Équipe du Portugal de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe du Portugal de football féminin.

Drapeau : Portugal Équipe du Portugal

Écusson de l' Équipe du Portugal
Généralités
Confédération UEFA
Emblème L'Ordre du Christ
Couleurs Rouge, vert, blanc, bleu
Surnom Seleção das Quinas
Stade principal Estádio Nacional do Jamor
Classement FIFA en augmentation 7e (27 novembre 2014)
Personnalités
Sélectionneur Fernando Santos
Capitaine Cristiano Ronaldo
Plus sélectionné Luís Figo (127)
Meilleur buteur Cristiano Ronaldo (52)

Rencontres officielles historiques

Premier match 18 déc. 1921 (Drapeau : Royaume d'Espagne Espagne, 1-3)
Plus large victoire 8-0 (Drapeau : Liechtenstein Liechtenstein, 18 nov. 1994)
(Drapeau : Koweït Koweït, 19 novembre 2003)
(Drapeau : Liechtenstein Liechtenstein, 9 juin 1999)
Plus large défaite 0-10 (Drapeau : Angleterre Angleterre, 25 mai 1947)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 6
3e en 1966
Championnat d'Europe Phases finales : 6
Finaliste en 2004
Jeux olympiques 4e en 1996

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Portugal à la Coupe du monde 2014

L'équipe du Portugal de football (en portugais : Seleção portuguesa de futebol) est la sélection de joueurs portugais représentant le pays lors des compétitions internationales de football masculin, sous l'égide de la Fédération portugaise de football.

Créée en 1921, la sélection portugaise connaît son premier fait de gloire lors de la Coupe du monde 1966, au cours de laquelle elle élimine notamment le Brésil, double tenant du titre, et n'est éliminée qu'en demi-finale par le pays-hôte et futur vainqueur, l'Angleterre. Elle compte alors dans ces rangs Eusébio, vainqueur du Ballon d'or 1965 et meilleur buteur du tournoi, considéré comme l'un des meilleurs footballeurs de l'histoire.

Après une longue période de résultats décevants, le Portugal dispose depuis le début des années 2000 d'une des meilleures sélections en Europe, autour de Luís Figo puis de Cristiano Ronaldo, à leur tour du Ballon d'or. Lors de l'Euro 2004 qu'il organise, le Portugal est proche de remporter son premier titre international mais s'incline en finale contre la Grèce. Il a atteint à quatre autres reprises les demi-finales d'un tournoi international, lors des championnats d'Europe de 1984, 2000 et 2012 et lors de la Coupe du monde 2006.

La sélection portugaise est surnommée « Selecção das Quinas » en référence aux (as) Quinas, les petits blasons bleus de l'emblème national[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières années sans brio[modifier | modifier le code]

Premier match officiel contre l'Espagne le 18 novembre 1921.

La Fédération du Portugal de football est fondée en 1914 sous le nom d'Union portugaise de football (en portugais : União Portuguesa de Futebol), à l'initiative des trois associations régionales de football. Elle a pour but d'organiser des compétitions nationales (il n'y a jusqu'alors au Portugal que des tournois régionaux) et de mettre en place une sélection nationale représentant le Portugal dans les compétitions internationales. Avec l'entrée du Portugal dans la Première Guerre mondiale en 1916, ce 2e objectif ne se concrétise que plusieurs années plus tard. Le premier match officiel de la sélection est finalement organisé le 18 décembre 1921 contre l’Espagne à Madrid. Il se conclue par une défaite des Portugais sur le score de 3-1[2]. Quelques mois plus tard, la Fédération organise la première édition du Campeonato de Portugal, championnat national à élimination directe.

L'affiliation de l'Union Portugaise de football à la Fédération internationale de football association (FIFA) est officialisée en 1923[2]. Après plusieurs années de matchs amicaux, la sélection portugaise est invitée au tournoi de football des Jeux olympiques d'été de 1928 à Amsterdam. Ce tournoi, disputé par les meilleures équipes nationales du monde, est alors considéré comme le meilleur tournoi de football international, avant l’avènement de la Coupe du monde de football deux ans plus tard. Au tour préliminaire, le Portugal rencontre le Chili, qu'il bat 4-2 pour accéder au premier tour de la compétition. Il affronte alors la Yougoslavie, battue grâce à un second but à la 90e minute (2-1). L'aventure portugaise s’arrête en quart de finale avec une défaite contre l'Égypte (1-2)[3].

Comme la majorité des sélections européennes, le Portugal ne participe pas à la Coupe du monde de 1930 organisée en Uruguay. Il s'inscrit aux qualifications de la Coupe du monde suivante, organisée par l'Italie en 1934, mais en est éliminé après deux défaites contre l'Espagne (9-0 à Madrid et 2-1 à LisbonneVítor Silva est le seul buteur portugais). Quatre ans plus tard, il est de nouveau éliminé lors des tours préliminaires, cette fois par la Suisse sur terrain neutre à Milan (1-2)[4].

Après l'interruption du football international due à la Seconde Guerre mondiale, le Portugal retente sa chance en 1950 mais est de nouveau éliminé par l'Espagne. Repêchée de dernière minute après les forfaits de l'Écosse et la Turquie, la Fédération décline l'invitation pour le Brésil pour des raisons logistiques. Les tours préliminaires à la Coupe du monde de 1954, 1958 et 1962 ne rencontrent pas plus de succès, avec des éliminations au bénéfice de l'Autriche, de l'Irlande du Nord puis de l'Angleterre[4].

La Fédération du Portugal est membre de l'Union des associations européennes de football (UEFA) depuis sa création en 1954. Lors de la première édition du championnat d'Europe des nations, en 1960, le Portugal bat en éliminatoires la RDA mais s'incline en quart de finale face à la Yougoslavie, malgré une victoire à Lisbonne[5]. En 1964, le Portugal est éliminé dès le premier tour, par la Bulgarie en match d'appui[6].

La surprise portugaise de 1966[modifier | modifier le code]

Pour les qualifications pour la Coupe du monde de football de 1966, le Portugal affronte la Tchécoslovaquie, la Roumanie et la Turquie. Dirigés par le Brésilien Otto Glória, les Lusitaniens remportent les quatre premiers de leurs six matchs de qualification, et se qualifient ainsi pour la première fois à une phase finale de Coupe du monde[4].

En Angleterre, le Portugal tombe dans le Groupe C composé de la Hongrie, de la Bulgarie et du double tenant du titre, le Brésil. À la surprise générale, il termine premier de son groupe avec trois nettes victoires, face à la Hongrie (3-1, avec un doublé de José Augusto Torres et un but de José Augusto), la Bulgarie (3-0, buts de José Augusto Torres, d’Eusébio et d’Ivan Vutsov contre son camp) et enfin contre le Brésil (3-1, avec un doublé d’Eusébio et un but d’António Simões)[7].

Eusébio, O Pantera Negra, sous les couleurs de la Seleção en 1972.

En quart de finale, le Portugal affronte l'autre équipe surprise du tournoi : la Corée du Nord. Après 24 minutes de jeu, les Nord-coréens mènent trois buts à zéro. La réaction des Portugais est exceptionnelle : ils l'emportent finalement sur le score de 5 buts à 3, grâce à un quadruplé d’Eusébio[8]. En demi-finale, la Seleção affronte l’Angleterre. Le match est planifié à Liverpool, mais l'Angleterre étant l’hôte de la compétition, la FIFA décide de son transfert à Londres. Les locaux gagnent deux buts à un malgré une nouvelle réalisation d’Eusébio, et remportent finalement le tournoi[9]. Pour la troisième place, le Portugal défie l’URSS et son gardien de but Lev Yachine. Eusébio ouvre la marque mais Eduard Malofeev égalise avant la mi-temps. Deux minutes avant la fin, José Augusto Torres offre le podium aux Portugais (2-1)[10].

Avec neuf buts, Eusébio termine meilleur buteur de la compétition[8]. Cette troisième place constitue la meilleure performance de l’équipe du Portugal en Coupe du monde.

Long passage à vide (1966-1984)[modifier | modifier le code]

Malgré l'exploit de 1966, le Portugal manque la qualification pour l’Euro 1968 : en phase de groupe, la sélection est surprise à domicile par la Suède puis perd le match décisif pour sa qualification à Sofia face à la Bulgarie, qui se qualifie pour la suite[6]. Les Portugais terminent ensuite à une piètre 4e et dernière place lors des qualifications pour la Coupe du Monde de 1970 au Mexique, derrière la Grèce, la Roumanie et la Suisse[4]. La campagne de qualification pour l’Euro 1972 s'achève sur un nouvel échec, le Portugal étant devancé en phase de groupe par la Belgique malgré trois victoires sur le Danemark et l'Écosse[6].

Toujours en 1972, la Selecção das Quinas participe à la prestigieuse Coupe de l'Indépendance du Brésil, un tournoi qui célèbre le 150e anniversaire de l'indépendance du Brésil vis-à-vis du Portugal. Les Lusitaniens gagnent leurs deux phases de groupes, grâce à des victoires contre l'Équateur (3-0), l'Iran (3-0), le Chili (4-1) et la République d'Irlande (2-1), puis un succès contre l'Argentine (3-1), un match nul contre l'Uruguay (1-1) et une victoire contre l'Union soviétique (2-1). En finale, ils s'inclinent face au Brésil, champion du monde en titre, au Stade Maracanã, sur un but de Jairzinho en toute fin de match[11].

Ce parcours prometteur ne se traduit par lors des campagnes de qualification suivantes. Pour la Coupe du monde 1974, le Portugal est devancé par la Bulgarie, vainqueur à Sofia (2-1) et solide à Lisbonne au retour (2-2). Lors des éliminatoires de l'Euro 1976, le Portugal termine la phase de groupe derrière la Tchécoslovaquie et l'Angleterre, qu'il n'a pas réussi à battre. Pour la qualification à la Coupe du monde de 1978, le Portugal s'incline face à la rude concurrence de la Pologne, 3e du dernier mondial, revenu vainqueur du premier match du groupe à Porto. Pour l'Euro 1980, les Portugais intègrent un groupe homogène, dans lequel ils se mêlent à la course pour la qualification jusqu'à deux défaites à l'automne 1979 en Belgique puis à domicile contre l'Autriche. La campagne de qualification pour la Coupe du monde 1982 s'achève sur une nouvelle déception, l'équipe portugaise étant devancée par l'Écosse, l'Irlande du Nord et la Suède, dans un groupe dont les deux premières places sont qualificatives. Les victoires des Portugais sur les deux qualifiés à Lisbonne témoignent pourtant que la sélection avait ses chances cette fois-ci[4],[6].

Embellie puis reconstruction (1984-2000)[modifier | modifier le code]

Après un long passage à vide, la sélection portugaise arrive à se qualifier à l'Euro 1984, dix-huit ans après sa précédente phase finale. Les Lusitaniens dominent la Finlande et la Pologne et restent au contact de l'Union soviétique, grande favorite, jusqu'à un dernier match décisif à Lisbonne. Les Portugais l'emportent 1-0 grâce à Rui Jordão et devancent ainsi les Soviétiques d'un point. À l’Euro 1984 en France, le Portugal débute par un match nul et vierge face à l'Allemagne (RFA), finaliste de la dernière Coupe du monde, puis obtient un 2e point face à l'Espagne (1-1, but d’António Sousa). Lors du 3e match décisif pour la qualification en demi-finale, il bat la Roumanie (1-0, but de Tamagnini Nené)[12]. En demi-finale, le Portugal pose beaucoup de difficultés au pays organisateur, la France, mais malgré le doublé de Rui Jordão, il s’incline (2-3) après prolongation[13]. João Pinto et Fernando Chalana font partie de l'équipe-type du tournoi[14]

Les Portugais se qualifient pour une 2e phase finale d'affilée pour la Coupe du monde 1986 au Mexique, grâce à une victoire inattendue en RFA couplée à une défaite de la Suède lors du dernier match — l’évènement est connu comme le « miracle de Stuttgart » (en portugais : o milagre de Estugarda)[10]. La sélection commence bien grâce à une victoire contre l’Angleterre (1-0, but de Carlos Manuel), mais s’incline contre la Pologne (0-1) et contre le Maroc (1-3, but de Diamantino Miranda)[15]. L’équipe du Portugal termine à la dernière place du groupe, une déception après les promesses de 1984.

En 1990, 1994 et 1998, le Portugal manque la qualification pour la Coupe du monde, au bénéfice respectivement de la Belgique et de la Tchécoslovaquie, de l'Italie et de la Suisse, de l'Allemagne et de l'Ukraine[4]. Devancé par l'Italie puis par les Pays-Bas, il rate également les phases finales du championnat d'Europe de 1988 et 1992[6].

Seule exception, le Portugal parvient à se qualifier pour l’Euro 1996 (élargi de huit à seize équipes) en devançant nettement l'Irlande. Au cours des éliminatoires, il remporte au passage la plus large victoire de son histoire (8-0) contre le Liechtenstein à Lisbonne, le 18 novembre 1994[16]. Lors de la phase finale en Angleterre, le Portugal débute par un match nul (1-1, but de Ricardo Sá Pinto) face au Danemark, champion en titre, et parvient à terminer en tête de son groupe grâce à deux victoires contre la Turquie (1-0, but de Fernando Couto) et la Croatie (3-0, buts de Luís Figo, João Vieira Pinto et Domingos Paciência)[17]. En quart de finale, les Portugais sont battus par la République tchèque sur un exploit individuel de Karel Poborský (1-0)[18]. La même année, la sélection olympique du Portugal, limitée aux joueurs de moins de 23 ans, atteint la 4e place des Jeux olympiques[19].

Le football portugais tout proche de la consécration (2000-2008)[modifier | modifier le code]

Qualifié pour l'Euro en 2000, le Portugal de Humberto Coelho y affronte au 1er tour deux favoris, l’Allemagne et l’Angleterre. Menés deux buts à zéro par les Anglais après dix-huit minutes de jeu, le Portugal parvient à renverser le match de façon spectaculaire et l'emporter (3-2) grâce à Figo, João Pinto et Nuno Gomes[20]. À la dernière minute du 2e match, face à la Roumanie, Costinha marque le seul but de la rencontre, qui offre la qualification aux siens. Pour finir le Portugal surclasse l’Allemagne (3-0, triplé de Sergio Conceição)[10] et se présente en prétendant pour la victoire finale. La Turquie, rapidement réduite à dix, est écartée logiquement en quart de finale sur un doublé de Nuno Gomes (2-0)[21]. En demi-finale face à la France, championne du monde en titre, Nuno Gomes ouvre le score mais les Bleus s’imposent après prolongation (2-1) grâce à un but en or inscrit par Zidane sur pénalty, après une main du défenseur Abel Xavier dans la surface[22],[23].

Supporters Portugais lors de la finale de l'Euro 2004 face à la Grèce.

Fort de ce parcours, le Portugal fait partie de sérieux outsider pour la Coupe du monde 2002, organisée en Corée du Sud et au Japon. Le tournoi est pourtant un échec : surpris pour leur entrée en lice par les États-Unis (2-3)[24], les Portugais se rattrapent en écrasant la Pologne (4-0, avec un triplé de Pauleta) et n'ont besoin que d'un nul face à la Corée du Sud, pays hôte, pour poursuivre la compétition. Rapidement réduits à dix puis à neuf, ils concèdent le but éliminatoire (0-1) et terminent à la troisième place du groupe D[25].

Après l'échec de 2002, la sélection portugaise est entraînée par le champion du monde brésilien Luiz Felipe Scolari. Le Portugal est le pays organisateur de l’Euro 2004, qu'il ambitionne de remporter. Sa sélection fait bonne figure à domicile en parvenant en finale du tournoi, malgré un départ raté. Après une défaite en match d'ouverture (1-2) contre les Grecs, elle bat ensuite la Russie (2-0), élimine l'Espagne (1-0)[26], puis l'Angleterre aux tirs au but (2-2)[27] et les Pays-Bas (2-1) en demi-finale[28]. Ils retrouvent en finale leur premier adversaire, la Grèce, équipe surprise du tournoi qui confirme son succès initial (1-0)[29]. Cristiano Ronaldo, Maniche et Ricardo Carvalho font partie de l'équipe-type du tournoi.

Pénalty de Zidane en demi-finale de la Coupe du monde 2006 contre la France.

Le Portugal attaque la Coupe du monde 2006 en Allemagne avec ambition. Le Portugal écarte au premier tour l’Angola (1-0), l’Iran (2-0) et le Mexique (2-1), puis en huitième de finale les Pays-Bas (1-0), au terme d'un match particulièrement violent sanctionné par le record de cartons distribués au cours d'un match (16 cartons jaunes et 4 cartons rouges)[30]. En quart de finale le Portugal élimine l’Angleterre aux tirs au but (0-0 après prolongation, trois tirs aux but à un)[31]. Dominateur dans le jeu, le Portugal s'incline (1-0) en demi-finale contre la France sur un penalty marqué par Zinédine Zidane[32]. Les Portugais ne parviennent pas à égaler la performance de 1966, puisqu'ils s'inclinent lors de la petite finale contre l'Allemagne (3-1) et terminent à la quatrième place.

Lors de l'Euro 2008 disputé en Suisse et en Autriche, le Portugal confirme d'emblée son statut de favori face à la Turquie, grâce à des buts de Raul Meireles et Pepe (2-0), puis face à la République tchèque, battue trois buts à un. La qualification pour les quarts de finale est dès lors assurée[33]. Lors du troisième match de poule sans enjeu, Luiz Felipe Scolari aligne une équipe bis, battue deux buts à zéro par la Suisse. Les quarts de finale de l'Euro voit le Portugal affronter l'Allemagne. Les Portugais sont favoris mais après vingt-six minutes de jeu, l'Allemagne mène déjà deux buts à zéro. La réduction du score peu avant la mi-temps par Nuno Gomes laisse entrevoir quelques espoirs, mais les Allemands marquent de nouveau. Le Portugal réduit l'écart en toute fin de match mais ne parvient pas à égaliser[34].

Déception et reconstruction (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

Célébration portugaise lors de la Coupe du monde 2010.

Carlos Queiroz est nommé en juillet 2008 en remplacement de Scolari. Après plusieurs contre-performances lors des éliminatoires de la Coupe du monde, sa sélection n'obtient que de justesse une place en barrages, aux dépens de la Suède. Vainqueur deux fois par un but à zéro de la Bosnie-Herzégovine, les Portugais se qualifient finalement pour le mondial. Le tirage au sort leur vaut une place dans un groupe relevé, en compagnie du Brésil et de la Côte d'Ivoire. La préparation est plutôt rassurante et le Portugal attaque la compétition au 3e rang du classement FIFA. Lors du premier match de la phase de poules, le Portugal est tenu en échec par la Côte d'Ivoire (0-0) puis inflige une sévère défaite (7-0) à la Corée du Nord, faisant un grand pas vers la qualification. Le match nul contre le Brésil (0-0) à Durban assure la qualification des deux sélections. En 8e de finale, le Portugal retrouve l'Espagne, championne d'Europe en titre, qui l'emporte sur un but de David Villa (1-0)[35], quelques jours avant de remporter le tournoi.

Au retour de la Coupe du monde, Paulo Bento est nommé sélectionneur. Après des débuts difficiles, les résultats des Portugais lors des éliminatoires de l'Euro 2012 s'améliorent. Le 17 novembre 2010, ils remportent en match amical une victoire écrasante sur l'Espagne (4-0), championne du monde et d'Europe en titre[10]. En battant la Norvège, il lui prennent à la première place du groupe mais la laissent finalement au Danemark, sur le terrain duquel ils s'inclinent lors de la dernière journée. Le Portugal retrouve en barrages la Bosnie-Herzégovine, qu'ils domine de nouveau[36].

À l'Euro 2012 en Pologne, le Portugal doit affronter un groupe particulièrement relevé. Il entame le tournoi face à l'Allemagne, vice championne d'Europe en titre, qui au bout d'un match équilibré l'emporte 1-0. Les Portugais parviennent à s'imposer lors de leur second match, face au Danemark (3-2, buts de Pepe, Hélder Postiga et Varela). Le dernier match face aux Pays-Bas est décisif. Menée dès la 11e minute de jeu, la Seleção parvient à retourner la situation et s'impose deux buts à un, grâce à un doublé de Cristiano Ronaldo[37].

En quart de finale, les Portugais affrontent la République tchèque à Varsovie, qu'ils écartent sur un nouveau but de Cristiano Ronaldo[38]. Le Portugal atteint le stade des demi-finales pour la troisième fois lors des quatre derniers championnats d'Europe, où il pousse l'Espagne, championne d'Europe et du monde en titre, aux tirs au but après un match sans but. La Seleção s'incline 4-2, alors que l'Espagne remporte encore la compétition[39]. Cristiano Ronaldo, Pepe et Fábio Coentrão sont retenus par l'UEFA dans l'équipe type du tournoi.

Les Portugais attaquent les qualifications pour le Mondial 2014 au Brésil. Battus à Moscou par les Russes puis tout proches de s'incliner en Israël, les Portugais sont devancés par la Russie au classement final et doivent encore passer par les barrages, cette fois contre la Suède. Auteur des quatre buts des siens (contre deux pour son alter ego suédois Zlatan Ibrahimović), Cristiano Ronaldo offre au Portugal la qualification pour la Coupe du monde, et égalise au passage le record de buts marqués pour la Seleção détenu par Pauleta[40]. Le tirage au sort place le Porugal dans l'un des trois groupes les plus relevés du mondial 2014 avec l'Allemagne, le Ghana et les États-Unis.

La préparation des Portugais laisse entrevoir des espoirs avec notamment deux victoires 5-1 face au Cameroun le 5 mars et face à l’Eire le 10 juin avant de démarrer le mondial.

Mais d’entrée de compétition, les Portugais sont surclassés par l’Allemagne (0-4), qui est leur bête noire depuis le mondial 2006. Ouvrant rapidement le score contre les États-Unis, ils se retrouvent menés en seconde mi-temps. Mais une tête de Varela, permet, à l’ultime minute des arrêts de jeu, d’entretenir un mince espoir de qualification (2-2)[41]. La victoire contre le Ghana (2-1), lors de son dernier match, est insuffisante car les Portugais ont une différence de buts moins bonne que celle des États-Unis.

Résultats[modifier | modifier le code]

Parcours en compétitions internationales[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde
Année Résultat Class. M V N* D bp bc
Drapeau : Uruguay 1930 Ne participe pas
1934 à 1962 Non qualifié
Drapeau : Angleterre 1966 Demi-finale 3e 6 5 0 1 17 8
1970 à 1982 Non qualifié
Drapeau : Mexique 1986 1er tour 17e 3 1 0 2 2 4
1990 à 1998 Non qualifié
Drapeau : Corée du Sud Drapeau : Japon 2002 1er tour 21e 3 1 0 2 6 4
Drapeau : Allemagne 2006 Demi-finale 4e 7 4 1 2 7 5
Drapeau : Afrique du Sud 2010 8e de finale 11e 4 1 2 1 7 1
Drapeau : Brésil 2014 1er tour 18e 3 1 1 1 4 7
Parcours en Championnat d'Europe de football
Année Résultat Class. M V N* D bp bc
1960 à 1980 Phase éliminatoire
Drapeau : France 1984 Demi-finale 4e 4 1 2 1 4 4
1988 et 1992 Phase éliminatoire
Drapeau : Angleterre 1996 Quart de finale 5e 4 2 1 1 5 2
Drapeau : Belgique Drapeau : Pays-Bas 2000 Demi-finale 4e 5 4 0 1 10 4
Drapeau : Portugal 2004 Finale 2e 6 3 1 2 8 6
Drapeau : Autriche Drapeau : Suisse 2008 Quart de finale 7e 4 2 0 2 7 6
Drapeau : Pologne Drapeau : Ukraine 2012 Demi-finale 4e 5 3 1 1 6 4

Classement FIFA[modifier | modifier le code]

Depuis l'introduction du classement mondial de la FIFA en 1993, le Portugal a navigué entre la 43e place, son pire classement atteint en août 1998, et la 3e place, atteinte en 2010, 2012 et 2014, à la suite des bons résultats de la sélection lors des tournois internationaux[42].

Matchs historiques[modifier | modifier le code]

Le premier match officiel de la sélection portugaise a lieu le 18 novembre 1921 contre l'Espagne et se termine par une défaite (3-1).

La plus large victoire de la sélection fut une victoire contre le Koweït sur le score de (8-0). La rencontre se déroule le 19 novembre 2003 à domicile sur le terrain de l'União Desportiva de Leiria, l'Estádio Dr. Magalhães Pessoa. La deuxième plus large victoire se déroule le 21 juin 2010 lors du premier tour de la Coupe du monde 2010 contre la Corée du Nord sur le score de (7-0) (c'est le cinquième plus gros score en Coupe du monde, après l'Allemagne lors du premier tour de la Coupe du monde 2002 avec un score de (8-0) contre l'Arabie saoudite)[43].

À Lisbonne, le 25 mai 1947, l’Angleterre inflige sa plus large défaite au Portugal sur le score de 10 buts à 0.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Scolari, sélectionneur de 2003 à 2008.
Paulo Bento, sélectionneur de 2010 à 2014.

Le premier sélectionneur ayant connu le succès avec le Portugal est un Brésilien, Otto Glória. Après s'être fait connaître sur le banc du Benfica Lisbonne notamment, il prend en 1964 les rênes de la sélection. En deux ans il remporte quinze des vingt matchs auquel il participe. Emmenée par un Eusébio à son apogée, la Selecção das Quinas se qualifie pour la première fois à la Coupe du monde et termine à la 3e place du tournoi. Alors qu'il quitte son poste après la compétition, la sélection retrouve l'anonymat.

Plus récemment, un autre Brésilien brille à la tête de la sélection : Luiz Felipe Scolari est nommé en 2003, tout enorgueilli du titre de champion du monde qu'il a remporté avec la sélection brésilienne l'année précédente, avec l'objectif de mener la sélection portugaise le plus possible lors de l'Euro 2004, disputé à domicile. Brillants, les Portugais accèdent pour la première fois en finale mais s'y inclinent face à la Grèce, équipe surprise du tournoi. Deux ans plus tard, le Portugal se présente en outsider attendu. Il atteint les demi-finales de la Coupe du monde en Allemagne, perdue de justesse face à la France. C'est le sommet du mandat Scolari, qui quitte la sélection après l'élimination face à une Allemagne plus fraîche et fringante en quart de finale de l'Euro 2008[44].

Sélectionneur [45], [46] Période Matchs [47] Gagnés Nuls Perdus Gagnés %
Drapeau : Portugal Comité de sélection 1921-1923 3 0 0 3 0.0
Drapeau : Portugal António Ribeiro dos Reis 1925-1926 4 1 1 2 25.0
Drapeau : Portugal Cândido de Oliveira 1926-1929 13 5 4 4 38.5
Drapeau : Portugal Maia Loureiro 1929 1 0 0 1 0.0
Drapeau : Portugal Laurindo Grijó 1930 4 2 0 2 50.0
Drapeau : Portugal Tavares da Silva 1931 2 1 0 1 50.0
Drapeau : Portugal Salvador do Carmo 1932-1933 3 2 0 1 66.7
Drapeau : Portugal António Ribeiro dos Reis 1934 2 0 0 2 0.0
Drapeau : Portugal Cândido de Oliveira 1935-1945 15 4 4 7 26.7
Drapeau : Portugal Tavares da Silva 1945-1947 9 4 1 4 44.4
Drapeau : Portugal Virgílio Paula 1947-1948 3 1 0 2 33.3
Drapeau : Portugal Armando Sampaio 1949 4 1 1 2 25.0
Drapeau : Portugal Salvador do Carmo 1950 4 0 2 2 0.0
Drapeau : Portugal Tavares da Silva 1951 4 0 1 3 0.0
Drapeau : Portugal Cândido de Oliveira 1952 3 0 1 2 0.0
Drapeau : Portugal Salvador do Carmo 1953-1954 5 1 2 2 20.0
Drapeau : Portugal Fernando Vaz 1954 1 0 0 1 0.0
Drapeau : Portugal Tavares da Silva 1955-1957 15 5 2 8 33.3
Drapeau : Portugal José Maria Antunes 1957-1960 12 4 0 8 33.3
Drapeau : Portugal Armando Ferreira 1961 3 1 1 1 33.3
Drapeau : Portugal Fernando Peyroteo 1962 2 0 0 2 0.0
Drapeau : Portugal Armando Ferreira 1962 3 0 0 3 0.0
Drapeau : Portugal José Maria Antunes 1962-1964 10 4 1 5 40.0
Drapeau : Brésil Otto Glória 1964-1966 20 15 2 3 75.0
Drapeau : Portugal José Gomes da Silva 1967 6 2 3 1 33.3
Drapeau : Portugal José Maria Antunes 1968-1969 9 1 3 5 11.1
Drapeau : Portugal José Gomes da Silva 1970-1971 7 3 1 3 42.9
Drapeau : Portugal José Augusto 1972-1973 15 9 4 2 60.0
Drapeau : Portugal José Maria Pedroto 1974-1976 16 6 4 6 37.5
Drapeau : Portugal Juca 1977-1978 5 3 1 1 60.0
Drapeau : Portugal Mário Wilson 1978-1980 10 5 2 3 50.0
Drapeau : Portugal Juca 1980-1982 18 6 3 9 33.3
Drapeau : Brésil Otto Glória 1982-1983 7 3 1 3 42.9
Drapeau : Portugal Fernando Cabrita 1983-1984 9 5 2 2 55.6
Drapeau : Portugal José Torres 1984-1986 17 8 1 8 47.1
Drapeau : Portugal Ruy Seabra 1986-1987 6 1 4 1 16.7
Drapeau : Portugal Juca 1987-1989 17 8 5 4 47.1
Drapeau : Portugal Artur Jorge 1990-1991 8 4 3 1 50.0
Drapeau : Portugal Carlos Queiroz 1991-1993 23 10 8 5 43.5
Drapeau : Portugal Nelo Vingada 1994 2 0 2 0 0.0
Drapeau : Portugal António Oliveira 1994-1996 22 13 5 4 59.1
Drapeau : Portugal Artur Jorge 1996-1997 12 5 5 2 41.7
Drapeau : Portugal Humberto Coelho 1998-2000 24 16 4 4 66.7
Drapeau : Portugal António Oliveira 2000-2002 22 13 5 4 59.1
Drapeau : Portugal Agostinho Oliveira 2002 4 2 2 0 50.0
Drapeau : Brésil Luiz Felipe Scolari 2003-2008 73 42 17 14 57.5
Drapeau : Portugal Carlos Queiroz 2008-2010 26 15 8 3 57.7
Drapeau : Portugal Agostinho Oliveira 2010 2 0 1 1 0.0
Drapeau : Portugal Paulo Bento 2010-2014 47 26 12 9 55,3
Drapeau : Portugal Fernando Santos 2014- 4 3 0 1 75.0
Mise à jour le 19 novembre 2014. Les sélectionneurs en italique ont assuré l'intérim.

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Le footballeur emblématique du Portugal au XXe siècle est sans conteste l'attaquant Eusébio. Dans la liste The Best of The Best publiée par la Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation, basée sur douze des principaux classements des meilleurs joueurs du XXe siècle publiés dans les médias de référence, il est le seul Portugais à apparaitre[48]. Vedette du Benfica Lisbonne, il est en 1965 le premier Portugais à remporter le Ballon d'or, récompense annuelle attribuée à l'époque au meilleur joueur européen de football[49],[50]. Il termine 2e du même classement en 1962 et en 1966, après l'épopée portugaise en Coupe du monde dont il est le meilleur buteur.

Dans sa liste FIFA 100 publiée en 2004, la FIFA honore, outre Eusébio, les Portugais Rui Costa et Luís Figo. Les deux mènent avec brio le jeu de la sélection à la fin des années 1990, lui permettant de prendre place parmi les meilleurs sélections du monde. Figo est en 2000 le second Portugais à remporter le Ballon d'or, alors qu'il été ouvert à tous les joueurs évoluant en Europe sans distinction de nationalité.

À la fin des années 2000, le nouvel homme fort du football portugais est l'ailier Cristiano Ronaldo, premier Portugais double vainqueur du Ballon d'or, en 2008 et en 2013[51]. Signe de la régularité de ses performances, il est 2e du classement en 2007, 2009, 2011 et 2012.

En 2014, la FIFA identifie certains joueurs comme des « stars du passé » de la sélection. Outre Eusébio, Rui Costa et Luís Figo, la liste inclut plusieurs joueurs ayant participé à l'épopée de 1966 : les milieux de terrain Mário Coluna, José Augusto et Jaime Graça et leurs coéquipiers d'attaque José Augusto Torres et António Simões. Le buteur Pedro Miguel Pauleta, devenu en 2006 le recordman du nombre de buts avec la sélection devant Eusébio, complète la liste[52].

En 2012, TF1 publie son classement « top 10 » des footballeurs portugais. Outre Eusébio, Luís Figo, Rui Costa, Cristiano Ronaldo et Pauleta, y figure Fernando Chalana, homme fort de la sélection lors de l'Euro 1984, Paulo Futre, joueur mythique de l'Atlético Madrid qui manque de très peu le Ballon d'or en 1987, le gardien de but Vítor Baía, l'attaquant João V. Pinto et le meneur de jeu Deco[53].

Records individuels[modifier | modifier le code]

Luís Figo, joueur le plus capé de la Seleção.
Cristiano Ronaldo, meilleur buteur de la Seleção.
Joueurs les plus sélectionnés
Rang Joueur Sélections Buts Premier match Dernier match
1 Luís Figo 127 32 12 octobre 1991 8 juillet 2006
2 Cristiano Ronaldo 118 52 20 août 2003 18 novembre 2014
3 Fernando Couto 110 8 19 décembre 1990 30 juin 2004
4 Rui Costa 94 26 31 mars 1993 4 juillet 2004
5 Pauleta 88 47 20 août 1997 8 juillet 2006
6 Simão 85 22 18 octobre 1998 29 juin 2010
7 Nani 83 15 11 septembre 2006 18 novembre 2014
8 João Pinto 81 23 12 octobre 1991 14 juin 2002
9 Vítor Baía 80 0 19 décembre 1990 7 septembre 2002
10 Nuno Gomes 79 29 24 janvier 1996 11 octobre 2011
Records de buts
Rang Joueur Buts Sélections Moy Premier match Dernier match
1 Cristiano Ronaldo 52 118 0.44 20 août 2003 18 novembre 2014
2 Pauleta 47 88 0.53 20 août 1997 8 juillet 2006
3 Eusébio 41 64 0.64 8 octobre 1961 13 octobre 1973
4 Luís Figo 32 127 0.25 12 octobre 1991 8 juillet 2006
5 Nuno Gomes 29 79 0.37 24 janvier 1996 11 octobre 2011
6 Hélder Postiga 27 71 0.38 12 février 2003 14 novembre 2014
7 Rui Costa 26 94 0.28 31 mars 1993 4 juillet 2004
8 João Pinto 23 81 0.28 12 octobre 1991 14 juin 2002
9 Nené 22 66 0.33 21 avril 1971 23 juin 1984
- Simão 22 85 0.26 18 octobre 1998 29 juin 2010

Mis à jour le 19 novembre 2014. Les joueurs en gras sont encore en activité.

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Voici la liste de joueurs sélectionnés pour disputer les matchs contre l'Arménie et l'Argentine le 14 novembre et le 18 novembre 2014 .

Sélections et buts actualisés le 19 novembre 2014.

Effectif de l'équipe du Portugal
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Patrício, RuiRui Patrício 9 803 15/2/1988 (26 ans) 35 0 Drapeau : Portugal Sporting Portugal 2010
12 G Beto, Beto 11 919 1/5/1982 (32 ans) 10 0 Drapeau : Espagne FC Séville 2009
22 G Lopes, AnthonyAnthony Lopes 8 844 1/10/1990 (24 ans) 0 0 Drapeau : France Olympique lyonnais 2014
4 D Carvalho, RicardoRicardo Carvalho 13 363 18/5/1978 (36 ans) 78 4 Drapeau : France AS Monaco 2003
2 D Alves, BrunoBruno Alves 12 074 27/11/1981 (33 ans) 77 10 Drapeau : Turquie Fenerbahçe SK 2007
3 D Pepe, Pepe 11 618 26/2/1983 (31 ans) 65 3 Drapeau : Espagne Real Madrid 2007
5 D Bosingwa, JoséJosé Bosingwa 11 804 24/8/1982 (32 ans) 26 0 Drapeau : Turquie Trabzonspor 2007
13 D Soares, CédricCédric Soares 8 510 31/8/1991 (23 ans) 2 0 Drapeau : Portugal Sporting Portugal 2013
19 D Gomes, TiagoTiago Gomes 10 369 29/7/1986 (28 ans) 1 0 Drapeau : Portugal SC Braga 2014
21 D Fonte, JoséJosé Fonte 11 319 22/12/1983 (30 ans) 1 0 Drapeau : Angleterre Southampton FC 2014
18 D Guerreiro, RaphaëlRaphaël Guerreiro 7 666 22/12/1993 (20 ans) 2 1 Drapeau : France FC Lorient 2014
17 M Nani, Nani 10 258 17/11/1986 (28 ans) 83 15 Drapeau : Portugal Sporting Portugal 2006
8 M Moutinho, JoãoJoão Moutinho 10 328 8/9/1986 (28 ans) 76 2 Drapeau : France AS Monaco 2005
6 M Tiago, Tiago 12 283 2/5/1981 (33 ans) 62 3 Drapeau : Espagne Atlético Madrid 2002
11 M Quaresma, RicardoRicardo Quaresma 11 406 26/9/1983 (31 ans) 39 4 Drapeau : Portugal FC Porto 2003
24 M , DannyDanny 11 456 7/8/1983 (31 ans) 30 4 Drapeau : Russie Zénith St. -Pétersbourg 2008
10 M Vieirinha, Vieirinha 10 555 24/1/1986 (28 ans) 12 1 Drapeau : Allemagne VfL Wolfsbourg 2013
16 M Carvalho, WilliamWilliam Carvalho 8 290 7/4/1992 (22 ans) 11 0 Drapeau : Portugal Sporting Portugal 2013
15 M Gomes, AndréAndré Gomes 7 933 30/3/1993 (21 ans) 3 0 Drapeau : Espagne Valence CF 2014
23 M Mario, JoãoJoão Mario 8 003 19/1/1993 (21 ans) 2 0 Drapeau : Portugal Sporting Portugal 2014
20 M Silva, AdrienAdrien Silva 9 408 16/3/1989 (25 ans) 1 0 Drapeau : Portugal Sporting Portugal 2014
7 A Ronaldo, CristianoCristiano Ronaldo 10 908 5/2/1985 (29 ans) 118 52 Drapeau : Espagne Real Madrid CF 2014
22 A Postiga, HélderHélder Postiga 11 826 2/8/1982 (32 ans) 71 27 Drapeau : Espagne Deportivo La Corogne 2003
9 A Éder, Éder 9 858 22/12/1987 (26 ans) 16 0 Drapeau : Portugal SC Braga 2012
Sélectionneur

Drapeau : Portugal Fernando Santos

Sélectionneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : Inconnu Vacant



Légende


Couleurs[modifier | modifier le code]

La selecção portugaise a toujours utilisé des couleurs du drapeau national pour jouer à domicile. Pour jouer à l'extérieur, le Portugal utilise les mêmes couleurs que pour jouer à domicile ou alors les couleurs du Royaume de Portugal, c'est-à-dire le blanc et le bleu.

Historique des maillots Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1921
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1925
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1928
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1929 / 1964
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1964 / 1976
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1976 / 1980
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1980 / 1984
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1984 / 1986
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1986 / 1988
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1996 / 1998
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1998 / 2000
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2000 / 2002
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2002 / 2004
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2004 / 2006
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2006 / 2008
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2008 / 2010
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2010 /2011
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2011 /2012
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2012 /2014
Historique des maillots Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1966
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1984 / 1986
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1996 / 1998
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1998 / 2000
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2000 / 2002
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2002 / 2004
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2004 / 2006
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2006 / 2008
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2008 / 2010
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2010 / 2011
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2011 /2012
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2012 / 2013
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2013 / 2014

Infrastructures[modifier | modifier le code]

L'équipe nationale ne dispose pas de stade national attitré, si ce n'est l’Estádio Nacional do Jamor, un stade vétuste, construit en 1944, qui appartient à la fédération. Entre le début des années 1990 et 2014, il ne reçoit que trois matchs internationaux, en 1999, 2003 et 2014.

Depuis l'Euro 2004, le pays ne manque pas de stades spacieux et modernes, de sorte que l'équipe nationale tourne à travers le pays pour recevoir ses adversaires. Elle utilise prioritairement les trois plus grandes enceintes du pays : l’Estádio da Luz et l’Estádio José Alvalade XXI situés à Lisbonne, et l’Estádio do Dragão à Porto. Ils disposent chacun de plus de 50 000 places.

Rivalités[modifier | modifier le code]

Une malédiction avec l'équipe de France ?[modifier | modifier le code]

Demi-finaliste de l'Euro 1984, le Portugal est éliminé par la France (3-2) durant les prolongations. Ce scénario se reproduit plus tard : à l'Euro 2000, le Portugal en demi-finale est encore éliminé par la France dans la prolongation avec un but en or sur penalty. À noter qu'en demi-finale de l'Euro, c'est toujours le numéro 10 des Bleus qui a marqué le but éliminant le Portugal (Michel Platini en 1984 et Zinédine Zidane en 2000). Ironie du sort, puisque lors de la demi-finale de la Coupe du Monde 2006, Zinedine Zidane prive une nouvelle fois les Portugais d'une éventuelle finale en marquant le seul but du match sur penalty à nouveau comme à l'Euro 2000, score finale (1-0). À chaque fois que le Portugal a été éliminé par la France en demi-finale de l'Euro, l'équipe n'a pas franchi le premier tour de la Coupe du Monde suivante.

Le piège à répétition de la Grèce[modifier | modifier le code]

L'Allemagne, bête noire du Portugal depuis 2006[modifier | modifier le code]

Depuis la Coupe du Monde 2006, le Portugal a croisé quatre fois l'Allemagne en cinq compétitions. La première rencontre est la petite finale du Mondial 2006 que le Portugal a perdu (1-3). Deux ans plus tard, le Portugal retrouve l'Allemagne pour les quarts de finale de l'Euro 2008. Le Portugal part avec la faveur des pronostics avec notamment dans ses rangs un Cristiano Ronaldo sortant d'une saison exceptionnelle avec Manchester United. Malgré cela, le Portugal est éliminé après un match enlevé (2-3). Les deux nations ne se rencontrent pas en 2010, mais tombent dans le même groupe en 2012 pour l'Euro. L'Allemagne bat encore une fois un Portugal qui n'aura pas démérité dans la logique des pronostics (0-1). Cela n'empêchera pas le Portugal d'aller jusqu'en demi-finale de la compétition. Le Portugal rencontre de nouveau l'Allemagne pour la phase de poule de la Coupe du Monde 2014. Ce coup-ci, l'Allemagne est en démonstration tandis que le Portugal est en position d'agonie et s'incline lourdement, perdant notamment Pepe sur expulsion (0-4).

Le Portugal, bête noire de la Turquie à l'Euro[modifier | modifier le code]

Le Portugal a rencontré trois fois la Turquie en phase finale du championnat d'Europe des nations pour autant de victoires. La première fois c'était à l'Euro 1996 pour un succès (1-0) au premier tour, la seconde en quart de finale de l'Euro 2000 (2-0) puis au premier tour de l'Euro 2008 (2-0), ce qui n'a malgré tout pas empêché les Turcs d'atteindre les demi-finales lors de cette dernière compétition.

Le Portugal, bête noire de la Bosnie-Herzégovine en barrage[modifier | modifier le code]

Le Portugal a rencontré quatre fois la Bosnie-Herzégovine depuis l'indépendance de celle-ci. Les deux premiers matchs sont une double confrontation en barrage pour une qualification à la Coupe du Monde 2010. Pour le premier match à domicile, le Portugal l'emporte courtement (1-0). Dans les Balkans, les Lusitaniens réalisent la même performance ce qui les qualifie aux dépens de la Bosnie (1-0). Pour se qualifier à l'Euro 2012, le Portugal retrouve la Bosnie en barrage ce qui permet aux Bosniaques de prendre leur revanche. Ils n'y parviendront cependant pas. Le premier match est en Bosnie et le Portugal, dominateur, concède le nul (0-0). Au match retour, les Portugais déroulent et battent la Bosnie avec facilité (6-2). Les Lusitaniens décrochent une fois de plus leur qualification en barrage aux dépens de la Bosnie-Herzégovine qui attendra le Mondial 2014 pour obtenir sa première qualification.

Le Portugal, bête noire de l'Angleterre et des Pays-Bas depuis 2004[modifier | modifier le code]

Le Portugal a éliminé deux fois ces deux grandes nations du football lors du Championnat d'Europe de football 2004 et de la Coupe du Monde 2006.

En effet les Portugais ont éliminé l'Angleterre en Quarts de Finale de l'Euro 2004 aux tirs au but (2-2) (a.p) (6-5). Deux ans plus tard, lors de la Coupe du Monde 2006, les Portugais éliminent une nouvelle fois les Anglais en quarts de finale aux tirs au but (0-0, tab 3-1).

En Demi-finale de l'Euro 2004, les Lusitaniens accèdent à la Finale en éliminant les Pays-Bas (2-1). Lors de la Coupe de Monde 2006, deux ans plus tard les Portugais éliminent à nouveau les Pays-Bas en huitième de finale sur le score de (1-0). Ce match fut le plus mouvementé de la compétition, l'arbitre y distribuant 16 cartons jaunes, 4 cartons rouges soit un total de 20 cartons sur les 90 minutes de jeux.

Le 17 juin 2012, en phase de poule de l'Euro 2012 le Portugal et les Pays-Bas s'affrontent une nouvelle fois dans un match décisif pour les qualifications en quarts de finale de ce championnat d'Europe. Au terme de cette rencontre le Portugal élimine pour la troisième fois consécutive les Pays-Bas sur le score de (2-1) avec un doublé de Cristiano Ronaldo bien qu'ayant été mené dès la 11e minute de jeu sur un but de Rafael van der Vaart.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elle ne doit donc pas être confondue avec l'équipe du Brésil, surnommée Seleção.
  2. a et b « Portugal, le football du monde », sur uefa.org (consulté le 2 juin 2014)
  3. « Tournoi olympique de football masculin 1928 », FIFA.com (consulté le 11 mars 2014)
  4. a, b, c, d, e et f (en) « World Cup 1930-2010 », RSSSF (consulté le 2 juin 2014)
  5. La phase finale des premiers championnats d'Europe ne comprend que les demi-finales et les finales, les quarts de finale faisant partie de la phase d'éliminatoires.
  6. a, b, c, d et e (en) « European Championship », RSSSF (consulté le 2 juin 2014)
  7. Jacques Ferran, « EUSEBIO 1 - PELÉ 0 », L'Equipe,‎ 19 Juillet 1966 (consulté le 21 mai 2014)
  8. a et b « Eusébio qualifie le Portugal en demi-finale face à la Corée du Nord », L'Equipe,‎ 23 juillet 1966 (consulté le 21 mai 2014)
  9. « Demi-Finales (1966) : ANGLETERRE 2-1 PORTUGAL », L'Equipe,‎ 26 Juillet 1966 (consulté le 21 mai 2014)
  10. a, b, c et d « Top 10 : victoires les plus marquantes du Portugal », So Foot.com (consulté le 4 juin 2014)
  11. (en) Eliézer Sebastián Pérez Pérez, « Brazil Independence Cup 1972 », RSSSF (consulté le 3 juin 2014)
  12. « Euro 1984 - Platini et la France sur un nuage », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  13. « Euro 1984 – Platini rend hommage au Portugal », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  14. « Euro 1984 – Équipe du tournoi », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  15. Claude Chevally, « La tête dans les étoiles », L'Équipe,‎ 11 Juin 1986 (consulté le 21 mai 2014)
  16. La performance d'une victoire 8-0 sera réitérée quelques années plus tard contre le même adversaire. À Leiria le 19 novembre 2003, en match amical, le Portugal s’impose sur le même score de 8–0 face au Koweït.
  17. « Euro 1996 - Le football revient à la maison », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  18. « Euro 1996 - L'exploit de Poborský », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  19. « Tournois Olympiques de Football Atlanta 1996 - Hommes », FIFA.com (consulté le 4 juin 2014)
  20. « Euro 2000 - Le Portugal remporte un match à suspense », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  21. « Euro 2000 - Le Portugal à la brésilienne », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  22. « Euro 2000 - Un penalty en or », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  23. « Ils sont fantastiques! », la Dépêche du Midi,‎ 29 juin 2000 (consulté le 4 juin 2014)
  24. Régis Dupont, « Une sacrée gifle », L'Équipe,‎ 5 Juin 2002 (consulté le 21 mai 2014)
  25. « La Corée du Sud élimine le Portugal, réduit à neuf », la Dépêche du Midi,‎ 14 juin 2002 (consulté le 4 juin 2014)
  26. « Euro 2004 - Nuno Gomes héros national », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  27. « Euro 2004 - Au bout de la nuit portugaise », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  28. « Euro 2004 - La fête continue », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  29. « Euro 2004 - La revanche des "petits" », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  30. Damien Degorre, « Le Portugal dans le tumulte », L'Equipe,‎ 25 Juin 2006 (consulté le 21 mai 2014)
  31. « Quarts de Finale (2006) : ANGLETERRE 0-0 PORTUGAL », L'Equipe,‎ 30 Juin 2006 (consulté le 21 mai 2014)
  32. « Les Bleus de Zidane s'offrent une finale de rêve contre l'Italie (1-0) », Le Monde.fr,‎ 6 juin 2006 (consulté le 4 juin 2014)
  33. « Euro 2008 - Le Portugal régale ! », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  34. « Euro 2008 - Les Allemands dans le dernier carré », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  35. « L'Espagne a patienté », sport24,‎ 29 juin 2010 (consulté le 4 juin 2014)
  36. « Barrages de l'Euro 2012 : le Portugal, l'Irlande, la Croatie et la République tchèque qualifiées », Le Monde.fr,‎ 15 novembre 2011 (consulté le 4 juin 2014)
  37. « L'Allemagne et le Portugal survivent au "groupe de la mort" », France Télévisions,‎ 19 juin 2012 (consulté le 4 juin 2014)
  38. « Euro 2012 - Ronaldo, forte tête », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  39. « Euro 2012 - L'Espagne, trois à la suite », UEFA (consulté le 4 juin 2014)
  40. « C. Ronaldo élimine Ibrahimovic », L'Équipe,‎ 19 novembre 2013 (consulté le 4 juin 2014)
  41. http://www.liberation.fr/sports/2014/06/23/mondial-le-portugal-arrache-un-nul-2-2-contre-les-etats-unis_1048074
  42. Classement FIFA du Portugal, FIFA.com
  43. « CM2010 : Score historique du Portugal »,‎ 21 juin 2010 (consulté le 25 juin 2010)
  44. « Felipe Scolari, une passion portugaise », So Foot,‎ 10 septembre 2013 (consulté le 5 juin 2014)
  45. (pt) « Todos os seleccionadores », Fpf.pt.
  46. (en) « Portugal - International Results », Rsssf.com.
  47. Certains matchs ne sont pas reconnus par la FIFA. Ils ne sont donc pas inclus dans ces statistiques.
  48. (en) « "The Best of The Best" », RSSSF (consulté le 14 mars 2014)
  49. Créé en 1956, ce titre est à l'origine attribué au meilleur joueur disposant d'une nationalité européenne évoluant dans un championnat européen. De 1995 à 2006, le Ballon d'or a été attribué au meilleur joueur évoluant dans un championnat européen sans distinction de nationalité. Depuis 2007, il récompense le meilleur joueur au monde, sans distinction de championnat ni de nationalité.
  50. « Le palmarès depuis 1956 - Ballon d'Or », sur L'Equipe.fr (consulté le 18 janvier 2014)
  51. « Cristiano Ronaldo a battu Ribéry et Messi », sur L'Equipe.fr (consulté le 13 janvier 2014)
  52. « Portrait du Portugal pour la Coupe du monde 2014 », FIFA.com (consulté le 5 juin 2014)
  53. « Top 10 : Les meilleurs joueurs portugais de l'histoire », TF1,‎ 2 novembre 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :