Coupe des confédérations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la Coupe de la confédération.

Coupe des confédérations

Scène de la rencontre Allemagne-Brésil lors du tournoi 2005

Rencontre Allemagne-Brésil lors du tournoi 2005

Généralités
Sport Football
Création 1992
Autre(s) nom(s) Championnat intercontinental ou Coupe du Roi Fahd (de 1992 à 1995)
Organisateur(s) FIFA (depuis 1997)
Périodicité 4 ans (depuis 2005)
Participants 8 équipes (depuis 1997)
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Brésil Brésil (2013)
Plus titré(s) Drapeau : Brésil Brésil (4)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la dernière compétition voir :
Coupe des confédérations 2013

La Coupe des confédérations est une compétition internationale de football créée en 1992 s'adressant aux sélections nationales masculines. Outre l'équipe nationale du pays hôte du tournoi et l'équipe championne du monde, les champions continentaux des six confédérations de football participent à la compétition. Il s'agit là des vainqueurs de la Coupe d'Afrique des nations, de la Coupe d'Asie des nations, du Championnat d'Europe, de la Coupe d'Océanie, ainsi que des vainqueurs de la Copa América et de la Gold Cup, qui sont les compétitions continentales de la confédération sud-américaine (CONMEBOL) et de la confédération d'Amérique du Nord et centrale et de la Caraïbe (CONCACAF).

Les deux premières éditions ont lieu en 1992 et 1995 sous la dénomination de championnat intercontinental, ou Coupe du Roi Fahd, et prennent la suite de la Coupe intercontinentale des nations qui oppose en 1995 les sélections championnes d'Europe et d'Amérique du Sud. Le tournoi est organisé à partir de 1997 par la Fédération internationale de football association (FIFA), qui le renomme cette année-là en Coupe des confédérations. L'épreuve se déroule alors tous les deux ans jusqu'à l'édition 2005. Depuis lors, la compétition se joue tous les quatre ans, un an avant la Coupe du monde dans le pays organisateur de cette dernière. La Coupe des confédérations fait ainsi figure de répétition générale pour les organisateurs de la Coupe du monde.

L'équipe du Brésil est la meilleure nation au palmarès de la Coupe des confédérations puisqu'elle remporte en 1997, 2005, 2009 et 2013, quatre des neuf titres mis en jeu. L'équipe de France se classe deuxième avec deux victoires en deux participations en 2001 et 2003, alors que trois autres sélections gagnent un tournoi : l'Argentine en 1992, le Danemark en 1995 et le Mexique en 1999. Si les équipes participantes ont un niveau disparate, l'épreuve permet aux meilleures équipes de chaque continent de disputer un tournoi de niveau mondial même si elles n'appartiennent pas à l'élite du football.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant de prendre son appellation Coupe des confédérations en 1997[1], la compétition a lieu deux fois en 1992 et 1995 sous le nom de championnat intercontinental[1] ou de Coupe du Roi Fahd[2]. Quelques années plus tôt en 1985 a également lieu la Coupe intercontinentale des nations, qui est considérée comme précurseur ou ancêtre de la Coupe des confédérations[3],[4].

Le précurseur, la Coupe intercontinentale des nations (1985-1993)[modifier | modifier le code]

L'Argentin Claudio Caniggia, vainqueur de la Coupe intercontinentale des nations 1993 et de la Coupe du Roi Fahd 1992

La Coupe intercontinentale des nations, ou Trophée Artemio Franchi, est créée sur le modèle de la Coupe intercontinentale, une compétition inter clubs existant depuis 1960 et opposant les clubs champion d'Amérique du Sud et champion d'Europe.

La Coupe intercontinentale des nations 1985 voit ainsi s'affronter au Parc des Princes de Paris et devant 20 405 spectateurs l'équipe de France à l'Uruguay, respectivement vainqueur du Championnat d'Europe de football 1984[5] et de la Copa América 1983[6]. Le sélectionneur français Henri Michel fait jouer son équipe dans un schéma de jeu en 4-4-2, où les deux avants-centre Dominique Rocheteau et José Touré jouent sans ailier sur les côtés. Ces deux joueurs marquent deux buts qui permettent à la France de remporter le match 2-0. Dominique Rocheteau, lancé par le milieu de terrain Michel Platini, marque de près à la 5e minute de jeu. José Touré double ensuite le score en deuxième mi-temps à 2-0 sur une reprise de volée à six mètres du but après un amorti d'un centre d'Alain Giresse précédé d'une ouverture de quarante mètres de Michel Platini. La rencontre est totalement dominée par la France, dont le jeu a « rarement [...] été aussi fluide » selon Alain Giresse[7]. Quant à l'équipe uruguayenne, elle comprend notamment le milieu offensif Enzo Francescoli du Club Atlético River Plate[3],[f 1],[8].

Une deuxième et dernière édition de cette Coupe intercontinentale des nations a lieu le 24 février 1993 au stade José Maria Minella de Mar del Plata entre l'Argentine et le Danemark. 34 683 spectateurs assistent à la rencontre qui se termine sur le score de 1-1 avec un but danois marqué par l'Argentin Néstor Craviotto contre son camp puis une égalisation de Claudio Caniggia à la 30e minute de jeu. Le gain du match se décide aux tirs au but. Diego Maradona marque le premier tir pour les Sud-Américains qui s'imposent finalement 5-4 grâce à leur gardien de but Sergio Goycochea, lequel arrête deux tirs adverses contre un seul arrêt du Danois Peter Schmeichel[9],[10].

Le championnat intercontinental ou Coupe du Roi Fahd (1992-1995)[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Coupe des confédérations 1992 et 1995.
Le Danemark de Michael Laudrup est vainqueur en 1995.

Quatre sélections nationales participent au championnat intercontinental 1992. La sélection hôte du tournoi est l'équipe d'Arabie saoudite, vainqueur de la Coupe d'Asie des nations de football 1988[11]. Elle est accompagnée de l'Argentine, vainqueur de la Copa América 1991[6], de la Côte d'Ivoire, vainqueur de la Coupe d'Afrique des nations 1992[12], et des États-Unis qui viennent de remporter la Gold Cup 1991[13]. Les quatre nations participantes sont ainsi les champions en titre des confédérations de football asiatique (AFC), sud-américaine (CONMEBOL), africaine (CAF) et nord-américaine (CONCACAF) respectivement. Seules les confédérations européenne (UEFA) et océanienne (OFC) ne sont pas représentées. Tandis que le Danemark est champion d'Europe 1992[5], il n'existe aucun champion en titre en Océanie car l'OFC n'organise pas de compétition continentale pendant la période 1980-1996[14].

Le championnat intercontinental 1992 se déroule à Riyad en Arabie saoudite du 15 au 20 octobre. Le favori est l'Argentine, vice-championne du monde deux ans plus tôt. Si Diego Maradona n'est pas présent, le sélectionneur sud-américain Alfio Basile emmène tout de même une « équipe de stars »[1] autour de Gabriel Batistuta, Claudio Caniggia, Fernando Redondo et Diego Simeone pour préparer notamment la Copa América 1993 et les éliminatoires de la Coupe du monde 1994, qui ont tous les deux lieu pendant l'été 1993[2]. Les Argentins remportent facilement le tournoi en battant la Côte d'Ivoire 4-0 en demi-finale, puis l'Arabie saoudite 3-1 en finale[2],[15].

L'Arabie saoudite accueille également le championnat intercontinental 1995, qui accueille maintenant les champions continentaux de toutes les confédérations à l'exception de l'Océanie[16]. Le Japon et l'Arabie saoudite sont éliminés sans gloire dès le premier tour[17]. Le Mexique se classe troisième tandis que les deux favoris[17], le Danemark et l'Argentine, se retrouvent en finale. L'équipe d'Argentine se base sur une nouvelle génération incarnée par les joueurs Roberto Ayala, Ariel Ortega et Javier Zanetti[17], alors que les Danois sont emmenés par les frères Brian et Michael Laudrup. Dans cette finale, les hommes du sélectionneur danois Richard Møller Nielsen prennent rapidement l'avantage 1-0 sur un penalty transformé par Michael Laudrup à la 8e minute de jeu. Les Européens confirment ensuite leur « évidente supériorité »[17] dans le jeu en remportant le trophée 2-0 à la suite d'un but en seconde mi-temps de l'attaquant Peter Rasmussen[18].

Reprise en main par la FIFA (1997-1999)[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Coupe des confédérations 1997 et 1999.
Gerardo Torrado et le Mexique remportent le tournoi 1999.

La fédération internationale régissant le football au niveau mondial, la FIFA, décide d'organiser elle-même le tournoi à partir de 1997 de manière à lui donner une « base formelle à long terme » pour que la compétition puisse « s'imposer dans le calendrier international ». L'objectif est pour la FIFA de permettre aux meilleures équipes de chaque continent de s'illustrer au niveau mondial même si elles n'appartiennent pas à l'élite du football mondial. La compétition est à cette occasion renommée en Coupe des confédérations[19],[1].

La Coupe des confédérations 1997 a lieu en décembre 1997 en Arabie saoudite, dont la sélection est champion d'Asie en titre. Celle-ci est éliminée dès le premier tour en se classant dernière d'un groupe A remporté par le Brésil devant l'Australie. Le groupe B est dominé par l'équipe d'Uruguay, qui comprend une grande majorité de jeunes joueurs finalistes de la Coupe du monde des moins de 20 ans 1997 en Malaisie[20]. La sélection de la République tchèque se classe deuxième de ce groupe en infligeant notamment une défaite 6-1 aux Émirats arabes unis. Le Brésil bat la République tchèque 2-0 dans la première demi-finale en se basant sur un jeu technique, des « passes rapides » et des « changements de rythme »[21]. L'Uruguay est considéré comme la plus grande surprise[22] du tournoi mais est éliminé par l'Australie dans l'autre demi-finale 1-0 sur un but en or inscrit en prolongation par le joueur du Leeds United Football Club Harry Kewell. L'Australie, qui représente le continent océanien, parvient en finale et est l'autre surprise du tournoi[22]. Après le match nul 0-0 entre l'Australie et la Seleção au premier tour, le Brésil s'impose largement en finale sur le score de 6-0. Les attaquants Romário et Ronaldo inscrivent chacun trois buts et concrétisent la nette domination sud-américaine[20].

Le Mexique accueille l'édition 1999 du tournoi. Les matchs ont lieu dans le stade Azteca de Mexico et dans le stade Jalisco de Guadalajara[23]. Toutes les équipes participent à la compétition avec leurs meilleurs joueurs à l'exception de l'Allemagne, éliminée dès le premier tour, et du Brésil[24]. Le tournoi est dominé par les sélections nord et centrale américaines de la CONCACAF[25] : une première demi-finale oppose en effet les États-Unis au Mexique, l'équipe hôte se qualifiant difficilement 1-0 par un but en or de Cuauhtémoc Blanco marqué dans la prolongation[26]. Dans l'autre demi-finale, le Brésil prend le dessus sur le secteur défensif de l'Arabie saoudite en remportant une très large victoire 8-2 avec notamment un triplé de Ronaldinho. Dans une finale à rebondissements, Miguel Zepeda et José Manuel Abundis donnent un avantage 2-0 au Mexique. Le Brésil revient dans la partie sur un penalty (2-1) et égalise dès l'entame de la deuxième mi-temps. Le Mexique se détache ensuite 4-2 et parvient à gagner finalement 4-3 dans un stade Azteca « en ébullition »[27].

Doublé de l'équipe de France (2001-2003)[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Coupe des confédérations 2001 et 2003.
Robert Pirès et la France réalisent le doublé 2001-2003.

L'organisation de la Coupe des confédérations 2001 est confiée à la Corée du Sud et au Japon, où se déroulent un an plus tard la Coupe du monde de football de 2002. Les matchs se disputent dans trois stades de chaque pays. Le tenant du titre mexicain est éliminé dès le premier tour après trois défaites dans le groupe A remporté par la France, championne du monde 1998 et favorite[28]. La France corrige[29] la Corée du Sud 5-0[f 2] et le Mexique 4-0[f 3], mais perd « à la surprise générale »[29] face à l'Australie 1-0[f 4]. Dans l'autre groupe, le Brésil se classe deuxième derrière le Japon, surprise du tournoi[29]. En demi-finale, le Japonais Hidetoshi Nakata marque le seul but du match contre l'Australie sur un coup franc des 18 mètres tiré à ras de terre[30]. Les Australiens dominent globalement la rencontre mais ne peuvent refaire leur retard. L'autre demi-finale entre la France et le Brésil, revanche de la finale de la Coupe du monde 1998, est le sommet du tournoi. Le Brésil répond à la demi-heure de jeu à l'ouverture du score de Robert Pirès. À la 54e minute de jeu Marcel Desailly reprend victorieusement un coup franc de la tête 2-1. Les tentatives des Brésiliens pour revenir au score se heurtent ensuite à la défense tricolore bien en place autour de Marcel Desailly et Willy Sagnol[31],[f 5]. En finale, Patrick Vieira concrétise la nette domination française d'un lob de la tête sur le gardien de but Yoshikatsu Kawaguchi (1-0). En deuxième mi-temps les Japonais resserrent leur défense et reviennent dans le match grâce à leurs milieux de terrain Atsuhiro Miura et Hidetoshi Nakata. La France conserve son avantage et remporte le trophée[32],[f 6].

La France, vainqueur en 2001, organise l'épreuve en 2003. Après une élimination précoce au premier tour de la Coupe du monde 2002, l'équipe de France gagne ses trois matchs du premier tour[f 7],[f 8],[f 9] et se classe première de son groupe devant la Colombie, une équipe solide grâce à son jeu de passes courtes[33] et sa défense serrée[34]. Dans l'autre groupe, le Cameroun surprend le Brésil 1-0 sur un but de Samuel Eto'o en fin de match et se qualifie en battant la Turquie lors de son deuxième match. La dernière rencontre entre le Brésil et la Turquie désigne le dernier demi-finaliste. Le football d'attaque rapide[33] des Turcs leur permet de marquer par Gökdeniz Karadeniz et Okan Yılmaz et d'obtenir un match nul 2-2 qui les qualifie au nombre total de buts marqués dans la compétition (4 contre 3 au Brésil). La première demi-finale remportée par le Cameroun contre la Colombie 1-0 est endeuillée par la mort du joueur Marc-Vivien Foé : il s'écroule sur le terrain en plein match et meurt d'une crise cardiaque consécutive à une malformation cardiaque[35],[36]. Dans l'autre demi-finale européenne, la France prend l'avantage en première mi-temps 3-1 sur des buts de Thierry Henry, Robert Pires et Sylvain Wiltord. La Turquie réduit l'écart à 3-2 par Tuncay Şanlı mais est éliminée[f 10]. Un hommage à Marc-Vivien Foé est rendu avant la finale, au cours de laquelle la France et le Cameroun n'arrivent pas à se départager. Thierry Henry donne le titre à la France en marquant (1-0) dans la prolongation un but en or sur un centre de la droite de Lilian Thuram. À l'issue de la rencontre, les capitaines des deux équipes Marcel Desailly et Rigobert Song brandissent le trophée du vainqueur en souvenir du joueur camerounais décédé quelques jours plus tôt[34],[f 11].

Triplé brésilien (2005-2013)[modifier | modifier le code]

Coup d'envoi de la finale 2005 entre l'Argentine et le Brésil

Un an avant la Coupe du monde de football de 2006, l'Allemagne organise la Coupe des confédérations 2005. Dans le groupe A, l'Allemagne et l'Argentine se qualifient pour les demi-finales en battant chacun la Tunisie et l'Australie, avant de faire match nul 2-2 dans leur confrontation directe[37]. L'autre groupe est dominé par les deux équipes du continent américain, le Mexique et le Brésil. Les Mexicains se classent premier en dominant les favoris brésiliens 1-0 sur un but de l'attaquant Jared Borgetti dans une rencontre de haut niveau[38]. Dans la première demi-finale, les Allemands Lukas Podolski et Michael Ballack répliquent aux Brésiliens Adriano et Ronaldinho pour atteindre la mi-temps sur le score de 2-2. Les qualités individuelles des Sud-Américains leur permettent de gagner ensuite 3-2[39]. Dans l'autre match, le Mexique marque en prolongation mais Luciano Gabriel Figueroa égalise à 1-1 pour l'Argentine, qui s'impose aux tirs au but[40]. En finale les Brésiliens ne laissent aucune chance à l'Argentine : ils mènent rapidement 2-0 après 16 minutes de jeu, puis gagnent finalement 4-1[40]. Ils remportent le titre en se basant sur un bloc défensif de six joueurs, les milieux Kaká et Ronaldinho et les attaquants Adriano et Robinho se chargeant de l'animation offensive[41],[42].

La Coupe des confédérations 2009 en Afrique du Sud est marquée par l'utilisation dans les tribunes des vuvuzelas, une corne utilisée habituellement par les supporters sud-africains dont le bourdonnement incessant est sujet à controverses[43]. Pour sa première participation, l'Espagne vainqueur de l'Euro 2008 remporte son groupe devant l'Afrique du Sud[44]. En gagnant ses trois matchs du premier tour, l'équipe ibérique bat le record de victoires consécutives d'une sélection nationale avec quinze succès de rang[45]. La déception du tournoi est l'équipe d'Italie[45] championne du monde en titre. Elle est éliminée dès le premier tour en étant devancée par le Brésil, qui totalise trois victoires et dix buts marqués, et les États-Unis, qui se qualifient miraculeusement[45] après pourtant deux défaites initiales[46]. La surprise des demi-finales est la victoire des États-Unis 2-0 sur l'Espagne, dont c'est la première défaite en 36 matchs[45]. Après un premier but de Jozy Altidore, les Espagnols dominent la rencontre avec leur jeu en mouvement et leurs passes précises mais ce sont les Américains qui confirment leur victoire en marquant un second but par Clint Dempsey[47]. L'autre demi-finale est remportée logiquement par les Brésiliens 1-0 contre la nation hôte[48]. Après 27 minutes de jeu en finale, les États-Unis mènent « à la surprise générale »[48] 2-0 sur deux buts de Clint Dempsey et Landon Donovan. Le Brésil revient dans le match en deuxième mi-temps grâce à deux buts de Luís Fabiano avant de gagner le match 3-2 sur une tête du capitaine Lúcio consécutive à un corner tiré par Elano Blumer[48].

En 2013, le Brésil termine premier de sa phase poule devant l'Italie, le Mexique et le Japon en battant ses opposants respectivement 4-2, 2-0 et 3-0. L'Espagne, elle, termine devant l'Uruguay, le Nigeria et Tahiti. Les demi-finales opposent le Brésil à l'Uruguay, menée par son trio Cavani-Suárez-Forlán[49]. L'Uruguay, compacte, est solide défensivement mais ne parvient à éviter le but de Fred à la 41e minute. Cavani marque dès le retour de la pause et redonne espoir aux siens à la 48e. Après un match compliqué des deux parties et grâce à Paulinho bien servi par Neymar, la Seleçao finit par s'imposer 2-1 à la 86e minute[50]. L'Espagne, de son côté, fait 0-0 contre l'Italie, et gagne aux tirs-aux-buts (7 à 6)[51]. Le Brésil, mené par Neymar, affronte l'Espagne en finale. La finale démarre par un but de Fred à la deuxième minute. Neymar marque ensuite un deuxième but à la suite d'une frappe du pied gauche juste avant la mi-temps. Au retour des vestiaires, Fred inscrit le dernier but de la rencontre, bien servi par Hulk et s'offrant ainsi un doublé. Le Brésil réalise le triplé (2005, 2009, 2013) et remporte la quatrième Coupe des confédérations de son histoire[52].

Palmarès et statistiques[modifier | modifier le code]

Palmarès par édition[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant retrace pour chaque édition de la compétition le palmarès du tournoi, la nation hôte, et le nombre de participants. À noter qu'aucun vainqueur de la Coupe des confédérations n'a remporté la Coupe du monde de football suivante.

Palmarès par édition[53]
Année Pays hôte Finale Petite finale
médaille d'or Champion Score médaille d'argent Finaliste médaille de bronze Troisième Score Quatrième
1992 Drapeau : Arabie saoudite
Arabie saoudite
Drapeau : Argentine
Argentine
3 − 1 Drapeau : Arabie saoudite
Arabie saoudite
Drapeau : États-Unis
États-Unis
5 − 2 Drapeau : Côte d'Ivoire
Côte d'Ivoire
1995 Drapeau : Arabie saoudite
Arabie saoudite
Drapeau : Danemark
Danemark
2 − 0 Drapeau : Argentine
Argentine
Drapeau : Mexique
Mexique
1 − 1
(t.a.b)
Drapeau : Nigeria
Nigeria
1997 Drapeau : Arabie saoudite
Arabie saoudite
Drapeau : Brésil
Brésil
6 − 0 Drapeau : Australie
Australie
Drapeau : Tchécoslovaquie
République tchèque
1 − 0 Drapeau : Uruguay
Uruguay
1999 Drapeau : Mexique
Mexique
Drapeau : Mexique
Mexique
4 − 3 Drapeau : Brésil
Brésil
Drapeau : États-Unis
États-Unis
2 − 0 Drapeau : Arabie saoudite
Arabie saoudite
2001 Drapeau : Corée du Sud Drapeau : Japon
Corée du Sud et Japon
Drapeau : France
France
1 − 0 Drapeau : Japon
Japon
Drapeau : Australie
Australie
1 − 0 Drapeau : Brésil
Brésil
2003 Drapeau : France
France
Drapeau : France
France
1 − 0
(a.p But en or)
Drapeau : Cameroun
Cameroun
Drapeau : Turquie
Turquie
2 − 1 Drapeau : Colombie
Colombie
2005 Drapeau : Allemagne
Allemagne
Drapeau : Brésil
Brésil
4 − 1 Drapeau : Argentine
Argentine
Drapeau : Allemagne
Allemagne
4 − 3
(a.p)
Drapeau : Mexique
Mexique
2009 Drapeau : Afrique du Sud
Afrique du Sud
Drapeau : Brésil
Brésil
3 − 2 Drapeau : États-Unis
États-Unis
Drapeau : Espagne
Espagne
3 − 2
(a.p)
Drapeau : Afrique du Sud
Afrique du Sud
2013 Drapeau : Brésil
Brésil
Drapeau : Brésil
Brésil
3 − 0 Drapeau : Espagne
Espagne
Drapeau : Italie
Italie
2 − 2
(t.a.b)
Drapeau : Uruguay
Uruguay
2017 Drapeau : Russie
Russie
2021 Drapeau : Qatar
Qatar

Palmarès par nation et confédération[modifier | modifier le code]

L'équipe du Brésil est la meilleure nation au palmarès de la Coupe des confédérations. Elle totalise quatre titres en 1997, 2005, 2009 et en 2013, ainsi qu'une place de finaliste en 1999. L'équipe de France se classe deuxième avec deux victoires en deux participations en 2001 et 2003. Trois autres sélections inscrivent un tournoi à leur palmarès. Il s'agit de l'Argentine, du Danemark et du Mexique, vainqueurs respectivement en 1992, 1995 et 1999. À noter que l'Argentine, le Brésil et la France sont les trois seules équipes à avoir remporté une coupe du monde, une compétition continentale et la coupe des confédérations.

Les représentants du continent sud-américain (CONMEBOL) totalisent ainsi cinq victoires, et devancent les représentants des continents européen (UEFA) et nord-américain (CONCACAF) avec un total respectif de trois et une victoires.

Palmarès par nation[53]
Rang Nation Vainqueur Finaliste Troisième place Participations Confédération
1 Drapeau : Brésil Brésil 4 (1997, 2005, 2009, 2013) 1 (1999) - 7 CONMEBOL
2 Drapeau : France France 2 (2001, 2003) - - 2 UEFA
3 Drapeau : Argentine Argentine 1 (1992) 2 (1995, 2005) - 3 CONMEBOL
4 Drapeau : Mexique Mexique 1 (1999) - 1 (1995) 6 CONCACAF
5 Drapeau : Danemark Danemark 1 (1995) - - 1 UEFA
6 Drapeau : États-Unis États-Unis - 1 (2009) 2 (1992, 1999) 4 CONCACAF
7 Drapeau : Australie Australie - 1 (1997) 1 (2001) 3 OFC[54]
Drapeau : Espagne Espagne - 1 (2013) 1 (2009) 2 UEFA
9 Drapeau : Arabie saoudite Arabie saoudite - 1 (1992) - 4 AFC
Drapeau : Japon Japon - 1 (2001) - 5 AFC
Drapeau : Cameroun Cameroun - 1 (2003) - 2 CAF
12 Drapeau : République tchèque République tchèque - - 1 (1997) 1 UEFA
Drapeau : Turquie Turquie - - 1 (2003) 1 UEFA
Drapeau : Allemagne Allemagne - - 1 (2005) 2 UEFA
Drapeau : Italie Italie - - 1 (2013) 2 UEFA

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Brésil totalise le plus grand nombre de victoires (4) et l'Argentine le plus grand nombre de défaites en finale (2). Le record de trois victoires consécutives est détenu par le Brésil en 2005 et 2009, 2013. Le Brésil a également le record du nombre de participations à une finale (5). Le Danemark et la France sont les seules équipes à remporter tous les tournois auxquels elles participent. Enfin, trois sélections nationales remportent la finale sans avoir perdu le moindre match durant la compétition : il s'agit de l'Argentine en 1992, de la France en 2003 et du Brésil en 2009 et 2013[4].

Le plus grand écart de buts en finale, sans compter la prolongation et les tirs au but, est de +6 et est établi lors de la victoire 6-0 du Brésil sur l'Australie en 1997. Le plus petit écart de buts est de +1, lors des finales 1999 (Mexique-Brésil 4-3), 2001 (France-Japon 1-0), 2003 (France-Cameroun 1-0) et 2009 (Brésil - États-Unis 3-2). La finale de 2003 est la seule à s'être terminée après prolongations et d'après la règle du but en or. Le plus grand nombre de buts marqués dans une finale, sans compter la prolongation et les tirs au but, est atteint en 1999 avec sept buts lors de la victoire du Mexique sur le Brésil 4-3. Le plus petit nombre est réalisé lors des victoires de la France en 2001 et 2003, avec un seul but[4].

Par trois fois le pays organisateur remporte la finale : le Mexique en 1999, la France en 2003 et le Brésil en 2013. La sélection championne du monde en titre parvient à gagner trois fois la finale. Il s'agit du Brésil en 1997 et 2005 après ses titres de champion du monde en 1994 et 2002, et de la France en 2001 après son titre de 1998. Le titre est gagné trois fois par le champion d'Europe en titre (Danemark en 1995 et France en 2001 et 2003), et par le champion d'Amérique du Sud (Argentine en 1992 et Brésil en 1997 et 2009). Le champion d'Amérique du Nord et central et de Caraïbe en titre remporte une Coupe des confédérations (Mexique en 1999). La confédération sud-américaine totalise le plus grand nombre de participations à une finale pour un continent (8)[4].

Participations par confédération[modifier | modifier le code]

Les équipes de la confédération sud-américaine totalisent le plus de participations (14), devant celles des confédérations asiatique (12), européenne (12), nord-américaine (11), africaine (10) et océanienne (7)[53].

Les tableaux suivants listent par confédération les nations ayant participé à la Coupe des confédérations, leurs classements et le nombre total de participations. L'indication TP indique que l'équipe est éliminée au tour préliminaire, i.e. ne passe pas la phase de groupe.

Joueurs[modifier | modifier le code]

Le Mexicain Cuauhtémoc Blanco, meilleur buteur du tournoi avec neuf buts

Les meilleurs buteurs du tournoi 1992 sont l'Américain Bruce Murray et l'Argentin Gabriel Batistuta avec deux buts chacun. En 1995 il s'agit du Mexicain Luis García Postigo totalise trois buts. À partir de 1997, la FIFA met en jeu deux trophées individuels que sont le Ballon d'Or Adidas attribué au meilleur joueur de la compétition, et le Soulier d'Or Adidas pour le meilleur buteur. Plusieurs joueurs parviennent à remporter les deux trophées la même année : les Brésiliens Ronaldinho en 1999[55] et Adriano Leite Ribeiro en 2005[56], et les Français Robert Pirès en 2001[57] et Thierry Henry en 2003[58]. Le trophée du meilleur buteur est partagé en 2001 avec Éric Carrière[57]. Les joueurs brésiliens trustent aussi en 1997, 2009 et 2013 les trophées du meilleur joueur avec Denílson, Kaká et Neymar[59] respectivement, et du meilleur buteur en 1997 et 2009 avec respectivement Romário et Luís Fabiano[60],[61]. Le trophée du meilleur buteur 2013 est remis à l'Espagnol Fernando Torres. Le Brésilien Fred, ayant inscrit le même nombre de buts, est classé deuxième[59]. Un nouveau trophée individuel, le Gant d'Or Adidas, est remis à partir de 2009 au meilleur gardien de but du tournoi. Il est décerné cette année-là au gardien américain Tim Howard[61]. Quatre ans plus tard, ce prix revient au Brésilien Júlio César[59].

Palmarès des meilleurs buteurs[62]
Rang Joueur Buts Détail
1 Drapeau : Mexique Cuauhtémoc Blanco 9 3 en 1997 et 6 en 1999
Drapeau : Brésil Ronaldinho 9 6 en 1999 et 3 en 2005
3 Drapeau : Espagne Fernando Torres 8 3 en 2009 et 5 en 2013
4 Drapeau : Brésil Adriano 7 2 en 2003 et 5 en 2005
Drapeau : Brésil Romário 7 7 en 1997
6 Drapeau : Arabie saoudite Marzouk Al-Otaibi 6 6 en 1999
Drapeau : Espagne David Villa 6 3 en 2009 et 3 en 2013

Sélectionneurs vainqueurs[modifier | modifier le code]

Année Sélectionneur vainqueur Champion
1992 Drapeau : Argentine Alfio Basile Drapeau : Argentine Argentine
1995 Drapeau : Danemark Richard Møller Nielsen Drapeau : Danemark Danemark
1997 Drapeau : Brésil Mário Zagallo Drapeau : Brésil Brésil
1999 Drapeau : Mexique Manuel Lapuente Drapeau : Mexique Mexique
2001 Drapeau : France Roger Lemerre Drapeau : France France
2003 Drapeau : France Jacques Santini Drapeau : France France
2005 Drapeau : Brésil Carlos Alberto Parreira Drapeau : Brésil Brésil
2009 Drapeau : Brésil Dunga Drapeau : Brésil Brésil
2013 Drapeau : Brésil Luiz Felipe Scolari Drapeau : Brésil Brésil

Organisation[modifier | modifier le code]

Pays organisateur[modifier | modifier le code]

Comité d'organisation de l'édition 2009

Les deux premières éditions du tournoi se déroulent en Arabie saoudite et sont nommées championnat intercontinental[1] ou Coupe du Roi Fahd[2] en l'honneur de Fahd ben Abdelaziz Al Saoud, roi d'Arabie saoudite de 1982 à 2005. En 1997, le tournoi est renommé en Coupe des confédérations[1] et a lieu une troisième fois en Arabie saoudite, dans le stade international du Roi-Fahd. Le tournoi change ensuite régulièrement de destination : en 1999 le Mexique, en 2001 la Corée du Sud et le Japon qui organisent la Coupe du monde 2002 l'année suivante, et en 2003 la France qui est le pays vainqueur de la précédente édition. L'organisation est confiée par la Fédération internationale de football association (FIFA) à un comité d'organisation de la nation hôte.

Depuis l'édition 2005, la Coupe des confédérations a lieu tous les quatre ans l'année précédant la Coupe du monde de football dans le pays qui organise cette dernière l'année suivante. Ainsi, l'Allemagne accueille la compétition en 2005, l'Afrique du Sud en 2009, le Brésil en 2013, la Russie en 2017 et le Qatar en 2021[4]. Cette place particulière dans le calendrier international permet de « tester les infrastructures » de la prochaine Coupe du monde au cours d'une compétition internationale, et notamment de vérifier le fonctionnement des stades retenus pour le mondial[63]. La Coupe des confédérations est considérée comme une « mise en bouche »[45] à un an de la Coupe du monde, et fait figure de répétition générale pour les organisateurs de cette dernière[64].

En 2005, la Coupe des confédérations qui se tient en Allemagne permet ainsi de tester en grandeur nature les dispositifs d'alerte et de sécurité de la Coupe du monde 2006 ainsi que la coopération entre les services de l'État fédéral, des Länder, et des agences Interpol, Eurojust et Europol. Lors de la Coupe du monde 2006, des billets d'entrée sont équipés pour la première fois de puces de radio-identification pour vérifier l'identité des personnes et empêcher la revente de billets au marché noir. Le contrôle des données enregistrées sur ces puces est testé au stade du Waldstadion de Francfort pendant la Coupe des confédérations 2005.

Équipes participantes[modifier | modifier le code]

Huit sélections sont habilitées à participer à la Coupe des confédérations. Il s'agit tout d'abord de l'équipe nationale du pays hôte organisant la compétition, et de l'équipe championne du monde en titre. Les six autres nations invitées sont les six champions continentaux, vainqueurs respectifs des tournois continentaux organisés par les six confédérations internationales de football. Le vainqueur de la Gold Cup représente la CONCACAF, qui est la confédération de l'Amérique du Nord et centrale et de la Caraïbe. La Copa América désigne le représentant de la confédération d'Amérique du Sud, la CONMEBOL. Les vainqueurs du Championnat d'Europe, de la Coupe d'Afrique des nations, de la Coupe d'Asie des nations et de la Coupe d'Océanie représentent à ce titre les confédérations de l'UEFA, la CAF, l'AFC et l'OFC[65].

L'équipe d'Allemagne est habilitée à participer à la Coupe des confédérations 1997 du fait de sa victoire au championnat d'Europe de football 1996 en Angleterre. Elle décline malgré tout l'invitation[66] parce que la compétition est organisée au mois de janvier, c'est-à-dire pendant la trêve hivernale du championnat d'Allemagne de football[67]. L'équipe de République tchèque, finaliste dudit championnat d'Europe 1996 face à la sélection allemande, remplace alors cette dernière et dispute la Coupe des confédérations 1997. Cette année-là, l'Arabie saoudite est championne d'Asie en titre au bénéfice de sa victoire à la Coupe d'Asie 1996. Comme l'Arabie saoudite participe déjà au tournoi en tant que nation hôte, la place réservée au vainqueur de la Coupe d'Asie est attribuée au finaliste, qui est l'équipe des Émirats arabes unis.

L'édition 1999 doit initialement se dérouler du 8 au 20 janvier 1999. L'équipe de France y est invitée en tant que sélection championne du monde 1998. Le 23 octobre 1998, la Fédération française de football renonce à y participer parce qu'elle ne peut pas y envoyer ses meilleurs joueurs, ceux-ci évoluant dans des championnats qui ont lieu à cette date[68]. Après le déplacement de la compétition en été 1999, la France maintient son refus[66] en invoquant le début du championnat de France[67] et est remplacée par l'Allemagne championne d'Europe[69]. Les États-Unis sont qualifiés en tant que finaliste de la Gold Cup 1998 derrière le Mexique, qui participe du fait de son statut de pays organisateur. La sélection brésilienne participe en tant que tenant du titre 1997, et la Bolivie est invitée après la défection de l'Uruguay, initialement qualifiée grâce à sa place de finaliste de la Copa América 1999 derrière le Brésil[69].

En 2001 ce sont deux équipes qui participent à la Coupe des confédérations du fait de leur statut d'organisateur - la Corée du Sud et le Japon - le Japon étant également champion asiatique en titre. Les cinq autres champions continentaux sont aussi présents. La huitième équipe participante est le Mexique, qui est le dernier vainqueur de la Coupe des confédérations en 1999. Deux ans plus tard sont présents les six champions continentaux et le champion du monde brésilien. La France, vainqueur de l'Euro 2000, est aussi nation hôte et tenante du titre. La dernière place est attribuée à l'Allemagne, vice-championne du monde, qui se désiste et qui est remplacée par la Turquie, troisième de la Coupe du monde de football de 2002. Lors de la Coupe des confédérations 2005, le Brésil, vainqueur de la Copa América 2004, est déjà qualifié en tant que champion du monde 2002. L'Argentine, grâce à sa place de finaliste de cette Copa América, prend alors la place attribuée au participant sud-américain et participe à cette Coupe des confédérations[70],[71]. En 2009, le règlement d'attribution des places qualificatives[65] s'applique sans exception puisque le pays hôte, le champion du monde et les six champions continentaux sont tous différents. Quatre ans plus tard, l'Espagne est à la fois championne du monde et d'Europe. La sélection italienne, finaliste de l'Euro 2012, est qualifiée pour la Coupe des confédérations en raison de cette performance[72].

Format de la compétition[modifier | modifier le code]

Lors de la première édition du tournoi en 1992, quatre équipes sont présentes. La compétition consiste en deux demi-finales, puis une finale et un match pour la troisième place[15]. Le nombre de participants augmente à six dès l'édition suivante en 1995. Le format est alors modifié et comprend une première phase de groupe. Deux groupes de trois équipes sont formés, les vainqueurs de chaque groupe ayant le droit de disputer la finale et les deuxièmes disputant le match pour la troisième place[18].

Depuis 1997, huit sélections participent au tournoi. Ces équipes sont réparties en deux groupes de quatre. Chaque groupe se déroule sous la forme d'un championnat où chaque équipe rencontre une fois les trois autres équipes du même groupe. Un match gagné rapporte trois points, un match nul un point, et une défaite zéro point. Le classement des groupes s'établit en prenant en compte le nombre de points, puis la différence de buts et le nombre de buts marqués et, si plusieurs équipes sont toujours à égalité, les résultats entre ces équipes[73].

Après la première phase de groupe, les deux premiers de chaque groupe se retrouvent dans une phase à élimination directe. Les premiers de groupe sont tout d'abord opposés aux deuxièmes de l'autre groupe lors des demi-finales. Les vainqueurs des demi-finales sont qualifiés pour la finale et se disputent le titre. Les perdants des demi-finales jouent le match pour la troisième place[73].

La composition des deux groupes du premier tour est déterminée par tirage au sort. La nation hôte de la compétition et, parmi les sept autres participants, les trois premiers pays au classement mondial de la FIFA sont regroupés dans un premier chapeau. Les quatre autres équipes sont mises dans un deuxième chapeau. La nation hôte est ensuite affectée au groupe A. Les autres équipes sont versées dans les groupes A et B par tirage au sort, chaque groupe comportant deux équipes têtes de série provenant du premier chapeau. Lors du tirage au sort, la provenance des équipes est également prise en compte pour éviter que deux nations d'une même confédération continentale se retrouvent dans le même groupe[74].

La FIFA nomme les arbitres qui dirigent chaque match, soit un arbitre de champ, deux arbitres assistants et un quatrième arbitre. Ceux-ci sont sélectionnés parmi la liste des arbitres internationaux de la FIFA et ne peuvent pas être citoyens ou issus d'un pays disputant le match en question[75]. Les rencontres se disputent selon les lois du jeu, qui sont les règles de football édictées par l'International Football Association Board (IFAB)[76].

Trophée[modifier | modifier le code]

Le trophée de la Coupe des confédérations est créé en 1995[77] par Fritz Jucker et l'orfèvre Walter Schumacher[78]. La taille du trophée est de 44,5 centimètres, pour une envergure maximale de 17 centimètres et un poids de 7,5 kilogrammes. Le diamètre de la base est de 17 centimètres[77].

La coupe est obtenue par un coulage de bronze recouvert d'or. Le trophée est surmonté par un globe terrestre symbolisant le monde et ses six continents. Le nom de la compétition est gravé sur deux bandes qui grimpent en spirale autour de la colonne portant le globe. L'ensemble est monté sur un socle hexagonal en bois, portant des plaquettes d'or avec le nom des vainqueurs. Deux anneaux de lapis-lazuli sont apposés sur le socle et font le lien entre celui-ci et la colonne du trophée. Les logos des six confédérations internationales de football sont apposés sur les anneaux[78].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sponsoring et aspects financiers[modifier | modifier le code]

À partir de 2007, la Fédération internationale de football association (FIFA) unifie son programme de sponsoring pour la Coupe du monde et la Coupe des confédérations[79]. Cette dernière est ainsi sponsorisée par différentes entreprises réparties en trois catégories hiérarchiques[80]. En 2009, six entreprises sont sponsors de la FIFA et participent à ce titre également à la Coupe des confédérations. Ces six entreprises dites partenaires FIFA sont Adidas (équipements sportifs), Coca-Cola (soda), Emirates (compagnie aérienne), Hyundai Motor et Kia Motors (constructeur automobile), Sony (électronique grand public) et VISA (services financiers). Six autres entreprises possèdent un contrat au terme duquel elles sont appelées sponsors de la compétition. Il s'agit de Budweiser (bière), Castrol (lubrifiants pour moteurs), Continental (pneumatiques), McDonald's (restauration rapide), MTN (télécommunications), et Satyam (conseil en technologie de l'information). La troisième catégorie comprend cinq sponsors dits nationaux. Ces entreprises sud-africaine sont BP South Africa (pétrole), First National Bank (Banque), Neo Africa (conseil), PRASA (transport ferroviaire), et Telkom (télécommunications)[81],[82].

Les droits de diffusion télévisée de l'édition 2009 sont vendus dans 198 nations dans le monde[83]. En 2009, le produit de la vente des droits de diffusion de la Coupe des confédérations, de la Coupe du monde des moins de 20 ans 2009 et de la Coupe du monde des moins de 17 ans 2009 s'élève à 27,020 millions de dollars américains[84].

Les charges de la FIFA s'élèvent à 27,905 millions de dollars américains pour la Coupe des confédérations 2005[85] et à 44,494 millions de dollars américains pour la Coupe des confédérations 2009[86]. Ces charges comprennent notamment le soutien financer du comité d'organisation local et les frais de déplacement et d'hébergement des équipes participantes et des officiels de la FIFA[86].

Primes[modifier | modifier le code]

La FIFA verse une prime à chacune des huit équipes participantes. Les primes perçues dépendent du classement final de chaque équipe. Pour la Coupe des confédérations 2009, le montant total versé aux équipes est de 11,35 millions d'euros et la prime versée au vainqueur s'élève à 2,5 millions d'euros[87]. Le tableau suivant liste les primes octroyées à l'issue de la Coupe des confédérations 2009.

Primes versées en 2009[87]
Classement Montant
Vainqueur 2,5 millions d'euros
Finaliste 2 millions d'euros
Troisième 1,75 million d'euros
Quatrième 1,5 million d'euros
Places 5 à 8 0,9 million d'euros
Total 11,35 millions d'euros

Spectateurs[modifier | modifier le code]

Vue des tribunes lors de la compétition 2005

La moyenne de spectateurs s'élève à 35 879 depuis la première compétition en 1992 jusqu'en 2009[88].

Les quatre rencontres du championnat intercontinental 1992 sont regardées par 42 375 spectateurs en moyenne. Les meilleures affluences sont réalisées lors des deux matchs de l'équipe d'Arabie saoudite de football, qui joue à domicile. La demi-finale de la nation hôte contre les États-Unis et la finale contre l'Argentine sont suivies par respectivement 70 000[f 12] et 75 000[f 13] personnes dans le stade international du Roi-Fahd, soit largement plus que pour les deux autres matchs[f 14],[f 15].

La moyenne chute à un peu plus de 20 000 spectateurs lors des deux éditions suivantes de 1995 et 1997, également disputées en Arabie saoudite. Ceci en raison du nombre de matchs disputés, qui augmente de quatre matchs en 1992 à huit en 1995 puis à seize deux ans plus tard[88]. À côté des grosses affluences lors des rencontres de l'Arabie saoudite et lors de la finale, il y a ainsi de plus en plus de petites affluences.

L'organisation de la Coupe des confédérations 1999 au Mexique est un grand succès populaire : près d'un million de personnes assistent aux seize rencontres du tournoi, soit une moyenne de 60 625 par match[88]. La meilleure affluence du tournoi et la meilleure affluence absolue de la compétition sont réalisées au cours de la finale entre le Mexique et le Brésil vice-champion du monde 1998 : 110 000 spectateurs sont alors présents dans le stade Azteca de Mexico[f 16]. L'affluence moyenne se stabilise lors des éditions suivantes entre 30 000 et 40 000 spectateurs[88].

Évolution de la moyenne de spectateurs de la compétition[88]

Contrôle antidopage[modifier | modifier le code]

Des contrôles antidopage sont effectués au cours de la compétition. Pendant la Coupe des confédérations 2003, « 64 prélèvements urinaires » sont réalisés à l'occasion des seize matchs du tournoi et la présence d'érythropoïétine (EPO) est contrôlée pour la première fois. Tous les résultats sont négatifs[89]. Avant le tournoi 2009, la présence de substances dopantes interdites est testée par contrôle urinaire sur huit joueurs tirés au sort au sein de chaque équipe participante. En plus des quatre contrôles urinaires pratiqués à l'issue de chaque match sur deux joueurs tirés au sort dans chaque équipe, un contrôle sanguin est mis en œuvre après la finale pour quatre joueurs. Les tests se révèlent tous négatifs, un des joueurs ne pouvant néanmoins pas fournir l'échantillon sanguin requis[90].

Opposition à la compétition[modifier | modifier le code]

Dès la prise en main de la compétition par la FIFA à partir de 1997, le bien-fondé de la compétition et la tenue du tournoi sont remis en question par les ligues organisatrices des plus grands championnats européens[66],[91].

Ces ligues, qui représentent les intérêts des clubs de football, organisent en effet leurs compétitions principalement d'août à mai et les clubs ne sont pas disposés à mettre leurs joueurs internationaux à disposition des sélections nationales[4]. Après l'impossibilité pour les fédérations française, allemande et brésilienne d'envoyer leurs meilleurs joueurs à la Coupe des confédérations 1999[67],[68],[69], la date du tournoi est modifiée. À partir de 2001, la compétition a ainsi lieu au mois de juin[4], soit juste après la fin des grands championnats européens de sorte que les joueurs de ces championnats peuvent prendre part à la Coupe des confédérations. Néanmoins, cette modification de la date du tournoi est également critiquée car elle menace la récupération des joueurs en empiétant sur la période de repos qu'est la trêve estivale[92].

Un autre reproche fait à la compétition concerne le manque d'intérêt sportif de la compétition dû au niveau des équipes participantes[92]. Face à ce reproche, la FIFA voit la Coupe des confédérations comme une « petite Coupe du monde basée sur la solidarité »[92], qui doit permettre aux meilleures équipes de chaque continent de disputer un tournoi au niveau mondial même si elles n'appartiennent pas à l'élite du football mondial[19],[1]. Ce qui signifie offrir la possibilité aux équipes des « petites fédérations non sud-américaines ou non-européennes qui n'ont pas la possibilité de se qualifier pour la Coupe du monde de disputer une compétition de très haut niveau »[92].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) FACT Sheet : Coupe des Confédérations de la FIFA, FIFA,‎ 2010, 3 p. (lire en ligne), p. 1
  2. a, b, c et d « L’Argentine essuie les plâtres en beauté », sur fifa.com (consulté le 11 décembre 2010)
  3. a et b (en) JKhaled Abul-Oyoun, « Artemio Franchi Trophy 1985 », sur rsssf.com,‎ 9 juillet 2009 (consulté le 11 décembre 2010)
  4. a, b, c, d, e, f et g (en) Marcelo Leme de Arruda, Atsushi Fujioka et Takashi Koyama, « Intercontinental Cup for Nations - Artemio Franchi Trophy », sur rsssf.com,‎ 16 juillet 2009 (consulté le 11 décembre 2010)
  5. a et b (en) Karel Stokkermans, « European Championship », sur rsssf.com,‎ 11 juillet 2008 (consulté le 11 décembre 2010)
  6. a et b (en) Roberto Mamrud et Karel Stokkermans, « Copa América 1916-2004 », sur rsssf.com,‎ 19 juillet 2007 (consulté le 11 décembre 2010)
  7. E. T., « Leur France-Uruguay - France - Uruguay : 2-0, le 21 août 1985, finale de la Coupe Artemio Franchi », sur lequipe.fr,‎ 10 juin 2010 (consulté le 11 décembre 2010)
  8. « 21 août 1985 : France-Uruguay », sur chroniquesbleues.fr,‎ 21 août 2010 (consulté le 11 décembre 2010)
  9. (en) Josef Bobrowsky, « Artemio Franchi Trophy 1993 », sur rsssf.com,‎ 9 juillet 2009 (consulté le 11 décembre 2010)
  10. (en) Neil Morrison, « 1993 MATCHES - 24/02/1993, Mar del Plata, Estadio José María Minella, 34683 », sur rsssf.com,‎ 2 février 2005 (consulté le 11 décembre 2010)
  11. (en) Karel Stokkermans, « Asian Nations Cup », sur rsssf.com,‎ 3 juillet 2008 (consulté le 11 décembre 2010)
  12. (en) Karel Stokkermans, « African Nations Cup », sur rsssf.com,‎ 14 mai 2010 (consulté le 11 décembre 2010)
  13. (en) Karel Stokkermans et Razvan Toma, « Gold Cup », sur rsssf.com,‎ 2 septembre 2009 (consulté le 11 décembre 2010)
  14. (en) José Luis Pierrend, « Oceanian Nations Cup », sur rsssf.com,‎ 14 mai 2010 (consulté le 11 décembre 2010)
  15. a et b (en) Josef Bobrowsky, « Intercontinental Cup for Nations 1992 », sur rsssf.com,‎ 15 juin 2005 (consulté le 12 décembre 2010)
  16. (en) Marcelo Leme de Arruda, Atsushi Fujioka et Takashi Koyama, « Intercontinental Championship 1995 », sur rsssf.com,‎ 16 juillet 2009 (consulté le 12 décembre 2010)
  17. a, b, c et d « Le Danemark brandit le trophée », sur fifa.com (consulté le 12 décembre 2010)
  18. a et b (en) Barrie Courtney, « Intercontinental Cup for Nations 1995 », sur rsssf.com,‎ 15 août 2005 (consulté le 12 décembre 2010)
  19. a et b (en) Report - Saoudi Arabia '97, Zurich, FIFA,‎ juin 1998, 124 p. (lire en ligne), p. 4
  20. a et b « Au tour du Brésil », sur fifa.com (consulté le 14 décembre 2010)
  21. (en) Report - Saoudi Arabia '97, Zurich, FIFA,‎ juin 1998, 124 p. (lire en ligne), p. 86
  22. a et b (en) Report - Saoudi Arabia '97, Zurich, FIFA,‎ juin 1998, 124 p. (lire en ligne), p. 14-15
  23. (en) Report - FIFA Confederations Cup - Mexico 1999, Zurich, FIFA,‎ juin 1998, 116 p. (lire en ligne), p. 9
  24. (en) Report - FIFA Confederations Cup - Mexico 1999, Zurich, FIFA,‎ juin 1998, 116 p. (lire en ligne), p. 13
  25. « La fête à la maison », sur fifa.com (consulté le 14 décembre 2010)
  26. (en) Report - FIFA Confederations Cup - Mexico 1999, Zurich, FIFA,‎ juin 1998, 116 p. (lire en ligne), p. 82-83
  27. (en) Report - FIFA Confederations Cup - Mexico 1999, Zurich, FIFA,‎ juin 1998, 116 p. (lire en ligne), p. 92-93
  28. (en) Report - FIFA Confederations Cup - Korea/Japan 2001, Zurich, FIFA, 112 p. (lire en ligne), p. 13
  29. a, b et c « L'Extrême-Orient sourit aux Bleus », sur fifa.com (consulté le 14 décembre 2010)
  30. (en) Report - FIFA Confederations Cup - Korea/Japan 2001, Zurich, FIFA, 112 p. (lire en ligne), p. 82
  31. (en) Report - FIFA Confederations Cup - Korea/Japan 2001, Zurich, FIFA, 112 p. (lire en ligne), p. 85
  32. (en) Report - FIFA Confederations Cup - Korea/Japan 2001, Zurich, FIFA, 112 p. (lire en ligne), p. 92-93
  33. a et b (en) Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - France 2003, Zurich, FIFA, 116 p. (lire en ligne), p. 51
  34. a et b « Victoire française au parfum tragique », sur fifa.com (consulté le 14 décembre 2010)
  35. Michel Chemin, Gilles Dhers et Olivier Bertrand, « Marc-Vivien Foé, mort en match », sur liberation.fr,‎ 27 juin 2003 (consulté le 12 décembre 2010)
  36. Olivier Bertrand, « Foé, une mort naturelle », sur liberation.fr,‎ 8 juillet 2003 (consulté le 12 décembre 2010)
  37. (en) Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - Germany 2005, Zurich, FIFA, 84 p. (lire en ligne), p. 20-21
  38. (en) Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - Germany 2005, Zurich, FIFA, 84 p. (lire en ligne), p. 21-22
  39. (en) Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - Germany 2005, Zurich, FIFA, 84 p. (lire en ligne), p. 22
  40. a et b (en) Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - Germany 2005, Zurich, FIFA, 84 p. (lire en ligne), p. 23
  41. (en) Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - Germany 2005, Zurich, FIFA, 84 p. (lire en ligne), p. 10-11
  42. « Délicieuse mise en bouche », sur fifa.com (consulté le 14 décembre 2010)
  43. Antoine Ginekis, « La vuvuzela donne le bourdon aux stades sud-africains », sur lesdessousdusport.fr,‎ 20 juin 2009 (consulté le 19 décembre 2010)
  44. (en) Technical Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - South Africa 2009, Zurich, FIFA, 116 p. (lire en ligne), p. 16-17
  45. a, b, c, d et e « Le Brésil, champion des champions », sur fifa.com,‎ 29 juin 2009 (consulté le 19 décembre 2010)
  46. (en) Technical Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - South Africa 2009, Zurich, FIFA, 116 p. (lire en ligne), p. 17-19
  47. (en) Technical Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - South Africa 2009, Zurich, FIFA, 116 p. (lire en ligne), p. 19-20
  48. a, b et c (en) Technical Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - South Africa 2009, Zurich, FIFA, 116 p. (lire en ligne), p. 20
  49. « Coupe des Confédérations-Uruguay: Suarez, Forlan et Cavani d'entrée », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 26 juin 2013 (consulté le 4 juillet 2013)
  50. « Le Brésil peut souffler », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 26 juin 2013 (consulté le 4 juillet 2013)
  51. Romain Bergogne, « L'Espagne au bout du suspense », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 28 juin 2013 (consulté le 4 juillet 2013)
  52. Vincent Brégevin, « Le Brésil gifle l’Espagne (3-0) en finale de la Coupe des confédérations 2013 », sur eurosport.fr,‎ 1er juillet 2013 (consulté le 4 juillet 2013)
  53. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) FACT Sheet : Coupe des Confédérations de la FIFA, FIFA,‎ 2010, 3 p. (lire en ligne), p. 3
  54. a et b La Fédération d'Australie de football fait partie de la Confédération du football d'Océanie jusqu'au 1er janvier 2006, date à laquelle elle devient membre de la Confédération asiatique de football.
  55. « Coupe des Confédérations de la FIFA, Mexique 1999 - Prix », sur fifa.com (consulté le 18 décembre 2010)
  56. (en) Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - Germany 2005, Zurich, FIFA, 84 p. (lire en ligne), p. 36
  57. a et b « Coupe FIFA/Conféderations, Corée/Japon 2001 - Prix », sur fifa.com (consulté le 18 décembre 2010)
  58. (en) Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - France 2003, Zurich, FIFA, 116 p. (lire en ligne), p. 65
  59. a, b et c « Neymar élu meilleur joueur du tournoi, Torres meilleur buteur », sur rtbf.be,‎ 1er juillet 2013
  60. (en) Report - Saoudi Arabia '97, Zurich, FIFA,‎ juin 1998, 124 p. (lire en ligne), p. 121
  61. a et b (en) Technical Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - South Africa 2009, Zurich, FIFA, 116 p. (lire en ligne), p. 84-85
  62. (en) Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - Germany 2005, Zurich, FIFA, 84 p. (lire en ligne), p. 39
  63. Règlement - Coupe des Confédérations de la FIFA - Afrique du Sud 2009, Zurich, FIFA,‎ juin 2008, 36 p. (lire en ligne), p. 6
  64. « Un plan pour relancer la vente des billets », sur fifa.com,‎ 30 avril 2009 (consulté le 9 septembre 2009)
  65. a et b Règlement - Coupe des Confédérations de la FIFA - Afrique du Sud 2009, Zurich, FIFA,‎ juin 2008, 36 p. (lire en ligne), p. 9
  66. a, b et c (en) Report - FIFA Confederations Cup - Mexico 1999, Zurich, FIFA,‎ 2000, 116 p. (lire en ligne), p. 4
  67. a, b et c (en) Marcelo Leme de Arruda, Atsushi Fujioka et Takashi Koyama, « FIFA/Confederations Cup 1999 », sur rsssf.com,‎ 16 juillet 2009 (consulté le 13 décembre 2010)
  68. a et b (en) Reuters, « FIFA are looking into the possibility of rescheduling the Confederations Cup from January to August 1999 after world champions France withdrew last month », sur sportbusiness.com,‎ 1998 (consulté le 13 décembre 2010)
  69. a, b et c (en) Report - FIFA Confederations Cup - Mexico 1999, Zurich, FIFA,‎ 2000, 116 p. (lire en ligne), p. 31
  70. (en) « Argentina seal sixth FIFA Confederations Cup berth », sur fifa.com, FIFA,‎ 22 juillet 2004 (consulté le 2 juillet 2013)
  71. AFP, « Un avant-goût du Mondial ou une épreuve inutile ? », sur archives.lesoir.be, Le Soir,‎ 15 juin 2005 (consulté le 2 juillet 2013)
  72. « Italie et Espagne représentent l'Europe », sur fr.uefa.com, UEFA,‎ 13 juin 2013
  73. a et b Règlement - Coupe des Confédérations de la FIFA - Afrique du Sud 2009, Zurich, FIFA,‎ juin 2008, 36 p. (lire en ligne), p. 28-30
  74. (en) Draw procedures : FIFA Confederations Cup South Africa 2009, Zurich, FIFA,‎ octobre 2008, 3 p. (lire en ligne)
  75. Règlement - Coupe des Confédérations de la FIFA - Afrique du Sud 2009, Zurich, FIFA,‎ juin 2008, 36 p. (lire en ligne), p. 21
  76. Règlement - Coupe des Confédérations de la FIFA - Afrique du Sud 2009, Zurich, FIFA,‎ juin 2008, 36 p. (lire en ligne), p. 22
  77. a et b (en) InfoPlus : FIFA competition & award trophies, Zurich, FIFA,‎ octobre 2010, 4 p. (lire en ligne), p. 1
  78. a et b (de) Corine Turrini Flury, « Viel Handarbeit für Fussballpokal », Zürcher Unterländer,‎ 7 mai 2009 (lire en ligne)
  79. (en) James Emmett, « Commercial gold », sur sportspromedia.com,‎ 10 juin 2010 (consulté le 27 décembre 2010)
  80. (en) FIFA Event Titles, Zurich, FIFA,‎ 8 décembre 2009, 30 p. (lire en ligne), p. 8
  81. (en) Match schedule - FIFA Confederations Cup South Africa 2009, FIFA,‎ octobre 2008, 1 p. (lire en ligne)
  82. « Affiliés marketing - Coupe des confédérations de la FIFA, Afrique du Sud 2009 », sur fifa.com (consulté le 27 décembre 2010)
  83. (en) FIFA Confederations Cup South Africa 2009 - Media Rights Licensees, FIFA,‎ avril 2009, 17 p. (lire en ligne), p. 17
  84. (en) Rapport financier de la FIFA 2009, FIFA,‎ 2010, 108 p. (lire en ligne), p. 74
  85. (en) Rapport financier de la FIFA 2005, FIFA,‎ 2006, 108 p. (lire en ligne), p. 78
  86. a et b (en) Rapport financier de la FIFA 2009, FIFA,‎ 2010, 108 p. (lire en ligne), p. 79
  87. a et b « Prix de la Coupe des Confédérations 2009 », sur futebolfinance.com,‎ 16 mars 2008 (consulté le 24 avril 2009)
  88. a, b, c, d et e (en) FACT Sheet : Coupe des Confédérations de la FIFA, FIFA,‎ 2010, 3 p. (lire en ligne), p. 2
  89. (en) Report and statistics - FIFA Confederations Cup - France 2003, Zurich, FIFA, 116 p. (lire en ligne), p. 24
  90. (en) Technical Report and Statistics - FIFA Confederations Cup - South Africa 2009, Zurich, FIFA, 116 p. (lire en ligne), p. 71
  91. (en) Reuters, « Europe's leading soccer leagues have taken on world governing body FIFA about releasing players for the controversial Confederations' Cup in January », sur sportbusiness.com,‎ 1998 (consulté le 13 décembre 2010)
  92. a, b, c et d Gilles Dhers, « Une Coupe de trop? », Libération,‎ 19 juin 2003 (lire en ligne)
Fiches de match
  1. « Fiche du match France-Uruguay 2-0, 21/08/1985 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  2. « Fiche du match France-Corée du Sud 5-0, 30/05/2001 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  3. « Fiche du match France-Mexique 4-0, 03/06/2001 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  4. « Fiche du match Australie-France 1-0, 01/06/2001 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  5. « Fiche du match France-Brésil 2-1, 07/06/2001 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  6. « Fiche du match Japon-France 0-1, 10/06/2001 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  7. « Fiche du match France-Colombie 1-0, 18/06/2003 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  8. « Fiche du match France-Japon 2-1, 20/06/2003 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  9. « Fiche du match France - Nouvelle-Zélande 5-0, 22/06/2003 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  10. « Fiche du match France-Turquie 3-2, 26/06/2003 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  11. « Fiche du match Cameroun-France 0-1, 29/06/2003 », sur fff.fr (consulté le 11 décembre 2010)
  12. « Fiche du match Etats-Unis d'Amérique - Arabie saoudite, 15 octobre 1992 », sur fifa.com (consulté le 13 décembre 2010)
  13. « Fiche du match Argentine - Arabie saoudite, 20 octobre 1992 », sur fifa.com (consulté le 13 décembre 2010)
  14. « Fiche du match Argentine - Côte d'Ivoire, 16 octobre 1992 », sur fifa.com (consulté le 13 décembre 2010)
  15. « Fiche du match Etats-Unis d'Amérique - Côte d'Ivoire, 19 octobre 1992 », sur fifa.com (consulté le 13 décembre 2010)
  16. « Fiche du match Mexique - Brésil, 4 août 1999 », sur fifa.com (consulté le 13 décembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 27 janvier 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.