Ludovic Giuly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ludovic Giuly
FC Lorient - january 3rd 2013 training - Ludovic Giuly2.JPG
Ludovic Giuly lors d'un entrainement avec le FC Lorient en janvier 2013
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Mont d'Or Azergues
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 10 juillet 1976 (38 ans)
Lieu Vénissieux (France)
Taille 1,64 m (5 5)
Période pro. 1994-2013
Poste Milieu de terrain
Parcours amateur
Saisons Club
2013- Drapeau : France Mont d'Or Azergues 007 0(3)
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1994-1998 Drapeau : France Olympique lyonnais 130 (32)
1998-2004 Drapeau : France AS Monaco 239 (61)
2004-2007 Drapeau : Espagne FC Barcelone 124 (26)
2007-2008 Drapeau : Italie AS Rome 048 0(8)
2008-2011 Drapeau : France Paris SG 125 (19)
2011-2012 Drapeau : France AS Monaco 029 0(5)
2012-2013 Drapeau : France FC Lorient 020 0(2)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1996-1997 Drapeau : France France espoirs 010 0(1)
2000-2005 Drapeau : France France 017 0(3)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 22 décembre 2013

Ludovic Giuly, né le 10 juillet 1976 à Vénissieux (Rhône, France), est un footballeur français, actif de 1994 à 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Né le 10 juillet 1976 à Vénissieux, Ludovic Giuly baigne dans le monde du football dès son plus jeune âge puisque son père, Dominique Giuly, né dans le village de Zalana, en Corse, était un ancien gardien de but, qui fut brièvement professionnel au Sporting Club de Bastia avant de poursuivre une carrière amateur jusqu'à l'âge de 42 ans dans plusieurs clubs de la banlieue lyonnaise. Ludovic Giuly fait ses débuts dans le club où son père évolue alors : l'A.S.C.M.O., aujourd'hui Monts d'Or Azergues Foot, dans la ville de Chasselay située à une vingtaine de kilomètres de Lyon. Il entre ensuite au centre de formation de l'Olympique lyonnais. En 1994, il remporte la Coupe Gambardella avec l'équipe des moins de 18 ans du club rhodanien.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Avec l'Olympique lyonnais[modifier | modifier le code]

Ludovic Giuly joue son premier match en Première division le 21 janvier 1995 avec Lyon face à l'AS Cannes (3-1), à 18 ans et demi. Dès la saison suivante, il gagne ses galons de titulaire et inscrit 4 buts en 36 matchs.

La saison suivante (1996-1997), celui que l'on surnomme « le lutin magique », en référence à sa petite taille (1 m 64) et à sa vivacité, finit la saison avec 16 buts à son compteur pour 37 matchs disputés. Au début de la saison 1997-1998, il joue 19 matchs avec Lyon et inscrit un but.

Avec l'AS Monaco[modifier | modifier le code]

En 1998, Ludovic Giuly rejoint Jean Tigana et l'AS Monaco à la trêve hivernale. Le montant du transfert est alors évalué à 42 millions de francs, ce qui constitue une somme considérable à l'époque. Il dispute 12 matchs et marque un but. En 1998-1999 il devient un membre clé du dispositif de l'ASM, sur son côté droit. Il est l'un des joueurs déterminants pour le titre de champion de France en 1999-2000, enchaînant les passes décisives, il marque également 5 buts. Sur sa lancée, il connaît sa première sélection lors du match Écosse-France (0-2) le 29 mars 2000 à Glasgow, mais il n'est pas sélectionné pour l'Euro 2000. L'année suivante est difficile pour l'AS Monaco qui termine à la onzième place du championnat. Giuly marque 7 buts en 30 rencontres.

En 2001-2002, il commence fort la saison (deux buts contre le PSG et contre Lens) avant d'être victime d'une rupture des ligaments croisés du genou droit qui le tient éloigné des terrains pendant quasiment la totalité de la saison, il rate la Coupe du monde 2002.

Mais son retour au début de la saison 2002-2003 est décisif. Insaisissable sur son côté droit, auteur de buts spectaculaires, Giuly semble évoluer à un niveau supérieur à celui qu'il avait avant sa blessure. Avec 11 buts en 36 rencontres, il est l'un des grands artisans du retour de Monaco aux premières places du championnat. Ses deux buts contre le FC Sochaux permettent également aux Monégasques de s'imposer en finale de la Coupe de la Ligue. Sur sa lancée, il effectue son retour chez les Bleus avec lesquels il remporte la Coupe des confédérations 2003. Giuly confirme la saison suivante, échouant à peu de distance de l'Olympique lyonnais dans la course au Championnat de France et participant à l'épopée européenne de Monaco qui s'achève en finale de la Ligue des champions contre le FC Porto de José Mourinho. Malgré les victoires contre La Corogne, Real Madrid et Chelsea, cette finale européenne est un douloureux souvenir pour Ludovic Giuly : outre la sévère défaite (0-3), il se blesse au niveau des adducteurs dès le début du match, ce qui le contraint à quitter le terrain, mais également à renoncer à l'Euro 2004 qui débute quelques jours plus tard. Il inscrivit par ailleurs un superbe retourné lors d'un match de championnat contre Lens sur un centre de Jérôme Rothen.

Avec le FC Barcelone[modifier | modifier le code]

Ludovic Giuly, joueur du FC Barcelone de 2004 à 2007.

La saison suivante Ludovic Giuly s'engage avec le FC Barcelone. Sous le maillot Blaugrana, il participe à la conquête du titre de champion d'Espagne, qui échappait au club catalan depuis 6 ans. Malgré une série de blessures, l'ex-Monégasque s'affirme comme un titulaire dès sa première saison, inscrivant 11 buts en 29 rencontres.

À nouveau titulaire sur l'aile droite du Barça durant la saison 2005-2006, « el raton » (son surnom en Espagne) doit apprendre à composer avec la concurrence du jeune prodige argentin Lionel Messi. Mais Messi se blesse et manque la fin de la saison, et Ludo marque le but décisif en demi-finale de la Ligue des champions face à l'AC Milan, permettant à l'équipe catalane de se qualifier pour la finale contre les Gunners d'Arsenal.

Contre Arsenal, il marque un but valable, mais refusé par l'arbitre. Finalement, son équipe gagne 2 buts à 1, réalisant ainsi le doublé en remportant aussi la Liga.

Malgré ses performances remarquées, Raymond Domenech ne le retient pas pour la Coupe du monde 2006 en Allemagne. Pour sa troisième saison au club, il bénéficie de la blessure de Lionel Messi pour être titulaire puis regagne le banc quand celui-ci revient.

Il règle ses comptes avec le sélectionneur dans son autobiographie Giuly par Giuly sortie le 15 mai 2007 aux éditions Hugo et Cie, avec notamment des révélations sur sa prétendue liaison avec Estelle Denis, la compagne de Raymond Domenech.

Avec l'AS Rome[modifier | modifier le code]

Le 17 juillet 2007, il signe pour 3 ans à l'AS Rome. Le transfert s'élève à 3,5 millions d'euros[1]. Un mois plus tard, il remporte son premier trophée avec son nouveau club, victorieux de la Supercoupe d'Italie face à l'Inter Milan (0-1). Il n'est pas toujours titulaire mais dispose d'un temps de jeu raisonnable.

L'équipe de France est désormais un souvenir pour Ludovic Giuly, puisque pour la saison 2007-2008, il ne figure pas dans la présélection de 60 joueurs dressée par Raymond Domenech, au même titre qu'un autre « banni », Robert Pirès.

Avec le Paris-Saint-Germain[modifier | modifier le code]

Désireux de retrouver la France et plus de temps de jeu, convoité par Monaco, Marseille et Lyon, il rejoint le Paris Saint-Germain le 18 juillet 2008[2]. Après un début de saison en demi-teinte et marqué par une blessure, il inscrit son premier but sous les couleurs parisiennes lors de la victoire 1-0 contre le Lille OSC le 10 novembre. Il inscrit son second but contre Le Havre et permet à l'équipe de la capitale de s'imposer contre Lyon, inscrivant un but de la tête contre son ancien club. Il inscrit son premier doublé de la saison le 7 février 2009 contre le FC Nantes. Il finit la saison 2008-2009 avec 9 buts en ligue 1.

Il commence la saison 2009-2010 d'une belle manière en inscrivant le premier but de l'équipe parisienne contre le Montpellier HSC (1-1) lors de la première journée de championnat. Lors de la 2e journée, il inscrit le dernier but de la victoire parisienne contre Le Mans (3-1) et lors de la 5e journée il inscrit le but de son équipe face à l'Olympique lyonnais (1-1). Il inscrit un nouveau but après la trêve hivernale en Coupe de France contre le Vesoul Haute-Saône Football confirmant ainsi son bon retour après quelques mois difficiles à la fin de l'année 2009.
Il remporte la Coupe de France le 1er mai 2010 après une victoire en finale contre son ancien club, l'AS Monaco (victoire 1 à 0, but de Guillaume Hoarau).

Giuly commence la saison suivante en marquant lors des barrages de l'Europa League, contre le Maccabi Tel-Aviv. En Ligue 1, le PSG est propulsé en haut du classement, grâce à notamment aux performances de Nenê. Giuly marque contre son club formateur, l'Olympique lyonnais, en huitièmes de finales de Coupe de la Ligue, permettant au PSG de gagner le match 2-1 et d'accéder à la suite de la compétition. Il marque également 4 buts en Ligue 1 face à Montpellier, à Brest, à Sochaux et à Nice, réalisant aussi 8 passes décisives. Giuly est également pré-sélectionné par Laurent Blanc en équipe de France en vue du match amical contre le Brésil le 9 février 2011, mais n'est pas retenu dans la liste définitive[3]. Le 29 juin 2011, son contrat n'est pas renouvelé.

Retour à l'AS Monaco[modifier | modifier le code]

Le 9 août 2011, Ludovic Giuly fait son retour à l'AS Monaco en signant un contrat de deux ans. Il effectue donc un retour inespéré pour les supporters monégasques dans le club avec lequel il a disputé une finale de Ligue des champions et qu'il devra aider à retrouver la Ligue 1[4]. Il récupère le numéro 8 qu'il portait lors de son premier passage dans le club de la Principauté. Une reconversion au sein du club est prévue dans le contrat[5]. Lors de son premier match, son club s'incline 1 à 2 contre le Stade de Reims.

Il marque son premier but en Ligue 2 contre le Racing Club de Lens (2-2) le 29 août 2011 lors de la 5e journée de Ligue 2 et se blesse pour plusieurs semaines au même moment. À son retour, il retrouve le onze de départ jusqu'à la fin de la saison.

Après une saison moyenne, il est mis à l'écart par Claudio Ranieri, le nouvel entraîneur monégasque, avant même le début de la nouvelle saison. Le 27 juillet 2012, le club annonce que son capitaine résilie son contrat à l'amiable un an avant son échéance[6].

Avec le FC Lorient[modifier | modifier le code]

Le 31 juillet 2012, le FC Lorient annonce avoir trouvé un accord avec Giuly[7]. Le lendemain, il signe un contrat d'un an en faveur du club breton[8]. À la trêve hivernale, il annonce qu'une fois ce contrat arrivé à terme, il s'engagera en faveur du club amateur des Monts d'Or Azergues Foot, dont le stade porte son nom.

Le 26 mai 2013, il termine sa carrière professionnelle face au Paris Saint-Germain (défaite 1-3), sorti au cours de son 401e match en Ligue 1 et ovationné par le public du Moustoir à Lorient.

Avec le Monts D'Or Azergues Foot[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé sa carrière professionnelle, Giuly décide de rejoindre le Chasselay-Monts d'Or Azergues Foot, son premier club, pour terminer sa carrière de footballeur[9], conformément à une promesse faite plusieurs années auparavant au président d'alors, Gérard Leroy[10]. Giuly évolue alors dans un stade qui porte son nom au sein d'un club qu'il finance depuis 2001 « entre 100 et 150000 € par an » d'après le président du club, Jocelyn Fontanel[10]. Il est notamment capitaine de la formation rhodanienne.

En janvier 2014, lors des 32e de finale de la Coupe de France, il marque contre Istres à la 57e minute[11]. Il retrouve l'AS Monaco en 16e de finale au Stade de Gerland, contre laquelle il s'incline 3-0.

Activités annexes[modifier | modifier le code]

Giuly est chroniqueur chaque jeudi dans Luis Attaque sur RMC, l'émission radio de Luis Fernandez, entre septembre 2006 et mai 2007. Il crée en 2010 Ultimate Player, une société de service aux footballeurs professionnels. L'entreprise emploie 40 personnes[12]. En 2013, il devient consultant de la chaine Bein Sports[13].

Il est candidat aux élections municipales françaises de 2014 à Limonest[14]. Cette liste est la seule sur cette commune, Giuly est élu au conseil municipal[15].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

Statistiques détaillées[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Club Pays Saison Division Championnat Coupes nationales Coupe d'Europe Total
Matchs Buts Matchs Buts Coupe Matchs Buts Matchs Buts
FC Lorient Drapeau : France 2012-2013 Ligue 1 17 1 3 1 - - - 20 2
AS Monaco Drapeau : France 2011-2012 Ligue 2 27 3 2 2 - - - 29 5
Paris SG Drapeau : France 2010-2011 Ligue 1 35 4 5 1 C3 5 1 45 6
2009-2010 31 3 7 1 - - - 38 4
2008-2009 34 9 4 - C3 4 - 42 9
AS Rome Drapeau : Italie 2007-2008 Serie A 32 6 7 1 C1 9 1 48 8
FC Barcelone Drapeau : Espagne 2006-2007 Liga 27 3 8 1 C1 11 2 46 6
2005-2006 29 5 5 2 C1 8 1 42 8
2004-2005 29 11 1 - C1 6 1 36 12
AS Monaco Drapeau : France 2003-2004 Ligue 1 30 13 2 1 C1 10 4 42 18
2002-2003 36 11 5 3 - - - 41 14
2001-2002 11 2 - - - - - 11 2
2000-2001 30 7 6 - C1 6 - 42 7
1999-2000 33 5 7 2 C3 7 2 47 9
1998-1999 32 8 2 - C3 6 2 40 10
1997-1998 12 1 4 - - - - 16 1
Olympique lyonnais Drapeau : France 1997-1998 Division 1 19 1 1 - C3 10 5 30 6
1996-1997 37 16 4 1 - - - 41 17
1995-1996 36 4 6 3 C3 6 1 48 8
1994-1995 8 0 3 1 - - - 11 1
Total 543 114 81 19 - 88 20 712 154

Dernière mise à jour le 26 mai 2013

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

Sélection Année Matchs Buts
Drapeau : France France 2000 3 0
2001 0 0
2002 1 0
2003 5 1
2004 4 1
2005 4 1
Totaux 17 3

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :