Kaunas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kaunas
Blason de Kaunas
Héraldique
De haut en bas, de gauche à droite : la forteresse de Kaunas, la maison de Perkūnas, l'hôtel de ville, le réservoir de Kaunas, le musée militaire Vytautas le Grand, l’église Saint-Michel-Archange.
De haut en bas, de gauche à droite : la forteresse de Kaunas, la maison de Perkūnas, l'hôtel de ville, le réservoir de Kaunas, le musée militaire Vytautas le Grand, l’église Saint-Michel-Archange.
Administration
Pays Drapeau de la Lituanie Lituanie
Région Sudovie
Apskritis Apskritis de Kaunas
Municipalité Municipalité de Kaunas-ville
Maire Andrius Kupčinskas
Indicatif 37
Démographie
Population 336 817 hab. (2011)
Densité 2 145 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 54′ N 23° 56′ E / 54.9, 23.933 ()54° 54′ Nord 23° 56′ Est / 54.9, 23.933 ()  
Superficie 15 700 ha = 157 km2
Divers
Première mention 1361
Statut Ville depuis 1408
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lituanie

Voir la carte administrative de Lituanie
City locator 14.svg
Kaunas

Géolocalisation sur la carte : Lituanie

Voir la carte topographique de Lituanie
City locator 14.svg
Kaunas
Liens
Site web http://www.kaunas.lt
Sources
Villes de Lituanie

Kaunas (en polonais Kowno, en allemand Kauen) est la deuxième ville de Lituanie, et le plus important port fluvial des pays baltes, sur le Niémen.
Elle est aussi la capitale administrative de l'apskritis de Kaunas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée avant l’an 1000 après J.-C., cette ville fut fortifiée par les Lituaniens aux XIIIe et XIVe siècles pour résister aux chevaliers teutoniques. La ville devint polonaise à la fin du XVIe siècle et fut acquise par les Russes après la troisième partition de la Pologne, en 1795. En 1842 la ville devient la capitale du nouveau gouvernement de Kowno.

Entre 1915 et 1918, elle fut le siège de l’administration d’occupation allemande, le Oberbefehlshaber der gesamten Deutschen Streitkräfte im Osten.

De 1920 à 1940, elle fut capitale de la Lituanie indépendante, alors que Vilnius était en Pologne. Elle fut annexée par l’Union soviétique, en vertu du pacte germano-soviétique de 1939, puis occupée par les nazis entre 1941 et 1944 qui l’abandonnèrent à l’arrivée de l’Armée rouge à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Sort des juifs à Kaunas[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ghetto de Kovno.

Lors du pogrom de Kaunas, des partisans anticommunistes lituaniens massacrèrent 3 800 Juifs. Le nombre exact des victimes est connu avec précision grâce au rapport Jäger qui comptabilisa la totalité des Juifs assassinés en Lituanie. Pendant l’occupation nazie, un camp d’extermination y fut établi, le Neuvième fort vers lequel le 73e convoi de déportation des Juifs de France fut envoyé, le 15 mai 1944 : 878 déportés dont les deux tiers furent dirigés vers l’Estonie et dont seulement 22 étaient encore en vie en 1945. C’est aussi au Neuvième fort et dans les forêts voisines que furent exterminés les Juifs du ghetto de Kaunas.

Population[modifier | modifier le code]

Population : 381 300 habitants en 2001.

Administration[modifier | modifier le code]

La ville est divisée en 11 seniūnijos :

Enseignement et culture[modifier | modifier le code]

L’université de Kaunas, fondée en 1922, fermée par les Soviétiques en 1950, rouverte en 1989, porte le nom d’université Vytautas-Magnus[1]. Elle comporte dix facultés :

  • Sciences humaines,
  • Économie et gestion,
  • Sciences,
  • Informatique,
  • Arts,
  • Travail social,
  • Sciences sociales,
  • Théologie catholique,
  • Sciences politiques et diplomatie,
  • Droit.

Transports[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Kaunas possède un club de basket-ball très renommé : le Žalgiris. C'est à Kaunas que se trouve le stade Darius-Girenas de l'équipe lituanienne de football.

Monuments[modifier | modifier le code]

Musées et églises[modifier | modifier le code]

Art[modifier | modifier le code]

  • Le musée du diable (musée d’Antanas Žmuidzinavicius)
  • La galerie de dessins de Kaunas
  • Le musée Mykolas-Žilinskas
  • Le musée national d’art Mikalojus-Konstantinas-Čiurlionis : Il comprend une grande collection d’œuvres de Čiurlionis ainsi que des différents artistes qui ont marqué la Lituanie.
  • Le musée de la céramique
  • Le musée consacré à L. Truikys et M. Rakauskaite
  • Le festival Kaunas Photo et la galerie de photographie Kaunas Gallery

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le musée du Neuvième fort
  • Le musée de la Déportation et de la Résistance (support papier en français)
  • La maison Sugihara
  • Le musée militaire Vytautas le Grand
  • Le musée du KGB (section de Kaunas)

Divers[modifier | modifier le code]

  • Le musée de la Médecine et de la Pharmacie en Lituanie
  • Le musée de l’écrivain Juozas Grušas
  • Le musée de la musique lituanienne P. Stulga

Églises[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Même s’il n’y a aucune certitude, on peut supposer un adjectif médiéval kaunas ayant signifié « bas ». Kaunas serait donc la ville construite sur une terre basse. Le nom s’écrit ou s’est écrit Kowno en polonais, Kovno en russe, Kovne (קאוונע) en yiddish et Kauen en allemand.

Aéronautique[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par un aéroport international.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Kaunas est jumelée avec[2] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alex Faitelson, Courage dans la tourmente en Lituanie 1941-1945, Mémoires du ghetto de Kovno, Paris et Montréal, L'Harmattan, 1999 (ISBN 2-7384-8587-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]