Kiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kiev
Київ
Blason de Kiev
Héraldique
Drapeau de Kiev
Drapeau
Image illustrative de l'article Kiev
Administration
Pays Ukraine Ukraine
Subdivision Ville à statut spécial
Chef de l'administration Volodymyr Makeyenko (uk)
Maire Vitali Klitschko
Code postal 01000 — 06999
Indicatif tél. +380 44
Démographie
Population 2 845 023 hab. (2013)
Densité 3 391 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 27′ 13″ N 30° 30′ 59″ E / 50.45361, 30.51639 ()50° 27′ 13″ Nord 30° 30′ 59″ Est / 50.45361, 30.51639 ()  
Altitude 179 m
Superficie 83 900 ha = 839 km2
Divers
Fondation 640
Statut Ville depuis 1494
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Kiev

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte administrative d'Ukraine
City locator 14.svg
Kiev

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte topographique d'Ukraine
City locator 14.svg
Kiev
Liens
Site web kievcity.gov.ua
Sources
Liste des villes d'Ukraine

Kiev (en ukrainien : Київ 'kɪjiu̯], Kyïv, Kyiv ; en russe : Киев ; en polonais : Kijów 'kʲijuf], Kiev) est la capitale et la plus grande ville d'Ukraine. C'est aussi la capitale de l'oblast de Kiev et une des plus anciennes villes de Ruthénie (au sens large). Elle comptait 2 845 023 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Site[modifier | modifier le code]

La vieille ville est construite sur des collines surplombant le fleuve Dniepr (Dnipro en ukrainien). La ville actuelle s'étend sur les deux rives du fleuve, près de son confluent avec la Desna.

Climat[modifier | modifier le code]

Kiev bénéficie d'un climat continental. Si on se réfère à la classification de Köppen il est de type Dfb (climat tempéré froid sans saison sèche avec été tempéré). La neige recouvre le sol en moyenne 97 jours par an entre mi-novembre et fin mars. La hauteur de neige atteint en moyenne 20 cm en février (maximum de 440 cm). Le record de précipitations reçues sur une année est de 925 mm en 1933. L'année la plus sèche a été 1975 avec seulement 395 mm de précipitations reçues.

  • Température record la plus froide: -32,2 °C (février 1929)
  • Température record la plus chaude: 39,9 °C (août 1898)
  • Nombre moyen de jours avec neige dans l'année: 80
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année: 146
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année: 28
  • Nombre moyen de jours avec tempête de neige dans l'année: 10
Relevé météorologique de Kiev
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −7 −6,2 −1,8 4,9 10,1 13,4 14,6 14,1 9,5 4,4 −0,6 −4,3 4,3
Température moyenne (°C) −4,3 −3,3 1,3 8,9 15,1 18,3 19,5 18,9 13,8 7,9 1,8 −2 8
Température maximale moyenne (°C) −1,5 −0,2 5 13,6 20,4 23,6 24,9 24,4 19,2 12,1 4,4 0,4 12,2
Record de froid (°C) −31,1 −32,2 −24,9 −10,4 −2,4 2,4 5,8 3,3 −2,9 −17,8 −21,9 −30 −32,2
Record de chaleur (°C) 11,1 17,3 22,4 29,1 33,6 35 39,4 39,9 33,8 29,5 23,2 13,4 39,9
Précipitations (mm) 38 37 36 49 53 75 85 56 58 37 51 46 621
Source : Le climat à Kiev (en °C et mm, moyennes mensuelles)Pogoda.ru.net


Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transport à Kiev.
Landsat de Kiev.

La ville possède un réseau de trois lignes de métro d'une longueur totale de 54,8 km. Sa construction remonte à la seconde moitié du XXe siècle. Une quatrième ligne est en cours de construction. L'étendue de la ville et l'éloignement entre les stations — plus proche du métro londonien que du métro parisien — exige pour le compléter un dense réseau de bus, trolleybus et tramway. Alors que les projets de construction et d'agrandissement du réseau sont loin d'être achevés, à partir de la seconde moitié des années 2000, ce système de transport en commun arrive à saturation. Les probables explications sont multiples : forte croissance de l'activité économique, augmentation de la population active et étudiante et émigration d'origine rurale.

Alors qu'à la même époque, la majorité des villes européennes construisaient de nouvelles lignes de tramway, la ville de Kiev a détruit une partie de ses lignes durant les années 1990. Une politique inverse est de nouveau à l'étude. Il y a 21 lignes. À Kiev il y a aussi les autobus (70 lignes) et trolleybus (39 lignes).

