Équipe de Suisse de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de Suisse de football féminin.

Drapeau : Suisse Équipe de Suisse

Écusson de l' Équipe de Suisse
Généralités
Confédération UEFA
Emblème Croix suisse
Couleurs rouge et blanc
Surnom La « Nati »
Stade principal Parc Saint-Jacques
Classement FIFA en stagnation 12e (8 janvier 2015)[1]
Personnalités
Sélectionneur Vladimir Petković
Capitaine Gökhan Inler
Plus sélectionné Heinz Hermann (118 sélections)
Meilleur buteur Alexander Frei (42 buts)

Rencontres officielles historiques

Premier match 12 février 1905 (France, 0-1)
Plus large victoire 9-0, Lituanie (25 mai 1924)
Plus large défaite 0-9, Angleterre (20 mai 1909)

0-9, Hongrie (29 octobre 1911)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 10
Quart de finale en 1934, 1938 et 1954
Championnat d'Europe Phases finales : 3
1er tour en 1996, 2004 et 2008
Jeux olympiques Médaille d'argent en 1924

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour les résultats en cours, voir :
Équipe de Suisse de football en 2015

L'équipe de Suisse de football (Schweizer Fussballnationalmannschaft en allemand, Nazionale di calcio della Svizzera en italien, Squadra naziunala da ballape da la Svizra en romanche) est constituée par une sélection des meilleurs joueurs suisses sous l'égide de l'Association suisse de football. Surnommée la « Nati » (abréviation de Nationalmannschaft), elle représente le pays lors des compétitions continentales et internationales.

Après la création de l'Association suisse de football en 1895, l'équipe suisse dispute la première rencontre de son histoire en 1905 face à la France. Elle remporte une médaille d'argent lors de sa première participation olympique en 1924. La sélection atteint les quarts de finale de la Coupe du monde en 1934, en 1938 et en 1954 à domicile. Elle participe à sa dixième Coupe du monde en 2014 au Brésil. La Suisse compte également trois participations au Championnat d'Europe, qu'elle a coorganisé en 2008 avec l'Autriche.

Les Suisses disputent la plupart de leurs rencontres à domicile au Parc Saint-Jacques, stade d'une capacité de 36 000 places situé à Bâle. Troisièmes du premier classement FIFA en août 1993, ils ont terminé l'année 2014 au 12e rang mondial. L'Allemand Ottmar Hitzfeld, sélectionneur depuis 2008, a été remplacé par Vladimir Petković après la Coupe du monde de 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse de l'équipe nationale (1905-1918)[modifier | modifier le code]

Des élèves anglais introduisent le football en Suisse dans des pensionnats en 1855 et de nombreux clubs amateurs sont fondés par la suite. L'Association suisse de football (ASF) est créée le 7 avril 1895 à Olten[2] et des matchs internationaux entre clubs suisses et frontaliers ont lieu dès le milieu des années 1890. La première sélection suisse bat une équipe du sud de l'Allemagne sur le score de 3-1 le 4 décembre 1898. La moitié de l'équipe suisse est alors constituée d'étrangers vivant en Suisse, pour la plupart Britanniques[3]. Plusieurs autres matchs de ce type sont organisés ; la Suisse perd par exemple contre l'Autriche sur le score de 4-0 le 8 avril 1901.

Photo en noir et blanc d'un match de football
Le premier match officiel de l'équipe suisse, joué contre la France le 12 février 1905.

L'équipe nationale suisse joue son premier match officiel contre l'équipe de France le 12 février 1905 à Paris. Elle perd sur le score de 1-0 devant 5 000 spectateurs. Le match retour, qui ne peut se jouer que trois ans plus tard à cause des problèmes financiers de l'ASF, est perdu sur le score de 1-2 à Genève. Adolf Frenken du FC Winterthour marque le premier but de l'équipe suisse[4]. Les Suisses obtiennent leur première victoire le 5 avril 1908 en battant l'équipe d'Allemagne, qui joue son premier match, sur le score de 5-3 à Bâle. La sélection enregistre ensuite ses deux plus larges défaites sur le même score de 9-0, l'une contre l'Angleterre amateur à domicile le 20 mai 1909 et l'autre contre la Hongrie à Budapest le 29 octobre 1911. L'Association suisse prévoit d'envoyer une équipe aux Jeux olympiques d'été de 1912 à Stockholm, mais ce projet de ne concrétise pas à cause d'un manque d'argent[5].

Après le début de la Première Guerre mondiale, le football est beaucoup moins présent en Suisse. Plus de la moitié des terrains sont transformés en terrains agricoles et de nombreux clubs cessent leurs activités car les joueurs doivent faire leur service militaire. L'ASF convainc progressivement les autorités militaires, d'abord sceptiques, que le football peut entretenir la condition physique des militaires en service. Le jeu reprend dès 1916 ; de nombreux matchs sont organisés au sein de l'armée, ce qui contribue à la popularisation du football. Cinq matchs internationaux peuvent être organisés : deux à domicile contre l'Autriche et trois à l'extérieur contre l'Italie, l'Autriche et la Hongrie[6].

Premiers succès (1918-1938)[modifier | modifier le code]

Le premier match de l'après-guerre est joué le 29 février 1920 contre la France. Le 27 juin 1920, les Suisses jouent un match très politisé contre l'Allemagne à Zurich : ils ont ignoré l'interdiction de matchs internationaux infligée par la FIFA aux perdants de la guerre. La France menace alors de boycotter les matchs contre la Suisse et des manifestations ont lieu en Belgique et en Angleterre. L'association régionale romande interdit à ses membres d'y participer. Cette rencontre controversée se termine par une victoire suisse sur le score de 4-1. L'ASF a décidé en août 1919 de participer aux Jeux olympiques d'été de 1920 à Anvers, mais elle annule son inscription une semaine avant le début du tournoi. En plus du manque d'argent, elle craint une scission de la fédération entre francophones et germanophones à la suite du match contre l'Allemagne[7].

Dix-sept joueurs se rendent à Paris en train pour participer aux Jeux olympiques d'été de 1924. S'attendant à une élimination rapide, l'ASF achète un billet de train valable pour seulement dix jours. Pour la première fois, trois entraîneurs sont engagés par l'ASF : les Britanniques Teddy Duckworth et Jimmy Hogan ainsi que le Hongrois Izidor Kürschner. Lors du seul match du tour préliminaire, les Suisses obtiennent la victoire la plus large de leur histoire en battant la Lituanie sur le score de 9-0. Après un match nul (1-1) contre la Tchécoslovaquie, la rencontre est rejouée et les Suisses s'imposent sur le score de 1-0. Ils battent ensuite l'Italie en quart de finale (2-1) et le journal « Sport » lance une collecte de fonds pour prendre en charge les coûts supplémentaires engendrés par l'hébergement. L'équipe suisse surprend en demi-finale en battant les Suédois, favoris du tournoi, sur le score de 2-1. Elle perd en finale contre l'Uruguay et obtient la médaille d'argent ainsi que le titre non officiel de champion d'Europe[8].

Après cette très bonne performance, le niveau de l'équipe nationale baisse considérablement. Les Suisses sont éliminés des Jeux olympiques de 1928 après une défaite contre l'Allemagne sur le score de 4-0. Les résultats ne sont pas meilleurs à la Coupe internationale, prédécesseur du Championnat d'Europe, où la Suisse se classe dernière lors de chacune des six éditions[9]. Léopold Kielholz est cependant le meilleur buteur de l'édition 1933-1935 à égalité avec le Hongrois György Sárosi. Comme de nombreuses autres nations européennes, la Suisse ne participe pas à la première Coupe du monde qui a lieu en 1930 en Uruguay pour des raisons de coûts[10].

Les Suisses se qualifient pour la Coupe du monde de 1934 en Italie après un match nul contre la Yougoslavie et une victoire obtenue sur tapis vert contre la Roumanie, qui a aligné un joueur non sélectionnable. Avant la phase finale, un conflit éclate entre l'ASF et le Servette FC. Le club genevois craint que ses joueurs se blessent pendant les matchs internationaux et demande une compensation financière. L'ASF doit menacer le club de lourdes sanctions pour qu'il libère ses joueurs une semaine avant le début de la Coupe du monde. Avec l'entraîneur Heinrich Müller, les Suisses gagnent leur huitième de finale contre les Pays-Bas sur le score de 3-2. Ils perdent ensuite contre la Tchécoslovaquie, future finaliste, sur le score de 2-3[11].

L'assemblée des délégués de l'ASF décide en 1931 de créer une ligue professionnelle, mais celle-ci ne répond pas aux attentes élevées. De nombreux joueurs de l'équipe nationale sont attirés par des contrats lucratifs à l'étranger, en particulier en première division française. L'intérêt des spectateurs reste modéré et l'objectif principal, une amélioration du niveau de l'équipe nationale, n'est pas atteint. Entre 1934 et 1938, la sélection ne remporte que le quart de ses rencontres internationales. Des fonctionnaires influents estiment que le sport professionnel est à l'origine des problèmes et idéalisent l'époque de l'amateurisme. En 1937, les salaires sont si bas que les joueurs doivent exercer un autre métier pour vivre. Le professionnalisme est interdit par le président de l'ASF Robert Zumbühl en 1943[12],[2].

L'Autrichien Karl Rappan, qui devient entraîneur en septembre 1937, modifiera significativement le football suisse pendant les 25 prochaines années. Son mandat est divisé en quatre périodes (1937–1938, 1942–1949, 1952–1954, 1960–1963). Il met en place un système défensif, le « verrou suisse », qui permet aux Suisses de rivaliser avec des équipes plus cotées[13].

Fierté nationale pendant la Seconde Guerre mondiale (1938-1945)[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc d'un match de football
Dégagement de la défense suisse contre la Hongrie au Mondial 1938.

Les Suisses jouent un match unique contre le Portugal à Milan pour se qualifier pour la Coupe du monde 1938 en France ; ils le remportent sur le score de 2-1. Au premier tour de la phase finale, les Suisses rencontrent l'équipe de l'Empire allemand, qui a annexé l'Autriche trois mois plus tôt. Le match se termine par une égalité (1-1) et il est rejoué cinq jours plus tard. La deuxième rencontre reste comme l'une des plus remarquables de l'histoire du football suisse. L'équipe allemande, qui est en fait une fusion des deux demi-finalistes de 1934, l'Allemagne et l'Autriche, est considérée comme la favorite du tournoi. Elle gagne 2-0 à la 40e minute, mais perd finalement sur le score de 2-4. La victoire suisse contre l'Allemagne est célébrée avec beaucoup d'enthousiasme au pays. Trois jours plus tard, les Suisses perdent leur quart de finale sur le score de 0-2 contre la Hongrie[14],[15].

Après la victoire contre l'Allemagne, les footballeurs sont vus comme des modèles. De nombreux journaux les comparent aux héros de l’histoire suisse. Par exemple, la Gazette de Lausanne écrit que « les onze petits Suisses […] ont lutté comme à Saint-Jacques et ont remporté une victoire qui retentira longtemps sous les murs de Paris »[16]. Le football devient ainsi un élément de la défense spirituelle, mouvement visant à préserver les valeurs fondamentales démocratiques et culturelles de la Suisse de l'influence de ses voisins totalitaires. Le public perçoit le verrou suisse comme un symbole de l'affirmation du pays[17].

À l'exception de la phase de mobilisation, le championnat suisse est maintenu pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant leur service militaire, les joueurs peuvent prendre congé pour jouer les matchs de championnat. Le général Henri Guisan tient particulièrement à ce que le football reste actif dans le pays[18]. L'équipe nationale joue seize matchs pendant la guerre, dont onze contre les forces de l'Axe et leurs alliés. Les matchs à domicile sont mis en scène comme des événements nationaux et le général Guisan assiste à certains d'entre eux. La population suisse n'a aucune sympathie pour les puissances de l'Axe et particulièrement l'Empire allemand, mais les matchs permettent aux hommes politiques de maintenir l'image de neutralité absolue de la Suisse. Le 20 avril 1941, anniversaire d'Adolf Hitler, les Suisses battent les Allemands à Berne sur le score de 2-1[19].

Quatre participations à la Coupe du monde (1945–1966)[modifier | modifier le code]

Le premier match de l'après-guerre est gagné le 21 mai 1945 contre le Portugal sur le score d'un but à zéro. Les Suisses reçoivent les Italiens le 11 novembre 1945 à Zurich, leur permettant ainsi de réintégrer le football international. Après deux victoires contre le Luxembourg, les Suisses se qualifient pour la Coupe du monde de 1950. L'ASF engage l'ancien joueur Franco Andreoli comme entraîneur pour la phase finale au Brésil. C'est la première fois que l'équipe suisse se rend sur un autre continent. Les dix-neuf joueurs s'envolent de Kloten et arrivent à Rio de Janeiro après deux escales à Lisbonne et Dakar. Ils perdent leur premier match contre la Yougoslavie sur le score de 0-3. Les Suisses affrontent ensuite la Seleção brésilienne, grande favorite du tournoi. Ils surprennent en obtenant un match nul (2-2) grâce à la technique du verrou suisse et à deux buts de Jacques Fatton. Une victoire 2-1 contre le Mexique ne suffit pas pour se qualifier pour le tour final, qui réunit les vainqueurs de groupe[20],[21].

La Suisse a soutenu l'Allemagne dans sa demande, refusée, de réintégrer la FIFA en 1948. Les trois matchs suivants entre clubs suisses et allemands sont critiqués par les médias étrangers, notamment aux Pays-Bas. Les Suisses échappent à la menace de suspension de la FIFA car l'ASF inflige des amendes de 500 francs aux organisateurs des matchs concernés[22]. Après l'intégration de l'Allemagne et de la Sarre à la FIFA, il n'y a plus d'obstacles aux matchs internationaux dès 1950. La Suisse joue son premier match contre l'Allemagne depuis la fin de la guerre le 22 novembre 1950 à Stuttgart et le perd sur le score de 0-1. Le même jour, l'équipe B perd contre la Sarre sur le score de 3-5[23].

La Suisse, soutenue par le président de l'ASF et vice-président de la FIFA Ernst Thommen, obtient l'organisation de la Coupe du monde de 1954. L'ASF réengage Karl Rappan en novembre 1952 pour préparer l'équipe nationale. Le 25 avril 1954, la télévision suisse diffuse pour la première fois un match de l'équipe nationale. Il s'agit un match de préparation contre l'Allemagne. Lors de leur première rencontre de la Coupe du monde, les Suisses battent l'Italie à Lausanne sur le score de 2-1. Ils perdent ensuite contre l'Angleterre à Berne sur le score de 2-0. Deuxièmes du groupe avec deux points, à égalité avec l'Italie, ils se qualifient pour les quarts de finale grâce à une victoire à Bâle sur le score de 4-1 lors du match d'appui[24]. En quart de finale, les Suisses et les Autrichiens établissent le record du nombre de buts marqués en un match de Coupe du monde. La rencontre a lieu à Lausanne devant environ 35 000 spectateurs[25]. Les Suisses mènent 3-0 après 20 minutes mais, alors que le défenseur Roger Bocquet est victime d'une chute et des fortes chaleurs[note 1], ils encaissent ensuite cinq buts en un quart d'heure. Malgré un début d'insolation de leur gardien Kurt Schmied, les Autrichiens gardent leur avantage et remportent la partie sur le score de 7-5[26].

Les années suivantes sont marquées par de grandes désillusions. L'entraîneur Jacques Spagnoli manque la qualification pour la Coupe du monde de 1958 en Suède. Son successeur, l'Autrichien Willibald Hahn, n'obtient pas de meilleurs résultats. Après une défaite sur le score de 0-8 contre la Hongrie, une des plus lourdes de l'histoire de la « Nati », l'ASF s'en sépare en octobre 1959[27]. Elle appelle pour la quatrième et dernière fois Karl Rappan. Après trois victoires et une défaite lors des qualifications pour la Coupe du monde de 1962 au Chili, l'équipe nationale termine première de son groupe à égalité avec la Suède, vice-championne du monde en 1958. Les Suisses remportent le match de barrage, organisé en novembre 1961 à Berlin, sur le score de 2-1. Le match est joué dans la partie occidentale de la ville, isolée à cause du mur construit trois mois plus tôt. Lors de la phase finale, la Suisse subit trois défaites contre le Chili (1-3), l'Allemagne (1-2) et l'Italie (0-3)[28].

En juillet 1964, l'ASF engage l'Italien Alfredo Foni qui a été champion olympique en 1936 et champion du monde en 1938. Les Suisses se qualifient pour la Coupe du monde de 1966 en Angleterre en terminant premiers d'un groupe comprenant notamment les Pays-Bas. Lors de la phase finale, la « Nati » perd à nouveau ses trois rencontres contre l'Allemagne de l'Ouest (0-5), l'Espagne (1-2) et l'Argentine (0-2)[29]. Mais un autre événement attire l'attention des médias. Le soir précédant le premier match, Jakob Kuhn, Leo Eichmann et Werner Leimgruber sortent de l'hôtel, font de l'auto-stop et font un tour de ville avec deux jeunes Anglaises. Alfredo Foni impose aux joueurs d'être dans leur chambre à 22 heures 30, et Kuhn, Eichmann et Leimgruber rentrent avec 45 minutes de retard. Foni ne les sélectionne pas pour le match contre l'Allemagne et l'ASF les suspend pour ce comportement jugé scandaleux. Les joueurs concernés accusent ensuite les dirigeants de l'association de diffamation. Ils peuvent à nouveau jouer dès 1968 après avoir retiré leur plainte[30],[31].

« Défaites honorables » (1967–1989)[modifier | modifier le code]

En 1962, Karl Rappan analyse ainsi le football suisse : « Si nous ne réorganisons pas notre football d'élite – et rapidement – nous allons remporter une rencontre de temps en temps avec de la chance, mais n'aurons plus notre mot à dire au niveau international à long terme »[32].

Les prédictions de Rappan s'avèrent correctes. Plusieurs raisons expliquent le fait que la Suisse s'éloigne de plus en plus de l'élite mondiale. Le verrou suisse devient inefficace au fil du temps, et une sorte de « Röstigraben » footballistique se développe le long des frontières linguistiques. Alors qu'un football athlétique et basé sur la défense demandant force et discipline est privilégié en Suisse alémanique, la Romandie et dans une moindre mesure le Tessin préfèrent un système opposé, plus abouti techniquement, orienté vers l'attaque et avec beaucoup de passes courtes[33]. Entre 1967 et 1989, huit entraîneurs se succèdent sans obtenir une qualification pour une Coupe du monde ou un Championnat d'Europe[34].

L'expression « défaite honorable » est souvent utilisée pour décrire les résultats de l'équipe nationale dans les années 1970. Elle perd beaucoup de matchs, souvent avec un seul but d'écart. Les matchs nuls contre des équipes plus fortes sont fêtés comme des victoires. De plus, l'équipe nationale devient de moins en moins importante pour certains joueurs[35],[36]. Une première reprise a lieu avec l'entraîneur Paul Wolfisberg. Les Suisses obtiennent quelques bons résultats lors des matchs amicaux, par exemple une victoire à l'extérieur contre l'équipe d'Italie, récemment sacrée championne du monde, sur le score d'un but à zéro. Les succès sont cependant rares dans les matchs de qualification décisifs. À la fin des années 1980, alors que Daniel Jeandupeux n'atteint pas les objectifs de l'équipe, l'ASF entreprend les réformes attendues depuis longtemps dans l'organisation de l'association et la formation des juniors[37].

Des hauts et des bas (1989–2001)[modifier | modifier le code]

L'ASF engage l'entraîneur allemand Uli Stielike en 1989. Ce dernier obtient un résultat remarquable dès ses débuts, avec une victoire contre le Brésil sur le score d'un but à zéro le 21 juin 1989. Les Suisses jouent un match amical historique le 19 décembre 1990 à Stuttgart (défaite 4-0), puisque c'est la première rencontre de l'Allemagne réunifiée[38]. Ils ne se qualifient pas pour la Coupe du monde de 1990[39], et manquent d'un point la qualification pour le Championnat d'Europe 1992 qui ne compte encore que huit équipes[38].

Portrait d'un homme en survêtement rouge du Fulham F.C.
Roy Hodgson, sélectionneur de 1992 à 1995

L'Anglais Roy Hodgson, engagé en 1992, continue le travail de reconstruction entamé par Stielike. L'ASF signe un contrat de sponsoring avec la banque Crédit suisse en 1993. Elle s’engage à investir la moitié de l'argent dans la formation pour assurer le succès de l'équipe nationale à long terme[40]. L'équipe suisse se qualifie pour la Coupe du monde de 1994 en terminant deuxième de son groupe derrière l'Italie, et apparaît au troisième rang du premier classement FIFA en août 1993[41]. Le dernier match des qualifications, une victoire 4-0 contre l'Estonie, est joué devant les conseillers fédéraux Ruth Dreifuss et Adolf Ogi et plus de deux millions de téléspectateurs[42]. C'est la première fois depuis 28 ans que la Suisse participe à la phase finale de la Coupe du monde. Les Suisses jouent le match d'ouverture contre le pays hôte, les États-Unis, dans le stade couvert du Silverdome à Détroit devant des milliers de spectateurs suisses. Georges Bregy ouvre la marque pour la Suisse sur un coup franc à la 39e minute, mais Eric Wynalda égalise peu après grâce à un tir puissant dans la lucarne. Le match se termine sur le score de 1-1. Grâce notamment à deux buts d'Adrian Knup, les Suisses battent ensuite la Roumanie sur le score de 4-1 et obtiennent ainsi leur première victoire en Coupe du monde depuis 1954. Ils se qualifient pour la suite du tournoi malgré une défaite contre la Colombie (0-2). La « Nati » affronte l'Espagne en huitième de finale. Le gardien Andoni Zubizarreta parvient à arrêter tous les tirs suisses et les Espagnols marquent trois buts dont un sur penalty. La Suisse est donc éliminée sur le score de 0-3[43],[44].

Les Suisses sont premiers de leur groupe lors des qualifications pour le Championnat d'Europe 1996, qui accueille seize équipes. Avant un match de qualification joué le 6 septembre 1995 à Göteborg (Suède), les joueurs suisses déploient une banderole avec le message « Stop it Chirac » pendant l'hymne national à l'initiative d'Alain Sutter et Adrian Knup. Ils protestent ainsi contre l'annonce du président français Jacques Chirac de la reprise des essais nucléaires dans l'atoll de Mururoa, dans le Pacifique sud[45]. L'UEFA interdit ensuite les actions politiques sur les terrains. L'ASF, qui a reçu un blâme de l'UEFA, renonce à sanctionner les joueurs car leur action est largement approuvée par la population et les médias[46].

Artur Jorge remplace Hodgson à la fin de son contrat. L'entraîneur portugais est critiqué dès ses débuts. Jorge provoque une polémique en ne sélectionnant pas Adrian Knup ni Alain Sutter pour le Championnat d'Europe. Le quotidien alémanique Blick publie ensuite d'intenses critiques contre le sélectionneur national. La Suisse commence bien le premier Championnat d'Europe de son histoire puisqu'elle obtient un match nul (1-1) contre le pays hôte, l'Angleterre. Elle est cependant éliminée au terme du premier tour après deux défaites contre les Pays-Bas (0-2) et l'Écosse (0-1). Jorge annonce sa démission juste après[47].

L'équipe suisse affronte des équipes considérées comme abordables lors des qualifications pour la Coupe du monde de 1998. Mais le 31 août 1996 à Bakou, lors du premier match de l'entraîneur autrichien Rolf Fringer, la Suisse clairement favorite perd sur le score de 0-1 contre l'Azerbaïdjan. Cette défaite inattendue a un impact négatif sur le reste de la campagne. La Suisse perd contre la Norvège, futur vainqueur du groupe, sur le score de 5-0. C'est la plus lourde défaite de l'équipe nationale depuis 17 ans[48]. Le journaliste et ancien joueur Norbert Eschmann analyse ainsi les causes de ces résultats en 1997 : « Après l'ère Hodgson, il y a eu démobilisation et tâtonnement de la part des successeurs du mentor britannique, qui ont débouché sur une perte de crédibilité dans le milieu du foot et auprès du public ». Cela s'explique également par le départ à la retraite de plusieurs joueurs ayant participé à la Coupe du monde de 1994 et au Championnat d'Europe de 1996[49]. La Suisse atteint le plus mauvais rang de son histoire au classement FIFA avec une 83e place en décembre 1998[41].

Gilbert Gress remplace Fringer en mars 1998. Les Suisses manquent de très peu leur qualification pour le Championnat d'Europe 2000. Ils ont le même nombre de points et une meilleure différence de buts que les Danois, deuxièmes du groupe, mais un moins bon bilan dans leurs confrontations directes. L'Argentin Enzo Trossero devient entraîneur de la « Nati » en août 2000, mais il ne réussit pas à qualifier l'équipe pour la Coupe du monde de football de 2002[50].

Renouveau (depuis 2001)[modifier | modifier le code]

Photo d'une équipe de football posant sur deux rangs
L'équipe suisse avant un match amical contre le Brésil le 15 novembre 2006

Jakob Kuhn, plus connu sous son surnom Köbi Kuhn, est engagé comme entraîneur en août 2001. Lui-même joueur de l'équipe nationale de 1962 à 1976, il entraînait auparavant l'équipe nationale des moins de 21 ans. Malgré des débuts difficiles[51], il obtient des bons résultats après une année. Kuhn réussit à intégrer les jeunes qu'il a lui-même entraînés et provoque un changement de génération. Les Suisses terminent les qualifications pour le Championnat d'Europe 2004 à la première place de leur groupe, laissant notamment la Russie et l'Irlande derrière eux. Ils ne répondent cependant pas aux attentes élevées au Portugal. Après un match nul contre la Croatie (0-0), ils perdent contre l'Angleterre (0-3) et la France (1-3). Johan Vonlanthen, seul buteur suisse, devient le plus jeune buteur de l'histoire du Championnat d'Europe à l'âge de 18 ans. Il bat un record établi quatre jours plus tôt pas l'Anglais Wayne Rooney[52]Jung 2006, p. 251–255</ref>.

Deuxième de son groupe derrière la France, la Suisse doit jouer un barrage contre la Turquie, troisième de la Coupe du monde de 2002, pour accéder à la Coupe du monde de 2006. Après une victoire (2-0) lors du match aller à Berne, les Suisses perdent sur le score de 2-4 à Istanbul. Ils sont qualifiés car ils ont marqué à l'extérieur. Après le coup de sifflet final, des joueurs turcs agressent certains de leurs adversaires. Plusieurs Turcs ainsi que le Suisse Benjamin Huggel, qui a également été violent, reçoivent des matchs de suspension, et l'équipe turque doit jouer trois de ses matchs de qualification pour le Championnat d'Europe 2008 prévus à domicile à l'étranger et à huis clos[53]. Lors du tour final de la Coupe du monde, l'équipe suisse termine première de son groupe après un match nul (0-0) contre la France, future vice-championne du monde, et deux victoires contre la Corée du Sud (2-0) et le Togo (2-0). Elle est éliminée par l'Ukraine après la séance de tirs au but perdue sur le score de 3-0. La Suisse, avec son gardien Pascal Zuberbühler, est la première équipe à ne pas encaisser de but dans le temps réglementaire lors d'une phase finale de Coupe du monde. Elle est également la première à ne pas marquer lors d'une séance de tirs au but[54].

La Suisse organise le Championnat d'Europe 2008 avec l'Autriche ; l'équipe nationale est donc qualifiée automatiquement. La « Nati » commence mal le tournoi contre la République tchèque. Après la sortie sur blessure du capitaine helvétique Alexander Frei en première mi-temps, le Tchèque Václav Svěrkoš marque l'unique but de la rencontre à la 71e minute[55]. Le match contre la Turquie est joué sous une forte pluie qui rend les conditions de jeu difficiles. Le joueur d'origine turque Hakan Yakın ouvre le score pour la Suisse à la 32e minute, mais les Turcs remportent le match grâce à deux buts marqués à la 57e et à la 92e minute. Alors qu'elle visait une qualification pour les quarts de finale, l'équipe suisse est déjà éliminée après deux matchs[56],[57]. Elle remporte sa troisième rencontre contre une équipe B du Portugal sur le score de 2-0. Ce match, première victoire de l'équipe suisse dans la phase finale d'un Euro, est le dernier de Köbi Kuhn à la tête de l'équipe nationale[58].

Photo d'un match de football entre une équipe jouant en blanc et l'autre en rouge vu depuis les tribunes
Le match contre l'Espagne à la Coupe du monde 2010.

L'ASF engage l'Allemand Ottmar Hitzfeld, entraîneur qui a remporté la Ligue des champions avec deux clubs différents, pour succéder à Köbi Kuhn[59]. Les qualifications pour la Coupe du monde de 2010 commencent mal : après un match nul (2-2) contre Israël à Tel Aviv[60], les Suisses perdent à domicile sur le score de 1-2 contre la modeste équipe du Luxembourg. Les résultats s'améliorent par la suite. Après huit matchs consécutifs sans défaite, l'équipe suisse se qualifie directement pour la Coupe du monde en terminant première de son groupe, avec un point d'avance sur la Grèce[61]. Les Suisses créent la surprise lors de leur premier match de la phase finale. Ils battent l'Espagne, championne d'Europe en titre et future championne du monde, sur le score de 1-0. Pourtant largement dominée, la « Nati » réussit à ne pas encaisser de but et à marquer sur un contre par Gelson Fernandes à la 52e minute. C'est la première victoire helvétique de l'histoire contre la « Roja », qui s'incline seulement pour la deuxième fois en 49 rencontres depuis 2007[62]. La Suisse ne confirme pas ce résultat. Troisième de son groupe, elle est éliminée du tournoi au terme du premier tour après une défaite contre le Chili (0-1) et un match nul contre le Honduras (0-0)[63]. Elle bat cependant le record de temps de jeu en phase finale de Coupe du monde sans encaisser de but, avec 559 minutes entre le match contre l'Espagne en 1994 et le match contre le Chili en 2010[64].

La Suisse ne se qualifie pas pour le Championnat d'Europe 2012. Elle est éliminée dès l'avant-dernier match, une défaite 0-2 contre le pays de Galles[65]. Elle termine troisième de son groupe derrière l'Angleterre est et le Monténégro[66]. Le 26 mai 2012, lors d'un match amical à Bâle, la Suisse bat l'Allemagne pour la première fois depuis 56 ans. Le match se termine sur le score de 5-3 après notamment un triplé d'Eren Derdiyok[67]. En août 2013, lors d'un autre match amical, l'équipe suisse bat le Brésil pour la première fois depuis 1989[68].

Après huit matchs sans défaite, la Suisse obtient sa qualification pour la Coupe du monde de 2014 au Brésil en battant l'Albanie le 14 octobre 2013[69]. Elle bat ensuite la Slovénie quatre jours plus tard. Au classement final, la « Nati » est première de son groupe avec 24 points (sept victoires et trois matchs nuls) alors que l'Islande est deuxième avec 17 points[70]. Grâce à ces résultats, la Suisse atteint la septième place du classement FIFA en octobre 2013 et fait partie des têtes de série pour le tirage au sort de la Coupe du monde pour la première fois de son histoire[71]. La Suisse affronte la France, l'Équateur et le Honduras dans le Groupe E lors de la phase finale[72]. L'équipe nationale remporte son premier match joué contre l'Équateur au dernier moment. Menée 1-0 à la mi-temps, elle égalise à la 48e par Admir Mehmedi puis marque le 2-1 à la 93e minute par Haris Seferović[73]. La « Nati » perd ensuite largement contre la France. Après la sortie sur blessure de Steve von Bergen, touché au visage par un pied d'Olivier Giroud, elle encaisse cinq buts consécutifs avant de réduire l'écart en marquant deux buts à la fin du match[74]. L'équipe suisse bat ensuite le Honduras sur le score de 3-0 grâce à un triplé de Xherdan Shaqiri dont deux sur un service de Josip Drmić[75]. Elle termine deuxième du groupe E avec six points, derrière la France (7 points) et devant l'Équateur (4 points) et le Honduras (0 point). Elle affronte l'Argentine en huitième de finale. La Suisse est dominée mais bénéficie de quelques grosses occasions de buts. Elle est cependant éliminée après un but d'Ángel Di María à la 118e minute, le seul de la rencontre[76].

Vladimir Petković, qui a notamment entraîné Young Boys et la Lazio, succède à Ottmar Hitzfeld comme sélectionneur de la « Nati » après la Coupe du monde de 2014. Michel Pont, entraîneur assistant de la « Nati » depuis 2001, est également remplacé[77]. L'équipe suisse commence sa campagne de qualification pour l'Euro 2016 par deux défaites contre l'Angleterre et la Slovénie et deux victoires contre Saint-Marin et la Lituanie[78].

Tenues, emblèmes et symboles[modifier | modifier le code]

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Tenue classique extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Tenue classique domicile

Depuis le premier match de l'équipe de Suisse en 1905, les tenues de jeu ont peu changé. Pour les matchs à domicile, la tenue contient un maillot rouge, un short blanc et des chaussettes rouges. Pour les matchs à l'extérieur, elle est composée d'un maillot blanc, un short rouge et des chaussettes blanches. L'équipe nationale joue parfois tout en rouge ou tout en blanc. La croix suisse, symbole du pays, est bien visible sur les maillots des joueurs jusqu'en 1992. Elle est ensuite remplacée par le logo de l'Association suisse de football, qui contient également une croix suisse. En 2006, la Suisse joue un match contre l'Autriche avec une tenue dorée. Les maillots de l'Euro 2008 ne contiennent plus la croix blanche, ce qui agace certains anciens joueurs et politiciens[79]. La croix suisse est à nouveau bien visible à partir de 2010[80].

Après avoir avoir été habillée par l'équipementier allemand Adidas[81] puis par l'italien Lotto[82], l'équipe suisse est sous contrat avec Puma depuis 1998[80].

