Lilian Thuram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thuram.
Lilian Thuram
Lilian Thuram.jpg
Lilian Thuram au salon du livre de Paris en mars 2012.
Biographie
Nom Ruddy Lilian Thuram-Ulien
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 1er janvier 1972 (42 ans)
Lieu Pointe-à-Pitre
Taille 1,85 m (6 1)
Période pro. 1991 - 2008
Poste Défenseur Central, Latéral Droit
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1991-1996 Drapeau : France AS Monaco 193 (11)
1996-2001 Drapeau : Italie Parme AC 228 0(1)
2001-2006 Drapeau : Italie Juventus 204 0(1)
2006-2008 Drapeau : Espagne FC Barcelone 058 0(0)
Total 683 (13)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1994-2008 Drapeau : France France 142 0(2)[1]
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Lilian Thuram, né le 1er janvier 1972 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), est un ancien footballeur international français, qui a joué au poste de défenseur central ou de défenseur droit jusqu'à sa retraite en 2008. Il détient le record de sélections (142) en équipe de France masculine, record seulement dépassé chez les femmes aujourd'hui par Sandrine Soubeyrand, capitaine de l'équipe de France féminine. Avec l'équipe de France il remporte la Coupe du monde 98 et le Championnat d'Europe 2000. Ses qualités de footballeur lui ont valu de nombreuses distinctions ; il fut nommé en particulier Chevalier de la Légion d'honneur en 1998.

Membre du conseil fédéral de la Fédération française de football (FFF) depuis le 13 décembre 2008, au titre des sportifs d'élite (il avait succédé à Michel Platini[2]), Lilian Thuram a pris la décision de démissionner le 15 décembre 2010[3].

Engagé, il prend publiquement position sur des sujets liés à l'égalité, à l'immigration et au racisme. Il a été membre du Haut Conseil à l'intégration. Il crée en 2008 la Fondation Lilian Thuram-Éducation contre le racisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée et famille[modifier | modifier le code]

Lilian Thuram grandit à Anse-Bertrand, une commune de Guadeloupe. Il est élevé par sa mère Mariana et ne connaît son père "que de loin". Son enfance est faite d'une "vie simple, faite de parties de football dans la rue, de courses avec les copains sur les plages de sable, de frasques d'écolier"[4]. En 1980, sa mère quitte la Guadeloupe pour la métropole afin de devenir femme de ménage. Lilian reste avec ses frères et sœurs, puis les enfants rejoignent leur mère (5 septembre 1981). À Bois-Colombes, il subit des blagues racistes. Cela déterminera ses combats futurs : "Je me demandais pourquoi la couleur blanche est associée au bien et la couleur noire au mal""[5].

Lilian Thuram a deux fils : Khéphren (en hommage au pharaon) et Marcus (en hommage au leader noir Marcus Garvey[6], chantre du panafricanisme). De 2007 à 2013, il avait pour compagne Karine Le Marchand, présentatrice de télévision française. Le 4 septembre 2013, celle-ci porte plainte contre lui pour violence conjugale[7] puis annonce le 14 septembre 2013 qu'elle va retirer sa plainte[8]. Un retrait de plainte n'éteignant pas l'action publique, Lilian Thuram écope tout de même d'un rappel à la loi le mercredi 18 septembre[9]. Le couple serait toutefois séparé depuis plusieurs mois a indiqué l'avocate de l'animatrice, Me Caroline Mecary. En octobre 2013, Lilian Thuram déclare n'avoir « jamais été violent avec Karine Le Marchand », avant d'ajouter : « Elle me fait une demande, une demande de compensation par rapport aux années. J'ai dit non. Elle m'a envoyé un SMS, m'a dit qu'elle allait détruire mon image »[10].

Son cousin, Yohann Thuram, est gardien de but : il joue au Standard de Liège où il occupe le poste de 2e gardien lors de la saison 2013-2014. Il intègre l'équipe de France Espoirs en 2009.

En 2012, son fils Marcus intègre le centre de formation du Football Club Sochaux-Montbéliard[11].

Lauréat du Prix Séligmann 2010 contre le racisme pour son ouvrage "Mes étoiles noires - De Lucy à Barack Obama".