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

Ancienne gare ferroviaire de Kiev (fin du XIXe siècle).
Gare ferroviaire actuelle de Kiev.

La vieille gare de Kiev a été construite entre 1868-1870 par l'architecte V. Vychnevetskyi. La gare actuelle a été construite entre 1927-1932 et conçue par O. Verbytskyi. Elle est accessible depuis le métro 1.

Trains de banlieue[modifier | modifier le code]

La compagnie PZZ, (Ukrainian: Південно-Західна залізниця) est une composante de la société Ukrzaliznytsia. Elle gère les transports ferroviaires de la région de Kiev.

Il y a 5 directions d'elektrichka (train de banlieue) à partir Kiev :

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Kiev est desservi par trois aéroports :

Administration[modifier | modifier le code]

Kiev est la capitale de l'Ukraine depuis 1934 et contient donc les principaux organes du gouvernement (résidence présidentielle, parlement, ministères, offices nationaux).

Kiev est une municipalité indépendante de l'oblast du même nom et gérée au niveau national. Cependant, le gouvernement de l'oblast est situé dans la ville.

D'un point de vue administratif, la transcription en alphabet latin du nom de la ville est « Kyiv » depuis la décision du 14 octobre 1995 adoptée par la Commission ukrainienne de la terminologie officielle[1]. Cette orthographe correspond davantage à la prononciation réelle du nom que l'ancienne orthographe « Kiev » car le « e » est atténué et donne un son semblable à celui d'un « i ». De plus, cette transcription est plus proche de l'orthographe ukrainienne, qui est la langue très majoritairement parlée dans la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rus' de Kiev.

La grande ville de Kiev rendait hommage aux Khazars ; le nom de Kiev provient du prénom d'un des princes slaves fondateurs de la ville : Kyi, l'ainé des quatre fondateurs de la ville avec Shchek, Khoryv et leur sœur Lybid. Durant son histoire, Kiev, l'une des plus vieilles villes d'Europe de l'Est, passa par plusieurs étapes, de la grandeur jusqu'à une relative obscurité.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L'archéologie a montré que le site de Kiev a connu une très longue occupation humaine depuis le Paléolithique jusqu'à nos jours. De très nombreuses découvertes ont été faites.

Les prémices[modifier | modifier le code]

La ville fut probablement fondée au Ve siècle et fonctionna comme pôle commercial entre Constantinople et la Scandinavie. Entre les VIe et VIIe siècles s'est formé le centre pré-urbain sur la colline Zamkova. Le site couvrait alors 4 hectares et devait être protégé par une palissade de terre et de bois, semblable à celle que les archéologues ont retrouvée sur la colline voisine Starokievska, protégeant un autre site pré-urbain de même époque, d'environ deux hectares. Là se trouvait le centre du pouvoir politique et religieux, comme le prouve la découverte du sanctuaire dédié à Svjatovit-Rod.

C'est entre les VIIIe et IXe siècles que Kiev, centre pré-urbain des Poljanes, se transforme en une ville importante d'environ 11 hectares. Les princes commencent alors le rassemblement des tribus slaves auxquelles ils imposent la tournée fiscale appelée poljudie. Le nom de Kiev paraît pour la première fois dans la Chronique des Temps Passés (Povjest vremennykh let s. a. 862). Trois frères, Kij, Scek et Khoriv sont présentés comme les fondateurs de Kiev qui, en réalité, est déjà un centre politique affirmé.

En 882, Kiev fut prise par Oleg (en ukrainien Oleh), un Varègue, le successeur de Riourik, prince (kniaz) de Novgorod et elle devint la capitale du premier État ruthène (la Rus' de Kiev, connu en Europe sous le nom de Principauté de Kiev.).

Le christianisme grec y fut introduit peu de temps après par Olga (ou Olha), la régente de Kiev (945-964) ; puis il fut imposé par Vladimir Ier (980-1015), considéré comme le véritable fondateur de l'empire de Kiev.

Expansion économique et développement artistique[modifier | modifier le code]

Iaroslav le Sage

C'est au cours des IXe et XIIIe siècles que Kiev connaît un développement urbain et architectural exceptionnel, rendu possible par l'exploitation de la célèbre route des Varègues aux Grecs, le long de laquelle s'organise un commerce important vers Constantinople, bien régulé par les traités de commerce de 912, 945 et 971.

Profitant de cette croissance économique, le prince Vladimir veut construire un État centralisé dont Kiev doit être la capitale. Après avoir échoué dans sa tentative de s'appuyer sur le dieu païen Péroun, Vladimir est baptisé à Chersonèse en 989 par le clergé byzantin et épouse la princesse porphyrogénète Anne. Il entend alors doter Kiev, sa capitale à l'architecture en bois, du signe visible de sa nouvelle foi en confiant à des maîtres grecs la construction d'une merveilleuse cathédrale en brique et en pierre, décorée de somptueuses fresques et mosaïques, l'église de la Sainte-Mère-de-Dieu, dite de la Dime (989 - 993). Elle est érigée au cœur de la ville nouvelle dit « ville de Vladimir », à proximité du marché des Grands-mères (Babyn torzok). Cette œuvre d'urbanisme sera encore amplifiée sous le règne de son fils et successeur, Jaroslav le Sage (1018 - 1054). La ville de Jaroslav est dessinée autour de trois bâtiments majeurs, les monastères Saint-Georges et Sainte-Irène qui bordent la voie qui conduit à la merveille du septentrion, la cathédrale Sainte-Sophie de Kiev (1037 - 1041), comme la désigne le métropolite Hilarion dans son célèbre Dit sur la Grâce et la Foi.

Sur la rive gauche du Dniepr, dominant le fleuve de quelque 70 mètres, se dresse par ailleurs Kiev, dont les 400 églises, les 8 marchés et la foule innombrable de ses habitants provoquèrent, en 1018, l'admiration de l'évêque Thietmar de Mersebourg.

L'apogée[modifier | modifier le code]

Kiev est alors une ville importante qui rassemble plus de 30 000 habitants répartis sur les 80 hectares de la ville haute et les 150 hectares de la ville basse ou podol. Cette croissance urbaine, qui voit se multiplier les monuments religieux, est couronnée par la fondation, hors de Kiev, mais à proximité de la ville, du célèbre monastère des Grottes (Petcherska Lavra) en 1051, sous la direction d'Antoine, puis de Théodose.

Siège de la chaire métropolitaine de Kiev, lieu de rayonnement d'églises et de monastères d'inspiration byzantine, résidence princière mais aussi centre de production de manuscrits, Kiev brille alors de toute sa splendeur. L'alliance avec la dynastie des Rurikides est recherchée par les principales cours européennes. Le roi de France Henri Ier en fera venir Anne, fille du prince Jaroslav, qu'il épousera en 1049.

Le déclin[modifier | modifier le code]

Il s'amorce peu après la mort de Jaroslav en 1054. Le système successoral de frère à frère engendre de longs et violents conflits entre oncles et neveux dont l'enjeu est la possession du trône de Kiev. En conséquence, ces conflits affaiblissent la ville et en font une proie tentante pour les peuples de la steppe, les Polovtsi. C'est en 1169 que Kiev succombera sous les coups du prince de Vladimir, Andréj Bogoljubskij à la tête d'une coalition princière. La ville est pillée et mise à sac. Ce n'est que le début d'un long déclin, marqué par un nouveau sac perpétré en 1203 par Rjurik Rostislavic, avant la prise de la ville, ou plutôt ce qu'il en restait après le passage des Tatars de Batu Khan le 6 décembre 1240. Cette fois-ci, c'en est bien fini pour Kiev de sa splendeur d'antan. En 1362, Kiev est prise une nouvelle fois par le prince Olgerd de Lituanie qui en fait un bien patrimonial pour son fils, Vladimir.

L'Union de Pologne-Lituanie et l'Hetmanat cosaque[modifier | modifier le code]

De 1363 à 1667, Kiev fait partie de l'Union de Pologne-Lituanie, qui devient, par l'Union de Lublin en 1569, la République des Deux Nations. À la fin du XVe siècle, Kiev adopte le droit de Magdebourg. Après l'union de Brest (1596), Kiev devient l'un des lieux majeurs de l'affrontement entre uniates et orthodoxes.

À la suite de la révolte des Cosaques de 1648, le hetman Bogdan Khmelnitski fait une entrée triomphante dans Kiev. Il cherche à établir un État ukrainien indépendant, l'Hetmanat cosaque. Cependant, la guerre avec la puissante armée polonaise devient très difficile, et Khmelnitski se tourne vers une alliance avec le tsar de Moscovie. Par le traité d'Androusovo de 1667, Kiev fait partie des territoires ukrainiens placés sous le protectorat de Moscou. Ces territoires seront incorporés par la suite dans l'Empire russe. L'Hetmanat cosaque disparaît officiellement sous le règne de la tsarine Catherine II.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, Kiev prit un certain essor grâce au développement du chemin de fer.

En 1834 fut fondée une université (aujourd'hui l'Université d'État de Kiev ou l'Université Tarass-Chevtchenko.

En 1917, à la suite de la révolution russe de la même année, Kiev devint la capitale de la nouvelle République populaire ukrainienne qui proclame son indépendance vis-à-vis de la Russie. La Rada centrale s'installe à Kiev et exerce le pouvoir législatif.

En 1920, la ville tomba aux mains des bolcheviks. Début de la période soviétique dans l'histoire de Kiev.

Kiev en ruine à la fin de la Seconde Guerre mondiale

En 1934, Kiev devint la capitale de la République socialiste soviétique d'Ukraine (RSSU) en remplacement de Kharkov.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle fut occupée par l'Allemagne nazie du 19 septembre 1941 au 6 novembre 1943, date de la reprise de la ville par l'Armée rouge. La ville fut gravement endommagée par cette occupation. Les 29 et 30 septembre 1941, dans un ravin situé à Babyn Yar (Babi Yar en russe) près de Kiev, les SS massacrèrent les juifs restés en Ukraine ; les autres avaient été déplacés au-delà de l'Oural par les troupes soviétiques durant l'année 1941. Le nombre de victimes de ce massacre est mal connu, mais les chiffres varient de 3 000 à 300 000 (voir Massacre de Babi Yar).

Arche de l'amitié

À la fin de la guerre, Kiev reçut le titre de Ville héros, au même titre qu'Odessa, Sébastopol et Kertch, autres villes ukrainiennes à avoir reçu ce titre pour commémorer la résistance féroce opposée aux troupes allemandes.

En 1991, après la chute de l'URSS, Kiev devient la capitale de l'Ukraine indépendante. La ville s'ouvre alors à l'économie de marché, son aspect se modernise rapidement et prend l'allure d'une grande capitale européenne. De nos jours Kiev concentre l'attractivité et les ressources du centre économique, financier et culturel de l'Ukraine.

En novembre 2004, Kiev devient le centre d'une vaste campagne de protestation pacifique (Révolution orange) qui confirme les choix démocratiques de la société ukrainienne.

En janvier 2014, de nombreuses personnes sont blessées par des cocktails Molotov. Il y a des explosions, des barricades sont érigées et de nombreux pneus sont enflammés[2].Les affrontements entre la police et les manifestants qui réclament la démission du Président Ianoukovitch font plusieurs centaines de blessés; plusieurs morts sont à déplorer. Fin janvier 2014, la contestation qui a débuté à Kiev semble s'étendre à l'ensemble du pays.

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[3] :

Évolution démographique
1742 1806 1840 1865 1897* 1913 1923*
15 000 27 200 44 700 71 400 247 723 626 600 422 975
1926* 1939* 1943 1959* 1970* 1979* 1989*
493 873 846 724 180 000 1 104 334 1 631 908 2 143 855 2 587 945
2001* 2008 2009 2010 2011 2012 2013
2 611 327 2 740 233 2 765 531 2 785 131 2 799 199 2 814 258 2 845 023


Année Fécondité Naissances Natalité Année Fécondité Naissances Natalité Année Fécondité Naissances Natalité
1990 1,51 31 632 12,0% 2000 0,88 18 954 7,3% 2010 1,30 32 082 11,5%
1991 1,39 28 981 10,9% 2001 0,89 19 360 7,4% 2011 1,29 32 068 11,4%
1992 1,24 25 632 9,7% 2002 0,94 21 156 8,1% 2012 1,38 33 887 12,0%
1993 1,11 22 853 8,6% 2003 0,98 23 275 8,8% 2013 33 305 11,7%
1994 1,05 21 507 8,1% 2004 1,07 25 884 9,8%
1995 1,04 21 115 8,0% 2005 1,11 26 258 9,8%
1996 0,98 20 039 7,6% 2006 1,13 28 101 10,4%
1997 0,95 19 648 7,5% 2007 1,16 28 445 10,4%
1998 0,88 18 304 7,0% 2008 1,23 31 965 11,6%
1999 0,87 18 323 7,0% 2009 1,30 32 488 11,7%

Kiev fait partie des rares capitales d'Europe orientale a connaître depuis la fin du communisme en Europe un accroissement total (naturel et migratoire) positif de sa population. La ville a toutefois connu un accroissement naturel négatif (plus de décès que de naissances) entre 1993 et 2007 qui a été cependant compensé par l'immigration durant cette période.

Le taux de natalité en 2013 de 11,7 pour mille (contre de 12,0 pour mille en 2012) était supérieur de 5 points à la moyenne nationale tandis que le taux de mortalité était de 9,8 pour mille la même année (contre un taux de 9,8 pour mille en 2012) était inférieur d'environ 65 pour cent à la moyenne nationale.

Au xxe siècle, la ville a connu des changements importants de sa composition ethnique. La dislocation de l'Union soviétique a amplifié un peu le mouvement comme le montrent les tableaux officiels ci-après. Globalement, la part des Ukrainiens a fortement augmenté passant ainsi de 31% en 1874 à 82% en 2001, tandis qu'au cours de la même période la part des Russes a chuté de 58% à 13% de la population. Au niveau national (pour toute l'Ukraine) en 2001, les Ukrainiens représentent 67%, les Russes 30%, et les autres 3%[4], ce qui montre d'une part, que la proportion des Ukrainiens à Kiev est plus forte que dans le reste du pays, et d'autre part que la proportion des autres est plus forte aussi, ce qui se retrouve également dans d'autres capitales.

Répartition de la population entre 1874 et 2001
Nationalité 1874[5] 1897[6] 1919[7] 1926[8] 1939[9] 1959[10] 1970[11] 1979[11] 1989[12] 2001[12]
Ukrainiens  38,6  31,43%  55,1  22,22%  128,7  23,64%  216,5  42,28%  450,6  53,21%  663,9  60,11%  1056,9  64,76%  1455,6  67,89%  1863,7  72,45%  2110,8  82,22%
Russes  58,2  47,42%  134,3  54,20%  232,1  42,65%  125,5  24,51%  139,5  16,47%  254,3  23,02%  373,6  22,89%  474,4  22,13%  536,7  20,87%  337,3  13,14%
Juifs  12,9  10,53%  30,0  12,08%  114,5  21,07%  140,3  27,40%  224,2  26,48%  153,5  13,90%  152,0  9,31%  132,2  6,17%  100,6  3,91%  17,9  0,70%
Polonais  7,9  6,41%  16,6  6,69%  36,8  6,77%  13,7  2,68%  11,8  1,39%  8,5  0,77%  9,7  0,59%  10,5  0,49%  10,4  0,40%  6,9  0,30%
Total  122,7  100,00%  247,7  100,00%  544,4  100,00%  512,1  100,00%  846,7  100,00%  1104,3  100,00%  1631,9  100,00% 2143,9   100,00%  2572,2  100,00%  2567,9  100,00%
Répartition détaillée en 2001
Rang Nationalité/Communauté Nombre Pourcentage
1 Ukrainiens 2 110 767 82,23 %
2 Russes 337 323 13,14 %
3 Juifs 17 962 0,70 %
4 Biélorusses 16 549 0,64 %
5 Polonais 6 924 0,27 %
6 Arméniens 4 935 0,19 %
7 Azéris 2 567 0,10 %
8 Tatars 2 451 0,10 %
9 Géorgiens 2 352 0,09 %
10 Moldaves 1 927 0,08 %
11 Bulgares 1 524 0,06 %
12 Arabes 1 426 0,06 %
13 Allemands 1 123 0,04 %
14 Grecs 901 0,04 %
15 Ouzbeks 688 0,03 %
16 Chinois 505 0,02 %
Autres 11 134 0,43 %
Inconnu/Non précisé 45 895 1,79 %
Total 2 566 953 100 %

Structure par âge[modifier | modifier le code]

0-14 ans: 14.1% en augmentation (homme 203,453/femme 192,111)
15-64 ans: 73.3% en diminution (homme 962,391/femme 1,093,183)
65 ans et plus: 12.6% en augmentation (homme 129,293/femme 223,285) (2013 officiel)

Âge médian :

total: 37.6 ans en augmentation
homme: 35.4 ans en augmentation
femme: 39.9 ans en augmentation (2013 officiel)

Économie[modifier | modifier le code]

Kiev est un centre industriel, scientifique, culturel et d'éducation important de l'Europe orientale. C'est le siège de nombreuses entreprises de haute technologie, d'institutions universitaires, de musées connus mondialement[réf. nécessaire] et d'institutions artistiques.

Universités[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Activités / Événements culturels[modifier | modifier le code]

En mai, les visiteurs de Kiev peuvent découvrir le festival du printemps. Les week-ends, les rues du centre-ville (comme le fameux Khrechtchatik) sont fermées à la circulation des véhicules au profit des piétons. Au mois d'août se tient le Festival international du film de Kiev ou Stozhary.

Chaque année la ville accueille les IEM (Intel Extrem Master) OP KOREAN SKILL.

En juillet 2011, Kiev a accueilli le 68e congrès international de la jeunesse qui rassemble des participants venant du monde entier et dont la langue de travail est l'espéranto.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Le centre spirituel et patrimonial de la ville est la laure des Grottes de Kiev et la cathédrale Sainte-Sophie de Kiev. La cathédrale, commencée en 1017 et achevée en 1037, a été conçue pour émuler la splendeur des églises byzantines. Bien qu'elle soit consacrée à la « sainte sagesse », comme la grande cathédrale de Constantinople, elle a une forme très différente. Plutôt qu'un unique dôme hémisphérique s'élevant au-dessus du corps du bâtiment, Sainte-Sophie possède 13 dômes en forme de bulbe. Le dôme central est doré et un peu plus grand que les autres qui sont verts, et tous ont des lanternes dorées.

Bâtiments d'importances[modifier | modifier le code]

Palais Maryinsky
Concert sur Maïdan

Kiev compte aussi plus d'une cinquantaine de gratte-ciel construits quasiment tous depuis les années 2000.

Marchés[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Trois clubs de football jouent en première division ukrainienne: Dynamo Kiev, Arsenal Kiev et le FC Obolon Kiev (2011-2012).

Hockey sur glace  : HK Sokil Kiev

Basketball : BC Kiev

Stades[modifier | modifier le code]

Spécialité de Kiev[modifier | modifier le code]

Gâteau de Kiev

Gâteau de Kiev (ukrainien: "Київський торт"), à base de noisette et de meringue. Produit par la confiserie Karl Marx depuis 1965.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Kiev.
Voir la catégorie : Décès à Kiev.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Kiev est en partenariat avec :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gauvard, Claude (dir.), De Libera, Alain, Zink, Michel, Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, Quadrige/PUF, 2002, p. 803-804.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • S. Franklin & J. Shepard, The Emergence of Rus' 750-1200, Londres-New York, 1996 (Longman History of Russia).
  • B. A. Kolcin, Drevnjaja Rus', gorod, zamok, selo, /La Russie ancienne, Ville, château, village, Moscou, 1985 (Arkheologija SSSR).
  • H. RÜSS, "Das Reich von Kiev", Handbuch der Geschichte Russlands, Tome 1, Lief. 3, P; 199-232, Lief. 4/5, pp. 233-392, lief. 6, pp. 393-429.
  • P. P. Tolocko, Drevnij Kiev (Kiev ancien), Kiev, 1983.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.uazone.net/Kiev_Kyiv.html
  2. Kiev : la place de l'Indépendance transformée en camp retranché lepoint.fr 24 janvier 2014
  3. (ru) Recensements de 1959, 1970 et 1979 sur www.webgeo.ru(uk) Office des statistiques d'Ukraine : Статистичний збірник «Чисельність наявного населення України на 1 січня 2008 року» [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2008 »]. [1] ; Статистичний збірник «Чисельність наявного населення України на 1 січня 2010 року» [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2010 »]. [2] ; Статистичний збірник «Чисельність наявного населення України на 1 січня 2011 року» [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2011 »]. [3]
  4. Recensement de 2001 : Population par nationalité
  5. Обзор данных о населении г. Киева по однодневной переписи, произведенной в 1874 г. — Реферат д. чл. П. П. Чубинского, читанный в годичном собрании Юго-Зап. Отдела 23 марта 1875 г.
  6. Первая всеобщая перепись населения Российской Империи 1897 г. Распределение населения по родному языку и уездам. г. Киев
  7. Перепись г. Киева 16 марта 1919 г. = Перепис м. Київа 16 березня 1919 р./ Киев. губ. стат. бюро ; [авт. предисл. Ал. Волков]. — Киев : [Б. и.] , 1920
  8. Національний склад населення за переписом 1926 р. у Києві та Київському округу
  9. Всесоюзная перепись населения 1939 г. Распределение городского и сельского областей союзных республик по национальности и полу. г. Киев
  10. Національний склад центральних областей за переписами 1959 та 1989 рр.
  11. a et b Демоскоп — Итоги переписи населения Украины 2001 года
  12. a et b Всеукраїнський перепис населення 2001 р. — Національний склад Києва

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :