George Best

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Best.
George Best
George best 1976.jpg
George Best en 1976
Biographie
Nationalité Drapeau de l'Irlande du Nord Irlande du Nord
Naissance 22 mai 1946
Lieu Belfast (Irlande du Nord)
Décès 25 novembre 2005 (59 ans)
Lieu Kensington, Londres (Angleterre)
Taille 1,75 m (5 9)
Période pro. 1961-1984
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1961-1963 Drapeau : Angleterre Manchester United
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1963-1974 Drapeau : Angleterre Manchester United[1] 466 (178)
1974 Drapeau : Afrique du Sud Jewish Guild (en)
1974 Drapeau : Angleterre Dunstable Town (en) 3 (0)
1975 Drapeau : Angleterre Stockport Country 3 (2)
1975-1976 Drapeau : Irlande Cork Celtic (en) 3 (0)
1976 Drapeau : États-Unis Los Angeles Aztecs 25 (13)
1976-1977 Drapeau : Angleterre Fulham 33 (7)
1977-1978 Drapeau : États-Unis Los Angeles Aztecs 32 (12)
1978-1979 Drapeau : États-Unis Ft Lauderdale S 26 (6)
1979-1980 Drapeau : Écosse Hibernian 22 (3)
1980-1981 Drapeau : États-Unis San Jose E 56 (28)
1982 Drapeau : Écosse Motherwell
1983 Drapeau : Angleterre Bournemouth 3 (0)
1983 Drapeau : Australie Brisbane Lions 1 (0)
1984 Drapeau : Angleterre Tobemore United 1 (0)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1964-1977 Drapeau de l'Irlande du Nord Irlande du Nord 37 (9)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

George Best est un footballeur nord-irlandais né le 22 mai 1946 à Belfast (capitale de l'Irlande du Nord) et mort le 25 novembre 2005 à Londres. Il est considéré comme l'un des plus grands attaquants de l'histoire.

Évoluant aux postes d'avant-centre et d'ailier, George Best a fait preuve d'une technique, d'une vivacité et d'un sens du dribble exceptionnels[2], qui en ont fait l'un des sportifs ayant le plus marqué les esprits britanniques de par son génie, sa vie et son tempérament. George Best connaît sa période faste à Manchester United FC, où il évolue aux côtés d'autres légendes du football telles Bobby Charlton et Denis Law. En 2004, il est cité par Pelé dans la liste FIFA 100 des 125 meilleurs footballeurs vivants, ce dernier déclarant même que Best était le meilleur joueur qu'il ait jamais vu évoluer[3]. En 2000, Diego Maradona déclare également que George Best est son idole[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Best est issu des quartiers ouvriers de Belfast, d'une famille protestante (presbytérienne). Sa mère est une ancienne sportive de haut niveau, internationale de hockey sur gazon, et son père est ouvrier. La forte addiction de sa mère à l'alcool joua un rôle certain dans l'alcoolisme légendaire[réf. nécessaire] de George Best[5].

C'est à l'âge de 15 ans que George Best est découvert avec un ami, Eric McMordie, dans sa ville natale de Belfast par Bob Bishop (en), recruteur pour le compte de Manchester United. Ce dernier envoie en urgence un télégramme au manager de Manchester Matt Busby disant simplement : « J'ai trouvé deux jeunes : un bon et un génie »[6]. Best est en conséquence appelé à passer un essai d'une semaine à Manchester et convainc Busby en une matinée. À la fin de la première journée, les deux gamins décident cependant de rentrer à Belfast, estimant qu'ils en avaient assez vu. Le père de George appelle alors Matt Busby pour excuser son fils, qui est rapidement recruté comme apprenti par Joe Armstrong, chef du recrutement du club. Il devient plus tard professionnel et débute sous les couleurs de l'équipe première de Manchester United en 1963, à 17 ans et 4 mois, contre West Bromwich Albion à Old Trafford : sur son premier ballon, il réalise un petit pont sur le latéral adverse Graham Williams, qui est ridiculisé tout au long de la partie par le jeune ailier gauche[7].

Statue représentant George Best, Denis Law et Bobby Charlton.

Best est l'un des grands artisans des titres de champions d'Angleterre de 1965 et de 1967. Le reste de l'Europe le découvre lors d'un match de Coupe des clubs champions européens en mars 1966 où il réalise une grande performance, marquant un doublé face au Benfica Lisbonne d'Eusébio (5-1). Son but lors de la finale victorieuse de Coupe d'Europe en 1968 face à Benfica, la première victoire d'un club anglais en Coupe d'Europe, consacre la popularité de Best[2]. Il obtient en cette année 1968 le Ballon d'or France Football, devant son coéquipier Bobby Charlton.

Il est le premier footballeur à acquérir un statut de pop-star, à tel point qu'il est surnommé le « cinquième Beatles »[2], et le premier à avoir tourné dans des publicités[réf. nécessaire]. À cette époque, Old Trafford voit arriver plus de 10 000 lettres par semaine, toutes pour Georgie Boy et amenées par camionnette spécialement affrétée par la Royal Mail[réf. nécessaire]. Symbole de cette folie, au dernier coup de sifflet de la finale de 1968 contre le Benfica, un supporter descend sur la pelouse armé d'un couteau pour... s'offrir une mèche de cheveux de Best, qui parvient à s'échapper[8].

Façade de maison rendant hommage à George Best.

Son nouveau statut de star lui permet tous les excès, il boit beaucoup, passe le plus clair de son temps à faire la fête et dépense des fortunes au casino. Le court apogée de carrière de Best commence à prendre fin à la suite du retrait définitif de Matt Busby du poste d'entraîneur en 1971, ce dernier, avec qui il avait une relation presque paternelle, étant en effet le seul à pouvoir le canaliser[9]. Cependant son génie reste réel, comme l'illustre sa troisième place au classement du Ballon d'or 1971.

Sa vie privée empiète de plus en plus sur sa carrière, il délaisse les entraînements, son niveau s'en ressent et il présente de plus en plus de signes d'énervement sur le terrain, il n'hésite plus à rentrer parfois saoul sur ce dernier. Symbole de son inconstance, il est suspendu en janvier 1970 quatre semaines pour avoir arraché le ballon des mains d'un arbitre. À son retour, Le 7 février, il marque six des huit buts de MU lors de la victoire en 5e tour de la Cup, contre Northampton Town FC (8-2)[2]. Physiquement usé et mentalement à bout, Best cache ses kilos en trop sous une épaisse barbe et n'obtient pas la confiance de son nouvel entraîneur Tommy Docherty et de ses coéquipiers[2]. Willie Morgan, ailier écossais du club, dira plus tard : « George pensait qu'il était le James Bond du foot. Il avait tout ce qu'il voulait, l'argent, les filles, la gloire. Il vivait au jour le jour et s'en est toujours tiré comme ça. Quand il manquait l'entraînement, les gens trouvaient des excuses à sa place. Il n'avait pas à en fournir. Il se foutait de tout »[9]. La relation était même plutôt tendue avec certains, notamment depuis le tout début avec Bobby Charlton, ce dernier n'appréciera Best à sa juste valeur[non neutre] que bien plus tard (avouant qu'il s'était longtemps trompé à son sujet)[réf. nécessaire].

En 1972, Best part en plein championnat prendre sa « retraite », à peine âgé de 26 ans, à la suite des dispositions que son nouvel entraîneur, Frank O'Farrell, essaye de lui imposer. Ces dernières débutent par deux semaines de salaire d'amendes, des séances d'entraînements supplémentaires et il a pour ordre de quitter sa maison pour un lieu plus calme. Best finit par s'excuser et met fin à cette « retraite » après moins de deux semaines de vacances en Espagne. En 1974, alors âgé de 27 ans, il se fait renvoyer de Manchester United pour ses divers abus. Il dispute son dernier match avec les Red Devils le 1er janvier 1974 contre Queens Park Rangers au stade Loftus Road (match perdu 3 à 0). En 466 apparitions toutes compétitions confondues, il aura inscrit 178 buts. Il fut meilleur buteur de son club durant six années consécutives et meilleur buteur du championnat anglais lors de la saison 1967-68.

À la suite de son départ de Manchester, Best réalise des piges dans des clubs de second rang : Jewish Guild (en) en Afrique du Sud[2], Dunstable Town (en), Stockport County et Cork Celtic en Irlande. Lors d'un de ces trois matchs, il prend la balle, dribble un joueur, se retourne pour vomir et repart balle au pied pour finalement centrer[10]. Il part ensuite aux États-Unis porter le maillot des Los Angeles Aztecs qui, dans une époque de crises financières (pour le club comme pour le championnat américain), réussit, grâce à la présence de Best, à trouver un investisseur du nom d'Elton John. Il rencontre là-bas Angie McDonalds, un top-model américain, avec qui il s'installe. Malgré les efforts de cette dernière, les cures de désintoxications et les médicaments, Best continue à boire et à flamber.

Best retourne par la suite avec sa petite amie en Angleterre, où il signe à Fulham FC -sur sa réputation- avant qu'Angie ne reparte aux États-Unis, excédée de ses liaisons extraconjugales. George lui court alors après jusqu'à ce qu'elle accepte de l'épouser en 1978, et avec qui il a un fils en 1981, Calum Best (en). Il rejoue avec les Los Angeles Aztecs jusqu'à la fin de la saison 1978. Lors des saisons 1979-1980 et 1980-1981, Georges Best alterne entre les clubs américains de Fort Lauderdale Strikers et San Jose Earthquakes et une pige pour Hibernian en Écosse. Les deux derniers clubs le voyant jouer sont Bournemouth en Angleterre et Brisbane Lions en Australie, en 1983. Il prend alors sa retraite à 37 ans.

Il compte 37 sélections avec l'Irlande du Nord, pour 9 buts, mais n'a jamais disputé un match de Coupe du monde. Il demanda en de nombreuses occasions à ce qu'une équipe d'Irlande unifiée soit créée mais en vain, et ce malgré son immense popularité[réf. nécessaire].

Après-carrière[modifier | modifier le code]

Best en 1982.

La retraite sportive de Best n'arrange pas son alcoolisme. Son ami Jim Boyce raconte ce que Best lui dit en 1988 : « Les gens ne se rendent pas compte à quel point je souffre de mon alcoolisme. Et ils ne voient pas les efforts que j'ai endurés pour essayer d'arrêter. Mais je ne peux pas m'empêcher de boire. Malheureusement à cause de cette maladie, je ne suis pas du tout devenu la personne que je voulais être. Et je sais que je ne pourrai jamais rien y changer.[réf. nécessaire] »

En 1984, George Best est condamné à trois mois de prison pour conduite en état d'ivresse et agression sur agent. Il dispute ses derniers matchs et marque ses derniers buts avec Ford Open Prison. Son jubilé est organisé en 1988 au Windsor Park de Belfast, au cours duquel il marque deux buts. Dans les gradins sont présents entre autres Sir Matt Busby et Bob Bishop. Symbole de sa popularité, en 1987 le groupe The Wedding Present intitule son premier album du nom du fameux joueur.

Hommage à Best après sa mort.

En 1991, il apparaît complètement saoul à une émission de la BBC[réf. nécessaire]. Il est élu sportif britannique du siècle en 1995. Mais ceci ne change rien à sa situation, il est ruiné, n'a plus vraiment de domicile fixe et doit revendre tous ses trophées. Grâce à l'argent récolté, il arrive à s'acheter une petite maison en Turquie dans la ville de Antalya . En 1994, il passe Noël en prison, après avoir été condamné pour conduite en état d'ivresse. En 1998, George Best devint commentateur pour Sky Sports. En mars 2000, il subit sa première sérieuse alerte de santé : le foie est touché. On craint pour sa vie. En février 2001, il est hospitalisé pour une pneumonie. Best subit une greffe du foie en 2002, mais il rechute rapidement se remet à boire, compromettant gravement sa santé.

Nouveau nom de l'aéroport de Belfast.

En 2004, il est à nouveau condamné pour conduite en état d'ivresse est suspendu de permis pour 20 mois. George Best est hospitalisé début octobre en soins intensifs à l'hôpital Cromwell de Londres, un hôpital privé en Kensington, après une infection pulmonaire. Son état ne cesse alors de se dégrader. George Best meurt le 25 novembre 2005 d'une infection pulmonaire à 59 ans, veillé par son fils, Calum, 24 ans, et son père Dickie, 87 ans. Sa mort crée une grande émotion en Grande-Bretagne. Plus de 300 000 personnes[11](soit plus d'un sixième de la population nord-irlandaise !) ont accompagné son cortège malgré la pluie lors de ses obsèques nationales à Belfast au son de The Long and Winding Road des Beatles. L'aéroport de Belfast change de nom pour prendre celui de George Best[2].

Sur une des couronnes de fleurs déposées sur le cercueil de Best était inscrit « Maradona good, Pelé better, George best »[12]

Citations[modifier | modifier le code]

Best est connu pour ses citations piquantes[2].

  • « Si j'avais été moche, vous n'auriez jamais entendu parler de Pelé. »[2]
  • « En 1969 j'ai arrêté les femmes et l'alcool, ça a été les 20 minutes les plus dures de ma vie. »[13]
  • « J'ai claqué beaucoup d'argent dans l'alcool, les filles et les voitures de sport - le reste, je l'ai gaspillé »[14].
  • « Mon rêve, c'était d'éviter la sortie du gardien, de m'arrêter juste avant la ligne de but, de me mettre à quatre pattes et de pousser le ballon de la tête dans le but. J'ai failli le faire contre Benfica en finale de la Coupe d'Europe 1968. J'avais dribblé le gardien mais, au dernier moment, je me suis dégonflé. J'ai eu peur que l'entraîneur fasse une crise cardiaque !» [15]
  • À propos de son passage au Los Angeles Aztecs : « J'avais une maison au bord de la mer. Mais pour aller à la plage, il fallait passer devant un bar. Je n'ai jamais vu la mer »[13].
  • Après sa greffe du foie en 2002 qui avait nécessité une transfusion de vingt litres de sang (40 demi-litres, donc autant de pintes) : Dix heures pour quarante pintes, j'ai battu mon record de 20 minutes[13].
  • « J'ai dit un jour que le Q.I. de Gazza (alias Paul Gascoigne) était plus petit que le numéro de son maillot et il m'a demandé : « Qu'est ce qu'un Q.I. ? »[15]
  • À propos de David Beckham : « Son pied gauche ne lui sert à rien, il est mauvais de la tête, il ne sait pas tacler et il ne marque pas souvent. À part ça, il est pas mal. » (« He cannot kick with his left foot, he cannot head a ball, he cannot tackle and he doesn't score many goals. Apart from that he's alright.») [15]. Plus tard, Best n'hésite pas à qualifier Beckham « d'unijambiste. »[13]
  • En parlant de Cristiano Ronaldo, il a déclaré « Pendant des années, j'en ai vu défiler, des "nouveaux George Best". C'est la première fois que je prends ça pour un compliment »[15].

Carrière[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]