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Thuram arrive en France métropolitaine à l'âge de 9 ans en 1981, pour rejoindre sa mère, femme de ménage, arrivée un an avant. Rapidement, la famille déménage de Bois-Colombes vers le quartier des Fougères à Avon près de Fontainebleau où il joue milieu de terrain offensif pour le club local des Portugais de Fontainebleau, puis au Racing club de Fontainebleau et à Melun où il croise notamment Claude Makélélé. Entré à l'AS Monaco à l'âge de 18 ans (été 1990), il commence sa carrière professionnelle avec l'AS Monaco en Première division le 22 mai 1991, lors d'un match face au Sporting Toulon Var (1-1).

Six saisons plus tard, en 1996, il quitte la France pour la Serie A italienne en signant à Parme puis à la Juventus en 2001 pour 36,6 M€. Lors de son passage à Parme, il forme avec l'Italien Fabio Cannavaro, l'une des meilleures charnières défensives du Calcio de l'époque. Il était notamment surnommé lors de son passage en Italie « La pantera nera » (la Panthère noire) ou encore le « Gigante di Guadalupa » (le Géant de Guadeloupe)[12].

Sélectionné en équipe nationale depuis 1994, il ne devient réellement titulaire au poste d'arrière droit qu'en 1996, à la retraite de Jocelyn Angloma, guadeloupéen comme lui. De 1996 à 2000, il forme avec Laurent Blanc, Marcel Desailly et Bixente Lizarazu, l'une des meilleures lignes de défense du monde. Les quatre joueurs (associés aux goals français Bernard Lama avant 1996 et Fabien Barthez après 1996) n'ont ainsi perdu aucun match en étant alignés ensemble en équipe de France.

Le 8 juillet 1998, lors de la demi-finale de la Coupe du monde 1998, il qualifie la France en inscrivant deux buts contre la Croatie (2-1), ses seuls buts en équipe de France en 142 sélections. La France remporte ensuite la finale contre le Brésil et Thuram et ses coéquipiers sont faits chevaliers de la Légion d'honneur.

Deux ans plus tard, en 2000, il remporte l'Euro organisé en Belgique et aux Pays-Bas. C'est la dernière compétition où l'association Thuram-Blanc-Desailly-Lizarazu est alignée.

En juillet 2004, à la suite de l'échec de la France au Championnat d'Europe, il décide de mettre un terme à sa carrière internationale, pour se consacrer à son club, la Juventus. Il est alors nommé au FIFA 100. Il ressort de sa retraite internationale un peu à contre-cœur, pour répondre, le 7 août 2005, à une convocation du sélectionneur Raymond Domenech, suivant de peu en cela Zinédine Zidane. Il est placé en défense centrale, poste qu'il a toujours occupé en club (notamment dans le Calcio) et qu'il affectionne plus que celui de défenseur droit auquel il avait l'habitude de jouer en équipe de France.

En juillet 2006, il participe à la Coupe du monde 2006 avec l'équipe de France, sa troisième après celles de 1998 et de 2002. L'équipe de France atteint la finale et s'incline aux tirs au but contre l'Italie. Durant cette Coupe du Monde, Thuram remporte 95 % de ses duels en défense.

Quelques jours après la finale, Lilian Thuram revient dans un long entretien accordé au magazine culturel Les Inrockuptibles sur l'incident qui a opposé pendant les prolongations le capitaine de l'équipe de France Zinédine Zidane au joueur italien Marco Materazzi. Il condamne le geste de son capitaine, mais dit le comprendre : « Je comprends que Zidane ait réagi. Mais pas sur le terrain, pas sur le terrain... (...) Il s'est trompé, et il le sait. Je ne pense pas que son geste ait eu une incidence sur le résultat du match. » Mais, il porte un jugement très sévère sur le comportement du défenseur italien : « Un joueur comme Materazzi, c'est une maladie, ça ne devrait pas exister. Cela fait longtemps que je pense ça. Materazzi donne une image négative du football et il n'a pas besoin de ce type d'attitude parce que c'est plutôt un très bon joueur (...). Le football, c'est un jeu et on respecte les règles du jeu. Cela sert à quoi de gagner si on a triché ? À rien. »

Lilian Thuram lors d'un entraînement avec le FC Barcelone, en mars 2008.

En juillet 2006, il quitte la Juventus, reléguée en Serie B en raison de l'affaire des matches truqués du Calcio, et rejoint le FC Barcelone pour deux ans. Son temps de jeu est réduit, étant barré par Carles Puyol et Rafael Márquez.

Après la finale de la Coupe du monde de football 2006, Thuram décide finalement de rester en équipe de France, sûrement jusqu'à l'Euro 2008. Il prévoit d'être présent lors des qualifications. Il dira même en riant, dans le magazine gratuit Sport : « Si à 45 ans, je suis encore performant, je jouerai en équipe de France »[13]. Cependant, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Canal+, il envisage une retraite internationale : « Je dois avouer que j'ai 35 ans, et l'Euro c'est très loin. Et d'ailleurs en ce moment je ne joue pas beaucoup à Barcelone. Si ça continue, j'aurai du mal à aller jusqu'à l'Euro. (...) Quand vous n'êtes plus à la hauteur, il faut laisser votre place, c'est pas compliqué. Il ne faut pas s'accrocher. »[14]

À l'instar de Jocelyn Angloma qui a rechaussé les crampons à l'âge de 41 ans, Thuram a affirmé sa volonté de jouer une fois sa retraite professionnelle prise, pour l'équipe de Guadeloupe de football.

Le 26 mai 2008, il déclare lors d'un point presse avec l'équipe de France qu'il ne restera pas au FC Barcelone l'année suivante[15].

Le mardi 17 juin 2008, il annonce sa retraite de l'équipe de France après l'élimination au premier tour de l'Euro 2008. « C'est toute une histoire importante de ma vie qui s'arrête ce soir. Il y a beaucoup de tristesse » a confirmé Thuram. Avec 142 sélections, il est le joueur le plus capé de l'histoire de l'équipe de France. Mais il n'arrête pas sa carrière en club. « J'ai l'intention de continuer à jouer mais je ne sais pas encore où. J'espère qu'un club voudra encore de moi »[16].

Le 27 juin 2008, alors qu'il est sur le point de s'engager pour un an avec le Paris Saint-Germain, il annonce au cours d'une conférence de presse que des examens réalisés lors de la visite médicale précédant la signature du contrat ont révélé qu'il souffre d'une malformation cardiaque héréditaire, ajoutant qu'il s'agirait de la même maladie qui aurait coûté la vie à son frère sur un terrain de basket-ball. La décision quant à son éventuelle signature au PSG est ainsi reportée au 30 juillet après des examens médicaux plus poussés[17],[18].

Lors d'une conférence de presse, tenue au Parc des Princes le 1er août 2008, le recordman des sélections en équipe de France annonce sa décision de mettre un terme à sa carrière, à l'âge de 36 ans.

Interventions publiques[modifier | modifier le code]

Lilian Thuram a été membre du Haut conseil à l'intégration et est connu pour ses positions affirmées sur certains dossiers politiques, comme la constitution européenne et la lutte contre toutes les formes de racisme. Il est aussi membre et parrain du collectif « Devoirs de Mémoires ».

Il participe par ailleurs aux activités de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), dont il a été membre du conseil d'administration[19]. À ce titre, il a accompagné Pascal Boniface, directeur de l'IRIS, en Afrique de l'Ouest en juin 2007 au cours d'une « mission de sensibilisation sur le sort des "enfants-soldats", qui furent recrutés de force par des milices ou des armées régulières lors des conflits qu'a subis cette région, à l'invitation de l'UNOWA (le Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest)[20],[21] ». Il a également participé à la rédaction de différentes tribunes, par exemple « Pour la Coupe du monde de football de 2018 en Israël et Palestine[22] », ainsi qu'au colloque « Diversité et Rayonnement de la France » le 12 novembre 2008[23].

Le 8 novembre 2005, lors de la crise des banlieues, il surprend par sa prise de position critique à l'égard du gouvernement et de Nicolas Sarkozy. Il critique l'attitude du ministre de l'Intérieur, défendant que les jeunes impliqués dans les émeutes ne sont pas des « racailles » comme le déclare celui-ci, mais des délinquants. Plus encore,« avant de parler d'insécurité, il faut peut-être parler de justice sociale. » Le ministre réplique en rappelant que « Lilian Thuram ne vit plus en banlieue depuis longtemps et vit en Italie avec un salaire bien confortable qui ne regarde que lui ».

En 2006, quelques jours après la finale perdue de la coupe du monde, Lilian Thuram a accordé un long entretien au magazine culturel Les Inrockuptibles. Il y évoque les dangers d'une « sarkoïsation des esprits » : « On est en France, un pays dit civilisé, et l'on accepte que des gens soient expulsés, j'allais même dire déportés ». Montrant son ouverture au-delà des partis politiques, lors des élections municipales de 2008, le footballeur apportera son soutien à Jeannette Bougrab, candidate dans le 18e arrondissement de Paris[24].

Lilian Thuram lors de l'inauguration du Mémorial de l'abolition de l'esclavage, en mars 2012.

Le 18 octobre 2010, l'Unicef annonce que Lilian Thuram est nommé ambassadeur de l'Unicef pour un programme de reconstruction des écoles ravagées par les séismes en Haïti[25].

En 2010 également il se voit décerner par la chancellerie des universités de Paris le prix Seligmann contre le racisme pour son ouvrage Mes étoiles noires, de Lucy à Barack Obama.

En avril 2011, il rencontre des jeunes réfugiés du camp de Qalandia en Cisjordanie[26]. En mars 2012, il participe à l'inauguration du Mémorial de l'abolition de l'esclavage de Nantes, aux côtés entre autres, de Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes et initiateur du projet, de l'ancien président du Bénin, Nicéphore Soglo, et de la députée de la Guyane, Christiane Taubira[27].

En 2012, il s'associe à l'économiste Pierre Larrouturou ainsi qu'à diverses personnalités comme Stéphane Hessel, Edgar Morin ou encore Michel Rocard pour fonder le Collectif Roosevelt 2012. Ce mouvement citoyen vise à l'insurrection des consciences et à peser sur les décisions de nos dirigeants en proposant 15 réformes d'ordre financier, économique, social et environnemental pour éviter de s'enfoncer davantage dans la crise[28].

Lilian Thuram soutient la lutte contre l'homophobie, tant au niveau institutionnel que dans le sport. Il soutient le mariage homosexuel, comparant les opposants à celui-ci aux racistes s'opposant à l'égalité entre les Noirs et les Blancs.

L'affaire des « squatteurs » de Cachan[modifier | modifier le code]

Le 6 septembre 2006, Lilian Thuram invite, en finançant lui-même l'achat de places, des personnes sans papiers pour le match France-Italie au Stade de France des personnes, françaises et étrangères, expulsées d'un squat de Cachan, (Val-de-Marne)[29]. Le 17 août 2006, des étrangers en situation irrégulière d'Afrique noire ont été expulsés d'un squat appartenant au Crous de Créteil. Le bâtiment était alors désaffecté en vue d'une prochaine démolition afin de reconstruire un « parc de stationnement boisé ». Le maire PS de Cachan, Jean-Yves Le Bouillonnec, a souhaité les reloger dans le gymnase d'une école, empêchant ainsi leur expulsion. Le dossier s'est compliqué lorsque des étrangers en situation irrégulière sans rapport avec le squat sont venus s'installer dans le gymnase. La préfecture a annoncé qu'elle limiterait ses offres de relogement à 102 familles soit environ 220 personnes, mais la mairie a recensé 516 occupants dans le gymnase. Le maire PS se trouve donc dans l'embarras puisque ce gymnase dépend d'une école.

L'affaire est devenue polémique puisque le transport de ces personnes est financé par le conseil général dont la majorité est membre du parti communiste du Val-de-Marne qui a proposé de fournir des bus.

Sur RTL, Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France et candidat déclaré à l'élection présidentielle de 2007, s'est dit « choqué » de voir « des milliardaires donner des leçons ». « Les footballeurs sont faits pour jouer au football. Je pense que Thuram et Vieira peuvent aller plus loin et loger chez eux les étrangers en situation irrégulière de Cachan, les nourrir, leur fournir le gîte et le couvert. » Un proche du ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy, le député UMP Yves Jégo, a jugé aussi sur RTL que Lilian Thuram « grand sportif, se (révélait) être un piètre individu sur le terrain de la politique ». Quant à SOS Racisme, l'association estime dans un communiqué que « les inviter au Stade de France, ce n'est pas récompenser ceux qui fraudent (...), c'est donner un moment de répit à des personnes victimes d'injustices créées par les politiques »[30].

Marie-George Buffet secrétaire nationale du Parti communiste français a déclaré dans un communiqué[31] le 6 septembre 2006: « Les propos tenus par des hommes politiques de droite et d'extrême droite sont particulièrement choquants. Ils font la démonstration, une nouvelle fois, de l'inhumanité et de la violence qui les caractérisent ». Elle soutient l'initiative de Thuram et Vieira et appelle les élus et citoyens à se mobiliser.

Le sélectionneur de l'équipe de France, Raymond Domenech a clairement soutenu l'initiative en déclarant à la presse[32]: « Il ne s'agissait pas d'invitations, mais de billets achetés par les joueurs eux-mêmes. Ils les ont payés et ils les ont offerts à qui ils veulent.[...] Jusqu'à preuve du contraire, et je les soutiens [...], ils ont le droit d'avoir des idées. Ne leur reprochez pas cela alors que, jusqu'à présent, (on disait que) ce ne sont que des footballeurs qui ne savent pas penser, qui sont bêtes comme leurs pieds. Ils ont des idées et ils n'ont demandé à personne de faire de la publicité sur ce qu'ils ont fait ».

Affaire des quotas[modifier | modifier le code]

Le site Mediapart diffuse en avril 2011 le verbatim complet d'une réunion de travail de la DTN avec notamment Erick Mombaerts, François Blaquart et de nombreux membres de la DTN et accuse Laurent Blanc, sur la base de l'écoute du verbatim complet, de s'être déclaré favorable à l'instauration de quotas limitant les bi-nationaux dans les centres de formations et équipes de France jeunes lors de cette réunion tenue au sein de la FFF en novembre 2010[33]. Lilian Thuram prend position et déclare "«J'ai été déstabilisé. Je me suis dit que c'était faux. J'ai passé des coups de fil, à Noël Le Graët, aux membres de la DTN. Nous n'avons pas encore des preuves, mais il est clair que nous sommes au cœur d'un scandale.»" et ajoute "«Quand est-ce qu'on va sortir de ces préjugés sur les couleurs de peau ? Quand est-ce qu'on va arrêter de dire que lorsque vous êtes noirs, vous courez plus vite ? Que lorsque vous êtes noir, vous êtes moins intelligent ?»"[34]. Christophe Dugarry, ancien coéquipier de Thuram en équipe de France, lui répond que "Un soir de 12 juillet 98, lors de la finale de la Coupe du Monde, on est dans les vestiaires. On a la coupe, on est en train de faire des photos entre nous. Moi j'ai souvenir de faire une photo avec Vincent Candela, avec Bixente Lizarazu, avec Zizou, ceux dont est un peu plus proche, on a envie d'avoir un souvenir commun avec la coupe au milieu. Et là j'entends Lilian Thuram, et je ne suis pas le seul, Franck Leboeuf aussi, dire « Allez les blacks on fait une photo tous ensemble. » Sur le coup, ça ne me heurte pas parce que je n'ai pas l'esprit mal placé et je sais très bien qui est profondément Lilian Thuram, c'est-à-dire tout sauf un fasciste ou un raciste. Et il y a Franck Leboeuf qui relève et lui dit « Lilian qu'est ce que tu dis là ? Imagine si nous, on avait dit allez les blancs on fait une photo tous ensemble. Comment tu aurais réagi ? »"[35] Cette réaction étonne Lilian Thuram qui précise qu'il n'utilise jamais le mot black, qu'il n'a pas souvenir d'avoir jamais souhaité une telle photo avec seulement des joueurs de couleur noire.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Lilian Thuram a fait des apparitions dans les clips d'Admiral T Fos A Peyi La, de Sefyu En noir et blanc, de Kery James Banlieusards, et de Grand Corps Malade et Reda Taliani Inch'allah.

Il était l'organisateur et le producteur du spectacle Léwoz de Lilian Thuram, tous les ans à Anse Bertrand.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Préface de Le métissage par le foot. L'intégration, mais jusqu'où ? de Yvan Gastaut, éd. Autrement Frontières
  • Mes étoiles noires, Paris, Éditions Philippe Rey,‎ 2010, 50 ill., 400 p. (ISBN 978-2-84876-148-0). Cet ouvrage a été ré-édité en poche chez Points en mai 2012 et traduit en espagnol chez Ara Libres en octobre 2012.
  • Préface de Paroles libres de...Jeunes de banlieue, de Anne Dhoquois, L'express Roularta, 2011
  • Préface de "Sarkozy m'a expulsé", 140 portraits d'étrangers dont la France n'a pas voulu, avec RESF et Charlie Hebdo, éditions Les Échappés, 2011
  • Préface de L'expulsion de Pascal Boniface, La Tengo Éditions, juin 2011
  • Manifeste pour l'égalité, aux éditions Autrement mars 2012
  • Préface de Football féminin. La femme est l'avenir du foot,éditions Le bord de l'eau, mai 2012
  • Préface du Dictionnaire du football, Le ballon rond dans tous ses sens, éd. Honoré Champion, 2012

Expositions[modifier | modifier le code]

Exhibitions, L'invention du sauvage, musée du quai Branly, Paris, 29 novembre 2011- 3 juin 2012 Lilian Thuram est le commissaire général ; Nanette Snoep et Pascal Blanchard sont commissaires scientifiques. Cette exposition a connu un immense succès et a remporté le Globe de cristal de meilleure exposition de l'année.

Palmarès de footballeur[modifier | modifier le code]

En équipe de France[modifier | modifier le code]

2 buts en 142 sélections

En club[modifier | modifier le code]

     
Divers
  • Trophées saisonniers : Carlos Lapetra de Saragosse (1998 - Parme), Naranja de Valence (2000 - Parme), Luigi Berlusconi (2001, 2003 et 2004 - Juventus), tournoi de Saint-Marin (2002 - Juventus), Bira Moretti (2004 - Juventus), Joan Gamper (2006 - Barcelone).

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Meilleur joueur étranger du Calcio en 1997
  • Joueur français de l'année 1997, décerné par France Football
  • Meilleur défenseur du championnat d'Italie en 1998
  • Ballon de bronze du meilleur joueur de la Coupe du monde 1998
  • Recordman des sélections en équipe de France de football (142 au 20/06/2008) avec laquelle il a inscrit 2 buts (tous deux contre la Croatie lors de la demi-finale du Mondial 1998).
  • Membre du FIFPro World XI en 2006
  • Officier de la Légion d'honneur (2013), chevalier (1998).

Postérité[modifier | modifier le code]

Statistiques détaillées[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Statistiques de Lilian Thuram au 30 juin 2008[36]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B M B C M B M B M B
1990-1991 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 1 0 - - - - - - - 1 0
1991-1992 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 19 0 4 0 C2 4 0 - - 27 0
1992-1993 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 37 0 2 0 C2 4 0 - - 43 0
1993-1994 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 25 1 3 1 C1 8 1 - - 36 3
1994-1995 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 37 2 5 1 - - - 2 0 44 3
1995-1996 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 36 5 6 0 C3 2 - 14 0 58 5
1996-1997 Drapeau de l'Italie Parme AC Serie A 34 1 1 0 C3 2 0 9 0 46 1
1997-1998 Drapeau de l'Italie Parme AC Serie A 32 0 6 0 C1 8 0 14 2 60 2
1998-1999 Drapeau de l'Italie Parme AC Serie A 34 0 8 0 C3 11 0 8 0 61 0
1999-2000 Drapeau de l'Italie Parme AC Serie A 33 0 4 0 C1+C3 2+8 0+0 15 0 62 0
2000-2001 Drapeau de l'Italie Parme AC Serie A 30 0 8 0 C3 7 - 5 0 50 0
2001-2002 Drapeau de l'Italie Juventus Turin Serie A 30 0 3 0 C1 8 0 10 0 51 0
2002-2003 Drapeau de l'Italie Juventus Turin Serie A 26 1 1 0 C1 15 0 12 0 54 1
2003-2004 Drapeau de l'Italie Juventus Turin Serie A 24 0 4 0 C1 5 0 14 0 47 0
2004-2005 Drapeau de l'Italie Juventus Turin Serie A 37 0 1 0 C1 11 0 - - 49 0
2005-2006 Drapeau de l'Italie Juventus Turin Serie A 27 0 4 0 C1 8 0 18 0 57 0
2006-2007 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 23 0 3 0 C1 4 0 9 0 39 0
2007-2008 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 18 0 4 0 C1 6 0 12 0 40 0
Total sur la carrière 503 10 67 2 - 113 1 142 2 825 15

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

# Date Lieu Adversaire Score Résultat Compétition
1 8 juillet 1998 Saint-Denis, France Drapeau : Croatie Croatie 1-1 2-1 Demi-finale de la Coupe du monde de football 1998
2 8 juillet 1998 Saint-Denis, France Drapeau : Croatie Croatie 2-1 2-1 Demi-finale de la Coupe du monde de football 1998

Sponsoring[modifier | modifier le code]

Après la Coupe du monde 1998, Lilian Thuram a été sollicité pour apparaître dans de nombreuses publicités. Dès septembre 1998, on peut le voir dans un spot d’Opel[37]. En 1999 c’est l’équipementier sportif Nike qui le fait jouer dans une de ses publicités[38], puis s’ensuivent des partenariats avec Lu en 2000[39], ASSU 2000 en 2002[réf. nécessaire] et Danette en 2006.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.fff.fr/equipes-de-france/tous-les-joueurs/fiche-joueur/877-lilian-thuram Fiche de Lilian Thuram] sur fff.fr
  2. Le Conseil Fédéral de la Fédération Française de Football sur le site de la Fédération française de football.
  3. Thuram démissionne du conseil fédéral de la FFF
  4. Lilian Thuram, 8 juillet 1998, Anne Carrière, 2004, p. 15.
  5. Lilian Thuram, 8 juillet 1998, p. 31.
  6. Emission Thé ou café, 16 janvier 2010
  7. « Violences conjugales : Karine Le Marchand porte plainte contre Lilian Thuram », in leparisien.fr, 13 septembre 2013.
  8. http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/09/14/karine-le-marchand-a-retire-sa-plainte-contre-lilian-thuram_3477753_3224.html
  9. http://www.lexpress.fr/styles/vip/retour-sur-l-affaire-karine-le-marchand-lilian-thuram_1294792.html
  10. Florian Duverger, « Lilian Thuram règle ses comptes avec Karine Le Marchand en direct sur Canal+ » sur PureMédias, 17 octobre 2013
  11. Le fils de Thuram chez les jeunes
  12. (it) I SOPRANNOMI DEI GIOCATORI — Juworld.net
  13. Interview de Lilian Thuram par le magazine gratuit Sport, octobre 2006 (article en ligne)
  14. Site lequipe.fr, rapporté par le quotidien L'Équipe
  15. Thuram confirme son départ article en ligne
  16. Thuram : "Beaucoup de tristesse"
  17. AFP: Une "malformation cardiaque" empêche Thuram de signer au Paris SG
  18. Lilian Thuram au Paris Saint-Germain
  19. « IRIS - Conseil d'administration »
  20. « IRIS - Rapport d'activités 2007 »
  21. « Avec Lilian Thuram en Afrique de l'Ouest, La Croix, 23 juillet 2007 »
  22. « IRIS - Pour la Coupe du monde de football de 2018 en Israël et Palestine ! »
  23. « IRIS - Diversité et Rayonnement de la France »
  24. « À part à l'UMP », Libération, 2 JUIN 2007.
  25. « Le footballeur Lilian Thuram nommé ambassadeur de l'Unicef », Le Point, 18 octobre 2010.
  26. « Lilian Thuram à la rencontre des jeunes Palestiniens », 'France 24.
  27. « Le Mémorial de l'abolition de l'esclavage inauguré » Le Télégramme, 25 mars 2012.
  28. Collectif Roosevelt, site officiel
  29. « 81 ex-squatteurs de Cachan invités pour France-Italie, polémique », Libération, 6 septembre 2006.
  30. « Polémique après l'invitation lancée par Lilian Thuram aux ex-squatters de Cachan », Le Monde, 6 septembre 2006 (article en ligne).
  31. Communiqué de Marie Georges Buffet (article en ligne).
  32. Déclaration de Raymond Domenech à la presse article en ligne.
  33. « Quotas discriminatoires : le verbatim », Espoirs du football, 30 avril 2011.
  34. « Thuram : “Au cœur d'un scandale” », L'Équipe, 1er mai 2011.
  35. « Dugarry a peur que Blanc parte », L'Équipe, 5 mai 2011.
  36. Statistiques de Lilian Thuram sur footballdatabase.eu
  37. http://www.ina.fr/video/PUB973825027
  38. http://www.culturepub.fr/videos/nike-lilian-thuram
  39. http://www.culturepub.fr/videos/lu-p-tit-dejeuner-thuram

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :