Sidney Govou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sidney Govou
Sidney Govou.jpg
Govou sous le maillot d'Évian Thonon Gaillard en 2011.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (35 ans)
Lieu Puy-en-Velay (France)
Taille 1,78 m (5 10)
Période pro. Depuis 1999
Poste Milieu offensif/Ailier
Parcours junior
Saisons Club
0 Drapeau : France CO Le Puy
1993-1999 Drapeau : France Olympique lyonnais
Parcours amateur
Saisons Club
2013-2014 Drapeau : France Olympique lyonnais (réserve)
2014- Drapeau : France Chasselay MDA 028 (2)
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1999-2010 Drapeau : France Olympique lyonnais 0406 (73)
2010-2011 Drapeau : Grèce Panathinaïkos 024 (3)
2011-2013 Drapeau : France Évian TG 042 (2)
1999-2013 Total 467 (77)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2000-2002 Drapeau : France France espoirs 015 (4)
2002-2010 Drapeau : France France 049 (10)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 10 février 2015

Sidney Govou, né le au Puy-en-Velay (Haute-Loire, France), est un footballeur international français d'origine béninoise évoluant au poste de milieu offensif ou d'ailier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sidney Govou (nom complet : Sidney Rodrigue Noukpo Govou) est issu d'une famille béninoise. Son père est laborantin et sa mère cuisinière. Ils emménagent au Puy-en-Velay, où le père joue au football dans le club de la ville[1],[2]. Sidney grandit donc au Puy avant d'entrer au centre de formation de l'Olympique lyonnais à dix-sept ans.

Il s'est marié le avec Clémence Catherin à la mairie de Replonges dans l'Ain. Ils sont les parents d'un garçon, Marley, né le 25 février 2009, et d'une fille, Jude, née le 20 février 2014. Sidney Govou a également une fille aînée, Naomy, née le 11 février 2005, issue d'une précédente relation.

1993-1999 : Centre de formation de Lyon[modifier | modifier le code]

Après avoir fait ses preuves en équipe B (82 buts en 3 saisons), Sidney Govou est convoqué par l’entraîneur de l'équipe première où il fera ses premiers pas à 19 ans.

1999-2010 : Olympique lyonnais[modifier | modifier le code]

Govou dans le mur lyonnais lors d'un match contre Lille en 2008.

Trois ans après être entré au centre de formation de l'OL, lancé par Bernard Lacombe, il débute en professionnel avec son club formateur, le 15 janvier 2000, contre Auxerre (défaite 2-0). Il se fait connaître du grand public en 2000-2001 avec la rencontre face au Bayern Munich en Ligue des champions où il marque deux buts. Au terme de cette saison, il est élu meilleur espoir lors des trophées de l'Union nationale des footballeurs professionnels. La saison suivante, il entame avec l'Olympique Lyonnais la série de sept titres en championnat. Lors de la saison 2004-2005, Paul Le Guen lui confie le brassard de capitaine pendant la longue blessure de l'habituel capitaine de l'équipe, Claudio Caçapa.

En équipe de France, il débute fin août 2002 puis est appelé de dernière minute par Raymond Domenech pour pallier le forfait de Djibril Cissé en Allemagne lors de la Coupe du Monde 2006.

À la fin des années 2000, son nom est régulièrement cité pour un transfert car il ne cache pas qu'une expérience à l'étranger l'intéresse. Il marque le but victorieux en prolongation qui donne la Coupe de France 2008 à l'Olympique lyonnais face au PSG. Victime, en 2008-2009, d'une rupture totale du tendon d'Achille, il revient en fin de saison et permet à l'OL de finir troisième du championnat.

Après le départ de Juninho, Claude Puel le désigne capitaine mais cela ne dure guère et Cris le remplace en raison notamment de quelques écarts de conduite extra-sportifs.

Départ à l'étranger, Panathinaïkos[modifier | modifier le code]

À l'été 2010, Govou franchit le pas d'un départ à l'étranger et signe pour 2 ans au Panathinaïkos, avec un salaire annuel de 1,5 M€, où évolue déjà son compatriote Djibril Cissé[3].

Au mois d'octobre, le Panathainaïkos exige des explications écrites à Sidney Govou après une nouvelle sortie nocturne non autorisée[4]. Il est condamné par son club à une amende de 50 000 euros pour avoir enfreint à deux reprises le règlement de l'équipe concernant les sorties nocturnes[5]. Quelques jours plus tard, il dément par le biais de son avocat avoir été condamné à une amende par son club[6]. À la suite de problèmes et pour prouver sa motivation à porter le maillot de l'équipe, il accepte de ne percevoir que 1 050 € par mois, hors primes[7].

Retour en France, au club d'Évian Thonon-Gaillard FC[modifier | modifier le code]

En juillet 2011, le Panathinaïkos Athènes, en difficultés financières, résilie à l'amiable le contrat de Sidney Govou. Il fait alors son retour dans le championnat de France en s'engageant quelques jours plus tard en faveur du club d'Évian-Thonon-Gaillard pour deux saisons[8],[9].

Le 10 mars 2012, Govou est victime d'une rupture du tendon d'Achille gauche, comme trois ans auparavant mais sur l'autre jambe, lors du match comptant pour la 27e journée de Ligue 1 face au FC Sochaux (défaite 2-3). Opéré avec succès deux jours plus tard, sa période d'absence est estimée entre quatre et six mois[10].

Le 16 mars 2013, au cours d'un match d'Évian-Thonon-Gaillard remporté 2-1 sur le terrain du LOSC pour le compte de la 29e journée du Ligue 1, Govou se fracture la rotule et se rompt le tendon rotulien sur un geste acrobatique. Son opération est prévue le mardi 19 mars 2013, sa durée d'indisponibilité est estimée à 6 mois [11]. Pascal Dupraz, l’entraîneur actuel d'Évian-Thonon-Gaillard dira le soir de la rencontre : « Cette victoire, je la dédie à Sidney Govou. Il mérite une plus belle fin de carrière donc on espère qu'il se remettra vite comme il l'a toujours fait. C'est un grand besogneux qui se soigne toujours rapidement. »[12] Personnalité très appréciée, les messages de soutien se multiplient. Lors de la trève estivale, le club d'Évian-Thonon-Gaillard annonce qu'il se separe de plusieurs de ses joueurs, dont Govou fait partie.

Retour à Lyon[modifier | modifier le code]

Govou avec Chasselay en 2014.

Le 15 octobre 2013, l'Olympique Lyonnais annonce que "Sid" a pris une licence amateur avec la réserve de l'OL. Il y porte le numéro 17.

Puis le 27 janvier 2014, il rejoint Chasselay MDA qui est en championnat de France amateur.

Parcours en équipe de France[modifier | modifier le code]

Sidney Govou honore sa première sélection le contre la Tunisie. Il compte 49 sélections et 10 buts.

En 2004, il n'est pas retenu pour l'Euro 2004 au Portugal mais la blessure de Ludovic Giuly avant le début de la compétition lui permet d'intégrer l'équipe de France. Il ne participera toutefois à aucun match. En 2006, un contexte similaire lui vaut également d'être appelé par Raymond Domenech pour la Coupe du monde 2006. Il remplace alors Djibril Cissé, victime d'une double fracture tibia-péroné à la jambe droite lors d'un match de préparation contre la Chine.

Son principal exploit en équipe de France est son doublé contre l'équipe d'Italie avec une victoire de la France par trois buts à un, le . Govou avait été titularisé par Raymond Domenech alors qu'il n'avait pas encore joué en compétition avec l'équipe première de l'Olympique lyonnais.

Le , lors d'un match amical contre la Suède, il réalise un second doublé et la France l'emporte par trois buts à deux. Le , contre l'Autriche, il hérite du brassard de capitaine après la sortie de Thierry Henry. Il le retrouve le lors de la sortie de Thierry Henry lors d'un match amical contre l'Espagne. Il est sélectionné le 24 mai 2010 par Raymond Domenech pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud et est titulaire lors des deux premiers matchs. À la suite de ses performances faibles en coupe du monde, Laurent Blanc, le nouveau sélectionneur, décide de ne pas le retenir dans le groupe des vingt-trois internationaux français[réf. nécessaire].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Sidney Govou au 10 février 2015[13]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B M B M B M B C M B M B M B
1999-2000 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 4 0 3 2 - - - - - - - - - 7 2
2000-2001 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 28 5 4 1 4 1 - - C1 8 2 - - 44 9
2001-2002 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 29 10 1 0 2 0 - - C1+C3 6+3 2+1 - - 41 13
2002-2003 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 29 7 1 0 1 2 - - C1+C3 4+1 2+0 8 2 44 13
2003-2004 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 26 3 3 2 1 0 - - C1 9 0 3 1 42 6
2004-2005 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 36 8 2 0 1 0 - - C1 9 0 5 0 53 8
2005-2006 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 35 5 3 1 1 1 - - C1 7 1 7 0 53 8
2006-2007 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 28 1 2 1 4 1 - - C1 5 0 5 2 44 5
2007-2008 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 32 7 4 1 1 0 - - C1 8 1 6 2 51 11
2008-2009 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 15 1 1 0 - - - - C1 4 1 5 3 25 5
2009-2010 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 30 2 1 0 1 0 - - C1 11 1 9 0 52 3
Sous-total 292 49 23 8 16 5 - - - 75 11 49 10 455 83
2010-2011 Drapeau de la Grèce Panathinaïkos D1 20 1 2 1 - - - - C1 2 1 - - 24 3
Sous-total 20 1 2 1 - - - - - 2 1 - - 24 3
2011-2012 Drapeau de la France Évian Thonon Gaillard Ligue 1 18 1 3 1 1 0 - - - - - - - 22 2
2012-2013 Drapeau de la France Évian Thonon Gaillard Ligue 1 18 0 2 0 1 0 - - - - - - - 21 0
Sous-total 36 1 5 1 2 0 - - - - - - - 43 2
Total sur la carrière 343 51 29 9 18 5 - - - 77 12 49 10 516 87

Buts en sélection[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Je ne pensais pas aller si loin (avec Edward Jay), éd. Jacob-Duvernet (9 juin 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]