Youri Djorkaeff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Youri et Djorkaeff.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec son père Jean Djorkaeff.
Youri Djorkaeff
Youri Djorkaeff 2011.jpg
Youri Djorkaeff en 2011
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 9 mars 1968 (46 ans)
Lieu Lyon (Rhône)
Taille 1,79 m (5 10)
Période pro. 1984-2006
Poste Milieu offensif
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
0 0 Drapeau : France UGA Décines
0 0 Drapeau : France AS Saint-Priest
0 0 Drapeau : France US Meyzieu
0 0 Drapeau : France AS Villeurbanne
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1985-1989 Drapeau : France FC Grenoble 086 (21)
1989-1990 Drapeau : France RC Strasbourg 041 (27)
1990-1995 Drapeau : France AS Monaco 196 (66)
1995-1996 Drapeau : France Paris Saint-Germain FC 047 (20)
1996-1999 Drapeau : Italie FC Inter Milan 127 (39)
1999-2002 Drapeau : Allemagne 1. FC Kaiserslautern 070 (18)
2002-2004 Drapeau : Angleterre Bolton Wanderers FC 081 (21)
2004-2005 Drapeau : Angleterre Blackburn Rovers FC 003 0(0)
2005-2006 Drapeau : États-Unis MetroStars New York 049 (13)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1993 Drapeau : France France B 002 0(3)
1993-2002 Drapeau : France France 082 (28)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Youri Djorkaeff (né le 9 mars 1968 à Lyon[1] dans le Rhône) est un footballeur français, qui évoluait au poste de milieu offensif du milieu des années 1980 au milieu des années 2000.

Surnommé le « Snake » (le serpent), il est le fils de « Tchouki », Jean Djorkaeff, autre ancien international français. Son père a des origines kalmoukes (Mongols de Russie)[biblio 1] et sa mère une ascendance arménienne.

Durant sa carrière, il évolue dans de nombreuses équipes et joue dans cinq championnats différents. Tout d'abord révélé au FC Grenoble en Division 2 où, en dépit de son jeune âge, on lui confie le brassard de capitaine, il confirme son grand talent et son instinct du but au RC Strasbourg. Ambitieux et désireux de jouer en première division, il part pour l'AS Monaco et reste cinq saisons sur le Rocher. S'il ne parvient pas à remporter de titre de champion de France dans la principauté, cette période de sa carrière coïncide avec ses débuts en équipe de France. Il évolue par la suite au Paris Saint-Germain, avec lequel il remporte une Coupe des Coupes, avant de s'exiler en Italie à l'Inter Milan, en Allemagne à Kaiserslautern, en Angleterre du côté des Bolton Wanderers. Il achève sa carrière aux États-Unis en 2006, après avoir joué durant deux années aux MetroStars de New York.

Avec la sélection nationale, il connaît ses plus beaux succès : il remporte la Coupe du monde 1998, l'Euro 2000 puis la Coupe des confédérations 2001. Il met fin à sa carrière internationale à l'issue de la Coupe du monde 2002, soldée par une élimination prématurée au premier tour de la compétition.

Au total, Youri Djorkaeff a inscrit plus de deux cents buts tout au long de sa carrière. Il vit actuellement toujours aux États-Unis, et est par ailleurs président du club amateur de l'Union Générale Arménienne de Décines, situé en région lyonnaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Portrait d'Omar Sharif, interprète de Youri Jivago dans le film Docteur Jivago.
Les parents de Djorkaeff le prénomment « Youri » en hommage à Youri Jivago, personnage qu'incarne Omar Sharif dans le film Le Docteur Jivago.

Les parents de Youri Djorkaeff le prénomment ainsi en hommage à Youri Jivago, personnage qu'incarne Omar Sharif dans le film Le Docteur Jivago réalisé par David Lean en 1965[2]. Son père, Jean Djorkaeff surnommé « Tchouki », est un ancien joueur de football professionnel qui a évolué à l'Olympique lyonnais, à l'Olympique de Marseille et au Paris Saint-Germain. Il a également été le capitaine de l'équipe de France, dont il a porté le maillot à quarante-trois reprises[3],[4].

Il a deux frères : Denis, son aîné de trois ans, et Misha, de six années son cadet. Les deux font d'honnêtes carrières de footballeurs. Le premier, qui est aussi son agent a évolué en troisième division[5], alors que le plus jeune a joué quelques matchs de première division suisse, ainsi qu'une trentaine de rencontres en Division 2, sous les maillots notamment du FC Rouen puis de l'Olympique Alès. Ce dernier défend aujourd'hui les couleurs du club de Décines dont Youri est président, en Promotion d'honneur de la Ligue Rhône-Alpes[6].

Élève intéressé sans pour autant se révéler brillant[biblio 2], le jeune Youri Djorkaeff s'ouvre à l'activité sportive d'abord en pratiquant l'athlétisme puis le judo. Il descend ensuite des tatamis pour s'essayer au tennis et à la natation. S'il est plutôt doué pour toutes ces disciplines, c'est cependant dans un sport collectif qu'il va complètement s'épanouir : le football. Il se dit en admiration devant le talent de Johan Cruijff, et supporte le club anglais de Liverpool FC : Kenny Dalglish et Kevin Keegan sont ses joueurs préférés. Il signe sa première licence à l'Union arménienne de Décines, club alors entraîné par son père et où joue son frère. Ne voulant pas faire penser qu'il accorde des faveurs à son fils, « Tchouki » se révèle dur et intransigeant avec lui[biblio 3].

Peu de temps après, il connaît son premier transfert, pour l'AS Saint-Priest, située dans la banlieue lyonnaise, un des clubs phares de la région. Lassé par les longs trajets qu'il doit effectuer pour rentrer chez lui chaque soir, il décide de s'engager à l'Union sportive Meyzieu[biblio 4], plus proche. Deux ans plus tard, il se tourne vers l'AS Villeurbanne. Évoluant alors en cadets nationaux, il attire l'œil des recruteurs et gagne le droit de faire un essai au FC Sochaux. Si sur le terrain, le joueur donne entière satisfaction, c'est en revanche son patronyme qui fait hésiter les dirigeants doubistes selon lui[biblio 5]. Dans sa biographie, il estime avoir été victime du racisme des années 1980[7]. Par la suite, il restera très marqué par cet échec[biblio 6].

Débuts professionnels à Grenoble (1985-1989)[modifier | modifier le code]

À l'âge de 15 ans et demi, il rejoint le club de Grenoble, dont l'équipe première oscille entre Division 2 et Division 3[2]. Rapidement, Youri Djorkaeff intègre le groupe professionnel de Christian Dalger qui le lance dans le grand bain contre le Montpellier HSC de Laurent Blanc, le 30 mars 1985. En 1987, il signe son premier contrat professionnel à l'âge de 19 ans[7]. Avec les juniors, il atteint en 1988 la finale de la Coupe Gambardella mais son équipe est battue par le RC Paris[biblio 7]. Par la suite, il enchaîne les bonnes prestations avec les seniors et ne sort plus de l'équipe où il se voit même confier le brassard de capitaine au poste de meneur de jeu, malgré son jeune âge[7]. Les joutes de la deuxième division sont des combats durs, grâce auxquels il se forge un caractère. Après trois bonnes saisons en Isère, il affirme son envie de partir pour un club plus huppé. Néanmoins, le président grenoblois, Marc Braillon, s'oppose fermement dans un premier temps à son départ. Finalement, il cède devant la volonté de son joueur et l'offre du RC Strasbourg, qui propose cinq millions de francs pour l'engager[biblio 8] soit environ 1 100 000 euros de 2008[8]. À Grenoble, où il est surnommé « le petit Mozart »[biblio 9], Youri Djorkaeff a marqué 23 buts en 82 matchs sous le maillot isérois.