L'emblème de l'Association suisse de football, qui apparaît sur les maillots en compagnie du drapeau national, est composé des acronymes en français (ASF) et en allemand (SFV pour Schweizerischer Fussballverband) qui forment une croix blanche ainsi que d'un joueur balle au pied.

L'équipe suisse est surnommée la « Nati », abréviation de « Nationalmannschaft » qui signifie « équipe nationale » en allemand. Il s'agit du surnom officiel de l'équipe pour la FIFA mais il n'est pas utilisé par l'Association suisse de football[83].

Composition[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Provenance des joueurs[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux années 1990, la plupart des internationaux jouent dans le Championnat de Suisse. Cependant, l'équipe nationale compte dès ses débuts des joueurs évoluant à l'étranger. Plusieurs internationaux suisses jouent en première division italienne dans les années 1900 et 1910, par exemple Friedrich Bollinger et Hans Kämpfer à la Juventus FC et au Torino FC[84]. D'autres jouent en France, comme Walter Weiler au Havre AC ou Frank Séchehaye au Club français[85]. Deux joueurs de l'équipe de Suisse de football à la Coupe du monde 1938 viennent d'un club étranger, tous deux en France : André Abegglen (FC Sochaux) et Alessandro Frigerio (Le Havre AC). Tous les joueurs sélectionnés pour les Coupes du monde de 1950, 1954 et 1966 évoluent en Suisse, alors que trois des participants à la Coupe du monde de 1962 jouent dans d'autres championnats européens.

Quatre des joueurs sélectionnés pour la Coupe du monde de 1994 jouent en Allemagne. La Suisse améliore son système de formation dans les années 1990, ce qui permet d'augmenter le niveau des joueurs. Le nombre d'internationaux évoluant dans les championnats européens augmente donc rapidement au début du XXIe siècle. Ils sont 12 à l'Euro 2004 puis entre 15 et 18 par la suite. La « Nati » joue son premier match sans titulaire provenant du championnat local en 2006[86]. En 2013, la Suisse occupe le cinquième rang des pays exportateurs de joueurs vers les cinq grands championnats européens avec 41 joueurs évoluant principalement en Allemagne et en Italie[87].

Joueurs importants[modifier | modifier le code]

Meilleurs buteurs[88]
Rang Buts Joueur Période Sélections
1 42 Alexander Frei 2001–2011 84
2 34 Kubilay Türkyılmaz 1988–2001 62
34 Max Abegglen 1922–1937 68
4 29 André Abegglen 1927–1943 52
29 Jacques Fatton 1946–1955 53
6 26 Adrian Knup 1989–1996 49
7 23 Josef Hügi 1951–1961 34
8 22 Charles Antenen 1948–1962 56
9 21 Lauro Amadò 1935–1948 54
21 Stéphane Chapuisat 1989–2004 103
Joueurs les plus capés[88],[89]
Rang Sélections Joueur Période Buts
1 118 Heinz Hermann 1978–1991 15
2 112 Alain Geiger 1980–1996 2
3 103 Stéphane Chapuisat 1989–2004 21
4 94 Johann Vogel 1995–2007 2
5 87 Hakan Yakın 2000–2011 20
6 84 Alexander Frei 2001–2011 42
7 81 Gökhan Inler 2006- 6
81 Patrick Müller 1998–2008 3
9 80 Severino Minelli 1930–1943 0
10 79 Ciriaco Sforza 1991–2001 6

Le Vaudois Pierre Collet, né en 1890, est le premier recordman de l'équipe suisse. Sélectionné dès l'âge de 19 ans en équipe nationale, il atteint 18 sélections en 1920. Collet est notamment champion de Suisse en 1912-1913 avec le Montriond Lausanne (futur Lausanne-Sport)[90]. À 20 ans, Max Abegglen (1902-1970) marque trois buts lors d'une victoire sur le score de 5-0 contre les Pays-Bas. C'est ensuite l'un des meilleurs joueurs suisses lors du tournoi olympique de 1924, d'où son équipe ramène la médaille d'argent[91]. Son record de 34 buts marqués sous le maillot national de sera battu qu'en 2008 par Alexander Frei. Son frère André, auteur de 29 buts, est également l'un des meilleurs buteurs de l'équipe suisse.

Le Zurichois Severino Minelli (1909-1994) détient pendant de nombreuses années le record du nombre de sélections avec 80 matchs en équipe suisse entre 1930 et 1943. Meilleur défenseur suisse des années 1930, ce joueur réputé pour sa rudesse est sacré cinq fois champion de Suisse avec le Grasshopper Club Zurich[92]. Le Tessinois Lauro Amadò (1912-1971) marque 21 buts en 54 matchs entre 1935 et 1948. Relativement petit mais très agile, cet avant-centre est connu comme le spécialiste de la bicyclette[93]. Alfred Bickel (1918-1999) est sélectionné 71 fois en équipe nationale entre 1936 et 1954. Jouant au poste d'ailier, il participe notamment aux Coupes du monde de 1938 et 1950 et devient champion de Suisse à sept reprises en 21 ans avec le Grasshopper Club Zurich[94].

Photo d'un joueur de football balle au pied
Heinz Hermann, joueur le plus capé de l'équipe suisse avec 118 sélections.

Le Neuchâtelois Charles Antenen (1929-2000) compte 22 buts en 56 matchs entre 1948 et 1962. Il est le premier joueur suisse, avec Willy Kernen, à participer à trois Coupes du monde (1950, 1954 et 1962). Auteur d'un doublé dès sa première sélection, il marque notamment un triplé contre la France de Roger Marche lors d'un match amical en 1953[95]. Jacques Fatton (1925-2011), ailier gauche franco-suisse, marque deux buts contre le Brésil lors de la Coupe du monde de 1950. Le match se termine sur le score de 2-2. Auteur de 29 buts en 53 sélections, il reste un des meilleurs buteurs de l'équipe suisse[96]. Le Bâlois Josef Hügi (1930-1995) est également l'un des meilleurs buteurs avec 23 buts en 34 matchs. Trois fois meilleur buteur du Championnat suisse avec le FC Bâle, il réalise la meilleure performance de sa carrière en 1960 en marquant cinq buts lors d'une victoire contre la France sur le score de 6-2[97]. Il est également l'auteur d'un triplé lors du quart de finale Suisse-Autriche à la Coupe du monde de 1954. Jakob Kuhn, futur entraîneur de l'équipe suisse, est réputé pour ses dribbles. Comptant 63 sélections en équipe nationale, il est six fois champion de Suisse et deux fois demi-finaliste de la Coupe des clubs champions européens avec le FC Zurich[98].

Le Zurichois Heinz Hermann, né en 1958, est le joueur le plus capé de la « Nati » avec 118 sélections entre 1978 et 1991. Réputé pour sa souplesse et ses accélérations, il est quatre fois champion de Suisse avec le Grasshopper Club Zurich[89],[99]. Alain Geiger le suit de peu puisqu'il compte 112 matchs internationaux entre 1980 et 1996. Défenseur central sélectionné dès l'âge de 20 ans, il prend part à la Coupe du monde de 1994 puis arrête sa carrière après l'Euro 1996. Le Vaudois Stéphane Chapuisat, né en 1969, est le troisième joueur à dépasser cent sélections : il joue 103 matchs internationaux entre 1989 et 2004, pour un total de 21 buts. Deux fois champion d'Allemagne avec le Borussia Dortmund, Chapuisat est à ce jour le seul Suisse à avoir remporté la Ligue des champions en jouant la finale. Participant à la Coupe du monde de 1994 et à l'Euro 1996, il arrête sa carrière internationale après l'Euro 2004. Kubilay Türkyılmaz, attaquant d'origine turque né en 1967, est le premier à égaler Max Abegglen au nombre de buts : il marque 34 fois en 62 sélections entre 1988 et 2001. Il dispute l'Euro 1996, où il marque contre l'Angleterre lors du match d'ouverture (1-1).

Alexander Frei, né en 1979, est actuellement le meilleur buteur de l'équipe suisse avec 42 buts en 84 sélections entre 2001 et 2011. Il participe à quatre grands tournois consécutifs : l'Euro 2004, la Coupe du monde de 2006, l'Euro 2008 et la Coupe du monde de 2010. Il est notamment quatre fois champion de Suisse avec le FC Bâle de 2010 à 2013. Plusieurs de ses coéquipiers en équipe de Suisse dépassent également 80 sélections : Johann Vogel (94), milieu défensif notamment trois fois champion de Suisse avec le Grasshopper Club Zurich et quatre fois champion des Pays-Bas avec le PSV Eindhoven, Hakan Yakın (87), premier Suisse à marquer plus d'une fois dans un Euro avec ses deux buts en 2008, et Patrick Müller (81), défenseur six fois champion de France avec l'Olympique lyonnais.

Xherdan Shaqiri, milieu offensif d'origine kosovare né en 1991, compte 15 buts en 42 sélections depuis 2010. Petit (1,69 m) mais puissant, il est considéré comme le meilleur joueur suisse actuel[100],[101]. En 2014, il marque le premier triplé suisse en Coupe du monde depuis 1954 lors du match contre le Honduras[102]. Shaqiri joue actuellement à l'Inter Milan après avoir remporté plusieurs titres avec le FC Bâle et le Bayern Munich.

Une équipe multiculturelle[modifier | modifier le code]

La Suisse compte un grand nombre d'immigrés, notamment venus des Balkans à la suite des guerres de Yougoslavie. Plusieurs de leurs enfants (appelés segundos), qui ont grandi en Suisse, jouent en équipe nationale. Le nombre de joueurs d'origine étrangère est ainsi passé de 8 à la Coupe du monde de 2006 à 15 à celle de 2014. La « Nati » compte plusieurs joueurs d'origines kosovare (par exemple Behrami, Xhaka et Shaqiri), macédonienne (Mehmedi et Džemaili), croate (Gavranović) ou bosnienne (Seferović)[103],[104],[87],[105], italienne (Diego Benaglio et Tranquillo Barnetta), turque (Yakın, Inler et Derdiyok), espagnole (Cabanas, Senderos également serbe et Rodriguez également chilien) ou africaine (Djourou né en Côte d'Ivoire et Fernandes au Cap-Vert)[106],[107]. Selon une infographie de James Offer analysant les liens des joueurs avec les autres pays (naissance, parents ou grands-parents), l'équipe de Suisse est la plus multiculturelle de la Coupe du monde de 2014. Pour le sociologue Fabien Ohl, le grand nombre de segundos en équipe nationale est lié aux spécificités de la Suisse. Il explique ainsi que « Dans beaucoup d'autres pays, le football est le sport phare par excellence. En Suisse, il est en concurrence avec le hockey sur glace, le ski alpin et le tennis. Ces sports coûtent plus cher et ont un ancrage identitaire fort auprès des Suisses. Ils ne sont donc pas faciles d'accès pour les immigrés, qui se reportent plus facilement vers le football[103] ».

Équipe actuelle[modifier | modifier le code]

Voici la liste des joueurs qui ont été sélectionnés pour le match amical contre la Pologne le 18 novembre 2014 à Wroclaw.

Effectif de l'équipe de Suisse
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Mvogo, YvonYvon Mvogo 7 545 6/6/1994 (20 ans) 0 0 Drapeau : Suisse Young Boys 2014
12 G Hitz, MarwinMarwin Hitz 9 998 18/9/1987 (27 ans) 0 0 Drapeau : Allemagne FC Augsbourg 2014
21 G Bürki, RomanRoman Bürki 8 845 14/11/1990 (24 ans) 1 0 Drapeau : Allemagne SC Fribourg 2014
3 D Moubandje, FrançoisFrançois Moubandje 8 991 21/6/1990 (24 ans) 2 0 Drapeau : France Toulouse 2014
5 D von Bergen, SteveSteve von Bergen 11 559 10/6/1983 (31 ans) 47 0 Drapeau : Suisse Young Boys 2006
13 D Rodríguez, RicardoRicardo Rodríguez 8 195 25/8/1992 (22 ans) 28 0 Drapeau : Allemagne VfL Wolfsbourg 2011
20 D Djourou, JohanJohan Djourou 10 241 18/1/1987 (28 ans) 52 1 Drapeau : Allemagne Hambourg SV 2006
22 D Schär, FabianFabian Schär 8 452 12/12/1991 (23 ans) 10 4 Drapeau : Suisse FC Bâle 2013
7 M Frei, FabianFabian Frei 9 520 8/1/1989 (26 ans) 5 1 Drapeau : Suisse FC Bâle 2011
8 M Inler, GökhanGökhan Inler Capitaine 11 176 27/6/1984 (30 ans) 81 6 Drapeau : Italie Naples 2006
10 M Schönbächler, MarcoMarco Schönbächler 9 152 11/1/1990 (25 ans) 2 0 Drapeau : Suisse FC Zurich 2014
11 M Behrami, ValonValon Behrami 10 880 19/4/1985 (29 ans) 56 2 Drapeau : Allemagne Hambourg SV 2005
14 M Stocker, ValentinValentin Stocker 9 426 12/4/1989 (25 ans) 26 3 Drapeau : Allemagne Hertha Berlin 2008
16 M Fernandes, GelsonGelson Fernandes 10 379 2/9/1986 (28 ans) 50 2 Drapeau : France Rennes 2007
17 M Kasami, PajtimPajtim Kasami 8 279 2/6/1992 (22 ans) 5 1 Drapeau : Grèce Olympiacos 2013
23 M Shaqiri, XherdanXherdan Shaqiri 8 515 10/10/1991 (23 ans) 42 15 Drapeau : Italie Inter Milan 2010
9 A Seferović, HarisHaris Seferović 8 380 22/2/1992 (22 ans) 20 4 Drapeau : Allemagne Eintracht Francfort 2013
18 A Mehmedi, AdmirAdmir Mehmedi 8 723 16/3/1991 (23 ans) 30 2 Drapeau : Allemagne SC Fribourg 2011
19 A Drmić, JosipJosip Drmić 8 212 8/8/1992 (22 ans) 16 5 Drapeau : Allemagne Bayer Leverkusen 2012
Sélectionneur



Légende


Appelés récemment[modifier | modifier le code]

Les joueurs suivants ne font pas partie du dernier groupe appelé mais ont été retenus en équipe nationale lors des 12 derniers mois.

Effectif de l'équipe de Suisse
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis Dernière sél. Adversaire
999 G Sommer, YannYann Sommer 9 542 17/12/1988 (26 ans) 10 999 Drapeau : Allemagne Borussia Mönchengladbach 2011 15 novembre 2014 Lituanie
999 D Lichtsteiner, StephanStephan Lichtsteiner 11 339 16/1/1984 (31 ans) 71 999 Drapeau : Italie Juventus 2005 15 novembre 2014 Lituanie
999 D Widmer, SilvanSilvan Widmer 8 003 5/3/1993 (21 ans) 1 999 Drapeau : Italie Udinese 2014 14 octobre 2014 Saint-Marin
999 D Senderos, PhilippePhilippe Senderos 10 944 14/2/1985 (29 ans) 55 999 Drapeau : Angleterre Aston Villa 2005 14 octobre 2014 Saint-Marin
999 D Lustenberger, FabianFabian Lustenberger 9 771 2/5/1988 (26 ans) 1 999 Drapeau : Allemagne Hertha Berlin 2013 15 novembre 2014 Lituanie
999 D Benito, LorisLoris Benito 8 426 7/1/1992 (23 ans) 0 999 Drapeau : Portugal Benfica 2014 8 septembre 2014 Angleterre
999 D Ziegler, RetoReto Ziegler 10 608 16/1/1986 (29 ans) 35 999 sans club 2005 1er juillet 2014 Argentine
999 M Džemaili, BlerimBlerim Džemaili 10 522 12/4/1986 (28 ans) 40 999 Drapeau : Turquie Galatasaray 2006 15 novembre 2014 Lituanie
999 M Xhaka, GranitGranit Xhaka 8 172 17/9/1992 (22 ans) 33 999 Drapeau : Allemagne Borussia Mönchengladbach 2011 14 octobre 2014 Saint-Marin
999 M Barnetta, TranquilloTranquillo Barnetta 10 847 22/5/1985 (29 ans) 75 999 Drapeau : Allemagne FC Schalke 04 2004 14 octobre 2014 Saint-Marin
999 M Schwegler, PirminPirmin Schwegler 10 191 9/3/1987 (27 ans) 14 999 Drapeau : Allemagne Hoffenheim 2009 5 mars 2014 Croatie
999 A Frey, MichaelMichael Frey 7 502 19/7/1994 (20 ans) 0 999 Drapeau : France LOSC Lille 2014 14 octobre 2014 Saint-Marin
999 A Gavranović, MarioMario Gavranović 9 200 24/11/1989 (25 ans) 11 999 Drapeau : Suisse FC Zurich 2011 1er juillet 2014 Argentine
Sélectionneur



Légende


Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Photo d'un homme en veste noire, chemise blanche et cravate rouge debout au bord d'un terrain de football
Ottmar Hitzfeld, entraîneur de la Suisse de 2008 à 2014
Principaux sélectionneurs de la Suisse
Entraîneur Période[note 2] M
Drapeau : Autriche Karl Rappan 1937-1938, 1942-1949
1953-1954, 1960-1963
77
René Hüssy 1970, 1973-1976 26
Paul Wolfisberg 1981-1985, 1989 52
Daniel Jeandupeux 1986-1989 28
Drapeau : Allemagne Uli Stielike 1989-1991 25
Drapeau : Angleterre Roy Hodgson 1992-1995 41
Köbi Kuhn 2001-2008 73
Drapeau : Allemagne Ottmar Hitzfeld 2008-2014 61

Trente-deux techniciens ont occupé la fonction de sélectionneur de l'équipe nationale depuis 1905 sans compter ceux qui ont assuré l'intérim. L'Autrichien Karl Rappan, entraîneur lors de 77 matchs entre 1937 et 1963, détient le record de longévité[34].

Le Genevois François J. Dégerine est le sélectionneur de l'équipe suisse lors de ses cinq premiers matchs, entre 1905 et 1909. Également journaliste et dirigeant, c'est lui qui a l'idée d'un championnat national en 1897[108]. La commission des arbitres puis la commission technique de l'ASF gèrent ensuite l'équipe jusqu'en 1937. Des techniciens sont engagés pour les tournois importants : les Britanniques Teddy Duckworth et Jimmy Hogan ainsi que le Hongrois Izidor Kürschner pour les Jeux olympiques d'été de 1924 et le Suisse Heinrich Müller pour la Coupe du monde de 1934. L'Autrichien Karl Rappan, engagé en 1937, marque l'histoire du football suisse. Il accompagne l'équipe suisse lors de 77 rencontres jusqu'en 1963 lors de quatre périodes différentes (1937–1938, 1942–1949, 1952–1954, 1960–1963). Controversé à cause de son appartenance au parti nazi, il met en place un système défensif qui sera connu sous le nom de « verrou suisse ». Mélange entre la défense de zone et la défense individuelle, il permet aux Suisses de rivaliser avec des équipes plus cotées. Rappan développe ensuite le catenaccio en ajoutant le poste de libéro[13]. Il qualifie la Suisse pour plusieurs Coupes du monde pendant son mandat. L'Italien Alfredo Foni emmène l'équipe suisse à la Coupe du monde de 1966. Ensuite, entre 1967 et 1991, neuf entraîneurs se succèdent sans obtenir une qualification pour la Coupe du monde ou le Championnat d'Europe. Paul Wolfisberg et ses « loups », comme ils étaient surnommés[83], obtient toutefois quelques résultats encourageants entre 1981 et 1985 et l'Allemand Uli Stielike, sélectionneur de l'équipe suisse de 1989 à 1991, obtient dès ses débuts une victoire contre le Brésil. L'Anglais Roy Hodgson, engagé en 1992, réussit à qualifier la « Nati » pour son premier grand tournoi depuis 28 ans. Son équipe atteint les huitièmes de finale de la Coupe du monde de 1994. Il la qualifie également pour l'Euro 1996. Il signe cependant un contrat avec l'Inter Milan en 1995 et c'est le Portugais Artur Jorge qui accompagne l'équipe lors de la phase finale. Le Franco-Suisse Gilbert Gress manque de peu la qualification pour l'Euro 2000 et l'Argentin Enzo Trossero ne parvient pas à qualifier l'équipe pour la Coupe du monde de 2002. L'ASF engage Köbi Kuhn, entraîneur de l'équipe suisse espoirs depuis 1995, en 2001. Avec 73 matchs à la tête de la « Nati » jusqu'en 2008, il devient le sélectionneur ayant le mandat le plus long depuis Karl Rappan. Kuhn atteint la phase finale de l'Euro 2004 et de la Coupe du monde de 2006 puis quitte son poste après l'Euro 2008 joué à domicile. L'ASF engage ensuite l'Allemand Ottmar Hitzfeld, qui a remporté deux fois la Ligue des champions en tant qu'entraîneur (avec le Borussia Dortmund et le Bayern Munich). Hitzfeld mène la « Nati » à la Coupe du monde de 2010, où elle bat l'Espagne, puis manque la qualification pour l'Euro 2012. Il qualifie l'équipe pour la Coupe du monde en 2014. Vladimir Petković, notamment entraîneur de la Lazio de 2012 à 2014, remplace Hitzfeld après cette Coupe du monde. Il a signé un contrat qui dure jusqu'à fin 2015[109].

Équipe technique actuelle[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente l'équipe technique actuelle de l'équipe nationale[note 3],[110].

Encadrement technique actuel de l'équipe de Suisse
Nom Rôle
Drapeau : Croatie Vladimir Petković Entraîneur
Drapeau : Italie Antonio Manicone Entraîneur assistant
Patrick Foletti Entraîneur des gardiens
Oliver Riedwyl Entraîneur de condition physique

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Localisation des ville ayant accueilli au moins dix matchs de l'équipe nationale

La sélection suisse dispute sa première rencontre officielle à domicile le 8 mars 1908 au Stade des Charmilles à Genève face à la France. Elle évolue ensuite principalement au Stade du Wankdorf à Berne, au Stade du Hardturm à Zurich et au Stade Saint-Jacques à Bâle dès 1911, ainsi qu'au Stade de la Pontaise à Lausanne dès 1923. Ces cinq stades, situés dans les cinq plus grandes villes du pays, sont les plus utilisés pendant tout le XXe siècle[78]. Ce sont les sites de la Coupe du monde de 1954 avec le Stadio comunale Cornaredo de Lugano[111].

Plusieurs nouveaux stades sont construits dans les années 2000. Le Parc Saint-Jacques, situé à Bâle et plus grand stade du pays avec une capacité de 36 000 places, est le principal stade de la « Nati » depuis sa construction en 2001. L'équipe nationale joue régulièrement au Stade de Genève, construit en 2003, et au Stade de Suisse construit à Berne en 2005[78]. Ces trois stades ainsi que le Stade du Letzigrund à Zurich accueillent le Championnat d'Europe 2008[112]. La « Nati » utilise aussi l'AFG Arena située à Saint-Gall depuis 2008 et la Swissporarena de Lucerne depuis 2012[78].

Pendant son histoire, l'équipe suisse a disputé au moins un match dans six autres villes : Aarau, Bellinzone, Lugano, La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel et Sion[78].

L'équipe suisse effectue la plupart de ses camps d'entraînement à Feusisberg, dans le canton de Schwytz[113].

Résultats[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Vue de huit joueurs se disputant le ballon devant le but et de l'arbitre pendant un match de football
Rencontre Espagne-Suisse pendant la Coupe du monde 2010.

L'équipe de Suisse ne participe pas à la première Coupe du monde en Uruguay en 1930 pour des raisons de coûts[10]. Elle dispute son premier match de qualification le 24 septembre 1933 contre la Yougoslavie et prend part à sa première phase finale en 1934. La « Nati » prend part à neuf autres Coupes du monde jusqu'en 2014, dont une à domicile en 1954. Elle atteint les quarts de finale en 1934, 1938 et 1954[114].

Parcours en Coupe du monde
Phase finale Qualifications
Lieu et année Résultat M V N D bp bc Class. M V N D bp bc
Uruguay 1930 Non inscrite
Italie 1934 Quart de finale 2 1 0 1 5 5 1/3 2 1 1 0 4 2
France 1938 Quart de finale 3 1 1 1 5 5 1/2 1 1 0 0 2 1
Brésil 1950 Premier tour 3 1 1 1 4 6 1/2 2 2 0 0 8 4
Suisse 1954 Quart de finale 4 2 0 2 11 11 Organisateur
Suède 1958 Non qualifiée 3/3 4 0 1 3 6 11
Chili 1962 Premier tour 3 0 0 3 2 8 1/3 5 4 0 1 11 10
Angleterre 1966 Premier tour 3 0 0 3 1 9 1/4 6 4 1 1 7 3
Mexique 1970 Non qualifiée 3/4 6 2 1 3 5 8
Allemagne de l'Ouest 1974 Non qualifiée 3/4 6 2 2 2 2 4
Argentine 1978 Non qualifiée 3/3 4 1 0 3 3 5
Espagne 1982 Non qualifiée 4/5 8 2 3 3 9 12
Mexique 1986 Non qualifiée 3/5 8 2 4 2 5 10
Italie 1990 Non qualifiée 4/5 8 2 1 5 10 14
États-Unis 1994 Huitième de finale 4 1 1 2 5 7 2/6 10 6 3 1 23 6
France 1998 Non qualifiée 4/5 8 3 1 4 11 12
Corée du Sud/Japon 2002 Non qualifiée 4/6 10 4 2 4 18 12
Allemagne 2006 Huitième de finale 4 2 2 0 4 0 2/6 10 4 6 0 18 7
Afrique du Sud 2010 Premier tour 3 1 1 1 1 1 1/6 10 6 3 1 18 8
Brésil 2014 Huitième de finale 4 2 0 2 7 7 1/6 10 7 3 0 17 6
Russie 2018 À venir
Qatar 2022 À venir
Total 10/18 29 9 6 15 38 52 - 118 53 32 33 178 137

Parcours en Championnat d'Europe[modifier | modifier le code]

Photo d'un match de football depuis les tribunes
Rencontre au Stade de Genève entre la Suisse (rouge) et l'Albanie (blanc) pour la qualification à l'Euro 2004.

L'équipe de Suisse joue son premier match de qualification pour le Championnat d'Europe le 11 novembre 1962 contre les Pays-Bas. Elle se qualifie pour la phase finale lors de l'Euro 1996, puis à nouveau en 2004. La « Nati » prend part à son troisième Championnat d'Europe en 2008 en tant que nation coorganisatrice avec l'Autriche. Elle est à chaque fois éliminée au premier tour[115].

Parcours en Championnat d'Europe
Phase finale Qualifications
Lieu et année Résultat M V N D bp bc Class. M V N D bp bc
France 1960 Non inscrite
Espagne 1964 Non qualifiée 2/2 2 0 1 1 2 4
Italie 1968 Non qualifiée 3/4 6 2 1 3 17 13
Belgique 1972 Non qualifiée 2/4 6 4 1 1 12 5
Yougoslavie 1976 Non qualifiée 4/4 6 1 1 4 5 10
Italie 1980 Non qualifiée 4/5 8 2 0 6 7 18
France 1984 Non qualifiée 2/4 6 2 2 2 7 9
Allemagne de l'Ouest 1988 Non qualifiée 4/5 8 1 5 2 9 9
Suède 1992 Non qualifiée 2/5 8 4 2 2 19 7
Angleterre 1996 Premier tour 3 0 1 2 1 4 1/5 8 5 2 1 15 7
Belgique/Pays-Bas 2000 Non qualifiée 3/5 8 4 2 2 9 5
Portugal 2004 Premier tour 3 0 1 2 1 6 1/5 8 4 3 1 15 11
Suisse/Autriche 2008 Premier tour 3 1 0 2 3 3 Organisateur
Pologne/Ukraine 2012 Non qualifiée 3/5 8 3 2 3 12 10
France 2016 À venir
Europe 2020 À venir
Total 3/13 9 1 2 6 5 13 - 82 32 22 28 129 108

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

L'équipe de Suisse participe à deux éditions des Jeux olympiques, son meilleur résultat étant une médaille d'argent obtenue en 1924 (finale perdue contre l'Uruguay). En 2012, ce n'est pas l'équipe A qui participe aux Jeux olympiques : les moins de 23 ans et trois joueurs plus âgés composent l'équipe de Suisse olympique de football[116].

Parcours aux Jeux olympiques
Phase finale
Lieu et année Résultat Class. M V N D bp bc
Paris 1924 Médaille d'argent 2e 6 4 1 1 15 6
Amsterdam 1928 Premier tour - 1 0 0 1 0 4
Total 2 - 7 4 1 2 15 10

Statistiques[modifier | modifier le code]

De février 1905 à novembre 2014, l'équipe suisse a joué 750 matchs pour un bilan de 250 victoires, 165 matchs nuls et 335 défaites. Elle a marqué 1 074 buts et en a encaissé 1 315[78].

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

La sélection suisse a eu l'occasion de rencontrer de nombreuses équipes à travers le monde. Elle affronte sa première équipe non-européenne en 1924, lors de la finale des Jeux olympiques d'été de 1924 jouée contre l'Uruguay. L'équipe suisse se déplace pour la première fois sur un autre continent en 1950 à l'occasion de la Coupe du monde au Brésil, où elle affronte la Yougoslavie, le Brésil et le Mexique. Elle joue contre le Maroc, sa première équipe africaine, en 1963. La « Nati » rencontre enfin une équipe de la Confédération asiatique de football, les Émirats arabes unis, en 1992, et une équipe océanienne, l'Australie, en 2010. Cette dernière fait cependant également partie de la Confédération asiatique depuis 2006 ; l'équipe suisse n'a donc jamais affronté une équipe de la Confédération du football d'Océanie[78].

Carte mondiale colorée
Carte des équipes rencontrées par la Suisse[note 4].
Nombre de matchs disputés contre l'équipe de Suisse de football :
  •      De 1 à 4 matchs
  •      De 5 à 9 matchs
  •      De 10 à 19 matchs
  •      De 20 à 34 matchs
  •      De 35 à 50 matchs
  •      Plus de 50 matchs

Adversaires les plus fréquents[modifier | modifier le code]

L'équipe suisse a joué au moins vingt matchs contre onze équipes, toutes européennes. Elle a un bilan positif contre deux d'entre eux, la Suède et le Portugal, et un bilan neutre contre les Pays-Bas.

L'adversaire le plus fréquent de la Suisse est l'Italie, affrontée à 58 reprises depuis 1911. Les deux pays se sont principalement rencontrés en match amical, lors des phases de qualification pour la Coupe du monde ou l'Euro et à la Coupe internationale. La Suisse a éliminé l'Italie en quarts de finale des Jeux olympiques de 1924. Les deux pays se sont également affrontés en phase de groupes des Coupes du monde de 1954 (deux victoires de la Suisse) et 1962 (victoire de l'Italie)[117].

L'équipe suisse a rencontré 51 fois l'Allemagne, dont 46 fois pour un match amical[note 5]. Les Allemands ont battu la « Nati » au premier tour des Jeux olympiques de 1928 et des Coupes du mondes de 1962 et 1966, mais les Suisses les ont éliminés lors des huitièmes de finale de la Coupe du monde de 1938[118],[119].

La Suisse a affronté 44 fois la Hongrie et 43 fois l'Autriche, presque toujours lors de matchs amicaux ou à la Coupe internationale. La seule rencontre Suisse-Autriche en Coupe du monde est le quart de finale historique remporté par l'Autriche sur le score de 7-5 en 1954, alors que la Hongrie a éliminé la Suisse en quart de finale de la Coupe du monde de 1938[120],[121].

La France est le premier adversaire de la Suisse en 1905. Les deux équipes se sont affrontées 39 fois, dont trois fois en phase finale d'un tournoi important. La France a battu la Suisse au premier tour de l'Euro 2004 et de la Coupe du monde de 2014, et les deux pays sont restés à égalité au premier tour de la Coupe du monde de 2006[122].

Bilan de la Suisse face aux sélections affrontées au moins vingt fois[123]
Adversaire Joués Victoires Matchs nuls Défaites Buts pour Buts contre
Italie[117] 58 8 22 28 67 107
Allemagne[note 5],[118],[119] 51 9 6 36 65 138
Hongrie[120] 44 9 5 30 58 127
Autriche[121] 43 12 5 26 60 108
France[122] 39 12 9 18 61 70
Pays-Bas[124] 33 15 3 15 61 68
Suède[125] 28 11 7 10 42 46
Tchécoslovaquie[126] 27 7 6 14 38 58
Belgique[127] 27 9 6 12 37 49
Angleterre[128] 23 3 5 15 19 54
Portugal[129] 20 9 5 6 30 25

La Suisse « bête noire » du Portugal[modifier | modifier le code]

Pendant 50 ans, la Suisse est restée invaincue en compétition officielle contre le Portugal. Le 1er mai 1938, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 1938, la Suisse a battu le Portugal sur l'unique rencontre (2-1). Pour le prochain match officiel, les deux nations se sont retrouvées en 1969 lors des qualifications de la Coupe du monde 1970. Face à un Portugal qui avait terminé troisième de la Coupe du monde 1966, la Nati a remporté une victoire de prestige en terre étrangère (2-0) et assurer le nul à domicile (2-2). Elle tient également en échec les Portugais deux fois lors des qualifications pour l'Euro 1988 (1-1 ; 0-0). La série prend cependant fin après être restée en vigueur pendant 50 ans lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1990. Les Suisses perdent la double rencontre (1-3 ; 1-2) ce qui marque la fin de la bénédiction. À noter cependant que la Suisse a depuis remporté le seul match de phase finale de compétition contre le Portugal, un match de l'Euro 2008 à domicile (2-0)[129].

Malédiction contre la Russie[modifier | modifier le code]

En revanche, en treize rencontres contre l'équipe de Russie, ère soviétique incluse, la Suisse totalise zéro victoire, cinq nuls et huit défaites. La Suisse n'est jamais parvenue, aussi bien en match amical qu'en match officiel, à se défaire de la Russie qu'elle a rencontré huit fois en matchs de qualification pour deux nuls et six défaites depuis le 20 avril 1966. En compétition officielle, la Suisse a rencontré la Russie pour la première fois lors des qualifications pour l'Euro 1976 et a perdu la double confrontation (0-1 ; 1-4). Après une défaite à domicile lors d'un match amical en 1983 (0-1), les Suisses ont retrouvé les Russes pour les éliminatoires de la Coupe du monde 1986. Tenus en échec à domicile (2-2), les Helvètes ont été balayé au match retour à l'extérieur (0-4). Après la chute de l'Union soviétique, la Nati a rencontré la Sbornaïa pour la finale de la Lunar New Year Cup (en) à Hong Kong en 1997. La Russie a défait une fois de plus la Suisse qui a vu le titre lui échapper sous les yeux (1-2). Les deux sélections se sont recroisées pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2002 (0-1 ; 0-4) et de l'Euro 2004 (2-2 ; 1-4)[130],[131].

Classement FIFA[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu huit victoires en dix matchs officiels depuis mai 1992[78], la Suisse est classée au troisième rang du premier classement FIFA en août 1993. C'est le meilleur rang de son histoire à ce jour. Elle descend ensuite progressivement du neuvième rang en octobre 1995 au 83e rang en décembre 1998, ce qui est son classement le plus bas jusqu'à maintenant. La « Nati » atteint le sixième rang en février 2014, son meilleur résultat depuis 1994, après n'avoir perdu aucun match pendant les qualifications pour la Coupe du monde de 2014. Entre 1992 et 2014, la Suisse occupe en moyenne le 32e rang[41].

Classement FIFA de l'équipe de Suisse
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Classement mondial[132] 12 7 18 47 62 83 47 58 63 44 44 51 35 17 44 24 18 22 17 12 8 12
Classement européen[132] 10 6 14 23 29 35 30 30 31 23 24 25 18 13 26 16 11 14 12 10 5 8

Légende du classement mondial :

  •      de 1 à 25
  •      de 26 à 50
  •      de 51 à 209

Légende du classement européen :

  •      de 1 à 15
  •      de 16 à 30
  •      de 31 à 54

Records[modifier | modifier le code]

L'équipe suisse a obtenu la victoire la plus large de son histoire le 25 mai 1924 en battant la Lituanie sur le score de 9-0 au premier tour des Jeux olympiques de 1924. Deux matchs amicaux joués le 20 mai 1909 contre l'Angleterre et le 29 octobre 1911 contre la Hongrie, tous deux perdus sur le score de 0-9, restent les plus lourdes défaites de son histoire[78].

La « Nati » a participé au record du plus grand nombre de buts marqués en un match de Coupe du monde. Il s'agit du quart de finale Autriche-Suisse, perdu sur le score de 7-5[25]. Lors de l'Euro 2004, Johan Vonlanthen est devenu le plus jeune buteur de l'histoire du Championnat d'Europe à l'âge de 18 ans[52]. L'équipe suisse est entrée dans l'histoire de la Coupe du monde en 2006. Elle est devenue la première à ne pas y encaisser de but pendant le temps réglementaire, mais aussi la première à ne pas marquer lors d'une séance de tirs au buts[54]. Depuis 2010, la Suisse détient le record de temps de jeu sans encaisser de but en phase finale de Coupe du monde, avec 559 minutes entre le match contre l'Espagne en 1994 et le match contre le Chili en 2010[64]

Popularité[modifier | modifier le code]

Affluence au stade[modifier | modifier le code]

Photo d'une tribune dans laquelle les spectateurs ont formé un grand drapeau suisse
Supporters suisses au stade de France en mars 2005

De 1908 à 2008, environ 6,8 millions de personnes ont assisté aux plus de 300 matchs que l'équipe suisse a joué à domicile. Cela représente une moyenne d'environ 20 000 spectateurs[133]. Certains matchs ont été joués devant plus de 50 000 spectateurs dans les années 1950 à 1980.

Les supporters suisses se déplacent en nombre à l'étranger. Le record a été établi lors de la Coupe du monde de 2006 : plus de 50 000 des 65 000 places du Signal Iduna Park étaient occupées par des supporters helvétiques[134]. Si les matchs de qualification à l'étranger attirent parfois 5 000 Suisses dans les bonnes périodes, 15 000 d'entre eux se sont rendus à Paris pour un match France-Suisse en 2005. Alexander Frei a déclaré en 2009 : « C'est spécial d’être en Lettonie ou au Luxembourg tout en ayant l’impression de jouer à domicile[135],[136] ».

Audiences télévisuelles[modifier | modifier le code]

Le premier match diffusé à la télévision date de 1954. C'est la Société suisse de radiodiffusion et télévision, le groupe audiovisuel public, qui diffuse les rencontres de l'équipe nationale. L'audience des matchs importants dépasse parfois deux millions de téléspectateurs.

Le 17 novembre 1993, l'équipe suisse joue son dernier match des qualifications pour la Coupe du monde de 1994 contre l'Estonie. Le nombre cumulé de téléspectateurs sur les trois chaînes nationales atteint 2,1 millions (1,555 million sur DRS, 476 000 sur TSR et 69 000 sur RTSI), ce qui constitue alors un record. 42,3 % des foyers romands regardent la TSR, ce qui représente une part de marché de 65,2 %[137]. Le match Suisse-Colombie de la Coupe du monde de 1994 attire 512 000 téléspectateurs sur la TSR. À ce moment-là, c'est la deuxième audience de l'histoire de la chaîne derrière le téléjournal du 6 décembre 1992, jour du référendum sur l'adhésion à l'Espace économique européen[138]. 1,544 million de personnes regardent Suisse-Colombie sur DRS, la part de matché atteignant 84 %[139].

En 2006, le huitième de finale de la Coupe du monde entre la Suisse et l'Ukraine draine un total de 2,3 millions de téléspectateurs (1,733 million sur SRF Zwei, 498 800 sur TSR 2 et 97 600 sur tsi 2). Sur SRF, c'est la cinquième audience depuis le début des mesures en 1985 et la deuxième audience pour une retransmission sportive derrière la descente masculine des championnats du monde de ski alpin 1985[140]. Pendant l'Euro 2008, 1,652 million de personnes regardent la rencontre Suisse-Turquie sur SF zwei (septième audience depuis 1985, troisième audience pour une retransmission sportive)[139] et 412 000 personnes sur TSR 2[141]. Le match Suisse-Honduras de la Coupe du monde 2010 est suivi par 1,286 million de personnes sur SF Zwei[142] et 381 000 personnes sur TSR2[143]. Pendant la Coupe du monde de 2014, le huitième de finale Suisse-Argentine attire 1,5 million de téléspectateurs sur SRF Zwei (74,2 % de parts de marché), 500 000 téléspectateurs sur RTS Deux (78,2 % de part de marché) et 102 800 téléspectateurs sur RSI La 2 pour un total de 2,1 millions de personnes. À la fin du match, SRF Zwei et RTS Deux atteignent un pic à 1,8 million et 678 000 personnes respectivement[144],[145].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les changements ne sont pas autorisés en 1954.
  2. La période correspond aux dates des premier et dernier matchs dirigés.
  3. À jour en janvier 2015
  4. Carte à jour après la Coupe du monde de 2014, les matchs contre l'Allemagne et l'Allemagne de l'Ouest sont cumulés
  5. a et b Les matchs contre l'Allemagne et l'Allemagne de l'Ouest sont cumulés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 18 septembre 2014 (consulté le 18 septembre 2014).
  2. a et b « Football » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 1er mai 2007. consulté le 22 mars 2014.
  3. Jung 2006, p. 25–26
  4. Jung 2006, p. 25–29
  5. Jung 2006, p. 29–30
  6. Jung 2006, p. 33–34
  7. Jung 2006, p. 35–36
  8. Jung 2006, p. 36–38
  9. (en) Macario Reyes, « International Cup », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 21 avril 2011 (consulté le 29 janvier 2015).
  10. a et b Jung 2006, p. 40
  11. Jung 2006, p. 41–43
  12. Jung 2006, p. 44–50
  13. a et b Jung 2006, p. 119–121
  14. Jung 2006, p. 63–66
  15. Eric Maggiori, « RIP le catenaccio italien », So Foot,‎ 28 juin 2012 (consulté le 5 avril 2014)
  16. F., « L'équipe de Suisse en grande forme a battu celle d'Allemagne par 4 buts à 2 », Gazette de Lausanne,‎ 10 juin 1938, p. 6 (lire en ligne)
  17. Jung 2006, p. 70–73
  18. Jung 2006, p. 79
  19. Jung 2006, p. 81–83
  20. Jung 2006, p. 105–106
  21. Ducret 1994, p. 142-143
  22. (de) Werner Skrentny et Dietrich Schulze-Marmeling, Nachkriegspremiere: Eine Bresche in die Mauer, Göttingen, Die Werkstatt, coll. « Die Geschichte der Fußball-Nationalmannschaft »,‎ 2004, 130 p. (ISBN 3-89533-443-X)
  23. Jung 2006, p. 102–104
  24. Jung 2006, p. 111–118
  25. a et b (de) « WM 54: „Hitzeschlacht von Lausanne“ – Rekorde für die Ewigkeit », sur transfermarkt.de,‎ 9 juillet 2012 (consulté le 28 mars 2014)
  26. Ducret 1994, p. 158
  27. Jung 2006, p. 129
  28. Jung 2006, p. 134–138
  29. Jung 2006, p. 142
  30. Jung 2006, p. 144-152
  31. (de) Marius Egger, « Köbi Kuhn und die Sheffield-Girls », 20 Minuten,‎ 25 juin 2010 (lire en ligne)
  32. « Titre manquant », Sport,‎ 12 juillet 1962
  33. Jung 2006, p. 140
  34. a, b et c (en) Erik Garin, « List of Coaches », RSSSF (consulté le 5 avril 2014)
  35. Jung 2006, p. 175–176
  36. Jung 2006, p. 180–181
  37. Jung 2006, p. 189–199
  38. a et b Jung 2006, p. 206–208
  39. Jung 2006, p. 188
  40. Jung 2006, p. 214
  41. a, b et c « Historique de la Suisse au classement FIFA », sur fifa.com (consulté le 23 mars 2014)
  42. Ducret 1994, p. 318
  43. Jung 2006, p. 208–213
  44. Ducret 1994, p. 366-369
  45. Daniel Visentini, « Stop it Chirac », Tribune de Genève,‎ 19 mars 2008 (lire en ligne)
  46. Jung 2006, p. 216–217
  47. Jung 2006, p. 218–221
  48. Jung 2006, p. 222–224
  49. Yves Terrani, « La «Nati» n'est pas un ténor du football mondial. Et ne le sera sans doute jamais », Le Nouveau Quotidien,‎ 4 septembre 1997, p. 31 (lire en ligne)
  50. Jung 2006, p. 225–236
  51. Jung 2006, p. 247–250
  52. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Jung_p.251-255.
  53. Jung 2006, p. 264–272
  54. a et b Jung 2006, p. 275–286
  55. Erwan Le Duc, « Euro 2008 : la Suisse chute d'entrée face à la République tchèque (1-0) », Le Monde,‎ 7 juin 2008 (lire en ligne)
  56. David Even, « Euro 2008 : la Turquie élimine la Suisse (2-1) », Le Monde,‎ 11 juin 2008 (lire en ligne)
  57. « Euro 2008: les dés sont jetés », Radio télévision suisse,‎ 2 décembre 2007 (consulté le 29 janvier 2015)
  58. « Le football suisse change d'ère », Swissinfo,‎ 16 juin 2008 (consulté le 30 mars 2014)
  59. « Ottmar Hitzfeld succède à Köbi Kuhn », Swissinfo,‎ 19 février 2008 (consulté le 30 mars 2014)
  60. « Qualification pour le mondial 2010: Les cadors assurent », 20 minutes,‎ 7 septembre 2008 (lire en ligne)
  61. Daniel Burkhalter, « La Nati qualifiée pour la Coupe du monde ! », Radio télévision suisse,‎ 15 octobre 2009 (consulté le 30 mars 2014)
  62. Samuel Jaberg, « Mondial 2010: l'exploit de la Suisse face à l'Espagne », Swissinfo,‎ 16 juin 2010 (consulté le 30 mars 2014)
  63. Samuel Jaberg, « Le rêve suisse se brise sur la défense hondurienne », Swissinfo,‎ 25 juin 2010 (consulté le 30 mars 2014)
  64. a et b « A vos marques, prêts, tirez ! », Eurosport (France),‎ 24 juin 2010 (consulté le 30 janvier 2015)
  65. « La Suisse éliminée de l’Euro 2012! », Le Figaro,‎ 7 octobre 2011 (lire en ligne)
  66. « La Suisse finit par un joli succès pour l'honneur », Radio télévision suisse,‎ 11 octobre 2011 (consulté le 30 mars 2014)
  67. Vincent Duchesne, « L’Allemagne prend l’eau en Suisse », Le Figaro,‎ 26 mai 2012 (lire en ligne)
  68. « La Suisse bat le Brésil en amical! Merci Alves », Radio télévision suisse,‎ 14 août 2013 (consulté le 30 mars 2014)
  69. Renat Kuenzi, « Le soleil brésilien brille déjà sur le football suisse », sur swissinfo.ch,‎ 14 octobre 2013 (consulté le 30 mars 2013)
  70. (en) « Qualifying round : Group E », UEFA (consulté le 30 mars 2014)
  71. « La Nati récolte les fruits et séduit Köbi », FIFA,‎ 25 octobre 2013 (consulté le 30 mars 2014)
  72. « La Suisse encore gâtée par le tirage au sort », 24 heures,‎ 6 décembre 2013 (lire en ligne)
  73. « FIFA Mondial: Seferovic libère une Suisse crispée », Radio télévision suisse,‎ 15 juin 2014 (consulté le 1er juillet 2014)
  74. « FIFA Mondial: Naufrage total de la Suisse contre la France », Radio télévision suisse,‎ 20 juin 2014 (consulté le 1er juillet 2014)
  75. « FIFA Mondial: Schär, "la pression était énorme" », Radio télévision suisse,‎ 25 juin 2014 (consulté le 1er juillet 2014)
  76. « FIFA Mondial: l'Albiceleste brise le rêve de la Suisse », Radio télévision suisse,‎ 1er juillet 2014 (consulté le 1er juillet 2014)
  77. « Vladimir Petkovic reprendra les commandes de la Nati après Ottmar Hitzfeld », sur arcinfo.ch,‎ 23 décembre 2013 (consulté le 29 janvier 2015)
  78. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Statistiques et résultats de l'équipe A », sur football.ch (consulté le 23 janvier 2014)
  79. Marc-André Miserez, « L'équipe nationale en campagne sans sa croix », Swissinfo,‎ 5 décembre 2007 (consulté le 22 janvier 2015)
  80. a et b « La Nati dévoile son nouveau maillot à croix », 20 minutes,‎ 2 mars 2010 (lire en ligne)
  81. sportinformation, « Avenir moins sombre pour la Suisse ? », L'Express,‎ 13 octobre 1989, p. 23 (lire en ligne)
  82. Jean-François Fournier, « Créateur de mode, Jorge Campos est encore gardien et buteur des Mexicains », Le Nouveau Quotidien,‎ 5 juillet 1994, p. 23 (lire en ligne)
  83. a et b Nicolas Jacquier, « Un nouveau surnom, s’il vous plaît! », Le Matin,‎ 14 juin 2010, p. 30
  84. (en) Davide Rota, « Swiss Players in Italy », RSSSF (consulté le 14 mai 2014)
  85. (en) Erik Garin, « Swiss Players in France », RSSSF (consulté le 14 mai 2014)
  86. Emanuele Saraceno, « Köbi Kuhn et le «Swiss Timing» », L'Impartial,‎ 13 octobre 2006, p. 1 (lire en ligne)
  87. a et b Jean Le Bail, « L'Europe adore les p'tits Suisses », L'Équipe,‎ 12 décembre 2013 (consulté le 14 mai 2014)
  88. a et b (en) Erik Garin et Roberto Mamrud, « Switzerland - Record International Players », RSSSF (consulté le 19 novembre 2014)
  89. a et b (de) « Hermann hat neu 118 Länderspiele absolviert », 20 minutes,‎ 9 décembre 2009 (lire en ligne)
  90. Ducret 1994, p. 21
  91. Ducret 1994, p. 44
  92. Ducret 1994, p. 75
  93. Ducret 1994, p. 93
  94. Ducret 1994, p. 96
  95. Ducret 1994, p. 134
  96. Ducret 1994, p. 156
  97. Ducret 1994, p. 151
  98. Ducret 1994, p. 237
  99. Ducret 1994, p. 289
  100. « Shaqiri, le diamant suisse », sur uefa.com,‎ 27 septembre 2010 (consulté le 29 janvier 2015)
  101. « Ce qu'il faut savoir sur la Suisse », L'Équipe,‎ 1er juillet 2014 (consulté le 29 janvier 2015)
  102. « Shaqiri rejoint le top 5 des meilleurs buteurs suisses en Coupe du monde », Radio télévision suisse,‎ 3 juillet 2014 (consulté le 29 janvier 2015)
  103. a et b Samuel Jaberg, « Ces «bons migrants» qui font le bonheur du foot suisse », Swissinfodate=18 juin 2014 (consulté le 25 janvier 2015)
  104. AFP, « Mondial-2014: la Suisse au Brésil avec les promesses de la génération Shaqiri », Yahoo!,‎ 12 octobre 2013 (consulté le 14 mai 2014)
  105. « Behrami: «Je suis aussi Albanais, mais je dois tout à la Suisse» », Tribune de Genèvedate=10 septembre 2012 (consulté le 14 mai 2014)
  106. Nicolas Jacquier, « La Suisse balkanique sera opposée à ses racines », Le Matin,‎ 9 septembre 2012 (consulté le 14 mai 2014)
  107. Mathias Froidevaux, « Philippe Senderos », Swissinfo,‎ 4 mars 2008 (consulté le 14 mai 2014)
  108. Ducret 1994, p. 12
  109. « Petkovic remplacera Hitzfeld », L'Équipe,‎ 23 décembre 2013 (consulté le 14 mai 2014)
  110. « Staff technique », sur football.ch (consulté le 28 janvier 2015)
  111. « Coupe du monde de la FIFA, Suisse 1954 », FIFA (consulté le 6 avril 2014)
  112. Christophe Remise, « Les 8 stades de l'Euro », Le Figaro,‎ 2 décembre 2007 (lire en ligne)
  113. « L'équipe de Suisse logera à Weggis », Le Matin,‎ 19 janvier 2014 (lire en ligne)
  114. (en) Karel Stokkermans, « World Cup 1930-2014 », RSSSF (consulté le 30 janvier 2015)
  115. (en) Karel Stokkermans, « European Championship », RSSSF (consulté le 30 janvier 2015)
  116. (en) Lars Aarhus, « Football Tournament of the Olympic Games - Overview », RSSSF (consulté le 30 janvier 2015)
  117. a et b (en) « Face à face Suisse-Italie », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
  118. a et b (en) « Face à face Suisse-Allemagne », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
  119. a et b (en) « Face à face Suisse-Allemagne de l'Ouest », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
  120. a et b (en) « Face à face Suisse-Hongrie », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
  121. a et b (en) « Face à face Suisse-Autriche », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
  122. a et b (en) « Face à face Suisse-France », sur wildstats.com (consulté le 10 janvier 2015)
  123. Mis à jour en janvier 2015
  124. (en) « Face à face Suisse-Pays-Bas », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
  125. (en) « Face à face Suisse-Suède », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
  126. (en) « Face à face Suisse-Tchécoslovaquie », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
  127. (en) « Face à face Suisse-Belgique », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
  128. (en) « Face à face Suisse-Angleterre », sur wildstats.com (consulté le 10 janvier 2015)
  129. a et b (en) « Face à face Suisse-Portugal », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
  130. (en) « Face à face Suisse-Union soviétique », sur wildstats.com
  131. (en) « Face à face Suisse-Russie », sur wildstats.com
  132. a et b « Classement mondial FIFA/Coca-Cola », sur fr.fifa.com (consulté le 220 janvier 2015)
  133. (de) Werner Bosshard, « Die Zuschauer der Schweizer Fussball-Nationalmannschaft », sur limmatverlag.ch (consulté le 27 janvier 2015)
  134. Mathias Froidevaux et Matthew Allen, « Une marée rouge et blanche déferle sur l'Allemagne », Swissinfo,‎ 20 juin 2006 (consulté le 27 janvier 2015)
  135. Simon Meier, « Le retour de la marée rouge », Le Temps,‎ 12 octobre 2009 (lire en ligne)
  136. « La Suisse peut encore rêver de Coupe du monde », Swissinfo,‎ 27 mars 2005 (consulté le 27 janvier 2015)
  137. ap, « La Suisse envahie par le bonheur », L'Express,‎ 19 novembre 1993, p. 32 (lire en ligne)
  138. P. H., « Des chiffres parlants », L'Express,‎ 8 janvier 1996, p. 12 (lire en ligne)
  139. a et b (de) « Meistgesehene Sendungen SRF seit 1985 » [PDF], Schweizer Fernsehen (consulté le 27 janvier 2015)
  140. (de) « 1,73 Millionen sahen Schweizer Out », Blick,‎ 27 juin 2006 (lire en ligne)
  141. Agence télégraphique suisse, « La TSR s’attend à des années plus difficiles », Le Temps,‎ 3 février 2009 (lire en ligne)
  142. (de) « Fussball-WM und Olympische Spiele dominierten », Tages-Anzeiger,‎ 5 janvier 2011 (lire en ligne)
  143. Agence télégraphique suisse, « 370'000 téléspectateurs pour Espagne-Pays-Bas sur la TSR », 24 heures (Suisse),‎ 12 juillet 2010 (lire en ligne)
  144. « Suisse-Argentine a fait un véritable carton à la télé », 20 minutes (Suisse),‎ 2 juillet 2014 (lire en ligne)
  145. (it) « I mondiali di calcio alla RSI fanno il pieno d'ascolti! », Radiotelevisione svizzera di lingua italiana,‎ 14 juillet 2014 (consulté le 27 janvier 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Ducret, Le livre d’or du football suisse, Editions L'Age d'homme,‎ 1994, 370 p. (ISBN 2-8251-0602-X, présentation en ligne)
  • (de) Beat Jung, Christian Koller, Fabian Brändle, Jürg Ackermann et Thomas Knellwolf, Die Nati : Die Geschichte der Schweizer Fussball-Nationalmannschaft, Verlag Die Werkstatt,‎ 2006, 416 p. (ISBN 3895335320, présentation en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]