André-Pierre Gignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gignac.
André-Pierre Gignac
André-Pierre Gignac 2013.jpg
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Olympique de Marseille
Numéro 9
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 5 décembre 1985 (29 ans)
Lieu Martigues (France)
Taille 1,86 m (6 1)
Période pro. Depuis 2004
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1991-1995 Drapeau : France ES Fos-sur-Mer
1995-2002 Drapeau : France FC Martigues
2002-2004 Drapeau : France FC Lorient
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
2004-2007 Drapeau : France FC Lorient 071 (11)
2005-2006 Drapeau : France Pau FC 020 (8)[1]
2007-2010 Drapeau : France Toulouse FC 117 (41)
2010- Drapeau : France Marseille 168 (66)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2008- Drapeau : France France 21 0(5)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 23 décembre 2014

André-Pierre Gignac, né le 5 décembre 1985 à Martigues (France), est un footballeur international français qui évolue au poste d'attaquant à l'Olympique de Marseille.

Biographie[modifier | modifier le code]

André-Pierre Gignac commence à jouer au football à l'âge de cinq ans et demi à l'Étoile sportive fosséenne avant de poursuivre sa formation au FC Martigues. Lors de l'édition 2001-2002 de la Coupe Gambardella, il parvient à se hisser en demi-finale avec l'équipe martégale, éliminée par l'OGC Nice.

FC Lorient[modifier | modifier le code]

Gignac rejoint les moins de 18 ans du FC Lorient en 2002 puis intègre l'effectif professionnel, alors en Ligue 2, en 2004

Le FC Lorient gagne son premier match au Parc des Princes contre le PSG (3 à 2) le 5 août 2006. L'attaquant français s'impose par la suite sur le front de l'attaque au détriment notamment de Steve Marlet et Fabrice Fiorèse. Gignac marque les esprits en inscrivant un triplé lors de son premier match de Ligue 1 en tant que titulaire contre le FC Nantes. Au total, cette saison-là, il marque neuf buts en 37 matchs de championnat.

Toulouse FC[modifier | modifier le code]

En juin 2007, André-Pierre Gignac signe un contrat de quatre ans en faveur du Toulouse FC; un transfert controversé à cause d'un pré-contrat signé quelque temps plus tôt avec le Lille OSC. Hormis lors d'un match de Coupe UEFA à Sofia où il marque à la 96e minute le but qui qualifie le club pour la phase de poules, sa première saison dans la ville rose est terne. Recruté pour être associé à Johan Elmander en attaque, il est le plus souvent remplaçant et n'inscrit que deux buts en championnat cette saison-là. Le TFC vit par ailleurs une saison difficile, n'assurant le maintien en Ligue 1 qu'à l'issue de la dernière journée.

L'année suivante, tandis qu'Elmander rejoint Bolton, le nouvel entraineur Alain Casanova fait de Gignac son premier choix au détriment de l'international danois Søren Larsen. L'attaquant enchaine alors les bonnes prestations, signant notamment six doublés en championnat. Il est élu joueur de Ligue 1 du mois en septembre 2008 et en mars 2009.

À l'issue de la 29e journée, André-Pierre Gignac inscrit son dix-huitième but de la saison en championnat. Il bat ainsi le record de buts inscrits en première division par un avant-centre du TFC, dépassant d'une unité les 17 buts de Yannick Stopyra lors de la saison 1984-1985. Il termine la saison sur la première marche du podium des meilleurs buteurs du championnat avec 24 unités.

Après un début de saison 2009-2010 difficile, l'attaquant toulousain n'est pas épargné par les blessures (dents, adducteurs et pubalgie) et ne peut de ce fait pas participer au match de Coupe de France contre les Herbiers (victoire 1-0) et au match de Coupe de la Ligue contre l'AS Nancy-Lorraine (victoire 3-0). Il finit néanmoins la saison meilleur buteur du club pour la seconde fois consécutive.

Olympique de Marseille[modifier | modifier le code]

Le 20 août 2010, le Toulouse FC accepte une offre de dix-huit millions d'euros (hors bonus) pour le transfert de Gignac vers l'Olympique de Marseille, où ce dernier signe un contrat de cinq ans[2]. Sa venue est notamment due à José Anigo qui affirmait qu'il fallait recruter un grand gabarit devant et a donc préféré APG à Kevin Gameiro. Le 15 septembre 2010, André-Pierre Gignac entre pour la première fois au stade Vélodrome pour un match de Ligue des champions perdu 1 à 0 face au FK Spartak Moscou, malgré une lourde frappe de ce dernier sur le poteau qui aurait pu permettre aux Olympiens d'arracher le match nul. Il inscrit son premier but lors d'un match officiel le 2 octobre 2010 en ouvrant le score contre l'AS Saint-Étienne d'une reprise de volée du gauche sur une passe lobée de Lucho González. Gignac marque ses trois premiers buts en Ligue des champions le 3 novembre 2010 face aux Slovaques du MŠK Žilina pour une victoire 7-0 (plus large victoire à l'extérieur dans l'histoire des phases de poules de la compétition). Alors que sa première moitié de saison est des plus moroses, il démarre l'année 2011 en marquant cinq buts en six matchs, avant de se blesser. À la fin de sa première saison sous ses nouvelles couleurs, Gignac totalise 12 buts en 37 rencontres toutes compétitions confondues et fini meilleur buteur du club.

La saison 2011-2012 est sans aucun doute la pire d'APG au niveau personnel, malgré un stage de remise en forme à Merano préconisé par le club en pré-saison afin de retrouver son poids de forme. Il passe la première moitié de la saison sur le banc après le replacement de Loïc Rémy dans l'axe. Les supporters marseillais le critiquent souvent à cause de son poids jugé excédentaire pour un joueur professionnel. Il est raillé par la presse et le public de plusieurs stades de France, certains lui dédicaçant même quelques chants potaches à propos de sa corpulence. Une altercation se déroule avec Didier Deschamps, altercation au cours de laquelle APG lance même une bouteille d'eau à la figure de son entraineur. Il enchaine les blessures à partir de décembre et doit attendre les trois derniers matches pour pouvoir rejouer. Il marque 1 but pour 21 matches lors de cette saison (face à Auxerre, but qui scelle la rétrogradation du club bourguignon en Ligue 2). Cette mauvaise saison peut s'expliquer par ses blessures récurrentes, son hygiène de vie jugée "pas en adéquation avec celle d'un joueur de football professionnel" et sa relation tendue avec l'entraineur Didier Deschamps.

Après le départ de Didier Deschamps en Équipe de France, André-Pierre Gignac réalise un très bon début de saison 2012-2013 en inscrivant 12 buts lors de la première partie du championnat. Il permet notamment à son équipe de remporter les six premières journées, le meilleur début de saison de l'histoire de l’Olympique de Marseille. Ce regain de forme intervient après l'arrivée d’Élie Baup sur le banc marseillais et la méforme de Loïc Rémy. Lors de cette saison, il marque beaucoup de buts décisifs pour les victoires de l'OM (souvent sur le score de 1 à 0). Le 5 mai 2013, face à Bastia, André-Pierre Gignac marque un doublé décisif dans la course à la 2e place. Il finit la saison meilleur buteur du club pour la seconde fois. L'Olympique de Marseille fini deuxième et est encensé par les spécialistes pour sa solidité défensive, malgré le fait que beaucoup de supporters et de médias lui reprochent son manque de spectacle et son jeu jugé défensif.

Sa saison 2013-2014 est à l'image de la précédente, où il fait figure de pièce inamovible dans le système d'Élie Baup. Malgré des résultats mitigés pour son équipe, qui termine à la 6ème place (ce qui entraine le limogeage d'Élie Baup et son remplacement temporaire par José Anigo), il inscrit 16 buts en ligue1, et effectue une saison à 22 réalisations toutes compétitions confondues, faisant de lui le meilleur buteur du club de la saison pour la troisième fois. Certains observateurs lui reprochent tout de même son inefficacité lors du parcours de l'Olympique de Marseille en Ligue des champions, où l'OM termine dernier du "groupe de la mort" (Arsenal, Borussia Dortmund, Naples) avec zéro point au compteur, une première pour un club français dans cette compétition. Il marque malgré tout 4 buts en 2 matches de Coupe de France, dont un retourné acrobatique face à l'OGC Nice (élu plus beau but de la compétition par la LFP) et 2 buts en 2 matches de Coupe de la Ligue. Marseille n'accroche aucune qualification en coupe d'Europe, une première depuis dix ans pour le club, mais Gignac s'impose comme un cadre du vestiaire en même temps qu'un joueur très apprécié des supporters. En attestent les réactions à ses buts et ses remplacements, où son nom est très souvent scandé par les supporters marseillais.

Le début de saison 2014-2015 est le meilleur d'André-Pierre Gignac depuis ses débuts, collectivement et surtout individuellement. La plupart des spécialistes s'accordent à dire que cette réussite d'APG est liée au départ de José Anigo du club, à sa bonne hygiène de vie et surtout à l'arrivée de Marcelo Bielsa au poste d'entraineur. En effet, lors des matches amicaux de préparation, Gignac apparaît amincit et affuté comme jamais. Après deux premiers matches compliqués pour l'OM à Bastia, où Marseille mène 3-1 avant de se faire rejoindre en fin de partie (mais où Gignac marque tout de même deux buts), et surtout lors de la défaite face à Montpellier pour le premier match dans le nouveau Stade Vélodrome, le club enchaine 5 victoires consécutives en marquant 17 buts, n'en encaissant qu'un seul. Lors de la troisième journée face à Guingamp, Gignac donne la victoire à son équipe d'une reprise de volée sur un centre de Dimitri Payet. Lors de la cinquième journée, Gignac marque les deux premiers buts de l'Olympique de Marseille pour une victoire 3-0 face au Stade rennais, le troisième but étant inscrit par Romain Alessandrini sur coup-franc. Les Olympiens se déplacent ensuite sur la pelouse d'Évian (alors lanterne rouge) pour la sixième journée. Gignac ouvre le score après 20 secondes de jeu sur une passe en profondeur de Rod Fanni (victoire 3-1 de l'OM). Lors de la septième journée à Reims, il voit son penalty détourné par Johnny Placide en début de match mais inscrit un but de la tête dans la minute qui suit. Il récidive 12 minutes plus tard en inscrivant un nouveau but de la tête. L'Olympique de Marseille s'impose finalement 5-0 et impressionne la presse et les spécialistes footballistiques. Gignac comptabilise alors 8 buts après 7 journées (dont trois doublés) et domine le classement des buteurs de L1 devant Zlatan Ibrahimović, s'imposant encore plus comme un cadre de l'équipe, où il n'hésite pas à haranguer ses coéquipiers. Il est également le relai privilégié de Marcelo Bielsa auprès des autres joueurs du fait de son hispanophonie. Il est élu plusieurs fois "Olympien du match" et "Olympien du mois d'août" par les supporters marseillais. C'est le meilleur début de saison d'un attaquant en Ligue 1 depuis les 8 buts (dans les sept premières journées également) de David Trezeguet, lors de la saison 1999-2000 où l'AS Monaco remporta le titre de champion de France. Lors de la 9ème journée face à Caen, il marque le but de la victoire dans les dernières secondes du temps additionnel (victoire 2-1) d'un plat du pied en lucarne, confirmant ainsi son excellent début de saison, où il trône en tête du classement des buteurs de Ligue 1 avec 9 buts en 9 matches. L'OM caracole au classement du championnat, enchainant sa septième victoire consécutive en marquant notamment 21 buts. C'est donc logiquement qu'APG est appelé en Équipe de France par Didier Deschamps pour les matches amicaux de la sélection face au Portugal et à l'Arménie. Le 17 octobre 2014, il est élu "joueur du mois de septembre" en Ligue 1 avec 69% des suffrages. Il marque son onzième but de la saison à la 85e minute du match face à Bordeaux pour le compte de la 14e journée de Ligue 1 d'une tête décroisée qui bat Cédric Carrasso. Ce but permet à l'OM de prendre l'avantage après avoir été mené avant que Michy Batshuayi n'ajoute un troisième but en fin de match (victoire 3-1). Marseille récupère la première place du Championnat et APG la première place du classement des buteurs (à égalité avec Alexandre Lacazette) avec 11 buts en 14 matches. Face au FC Metz, il inscrit le premier but du match de la tête sur un centre de Dimitri Payet (victoire 3-1) et comptabilise ainsi 12 buts après 17 journées, à une unité d'Alexandre Lacazette.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Cet attaquant atypique réalise la plupart de ses buts depuis l'extérieur de la surface ou par le biais de gestes acrobatiques, attestant de son excellente qualité de frappe. Dans le jeu, son apport négligeable par le passé, s'avère devenir de plus en plus précieux pour l'avant-garde de son équipe. Le pressing et l'agressivité sont des qualités qui viennent couronner son travail sur le terrain, le poussant même en certaines occasions à venir porter main forte à sa défense. Qualité très rare et assez paradoxale pour un attaquant, Gignac est également à créditer de plusieurs arrêts sur sa ligne de but lors des phases de coup de pied arrêté. Sous les ordres de Marcelo Bielsa, il progresse au niveau du réalisme, son principal défaut depuis son arrivée à l'Olympique de Marseille selon les observateurs, mais également dans la construction du jeu, où il démontre sa capacité à jouer en pivot et à effectuer de longues transversales pour aérer le jeu. Il progresse tout autant dans le jeu de tête : en effet, il n'avait inscrit qu'un seul but de cette manière avant son arrivée à l'OM, alors qu'il en inscrit 8 entre octobre 2012 et septembre 2014 au sein du club phocéen.

En sélection[modifier | modifier le code]

Le 19 mars 2009, il est appelé par Raymond Domenech pour les deux matches de l'équipe de France face à la Lituanie dans le cadre des qualifications pour la Coupe du monde 2010. Lors de ce match, il entre en jeu à la 69e minute et délivre une passe décisive pour Franck Ribéry.

Le 25 mai 2009, il confirme son statut en étant à nouveau sélectionné pour les deux matches amicaux du mois de juin 2009 où il impressionne par sa capacité à se procurer des occasions.

Il marque son premier but en Bleu le 12 août 2009, lors du match aller contre les îles Féroé (1-0) comptant pour les qualifications de la Coupe du monde 2010.

Le 10 octobre suivant, il marque son premier doublé sous le maillot français lors du match retour face aux îles Féroé (5-0).

Le 11 mai 2010, le nom de Gignac apparaît dans la liste des 30 joueurs pré-sélectionnés pour participer à la Coupe du monde et il est retenu dans la liste définitive des 23 joueurs.

Le 29 août 2013, il est rappelé par Didier Deschamps en équipe de France après trois ans d'absence grâce à son bon début de saison avec l'OM[3].

Le 2 octobre 2014, il est de retour en équipe de France à la suite de la blessure d'Olivier Giroud et grâce à son début de saison tonitruant avec l'Olympique de Marseille (9 buts en 9 matches).

Le 14 octobre 2014, cinq ans jour pour jour après son dernier but en Bleus face à l'Autriche, André-Pierre Gignac renoue avec le chemin des filets en marquant en amical face à l'Arménie. Lors de ce match, il délivre également deux passes décisives pour Loïc Rémy et Antoine Griezmann (score final 3-0).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques d'André-Pierre Gignac au 24 novembre 2014[4]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B M B M B C M B M B M B
2004-2005 Drapeau de la France FC Lorient 2 13 2 - - 1 0 - - - - - 14 2
2005-2006 Drapeau de la France FC Lorient 2 1 0 1 1 1 1 - - - - - 3 2
2005-2006 Drapeau de la France Pau FC 3 20 8 - - - - - - - - - 20 8
2006-2007 Drapeau de la France FC Lorient 1 37 9 1 0 1 1 - - - - - 39 10
2007-2008 Drapeau de la France Toulouse FC 1 28 2 1 0 1 0 C1+C3 2+5 0+1 - - 37 3
2008-2009 Drapeau de la France Toulouse FC 1 38 24 5 3 1 0 - - - 3 - 47 27
2009-2010 Drapeau de la France Toulouse FC 1 31 8 1 0 2 1 C3 5 3 13 4 52 16
2010-2011 Drapeau de la France Olympique de Marseille 1 30 8 1 0 2 1 C1 5 3 - - 38 12
2011-2012 Drapeau de la France Olympique de Marseille 1 21 1 1 0 1 1 C1 4 0 - - 27 2
2012-2013 Drapeau de la France Olympique de Marseille 1 31 13 3 2 - - C3 6 3 - - 40 18
2013-2014 Drapeau de la France Olympique de Marseille 1 35 16 2 4 2 2 C1 5 0 1 - 45 22
2014-2015 Drapeau de la France Olympique de Marseille 1 14 11 - - - - - - - 4 1 18 12
Total sur la carrière 299 102 16 10 12 7 - 32 10 21 5 380 134

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Buts internationaux de André-Pierre Gignac
Date Lieu Adversaire Score Résultat Compétition
1. 12 août 2009 Tórsvøllur, Torshavn, îles Féroé Drapeau : Îles Féroé Îles Féroé 0-1 0-1 [5] Qualifications Coupe du monde 2010
2. 10 octobre 2009 Stade du Roudourou, Guingamp, France Drapeau : Îles Féroé Îles Féroé 1-0 5-0 [6] Qualifications Coupe du monde 2010
3. 10 octobre 2009 Stade du Roudourou, Guingamp, France Drapeau : Îles Féroé Îles Féroé 2-0 5-0 Qualifications Coupe du monde 2010
4. 14 octobre 2009 Stade de France, Saint-Denis, France Drapeau : Autriche Autriche 3-1 3-1 [7] Qualifications Coupe du monde 2010
5. 14 octobre 2014 Stade Républicain Vazgen Sargsyan, Erevan, Arménie Drapeau : Arménie Arménie 0-2 0-3 Match amical

Vie privée[modifier | modifier le code]

André-Pierre Gignac, de parents divorcés et dont le père faisait partie des gens du voyage[8], est le père de trois enfants dont l’aîné se prénomme André-Pierre « Junior », auquel il fait référence en célébrant chacun de ses buts le pouce dans la bouche. Son second enfant, Léonard, est né alors qu'il était en Afrique du Sud pour la Coupe du monde 2010. Son troisième enfant est une fille qu'il a appelé Grâce.

En avril 2010, il divorce de Stéphanie le Menarch.

Il est le cousin du défenseur Jacques Abardonado[9] et du milieu de terrain Yohan Mollo[10].

Son ami d'enfance est l'international Bafétimbi Gomis.

En mars 2010, il est attaqué par le Conseil de prud'hommes par son ancienne femme de ménage qu'il a employée pendant plus d'un an sans la déclarer. Poursuivi pour « licenciement sans cause réelle », il se voit également réclamer des dommages et intérêts pour « travail dissimulé »[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :