Berne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berne (homonymie).
Berne
Bern
Blason de Berne
Héraldique
Image illustrative de l'article Berne
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Berne-Mittelland
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Bethlehem bei Bern, Bümpliz, Eymatt, Felsenau, Gäbelbach, Matzenried, Neubrück, Niederbottigen, Oberbottigen, Riedbach, Riedern bei Bern, Tiefenau, Waldau
Communes limitrophes :
..., Wohlen, Bremgarten, Zollikofen, Ittigen, Ostermundigen, Muri, Köniz
Maire Alexander Tschäppät
Code postal 3000
N° OFS 0351
Démographie
Gentilé Bernois
Population 124 381 hab. (31 décembre 2010)
Densité 2 410 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 56′ 57″ N 7° 26′ 50″ E / 46.9490904, 7.4473572 ()46° 56′ 57″ Nord 7° 26′ 50″ Est / 46.9490904, 7.4473572 ()  
Altitude 542 m
Superficie 5 162 ha = 51,62 km2
Divers
Nom officiel Bern
Nom français Berne
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Berne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Berne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Berne
Liens
Site web www.bern.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]
Logo de la ville de Berne.

Berne, appelée Bern en allemand et Berna en italien et en romanche, est la cinquième[3] ville de Suisse et la capitale du canton de Berne. Depuis 1848, Berne est la ville fédérale[4], à savoir le siège du gouvernement fédéral suisse[5], sans cependant avoir le statut de capitale[6].

La commune de Berne compte 137 919 habitants en 2013.

C'est une ville germanophone. 353 462 habitants forment l'agglomération bernoise (660 000 pour la région métropolitaine). Elle est traversée par la rivière Aar et se situe à environ 30 km au nord des Alpes. Elle est inscrite au patrimoine culturel mondial de l'UNESCO, grâce à son patrimoine médiéval urbain qui a réussi à traverser les siècles.

Berne est membre de l'Organisation des villes du patrimoine mondial et d'autres organisations mondiales.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Berne se trouve sur le plateau suisse, dans le canton de Berne, un peu à l'ouest du centre de la Suisse et à 20 km au nord des Alpes bernoises. Le paysage autour de Berne a été formé par des glaciers au cours de la dernière glaciation. Les deux montagnes les plus proches de Berne sont le Gurten avec une hauteur de 858 mètres et le Bantiger avec une hauteur de 947 mètres. Le site de l'ancien observatoire astronomique de Berne est le point d'origine du système de coordonnées suisse CH1903, et se trouve à 45° 56′ 55″ N 7° 27′ 51″ E / 45.94861, 7.46417 () (46°57′08.66″N 7°26′22.50″E en coordonnées ellipsoïdales CH1903).

La ville a été construite à l’origine sur une péninsule formée par un méandre de l’Aar, mais ne dépassera ces frontières naturelles qu’au cours du XIXe siècle. Un certain nombre de ponts ayant été construits pour permettre à la ville de se développer au-delà de la rivière.

Berne est construite sur un sol très inégal. Il existe plusieurs dizaines de mètres de hauteur de différence entre les quartiers près de l'Aar (Matte, Marzili) et les plus élevés (Kirchenfeld, Länggasse).

Berne a une superficie de 51,6 km2. De cette superficie, 20,2 % sont utilisés à des fins agricoles, tandis que 33,5 % sont des forêts. Sur le reste de la zone, 44,2 % est habité (bâtiments ou routes) et le reste (2,1 %) fait partie des régions non-productives (rivières ou glaciers)[7].

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La municipalité est divisée administrativement en six arrondissements(Stadtteile), dont chacun se compose de plusieurs quartiers (Quartiere).

Quartiers de Berne


Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Berne est semi-continental, influencé par sa position sur le plateau suisse et à proximité des Alpes. Ainsi les hivers sont froids et régulièrement neigeux, et les étés relativement chauds et humides.

Relevé météorologique de Bern Liebefeld-altitude : 565 m (période 1961-1990)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,7 −2,4 −0,1 3 6,9 10,1 12,1 11,7 9 5,3 0,5 −2,6 4,2
Température moyenne (°C) −1 0,8 3,9 7,6 11,8 15,2 17,5 16,7 13,6 8,9 3,4 0 8,2
Température maximale moyenne (°C) 2,2 4,6 8,5 12,6 17,2 20,6 23,5 22,7 19,4 13,7 7,1 3 12,9
Précipitations (mm) 66 58 70 84 108 121 104 113 84 73 81 67 1 028
Nombre de jours avec précipitations 10 10 11 12 14 12 10 11 8 8 10 10 126
Source : MétéoSuisse www.meteosuisse.ch
Climat de Berne
Climat de Berne


Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation et développement de Berne[modifier | modifier le code]

Vers 1638

Le duc Bertold V de Zähringen a fondé la ville au bord de l'Aar en 1191[8] et l'aurait nommé d'après le nom de l'ours (Bär en allemand) qu'il avait tué. Berne a été faite ville libre d'Empire par l'empereur Frédéric II en 1218[8] après que Berthold V soit décédé sans héritier.

En 1353, Berne a rejoint la jeune Confédération suisse, devenant l'un des principaux membres du nouvel État.

Après un incendie en 1405, la ville est entièrement reconstruite en molasse. Elle en garde encore aujourd'hui une bonne partie de sa physionomie.

Vers 1830

La ville a envahi et conquis le canton d'Argovie en 1415 et celui de Vaud en 1536, ainsi que d'autres petits territoires, devenant ainsi la plus grande cité-État du nord des Alpes.

Elle a été occupée par les troupes françaises en 1798 au cours des guerres de la Révolution française[8], lorsqu'elle fut dépouillée de la plupart de ses territoires.

Capitale de la Confédération[modifier | modifier le code]

En 1831, la ville devint la capitale du canton de Berne et en 1848, elle est devenue la capitale suisse (ou plus précisément « la ville fédérale »). En 1884, la ville ouvre la quatrième bourse des valeurs de Suisse[9], après Genève, Bâle, Lausanne, et Zurich.

Vers 1890

Entre 1885 et 1886, Berne fut le lieu d'une conférence qui avait pour objectif de dresser un accord international sur les droits d'auteur. Cet accord est aujourd'hui encore connu sous le nom de convention de Berne[8]. Un certain nombre de congrès socialistes de la Première Internationale et de la Deuxième Internationale ont eu lieu à Berne, en particulier durant la Première Guerre mondiale, lorsque la Suisse était neutre.

Évolution territoriale[modifier | modifier le code]

Les frontières de la ville se sont élargies à l'ouest jusqu'à la presqu'île formée par la rivière Aar. Initialement, la tour Zytglogge marquait la limite ouest de la ville, ou du moins de 1191 jusqu'à 1256, lorsque le Käfigturm a pris ce rôle jusqu'en 1345, année où la frontière a de nouveau était remplacée par le Christoffelturm (aujourd'hui située près de la gare) jusqu'en 1622.

Pendant la Guerre de Trente Ans, deux nouvelles fortifications, connues sous le nom de petites et grandes Schanze, ont été construites pour protéger l'ensemble de la zone de la péninsule. La protection par ces édifices a été suffisante pour la croissance de la prospérité de la ville de Berne durant le XIXe siècle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Berne a une population de 137 919 d'habitants (en 2013), dont 22,5 % sont de nationalité étrangère. Au cours des 10 dernières années, la population a diminué d'un taux de -1,4 %. La majorité de la population (en 2000) parle l'allemand (81,2 %), l'italien étant la seconde langue la plus courante (3,9 %) et le français étant troisième (3,6 %).

Durant l'élection de 2007, le parti le plus populaire a été le PSS, qui a reçu 29,1 % des voix. Les trois autres partis les plus populaires ont été le parti des Verts (24,9 %), l'UDC (16,7 %) et le PLR (15,7 %).

La répartition par âge de la population (en 2000) se répartit comme suivant : les enfants et les adolescents (0-19 ans) représentent 15,1 % de la population, tandis que les adultes (20-64 ans) représentent 65 % et les personnes âgées (plus de 64 ans) représentent 19,9 %. L'ensemble de la population suisse est généralement bien formé.

Berne a un taux de chômage de 3,22 %. En 2005, il y avait 773 personnes employées dans le premier secteur économique et environ 104 entreprises actives dans ce secteur. 16 484 personnes sont employées dans le secteur secondaire et il y a 1 094 entreprises de ce secteur. 131 659 personnes sont employées dans le secteur tertiaire, avec 7 638 entreprises de ce secteur[7].

Répartition par âge de la population
Pyramide des âges


Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Berne.

Berne est gouvernée par un Conseil législatif (Stadtrat) de 80 membres et un Conseil exécutif (Gemeinderat) de 5 membres.

En 2005, les représentants du Parti socialiste suisse et ceux des partis Verts détiennent la majorité dans les deux conseils. Pour cette raison, ce sont eux, collectivement nommés « Rouge-Vert-Centre » (Rot-Grün-Mitte), qui déterminent la politique de la ville, même si aucun accord de coalition n'existe, et que dans le cadre du système de démocratie directe qui prévaut en Suisse, la plupart des questions importantes sont réglées par référendum. Les autres grands partis politiques de Berne sont le Parti libéral-radical et l'Union démocratique du centre.

Culture[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Mairie de Berne
L'Aar à Berne
L'ancien Magasin à blé

Musées[modifier | modifier le code]

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

De nombreuses personnalités ont une histoire liée à la ville de Berne :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Le marché aux oignons
  • La foire de Berne (BEA Expo)
  • La course féminine suisse (Frauenlauf)
  • Le carnaval de Berne (en février)
  • Le Gurten Festival
  • Le Jazz festival
  • Le festival de musiques de rue
  • Le Grand Prix de Berne (course à pieds)
  • Le Swiss Grand Prix (course automobile qui se déroula chaque année jusqu'en 1954 à Bremgarten/BE. Actuellement, la course est une démonstration de voitures anciennes)

Plan[modifier | modifier le code]

Plan de Berne

Médias[modifier | modifier le code]

Journaux[modifier | modifier le code]

Radios[modifier | modifier le code]

  • Energy Bern
  • Capital FM
  • RaBe

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Télébärn

Économie[modifier | modifier le code]

Organisation internationale[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Des joueurs club Bernois de hockey sur glace.

Transport[modifier | modifier le code]

36 % des trajets se font en voiture, moto, etc., 43 % en transports publics, et 21 % à pied, à vélo, etc. À titre de comparaison, les chiffres sont respectivement de 49, 34 et 17 à Lausanne, et de 34, 40 et 26 à Bâle[10].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

  • Réseau de trolleybus, de autobus urbains et de trams de BERNMOBIL.
  • Réseau de bus, de tram et de trains (à voie étroite) de RBS (Regionalverkehr Bern – Solothurn, trafic régional Berne – Soleure).
  • Plusieurs lignes de car postaux
  • Deuxième plus grand réseau RER (S-Bahn) du pays.
  • Le funiculaire Wabern – Gurten (la petite montagne emblématique de Berne).
  • Le funiculaire Marzili – Ville.

Lignes ferroviaires[modifier | modifier le code]

La principale gare de Berne
Article détaillé : Gare de Berne.

Berne se trouve sur les lignes ferroviaires :

Aéroport[modifier | modifier le code]

À environ 10 km du centre de la ville se situe l'aéroport de Berne-Belp (Belpmoos). Des vols de ligne et charters à destination de plusieurs villes européennes et de Tunisie desservent quotidiennement Berne.

Autoroutes[modifier | modifier le code]

Vue panoramique[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de la vieille ville depuis la cathédrale

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté en 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Office fédéral de la statistique > Thèmes > 01 - Population > Etat et structure de la population > blank > Indicateurs > Répartition territoriale > Agglomérations
  4. « Pas de loi fédérale pour régler le statut de Berne en tant que ville fédérale » (consulté le 29 janvier 2010) : « Ce d'autant plus que la loi sur l'organisation du gouvernement et de l'administration (LOGA) dispose que la ville de Berne est le siège du Conseil fédéral, des départements et de la Chancellerie fédérale et que la nouvelle loi sur l'Assemblée fédérale dispose que la ville de Berne est le siège de l'Assemblée fédérale. Ces deux dispositions légales suffisent amplement, aux yeux du Conseil fédéral, à légitimer le rôle particulier de Berne en tant que ville fédérale »
  5. « Berne (commune) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  6. « Berne : Une loi pour la ville fédérale ? », sur domainepublic.ch (consulté le 26 septembre 2008)
  7. a et b Swiss Federal Statistical Office accessed 29-May-2009
  8. a, b, c et d http://fr.ca.encarta.msn.com/encyclopedia_761572983/berne.html
  9. Histoire de la Bourse - Site de la bourse suisse [1]
  10. Page 18 Rapport final du Projet d'Agglomération Lausanne-Morges. Consulté le 13.01.2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]