Carlos Tévez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carlos Tévez
Carlos+Tevez+FC+Juventus+v+FC+Juventus+B+Pre+rdOZ6G1KUiOl.jpg
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Italie Juventus
Numéro 10
Biographie
Nom Carlos Alberto Tévez[1]
Nationalité Drapeau de l’Argentine Argentine
Naissance 5 février 1984 (30 ans)
Lieu Ciudadela, Argentine
Taille 1,7 m (5 7)
Période pro. 2001
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1992-1996 Drapeau : Argentine All Boys
1997-2001 Drapeau : Argentine Boca Juniors
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
2001-2004 Drapeau : Argentine Boca Juniors 110 (38)
2004-2006 Drapeau : Brésil Corinthians 081 (51)
2006-2007 Drapeau : Angleterre West Ham 029 0(7)
2007-2009 Drapeau : Angleterre Manchester Utd 099 (34)
2009-2013 Drapeau : Angleterre Manchester City 148 (73)
2013- Drapeau : Italie Juventus 053 (26)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2001 Drapeau : Argentine Argentine -17 ans 012 0(3)
2003 Drapeau : Argentine Argentine -20 ans 011 0(0)
2004- Drapeau : Argentine Argentine 064 (13)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 17 septembre 2014

Carlos Alberto Tévez[1] (né le 5 février 1984 à Ciudadela, dans la banlieue de Buenos Aires en Argentine), est un footballeur international argentin, qui évolue au poste d'attaquant.

Il joue avec le club italien de la Juventus depuis le 26 juin 2013.

Surnommé Carlitos (en français : « le petit Carlos »), l'Apache[2] (en référence à Fuerte Apache, le quartier où il a grandi), il change de nom au moment de son transfert à Boca Juniors en 2001, remplaçant celui de sa mère (Martinez) par celui de son père adoptif (Tévez).

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années en Argentine[modifier | modifier le code]

Natif de Ciudadela dans le Grand Buenos Aires, il grandit à Fuerte Apache (surnom donné au quartier Ejército de los Andes de son vrai nom), quartier de la banlieue de Buenos Aires réputé pour son extrême dangerosité[3].

Carlos Tévez connaît une enfance particulièrement difficile. En effet, son père y est assassiné par un gang lorsqu'il a cinq ans[3]. À la même époque, Tévez reçoit accidentellement de l'eau bouillante sur le visage[3] et souffre alors de brûlures de troisième degré, qui lui valent de porter encore aujourd'hui une grande cicatrice de son oreille à sa poitrine. Sa mère connaissant notamment des problèmes de drogue, il est élevé par ses voisins, les Tévez[3]. À 12 ans, sa propre sœur lui envoie une balançoire en pleine mâchoire et lui fracasse les dents. Il porte aujourd'hui les stigmates de son enfance.

« J'ai le corps que j'ai et je ne veux pas en changer, même pour tout l'or du monde. Au départ, je pensais vraiment finir mes jours en ramassant des cartons, mais heureusement le football m'a sauvé. Aujourd'hui, quand je vois les types avec leur chariot, ça me révolte parce que j'aurais pu être à leur place. Mes cicatrices sont les témoignages de cette ancienne vie... [...] Je ne pouvais jamais sortir seul dans la rue, c'était trop dangereux. Le soir, c'était comme si on était à Beyrouth ! On entendait des coups de feu, des cris, des pleurs, et en sortant le matin il y avait souvent des morts sur le chemin de l'école. »

— Carlos Tévez[4].

Il déclare également que le football lui a permis de se sortir de cela :

« Sans le football, j'aurais terminé comme beaucoup d'enfants de mon quartier, je serais mort ou en taule ou drogué quelque part dans la rue. »

— Carlos Tévez[5].

Licencié dans le Club Atlético All Boys dès ses huit ans, il tâche de gagner de l'argent en jouant au football dans les tournois organisés dans les terrains vagues de son quartier, communément appelés potreros, ou comme cartonero[3]. Au total, il passera quatre ans à jouer avec les équipes de jeunes du All Boys.

Carlos Tévez avec la maillot de Boca Juniors

Il est rapidement repéré par le prestigieux club voisin de Boca Juniors mais ses dirigeants refusent de le laisser partir[3]. À l'âge de seize ans, il rejoint finalement le club Xeneize en 1997 de façon tumultueuse, après avoir quitté le nom de sa mère pour celui de ses voisins, considérés comme ses parents adoptifs[3]. Ce n'est qu'une fois ce changement de nom effectué qu'il pourra rejoindre le grand club de la capitale.

Sélectionné en équipe d'Argentine des moins de 17 ans[6], il débute sa carrière dans l’élite argentine avec Boca Juniors le 21 octobre 2001 face au Talleres de Córdoba[7] (défaite 1-0). L'année suivante, il inscrit le premier but de sa carrière pour Boca (alors entraîné par Óscar Tabárez) lors d'un match nul 1-1 contre les paraguayens du Club Olimpia en Copa Libertadores 2002.

Sous la direction de Carlos Bianchi, il remporte notamment le championnat d'Argentine Apertura en 2003, la Copa Libertadores 2003 (dont il est élu meilleur joueur après avoir marqué cinq buts, dont un en finale), et la Coupe intercontinentale 2003[8].

Ses performances lui valent d'être sélectionné en équipe nationale. Pendant l'été 2004, il est titulaire pour la Copa América 2004, que l'Argentine perd en finale, puis lors des Jeux olympiques d'Athènes, que l'équipe argentine olympique remporte et dont il termine meilleur buteur[9].

Auteur d'une très belle saison, il est finalement élu en 2004 footballeur de l'année en Argentine (en) et sud-américain de l'année (devançant de quelques voix le brésilien Robinho), et ce pour la deuxième fois d'affilée.

En trois ans passés avec le club porteño, Carlos a au total inscrit 38 buts en 110 matchs disputés, pour 4 titres remportés[10].

Les années MSI : découverte de l'étranger[modifier | modifier le code]

Carlos Tévez et Lula da Silva

Remarqué par de nombreux clubs européens, il est l'objet de tractations mais celles-ci ne sont pas concluantes. Après de brillantes saisons, il souhaite cependant absolument partir et signe finalement en décembre 2004 un contrat avec Media Sports Investments (MSI), qui offre une indemnité record de 22 millions de dollars au club argentin[11].

En janvier 2005, il est finalement transféré au club brésilien des Corinthians, propriété de MSI depuis quelques semaines[11]. Il remporte dès sa première saison le championnat brésilien de 2005[12], dont il est élu meilleur joueur[13] et dont il termine troisième meilleur buteur avec 20 buts marqués en 29 matchs[14].

Désireux de quitter le club brésilien, Tévez est transféré le 31 août 2006, avec son ami et compatriote Javier Mascherano, à West Ham, club anglais dont MSI a tenté de devenir précédemment propriétaire[15]. Ce transfert surprend de nombreux observateurs, qui s'attendaient à le voir arriver dans un club plus prestigieux. La saison commence difficilement pour lui, il n'a toujours pas marqué de but et lui et Mascherano passent plus de temps sur le banc que sur le terrain. Alors qu'il était remplaçant n'avait pas inscrit le moindre but, l'arrivée du nouvel entraîneur Alan Pardew lui permet enfin de se mettre en valeur. Il termine ainsi la saison sur une série de 7 buts en 10 matches, dont le dernier à Old Trafford face à Manchester United, et permet ainsi aux Hammers de se maintenir en Premier league[16].

Toutefois, la nature du transfert via MSI pose problème en Angleterre, et les clubs relégués pointent du doigt la non-conformité du transfert, notamment Kevin McCabe le propriétaire de Sheffield United. West Ham écope d'une amende de 8,5 millions de livres mais ne subit aucun point de pénalité et reste dans l'élite[16].

Manchester United[modifier | modifier le code]

Carlos Tévez jouant pour Manchester United

Lors de l'été 2007, Tévez est approché par de nombreux grands clubs (comme Chelsea, l'Inter[17] ou encore le Real Madrid[18]) Après un feuilleton de plusieurs semaines dû à un imbroglio juridico-financier, Carlitos se voit finalement prêté par son agent à Manchester United[19]. Alex Ferguson l'avait remarqué grâce à son but face aux Red devils qui permit de sauver West Ham lors de la dernière journée[20].

En deux saisons avec les Red Devils, Tévez remporte deux titres de champion d'Angleterre, une Ligue des champions et une Coupe du monde des clubs. Pourtant, il demande à quitter le club durant l'été 2009 en raison de son temps de jeu qu'il juge insuffisant, s'en prenant à l'attaquant Dimitar Berbatov, qui lui est préféré depuis son arrivée à Manchester United[21].

Manchester City[modifier | modifier le code]

De 2009 à 2011 : symbole de la montée en puissance du club[modifier | modifier le code]

Le 13 juillet 2009, son transfert à Manchester City, le grand club rival historique de Manchester United, est officialisé pour une somme de 35 millions d'euros[22]. Une somme démesurée pour son ancien entraîneur Alex Ferguson[23].

Le 27 août 2009, il marque son premier but en compétition lors de la League Cup contre Crystal Palace[24]. Le 19 janvier 2010, lors de la demi-finale aller de la Coupe d'Angleterre, Tévez marque un doublé face à son ancien club[25]. Il termine sa première saison à Manchester City avec un bilan de 22 buts en championnat[26], dont le premier triplé de sa carrière inscrit face à Blackburn Rovers[27], ce qui le fait terminer quatrième meilleur buteur du championnat[28]. À la fin de la saison, ses bonnes performances régulières lui valent une nomination au titre de joueur de l'année PFA, mais celui-ci est remporté par son ancien coéquipier Wayne Rooney[29].

Carlos Tévez sous les couleurs de Manchester City

En début de saison 2010-2011, il est nommé capitaine de City par l'entraineur Roberto Mancini[30]. Malgré des performances honorables, il fait part rapidement de son désir de quitter l'Angleterre pour rentrer en Argentine[26]. À la fin de la saison Carlos Tévez qualifie son équipe pour la ligue des champions en terminant a la 3e place du championnat[31] puis remporte son premier trophée avec Manchester City en battant Stoke City en finale de la FA Cup[32]. Il est ensuite nommé dans l'équipe type de la Premiere League au côté de Dimitar Berbatov[33] et nommé comme meilleur joueur de Premiere League, mais le trophée est remporté par le joueur de Tottenham Gareth Bale[34]. Il termine meilleur buteur du championnat d'Angleterre ex-aequo avec son ancien coéquipier Dimitar Berbatov de Manchester United[35].

Une troisième saison cauchemardesque[modifier | modifier le code]

Malgré ses très bonnes performances, Carlos Tévez souhaite toujours quitter le club mancunien[35], mais il finit par rester pour la saison 2011-2012. Il reste cependant cantonné à un rôle de remplaçant du fait des bonnes performances d'Edin Džeko, Mario Balotelli, Sergio Agüero, David Silva ou encore Samir Nasri, son brassard de capitaine lui est également retiré[36].

Le 27 septembre 2011, lors de la 2e journée de Ligue des champions contre le Bayern Munich, Carlos Tévez entérine le divorce avec Roberto Mancini en refusant d'entrer en jeu alors que son équipe est menée 2-0, selon les dires de son entraîneur. L'entraîneur italien déclare qu'il ne rejouera plus jamais à City[37]. Dès le lendemain, l'Argentin s'empresse de dire à la presse qu'il n'a jamais tenu ces propos[38]. Les dirigeants du club souhaitent mener une enquête et suspendent Carlos Tévez de toute activité au sein du club pour une période maximale de deux semaines[39]. Pour ce refus d'entrer en jeu, l'Argentin se voit infliger une amende de 1,15 millions d'euros (1 million de livres) par son club[40]. Mancini exige des excuses de la part du joueur auprès de lui et du club afin de le faire rejouer, ce que refuse Tévez[41]. L'affaire va si loin, qu'une benne à ordure aux couleurs des deux clubs mancuniens traverse la ville avec pour inscription : « Trash your Tévez shirt » (Jetez votre maillot de Tévez)[42] et que le joueur doit désormais être escorté par la police[43].

À la suite de cela, le joueur rentre en Argentine et refuse de revenir à Manchester à plusieurs reprises[44],[45],[46]. Dans cette affaire, le monde du football choisit son camp. Ainsi Harry Redknapp[47], Alex Ferguson[48] et Gabriel Batistuta[49] se rangent derrière la décision de Roberto Mancini tandis que l'Argentin est soutenu par Pablo Zabaleta[50], Alan Pardew[51], Javier Mascherano[52] ou encore Diego Maradona[53].

La signature de Carlos Tévez sur le maillot dédicacé et donné à un supporter français.

L'avenir de Tévez semblant inexorablement s'écarter de celui des Citizens, cela donne lieu à plusieurs mois de spéculations quant à sa prochaine destination. La presse l'envoie ainsi à l'Anzhi Makhatchkala[54], à Tottenham[55], à la Juventus[56], à Boca Juniors[57], chez les Corinthians[58] ou encore à l'Inter Milan[59]. Mais les rumeurs les plus insistantes sont celles qui l'envoient au Paris Saint-Germain et à l'AC Milan[60]. Finalement, Manchester City décide de le garder[61] à la suite d'un désaccord sur le montant du transfert avec le Milan.

Alors qu'il allait rentrer à Manchester, Tévez explique à la télévision argentine qu'il n'a pas refusé de jouer mais de s'échauffer puisque Mancini l'aurait « traité comme un chien »[62]. À la suite de cette déclaration il écope d'une nouvelle amende[63].

Le retour réussi[modifier | modifier le code]

Finalement, le 22 février 2012, Tévez s'excuse publiquement[64] et rejoue une semaine plus tard avec la réserve citizen[65]. Finalement il fera son retour au premier plan le 21 mars 2012, lors d'un match contre Chelsea. Alors que Manchester City est mené 0-1, Tevez rentre en jeu à la 66e minute. Son retour est plutôt bien reçu et applaudi par la plupart des supporters malgré quelques sifflements. Après que son compatriote Sergio Agüero ait transformé un penalty à la 78e, City revient à 1-1. Alors que le match nul se profilait, à la 85e, Carlos Tevez se distingue en donnant une passe décisif en pivot à Samir Nasri qui finit l'action en envoyant le ballon au fond du filet et donne l'avantage à City qui l'emportera 2-1.

Il rejoue en fin de saison et inscrit un triplé contre Norwich City le 14 avril 2012, relançant ainsi Manchester City dans la course au titre face à son grand rival United[66]. Finalement City sera sacré champion, en partie grâce au duo argentin retrouvé Aguero-Tévez. Le dimanche 12 août, lors du Community Shield opposant Manchester City à Chelsea, Tevez marque un magnifique but en pleine lucarne (City remportant le match par 3 buts à 2[67]). Il annonce après le match au micro de Sky Sports : « Je veux vraiment faire une belle saison. Je suis mieux maintenant et je ne pense qu’à jouer au football. Je me sens utile et apprécié ce qui est fondamental pour moi ». Ce qui prouve encore une fois toute son envie de reconquérir la Premier League[68].

Le 19 août 2012, lors de la première journée de Premier League, Tevez s'illustre encore en marquant le premier but de son équipe victoire 3-2 face au promu Southampton[69]. Tévez marque une nouvelle fois lors des deux journées suivantes, contre Liverpool puis Queens Park Rangers. Après quelques difficultés, entre petites blessures et problèmes avec la justice, Carlitos marque 6 buts en 4 matchs consécutifs dont un triplé contre Barnsley le 9 mars 2013.

Juventus[modifier | modifier le code]

Le 26 juin 2013, il signe pour la Juventus[70] après des semaines de tractations et pour un salaire de 5,5 millions d'euros par an. Le transfert s'élève à 9 millions d'euros + 3 millions d'euros en bonus versés à Manchester City à la fin de l'année.

Arrivé au club, on lui donne le numéro 10[71], que plus personne n'avait porté au club depuis le départ d'Alessandro Del Piero. Il dispute son premier match sous les couleurs bianconere le 18 août 2013 lors d'un succès 4-0 sur la Lazio[72] en Supercoupe d'Italie (il inscrit le 4e but), remportant par la même occasion son premier trophée avec la Juve.

Tévez s'acclimate bien à la « Vieille Dame » puisqu'il inscrit 4 buts lors de ses 6 premiers matchs, et inscrit son premier triplé au club lors d'une victoire 4-0 contre Sassuolo en Serie A le 15 décembre 2013[73].

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Tévez à la Coupe du monde 2010

Il est sélectionné pour la première fois en équipe nationale le 31 mars 2004, pour la réception de l'Équateur (1-0)[8]. Il s'impose très vite et pendant l'été, il est titulaire pour la Copa América 2004, que l'Argentine perd en finale aux tirs au but face au Brésil (2-2 a.p. ; 2 t.a.b. 4). Son premier fait d'armes en sélection est sa performance lors des Jeux olympiques de 2004 dont il termine meilleur buteur (huit réalisations en six matches, dont le but de la victoire lors de la finale face au Paraguay (1-0) ).

Sélectionné pour la Coupe du monde 2006, il y marque un but face à la Serbie-et-Monténégro (6-0), après un festival de dribbles. En Copa América 2007, il parvient en finale mais s'incline de nouveau face au Brésil (3-0). Puis lors de la Coupe du monde 2010, il est de nouveau sélectionné et inscrit deux buts face au Mexique (3-1) en 8e de finale.

Tévez vit en revanche une Copa América 2011 compliquée où il semble en manque de confiance et voit notamment son tir au but être arrêté par Fernando Muslera en quart de finale[74], ce qui qualifie l'Uruguay (1-1 ap ;4 t.a.b.5) en demi-finale et qui en finale remportera l'épreuve[75].

À la fin de l'année 2013, il compte soixante-quatre sélections en équipe d'Argentine pour treize buts.

Statistiques détaillées[modifier | modifier le code]

Tableau en club[modifier | modifier le code]

Statistiques de Carlos Tévez au 24 avril 2014[76]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Supercoupe UEFA Coupe du monde des clubs Total
Division M B M B M B C M B M B M B M B
2001-2002 Drapeau de l’Argentine Boca Juniors Primera División 11 1 - - - - - - - - - - - 11 1
2002-2003 Drapeau de l’Argentine Boca Juniors Primera División 32 11 - - - - CL 3 1 - - - - 35 12
2003-2004 Drapeau de l’Argentine Boca Juniors Primera División 23 12 - - - - CL 12 5 - - 1 0 36 17
2004-2005 Drapeau de l’Argentine Boca Juniors Primera División 9 2 - - - - CL 10+9 3+3 - - - - 28 8
Sous-total 75 26 - - - - - 34 12 - - 1 0 110 38
2005 Drapeau du Brésil Corinthians Serie A 38 25 6 4 - - - 13 7 - - - - 57 36
2006 Drapeau du Brésil Corinthians Serie A 9 5 - - - - CL 8+7 4+6 - - - - 24 15
Sous-total 47 30 6 4 - - - 28 17 - - - - 81 51
2006-2007 Drapeau de l'Angleterre West Ham Premier League 26 7 1 0 - - C3 2 0 - - - - 29 7
Sous-total 26 7 1 0 - - - 2 0 - - - - 29 7
2007-2008 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 34 14 2 1 - - C1 12 4 - - - - 48 19
2008-2009 Drapeau de l'Angleterre Manchester United Premier League 29 5 9 8 1 0 C1 9 2 1 0 2 0 51 15
Sous-total 63 19 11 9 1 0 - 21 6 1 0 2 0 99 34
2009-2010 Drapeau de l'Angleterre Manchester City Premier League 35 23 7 6 - - - - - - - - - 42 29
2010-2011 Drapeau de l'Angleterre Manchester City Premier League 31 20 6 3 - - C3 7 0 - - - - 44 23
2011-2012 Drapeau de l'Angleterre Manchester City Premier League 13 4 1 0 - - C1 1 0 - - - - 15 4
2012-2013 Drapeau de l'Angleterre Manchester City Premier League 34 11 7 5 1 1 C1 5 0 - - - - 47 17
Sous-total 107 55 21 11 1 1 - 13 0 0 0 0 0 142 67
2013-2014 Drapeau de l'Italie Juventus Série A 30 18 1 0 1 1 C1+C3 6+5 0+1 - - - - 43 20
2014-2015 Drapeau de l'Italie Juventus Série A 3 2 0 0 0 0 C1 1 2 - - - - 4 4
Sous-total 32 19 1 0 1 1 - 12 3 - - - - 46 23
Total sur la carrière 350 152 40 27 3 2 - 108 36 1 0 3 0 505 217

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

Drapeau : Argentine Argentine olympique
 
Drapeau : Argentine Argentine


En club[modifier | modifier le code]

Drapeau : Argentine Boca Juniors
 
Drapeau : Brésil Corinthians
 
Drapeau : Angleterre Manchester United


Drapeau : Angleterre Manchester City
 
Drapeau : Italie Juventus

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b De son vrai nom Carlos Alberto Martinez.
  2. Bio de Tévez — sofoot.com
  3. a, b, c, d, e, f et g Véronica Brunati et Javier Pietro Santos, « Carlito's way », So Foot, no 69,‎ octobre 2009, p. 28-31
  4. David Appadoo, « Tévez, même pas mal ! », France Football, no 3392,‎ 12 avril 2011, p. 54 (ISSN 0015-9557)
  5. « Tévez sait d'où il vient », Eurosport, 15 juillet 2011.
  6. 182373/index.html « Statistiques de Tévez en sélection argentine », FIFA (consulté le 1er janvier 2011)
  7. (es) « Carlos Tevez », taringa.net.
  8. a et b « Carlos Tévez », Fluctuat.net (consulté le 1er janvier 2011)
  9. « Carlos Tévez, joueur argentin très prometteur ! », aquadesign.be, 10 juin 2009.
  10. Historia de Boca, « Partidos y goles de Tévez en Boca Juniors »,‎ 13 mars 2010
  11. a et b (en) « Is this man the new Abramovich or is he a front for the real thing? », Guardian,‎ 10 déc. 2004 (consulté le 1er janvier 2011)
  12. (pt) « Corinthians perde, mas, sub judice, conquista título do Brasileiro », esporte.uol.br, 4 décembre 2005.
  13. (en) « Bola de Ouro (Placar Magazine) », RSSSF.
  14. (en) « Tevez first to be named South America's top football player for 3rd straight year », Voice of America, 30 décembre 2005.
  15. (en) West Ham sign Tevez & Mascherano — BBC SPORT, 31 août 2006
  16. a et b « Carlos Tévez, un sauveur controversé », fluctuat.net, 15 mai 2007.
  17. Carlos Tévez : talent et foot-business — tf1.fr
  18. Real Madrid : La piste Tevez — football365.fr, 19 juin 2007
  19. (en) « Tévez set for United », The Daily Telegraph, 5 juillet 2007.
  20. « Tévez de West Ham, bientôt à Manchester United », fifa.com, 5 juillet 2007.
  21. « Tévez règle ses comptes avec Berbatov », maxifoot.fr, 27 juin 2009.
  22. « Pour 35 millions d'euros, Tévez passe chez le rival honni » Libération, 14 juillet 2009.
  23. (en) « Carlos Tévez overpriced at £25million, says Sir Alex Ferguson », Evening Standard, 21 juillet 2009.
  24. (en) « Crystal Palace 0 - 2 Manchester City », BBC, 27 aout 2009.
  25. (en) « Carlos Tévez surge leaves Manchester United reeling in Carling Cup », The Guardian, 19 janvier 2010.
  26. a et b « Tévez veut rompre son contrat », lebuteur.com 19 mai 2010.
  27. (en) « Tévez hat-trick sends Man City fourth », CNN, 11 janvier 2010.
  28. « Meilleurs buteurs de Premier League 2009-2010 », Yahoo.
  29. (en) « Rooney is PFA player of the year », BBC, 25 avril 2010.
  30. (en) « Skipper Tévez ready to exert influence », mcfc.co.uk, 18 août 2010.
  31. « City sera en Champions League », uefa.com, 10 mai 2011.
  32. « City grandit encore », sport24.com, 14 mai 2011.
  33. « Premier League : l'équipe type de la saison 2010-2011 », topmercato.com, 18 avril 2011.
  34. (en) « Spurs' Gareth Bale wins PFA player of the year award », BBC, 17 avril 2011.
  35. a et b « Tévez et Berbatov, les incompris », sport.fr, 24 mai 2011.
  36. « Tévez, un remplaçant de luxe à 10 M€/an », Foot Mercato, 24 septembre 2011.
  37. « Tévez fini à City », So Foot, 28 septembre 2011.
  38. « Tévez nie avoir tenu ces propos », L'Équipe, 28 septembre 2011.
  39. Carlos Tévez suspendu sur L'Équipe, le 29 septembre 2011.
  40. « Tévez: 1 million de livres d'amende » sur L'Équipe, le 26 octobre 2011.
  41. « Mancini prêt à pardonner Tévez », So Foot, 2 novembre 2011.
  42. « Un camion poubelle Carlos Tévez », RTBF, 21 octobre 2011.
  43. (en) « You are a disgrace, Tévez': Fans leave pennant on gate of Manchester City striker as row over his refusal to play continues », Daily Mail, 29 septembre 2011.
  44. « Tévez fait encore le con », So Foot, 10 novembre 2011.
  45. « Tévez snobe encore City », So Foot, 15 novembre 2011.
  46. « Tévez ne jouera plus pour Mancini », So Foot, 18 novembre 2011.
  47. « Redknapp charge Tévez », So Foot, 28 septembre 2011.
  48. « Ferguson félicite Mancini », So Foot, 30 septembre 2011.
  49. « Batistuta descend Tévez », So Foot, 22 novembre 2011.
  50. « Zabaleta soutient Tévez », So Foot, 29 septembre 2011.
  51. « Alan Pardew soutient Tévez », So Foot, 29 septembre 2011.
  52. « Marscherano défend Tévez », So Foot, 13 octobre 2011.
  53. « Maradona protège Tévez », So Foot, 23 octobre 2011.
  54. « Tévez tout proche d'Anzhi », Foot Mercato, 6 octobre 2011.
  55. « Les Spurs pensent à un Carlos Tévez à l'esprit revanchard », Foot Mercato, 23 octobre 2011.
  56. « La Juve sort le chéquier pour prendre Paris et Milan de vitesse », Foot Mercato, 10 décembre 2011.
  57. « Carlos Tévez plus proche de Boca Juniors que du PSG », 20 Minutes, 15 décembre 2011.
  58. « Les Corinthians veulent Tévez », Le Figaro, 28 décembre 2011.
  59. « L'Inter accélère sur le dossier Tévez », Foot Mercato, 4 janvier 2012.
  60. « L'imbroglio Tévez », So Foot, 13 décembre 2011.
  61. « Carlos Tevez reste à City », So Foot, 27 janvier 2012.
  62. « Tévez se met à nu à la télévision argentine », chronofoot.com, 13 février 2012.
  63. « Tévez, l’homme aux 12M€ d’amendes ! », sportune.fr, 16 février 2012.
  64. « Carlos Tévez s’excuse ! », Foot Mercato, 22 février 2012.
  65. « Carlos Tévez rejoue avec la réserve des Citizens », chronofoot.com, 29 février 2012.
  66. « Tévez par 3 », So Foot, 14 avril 2012.
  67. Community Shield : Manchester City-Chelsea (3-2) — football365.fr, 12 août 2012
  68. Carlos Tevez veut reconquérir City ! — footmercato.net, 16 août 2012
  69. Manchester City remercie Nasri — eurosport.fr, 19 août 2012
  70. (en) Transfer news: Juventus sign Carlos Tevez from Manchester City — skysports.com, 27 juin 2013
  71. (en) Carlos Tevez 'proud' to wear Juventus No 10 jersey after completing move from Manchester City — telegraph.co.uk, 27 juin 2013
  72. (it) Carlos Alberto Martínez Tévez sur Myjuve.it
  73. (it) Carlos Alberto Martínez Tévez — Partite Disputate: Totale - 2013/14
  74. « Le ciel tombe sur la tête de l'Argentine », Eurosport, 17 juillet 2011.
  75. « L'Uruguay remporte la Copa América et entre dans la légende », Le Monde, 25 juillet 2011.
  76. Statistiques de Carlos Tévez sur soccernet.espn.go