liza du 12 octobre 2009 sur RTL (page de l'émission, fichier son):

    « J'avais en face de moi l'un des meilleurs gardiens au monde. J'avais toujours pour habitude de frapper mes penaltys de la même façon, c'est-à-dire que j'avais toujours un côté où c'était plus facile pour moi de frapper. J'avais un côté où je ne frappais jamais. Et lui le savait, c'est-à-dire d'ailleurs il est parti du côté où normalement je dois frapper toujours le penalty. J'ai eu dix secondes à penser à ce geste. Avant de poser mon ballon je me suis dit, il sait que je vais frapper là. Donc qu'est-ce que t'as à faire, à part frapper de l'autre côté et le rater? Je me suis dit t'as juste à tenter ça, donc la panenka, et voilà et je le fais et après et voilà. J'avais que ce geste à tenter, mais pour l'efficacité! Parce que je sentais que c'était comme ça que je pouvais que marquer. »

    — Zinedine Zidane

  116. FIFA, op. cit., p. 38-39 et 115
  117. « Italie - France : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 30 avril 2009)
  118. Nicolas Joret, « Italie - France : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ 9 Juillet 2006 (consulté le 30 avril 2009)
  119. Erwan Le Duc, « L'Italie brise le rêve des Bleus », Le Monde,‎ 10 juillet 2006 (lire en ligne)
  120. Richard Sénéjoux, « Thierry Gilardi, l'extinction d'une voix rocailleuse du foot », Télérama,‎ 26 mars 2006 (lire en ligne)
  121. « Zidane va raccrocher », sur lequipe.fr,‎ 25 avril 2006 (consulté le 28 juillet 2009)
  122. Jérôme Le Fauconnier, « Y a-t-il déjà eu des expulsés en finale ? » in L'Équipe, lundi 10 juillet 2006, no 19003, page 8.
  123. Jérôme Le Fauconnier, « En quoi la finale France-Italie est-elle particulière ? » in L'Équipe, jeudi 6 juillet 2006, no 18999, page 6.
  124. « Une première depuis 1978 » in France Football, vendredi 7 juillet 2006, no 3143 bis, page 25.
  125. « Courte cérémonie. » in L'Équipe, lundi 10 juillet 2006, no 19003, p. 8.
  126. (en) « FIFA Technical Study Group to Determine the Best 23 Footballers », sur fifa.com,‎ 13 juin 2006 (consulté le 12 mai 2009)
  127. (en) FIFA, op. cit., p. 282 et 286
  128. Guy Mislin, « La FIFA scrute la compétition à la loupe » in France Football, mardi 30 mai 2006, no 3138, page 48.
  129. « Classement mondial au 12 juillet 2006 », sur fifa.com (consulté le 30 avril 2009)
  130. « Allemagne 2006 : le classement définitif », sur fifa.com,‎ 12 juillet 2006 (consulté le 30 avril 2009)
  131. a et b (en) FIFA, op. cit., p. 101
  132. a, b, c et d (en) « Germany 2006: The award winners », sur fifa.com,‎ 10 juillet 2006 (consulté le 26 mars 2009)
  133. a, b et c « Prix de la coupe du monde de la FIFA, Allemagne 2006 », sur fifa.com (consulté le 26 mars 2009)
  134. « Foot FIFA - Zidane 3 matches, Materazzi 2 », sur lequipe.fr,‎ 20 juillet 2006 (consulté le 26 mars 2009)
  135. « Klose, Soulier d'Or adidas », sur fifa.com,‎ 9 juillet 2006 (consulté le 30 mars 2009)
  136. « Plus grand nombre de buts », sur fifa.com (consulté le 30 mars 2009)
  137. (en) « Azzurri prominent in All Star Team », sur fifa.com,‎ 7 juillet 2006 (consulté le 26 mars 2009)
  138. (en) « The FIFA TSG nominates 23 players for the MasterCard All-Star squad », sur fifa.com,‎ 7 juillet 2006 (consulté le 26 mars 2009)
  139. « Prix de la coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002 », sur fifa.com (consulté le 31 mars 2009)
  140. « Podolski désigné meilleur jeune » in France Football, mardi 11 juillet 2006, no 3144, p. 54.
  141. « Podolski, premier Gillette Meilleur Jeune Joueur de l'histoire », sur fifa.com,‎ 6 juillet 2006 (consulté le 31 mars 2009)
  142. (en) FIFA, op. cit., p. 116
  143. « Classement mondial au 17 mai 2006 », sur fifa.com (consulté le 6 avril 2009)
  144. FIFA, op. cit., p. 166-167
  145. FIFA, op. cit., p. 6
  146. FIFA, op. cit., p. 196-199
  147. « Pelouses reposées » in France Football, vendredi 26 mai 2006, no 3137, p. 32.
  148. « Orange en neige » in France Football, vendredi 2 juin 2006, no 3138 bis, p. 34.
  149. « L'Équateur s'enrhume » in France Football, vendredi 2 juin 2006, no 3138 bis, p. 36.
  150. « Pelouse en état » in France Football, vendredi 23 juin 2006, no 3141 bis, p. 37.
  151. « Que d'eau pour les Anglais » in France Football, mardi 13 juin 2006, no 3140, p. 57.
  152. Xavier Rivoire, « Polémique. Faut-il fermer les toits ? » in France Football, vendredi 16 juin 2006, no 3140 bis, p. 10.
  153. François Dumas, « Coupe du Monde 2006 : Bilan des Tribunes », Le monde des tribunes, no 2,‎ septembre-octobre 2006 (lire en ligne)
  154. François Dumas, « Groupes de Niveau », Le monde des tribunes, no 1,‎ juin-juillet 2006 (lire en ligne)
  155. François Dumas, « Quels Supporters pour les Bleus ? », Le monde des tribunes, no 1,‎ juin-juillet 2006 (lire en ligne)
  156. « Pénurie de drapeaux allemands » in France Football, vendredi 23 juin 2006, no 3141 bis, p. 36.
  157. François Dumas, « Allemagne - Pologne : Un match à part », Le monde des tribunes, no 1,‎ juin-juillet 2006 (lire en ligne)
  158. « Échauffourées » in France Football, vendredi 23 juin 2006, no 3141 bis, p. 36.
  159. a et b « 500 Anglais à l'ombre » in France Football, mardi 27 juin 2006, no 3142, p. 45
  160. a et b Pascal Ceaux et Frédéric Potet, « L'arbitrage pose (encore) problème », Le Monde,‎ 27 juin 2006 (lire en ligne)
  161. « Erreurs oui, conspiration non... », Les Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ mercredi 26 juin 2002 (lire en ligne)
  162. Andreas Werz, « Les autres vainqueurs de la coupe du Monde », FIFA Magazine,‎ août 2006, p. 21 (lire en ligne)
  163. FIFA 1974, p. 17
  164. « Le président de la commission d'arbitrage de la FIFA est satisfait de l'arbitrage du Mondial 2006 », Le Monde,‎ 30 juin 2006 (lire en ligne)
  165. « Sortie ratée pour Zidane », sur radio-france.fr,‎ 9 juillet 2006 (consulté le 26 mars 2009)
  166. « Un premier cas de vidéo-arbitrage qui fera peut-être jurisprudence », Le Monde,‎ 10 juillet 2006 (lire en ligne)
  167. « Mondial - Zidane : la Fifa dément tout arbitrage vidéo », sur lci.fr,‎ 11 juillet 2006 (consulté le 26 mars 2009)
  168. « La FIFA se penche sur l'issue dramatique de la finale », sur fifa.com,‎ 11 juillet 2006 (consulté le 30 mars 2009)
  169. (en) FIFA, op. cit., p. 124
  170. David Bême, « L’histoire du dopage dans le football », sur doctissimo.fr,‎ 20 février 2009 (consulté le 31 mars 2009)
  171. a et b AFP, « Des tests sanguins », sur lequipe.fr,‎ 25 Mai 2008 (consulté le 31 mars 2009)
  172. Mustapha Kessous, « Lutte antidopage : le foot réclame de la "souplesse" », Le Monde,‎ 31 mars 2009 (lire en ligne)
  173. a et b Division de la communication de la FIFA, « Strictes contrôles de la FIFA : aucun joueur positif avant la Coupe du Monde de la FIFA 2006 », sur fifa.com,‎ 11 juin 2006 (consulté le 31 mars 2009)
  174. « Tout sur le dopage », sur fifa.com (consulté le 31 mars 2009)
  175. « Pas d'école au Costa Rica » in France Football, mardi 30 mai 2006, no 3138, p. 64.
  176. « Équateur tout-foot » in France Football, vendredi 26 mai 2006, no 3137 bis, p. 32.
  177. « Couverture au Guatemala » in France Football, mardi 13 juin 2006, no 3140, p. 59.
  178. « Télé pour tous » in France Football, vendredi 2 juin 2006, no 3138 bis, p. 36.
  179. a, b et c « Les supporters de football risquent gros pour leur cœur », sur sante-medecine.commentcamarche.net,‎ 1er février 2008 (consulté le 16 septembre 2009)
  180. a, b et c M. B., « Société - Berlin en plein "Baby Boom" », sur lepetitjournal.com,‎ 1er février 2008 (consulté le 16 septembre 2009)
  181. Daniel Vernet, « La nouvelle famille allemande », Le Monde,‎ 24 janvier 2008 (lire en ligne)
  182. « Expo Pelé » in France Football, vendredi 9 juin 2006, no 3139 bis, page 37.
  183. a, b, c, d, e, f et g Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, « Coupe du monde 2006 - Et les résultats de P.I.? », Magazine de l'OMPI,‎ août 2006, p. 13 (lire en ligne) [texte de la version Internet (page consultée le 26 avril 2009)]
  184. « Chiffres : 32 » in France Football, vendredi 14 juillet 2006, no 3144 bis, page 10.
  185. Yohann Hautbois, Rachel Pretti, « Pendant un mois, le petit écran se met en quatre » in France Football, mardi 30 mai 2006, no 3138, page 44-45.
  186. « Guerre des chaînes en Espagne » in France Football, mardi 30 mai 2006, no 3138, page 64.
  187. a et b « L'Allemagne fait audience » in France Football, vendredi 23 juin 2006, no 3141 bis, page 36.
  188. « 90 % d'audience pour l'Allemagne » in France Football, mardi 4 juillet 2006, no 3143, page 42.
  189. « L'Italie fait de l'audience » in France Football, vendredi 16 juin 2006, no 3140 bis, page 52.
  190. « Les bleus cartonnent » in France Football, vendredi 16 juin 2006, no 3140 bis, page 59.
  191. « Audience au top » in France Football, mardi 27 juin 2006, no 3142, page 20.
  192. « Les bleus toujours au top ... » in France Football, vendredi 30 juin 2006, no 3142 bis, page 51.
  193. Rachel Pretti, « TF1 surfe sur la vague bleue » in France Football, mardi 11 juillet 2006, no 3144, page 62.
  194. « Italie-France, vice-championne de l'audience » in France Football, mardi 18 juillet 2006, no 3145, page 40.
  195. « Football : Records d'audience en Chine pour la coupe du monde 2006 », sur chine-informations.com,‎ 15 juin 2006 (consulté le 26 avril 2009)
  196. Jean-Marie Lanoë, « Des écrans pour les sans-billet » in France Football, mardi 20 juin 2006, no 3141, page 10.
  197. a et b Christian Wüthrich, « Coupe du Monde 2006 : manne économique? », sur credit-suisse.com,‎ 10 octobre 2005 (consulté le 17 août 2009)
  198. (de) « DIHK-Umfrage: Fußball-WM bringt 60.000 zusätzliche Jobs », sur dihk.de,‎ 2 janvier 2006 (consulté le 17 août 2009)
  199. (de) « Konsum und Export sorgen für Wachstum », sur wiwo.de,‎ 23 novembre 2006 (consulté le 17 août 2009)
  200. a, b et c MAP, « Les retombées de la coupe du monde de football sur l'économie allemande », sur emarrakech.info,‎ 13 juillet 2006 (consulté le 17 août 2009)
  201. « Les équipementiers à la chasse aux gros sous » in France Football, mardi 30 mai 2006, no 3138, page 6.
  202. a et b Julien Hermetet, « Coupe du Monde 2006, épisode 8 : Adidas-Puma, une finale inédite », sur Blog marketing sportif,‎ 8 juillet 2006 (consulté le 5 avril 2009)
  203. a et b « Sponsoring coupe du Monde de la FIFA 2006 », sur fifa.com (consulté le 20 avril 2009)
  204. (en) « Fifa is the one sure-fire winner », The Daily Telegraph,‎ 9 juin 2006 (lire en ligne)
  205. « La coupe du Monde de Football 2006 : une plate-forme marketing unique », sur sponsorshop.fr,‎ 2 mars 2009 (consulté le 20 avril 2009)
  206. (en) Luke Harding et Andrew Culf, « The new World Cup rule: take off your trousers, they're offending our sponsor », The Guardian,‎ 19 juin 2006 (lire en ligne)
  207. « Seulement 15,8 M€ au vainqueur » in France Football, mardi 23 mai 2006, no 3137, page 8.
  208. FIFA, Rapport financier de la FIFA 2006 (lire en ligne), p. 20
  209. a et b (de) Oliver Hartmann et Günter Deister, « Knapp ein Drittel im freien Verkauf », Stern,‎ 24 janvier 2005 (lire en ligne)
  210. « Programme d'hospitalité de la FIFA : bientôt la rupture de stock », sur fifa.com,‎ 2 mars 2006 (consulté le 20 avril 2009)
  211. « Acheter un billet ? Mission impossible » in Ballon Mag, mars 2006, no 6, page 48.
  212. « Pour les non-voyants » in France Football, mardi 23 mai 2006, no 3137, page 59.
  213. « Le billet » in France Football, le guide du mondial 2006, supplément France Football, no 3138, page 8.
  214. « Bienvenue chez les perdants », sur lci.fr,‎ 5 juin 2008 (consulté le 27 mars 2009)
  215. « La devise des équipes », sur mondialfoot2006.com (consulté le 9 avril 2009)
  216. « Les slogans gagnants », sur fifaworldcup.yahoo.com,‎ 2006 (consulté le 9 avril 2009)
  217. « La mascotte » in France Football, le guide du mondial 2006, supplément France Football no 3138, page 8.
  218. « Le ballon » in France Football, le guide du mondial 2006, supplément France Football no 3138, page 8.
  219. (en) Andrew Scott, « Courtesy of World Cup Sponsorship, Adidas' Sales Soar », sur promomagazine.com,‎ 10 août 2006 (consulté le 26 avril 2009)
  220. « On connaît la chanson. L'hymne officiel » in France Football, mardi 4 juillet 2006, no 3143, page 6.
  221. « On connaît la chanson. Celebrate the day » in France Football, vendredi 9 juin 2006, no 3139, page 10.
  222. (de) (fr) (en) Philatelie Liechtenstein, Briefmarken aus dem Fürstentum Liechtenstein - 6. Juni 2006, Liechtensteinische Post AG,‎ juin 2006 (lire en ligne), p. 6-9
  223. « Mondial : le timbre des Bleus », Notre temps,‎ juillet 2006 (lire en ligne)
  224. Christine Lagoutte et al., « Les bonnes performances des Bleus font vendre », Le Figaro,‎ 15 octobre 2007 (lire en ligne)
  225. (de) Birgit Rieger, « Refugium für WM-Muffel », Berliner Zeitung,‎ 24 mai 2006 (lire en ligne)
  226. (de) « Heimspiel », sur kunstaspekte.de,‎ 2006 (consulté le 17 août 2009)
  227. Jérôme Latta, « Les antifoot n'ont pas désarmé » in Les Cahiers du football, juillet-août 2006, no 27, page 17.
  228. a et b Serge Raffy, « Coupe du Monde et prostitution - La nouvelle industrie du sexe », Le Nouvel Observateur, no 2165,‎ 4 mai 2006 (lire en ligne)
  229. a et b Michel Verrier, « Contre le Mondial de la prostitution », La Croix,‎ 25 avril 2006 (lire en ligne)
  230. « Un clip contre les mauvaises passes » in France Football, mardi 23 mai 2006, no 3137, page 12.
  231. (en) Mark Landler, « World Cup Brings Little Pleasure to German Brothels », The New York Times,‎ 3 juillet 2006 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Documents de la Fédération internationale de football association (FIFA)
  • (fr),(en) FIFA, Report and Statistics, 2006 FIFA World Cup Germany,‎ 2006. [p. 1-143, p. 144-286 (consulté le 24 avril 2009)]
  • (fr) FIFA, Rapport financier de la FIFA 2006, 2006. [texte intégral (consulté le 24 avril 2009)]
  • (fr) Comité exécutif de la FIFA, Règlement de la coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006,‎ 2006. [texte intégral (consulté le 19 juin 2009)]
  • (fr) FIFA, Coupe du monde de la FIFA 1974, Compétition Finale, Étude technique,‎ 1974. [p. 1-120 (consulté le 24 août 2009)]
Ouvrages sortis avant la coupe du monde 2006
  • (fr) Collectif, Horizon Bleus 2006, 30 Bleus pour gagner la Coupe du monde, Mango-Pratique,‎ mars 2006 (ISBN 9782842705862)
  • (fr) Patrick Dessault et Patrick Sowden, Bleus clairs ou Bleus pâles ? Coupe du Monde 2006 : l'équipe de France passée au crible, Jourdan,‎ 2006 (ISBN 9782930359625)
  • (fr) Marianne Mako, Les rois du Mondial 2006, Solar, 2006. (ISBN 2263041087)
  • (fr) Eugène Saccomano, Les Stars de la coupe du monde 2006, Éditions Numéro 1, avril 2006. (ISBN 2846121931)
Ouvrages sortis après la coupe du monde 2006
  • (fr) Dominique Grimault, Coupe du monde 2006. Au bord du rêve, Solar, juillet 2006. (ISBN 2263041192)
  • (de) Die Fussball-Weltmeisterschaften - 2006, Süddeutsche Zeitung WM-Bibliothek, 2006. (ISBN 3866151667)
  • (de) Monica Lierhaus, Germany 2006. Das Buch zur Fußball-WM. The Football World Cup Book, Das Neue Berlin, 2006. (ISBN 3360012852)
  • (de) Sönke Wortmann, Deutschland. Ein Sommermärchen. Das WM-Tagebuch, Kiepenheuer & Witsch, 2006. (ISBN 3462037595)
  • (en) Harry Harris, World Cup Diary: The Incredible Story of the 2006 World Cup, Know the Score Books, 2006. (ISBN 1905449909)
  • (en) Tony Limarzi, Forza Italia: The Italian Triumph in the 2006 World Cup, Publishamerica, 2006. (ISBN 1604746076)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 16 septembre 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.