Équipe du Maroc de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe du Maroc de football féminin.

Drapeau : Maroc Équipe du Maroc

Écusson de l' Équipe du Maroc
Généralités
Confédération CAF
Emblème La couronne royale alaouite
Couleurs rouge, vert, blanc
Surnom Lions de l'Atlas
Stade principal Stade de Marrakech
Classement FIFA en diminution 81e (14 août 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Maroc Badou Zaki[2]
Plus sélectionné Abdelmajid Dolmy (140)
Meilleur buteur Salaheddine Bassir (43)

Rencontres officielles historiques

Premier match Maroc Drapeau : Maroc 3 - 3 Drapeau de l'Irak Irak
(Liban 19 octobre 1957)
Plus large victoire Maroc Drapeau : Maroc 13 - 1 Drapeau : Arabie saoudite Arabie saoudite
(Casablanca 6 septembre 1961)[3]
Plus large défaite Hongrie Drapeau : Hongrie 6 - 1 Drapeau : Maroc Maroc
(Tokyo 11 octobre 1964)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 4[4]
Huitième de finale 1986
Coupe d'Afrique des nations Phases finales : 15
médaille d'or, Afrique Vainqueur en 1976

médaille d'argent, Afrique Deuxième en 2004

médaille de bronze, Afrique Troisième en 1980

Championnat d'Afrique des nations Phases finales : 1
Quart de finale en 2014
Jeux olympiques Second Tour en 1972

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Championnat d'Afrique des nations de football 2014

L'équipe nationale du Maroc (en arabe : منتخب المغرب لكرة القدم) surnommée les Lions de l'Atlas faisant référence aux lions qui vivaient dans l'Atlas jusqu'au XXe siècle, est une équipe composée des meilleurs joueurs de football marocains placée sous l'égide de la Fédération royale marocaine de football.

Elle dispute sa première rencontre officielle en tant que pays indépendant le 19 octobre 1957 face à l'Irak, match qui s'est terminé par un nul sur le score de trois buts partout. L'équipe du Maroc a participé au total à 15 phases finales de la Coupe d'Afrique des nations de football, mais n'en a remporté qu'une seule en 1976, arrivée en finale en 2004 et est classée troisième en 1980. Elle est considérée comme l'une des meilleures équipes africaines après avoir été classée 13eme au classement FIFA en avril 1998 ce qui est un exploit pour une équipe africaine. Elle est aussi la seule équipe africaine à s'être classé première du classement africain pendant trois ans d'affilée entre 1997 et 1999. Au niveau mondial, l'équipe a participé à 4 phases finales de la Coupe du monde de football, son meilleur résultat étant en 1986 lorsqu'elle atteint les Huitièmes de finale et perd 0-1 contre l'Allemagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Équipe du Maroc d'avant l'indépendance (1928-1955)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Équipe coloniale du Maroc.

La sélection régionale du Maroc a été créée en 1928 et disputa donc son premier match lors de cette année, le 22 décembre 1928 face l'équipe B de France. La sélection marocaine s'est inclinée pour son premier match par une défaite sur le score de deux buts à un au Maroc. Cette sélection se composait des meilleurs joueurs de la LMFA ou Ligue du Maroc qu'il soient colons ou indigènes. Elle était en effet la formation qui représentait la Ligue du Maroc lors de certaines rencontres amicales : face aux formations des autres ligues nord-africaines que sont celles d'Alger, d'Oran, de Constantine et de Tunisie qui représentaient elles aussi leurs ligues respectives puisque chaque année se déroulait un tournoi des ligues nord-africaines que le Maroc a remporté à plusieurs reprises notamment lors de la saison 1948-1949. Mis à part les rencontres du tournoi des ligues nord-africaines, la sélection de la LMFA affronta également quelques clubs de football tel que le club croate du NK Lokomotiva Zagreb le 1er janvier 1950 que relate l'Union des anciens joueurs nord-africains de football (UDAFAN). L'équipe du Maroc affronta également les équipes de France A et B avec par exemple le match nul arraché en 1941 face à l'équipe de France A à Casablanca sur le score d'un but partout ce qui est un exploit pour l'époque.

Larbi Benbarek, surnommé la perle noire est considéré comme l'un des meilleurs footballeurs de l'histoire. Pelé dira ainsi : « Si je suis le roi du Football, alors Ben Barek en est le Dieu. »

Le 9 septembre 1954, un tremblement de terre secoua la région d'Orléansville en Algérie qui provoqua la destruction de la ville et la mort de plus de 1400 personnes. Lors d'un accord entre Français et Maghrébins, la Fédération française de football organise un match de charité le 7 octobre 1954 pour venir en aide aux familles des victimes. Ce match opposa une sélection composée de Marocains, Algériens et d'un Tunisien face à l'équipe nationale de France au Parc des Princes. La sélection de l'Afrique du Nord menée par Larbi Benbarek dit la perle noire réussira à battre les Français sur le score de 3-2 un mois avant les attentats de la Toussaint rouge perpétrés en novembre 1954 par le Front de libération nationale qui marquera le début de la guerre d'Algérie[5].

Les débuts du Maroc (1957-1970)[modifier | modifier le code]

Après l'indépendance du Maroc, la Fédération royale marocaine de football est fondée en 1955 après un protectorat français sur le Maroc qui était en place depuis 1912. L'équipe nationale marocaine dispute son premier match officiel en tant que pays indépendant contre l'Irak le 19 octobre 1957, dans le cadre des Jeux Panarabes au Liban, match qui se termine sur le score de trois buts partout[6]. L'équipe enchaîne face à la Libye par une écrasante victoire sur le score de cinq buts à un et dans le cadre d'un derby maghrébin, les marocains affrontent ensuite l'équipe de Tunisie et réussissent à terminer premier du groupe 1 de la compétition et à se qualifié en demi-finale grâce à une victoire par 3-1[7],[8].

Pour une première compétition bien qu'étant régionale, le Maroc a pour ses trois premiers matchs remporté deux victoires d'affilée et cédé seulement un nul mais son parcours se termine finalement en demi-finale face à l'équipe de Syrie de football le 26 octobre 1957. Bien que la rencontre se soit terminée par un match nul sur le score d'un but partout, ce sont les Syriens qui accèdent en finale dans cette compétition[9]. Puis le lendemain pour le compte de la « petite finale » (match pour la troisième place), l'équipe marocaine préfère déclarer forfait et se retirer de la compétition en laissant son adversaire le Liban qui est le pays organisateur prendre la troisième place[10]. Entre 1957 et 1958, le Maroc dispute plusieurs rencontres amicales dont l'une face à l'équipe du FLN, équipe algérienne d'avant indépendance en 1958. Cette fameuse rencontre se termine ainsi à l'avantage des Algériens[11]. À partir de 1959, le Maroc débute les éliminatoires aux Jeux Olympiques d'été de 1960. Dans un groupe composé de trois équipes que sont le Maroc, la Tunisie et Malte, l'équipe peut accéder à sa première compétition internationale en cas de qualification. Mais après quatre rencontres, les lions de l'Atlas se classent 2e tout juste derrière les Tunisiens avec le même nombre de points mais la règle de la différence de buts disqualifie l'équipe marocaine[12]. Durant cette même année, la fédération royale marocaine est définitivement affiliée à la FIFA[13].

Maroc-Espagne en 1961, dans le cadre de la qualification à la Coupe du monde 1970. Rencontre qui se déroule à Casablanca au stade d'Honneur et qui se termine par une défaite 1-0 du Maroc

L'année suivante en 1960, les Marocains participent également pour la première fois aux éliminatoires de la Coupe du monde de 1962. Le Maroc est placé dans le groupe 2 de ces éliminatoires et doit affronter l'équipe nationale tunisienne. Après deux matchs se terminant par deux buts à un en faveur des Marocains pour le match aller puis deux buts à un lors du match retour pour les Tunisiens, un match barrage est ensuite prévu pour janvier 1961[14],[15]. Lors de cette même année, le Maroc affronte la Yougoslavie dans un match amical joué au Maroc se terminant par une écrasante victoire des Yougoslaves sur le score fleuve de 5-0[16]. Un autre match eut lieu en fin d'année cette fois-ci face à l'équipe de RDA dans le cadre d'une rencontre amicale disputée à Casablanca. Les Allemands réussissent à se défaire difficilement des Marocains par trois buts à deux[17].

Stade d'honneur de Casablanca, futur Stade Mohammed V durant les Jeux panarabes de 1961.

Pour le compte du match d'appui face à la Tunisie le 22 janvier 1961, le Maroc se déplace à Palerme en Italie tout comme les aigles de Carthage. Cette rencontre se termine par un match nul sur le score d'un but partout. Pour départager les deux équipes, un tirage au sort eut lieu et c'est le Maroc qui gagna le droit de pouvoir continuer sa course pour la qualification[18],[19]. Ensuite dans le groupe final pour pouvoir disputer un match barrage face à un club européen pour espérer une qualification en Coupe du monde, les lions de l'Atlas réussissent à décrocher un ticket au détriment du Ghana pour affronter l'Espagne[20]. L'équipe du Maroc ne réussira pas la qualification à la suite de deux défaites successives face au club européen par 1-0[21], puis 3-2[22]. Durant cette même année toujours en 1961, le Maroc organisera également les Jeux panarabes de 1961 qui ont eu lieu à Casablanca et sous la forme d'un championnat avec au total six équipes participantes. La Maroc sort vainqueur de la compétition où elle réalisa sa plus large victoire contre l’Arabie saoudite le 6 septembre 1961 par 13 buts à 1[23].

Le Maroc affronta en match amical durant cette année comme en 1960, l'équipe de la RDA sauf que cette fois-ci deux rencontres vont avoir lieu entre les deux équipes : une en Allemagne et une autre au Maroc. Pour le premier match en Allemagne, ce sont les Marocains qui s'imposent par 2 buts à 1[24], et lors du match se déroulant au Maroc, les lions de l'Atlas alourdissent la marque par une victoire sur le score de deux buts à zéro[25]. En 1962, le Maroc ne dispute que des matchs amicaux. On notera la défaite face à la Roumanie par 4-0[26]. L'année suivante, l'équipe rate la qualification à la CAN puisqu'elle est défaite par la Tunisie lors du match aller à Tunis sur le score de 4-1 tandis que lors du match retour les Marocains réussissent à se surpasser en infligeant aux Tunisiens une défaite par 4-2 ce qui ne sera pas suffisant pour la qualification[27],[28],[29]. Elle dispute également les Jeux méditerranéens de 1963 où elle prend la quatrième place après une défaite lors de la petite finale face à l'équipe réserve d'Espagne par 2-1[30]. Le Maroc réussit également la qualification entre 1962 et 1963 aux Jeux olympiques d'été de 1964 se déroulant dans la ville de Tokyo au Japon[31]. Lors de ces jeux sous la houlette de Mohamed Massoun, l'équipe du Maroc dans un groupe composé de seulement trois équipes à la suite du forfait de la Corée du Nord, enregistre deux défaites successives tout d'abord face la Hongrie sur le score de 6 buts à 0 où de nos jours, cette défaite est la plus sévère qu'a connu le Maroc[32], puis face à la Yougoslavie par 3-1 malgré l'ouverture du score par les Marocains à la 2e minute de jeu par l'intermédiaire d'Ali Bouachra[33]. Pour l'année 1965, le Maroc ne dispute que des matchs amicaux tout comme en 1966[34],[35]. La fédération royale marocaine s'affilie lors de cette même année à la Confédération africaine de football ce qui lui permettra plus tard de participer à des compétitions africaines[36].

L'année suivante, les Marocains participent aux Jeux méditerranéens de 1967[37], et entre 1967 et 1968 les lions de l'Atlas réussissent la qualification aux Jeux olympiques d'été de 1968 lors du tour final au détriment du Ghana[38] puis l'équipe subit lors de l'année 1967, une sévère défaite face à l'équipe d'Allemagne de l'Ouest sur le score fleuve de 5 buts à 1[39]. L'équipe nationale du Maroc débute également à partir de 1968, les éliminatoires à la Coupe du monde de 1970 par une première victoire face au Sénégal sur le score d'un but à zéro. Lors de l'année 1969, les Marocains poursuivront les éliminatoires en réussissant à s'imposer difficilement sur les Sénégalais et les Tunisiens ce qui permit à l'équipe du Maroc de se qualifier dans la poule finale aux côtés du Soudan et du Nigeria. Le Maroc réussit à prendre la tête avec 5 points tout juste devant le Nigeria qui lui ne possède que 4 points ce qui permet de qualifier le Maroc[40]. Bien que les Marocains se soient qualifiés à la Coupe du monde de 1970, pour ce qui est de la CAN, l'Algérie barrera la route aux Marocains en aller-retour[41],[42].

Premières apparitions internationales et continentales (1970-1976)[modifier | modifier le code]

Après une qualification difficile en Coupe du monde 1970, le Maroc devient donc le second pays africain de l'histoire à se qualifier pour une Coupe du monde puisque le premier à y avoir participé était l’Égypte en 1934 mais sans pour autant participer à un tournoi préliminaire. La qualification face aux tunisiens durant ces éliminatoires, a été drôlement dure puisque après deux matchs nuls se terminant par zéro but partout[43],[44], les deux équipes maghrébines se sont opposés à Marseille et la rencontre s'étant terminé par 2-2[45], un tirage au sort a eu lieu et ce sont les marocains qui sont passés au tour final comme en 1961 pour la qualification en Coupe du monde 1962 sauf que dans celle-ci, bien que le Maroc ait pris la première place lors du tour final, l'Espagne barra la route aux lions de l'Atlas à la suite d'un match barrage.

Le Maroc disputa donc sa première Coupe du monde en tant que deuxième club africain qualifié sous la houlette du yougoslave Blagoja Vidinić avec une équipe composé exclusivement de joueurs évoluant au championnat local dont l'on notera Driss Bamous et Ahmed Faras[A 1],[46]. Lors du premier match disputé le 3 juin 1970 face à l'équipe de RFA devant 12 942 spectateurs, le Maroc crée la surprise en ouvrant le score à la 21e minute par l'intermédiaire de Houmane Jarir. Menant à la mi-temps 1-0, les allemands reprennent rapidement l'avantage après des réalisations de Uwe Seeler et Gerd Müller permettant aux allemands de remporter le match par 2-1[47]. Les lions de l'Atlas affrontent ensuite le Pérou dans une rencontre jouée devant plus de 13 537 spectateurs. Cette fois-ci le Maroc ne réussira pas à inscrire le moindre but et sera écrasé par l'équipe du Pérou sur le score sans appel de 3-0[48],[C 1]. Après cette défaite la qualification au tour suivant est définitivement impossible puisque le Maroc ne disposant d'aucun point ne peut rattraper le Pérou qui en a quatre et les allemands en possèdent six après deux victoires d'affilée. Pour le dernier match face à la Bulgarie qui a lieu le 11 juin 1970, l'équipe du Maroc arrache le nul par 1-1 après l'ouverture du score par les bulgares lors de la 40e minute, Maouhoub Ghazouani égalise à la 60e minute pour permettre au Maroc d'obtenir le seul point[49],[C 1].

Lors de cette même année en 1970 après la Coupe du monde, les Lions de l'Atlas réussissent à barrer la route à l'Algérie lors du 1er tour des éliminatoires de la Coupe d'Afrique 1972[50]. Puis pour le 2e tour, le Maroc se voit affronté les pharaons d'Égypte. Après un match aller se terminant en faveur du Maroc sur le score de 3 buts à 0[51], les égyptiens remportent le match retour par 3-2 et de ce fait[52], c'est le Maroc qui se qualifie à la Coupe d'Afrique des nations de football 1972 pour la première fois de son histoire[53]. Durant cette première participation, le Maroc ne réussira à remporter aucune victoire sans en perdre une seul. Accompagné du Congo, du Soudan et du Zaïre, les Lions de l'Atlas inscriront 3 buts tous inscrit par Ahmed Faras en encaissant le même nombre puisque les trois rencontres du Maroc se sont terminés sur le score d'un but partout chacun[54],[55]. Après la CAN, le Maroc débute ensuite les éliminatoires aux jeux olympiques de 1972 et après deux victoires et deux matchs nuls, les Lions de l'Atlas se qualifient pour ces jeux. Débutant dans le groupe A du 1er tour au côté des équipes des États-Unis, d'Allemagne de l'Ouest et de la Malaisie. Les marocains débutent par une médiocre prestation puisqu'ils sont tenus en échec par les américains sur le score de 0-0. Le Maroc subit ensuite une lourde défaite face aux allemands sur le score de trois buts à zéro avant de remporter son ticket de qualification au 2e tour grâce à une victoire face à la Malaisie sur le score fleuve de 6 buts à zéro avec notamment un triplé de l'attaquant de pointe Ahmed Faras. Toutefois, le Maroc perdra tous ces matchs lors du 2e tour face à l'Union Soviétique par 3-0, le Danemark par 3-1 puis contre la Pologne sur le score de 5-0.

En 1973, le Maroc frôle de peu la qualification à la Coupe du monde 1974 en dépassant les 1er, 2e et 3e tour permettant la qualification au groupe final. Le Maroc qui est donc qualifié dans la poule finale est accompagné de la Zambie et du Zaïre. Mais les Lions de l'Atlas débuteront mal les qualifications avec une humiliante défaite à domicile sur le score de 4-0. Le Zaïre enchaînera ainsi deux autres victoires face à la Zambie avant de devoir rencontrer le Maroc. Cette rencontre qui permettra de savoir si le Zaïre se qualifiera directement en Coupe du monde se terminera par une grosse défaite marocaine sur le score de 3-0. L'équipe qui avait tenu le nul lors de la première mi-temps verra son capitaine et attaquant fétiche, Ahmed Faras, blessé à la mi-temps. Et ainsi après le départ de celui-ci, la formation marocaine va être complètement détruite par le Zaïre. L'équipe marocaine qui tentera de refaire jouer le match déclarera forfait lors de son dernier match face à la Zambie pour protesté contre la FIFA et ne participera pas également à la Coupe d'Afrique des nations en signe de protestation. Durant l'année 1974, le Maroc dispute seulement deux matchs à la suite de son forfait envers la FIFA, les deux matchs se sont disputés face à l'Algérie : le premier au Maroc se termine par une victoire sur le score de 2-0 puis le second prend fin sur un score vierge et nul. Toutefois, après 1974, le Maroc reprend normalement les compétitions au sein de la FIFA et de la CAF, les Lions de l'Atlas réussissent donc la qualification à la CAN 1976 en éliminant de peu au dernier le tour le Ghana. Malgré cette qualification à la CAN, le Nigeria barrera la route au Maroc pour les Jeux Olympiques de 1976.

Génération dorée (1976-1986)[modifier | modifier le code]

Avec comme entraîneur le roumain George Mardarescu, le Maroc emmené par son capitaine Ahmed Faras entame sa seconde participation en Coupe d'Afrique cette fois-ci disputée en Éthiopie. Lors de cette édition, la confédération africaine de football décida une nouvelle formule pour cette année. Les deux premiers des groupes A et B se qualifient donc pour la poule finale. Ainsi la formule sur les matchs à éliminations direct a complètement disparu cette année pour laisser place à un mini-championnat dans lequel le premier est sacré champion d'Afrique. La CAN 1976 débute le 29 février 1976 pour le Groupe A mais pour le Maroc qui est versé au sein du groupe B, elle débute le 1er mars 1976. Au côté des équipes nationales du Soudan, du Zaïre et du Nigeria, le Maroc affronte pour son premier match les Soudanais et fait un match nul sur le score de deux buts à deux. Les Lions de l'Atlas affrontent ensuite le Zaïre et remportent la rencontre grâce à une réalisation de Abdelâali Zahraoui à la 80e minute permettant aux marocains d'empocher deux points en plus. Puis pour le dernier match du 1er tour, le Maroc se voit affronter les Super Eagles. La rencontre débute très mal pour le Maroc puisque les nigerians ouvrent le score à la 5e minute par penalty. Mais la riposte marocaine ne se fait pas attendre et Ahmed Faras capitaine des Lions de l'Atlas égalisent à la 8e minute de jeu. Abdallah Tazi inscrit ensuite le second but pour le Maroc lors de la 19e minute avant les Lions de l'Atlas ne tuent le match par un troisième but inscrit à la 81e minute. Grâce à cette victoire, le Maroc finit 1er de sa poule et est accompagné des nigerians lors de la poule finale. Le Maroc affronte pour son premier match lors de la phase finale l’Égypte dans le cadre d'un derby nord-africain. Cette rencontre se termine en faveur des marocains qui ont tout d'abord ouvert le score par l'intermédiaire d'Ahmed Faras avant que les égyptiens n'égalisent et que le Maroc reprend l'avantage par un but de Abdelâali Zahraoui en fin de match. Les Marocains se confrontent ensuite face aux nigériens que le Maroc a déjà battu par 3-1 lors du 1er tour. Dans cette rencontre comme celle du 1er tour, ce sont les nigériens qui ouvrent le score avant que les Marocains ne se réveillent et inscrivent deux buts par Ahmed Faras et Redouane Guezzar. Pratiquement champion avec 4 points, le Maroc doit effectuer son dernier match décisif face à la Guinée qui dispose de 3 points. Une victoire des guinéens serait fatale pour le Maroc qui doit se contenter d'un match nul. Mais la finale tournera rapidement à l'avantage des Guinéens qui marquent le premier but à la 33e minute. Les Marocains qui sont donc en train de perdre le premier titre africain qu'ils pouvaient égalisent de justesse à la 86e minute grâce à Ahmed Makrouh qui offre donc le seul et premier titre africain que le Maroc n'a jamais connu.

Le Maroc frôla à deux reprises en 1974 et en 1982 la participation à la Coupe du monde, perdant devant le seul pays africain qualifié en 1974, le Zaïre, et en 1982 contre le Cameroun. À la CAN 1978, il ne confirma pas sa prestation de 1976, éliminé au premier tour. En 1980, il prit la troisième place, battant l’Égypte sur le score de 2 buts à 0. À domicile en 1983, il remporta les Jeux Méditerranéens. Il ne se qualifia ni pour la CAN 1982, ni pour celle de 1984. À la CAN 1986, l’équipe du Maroc prend la quatrième place, battue par la Côte d’Ivoire sur le score de 3-2 avec des buts de Ghiati et de Sahil.

Allemagne-Maroc à la Coupe du monde 1986

Le premier coup d'éclat en phases finales de Coupe du monde a eu lieu au Mexique en 1986 . Après une première participation à la phase finale en 1970 au Mexique soldée par une élimination au premier tour, les Marocains entraînés à l'époque par le brésilien José Faria se qualifient à nouveau pour la Coupe du monde 1986 (toujours au Mexique). Emmené par des joueurs comme Aziz Bouderbala, Boushaba Hmida, Merry Krimau ou Mohamed Timoumi, le Maroc devient le premier pays africain à passer le premier tour d'une Coupe du monde, après 2 matches nuls 0-0 contre l'Angleterre et la Pologne et une victoire 3-1 (doublé d’Abderrazak Khairi et but d’Abdelkrim Merry Krimau) contre le Portugal. Il fit aussi impression en sortant en tête d'un des groupes les moins inspirés devant l'Angleterre et la Pologne. En huitième de finale, l’équipe du Maroc perd de justesse (0-1) contre la RFA par un but à la 89e minute de Lothar Matthäus.

Entre succès et échecs (1986-2004)[modifier | modifier le code]

Lors de la CAN 1988, à domicile, le Maroc termine premier de son groupe, mais est battu par le Cameroun en demi, et prend la quatrième place en s’inclinant 1-1 tab 4-3 contre l’Algérie. Il fut éliminé au premier tour de la CAN 1992. Il ne participa pas aux éditions de la CAN 1994 et 1996. Après avoir manqué l'édition de la Coupe du monde de football 1990, les marocains se qualifient pour deux nouvelles phases finales, en 1994 et 1998. Si leur élimination au premier tour en 1994 est logique (3 défaites (0-1 contre la Belgique, 1-2 contre l’Arabie saoudite, but de Mohammed Chaouch et 1-2 contre les Pays-Bas, but de Hassan Nader), celle de 1998 est cruelle. Après un match nul contre la Norvège (2-2, buts de Mustapha Hadji et d’Abdeljalil Hadda) et une défaite contre le Brésil (0-3), le Maroc entraîné par Henri Michel bat nettement (3-0, but d’Abdeljalil Hadda et doublé de Salaheddine Bassir) l'Écosse lors de son 3e match à Saint-Étienne mais se fait dépasser au classement par la Norvège qui l'emporte dans les dernières minutes de son match (et dans la polémique d'un penalty suspect) face à un Brésil déjà qualifié (2-1). À la CAN 1998, après avoir fini premier du groupe, le Maroc fut éliminé en quarts par l’Afrique du Sud (1-2). Il remporta les 4e Jeux de la Francophonie en 2001. Pour la Coupe du monde 2002, il frôla la qualification à quelques buts près mais c’est le Sénégal qui se qualifia. Plus récemment, après deux premiers tours en 2000 et 2002, le Maroc a refait parler de lui en atteignant la finale de la CAN 2004, mais sera battu par le pays organisateur, la Tunisie de Roger Lemerre (1-2, but de Youssef Mokhtari). Deux ans plus tard, c'est encore la Tunisie qui lui barre la route du Mondial 2006, de même à la CAN 2006 où le Maroc fut éliminé au premier tour. Le 16 novembre 2007, l’équipe du Maroc joue son premier match au Stade de France, contre la France, le match s'est soldé par un match nul (2-2, buts de Tarik Sektioui et de Youssef Mokhtari) [56].

Des Lions de l'Atlas qui peinent à confirmer (2004-)[modifier | modifier le code]

Après la CAN, l'équipe du Maroc débute les éliminatoires combinés de la Coupe d'Afrique et de la Coupe du monde 2006 dans le groupe 5. Le Maroc est présent lors de ces éliminatoires au côté de la Tunisie qui lors de la CAN précédente a éliminé en finale les Lions de l'Atlas par 2-1, ensuite se trouvent les sélections du Malawi, du Kenya, de Guinée, du Burkina Faso puis du Botswana. La qualification pour la Coupe du monde est réservée au premier de chaque groupe tandis que pour la CAN, ce sont les trois premiers de chaque poules qui se qualifient à la compétition.

Le Maroc enchaîne rapidement plusieurs victoires et matchs nuls dont l'on notera les victoires face au Burkina Faso par 4-0[57], face au Kenya sur le score de 5-1[58], puis face au Malawi par 4-1[59]. Mais pour le dernier match se tenant en Tunisie le 8 octobre 2005, le Maroc qui est classé 2e de son groupe tout juste derrière les tunisiens qui possèdent seulement un point de plus et qui n'a encore perdu aucun match doit absolument remporté la victoire pour se qualifier immédiatement en Coupe du monde.

L'équipe du Maroc en 2009 lors du match contre le Cameroun.

Les Lions de l'Atlas qui avaient cédé un nul à domicile face aux Aigles de Carthage lors du match aller se doivent à tout prix de remporter une victoire[60],[61]. Dès le début de la rencontre à la 3e minute les marocains ouvrent le score par l'intermédiaire de Marouane Chamakh. Les tunisiens égalisent ensuite par penalty lors de la 18e minute avant que le Maroc se ressaisit et inscrit le second but grâce à Talal El Karkouri à la 42e minute de jeu. Mais malheureusement au cours d'une action chanceuse sur centre du joueur tunisien Adel Chedli à la 69e minute, le ballon lobe le gardien Nadir Lamyaghri et rentre dans les cages de celui-ci[62]. La Tunisie est qualifié au détriment du Maroc alors que le Maroc n'avait perdu aucun match avec sous sa houlette, l’entraîneur marocain Badou Zaki[B 1].

Toutefois grâce à sa 2e place lors des éliminatoires, le Maroc est qualifié pour la Coupe d'Afrique 2006. Le tirage au sort verse les marocains dans le groupe A aux côtés de l'Égypte, pays organisateur, de la Côte d'Ivoire et de la Libye. Pour son premier match face aux Éléphants de Côte d'Ivoire, le Maroc est battu sur le score d'un but à zéro à la suite d'un penalty de Didier Drogba. Le match suivant l'oppose à l'Égypte devant son public, les marocains arrachent le nul puis pareil face à la Libye. L'équipe termine 3e avec deux points tout juste devant la Libye.

Le 16 novembre 2007, le Maroc affronte pour la 5e fois de son histoire, l'équipe de France et de plus, c'est la première rencontre entre eux qui se déroule au Stade de France. Le Maroc parvient à match nul par 2-2. Lors de cette même année, l'équipe du Maroc parvient à se qualifier à l'édition 2008 de la Coupe d'Afrique des nations. Le Maroc comme lors des deux dernières éditions est versé dans le groupe du pays organisateur qu'est le Ghana accompagné de la Guinée et de la Namibie. Les Lions de l'Atlas débuteront avec les chapeaux de roue la compétition en écrasant la Namibie sur le score de 5-1 grâce notamment à un triplé de Soufiane Alloudi. Malheureusement, la blessure de Alloudi durant la rencontre privera l'équipe marocaine de son principaux atout et perdra ensuite ces deux matchs suivants : défaite sur le score de 3-2 face à la Guinée, et défaite face au pays organisateur, le Ghana sur le score de 2-0.

L'équipe marocaine participe ensuite aux éliminatoires combinés de la Coupe d'Afrique et de la Coupe du monde 2010. Avec comme entraîneur le français Roger Lemerre qui a été nominé entraîneur du Maroc le 13 mai 2008, Le Maroc débute les éliminatoires par 4 victoires et 1 match nul en 2008. Mais à partir de 2009, après la défaite face au Gabon sur le score de 2-1 à domicile le 28 mars 2009, le général Hosni Benslimane, président de la FRMF depuis 1995 démissionne à la suite des mauvais résultats. Il est remplacé par Ali Fassi Fihri le 16 avril 2009. Malgré ce changement de président, le Maroc ne parvient toujours pas à gagner et cède deux matchs nuls face au Cameroun à l’extérieur et puis contre le Togo pourtant privé de son attaquant fétiche Emmanuel Adebayor à domicile. Le 7 juillet 2009, Roger Lemerre est remercié par FRMF, Hassan Moumen prend le relais aidé par 3 adjoints. Toutefois malgré ce changement d’entraîneur, le Maroc enchaîne un autre match nul face au Togo cette fois-ci à l’extérieur. Puis, les marocains finiront ensuite la dernière ligne droite par une campagne de qualification catastrophique avec deux autres défaites sur le score de 3-1 face au Gabon à l’extérieur puis 2-0 contre le Cameroun à Casablanca. Le Maroc finit dernier de son groupe et ne se qualifie à aucune compétition. En 2010, l'équipe ne dispute que très peu de match mais la nomination le 8 juin 2010 du belge Éric Gerets redonne un nouveau souffle à l'équipe. En effet sous la houlette de Gerets, le Maroc réussit la qualification à la Coupe d'Afrique des nations 2012 en remportant le dernier match décisif face à la Tanzanie sur le score de 3-1. Lors de ces éliminatoires, l'Algérie qui avait battu le Maroc lors du match aller à Annaba sur le score de 1-0, va être écrasé lors du match retour à Marrakech sur le score de 4-0.

Toujours sous la houlette Éric Gerets, l'équipe du Maroc dispute sa 14e CAN de son histoire lors de l'édition 2012 de la Coupe d'Afrique des nations. Comme depuis 2004, l'équipe se trouve dans le groupe d'un des pays organisateur, le Gabon. Mis à part le Gabon, la Tunisie ainsi que le Niger sont présent dans le groupe. L'équipe débutera très mal la compétition avec une première défaite face à la Tunisie sur le score de 2-1. le Maroc doit ensuite affronter le pays organisateur, cette rencontre se termine à l'avantage des gabonais qui remportent la rencontre sur le score de 3-2 malgré l'ouverture du score par les marocains. Le Maroc est ainsi éliminé et bat lors de son dernier match l'équipe du Niger sur le score d'un but à zéro. Toutefois malgré cette médiocre prestation au niveau continental, le Maroc participe à la coupe arabe des nations de football avec une équipe composée entièrement de joueurs marocains évoluant au championnat national. L'équipe prend la première place lors des phases de groupe au sein du groupe B devant la Libye. Ainsi la qualification aux demi-finales est assurée. Le Maroc se voit ensuite affronté l'Irak qui n'a pas pris part à la compétition depuis bien longtemps. La rencontre tourne à l'avantage des marocains qui inscrivent deux buts contre un pour l'Irak. La Libye de son côté réussit à se défaire du pays organisateur, l'Arabie saoudite et doit donc affronter en finale les Lions de l'Atlas. La compétition est finalement remporté par les marocains le 7 juillet 2009 grâce à la victoire face aux libyens lors des tirs au but après un match nul sur le score d'un but partout.

Tenues, emblème et symboles de l'équipe du Maroc[modifier | modifier le code]

Équipementier[modifier | modifier le code]

L'équipementier de l'équipe du Maroc est Adidas depuis 2012. Il n'a pas encore annoncé la tenue définitive pour les Lions. Cet équipementier versera à la Fédération une contribution financière garantie de 650 000 euros, en plus des primes et bonus en fonction des résultats, soit 2 fois plus que celui qui le précéda ( d’après le journal lematin.ma ).

Tenues[modifier | modifier le code]

Principaux maillots utilisés par l'équipe du Maroc
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2010-2011
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2010-2011
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2011-2012
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2011-2012
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile 2012-2013
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur 2012-2013


Équipe actuelle[modifier | modifier le code]

Liste des joueurs convoqués pour affronter en match amical le Qatar (3 septembre 2014) et la Lybie (7 septembre 2014)[63].
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
Gardiens de but
1 G Askri, KhalidKhalid Askri 12 005 20/10/1981 (32 ans) 2 0 Drapeau : Maroc Raja de Casablanca 2012
3 G Bounou, YassineYassine Bounou 8 551 5/4/1991 (23 ans) 4 0 Drapeau : Espagne Real Saragosse 2012
12 G Zniti, AnasAnas Zniti 9 440 28/10/1988 (25 ans) 2 0 Drapeau : Maroc FAR de Rabat 2013
Défenseurs
2 D Abarhoun, MohamedMohamed Abarhoun 9 251 05/5/1989 (25 ans) 1 0 Drapeau : Maroc Moghreb de Tetouan 2014
6 D Feddal, ZouhairZouhair Feddal 9 375 01/1/1989 (25 ans) 6 0 Drapeau : Italie US Palerme 2012
16 D Oulhaj, MohamedMohamed Oulhaj 9 736 06/1/1988 (26 ans) 11 0 Drapeau : Maroc Raja de Casablanca 2008
24 D Da Costa, ManuelManuel Da Costa 10 346 06/5/1986 (28 ans) 3 0 Drapeau : Turquie Sivasspor 2014
- D Bergdich, ZakaryaZakarya Bergdich 9 369 07/1/1989 (25 ans) 17 0 Drapeau : Espagne Real Valladolid 2012
- D Jbira, AbdeljalilAbdeljalil Jbira 8 938 14/3/1990 (24 ans) 1 0 Drapeau : Maroc Raja de Casablanca 2014
- D El Hachimi, ZakariaZakaria El Hachimi 9 891 04/8/1987 (27 ans) 6 0 Drapeau : Maroc Raja de Casablanca 2014
- D Khaliki, AyoubAyoub Khaliki 10 218 11/9/1986 (27 ans) 4 0 Drapeau : Maroc FAR de Rabat 2012
Milieux de terrain
8 M Berrabeh, MohamedMohamed Berrabeh 10 126 12/12/1986 (27 ans) 5 0 Drapeau : Maroc Wydad de Casablanca 2010
10 M Belhanda, YounèsYounès Belhanda 8 955 25/2/1990 (24 ans) 28 2 Drapeau : Ukraine Dynamo Kiev 2010
13 M El Kaddouri, OmarOmar El Kaddouri 8 778 21/8/1990 (24 ans) 6 1 Drapeau : Italie Torino FC 2013
17 M El Adoua, IssamIssam El Adoua 10 129 09/12/1986 (27 ans) 20 2 Drapeau : Espagne Levante UD 2006
19 M Obbadi, MounirMounir Obbadi 11 474 04/4/1983 (31 ans) 9 0 Drapeau : Italie Hellas Vérone 2005
- M Barrada, AbdelazizAbdelaziz Barrada 9 206 19/6/1989 (25 ans) 21 3 Drapeau : France Olympique de Marseille 2012
- M Amrabat, NordinNordin Amrabat 10 017 31/3/1987 (27 ans) 16 2 Drapeau : Espagne Málaga CF 2011
- M El Ahmadi, KarimKarim El Ahmadi 10 445 27/1/1986 (28 ans) 22 1 Drapeau : Pays-Bas Feyenoord Rotterdam 2007
- M Dirar, NabilNabil Dirar 10 416 25/2/1986 (28 ans) 7 0 Drapeau : France AS Monaco 2008
Attaquants
9 A El-Arabi, YoussefYoussef El-Arabi 10 073 03/2/1987 (27 ans) 30 11 Drapeau : Espagne Grenade CF 2010
- A Chahechouhe, AatifAatif Chahechouhe 10 289 02/7/1986 (28 ans) 3 1 Drapeau : Turquie Sivasspor 2014
Sélectionneur
Sélectionneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Maroc Abderazzak El Amrani
Entraîneur(s) des gardiens
Médecin(s)
  • Drapeau : Maroc Abderazak Hifti



Légende


Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période
1 Drapeau : Maroc Larbi Benbarek 1957-1958
2 Drapeau : Maroc Mohamed Khamiri 1958-1959
3 Drapeau : Maroc Abdelkader Lokhmiri 1959
4 Drapeau : Maroc Larbi Benbarek 1959-1960
5 Drapeau : Algérie Abdelkader Firoud 1961
6 Drapeau : Maroc Mohamed Massoun 1961-1963
7 Drapeau : Maroc Abderrahman Mahjoub 1963-1967
8 Drapeau : France Guy Cluseau 1968-1969
9 Drapeau : Maroc Abdellah Settati 1969-1970
10 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Blagoja Vidinić 1970-1971
11 Drapeau : Espagne Sabino Barinaga 1971-1972
12 Drapeau : Maroc Abderrahman Mahjoub 1972-1973
13 Drapeau : Roumanie Gheorghe Mărdărescu 1974-1978
14 Drapeau : Maroc Abdellah El Ammari 1978-1979
15 Drapeau : France Guy Cluseau 1979
Rang Nom Période
16 Drapeau : France Just Fontaine 1980-1981
17 Drapeau : Maroc Abdellah El Ammari 1981-1982
18 Drapeau : Brésil José Faria 1983-1988
19 Drapeau : Brésil Jaime Valente 1988-1989
20 Drapeau : Argentine Antonio Angelillo 1989-1990
21 Drapeau : Maroc Abdellah Blinda 1990
22 Drapeau : Allemagne Werner Olk 1990-1992
23 Drapeau : Maroc Abdelkhalek Louzani 1992-1993
24 Drapeau : Maroc Abdellah Blinda 1993-1994
25 Drapeau : Maroc Mohamed Lamari 1994-1995
26 Drapeau : Brésil Gilson Nunes 1995
27 Drapeau : France Henri Michel 1995-2000
28 Drapeau : Pologne Henryk Kasperczak 2000
29 Drapeau : Maroc Mustapha Madih 2000
30 Drapeau : Portugal Humberto Coelho 2000-2002
Rang Nom Période
31 Drapeau : Maroc Badou Zaki 2002-2005
32 Drapeau : France Philippe Troussier 2005-2006
33 Drapeau : Maroc Mhamed Fakhir 2006-2007
34 Drapeau : France Henri Michel 2007-2008
35 Drapeau : Maroc Fathi Jamal 2008
36 Drapeau : France Roger Lemerre 2008-2009
37 Drapeau : Maroc Hassan Moumen 2009-2010
38 Drapeau : Belgique Éric Gerets 2010-2012
39 Drapeau : Maroc Rachid Taoussi 2012-2013
40 Drapeau : Maroc Hassan Benabicha 2014[64]
41 Drapeau : Maroc Badou Zaki 2014 (actuel)[65]

Quarante et un sélectionneurs ont occupé la fonction d’entraîneur de l'équipe nationale depuis 1957, dont certains d'entre eux ont occupé plusieurs fois ce poste. Le record de longévité est détenu par Abderrahman Mahjoub et Mohamed Massoun, qui, au début des années 1960, vont gérer la sélection ensemble de 1963 à 1967 soit pendant quatre ans bien qu'avant cette période, Massoun dirigea l'équipe nationale de 1961 à 1963. Plus tard, Abderrahman Mahjoub reprendra son poste de sélectionneur sans Massoun en 1972.

Le premier sélectionneur de l'équipe nationale est Larbi Benbarek qui dirigea l'équipe de 1957 à 1958 avant de reprendre sa fonction lors de la saison 1959-1960. Larbi Benbarek est un ancien footballeur d'avant indépendance. Il est l'un des meilleurs joueurs de football marocains et en France, on le surnommait la perle noire pour son élégance de jeu. Évoluant dans l'USM de Casablanca avant son départ à l'Olympique de Marseille lors de la saison 1938-1939, Benbarek rejoindra plusieurs autres clubs européens mis à part l'équipe marseillaise tel que le Stade français avec lequel il marquera 43 buts et l'Atlético Madrid où il inscrira 56 buts. Benbarek fut également sélectionné à dix-neuf reprise en équipe de France avec lequel il inscrira 3 buts. Guy Cluseau, est le premier entraîneur européen et étranger du Maroc mis à part Abdelkader Firoud, algérien et français qui fut sélectionneur du Maroc qu'à une reprise tout en continuant à l'aider en tant qu'adjoint. Cluseau entraînera l'équipe du Maroc entre 1968 et 1969 puis en 1979.

Le roumain Gheorghe Mărdărescu est actuellement l’entraîneur le plus performant qu'a connu le Maroc du fait qu'il est le seul à avoir remporté la CAN 1976. Il entraîna ainsi la sélection des Lions de l'Atlas de 1974 à 1978. Un autre entraîneur très connu au Maroc qui n'est que le brésilien José Faria, sélectionneur du Maroc entre 1983 et 1988. Faria durant son passage au Maroc se convertit à l'islam et depuis, les marocains l'appellent Mehdi Faria. Il est l'entraîneur marocain à avoir permis d'atteindre le stade des huitièmes de finales en 1986 permettant ainsi au Maroc d'être le premier pays africain passant les phases de poules.

Staff actuel[modifier | modifier le code]

Encadrement technique de l’équipe du Maroc
Rang Nom
Drapeau : Maroc Badou Zaki Entraîneur-sélectionneur.
Drapeau : Maroc Mustapha Hadji Entraîneur-adjoint.
Drapeau : Maroc Saïd Chiba Entraîneur-adjoint.
Drapeau : Maroc Khalid Fouhami Entraîneur des gardiens.
Drapeau : Maroc Abderazzak El Amrani Préparateur physique.
Drapeau : Maroc Aziz Bouderbala Directeur sportif.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

À l'indépendance du Maroc, le stade Marcel Cerdan inauguré le 6 mars 1955 tout juste avant la fin protectorat français sur le Maroc et étant le stade ayant la plus grande capacité soit 30 000 places au Maroc devient ainsi après l'indépendance le stade d'honneur de Casablanca et va être principalement utilisé par l'équipe du Maroc ainsi que d’autres équipes de Casablanca dont notamment le Wydad de Casablanca et le Raja de Casablanca. Le stade connaîtra ensuite une grande rénovation en vue de pouvoir accueillir les Jeux Méditerranéens 1983 à Casablanca vers la fin des années 1970. Il rouvre en 1983 sous son nouveau nom Stade Mohammed V disposant ainsi de 80 000 places avant de se limiter à 67 000 places assises à la suite d'une nouvelle rénovation en vue de la candidature du Maroc à l'organisation de la Coupe du monde en 2000[66]. Le Grand Complexe de Rabat a quant à lui inauguré en 1983 avec comme nom le Complexe Moulay-Abdallah. Il est principalement utilisé par deux équipes locales que sont les FAR de Rabat et le FUS de Rabat mais l'équipe nationale a déjà disputé plusieurs matchs dans ce stade. Il dispose de 65 000 places assises[67].

Depuis 2011, les Lions de l'Atlas ont disputé la majorité de leurs rencontres dans le Marrakech Stadium ouvert le 5 janvier 2011. Il est considéré comme porte chance pour l'équipe du Maroc qui a remporté plusieurs rencontres importantes devant un grand public[68], en battant notamment pour les qualifications à la Coupe d'Afrique des nations de football 2012, l'Algérie par 4-0[69], et la Tanzanie par 3-1 permettant au Maroc la qualification[70], puis une autre rencontre importante face au Mozambique se terminant par une écrasante victoire sur le score de 4-0, permettant cette fois-ci, la qualification à la Coupe d'Afrique des nations de football 2013[71]. Le Maroc dispose également d'autres grands stades tel que celui de Fès qui dispose de 45 000 places accueillant les deux clubs de la ville : le MAS et le Wydad de Fès[72], celui de Tanger qui offre lui aussi une capacité de 45 000 places[73], ainsi que le Grand stade d'Agadir disposant de 45 000 places[74].

Rabat Marrakech Tanger Agadir Fès Casablanca
Stade Moulay Abdallah Stade de Marrakech Stade Ibn Batouta Stade Adrar Complexe sportif de Fès Stade Mohammed V
Capacité : 65 000 Capacité : 45 240 Capacité : 45 000 Capacité : 45 480 Capacité : 45 000 Capacité : 67 000
FAR Rabat vs AS Sale, November 6 2012-2.jpg Stade de marrakech.jpg Photo indisponible Stade-Agadir.jpg Stade-Fes 1.jpg Wydad-Raja-Casablanca.jpg

Résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès de l’équipe du Maroc en compétitions officielles
Compétition internationales Compétitions régionales

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Coupe du monde de la FIFA
Apparitions: 4
Année Tour Position J G N P Bp Bc
Drapeau de l'Uruguay 1930 à Drapeau de la Suède 1958 Non inscrit - - - - - - -
Drapeau du Chili 1962 à Drapeau de l'Angleterre 1966 Tour préliminaire - - - - - - -
Drapeau du Mexique 1970 1er tour 14 3 0 1 2 2 6
Drapeau de l'Allemagne 1974 à Drapeau de l'Espagne 1982 Tour préliminaire - - - - - - -
Drapeau du Mexique 1986 1/8 finale 11 4 1 2 1 3 2
Drapeau de l'Italie 1990 Tour préliminaire - - - - - - -
Drapeau des États-Unis 1994 1er tour 23 3 0 0 3 2 5
Drapeau de la France 1998 1er tour 18 3 1 1 1 5 5
Drapeau de la Corée du SudDrapeau du Japon 2002 à Drapeau du Brésil 2014 Tour préliminaire - - - - - - -
Total 4/20 1/8 finale 13 2 4 7 12 18

Parcours en Coupe d'Afrique[modifier | modifier le code]

Coupe d'Afrique des nations
Titre : 1 - Participations : 15
Année Position Année Position Année Position
Drapeau du Soudan 1957 Non inscrit Drapeau du Ghana 1978 Premier tour Drapeau du Burkina Faso 1998 Quart de finaliste
Flag of United Arab Republic.svg 1959 Non inscrit Drapeau du Nigeria 1980 médaille de bronze, Afrique Troisième Drapeau du GhanaDrapeau du Nigeria 2000 Premier tour
Drapeau de l'Éthiopie 1962 Non inscrit Drapeau de la Libye 1982 Tour préliminaire Drapeau du Mali 2002 Premier tour
Drapeau du Ghana 1963 Non inscrit Drapeau : Côte d'Ivoire 1984 Tour préliminaire Drapeau de la Tunisie 2004 médaille d'argent, Afrique Finaliste
Drapeau de la Tunisie 1965 Non inscrit Drapeau de l'Égypte 1986 Quatrième Drapeau de l'Égypte 2006 Premier tour
Drapeau de l'Éthiopie 1968 Non inscrit Drapeau du Maroc 1988 Quatrième Drapeau du Ghana 2008 Premier tour
Drapeau du Soudan 1970 Tour préliminaire Drapeau de l'Algérie 1990 Tour préliminaire Drapeau de l'Angola 2010 Tour préliminaire
Drapeau du Cameroun 1972 Premier tour Drapeau : Sénégal 1992 Premier tour Drapeau du Gabon Drapeau de la Guinée équatoriale 2012 Premier tour
Drapeau de l'Égypte 1974 Non inscrit Drapeau de la Tunisie 1994 Tour préliminaire Drapeau de l'Afrique du Sud 2013 Premier tour
Drapeau de l'Éthiopie 1976 médaille d'or, Afrique Vainqueur Drapeau de l'Afrique du Sud 1996 Tour préliminaire Drapeau du Maroc 2015
En rouge encadré et en gras italique, les éditions de la Coupe d'Afrique des nations que le Maroc a accueilli.

Parcours en Coupe arabe des nations[modifier | modifier le code]

Coupe arabe des nations de football
Titre : 1 - Participations : 3
Année Position Année Position
Drapeau du Liban 1963 Ne participe pas Drapeau de la Syrie 1992 Ne participe pas
Drapeau du Koweït 1964 Ne participe pas Drapeau du Qatar 1998 Premier tour
Drapeau de l'Irak 1966 Ne participe pas Drapeau du Koweït 2002 médaille de bronze, Afrique Troisième
Drapeau de l'Arabie saoudite 1985 Ne participe pas Drapeau de l'Arabie saoudite 2012 médaille d'or, Afrique Vainqueur
Drapeau de la Jordanie 1988 Ne participe pas

Parcours aux Jeux Olympiques[modifier | modifier le code]

Football aux Jeux olympiques
Apparitions: 7
Année Tour Position J G N P Bp Bc
Drapeau de la France 1900 à Drapeau de l'Italie 1960 Non inscrit - - - - - - -
Drapeau du Japon 1964 1er tour - 3 1 0 2 3 6
Drapeau du Mexique 1968 Non qualifié - - - - - - -
Drapeau de l'Allemagne 1972 2e tour - 4 1 1 2 7 6
Drapeau du Canada 1976 à Drapeau de la Russie 1980 Non qualifié - - - - - - -
Drapeau des États-Unis 1984 1er tour - 3 1 0 2 1 4
Drapeau de la Corée du Sud 1988 Non qualifié - - - - - - -
Drapeau de l'Espagne 1992 1er tour - 3 0 1 2 2 8
Drapeau des États-Unis 1996 Non qualifié - - - - - - -
Drapeau de l'Australie 2000 1er tour - 3 0 1 2 2 7
Drapeau de la Grèce 2004 1er tour - 3 1 1 1 3 3
Drapeau de la République populaire de Chine 2008 Non qualifié - - - - - - -
Drapeau du Royaume-Uni 2012 1er tour - 3 0 2 1 2 3
Drapeau du Brésil 2016 - - - - - - - -
Total 7/25 2e tour 22 4 6 12 20 37

Parcours aux Jeux Méditerranéens[modifier | modifier le code]

Jeux méditerranéens
Titres : 2 - Participations : 13
Année Position Année Position
Drapeau de l'Égypte 1951 Non inscrit Drapeau de la Grèce 1991 médaille de bronze, Afrique Troisième
Flag of Spain (1945 - 1977).svg 1955 Non inscrit Drapeau de la France 1993 Premier tour
Drapeau du Liban 1959 Ne participe pas Drapeau de l'Italie 1997 Premier tour
Drapeau de l'Italie 1963 Quatrième Drapeau de la Tunisie 2001 Premier tour
Drapeau de la Tunisie 1967 Premier tour Drapeau de l'Espagne 2005 Quatrième
Drapeau de la Turquie 1971 Premier tour Drapeau de l'Italie 2007 Retiré
Drapeau de l'Algérie 1975 Quatrième Drapeau de la Turquie 2013 médaille d'or, Afrique Vainqueur
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie 1979 Premier tour Drapeau de l'Espagne 2017
Drapeau du Maroc 1983 médaille d'or, Afrique Vainqueur
Drapeau de la Syrie 1987 Premier tour
En rouge encadré et en gras italique, l'édition des Jeux méditerranéens de football que le Maroc a accueilli.

Parcours aux Jeux de la Francophonie[modifier | modifier le code]

Jeux de la Francophonie
Titres : 1 - Participations : 6
Année Tour Position J G N P Bp Bc
Drapeau du Maroc 1989 médaille d'argent, Afrique Finaliste - - - - - -
Drapeau de la France 1994 Quatrième place - - - - - -
Drapeau de Madagascar 1997 Non inscrit - - - - - -
Drapeau du Canada 2001 médaille d'or, Afrique Vainqueur - - - - - -
Drapeau du Niger 2005 Premier tour - - - - - -
Drapeau du Liban 2009 Troisième place - - - - - -
Drapeau de la France 2013 médaille d'argent, Afrique Finaliste - - - - - -
Total - Vainqueur ? ? ? ? ? ?
En rouge encadré et en gras italique, l'édition des Jeux de la Francophonie que le Maroc a accueilli.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

Carte des équipes rencontrées par le Maroc
  •      Aucun match
  •      Un seul match
  • http://www.equipemaroc.com/
  •      De deux à quatre matchs
  •      De cinq à neuf matchs
  •      De dix à vingt matchs
  •      De vingt à cinquante matchs
  •      Plus de cinquante matchs

Grâce à ses quatre participations en Coupe du monde mais aussi grâce au grand nombre de matchs amicaux disputés face à des clubs non-africain, le Maroc est l'un des clubs africains à avoir affronté le plus d'équipes étrangères dont notamment la France avec 5 matchs soit 2 nuls et 3 défaites, l'Allemagne et principalement la RFA avec 4 défaites dont notamment lors des huitièmes de finales de la Coupe du monde de 1986 se terminant par une défaite sur le score de 1-0, l'Angleterre dont un match nul et une défaite et puis même contre le Brésil dans lequel les brésiliens sortent vainqueur des deux confrontations.

Pour ce qui est du niveau continental, le Maroc a principalement affronté ses voisins que sont l'Algérie, la Tunisie avec plus 50 rencontres, l'Égypte plus de 27 fois avec notamment 14 victoires et seulement 2 défaites, le Sénégal dans lequel plus de 36 rencontres se sont disputées. Le Maroc s'est confronté à la Libye plus de 14 fois dont l'on notera la victoire du Maroc en finale de la coupe arabe des nations de football grâce aux tirs au but face aux Chevaliers de la Méditerranée. Toutefois, les Lions de l'Atlas ont affronté très peu la Mauritanie qui fait lui aussi partie du Grand Maghreb. Ainsi les deux équipes se sont affrontés plus de 8 fois.

Les Lions de l'Atlas ont également affronté les grandes figures du football africain tel que le Nigeria au cours de 18 rencontres, le Mali 19 fois, le Cameroun 10 fois, la Côte d'Ivoire plus de 17 fois. Les Éléphants sont présent avec le Maroc, la Tanzanie et la Gambie dans le même groupe pour les éliminatoires de la Coupe du monde de football 2014. Les seules formations que le Maroc n'a toujours pas affronté sont le Tchad, l'équipe de Madagascar de football, le Soudan du Sud, le Lesotho, le Burundi, le Djibouti, le Swaziland, les Comores, l'Érythrée et l'équipe de Sao Tomé-et-Principe de football. Au total sur les 53 équipes nationales membres de la FIFA, le Maroc a affronté 43 équipes différentes et donc seules dix équipes n'ont pas encore eu l'occasion de se confronté aux lions de l'Atlas.

Rivalités[modifier | modifier le code]

L'équipe du Maroc possède de nombreux rivaux notamment les pays du Maghreb (l'Afrique du Nord) mais également quelques-uns dans l'Afrique subsaharienne (Pays traversés par le Sahara) et enfin quelques pays dans l'Europe et plus précisément l'Europe du Sud.

Dans ces régions là, le Maroc possède de nombreuses rivalités notamment l'Algérie avec qui la compétition est très rude. La Tunisie qui est un grand adversaire du Maroc et surtout sa « bête noire », domine de peu le Maroc dans l'historique des confrontations. Enfin, l'Égypte qui a longtemps dominé l'Afrique mais n'a jamais su s'imposer face au Maroc.

Un peu plus au Sud, le Maroc possède cinq grands rivaux qui sont « Les Maîtres de l'Afrique » ; Le Sénégal qui est dominé par le Maroc, le Ghana qui est également dominé par le Maroc, la Côte d'Ivoire qui domine le Maroc ainsi que le Cameroun également dominateur. Le Maroc possède toutefois une autre rivalités mais un peu plus loin de cette région, il s'agit du Nigeria qui est également dominé.

Au Nord du continent africain, les plus grand rivaux du Maroc sont l'Espagne, la France, l'Allemagne et l'Angleterre. Le Maroc est dominés par tous ces rivaux en Europe.

Classements FIFA[modifier | modifier le code]

Classement FIFA de l'Équipe du Maroc
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement mondial[fifa 1] 30 33 38 27 15 13 24 28 36 35 38 33 36 39 39 41 67 79 61 74 73
Classement en Afrique[fifa 2] 5 8 8 5 1 1 1 3 3 5 6 4 6 9 7 7 12 19 12 17 17

Légende du classement mondial :
Légende du classement africain :

  •      de 1 à 29
  •      de 1 à 3
  •      de 30 à 50
  •      de 4 à 10
  •      de 51 à 80
  •      de 11 à 20

Entre 1993 et 1996, le Maroc se place entre la 30e et 38e place au niveau mondial alors qu'au niveau continental, il occupe la 5e place puis deux fois de suites la 8e place. En 1997, les Marocains progressent au niveau mondial et atteignent la 27e place tandis qu'en Afrique, le Maroc reprend sa 5e place perdu en 1994. Entre 1997 et 1999, le Maroc est à son sommet puisqu'il atteint ainsi en avril 1998 la 13e place, ce qui est un exploit pour un pays africain.

Puis entre 1999 et 2004, le Maroc baisse progressivement tout en gardant une bonne place grâce notamment à la finale de perdue face à la Tunisie lors de la CAN 2004. Mais depuis 2004, le Maroc a connu un gros déclin puisqu'il n'a pas cessé de diminuer et d'atteindre fin 2012, la 74e place au niveau mondial et la 17e au niveau africain. Le Maroc termine l’année 2013, 73e place au niveau mondial et la 17e au niveau africain.

Soutiens et image[modifier | modifier le code]

Surnom[modifier | modifier le code]

Lion de l'Atlas au parc zoologique de Rabat.

Le surnom de l'équipe du Maroc de football est « Les Lions de l'Atlas » en raison de la présence de lions dans le Haut-Atlas jusqu'à l’extinction sauvage de ces derniers au XXe siècle .

Contrairement aux autres sous-espèces de lions, le lion de l'Atlas ne vivait pas en groupe de plus de deux ou trois membres adultes. Le mâle participait donc également à la chasse. Vivant principalement dans les montagnes du massif de l'Atlas, ces lions étaient plus robustes et beaucoup plus massifs que les autres sous-espèces de lions, atteignant facilement les 200 à 280 kg.

Supporters du match Maroc-Algérie en 2011

Il en existe toutefois une cinquantaine de spécimens dans les zoos, et une vingtaine dans le Parc Zoologique de Rabat.

Supporters[modifier | modifier le code]

Les supporters de l'équipe du Maroc sont principalement composées des meilleurs Ultras du Maroc, et donc Les Green Boys 05 (Ultra du Raja de Casablanca),le Ultra Winners 05 (le Ultra du Wydad de Casablanca) et le Ultra Askary (Ultra des FAR de Rabat).

Entre Tifo, chansons et ambiance dans le stade, les supporters n’arrêtent pas d'encourager les « Lions de l'Atlas ». Les supporters marocains sont surtout composés de Jeunes mais également d'anciens footballeur marocain comme Abdelmajid Dolmy ou encore Mustapha Hadji et Ahmed Bahja.

Records individuels[modifier | modifier le code]

Joueurs les plus sélectionnés[modifier | modifier le code]

Joueurs les plus sélectionnés
Matchs Joueur Période Matchs
140 Abdelmajid Dolmy 1971-1991 8
116 Allal Benkassou 1964-1972 0
115 Noureddine Naybet 1990-2006 4
77 Ahmed Faras 1965-1979 42
77 Houssine Kharja 2004- 13
75 Ahmed Bahja 1993-2003 16


Meilleurs buteurs[modifier | modifier le code]

Meilleurs buteurs
Buts Joueur Période Matchs
43 Salaheddine Bassir 1994-2002 66
42 Ahmed Faras 1965-1979 77
18 Abdeljalil Hadda 1996-2002 41
17 Marouane Chamakh 2003- 62
16 Youssouf Hadji 2003- 64
16 Ahmed Bahja 1993-2003 75


Les Lions les plus emblématiques[modifier | modifier le code]

Marocains ballons d'or d'Afrique ou Joueurs Africains de l'année[modifier | modifier le code]

Les Ballons d'or et Joueur africain de l'année marocains sont:

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Avant l'indépendance

Années 1960

Années 1970

Badou Zaki était considéré parmi les meilleurs gardiens de but de son époque.Danc cet image, en tant qu'entraineur.

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Mehdi Benatia est aujourd'hui considéré comme l'un des meilleurs défenseurs centraux du monde est l'actuel capitaine des Lions de l'Atlas

Années 2010

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nzekoue p. 24
  1. Bnou-Nouçair p. 197
  1. a et b Artus p. ??
  • Autres sources
  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 14 août 2014 (consulté le 14 août 2014).
  2. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Zaki-nouveau-selectionneur/461516
  3. (en) Morocco - List of International Matches sur rsssf.com
  4. (fr) MAR, Maroc - Fiche Equipe - Football, eurosport
  5. « Sélection d'Afrique du Nord », sur nouvelobs.com (consulté le 1 février 2013)
  6. « Maroc - Irak », sur footballdatabase.eu (consulté le 27 janvier 2013)
  7. « Maroc - Libye », sur footballdatabase.eu (consulté le 27 janvier 2013)
  8. « Tunisie - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 27 janvier 2013)
  9. « Syrie - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 27 janvier 2013)
  10. « Liban - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 27 janvier 2013)
  11. « Maroc - Algérie », sur footballdatabase.eu (consulté le 28 janvier 2013)
  12. « Éliminatoires des Jeux Olympiques d'été de 1960 », sur footballdatabase.eu (consulté le 29 janvier 2013)
  13. « Le football au Maroc », sur Storyfoot.com (consulté le 29 janvier 2013)
  14. « Éliminatoires de la Coupe du monde de 1962 - Groupe 2 », sur footballdatabase.eu (consulté le 29 janvier 2013)
  15. « Matchs du Maroc en 1961 », sur footballdatabase.eu (consulté le 29 janvier 2013)
  16. « Maroc - Yougoslavie », sur footballdatabase.eu (consulté le 29 janvier 2013)
  17. « Maroc - RDA », sur footballdatabase.eu (consulté le 29 janvier 2013)
  18. « Rencontres entre la Tunisie et le Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 29 janvier 2013)
  19. « Tunisie - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 29 janvier 2013)
  20. « Éliminatoires de la Coupe du monde de 1962 - Groupe Final », sur footballdatabase.eu (consulté le 29 janvier 2013)
  21. « Maroc - Espagne », sur footballdatabase.eu (consulté le 30 janvier 2013)
  22. « Espagne - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 30 janvier 2013)
  23. « Jeux Panarabes 1961 », sur footballdatabase.eu (consulté le 29 janvier 2013)
  24. « RDA - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 30 janvier 2013)
  25. « Maroc - RDA », sur footballdatabase.eu (consulté le 30 janvier 2013)
  26. « Roumanie - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 janvier 2013)
  27. « African Nations Cup 1963 », sur rsssf.com (consulté le 31 janvier 2013)
  28. « Tunisie - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 janvier 2013)
  29. « Maroc - Tunisie », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 janvier 2013)
  30. « Espagne - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 janvier 2013)
  31. « Éliminatoires aux Jeux Olympiques d'été de 1964 », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 janvier 2013)
  32. « Hongrie - Maroc », sur fifa.com (consulté le 31 janvier 2013)
  33. « Yougoslavie - Maroc », sur fifa.com (consulté le 31 janvier 2013)
  34. « Matchs du Maroc en 1965 », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 janvier 2013)
  35. « Matchs du Maroc en 1966 », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 janvier 2013)
  36. « Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) », sur govpinion.com (consulté le 31 janvier 2013)
  37. « Jeux méditerranéens de 1967 », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 janvier 2013)
  38. « Éliminatoires aux Jeux Olympiques d'été de 1968 », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 janvier 2013)
  39. « RFA - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le 31 janvier 2013)
  40. « Éliminatoires à la Coupe du monde 1970 », sur footballdatabase.eu (consulté le 13 mars 2013)
  41. « Algérie - Maroc », sur DZFoot.com,‎ 1969 (consulté le 31 janvier 2013)
  42. « Maroc - Algérie », sur DZFoot.com (consulté le 31 janvier 2013)
  43. « Tunisie - Maroc 27/04/1969 », sur footballdatabase.eu (consulté le 13 mars 2013)
  44. « Maroc - Tunisie 18/05/1969 », sur footballdatabase.eu (consulté le 13 mars 2013)
  45. « Maroc - Tunisie 13/06/1969 », sur footballdatabase.eu (consulté le 13 mars 2013)
  46. « Équipe du Maroc lors de la Coupe du monde 1970 », sur fifa.com (consulté le 28 mars 2013)
  47. « RFA - Maroc 03/06/1970 », sur fifa.com (consulté le 28 mars 2013)
  48. « Pérou - Maroc 06/06/1970 », sur fifa.com (consulté le 28 mars 2013)
  49. « Bulgarie - Maroc 11/06/1970 », sur fifa.com (consulté le 28 mars 2013)
  50. « Matchs du Maroc en 1970 », sur footballdatabase.eu (consulté le 28 mars 2013)
  51. « Maroc - Égypte 13/10/1971 », sur footballdatabase.eu (consulté le 28 mars 2013)
  52. « Égypte - Maroc 27/10/1971 », sur footballdatabase.eu (consulté le 28 mars 2013)
  53. « Éliminatoires de la CAN 1972 », sur rsssf.com (consulté le 28 mars 2013)
  54. « African Nations Cup 1972 », sur rsssf.com (consulté le 28 mars 2013)
  55. « Coupe d'Afrique des nations 1972 », sur footballdatabase.eu (consulté le 28 mars 2013)
  56. www.lequipe.fr
  57. « Maroc - Burkina Faso 17/11/2004 », sur footballdatabase.eu (consulté le 16 mars 2013)
  58. « Maroc - Kenya 09/02/2005 », sur footballdatabase.eu (consulté le 16 mars 2013)
  59. « Maroc - Malawi 04/06/2005 », sur footballdatabase.eu (consulté le 16 mars 2013)
  60. « Maroc - Tunisie 04/09/2004 », sur footballdatabase.eu (consulté le 16 mars 2013)
  61. « Maroc-Tunisie : le dernier barrage pour le mondial », sur marocpluriel.hautetfort.com (consulté le 16 mars 2013)
  62. « Tunisie - Maroc 08/10/2005 », sur footballdatabase.eu (consulté le 16 mars 2013)
  63. http://radiomars.ma/fr/i/10538/
  64. Maroc : Hassan Benabicha à la tête des Lions de l’Atlas contre le Gabon, www.rfi.fr, 12 février 2014.
  65. Zaki nouveau sélectionneur, www.lequipe.fr, 2 mai 2014.
  66. « Stade Mohammed V », sur fifa.com (consulté le 14 mars 2013)
  67. « Stade Moulay Abdallah », sur tvtrip.fr (consulté le 14 mars 2013)
  68. « Maroc - Mozambique au Stade de Marrakech », sur allafrica.com (consulté le 14 mars 2013)
  69. « CAN 2012 : le Maroc corrige l’Algérie 4-0 », sur rfi.fr (consulté le 14 mars 2013)
  70. « CAN 2012 : le Maroc est de retour en Coupe d’Afrique », sur rfi.fr (consulté le 14 mars 2013)
  71. « Le Maroc est allé la chercher », sur footafrica365.fr (consulté le 14 mars 2013)
  72. « Complexe de Fès », sur goalzz.com (consulté le 14 mars 2013)
  73. « Stade de Tanger », sur goalzz.com (consulté le 14 mars 2013)
  74. « Stade d'Agadir », sur goalzz.com (consulté le 14 mars 2013)
  • Classement FIFA
  1. Classement mondial année par année :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
  2. Classement de la zone CAF :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (fr) Jean Marie Nzekoue, L'aventure Mondiale du Football Africain: Rencontres Historiques et Résultats Mémorables, Paris, L'Harmattan,‎ 2011, 193 p. (ISBN 978-2-296-54280-8)
  • (fr) Radouane Bnou-Nouçair, Le Football africain. Biographies, histoire, bilan et perspectives, Paris, L'Harmattan,‎ 2011, 330 p. (ISBN 9782296121614)
  • (fr) Hubert Artus, Donqui Foot, Paris, Don Quichotte,‎ 2011, 496 p. (ISBN 9782858027644)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :