Georges Boulogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulogne.
Georges Boulogne
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 1er juillet 1917
Lieu Haillicourt
Décès 23 août 1999 (à 82 ans)
Parcours amateur
Saisons Club
1926-1942 Drapeau : France AC Amboise
- Drapeau : France CO Saint-Dizier
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1948-1950 Drapeau : France CO Saint-Dizier
- Drapeau : Belgique KAA La Gantoise
- Drapeau : Belgique RCS Verviers
- Drapeau : France CA Vitry
1955 Drapeau : France FC Mulhouse
1969-1973 Drapeau : France France

Georges Boulogne, né le 1er juillet 1917 à Haillicourt, Pas-de-Calais, et décédé le 23 août 1999, est un entraîneur et dirigeant de football français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Boulogne vit les vingt-cinq premières années de sa vie en Touraine, étant joueur amateur à l'AC Amboise pendant seize ans. Il part ensuite à Saint-Dizier où il intègre le club local d'abord comme joueur, puis comme entraîneur-joueur, participant à la montée du club en CFA en 1949.

Il part ensuite exercer le métier d'entraîneur en Belgique, à Gand puis à Verviers, avant de revenir en France à Vitry et enfin Mulhouse.

Il rejoint ensuite l'encadrement technique de la Fédération française de football. Il succède à Pierre Pibarot au poste d'instructeur national en 1958, étant responsable de la méthodologie de l'enseignement aux entraineurs et de leur formation. Il entraîne successivement les équipes de France Juniors, Amateurs et "B"[1].

À la suite de la démission de Louis Dugauguez en mars 1969, il devient sélectionneur national par intérim puis permanent de l'équipe de France A de 1969 à 1973[2]. Son premier match se termine par une défaite cuisante contre les Anglais à Wembley (0-5). Sous son mandat, l'équipe de France ne parvient à se qualifier ni pour la coupe du monde 1970 (devancée par la Suède), ni pour l'Euro 1972 (devancée par la Hongrie et la Bulgarie), ni pour la coupe du monde 1974 (devancée par l'URSS et l'Irlande). Sur ce dernier échec, il laisse sa place à l'entraîneur roumain Stefan Kovacs. Avec 14 victoires, 5 nuls et 11 défaites, son bilan sportif est modeste, mais Boulogne ouvre sa sélection aux jeunes joueurs et participe ainsi au renouveau du football français.

Il est le premier Directeur technique national, poste créé en 1970 qu'il occupe jusqu'en 1982, et reste jusqu'à sa disparition l'un des piliers techniques de la fédération. Il est notamment celui qui impose aux clubs professionnels la mise en place de centres de formation, qui réforme la formation des entraîneurs et enfin, qui inspire la création de l'Institut national du football (INF) avec son programme de détection des jeunes talents[1]. Avec Roland Chatard et Michel Hidalgo, il est l'auteur du livre Le Guide pratique du football, sorti en 1977.

Le stade de la ville de Amboise, en Touraine, porte le nom de Georges Boulogne[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fiche de Georges Boulogne, site de la Fédération française de football
  2. Football : composition de l'équipe de France et interview Georges Boulogne, Vidéo sur ina.fr
  3. Stade Georges Boulogne, france-stades.com