Talent révélé à Strasbourg (1989-1990)[modifier | modifier le code]

Photo de Léonard Specht.
Djorkaeff joue au RC Strasbourg sous la direction de l'entraîneur Léonard Specht.

Youri Djorkaeff ne manque pas ses débuts sous le maillot strasbourgeois. Pour son premier match à la Meinau le 11 août 1989, il inscrit deux buts face au Nîmes Olympique[9]. Au terme de la première partie de saison, son compteur affiche déjà douze buts marqués en seulement quatorze matchs, alors qu'il a aussi délivré trois passes décisives à ses partenaires. Ces statistiques, associées à la qualité de ses performances sur toutes les pelouses de Division 2 convainquent les journalistes de l'hebdomadaire France Football de le désigner meilleur joueur de la division de l'année 1989[biblio 10]. Il devance le nancéen David Zitelli et le rennais Erik van den Boogaard[2]. À cette époque, il affirme déjà son ambition d'un jour vêtir le maillot bleu de la sélection nationale alors qu'il est déjà international Espoir[7]. Sur sa lancée, il réalise une fin de saison remarquable, en faisant du stade de la Meinau son « jardin ». Face à l'US Orléans, il réussit un doublé : peu avant la pause, il marque d'un tir en coin, et récidive à vingt minutes du terme de la rencontre, après avoir slalomé toute la défense adverse et expédié un tir puissant en lucarne[biblio 11]. La venue du Stade de Reims le 3 mars 1990 l'inspire une nouvelle fois, puisqu'il ouvre le score d'un coup franc direct astucieusement botté, qui contourne le mur alors que le portier d'en face s'attendait à un centre. Il inscrit deux nouvelles réalisations sur coups francs lors de la 28e journée contre le FC Istres[biblio 12], puis clôture son compteur-buts pour cette saison à l'occasion de l'avant-dernière journée du championnat et la réception de l'AS Nancy-Lorraine en reprenant un centre de Perron dès le retour des vestiaires[biblio 13]. En tout, il inscrit vingt et un buts cette saison-là en Ligue 2, ce qui en fait le troisième meilleur buteur du championnat derrière Didier Monczuk et Alain Caveglia, à seulement deux unités de ce dernier. Strasbourg échoue dans la course à la montée contre l'OGC Nice en barrage, malgré le doublé inscrit par Djorkaeff au match aller en Alsace[10].

Bien décidé à enfin découvrir l'élite, Djorkaeff veut quitter le club alsacien. Le président strasbourgeois refuse et le meneur de jeu reprend en Division 2. Mais le début de saison de l'équipe est très décevant (malgré quatre nouveaux buts de Djorkaeff en sept matchs) et les approches de l'AS Monaco se font insistantes[10]. C'est finalement en octobre 1990 qu'il signe avec le club monégasque un contrat de cinq ans.

Haut niveau avec l'AS Monaco (1990-1995)[modifier | modifier le code]

Portrait d'Arsène Wenger, son entraîneur à Monaco.
Arsène Wenger : l'homme qui a lancé Youri Djorkaeff en Division 1

Youri Djorkaeff doit composer sa première saison sur le Rocher en alternance avec ses obligations militaires. La semaine, il fait ses classes au Bataillon de Joinville, tandis que le week-end, il revient dans le Sud pour jouer. Il dispute son premier match de première division le 10 novembre 1990, face au FC Sochaux-Montbéliard en remplaçant Benjamin Clément à la 64e minute, puis il inscrit son premier but pour le club trois semaines après au stade Louis-II face au Stade rennais d’une reprise de volée. S’il dispute une vingtaine de matchs cette année-là, il n’est cependant pas toujours titulaire, Arsène Wenger lui reprochant de négliger les tâches défensives. En fin de saison, il remporte tout de même le premier trophée de sa carrière : la Coupe de France face à l’Olympique de Marseille[11].

En septembre de cette même année, il découvre les compétitions européennes à l'occasion d'un premier tour de Coupe des vainqueurs de Coupe (C2) face à la formation galloise de Swansea. Monaco l'emporte 8-0, et Djorkaeff en profite pour inscrire son premier but européen. En quart de finale, les Monégasques réalisent l'exploit de sortir l'AS Rome, pourtant favorite, puis éliminent au tour suivant les Hollandais du Feyenoord Rotterdam. La finale, disputée à Lisbonne face au Werder Brême, a lieu le lendemain du drame du Furiani. Youri Djorkaeff n'est que remplaçant et doit patienter jusqu'à la soixante-deuxième minute pour faire son apparition sur la pelouse, alors que ses coéquipiers sont déjà menés 2 buts à 0. Le score n'évolue pas et l'AS Monaco manque là l'occasion de devenir le premier club à offrir à la France une Coupe d'Europe[12]. À l'issue de cette saison, Djorkaeff est proche de s'engager à l'Olympique lyonnais. Un an plus tard, ce sont les Girondins de Bordeaux qui sont intéressés par le joueur, sans suite[biblio 9].

Lors de la saison 1993-1994, Djorkaeff prend une nouvelle dimension, aux côtés de ses partenaires d'attaque Jürgen Klinsmann, Victor Ikpeba et Enzo Scifo. Il termine meilleur buteur du championnat à égalité avec Nicolas Ouédec et Roger Boli, avec vingt réalisations. Il est notamment l'auteur d'un quadruplé lors de la quatorzième journée face au FC Martigues en seulement trente-deux minutes de jeu, soit autant de buts que lors des treize premières journées. Une semaine plus tard, il convertit un penalty au stade Bollaert de Lens, puis ajoute deux nouvelles réalisations en décembre aux dépens du Toulouse FC et de l'AS Saint-Étienne. En Coupe d'Europe, il s'avère également efficace : il inscrit son premier but en Ligue des champions[Note 1] de sa carrière le 13 octobre sur le terrain de l'AEK Athènes lors du premier tour, puis récidive lors du tour suivant face aux Russes du Spartak Moscou sur penalty. En partie grâce à lui, l'AS Monaco gagne sa place pour la phase finale de poule, mais chute en demi-finale face au Milan AC de Paolo Maldini, futur vainqueur de l'épreuve[13].

Le PSG comme tremplin vers l'étranger (1995-1996)[modifier | modifier le code]

Photo du parc des princes un jour de match.
Djorkaeff fait du Parc des Princes son nouveau jardin

En fin de contrat à l'AS Monaco, Djorkaeff a le privilège de pouvoir choisir librement sa nouvelle destination. Malgré l'intérêt manifesté par plusieurs clubs étrangers, espagnols notamment[biblio 14], il choisit de s'engager pour deux ans avec le Paris Saint-Germain, entraîné par Luis Fernandez. Aux côtés de Patrice Loko, Valdes et Raí, il réalise un très bon début de saison. Il s'affirme plus que jamais comme l'un des meilleurs joueurs du championnat[7]. Face à l'AS Saint-Étienne en août 1995, il réalise son premier doublé sous ses nouvelles couleurs[14]. L'équipe pratique un beau jeu et les résultats sont là : le PSG vire en tête du championnat à la mi-saison, avec six points d'avance sur le RC Lens et huit sur l'AJ Auxerre. Mais le club de la capitale s'écroule par la suite, et se fait dépasser par les Bourguignons, auteurs d'une fin de championnat sans faute[Note 2],[7].

Sur la scène continentale, Paris et Youri Djorkaeff en tête brillent. Engagés en Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, les Parisiens passent les tours les uns après les autres. Djorkaeff est buteur dès le premier tour contre les Norvégiens de Molde FK sur penalty, puis il marque encore dans le stade du Celtic Glasgow au tour suivant. Blessé, il manque le quart de finale face à Parme, mais se rattrape en demi-finale, alors qu'il revient d'un mois de convalescence. Huit minutes après son entrée en jeu, il inscrit le seul but de la rencontre au stade du Riazor contre le Deportivo La Corogne d'une frappe dans la lucarne dans les dernières minutes du match[15]. Au retour, c'est encore lui qui offre le but victorieux à Bruno N'Gotty[16]. En finale contre le Rapid Vienne, le Paris Saint-Germain s'impose sur le score de 1-0. Djorkaeff gagne ainsi le deuxième trophée de sa carrière, en étant l'un des principaux artisans de la seconde victoire d'un club français en Coupe d'Europe[17].

Désireux de tenter l'aventure à l'étranger, il est en instance de départ quand, pour le compte de la trente-huitième et dernière journée de championnat, il dispute son ultime match sous le maillot parisien face au SC Bastia. Il ne manque pas ses adieux avec le public du Parc des Princes puisqu'il inscrit un coup du chapeau et se trouve à l'origine de deux autres buts, pour un succès du PSG 5-1. Il est porté en triomphe par les supporters à l'issue de la rencontre[18].

Consécration mondiale à l'Inter Milan (1996-1999)[modifier | modifier le code]

Photo de Ronaldo, coéquipier de Djorkaeff à l'Inter Milan.
À l'Inter Milan, Djorkaeff joue aux côtés de l'attaquant brésilien, Ronaldo.

À la sortie de l'Euro 1996, tandis que l'arrêt Bosman bouleverse le paysage du football, Djorkaeff reçoit de nombreuses propositions des plus prestigieux clubs étrangers : le FC Barcelone, le FC Séville et le FC Valence lui font des offres concrètes[biblio 15]. Il choisit finalement de rejoindre l'Inter Milan et le championnat d'Italie, réputé comme le plus exigeant au monde. Il est acheté au PSG pour 38 millions de francs[19]. Au sein d'un effectif composé de stars, Youri Djorkaeff s'impose pourtant comme un joueur incontournable, véritable plaque tournante de l'équipe[20].

Pour sa première saison milanaise, il marque quatorze buts et se classe parmi les meilleurs réalisateurs du championnat. Le 5 janvier 1997, il inscrit un but splendide à Giuseppe-Meazza contre l'AS Rome : il s'élève très haut dans les airs, dans une position complètement à l'horizontale, et exécute un retourné pour expédier le ballon dans la lucarne[21]. Ce geste sera représenté durant toute la saison suivante sur la carte d'abonnement des supporters[biblio 16].

Avec le club lombard, il ne parvient pas à remporter le championnat d'Italie, mais dispute tout de même deux nouvelles finales de Coupe d'Europe. En 1997, il perd celle de la Coupe de l'UEFA face à Schalke 04 aux tirs aux buts, alors que les Intéristes étaient largement favoris. Il connaît plus de réussite l'année suivante, en la remportant le 6 mai 1998 au Parc des Princes, devant son ancien public. Ce jour-là, les Milanais réalisent une belle prestation et écrasent la Lazio Rome 3-0[22]. Djorkaeff ne marque pas mais contribue fortement à la conquête du trophée, en prenant part à neuf matchs de cette campagne. Il devient par la même occasion un des rares joueurs français à avoir gagné deux Coupes d'Europe différentes, sous deux maillots distincts.

Devenu simple remplaçant dans une équipe moins performante, malgré la présence de vedettes telles que Ronaldo ou Christian Vieri, Youri Djorkaeff décide de quitter l'Italie à l'issue de la saison 1998-1999.

Découverte de la Bundesliga à Kaiserslautern (1999-2002)[modifier | modifier le code]

Un timbre du 1. FC Kaiserslautern.
En 1999, Djorkaeff rejoint le 1. FC Kaiserslautern, champion d'Allemagne en 1998.

Marqué par les difficultés rencontrées par l'Inter Milan et ne faisant plus l'unanimité au sein du club italien malgré l'affection que lui voue le président Massimo Moratti, Youri Djorkaeff décide de quitter l'Italie. Mais, désormais trentenaire, les offres intéressantes ne se bousculent pas. Contacté un temps par le FC Valence, Middlesbrough et le Borussia Dortmund[biblio 17], il prend finalement la direction de Kaiserslautern. Un choix qui étonne dans le milieu du football, ce club n'étant pas un cador des championnats européens. Il est séduit par le discours de l'entraîneur Otto Rehhagel. Son intégration est vite réussie ; Youri Djorkaeff se fait adopter par les supporters, qui sont plus de 35 000 dans les tribunes le jour de la présentation officielle du joueur. Il fait l'unanimité auprès de ses coéquipiers et jouit tout de suite d'une grande complicité avec l'entraîneur, qui voit en lui un leader qui peut donner une nouvelle dimension au club. Il ne manque pas ses débuts, en remportant son premier match sous ses nouvelles couleurs aux dépens du Borussia Dortmund, puis en inscrivant un but lors de la journée suivante à Rostock, malgré une défaite sur le score de 2-4. Après un gros match notamment contre le Hambourg SV, il continue sur sa lancée en Coupe d'Europe face au Tottenham Hotspur : alors que son équipe est menée 0-1, il part du milieu de terrain pour aller offrir le but de l'égalisation. Trois jours plus tard contre Schalke 04, il offre une nouvelle passe décisive et marque également un but.

Élu joueur du mois de novembre par les dix-huit capitaines de la Bundesliga, Djorkaeff est considéré en Allemagne comme l'un des trois meilleurs joueurs étrangers du championnat. Malgré ses bonnes performances, le Français est au cœur d'un débat sur son positionnement sur le terrain par rapport au milieu de terrain suisse Ciriaco Sforza, son ancien partenaire à l'Inter Milan. Chaque fois qu'ils sont associés ou presque, les résultats ne sont pas là, tandis que Djorkaeff brille lorsqu'il est le seul dépositaire du jeu. Finalement, pour sa première année outre-Rhin, il inscrit le total de onze buts en Bundesliga et son équipe, cinquième du championnat, se qualifie pour la Coupe de l'UEFA[23].

La saison suivante est cependant moins souriante. Remplaçant Rehhagel en cours de saison, le nouvel entraîneur Andreas Brehme peine à lui accorder sa confiance. Les deux hommes ne s'entendent pas et la défaite de Kaiserslautern en demi-finale de la Coupe de l'UEFA face au Deportivo Alavés aggrave la nature de leurs relations. Les Allemands sont largement battus au match aller (défaite 5-1) et Djorkaeff critique ouvertement la façon dont a été géré cet évènement. Au match retour, le Snake ouvre le score mais Kaiserslautern s'incline 4-1. Une séparation en fin de saison semble alors inévitable. En tout et pour tout, le champion du monde n'a fait trembler les filets qu'à trois reprises, dont un très joli but inscrit le 16 décembre 2000 sur le terrain du Hertha Berlin, où il clôt le score[biblio 18].

Malgré quelques contacts plus ou moins avancés avec des clubs français notamment, dont l'Olympique de Marseille, rien ne se fait, et il débute la saison 2001-2002, celle de la Coupe du monde avec la formation allemande. Contrarié qui plus est par des blessures, il est remplaçant et le temps presse car le Mondial approche à grand pas[24].

À la relance dans le championnat anglais (2002-2005)[modifier | modifier le code]

Photo de Sam Allardyce, entraîneur des Bolton Wanderers.
Sam Allardyce, entraîneur des Bolton Wanderers.

Au mercato hivernal 2002, Djorkaeff est fortement pressenti pour signer à l'Olympique de Marseille. Bernard Tapie, alors président délégué du club phocéen, lui assure que Robert Louis-Dreyfus est prêt à l'accueillir. Doutant de la véracité de ces propos après que le président de Kaiserslautern lui a assuré n'avoir eu aucun contact avec un dirigeant marseillais, il décide de rompre toute négociation[biblio 19], et s'engage finalement avec le club anglais de Bolton, un club de la banlieue de Manchester qui lutte pour le maintien en Premier League. Il dispute son premier match contre Southampton au Saint Mary's Stadium, où son équipe décroche le point du match nul. Il reprend petit à petit le rythme, après avoir passé plusieurs semaines au placard en Allemagne. Sam Allardyce, son entraîneur, lui confie les clés du jeu de l'équipe. Il s'épanouit dans cette nouvelle aventure et se relance complètement dans l'optique de disputer la Coupe du monde. En une demi-saison, Djorkaeff apporte ce qu'il sait faire de mieux : il marque des buts. Quatre au total en championnat, contribuant grandement à assurer in-extremis le maintien des Wanderers dans l'élite du football anglais[7].

Plan de jeu au coup d'envoi de la finale Bolton-Middlesbrough de la coupe de la League 2004.
Finale de la coupe de la League 2004 : Djorkaeff évolue sur le côté gauche de l'attaque de Bolton.

Il décide logiquement de prolonger son séjour britannique en signant un nouveau contrat[25]. Preuve de sa volonté de grandir, Bolton effectue un recrutement plutôt ambitieux avec les arrivées notamment du Nigérian Augustine Okocha et de l'international espagnol Ivan Campo, avec lequel Djorkaeff lie des relations d'amitié. Au cours de cette saison 2002-2003, le Français se voit confier le brassard de capitaine en lieu et place de Guðni Bergsson, indisponible. Il réalise une saison pleine en marquant à sept reprises. Se sentant bien dans ce championnat où les espaces sont nombreux, il porte toujours le maillot des Wanderers lors de la saison 2003-2004. Le club atteint même la finale de la Coupe de la Ligue, mais s'incline face à Middlesbrough après avoir encaissé deux buts lors des sept premières minutes[7].

Du fait de l'âge déjà bien avancé du joueur, les dirigeants de Bolton hésitent longtemps à le prolonger. Djorkaeff se retrouve finalement libre sur le marché des transferts et peut donc signer là où il le désire. Il est proche de signer aux MetroStars New York, mais le club américain ne parvient pas à se séparer d'un joueur étranger, condition sine qua non à la venue du champion du monde. Il noue par la suite des contacts avec d'autres clubs anglais (Everton, West Ham United, Birmingham, Blackburn Rovers et de Fulham...). Il effectue un essai dans ce dernier club jugé satisfaisant par le jeune entraîneur Chris Coleman. Mais finalement sa signature ne se fait pas, et c'est donc avec les Blackburn Rovers qu'il s'engage[26]. Il signe un contrat de pigiste d'une durée de trois mois. Mark Hughes, l'entraîneur gallois des Rovers, le lance pour la première fois en octobre 2004 face à Aston Villa, puis il enchaîne contre Middelsbrough et Chelsea. Blessé au mollet par la suite, il ne jouera jamais sur la pelouse d'Upton Park à domicile, puisqu'il décide d'un commun accord avec les dirigeants de ne pas prolonger son séjour là-bas au-delà du mois de décembre 2004. Il songe même mettre un terme définitif à sa carrière de joueur, avant de finalement se raviser[biblio 20].

New York : le rêve américain comme clap de fin (2005-2006)[modifier | modifier le code]

un footballeur s'apprête à tirer un corner.
Djorkaeff tire un corner en faveur des Red Bulls en 2006.

Alors qu'il aurait pu céder aux offres intéressantes financièrement en provenance du Qatar, de Chine ou encore de Russie, Djorkaeff choisit de terminer sa longue et prolifique carrière aux États-Unis dans le club des Metro Stars de New York. Il découvre ainsi son cinquième championnat après ceux de France, d'Italie, d'Allemagne et d'Angleterre. Il y signe un contrat d'un an et devient ainsi le tout premier joueur français à évoluer en Major League Soccer[27].

Aux États-Unis, Djorkaeff évolue dans un stade rarement plein, car le soccer n'y est pas aussi populaire qu'en Europe, et surtout parce que le Metro Stars doit partager l'enceinte avec des clubs de football américain autrement plus populaires : les Giants et les Jets[biblio 21]. En moyenne, l'affluence ne dépasse pas les 15 000 spectateurs, éparpillés parmi les 85 000 places disponibles. Le stade est situé à une vingtaine de kilomètres de Manhattan[biblio 22]. Parfaitement fondu au cœur de cette nouvelle culture et de ce football qu'il découvre, il encourage même d'anciens joueurs néo-retraités à venir le rejoindre, tels son ancien coéquipier au Paris Saint-Germain Pascal Nouma ou encore son ami Christophe Dugarry, en vain[biblio 23].

Photo du stade des MetroStars, le Giants Stadium.
Avec les MetroStars, Djorkaeff joue à domicile au Giants Stadium.

Portant le numéro 10, il est le meneur de jeu de l'équipe, laquelle profite de son expérience. À l'issue de sa première saison aux États-Unis, Djorkaeff totalise dix buts (9e au classement des buteurs) pour sept passes décisives et se voit remettre trois récompenses individuelles, dont celle de meilleur joueur du club de l'année. Son trophée lui est remis avant la demi-finale de conférence disputée contre New England Revolution. Les MetroStars l'emportent 1-0 au match aller, à l'issue duquel il est désigné meilleur joueur. Au retour, il ouvre la marque d'un tir piqué, mais son équipe s'incline cependant sur le score de 1-3 et est donc éliminée. C'est néanmoins le premier match de play-off qu'elle gagne depuis quatre ans[biblio 24]. Faisant partie des stars du championnat, il est logiquement retenu dans une sélection composée des meilleurs joueurs évoluant en Major League Soccer pour affronter le Real Madrid au stade Santiago Bernabéu[28].

Satisfaits de ses services et de son rendement, les dirigeants lui proposent de prolonger ; il accepte donc de signer un dernier contrat à l'âge de 38 ans. Le club change alors de dénomination et s'appelle désormais Red Bulls de New York à la suite du rachat du club par le groupe autrichien. Sa seconde saison est plus terne : il ne marque que deux buts. Il met fin à sa carrière le 29 octobre 2006 après une nouvelle élimination des siens en demi-finale de la conférence Est. Blessé au tendon d'Achille, il ne participe cependant pas à ce match. Son dernier match officiel date en réalité du 21 octobre 2006[29].

Carrière en équipe de France[modifier | modifier le code]

Premières années en Bleu (1993-1997)[modifier | modifier le code]

Photo d'Aimé Jacquet, son entraîneur en équipe de France.
En équipe de France, Aimé Jacquet associe Zinédine Zidane à Youri Djorkaeff.

Les performances de Youri Djorkaeff sous le maillot de l'AS Monaco attirent rapidement l'attention de Gérard Houllier, sélectionneur de l'équipe de France depuis le retrait de Michel Platini. C'est Arsène Wenger, qui, le premier, lui annonce sa sélection pour un match comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 1994, contre l'Israël[biblio 25]. Djorkaeff fait son entrée à cinq minutes de la fin du match, alors que le score est de 2-2[30]. Grâce à un but marqué à la dernière minute de jeu, les Israéliens gagnent finalement 3-2. Un mois plus tard, c'est du banc de touche qu'il assiste au nouveau revers des Bleus contre la Bulgarie (1-2)[31], qui est synonyme d'élimination. La coupe du monde 1994 se joue donc sans l'équipe de France. En janvier 1995, Djorkaeff dispute la dernière de ses cinq sélections avec l'équipe de France A', une équipe réserve de l'équipe de France qu'il avait rejointe en 1993[32].

Le nouveau sélectionneur, Aimé Jacquet, cherche à construire un groupe rajeuni en vue de la Coupe du monde 1998, qui aura lieu en France. Il lance une nouvelle génération de joueurs parmi lesquels Djorkaeff, Zinédine Zidane, Bixente Lizarazu ou encore Fabien Barthez font partie. Djorkaeff devient le « porte-bonheur » de Jacquet, en multipliant les buts décisifs sous le maillot tricolore[33]. Dans une formation dont les carences offensives sont souvent montrées du doigt, son réalisme et son sens du but se révèlent très utiles, voire indispensables. Le premier match de l'ère Jacquet a lieu le 16 février 1994 à Naples contre l'Italie. Au stade San Paolo, Djorkaeff est titulaire et se permet le luxe d'inscrire son premier but en sélection, sur un service dans la profondeur de David Ginola[34]. Ce but est synonyme de victoire puisque le score n'évolue plus. Il se montre tout aussi efficace au cours des trois rencontres suivantes puisqu'il marque encore deux fois : d'une tête lobée face au Chili à Lyon[35], puis d'une reprise de volée contre le Japon à Tokyo[36], dans le cadre de la Coupe Kirin 1994, première compétition gagnée par le joueur avec les Bleus.

Commence alors la campagne de qualification pour l'Euro 1996. La France débute timidement par trois résultats nuls et vierges. En août 1995, alors que la qualification semble bien compromise, les Bleus reçoivent la Pologne au Parc des Princes pour une rencontre capitale dans l'optique de conserver ses chances. Alors qu'ils sont menés 0-1, les Français obtiennent un bon coup franc à trois minutes du terme. Djorkaeff prend ses responsabilités et inscrit un nouveau but décisif[37]. S'il est évident qu'il a sauvé ses coéquipiers ce soir-là, il a aussi sans doute sauvé la tête d'Aimé Jacquet, de plus en plus vivement critiqué par les médias[38]. Au match suivant, l'Équipe de France écrase l'Azerbaïdjan sur le score record de 10-0, dont deux buts signés de Djorkaeff[39]. S'ensuit alors un déplacement à enjeu en Roumanie, où les Bleus doivent impérativement gagner pour rester dans la course à la qualification. C'est ce qu'ils font de manière très convaincante en s'imposant 3-1, avec une nouvelle réalisation du soliste[40]. La France valide définitivement son billet pour l'Angleterre en battant l'Israël au stade Michel-d'Ornano de Caen le 15 novembre 1995 2 à 0[41]. Djorkaeff est encore buteur.

Trente ans après son père, Youri Djorkaeff dispute une compétition internationale en Angleterre. Ce Championnat d'Europe des nations sert de tremplin en vue du Mondial français. En l'absence d'Éric Cantona et de David Ginola, non retenus, Djorkaeff est le principal atout offensif de l'équipe. De nombreux membres de sa famille effectuent le déplacement pour le soutenir. Après son but inscrit face à l'Espagne lors du deuxième match de poule[42], il se dirige immédiatement dans leur direction. C'est sa seule réalisation du tournoi. S'ils éliminent ensuite les Pays-Bas en quart-de-finale aux tirs au but[43], c'est par ces mêmes tirs au but que les Bleus sont sortis par la République tchèque au tour suivant[44]. Djorkaeff critique alors la tactique jugée trop défensive de son sélectionneur[biblio 9]. Un an plus tard, Djorkaeff et l'équipe de France disputent le tournoi de France, qui doit servir de révélateur en vue de la prochaine Coupe du monde. Leurs prestations sont décevantes, malgré un but de Djorkaeff, qui, contre l'Italie, expédie un tir dans la lucarne à l'entrée de la surface de réparation neuf minutes après son entrée en jeu[45].

Consécration d'une génération dorée (1998-2001)[modifier | modifier le code]

Deux footballeurs en maillot blanc et short bleu.
Thuram et Djorkaeff, deux joueurs majeurs de cette génération dorée.

1998 est l'année de la Coupe du monde. La France dispute son premier match le 28 janvier face à l'Espagne, pour l'inauguration du stade de France. Devant plus de 78 000 spectateurs, par un froid polaire, Zinédine Zidane inscrit le seul but de la rencontre, en reprenant une frappe de Djorkaeff qui avait percuté la barre transversale. Au mois de mai, les Bleus se rendent à Casablanca pour y disputer le tournoi Hassan II. Face au Maroc, Youri Djorkaeff égalise quelques minutes seulement après être entré sur la pelouse d'une manière très spectaculaire, en exécutant une talonnade aérienne dos au but.

Quand commence la Coupe du monde 1998, Djorkaeff est alors le meilleur buteur des Bleus avec seize buts. Toutefois, la question de sa complémentarité avec Zinédine Zidane se pose dans les médias, ce que les deux joueurs réfutent[biblio 9]. Devant faire face aux nombreuses critiques émises à son encontre, mais aussi à l'attente énorme de tout un pays, l'équipe de France débute son Mondial le 12 juin 1998 à Marseille face à l'Afrique du Sud. Youri Djorkaeff est titulaire. Elle gagne 3-0. Pour le match suivant contre l'Arabie saoudite, Aimé Jacquet décide de faire souffler Djorkaeff et le laisse sur le banc au coup d'envoi. Il rentre tout de même en fin de partie, le temps de délivrer une talonnade à Bixente Lizarazu[46], qui marque de près. La troisième rencontre, sans enjeu, a lieu chez lui à Lyon au stade Gerland, contre le Danemark de Michael Laudrup. Il y inscrit le premier et seul but de sa carrière en Coupe du monde[47], sur un pénalty tiré sur la droite du gardien Peter Schmeichel. Face au Paraguay en huitième de finale, une de ses frappes passe de peu à côté, mais l'équipe se qualifie tout de même sur un but en or de Laurent Blanc, et affronte l'Italie en quart de finale. Les deux nations ont recours à la séance des tirs au but pour se départager ; Djorkaeff ne tire pas de penalty en estimant que le fait qu'il connaisse le gardien adverse, Gianluca Pagliuca (son coéquipier à l'Inter Milan) ne l'avantagerait pas pour marquer[48]. En demi-finale contre les Croates, il offre le but égalisateur à Lilian Thuram. Il est de nouveau passeur lors de la finale jouée contre le Brésil, puisque c'est lui qui tire le corner sur lequel Zinédine Zidane inscrit le deuxième but du match peu avant la mi-temps[49]. La France l'emporte 3-0 et Youri Djorkaeff soulève la Coupe du monde.

Photo des équipes de France et d'Italie à la finale de l'Euro 2000.
Finale de Euro 2000, Youri Djorkaeff est troisième en partant de la gauche.

Au sortir de ce Mondial, un nouveau sélectionneur national, Roger Lemerre, est nommé en lieu et place d'Aimé Jacquet. Djorkaeff reste un élément incontournable du groupe. Pour preuve, il termine meilleur buteur de l'équipe de la campagne de qualification pour l'Euro 2000. La France doit pourtant attendre son dernier match contre l'Islande pour valider son billet pour la Belgique et les Pays-Bas, pays hôtes de l'épreuve. À la suite d'une déchirure musculaire à la cuisse droite, Djorkaeff craint longtemps de ne pas pouvoir disputer ce Championnat d'Europe, mais est finalement rétabli à temps. Pour le premier match contre le Danemark, remporté 3-0, il sort en fin de rencontre, puis est laissé sur le banc des remplaçants contre la République tchèque. Il rentre en seconde période et marque le but de la victoire[50]. Il récidive face à l'Espagne en quart de finale, bien décalé par Patrick Vieira[51]. Laissé au repos, il assiste du banc à la qualification de la France pour la finale après sa victoire contre le Portugal en prolongation. Titularisé pour la finale contre l'Italie, il sort en seconde période. Sylvain Wiltord puis David Trezeguet libèrent les Bleus, qui sont sacrés champions d'Europe deux ans seulement après leur sacre mondial[52].

Douze mois après, ils remportent un troisième titre : la Coupe des Confédérations. Youri Djorkaeff en profite pour inscrire son vingt-huitième et dernier but en sélection nationale, contre la Corée du Sud[53]. Avec les Bleus, il a maintenant tout gagné.

En novembre 2000, une polémique éclate suite à un déplacement en Turquie de l'Equipe de France. En effet, son coéquipier chez les Bleus Emmanuel Petit déclare dans la presse que Djorkaeff avait « reçu des menaces de mort » en raison de son origine arménienne et que ces menaces jusitifiaient en grande partie son absence à Istanbul [54].

Coupe du monde 2002 : une sortie manquée[modifier | modifier le code]

Photo d'un maillot de l'équipe de France.
Tout comme ses coéquipiers, Youri Djorkaeff subit la débâcle de l'équipe de France lors de la Coupe du monde 2002.

Quand il débarque en Corée du Sud pour disputer la Coupe du monde 2002, Youri Djorkaeff sort d'une saison noire qui a indiscutablement laissé des traces. En conflit avec Kaiserslautern, qui l'a mis au placard durant plus de la moitié de la saison, le meilleur buteur des Bleus s'est certes relancé à Bolton, mais dans une équipe très moyenne. Il n'a fait son retour en équipe de France qu'en avril, après presque six mois d'absence, face aux Russes. Si beaucoup des joueurs retenus pour ce mondial souffrent d'avoir trop joué, Djorkaeff pâtit d'un manque de compétition manifeste. À la peine face à la Belgique et à la Corée du Sud en matchs de préparation, il éprouve beaucoup de difficultés lors du premier match de poule face au Sénégal. À la suite du forfait de Robert Pirès et de la blessure de Zinédine Zidane, il se voit confier les rênes de l'équipe pour cette entrée dans la compétition. Sans cesse dominé physiquement, il n'a que rarement l'occasion de se mettre en évidence. Peu à son aise dans ce rôle d'organisateur, il n'a plus la spontanéité de sa jeunesse, bien qu'il ait toujours conservé son toucher de balle de grande qualité. Il perd un ballon au milieu du terrain qui permet aux sénégalais de partir en contre et de marquer l'unique but du match (0-1)et il est d'ailleurs remplacé par Christophe Dugarry dès le début de la seconde période[55]. Remplacé par Johan Micoud poste pour poste, il ne participe pas à la rencontre suivante contre l'Uruguay, clôturée sur le score de 0-0. Il remplace Sylvain Wiltord à la 82e minute face au Danemark[56]. Il s'agit, pour le numéro 6 des Bleus, de son quatre-vingt-deuxième et dernier match joué avec l'équipe de France. L'élimination de la France précipite sa retraite internationale. Sa carrière en bleu s'achève donc sur une fausse note.

Reconversion[modifier | modifier le code]

Portrait de Youri Djorkaeff.
Youri Djorkaeff en 2008.

En avril 2007, il prend la présidence du club de l'UGA Décines[57] (Union générale arménienne), club de division d'honneur régionale de la banlieue lyonnaise, où il a débuté enfant. Son père, Jean en devient le manageur général, tandis que ses deux frères, Denis et Micha, sont respectivement vice-président et joueur de l'équipe première. Djorkaeff double le budget du club et se fixe comme objectif d'accéder à la CFA 2.

Dans un registre tout autre, il s'essaie en 2000 à la chanson avec le titre house Vivre dans ta lumière, écrit et composé par Paul Tordjmann. Ce titre connaît un succès mitigé en France et Youri Djorkaeff ne sort pas de nouveau disque par la suite. En 1998, il participe à un spot publicitaire pour l'entreprise Ferrero avec ses coéquipiers de l'Équipe de France[58].

Entre 2008 et 2012, il est consultant sur Orange sport pour commenter les matchs de Ligue 1 du samedi soir aux côtés de Denis Balbir et de Florian Genton[59]. Il est également consultant, cette fois pour TF1, à l'occasion de la Coupe du monde 2014[60]. En 2011, il fait partie du jury de MasterChef le temps d'un épisode (tourné à New York) où il a dû gôuter des hamburgers et des cheesecakes préparés par les candidats[61].

La même année, il crée sa fondation The Djorkaeff Foundation qui vise à aider les jeunes qui n'ont pas les moyens de jouer au football[62]. En effet, aux États-Unis, la cotisation s'élève à 1 500 dollars (environ 1 030 euros) et le football est donc pratiqué par des familles plus aisées. Youri Djorkaeff est aussi un membre du Conseil d'administration de la Fondation du Football[63].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Youri Djorkaeff est marié à Sophie, rencontrée alors qu'il était encore jeune joueur à Grenoble, et avec laquelle il a eu trois enfants : Sacha, Oan et Angelica[64]. Il vit actuellement à New York. Le 20 août 2012, son fils Oan Djorkaeff signe en faveur de l'AS Saint-Étienne dont il intègre le centre de formation. En 2014, Oan quitte le centre de formation de l'AS Saint-Étienne pour celui d'Évian Thonon Gaillard.

Profil de joueur[modifier | modifier le code]

Plan de jeu au coup d'envoi de la finale de la finale France-Brésil 1998.
Youri Djorkaeff a longtemps été décrit comme un « numéro 9 et demi » comme ici, lors de la finale de la Coupe du monde 1998.

Souvent qualifié d'individualiste, d'égoïste, d'ambitieux[65] ou de renfermé[biblio 9], Youri Djorkaeff était surtout un joueur libre, qui pouvait évoluer sur toute la zone d'attaque[biblio 26] ; c'est la raison pour laquelle il a longtemps été décrit comme un « numéro 9 et demi ». Sûr de son talent et de ses qualités, il n'hésitait pas à prendre ses responsabilités notamment pour tirer les penaltys, même dans les moments d'un match les plus cruciaux[66].

Techniquement très doué, il possédait dans son arsenal toute la panoplie d'un grand joueur : contrôles impeccables, conduite de balle irréprochable. Disposant d'une excellente vision du jeu, il se révélait très bon dribbleur, capable d'affoler des défenses à lui tout seul[67]. Grâce à son pied droit[68], ses frappes de balles étaient puissantes et précises, ce qui lui a permis de marquer de très nombreux buts sur coup franc durant sa carrière. En outre, la trajectoire de ses tirs était parfois tellement reptilienne qu'on le surnommait « le Snake» qui veut dire « le Serpent ». Mais sa qualité première était sans aucun doute son sens du but, il jouissait toujours d'un incroyable sang froid au moment de se présenter devant les cages adverses. Sa lucidité était telle qu'il faisait presque toujours les bons choix et se trompait rarement quant à l'angle qu'il devait choisir.

Tout au long de sa carrière et dans tous les clubs qu'il a fréquentés, Youri Djorkaeff a toujours marqué beaucoup de buts, quelle que soit la division ou le championnat. Il est d'ailleurs un des rares milieux de terrain à avoir été couronné meilleur buteur du championnat de France, ce titre honorifique revenant souvent à des attaquants de métier[69].

En revanche, il a toujours eu du mal à accepter le repli défensif lorsque son équipe perdait la balle. Son autre principale faiblesse était son jeu de tête, très perfectible[70]. Il a rarement marqué de cette manière en vingt ans de parcours.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

82 sélections (1 fois capitaine) et 28 buts marqués.

En club[modifier | modifier le code]

Drapeau : France Grenoble
Drapeau : France Monaco
Drapeau : France Paris SG
Drapeau : Italie Inter Milan
Drapeau : Angleterre Bolton

Distinctions Individuelles[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques détaillées par saison[modifier | modifier le code]

Statistiques de Youri Djorkaeff au 31 décembre 2006[72]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Playoffs Drapeau : France France Total
Division M B M B M B M B C M B M B M B M B
1984-1985 Drapeau de la France FC Grenoble Division 2 3 0 - - - - - - - - - - - - - 3 0
1985-1986 Drapeau de la France FC Grenoble Division 2 6 0 - - - - - - - - - - - - - 6 0
1986-1987 Drapeau de la France FC Grenoble Division 3 26 4 - - - - - - - - - - - - - 26 4
1987-1988 Drapeau de la France FC Grenoble Division 2 19 8 1 0 - - - - - - - - - - - 20 8
1988-1989 Drapeau de la France FC Grenoble Division 2 25 11 3 1 - - - - - - - - - - - 28 12
1989-août 1989 Drapeau de la France FC Grenoble Division 2 3 0 - - - - - - - - - - - - - 3 0
Sous-total 82 23 4 1 - - - - - - - - - - - 86 24
1989-1990 Drapeau de la France RC Strasbourg Division 2 28 21 6 2 - - - - - - - - - - - 34 23
1990-août 1990 Drapeau de la France RC Strasbourg Division 2 7 4 - - - - - - - - - - - - - 7 4
Sous-total 35 25 6 2 - - - - - - - - - - - 41 27
1990-1991 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 20 5 6 1 - - - - - - - - - - - 26 6
1991-1992 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 35 9 5 0 - - - - C2 7 1 - - - - 47 10
1992-1993 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 32 11 2 2 - - - - C2 4 1 - - - - 38 14
1993-1994 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 35 20 2 0 - - - - C1 11 3 - - 4 3 52 26
1994-1995 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 33 14 1 0 3 0 - - - - - - - 4 0 41 14
Sous-total 155 59 16 3 3 0 - - - 22 5 - - 8 3 204 70
1995-1996 Drapeau de la France Paris SG Division 1 35 13 2 2 1 0 1 1 C2 8 4 - - 14 8 61 28
Sous-total 35 13 2 2 1 0 1 1 - 8 4 - - 14 8 61 28
1996-1997 Drapeau de l'Italie Inter Milan Série A 33 14 6 1 - - - - C3 10 2 - - 7 4 56 21
1997-1998 Drapeau de l'Italie Inter Milan Série A 29 8 4 0 - - - - C3 9 0 - - 16 3 58 11
1998-1999 Drapeau de l'Italie Inter Milan Série A 25 8 6 4 - - - - C1 5 2 - - 9 2 45 16
Sous-total 87 30 16 5 - - - - - 24 5 - - 32 9 159 49
1999-2000 Drapeau de l'Allemagne 1.FC Kaiserslautern Bundesliga 25 11 - - - - - - C3 3 0 - - 13 6 41 17
2000-2001 Drapeau de l'Allemagne 1.FC Kaiserslautern Bundesliga 26 3 2 0 - - - - C3 7 2 - - 8 2 43 7
2001-jan 2001 Drapeau de l'Allemagne 1.FC Kaiserslautern Bundesliga 4 0 - - - - - - - - - - - 1 0 5 0
Sous-total 55 14 2 0 - - - - - 10 2 - - 22 8 89 24
jan 2001-2002 Drapeau de l'Angleterre Bolton Wanderers FC Premier League 12 4 - - - - - - - - - - - 6 0 18 4
2002-2003 Drapeau de l'Angleterre Bolton Wanderers FC Premier League 36 7 1 0 - - - - - - - - - - - 37 7
2003-2004 Drapeau de l'Angleterre Bolton Wanderers FC Premier League 27 9 - - 5 1 - - - - - - - - - 32 10
Sous-total 75 20 1 0 5 1 - - - - - - - 6 0 87 21
2004-2005 Drapeau de l'Angleterre Blackburn Rovers Premier League 3 0 - - - - - - - - - - - - - 3 0
Sous-total 3 0 - - - - - - - - - - - - - 3 0
2005 Drapeau des États-Unis MetroStars de New York Major League Soccer 24 10 - - - - - - - - - 2 1 - - 26 11
2006 Drapeau des États-Unis MetroStars de New York Major League Soccer 21 2 1 0 - - - - - - - 1 0 - - 23 2
Sous-total 45 12 1 0 - - - - - - - 3 1 - - 49 13
Total sur la carrière 572 196 48 13 9 1 1 1 - 64 15 3 1 82 28 779 255

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

NB : Les scores sont affichés sans tenir compte du sens conventionnel en cas de match à l'extérieur (France-Adversaire)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Monaco a remplacé Marseille pour cette épreuve, disqualifié à la suite de l'affaire VA-OM
  2. L'AJ Auxerre remporte également la Coupe de France, réalisant ainsi le premier doublé de leur histoire

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. Simon Roger, Voyage au pays des Kalmouks : Russie du sud, début du XXIe siècle, Paris, Cartouche, coll. « Voyage au pays des »,‎ 2009, 187 p. (ISBN 978-2-9158-4245-6, OCLC 436107850, présentation en ligne)
  2. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 38
  3. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 39
  4. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 40
  5. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 41
  6. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 42
  7. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 45
  8. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 50–51
  9. a, b, c, d et e Eugène Saccomano, Les stars de la coupe du monde 98, Edition 1,‎ 1998 (ISBN 9782863918456), p. 38-40
  10. Pierre Ménès, France Football,‎ 2 janvier 1990, p. 16
  11. France Football,‎ 27 février 1990, p. 24
  12. France Football,‎ 27 mars 1990, p. 22
  13. France Football,‎ 2 mai 1990, p. 22
  14. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 78
  15. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 102
  16. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 119
  17. France Football, vol. 2 800,‎ 7 décembre 1999, p. 41
  18. France Football,‎ 19 décembre 2000, p. 58
  19. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 230
  20. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 140–141
  21. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 262
  22. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 263
  23. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 264
  24. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 260–261
  25. Djorkaeff et Ramsay 2006, p. 129
  26. Patrick Swoden, « Djorkaeff l'inclassable », France Football, no 2720,‎ 26 mai 1998

Références autres[modifier | modifier le code]

  1. « Portrait de Youri Djorkaeff » (version du 1 janvier 2010 sur l'Internet Archive)
  2. a, b et c « Biographie de Youri Djorkaeff », sur afterfoot.fr (consulté le 28 août 2012)
  3. « Jean Djorkaeff, capitaine de l'OM et de l'Équipe de France », sur www.om4ever.com (consulté le 30 avril 2009)
  4. « Fiche de Jean Djorkaeff », sur Fédération Française de Football (consulté le 28 août 2012)
  5. « Djorkaeff comme Anelka », sur ladepeche.fr (consulté le 28 août 2012)
  6. « Fiche de Micha Djorkaeff », sur leballonrond.fr (consulté le 28 août 2012)
  7. a, b, c, d, e, f, g et h « Fiche et biographie de Youri Djorkaeff », sur passion1970.fr (consulté le 28 août 2012)
  8. « Coefficient de transformation de l'euro ou du franc », Insee (consulté le 27 septembre 2012)
  9. « Fiche du match », sur racingstub.com (consulté le 28 août 2012)
  10. a et b « Il y a 20 ans… Youri Djorkaeff », sur racingstub.com,‎ 12 juin 2010
  11. « Saison 1990-1991 Vainqueur Monaco », sur om4ever.com (consulté le 15 septembre 2012)
  12. « (C2) Finale Coupe des vainqueurs de coupes 1991/1992 », sur footballdatabase.eu (consulté le 15 septembre 2012)
  13. « Parcours AS Monaco Ligue des champions 1993-1994 », sur a.s.monaco.free.fr (consulté le 15 septembre 2012)
  14. « Fiche du match PSG - Saint-Étienne 1995 4-0 », sur asse-stats.com (consulté le 15 septembre 2012)
  15. « Djorkaeff, prince de La Corogne », Le Parisien,‎ 1er janvier 2005 (consulté le 28 septembre 2012)
  16. « Cup Winners Cup 1995 1996 Paris Sg Deportivo », sur twb22.blogspot.com (consulté le 15 septembre 2012)
  17. « Paris SG - Rapid de Vienne (1-0), 8 Mai 1996, Finale de la Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupes 1996, "Le jour de gloire est arrivé !" », sur psg70.free.fr (consulté le 15 septembre 2012)
  18. « Fiche du match PSG - Bastia 1996 5-1 », sur psgstat.fr (consulté le 15 septembre 2012)
  19. « FOOT. Djorkaeff pour 4 ans et 38 millions de francs à l'Inter Milan », Libération,‎ 21 mai 1996 (consulté le 28 septembre 2012)
  20. « Youri Djorkaeff à l'Inter Milan », sur linternaute.com (consulté le 15 septembre 2012)
  21. « Le retourné magique de Youri Djorkaeff avec l'Inter », sur oldschoolpanini.com (consulté le 25 août 2012)
  22. « FOOT. L'Inter bat la Lazio en finale de la Coupe de l'UEFA.Milan et ses Sud-Américains privent Rome de l'Europe », sur liberation.fr (consulté le 15 septembre 2012)
  23. « Transfert. Youri Djorkaeff quitte aujourd'hui Kaiserslautern pour rejoindre Bolton et raviver ses espoirs d'une sélection au sein de l'équipe de France », sur aujourdhui.ma (consulté le 17 septembre 2012)
  24. « Djorkaeff : « L'OM est un défi fait pour moi ! » », sur leparisien.fr (consulté le 17 septembre 2012)
  25. (en) « Football: YOURI: I'M A WANDERER. », sur thefreelibrary.com, Daily Mirror,‎ 13 juillet 2002 (consulté le 29 septembre 2012)
  26. (en) « Football: Djorkaeff signs up at Ewood. », sur thefreelibrary.com, The Birmingham Post,‎ 29 septembre 2004 (consulté le 29 septembre 2012)
  27. « Djorkaeff a signé aux New York Metro Stars », sur suchablog.com (consulté le 15 septembre 2012)
  28. « MLS - MetroStars Saison 2005 - les stats de Djorkaeff », sur footlogarchives.blogspot.com (consulté le 15 septembre 2012)
  29. « C'est bien fini pour Djorkaeff », sur sport.fr (consulté le 15 septembre 2012)
  30. « France-Israël 1993 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  31. « France-Bulgarie 1993 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  32. (en) Erik Garin, « France - B/A'-Team - International Results 1922-2001 », sur rsssf.com (consulté le 9 août 2014)
  33. « Youri Djorkaeff, huit fois décisif », sur leparisien.fr (consulté le 1er octobre 2012)
  34. « Italie-France 1994 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  35. « France-Chili 1994 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  36. « Japon-France 1994 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  37. « France-Pologne 1995 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  38. « France-Pologne: nul et non avenir1-1 hier au Parc. Les Bleus sont de plus en plus loin de l'Euro-96. », sur liberation.fr (consulté le 1er octobre 2012)
  39. « France-Azerbaïdjan 1995 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  40. « Roumanie-France 1995 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  41. « France-Israël 1995 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  42. « France-Espagne 1996 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  43. « France-Pays-Bas 1996 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  44. « France-République tchèque 1996 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  45. « France-Italie 1997 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  46. « France-Arabie saoudite 1998 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  47. « France-Danemark 1998 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  48. « Youri Djorkaeff : "Nous étions programmés pour gagner" », sur fifa.com (consulté le 2 octobre 2012)
  49. « France-Brésil 1998 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  50. « France-République tchèque 2000 », sur fff.fr (consulté le 29 août 2012)
  51. « France-Espagne 2000 », sur fff.fr (consulté le 29 août 2012)
  52. « France-Italie 2000 », sur fff.fr (consulté le 29 août 2012)
  53. « France-Corée du Sud 2001 », sur fff.fr (consulté le 29 août 2012)
  54. L'affaire Djorkaeff empoisonne l'atmosphère
  55. « France-Sénégal 2002 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  56. « France-Danemark 2002 », sur fff.fr (consulté le 30 avril 2009)
  57. Yoann Laurent, « Djorkaeff président de l'UGA Décines », M Lyon.fr,‎ 9 avril 2007 (consulté le 25 mars 2009).
  58. « Ferrero : Coupe du monde 1998 : Youri Djorkaeff », sur culturepub.fr (consulté le 29 août 2012)
  59. « Youri Djorkaeff arrive comme consultant sur Orange TV », sur jeanmarcmorandini.com (consulté le 26 août 2012)
  60. Emmanuel Bousquet, « Coupe du monde 2014 : Youri Djorkaeff et Frank Leboeuf sélectionnés pour le Mondial », sur metronews.fr, Metronews,‎ 24 avril 2014
  61. « Youri Djorkaeff accueille MasterChef », sur lefigaro.fr (consulté le 26 août 2012)
  62. « The Djorkaeff Foundation », sur fondationdufootball.com (consulté le 26 août 2012)
  63. « Youri Djorkaeff : "Repartir de la base" », sur fondationdufootball.com (consulté le 26 août 2012)
  64. « Le champion du monde s'est exilé en famille dans la Grosse Pomme », sur lefigaro.fr (consulté le 24 août 2012)
  65. « Youri Djorkaeff », sur cahiersdufootball.net (consulté le 29 août 2012)
  66. « Youri Djorkaeff : "Nous étions programmés pour gagner" », sur fifa.com (consulté le 29 août 2012)
  67. « Plaidoyer pour Djorkaeff », sur cahiersdufootball.net (consulté le 29 août 2012)
  68. « Fiche de Youri Djorkaeff », sur racingstub.com (consulté le 25 août 2012)
  69. « Palmarès Ligue 1 - meilleur buteur », sur sportpalmares.eu (consulté le 29 août 2012)
  70. « Djorkaeff, le mystificateur », sur cahiersdufootball.net (consulté le 29 août 2012)
  71. Décret du 24 juillet 1998 portant nominati
  72. Statistiques de Youri Djorkaeff sur footballdatabase.eu

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Vivre dans ta lumière, Paul Tordjmann et Youri Djorkaeff, 2000.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 8 octobre 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.