René Girard (football)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir René Girard (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec le footballeur international français des années 1930, René Gérard.
René Girard
René GIRARD.JPG
René Girard en juillet 2012.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Lille OSC
Biographie
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance 4 avril 1954 (60 ans)
Lieu Vauvert
Taille 1,78 m
Période pro. 1972-1991
Poste Milieu de terrain
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1972-1980 Drapeau : France Nîmes Olympique 242 (31)
1980-1988 Drapeau : France Girondins de Bordeaux 280 (23)
1988-1991 Drapeau : France Nîmes Olympique 100 (15)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1981-1982 Drapeau : France France 007 0(1)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1991-1992 Drapeau : France Nîmes Olympique 025 m.
1994 Drapeau : France Nîmes Olympique 010 m.
1996-1997 Drapeau : France Pau FC 00? m.
1998 Drapeau : France RC Strasbourg 015 m.
2002-2003 Drapeau : France France -19 ans 003 m.
2003-2004 Drapeau : France France -16 ans 00? m.
2004-2008 Drapeau : France France espoirs 020 m.
2009-2013 Drapeau : France Montpellier HSC 127 m.
2013- Drapeau : France Lille OSC 23v 11n 7d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

René Girard est un footballeur international français, aujourd'hui devenu entraîneur, né le 4 avril 1954 à Vauvert.

Évoluant au poste de milieu de terrain, il commence sa carrière professionnelle au Nîmes Olympique en 1972. Après huit saisons passé au club sans titre, il décide de partir aux Girondins de Bordeaux afin de franchir un nouveau palier dans sa carrière. Brillant en Gironde, il est appelé par Michel Hidalgo pour participer à la coupe du monde 1982 en Espagne. En 1988, il est de retour dans le Gard, et retrouve son club formateur, le Nîmes Olympique évoluant alors en Division 2. Il connaîtra une dernière épopée en tant que joueur, en permettant au club de remonter en Division 1 en 1991.

Il prend alors sa retraite de footballeur, mais va être rappelé par son club dès le mois de janvier 1992 pour sauver une équipe à la dérive en Division 1, dix matchs pour autant de défaites plus tard, il se retire du monde du football. Il faut attendre 1998 pour le retrouver sur le banc d'un club professionnel de football lorsqu'il est appelé en renfort pour sauver le RC Strasbourg de la relégation. Bien qu'ayant réussi son retour, il ne reste pas en Alsace et est recruté par la FFF en tant qu'entraîneur adjoint de Roger Lemerre jusqu'en 2002 puis comme entraîneur des jeunes puis des espoirs jusqu'en 2008. Claquant la porte de la fédération suite à des tensions avec l'équipe dirigeante, il reste au chômage pendant un an avant d'être engagé par Louis Nicollin pour remplacer Rolland Courbis au Montpellier Hérault Sport Club qui vient de remonter en Ligue 1. Le 14 juin 2013, il devient le nouvel entraîneur du LOSC Lille.

René Girard n'a qu'un seul titre à son palmarès en tant qu'entraîneur, celui de champion de France obtenu en 2012. Il participe également à la finale de la Coupe de la Ligue en 2011.

Il a également remporté de nombreux titres en tant que joueur, Champion de France à trois reprises en 1984, 1985 et 1987 avec les Girondins de Bordeaux, il réalise même le doublé coupe/championnat en 1987 alors qu'il avait déjà remporté la coupe de France la saison précédente. Vainqueur du Trophée des champions en 1987, il obtient un dernier titre honorifique en 1991 en devenant vice-champion de France de Division 2 avec le Nîmes Olympique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Une jeunesse partagée entre football et petits boulots[modifier | modifier le code]

C'est à Vauvert, une petite commune du Gard, qu'est né René Girard le 4 avril 1954. Fils d'un employé de mairie et d'une femme de ménage, il vit une adolescence partagée entre les vendanges avec ses parents, les coups de main à son frère qui est carreleur sur les chantiers et son amour pour le ballon rond : « Je travaillais le matin et j'avais entraînement le soir, à 18 heures. Je prenais ma pétrolette pour rentrer sur Nîmes. ». Déjà repéré par le Nîmes Olympique, il profite des pauses déjeuner pour défier son frère avec un ballon « fait de fils de fer et de fines feuilles de papier ».

Déjà bosseur et téméraire dans la vie comme sur le terrain, le Vauverdois véhiculait déjà les mêmes valeurs qu'aujourd'hui : « Moi, je ne suis pas un fainéant. Si je n'avais pas été dans le monde du football, j'aurais été ailleurs et j'aurais bossé. Et ça n'aurait pas été très grave[1]. »

Ses débuts au Nîmes Olympique[modifier | modifier le code]

Milieu de terrain défensif accrocheur, originaire de Vauvert, René Girard débute sa carrière dans sa région natale, en signant son premier contrat professionnel au Nîmes Olympique en 1972[2]. Il passe huit saisons avec son club formateur qui évolue alors en Division 1, et après quatre premières saisons où le club joue les trouble fête dans le haut du classement, les quatre suivantes sont plus délicates, le club gardois étant sur le déclin. C'est ainsi qu'il décide de quitter sa région d'origine pour signer aux Girondins de Bordeaux, club beaucoup plus ambitieux, après avoir tout de même participé à 243 matchs et inscrit 43 buts pour son équipe de cœur[2].

Ses grandes années bordelaises[modifier | modifier le code]

Il s'impose alors rapidement comme un joueur incontournable dans le collectif bordelais, et est un des acteurs principaux de la grande période des Girondins de Bordeaux dans les années 1980. Ils remportent en effet trois titres de champion de France, deux coupes de France et se qualifient chaque année pour les coupes d'Europe. Ils manquent d'ailleurs de peu la consécration européenne par deux fois. En 1985, les Girondins de Bordeaux sont battus en demi-finale de la coupe des clubs champions par le Juventus FC de Michel Platini[3]. Puis en 1987, les Girondins de Bordeaux sont éliminés en demi-finale de la coupe des coupes par le Lokomotive Leipzig lors de la séance des tirs au but[3].

Le 30 avril 1986, il remportent la Coupe de France de football face à l'Olympique de Marseille qui est en pleine ascension au début des années Tapie[4]. L'année suivante, Ils remportent le premier doublé des Girondins de Bordeaux en devançant l'Olympique de Marseille de quatre points en championnat et dominant les mêmes Marseillais (2-0) en finale de la coupe de france.

Pendant ces années fastes, les joueurs du club bordelais sont particulièrement observés par les entraîneurs de l'équipe de France. René Girard est ainsi appelé par Michel Hidalgo pour participer à la coupe du monde 1982, durant laquelle il joue cinq matchs et inscrit un but lors du match pour la troisième place face à la Pologne (2-3) [5]. L'équipe de France s'incline cependant en demi-finale contre l'Allemagne, après prolongations (3-3) aux tirs aux buts (5 TAB 4) , et René Girard observe depuis le banc de touche, l'agression de son partenaire Patrick Battiston par le portier allemand[2].

Au-delà de ses qualités de récupérateur et de son influence sur l’entrejeu qui sont parmi les qualités qui lui sont attribués, c’est son tempérament sanguin qui forge sa réputation. Il est connu comme le genre de joueur qui ne se déplace pas pour rien et qui laisse plutôt traîner la jambe. Parmi ses autres qualités, le sélectionneur de l'équipe de France retient aussi son sens du tacle, sa pugnacité et son endurance qui en font un joueur complet[2]. Cependant René Girard vexe souvent lorsque l'on évoque son tempérament rugueux et le fait qu'il était avant tout un joueur « physique ».

« Si on veut retenir que j'étais un joueur engagé, très bien, mais j'étais un milieu qui a mis 50 buts et pas n'importe comment. Des reprises de volée, des retournés... »

— René Girard, So Foot[1]

Fin de carrière et reconversion[modifier | modifier le code]

En 1988, après avoir pris part à 280 rencontres et avoir marqué 23 buts avec les Girondins de Bordeaux, il retourne dans le club qui l'a fait connaitre, le Nîmes Olympique. Le club gardois évolue alors en seconde division, et après deux échecs lors des barrages d'accession dans l'élite, René Girard va connaitre une dernière épopée en terminant premier du groupe A de seconde division, synonyme pour le club d'une remontée en première division. Cependant, il décide de prendre sa retraite de joueur professionnel, souhaitant s'arrêter en beauté[2].

René Girard se reconvertit immédiatement en tant qu'entraîneur et prend la tête du Nîmes Olympique à l'agonie en Division 1. Mais l'expérience est de courte durée, et après plusieurs années de chômage, il semble se résoudre à abandonner le monde du football puisqu'il ouvre un bureau de tabac à Nîmes.

« Ce n'était pas pour rigoler, hein. On était ouverts du lundi matin, à six heures, jusqu'au dimanche midi. »

— René Girard[1]

Profitant de cette période pour passer ses diplôme d'entraîneur, il relance sa carrière au Pau FC en 1996, puis au RC Strasbourg, qu'il sauve de la relégation au printemps 1998[2]. À nouveau sans club durant l'été, il est contacté par son ancien entraîneur bordelais Aimé Jacquet, fraîchement champion du monde et nouveau Directeur technique national qui lui propose d'intégrer la DTN[6].

La F.F.F (Fédération Française de Football)[modifier | modifier le code]

Dans la foulée, il devient même l'adjoint du nouveau sélectionneur national Roger Lemerre, poste qu'il occupera durant quatre ans, avec comme point d'orgue la victoire des Bleus à l'Euro 2000. Après la déconfiture de l'équipe de France lors de la coupe du monde 2002, il quitte son rôle d'adjoint tout en restant à la DTN et se souvient de cette période comme d'un moment fort de sa carrière.

« Tant qu'on l'accepte et qu'on y met du cœur, le rôle d'adjoint n'est pas ingrat, bien au contraire. J'ai vraiment vécu des moments fabuleux »

— René Girard[1]

Après avoir entraîné les sélections des moins de 19 ans et moins de 16 ans, René Girard succède en juillet 2004 à Raymond Domenech en tant que sélectionneur de l'équipe de France espoirs. Après dix ans au sein d'une Fédération française de football qui se trouve sur le déclin, il est remercié « sans explication », dans l'incompréhension la plus totale en 2008.

« Pour des gens qui donnent des leçons de communication... Houllier voulait mettre Mombaerts à ma place. Je suis allé voir les trois intéressés, Escalettes, Houllier et Domenech. Ils savent ce que j'en pense. Quand Houllier m'a emmerdé, je lui ai dit “va te faire...” »

— René Girard, So Foot[1]

La consécration à Montpellier[modifier | modifier le code]

En juin 2009, il devient l'entraîneur du Montpellier Hérault Sport Club pour le retour du club en Ligue 1[7] après 5 ans d'absence. Sous sa direction, l'équipe de pailladine réalise, de façon tout à fait inattendue, une des meilleures saisons de son histoire en terminant à la cinquième place, se qualifiant ainsi pour la Ligue Europa[8]. Au cours de la saison suivante, il poursuit sa tâche en développant le collectif et en intégrant les jeunes pousses victorieuses de la Gambardella 2009[8]. En championnat, le club se place au niveau de 2009-2010, après un raté en Ligue Europa. Néanmoins, la participation à cette coupe offre un parcours raccourci en coupe de la Ligue qui aide le club de se hisser jusqu'en finale de cette édition 2010-2011[9]. La défaite face à l'Olympique de Marseille sonne le glas pour une équipe fatiguée, qui dégringole finalement à la 14e place du championnat.

Lors de la saison 2011-2012, le bon travail de René Girard permet à l'équipe qu'il entraîne depuis trois saisons de remporter le titre de champion de France[10]. Il démontre que ses choix sont les bons en faisant pratiquer à ses joueurs un football offensif avec des passes courtes et des petites remises[11], mais également en leur demandant d'être présent dans les duels et défendre quel que soit leur poste sur le terrain[12]. Il prouve ainsi que le collectif et le travail dans la durée peuvent surpasser les gros moyens de clubs plus fortunés[8]. C'est une saison historique pour le club, avec une équipe qui prend 50 points à domicile, 32 à l'extérieur (meilleur total pour un champion après l'Olympique lyonnais en 2005-2006) et obtient la reconnaissance de ses pairs en étant élu meilleur entraîneur de Ligue 1 lors des Trophées UNFP du football[13] 2014.

Lille OSC[modifier | modifier le code]

Le 14 juin 2013, René Girard est engagé au Lille OSC pour trois saisons. Il y remplace Rudi Garcia parti à l'AS Rome. Sa venue est contestée par certains supporters des dogues.[réf. nécessaire] Cependant, la troisième place obtenue lors de sa première saison l'a fait adopter par l'immense majorité de ces supporters[réf. nécessaire].

On l'a accusé de pratiquer un football ennuyeux et défensif. Cependant, il a dû composer avec un effectif privé de ses joueurs capables de créer des déséquilibres dans les défenses adverses, comme Eden Hazard et Gervinho. Le recrutement de deux ou trois joueurs plus offensifs pourrait changer la donne, même si René Girard ne renoncera probablement pas à ses principes de cohérence et de stabilité dans l'organisation défensive du jeu.

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

René Girard totalise sept capes et un but avec l'équipe de France. Auteur d'une magnifique saison 1981-1982, avec les Girondins de Bordeaux il est appelé par Michel Hidalgo pour participer à la coupe du monde 1982. Bien qu'utilisé comme joker entrant en fin de match, il compte trois titularisations pour autant de défaite, et inscrit le premier but de la petite finale de la coupe du monde 1982 pour sa dernière apparition chez les bleus.

Liste des matchs en sélection de René Girard[14]
Date Adversaire Score Compétition Lieu Commentaires
14 octobre 1981 Drapeau : Irlande République d'Irlande 2-3 Élim. CM Lansdowne Road, Dublin, Irlande Titulaire[15]
24 mars 1982 Drapeau de l'Irlande du Nord Irlande du Nord 4-0 Match amical Parc des Princes, Paris, France Remplaçant (entre à la 76e minute)[16]
16 juin 1982 Drapeau : Angleterre Angleterre 1-3 Coupe du monde Stade San Mamés, Bilbao, Espagne Titulaire[17]
21 juin 1982 Drapeau : Koweït Koweït 4-1 Coupe du monde Stade José Zorrilla, Valladolid, Espagne Remplaçant (entre à la 84e minute)[18]
24 juin 1982 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 1-1 Coupe du monde Stade José Zorrilla, Valladolid, Espagne Remplaçant (entre à la 88e minute)[19]
28 juin 1982 Drapeau : Autriche Autriche 1-0 Coupe du monde Stade Vicente Calderon, Madrid, Espagne Remplaçant (entre à la 85e minute)[20]
7 juillet 1982 Drapeau : Pologne Pologne 2-3 Coupe du monde Stade José Rico Pérez, Alicante, Espagne Titulaire et buteur à la 14e minute[21]

En club[modifier | modifier le code]

Après deux saisons d'adaptation, René Girard devient un joueur incontournable du milieu du Nîmes Olympique lors des six saisons suivantes alors que le club gardois perd de son aura. Il doit ainsi attendre son transfert aux Girondins de Bordeaux en 1980 pour connaitre une réelle montée en puissance et remporter ses premiers titres.

Il remporte à trois reprise le titre de champion de France en 1984, 1985 et 1987 et est vice-champion en 1983 et 1988. Il remporte également deux fois la coupe de France en 1986 et 1987 et une fois le Challenge des champions en 1988 alors qu'il n'est que finaliste de cette compétition en 1987.

De retour dans le Gard, il termine sa carrière en apothéose en permettant la remontée du Nîmes Olympique en Division 1 en terminant vice-champion de Division 2 en 1991.

Statistiques de René Girard [22]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B M B C M B M B
1972 – 1973 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 1 4 0 - - - - - - - 4 0
1973 – 1974 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 1 3 0 1 0 - - - - - 4 0
1974 – 1975 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 1 35 5 - - - - - - - 35 5
1975 – 1976 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 1 34 4 2 0 - - - - - 36 4
1976 – 1977 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 1 25 3 5 1 - - - - - 30 4
1977 – 1978 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 1 34 4 3 0 - - - - - 37 4
1978 – 1979 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 1 34 5 - - - - - - - 34 5
1979 – 1980 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 1 34 6 3 1 - - - - - 37 7
1980 – 1981 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 22 1 3 1 - - - - - 25 2
1981 – 1982 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 34 1 6 0 - - C3 3 0 43 1
1982 – 1983 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 20 0 4 1 - - C3 2 0 26 1
1983 – 1984 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 29 2 3 1 - - C3 2 1 34 4
1984 – 1985 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 32 4 2 1 - - C1 7 0 41 5
1985 – 1986 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 31 2 10 2 - - C1 1 0 42 4
1986 – 1987 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 34 2 7 0 1 0 C2 8 1 50 3
1987 – 1988 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 38 5 - - 1 0 C1 5 0 44 5
1988 – 1989 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 2 25 1 3 0 - - - - - 28 1
1989 – 1990 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 2 33 1 3 0 - - - - - 36 1
1990 – 1991 Drapeau de la France Nîmes Olympique Division 2 34 3 2 0 - - - - - 36 3
Total sur la carrière 535 49 57 8 2 0 - 28 2 622 59

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

René Girard intègre la FFF en 1998 en tant qu'adjoint au sélectionneur de l'équipe de France puis devient sélectionneur des jeunes et des espoirs.

S'il remporte l'Euro 2000 et la Coupe des confédérations 2001 en tant qu'adjoint de Roger Lemerre, René Girard ne remporte pas d'autres compétitions majeures avec les différentes équipes de France dont il est sélectionneur, et ce malgré les participations au Championnat d'Europe des moins de 19 ans en 2003 et au Championnat d'Europe espoirs en 2006. Il remporte néanmoins avec les espoirs, le Tournoi de Toulon 2005, seul titre à son palmarès de sélectionneur[23].

Parcours de sélectionneur de René Girard[24],[25],[26]
Saison Équipe Compétitions Européennes Matchs Amicaux Total
Type Matchs V N D Bp Bc Matchs V N D Bp Bc Matchs V N D Bp Bc
2002 – 2003 France -19 ans QCE 2003
Euro 2003
6
3
5
0
1
2
0
1
19
4
1
6
7 2 3 2 7 5 16 7 6 3 30 12
2003 – 2004 France -16 ans - - - - - - - 17 7 3 7 24 23 17 7 3 7 24 23
2004 – 2005 France espoirs QCE 2006 5 3 1 1 6 4 8 5 4 0 16 6 13 8 5 1 22 10
2005 – 2006 France espoirs QCE 2006
Euro 2006
5
4
4
4
1
0
0
1
10
8
3
3
4 3 1 0 8 3 13 11 2 1 26 9
2006 – 2007 France espoirs QCE 2007
QCE 2009
4
1
2
0
1
1
1
0
6
1
3
1
5 3 0 2 11 5 10 5 2 3 18 9
2007 – Avril 2008 France espoirs QCE 2009 5 3 1 1 9 4 4 1 1 2 6 6 9 4 2 3 15 10
Total sur la carrière 33 21 8 5 63 25 45 21 12 13 72 48 78 42 20 18 135 73

En club[modifier | modifier le code]

Après des essais de courte durée au Nîmes Olympique ou au RC Strasbourg, il est recruté par le Montpellier Hérault SC en 2009, avec lequel il atteint la finale de la coupe de la Ligue en 2011 dès sa seconde saison à la tête de l'équipe pailladine. Le 20 mai 2012, il décroche le premier titre de champion de France de l'histoire du Montpellier Hérault SC obtenant également la reconnaissance de ses pairs en étant élu meilleur entraîneur du championnat. 1 ans plus tard, a la tête du LOSC, il remporte a nouveau ce trophée ( Meilleur Coach de Ligue 1 )

Parcours d'entraîneur de René Girard au 27 mai 2013[27]
Saison Club Championnat Coupes nationales Coupes continentales Total
Division Matchs V N D Bp Bc Matchs V N D Bp Bc Type Matchs V N D Bp Bc Matchs V N D Bp Bc
Novembre 1991 – 1992 Nîmes Olympique Drapeau : France Division 1 38 9 14 15 31 50 2 1 0 1 5 3 - - - - - - - 25 5 - - - -
Octobre 1994 – Décembre 1994 Nîmes Olympique Drapeau : France Division 1 9 0 2 7 2 12 1 0 0 1 0 2 - - - - - - - 10 0 2 8 2 14
1997 – Janvier 1998 Pau FC Drapeau : France CFA  ?  ?  ?  ?  ?  ? - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Janvier 1998 – Juillet 1998 RC Strasbourg Drapeau : France Division 1 13 4 4 5 17 14 2 1 0 1 3 5 - - - - - - - 15 4 4 7 20 19
2009 – 2010 Montpellier HSC Drapeau : France Ligue 1 38 20 9 9 50 40 2 1 0 1 5 7 - - - - - - - 40 20 9 11 55 47
2010 – 2011 Montpellier HSC Drapeau : France Ligue 1 38 12 11 15 32 43 5 3 0 2 5 3 C3 2 1 0 1 1 1 45 16 11 18 38 47
2011 – 2012 Montpellier HSC Drapeau : France Ligue 1 38 25 7 6 68 34 5 3 1 1 10 4 - - - - - - - 43 28 8 7 78 38
2012 – 2013 Montpellier HSC Drapeau : France Ligue 1 38 15 7 16 54 51 2 1 0 1 4 4 C1 6 0 2 4 6 12 46 16 9 21 64 67
Total sur la carrière 159 65 33 42 169 143 17 7 1 8 23 21 - 2 1 0 1 1 1 178 73 34 51 193 165

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e René Girard, itinéraire d'un homme des années 80, sur lemonde.fr, publié le 17 mai 2012, consulté le 7 juin 2012
  2. a, b, c, d, e et f René Girard : le joueur, sur msn.carnetsport.com, publié le 2 juin 2012, consulté le 6 juin 2012
  3. a et b Sud Ouest, L'album des girondins, Sud Ouest, 2006 (ISSN 0999-4173)
  4. « 1986, Bordeaux second cru classé », article sur http://www.fff.fr/
  5. Rapport du Match Pologne-France, sur fifa.com, consulté le 6 juin 2012
  6. René Girard et Guy Stéphan s'approchent des Bleus, sur humanite.fr, publié le 8 août 1998, consulté le 6 juin 2012
  7. Girard au MHSC sur webmhsc.com
  8. a, b et c René Girard, la revanche d'un homme du milieu, sur midilibre.fr, publié le 21 mai 2012, consulté le 7 juin 2012
  9. Coupe de la Ligue 2011 à l'OM, victoire sur Montpellier 1 à 0, sur om4ever.com, consulté le 7 juin 2012
  10. « Montpellier au panthéon », sur lequipe.fr,‎ 21 mai 2012 (consulté le 21 mai 2012)
  11. (en) « De Lille à Montpellier », sur eurosport.fr,‎ 20 mai 2012 (consulté le 25 mai 2012)
  12. « Montpellier a tout pour plaire », sur eurosport.fr,‎ 12 avril 2012 (consulté le 25 mai 2012)
  13. « Foot - Trophées UNFP - Hazard encore au top », sur lequipe.fr, RSSSF,‎ 14 mai 2012 (consulté le 14 mai 2012)
  14. Fiche de René Girard sur le site de la FFF
  15. Irlande 3-2 France, le 14 octobre 1981, sur fff.fr
  16. France 4-0 Irlande du Nord, le 24 mars 1982, sur fff.fr
  17. Angleterre 3-1 France, le 16 juin 1982, sur fff.fr
  18. France 4-1 Koweït, le 21 juin 1982, sur fff.fr
  19. France 1-1 Tchécoslovaquie, le 24 juin 1982, sur fff.fr
  20. France 1-0 Autriche, le 28 juin 1982, sur fff.fr
  21. Pologne 3-2 France, le 7 juillet 1982, sur fff.fr
  22. Statistiques de René Girard (football) sur footballdatabase.eu
  23. Fiche de René Girard, sur fff.fr, consulté le 7 juin 2012
  24. Saison 2002-2003 de l'équipe de France des moins de 19 ans, sur fff.fr
  25. Saison 2003-2004 de l'équipe de France des moins de 16 ans, sur fff.fr
  26. Matchs depuis 2000 de l'équipe de France espoirs, sur fff.fr
  27. Statistiques de René Girard, sur footballdatabase.eu

Sur les autres projets Wikimedia :