Ouest-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ouest-France
Image illustrative de l'article Ouest-France

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidienne
Format Berlinois
Genre Presse régionale
Prix au numéro 0,95 € en semaine (1,15 € le vendredi avec TV Magazine) et 1,05 € le dimanche (Dimanche Ouest-France)
Diffusion 751 225 ex. (2013)
Date de fondation 7 août 1944
Ville d’édition Rennes

Propriétaire Groupe SIPA - Ouest-France
Rédacteur en chef François-Xavier Lefranc[1]
ISSN 0999-2138
Site web www.ouest-france.fr

Ouest-France est un quotidien régional français, édité à Rennes et vendu dans les régions de l'ouest de la France, ainsi qu'à Paris. C'est le journal phare du groupe SIPA - Ouest-France, et, depuis 1975, le premier quotidien français en termes de diffusion, avec en moyenne 751 225 exemplaires diffusés chaque jour en 2013[2].

Historique[modifier | modifier le code]

La rédaction du Pré-Botté à Rennes, ancien siège du journal.

Ouest-France prend le Lundi 7 août 1944 la suite de L'Ouest-Éclair, journal créé le 2 août 1899, interdit de parution à la Libération pour collaboration.

Évolutions récentes[modifier | modifier le code]

Implanté à l'origine rue du Pré-Botté, dans le centre de Rennes, Ouest-France déménage son siège, sa rédaction, son administration et son imprimerie en août 1972 à Chantepie, dans la banlieue de Rennes (rue du Breil). Il dispose aujourd'hui d'un second centre d'impression à La Chevrolière, à une vingtaine de kilomètres au sud de Nantes (Loire-Atlantique).

Le journal délaisse progressivement le plomb pour passer à l'impression en offset à partir de 1978. Sa première photo en couleur a été publiée en juin 1980.

En avril 1990, l'Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste est fondée, qui détient à plus de 99 % le groupe SIPA - Ouest-France.

En juin 1990, Ouest-France édicte sa propre charte de l'information dans laquelle le journal rappelle les valeurs humanistes auxquelles il aime se référer et qui mentionne les règles que ses journalistes sont appelés à respecter : honnêteté intellectuelle, prudence d'écriture et respect des personnes. Cette charte est intitulée « Dire sans nuire, montrer sans choquer, témoigner sans agresser, dénoncer sans condamner »[3].

Il réalise un tirage à un million d'exemplaires pour la première fois le 16 août 1988, et plusieurs fois encore depuis, à l'occasion de grands événements d'actualité, notamment les élections.

Depuis décembre 1997, il paraît le dimanche, en format tabloïd, sous le titre dimanche Ouest-France (21 éditions). Cette parution dominicale au prix de 1,05 € est divisée en 3 cahiers : « Actualités », « Magazine », et « Sports ». Elle était diffusée en 2013 à 366 526 exemplaires, conquérant ainsi la première place parmi les journaux paraissant le dimanche.

Le 13 janvier 2009, Ouest-France adopte une nouvelle maquette pour améliorer son « confort de lecture »[4], passant de 7 à 6 colonnes, grossissant sa police d'imprimerie d'un dixième et adoptant une maquette plus aérée. « Il s'agit de moderniser le journal sans rien perdre de ses qualités : sa rigueur, son humanisme et sa volonté de délivrer l'information la plus complète possible du monde à la commune », insiste Jean-Luc Évin, rédacteur en chef[5].

Le 20 000e numéro paraît le vendredi 4 juin 2010, présentant dix-huit unes représentatives de l'histoire du journal[6].

En 2011, une rotative est arrêtée. Des éléments d'impression de cette rotative sont transférés sur les cinq autres rotatives de Chantepie et à l'imprimerie de Nantes.

En 2012, démontage de la rotative 6 à Chantepie, la tour couleur remontée sur la rotative 7 à la Chevrolière. Réaménagement du plateau pour la mise en place d'une rédaction papier.web

Parallèlement à l'édition papier, Ouest-France développe un journal en ligne, sur ouest-france.fr; lemarin.fr; infomer.fr; ouestfrance-auto.com; ouestfrance-immo.com; ouestfrance-emploi.com; ouestfrance-affaires.com; ouestmarches.com; ouestbateaux.com; vacancesalouest.com; maville.com; ouestfrance-ecole.com; ouestfrance.entreprises.fr; infolocale.fr; meilleurenclasse.com; jactiv.ouestfrance.fr et le service Dans nos cœurs.

En 2013 : automatisation des expéditions, jusqu'au chargement des camions. Ouest-France est disponible sur smartphone, sur tablette et sur Ipad avec L'édition du soir.

En 2013/2014/2015 : investissement dans deux nouvelles rotatives,la KBA Commander CL en configuration 4/1, avec une capacité d'impression de 90 000 exemplaires par heure contre 60 000 pour l’équipement actuel. Et un transtockeur dont le rôle sera de distribuer les bobines sur les deux nouvelles rotatives, la mise en service aura lieu à l'automne 2014. Trois anciennes rotatives seront arrêtées.

En 2014 : le contenu des journaux du week-end (éditions du samedi et du dimanche) change. Ouest-France ajoute des nouvelles rubriques, plus visuelles, des interviews, des sujets de société, de consommation et de vie quotidienne. L'actualité est aussi plus approfondie.

Les rédacteurs en chef[modifier | modifier le code]

Organisation de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Le groupe[modifier | modifier le code]

Ouest-France est actuellement au cœur du groupe SIPA - Ouest-France qui réunit quatre autres quotidiens, de nombreux hebdomadaires locaux à travers Publihebdos et qui possède des participations majoritaires dans la publicité à travers la société Précom, les journaux gratuits, l'édition de livres, l'affichage, la radio, la télévision.

Le quotidien[modifier | modifier le code]

Le quotidien emploie 1 555 personnes (CDI inscrits au 31 décembre 2012[réf. nécessaire]), dont 60 % d'hommes et 40 % de femmes. Il y a 564 journalistes professionnels (un tiers de femmes), répartis dans soixante-trois rédactions, dont une à Paris. Plus de 2 500 correspondants locaux complètent un réseau de collecte de l'information particulièrement dense. Le journal est vendu dans 8 800 points de vente, et colporté par 5 300 porteurs à domicile.

Le PDG d’Ouest-France est François Régis Hutin. Depuis novembre 2006, il a pour adjoints deux directeurs généraux délégués  : Jean-Paul Boucher (organisation) et Philippe Toulemonde (développement). En décembre 2007, Louis Échelard devient vice-président et directeur général délégué d’Ouest-France.

Ouest-France est parmi les premiers quotidiens français à avoir disposé d'une « société des rédacteurs » . Elle est créée le 15 décembre 1965, après celle du Monde (1951) et celle du Figaro (octobre 1965). Mais elle ne fonctionne que peu de temps. Une nouvelle tentative a lieu à la fin des années 1990, mais elle avorte rapidement faute de pouvoir se faire entendre en tant que telle par la direction [réf. nécessaire].

Résultats[modifier | modifier le code]

Le chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

Ouest-France est l'un des quotidiens les moins chers de France[7] : il est vendu 0,95 € depuis mars 2014 (1,15 € le vendredi avec le TV Magazine et 1,05 € pour sa parution du dimanche, Dimanche Ouest-France). Il était vendu auparavant 0,85 € (depuis mars 2013).

Le quotidien génère un chiffre d'affaires de 305 millions d'euros en 2012. Son résultat avant impôts est déficitaire de 5 millions d'euros à cause, notamment, de la chute des revenus publicitaires.

Comme la plupart des titres de presse français, Ouest-France touche de fortes subventions de l’État. Ainsi, en 2012, il perçoit 1,2 million d’euros d’aide du fonds d'aide à la modernisation de la presse[8].

La diffusion[modifier | modifier le code]

Ouest-France est le premier quotidien français en termes de diffusion, depuis 1975. Il vend chaque jour près de 800 000 exemplaires[2], ce qui le place loin devant ses concurrents, y compris les quotidiens parisiens ou nationaux (Le Parisien + Aujourd'hui en France, 463 360 exemplaires ; Le Figaro, 335 845 exemplaires[2] ; Le Monde, 318 236 exemplaires).

Il imprime chaque jour cinquante-trois éditions, diffusées dans trois régions, la Bretagne, les Pays de la Loire et la Basse-Normandie, soit douze départements. Il se vend aussi là où se trouvent beaucoup de gens de l'ouest : à Paris, mais aussi en été dans certaines stations touristiques (notamment dans les Pyrénées[9]). Cela représente, en moyenne quotidienne, 600 pages différentes où trouvent place environ 2 800 photos. Le maillage ancre Ouest-France « si solidement et depuis si longtemps dans ses terres qu'il a fini par s'intégrer au paysage, comme les abers, les calvaires, les rivières, les côtes déchiquetées ou les landes venteuses »[7].

Avec 2,54 millions de lecteurs, Ouest-France est aussi le premier quotidien francophone au monde.

La diffusion totale d'Ouest-France s'établit officiellement comme suit, selon l'OJD[10] :

Année 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Diffusion 797 091 785 254 786 205 782 216 784 697 790 043 796 376 785 113 782 822 783 017 781 033 781 668 793 790 795 807 785 967 780 779 766 970 767 434 751 225


Les éditions locales[modifier | modifier le code]

Les 53 éditions[11] se répartissent sur trois régions (Pays de la Loire, Basse-Normandie, Bretagne), soit douze départements  :

Département Nombre Diffusion Nom des éditions
Calvados 4 51 000 Bayeux, Caen, Pays d'Auge, Vire - Falaise
Côtes-d'Armor 6 88 000 Dinan, Guingamp, Lamballe, Lannion - Paimpol, Loudéac - Rostrenen, Saint-Brieuc
Finistère 6 44 000 Brest, Châteaulin - Carhaix, Concarneau, Morlaix, Quimper, Quimperlé
Ille-et-Vilaine 9 130 000 Redon, Rennes (ville), Rennes Nord, Rennes Est, Rennes Sud, Rennes Ouest, Saint-Malo, Vitré, Fougères
Loire-Atlantique 7 114 000 Châteaubriant - Ancenis, Nantes ville, Nantes - Nord Loire, Nantes Sud-Loire Vignoble, Pornic - Pays de Retz, Saint-Nazaire, La Baule - Guérande.
Maine-et-Loire 2 26 000 Angers - Segré, Cholet
Manche 3 34 000 Cherbourg, Saint-Lô - Coutances, Sud Manche
Mayenne 3 41 000 Nord-Mayenne, Laval, Château-Gontier
Morbihan 5 109 000 Auray, Lorient, Ploërmel, Pontivy, Vannes
Orne 1 21 000 Orne
Sarthe 2 25 000 Le Mans - Sarthe nord, Sarthe sud
Vendée 5 78 000 Fontenay-le-Comte - Luçon, La Roche-sur-Yon, Montaigu - Les Herbiers, Les Sables-d'Olonne, Challans - Saint-Gilles-Croix-de-Vie


Ligne politique[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Les principes revendiqués par la devise du journal « Justice et Liberté », répondent à la trinité : humanisme, démocratie chrétienne et social libéralisme.

François Régis Hutin, le PDG, signe régulièrement à la une, notamment le samedi, des éditoriaux dans lesquels il affiche ses engagements en faveur de l'Europe, de l'enseignement catholique et de la paix. Sa fille, Jeanne Emmanuelle Hutin, signe, elle, dans l'édition dominicale dimanche Ouest-France. François Régis Hutin met également son journal au service de son combat contre la peine de mort ou pour l'amélioration des conditions de vie dans les prisons. Il publie aussi régulièrement de grands reportages réalisés le plus souvent à l'étranger, dans des pays déshérités ou victimes de catastrophes. Le quotidien défend également le principe de protection des sources d'information des journalistes.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Traité de Maastricht (1992)[modifier | modifier le code]

Il joue un rôle de conviction pour l'adoption du traité de Maastricht par les électeurs de l'ouest de la France.

Régionalisme[modifier | modifier le code]

Ouest-France est un journal sensible au développement économique de l'Ouest. La promotion légitime de la Bretagne le conduit parfois à des prises de position marquées[réf. nécessaire]. Ainsi, l'écotaxe Borloo fait l'objet d'une succession d'articles dramatisant l'impact économique de cette mesure. La voix du patronat breton a été fortement relayée alors que les positions écologistes ont fait l'objet de brèves allusions.[réf. nécessaire]

Réforme des retraites (2010)[modifier | modifier le code]

Dans un communiqué du 25 octobre 2010 titré « Enrayer le déclin éditorial », le SNJ d'Ouest-France déplore la ligne éditoriale du journal, qui prend systématiquement la défense de la réforme des retraites[12].

Le mariage homosexuel (2012)[modifier | modifier le code]

Le journal, dans un éditorial du 1er juillet 2012 signé par Jeanne-Emmanuelle Hutin, marque clairement son opposition au mariage homosexuel. La fille du PDG superpose la crise économique mondiale à une crise morale. « Dans ce contexte de prise de conscience, il paraît inutile de s’arc-bouter sur des mesures symboliques qui auraient plus d’effets négatifs que positifs sur l’économie. »[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Delorme, Ouest-France, histoire du premier quotidien français, éditions Apogée, Paris, 2004.
  • Henri Fréville, La presse bretonne dans la tourmente (1940-1946), éditions Plon, Paris, 1979.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « A l'approche de son 70e anniversaire, Ouest France change de statut », AFP, publié le 11/06/2014 sur le site lexpress.fr
  2. a, b et c Book 2012 Presse Payante GP, OJD,‎ 2013 (lire en ligne)
  3. voir Jean-Marie Charon, « Réflexions et propositions sur la déontologie de l'information », Rapport à Mme la ministre de la Culture et de la Communication [1]
  4. Jean-Luc Évin, « Ouest-France, plus pratique, plus proche, plus utile », Ouest-France, 13 janvier 2009
  5. AFP, 12 janvier 2009, 16 h 02.
  6. Dossier du 20 000e exemplaire sur ouest-france.fr. Consulté le 4 juin 2010.
  7. a et b Olivier Le Naire, « La maison Ouest-France », L'Express, édition régionale Bretagne, Normandie, pays de la Loire, 4 février 2010
  8. La Correspondance de la presse, 4 mars 2013.
  9. Exemple : Arrens où on pouvait trouver chaque jour les différentes éditions locales.
  10. Tirage et diffusion quotidienne d'Ouest-France d'après l'OJD
  11. « Le quotidien Ouest-France passe de 44 à 53 éditions papier en 2011 », AFP, 7 février 2011, 10 h 46.
  12. http://snj.of.free.fr/wp-content/uploads/2010/10/tract-declin-20-oct-2010.pdf
  13. http://www.ouest-france.fr/actu/editorial_-Des-reperes-stables-pour-surmonter-la-crise_3632-2092477_actu.Htm