Stade de la Beaujoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stade de la Beaujoire - Louis Fonteneau
Stade de la Beaujoire.jpg
Généralités
Noms précédents Stade de la Beaujoire (1984 - 1989)
Surnom(s) La Beaujoire
Adresse 5 boulevard de la Beaujoire
44300 Nantes
Coordonnées 47° 15′ 20″ N 1° 31′ 31″ O / 47.255631, -1.525375 ()47° 15′ 20″ Nord 1° 31′ 31″ Ouest / 47.255631, -1.525375 ()  
Construction et ouverture
Ouverture
Architecte Berdje Agopyan
Rénovation 1998
Coût de construction 100 millions FRF
Utilisation
Clubs résidents Football Club de Nantes (depuis 1984)
Propriétaire Ville de Nantes
Administration Football Club de Nantes
Équipement
Surface Pelouse naturelle (DD Grassmaster)
Capacité 52 923 (1984) • 38 285 (1998) • 37 473 (2012)[1]
Tribunes Officielle:Jules Verne
Latérale:Océane
Populaire sud:Loire
Populaire nord:Erdre
Affluence
record
51 359 (France-Belgique) (16 juin 1984)
Dimensions 105 m × 68 m

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Stade de la Beaujoire - Louis Fonteneau

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Stade de la Beaujoire - Louis Fonteneau

Le stade de La Beaujoire - Louis Fonteneau, est le nom officiel du principal stade de la ville de Nantes[2]. Il est situé dans le quartier de la Beaujoire juste en face du parc des expositions. Les deux équipements sont principalement desservis par les stations Beaujoire et Ranzay de la ligne 1 du tramway.

Érigée en 1984, cette enceinte est utilisée par le Football Club de Nantes, qui évolue cette saison en Championnat de France. Sa capacité est de 37 473 places en 2010, toutes assises. C'est le septième[3] plus grand stade français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet de Louis Fonteneau[modifier | modifier le code]

Le stade de la Beaujoire remplaça l'ancien stade Marcel-Saupin, situé près du centre-ville, dont la faible capacité (27 000 places) et le confort sommaire ne répondaient plus aux besoins du ténor du football français qu'était alors le FC Nantes.
L'idée de construire un nouveau stade de football à Nantes sera lancée à la fin des années 1970 par le président du Football Club Nantes Atlantique, Louis Fonteneau. Celui-ci se battit avec acharnement pour mener à bien le projet, obtenant en particulier de la Fédération française de football et des pouvoirs publics de coupler la construction et le financement du nouveau stade à l'organisation par la France du championnat d'Europe de football 1984.
La candidature de la France retenue et le principe du remplacement de Saupin adopté, la décision officielle fut prise le et entérinée par le conseil municipal de Nantes le 21 juin 1982.
Il fut décidé de l'implanter au nord-est de la ville, à l'emplacement de l'ancienne cité ouvrière de « La Baratte », laissée à l'abandon dès 1974, et qui logeait jusqu'alors une partie des salariés de l'usine des Batignolles toute proche[4].
Le projet choisi fut celui élaboré par le mandataire Les Chantiers Modernes, l'architecte Berdje Agopyan assisté du cabinet Architectes Ingénieurs Associés, et le bureau d'études CERA. Son coût fut évalué à 100 millions de francs dont près de 50 % subventionnés par l'État dans le cadre de l'Euro 84. La construction mobilisa jusqu'à 250 personnes en période de pleine activité et se déroula sans incident, nécessitant un volume total de 20 000 m3 de béton.
Le stade fut livré dans les délais et Saupin fit ses adieux à l'élite le 28 avril 1984 pour un ultime match à domicile remporté 1-0 par Nantes face à son grand rival des années 1970, l'A.S. Saint-Étienne.

Premières années[modifier | modifier le code]

Inaugurée le sous le nom de stade de La Beaujoire lors d'un match amical FC Nantes-Roumanie, l'enceinte offre alors 52 923 places assises et debout. L'esthétique, la facilité d'accès, et la visibilité qu'elle offre aux spectateurs font immédiatement l'unanimité, même si le dessin très ouvert du stade favorise son balayage par les vents qui s'avéreront vite une gêne notoire pour le public. La Beaujoire est immédiatement mise à contribution pour deux matchs de poules de l'Euro 84. En particulier, l'équipe de France y signe devant 51 359 spectateurs un succès mémorable face à la Belgique (5-0) sur le chemin de son premier grand titre.

Le premier match officiel du FC Nantes à La Beaujoire a lieu le face à Toulon (3-1). Devant 15 116 spectateurs[5] et les Canaris s'installent sans encombre dans leur nouveau domicile. Louis Fonteneau peut enfin savourer son triomphe ; il recevra les visiteurs dans un stade digne de « son » club jusqu'à sa retraite en 1986 et son décès le 30 janvier 1989. Peu après, la ville de Nantes, propriétaire du stade, accepte la demande du club de donner à l'enceinte son nom actuel de stade de La Beaujoire - Louis Fonteneau[2].

Par la suite, le stade continue à accueillir les matchs à domicile du FC Nantes bien que celui-ci soit rentré dans le rang après les grandes heures des années 1973-83. En 1995, cependant, La Beaujoire vibre au premier titre national des Canaris en douze ans, puis accueille la saison suivante la mémorable demi-finale retour de Ligue des champions des Nantais face à la Juventus. Les Jaunes, vainqueurs 3-2, sont éliminés avec les honneurs après le 0-2 de l'aller.

En avril 1995, l'équipe de France fait son retour à La Beaujoire et y bat la Slovaquie (4-0) en éliminatoires de l'Euro 96.

Pendant cette période, La Beaujoire accueille également à l'occasion des matchs internationaux de rugby, notamment un célèbre France-Nouvelle-Zélande (16-3), le 15 novembre 1986.

La rénovation pour 1998[modifier | modifier le code]

Lors de la Coupe du Monde 1998 organisée en France, La Beaujoire est retenue comme site d'accueil et bénéficie d'une importante remise à neuf. Ces travaux, portant sur 42,84 millions de francs, aboutissent à de nombreuses améliorations :

  • installation de protection contre le vent après étude d'une maquette en soufflerie ;
  • suppression des places debout par pose de 15 000 sièges, fixant la capacité totale à 38 285 places ;
  • reprise des accès (amélioration de la répartition et augmentation du nombre) ;
  • reprise de la surface de jeu ;
  • complément d'éclairage ;
  • modernisation de la sonorisation ;
  • mise en place d'une surveillance vidéo ;
  • sectorisation des tribunes (séparation en compartiments de sécurité) ;
  • création de vingt loges supplémentaires ;
  • pose d'un second panneau d'affichage lumineux et rénovation de l'existant.

Six matchs du tournoi s'y déroulent dont le quart de finale Brésil-Danemark :

  • 13 juin 1998 : Espagne-Nigeria (2-3), 33 257 spectateurs ;
  • 16 juin 1998 : Brésil-Maroc (3-0), 35 500 spectateurs ;
  • 20 juin 1998 : Japon-Croatie (0-1), 35 500 spectateurs ;
  • 23 juin 1998 : Chili-Cameroun (1-1), 35 500 spectateurs ;
  • 25 juin 1998 : États-Unis-Yougoslavie (0-1), 35 500 spectateurs ;
  • 3 juillet 1998 : Brésil-Danemark (1/4 finale, 3-2), 35 500 spectateurs.

Après 1998[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 1998-1999, la direction du stade supprime les grillages qui entouraient le terrain - une modification qui accroît le confort visuel du public et rapproche les spectateurs de l'action.

En 2001, l'équipe de France s'y produit pour la troisième fois à l'occasion d'un match amical contre le Danemark (1-0).

En septembre 2007, le stade accueille trois matchs de poule de la Coupe du monde de rugby à XV 2007: Pays de Galles contre Canada le 9 septembre, Angleterre contre Samoa le 22 septembre et Pays de Galles contre Fidji le 29 septembre.

Le 17 octobre 2007, La Beaujoire accueille pour la quatrième fois les footballeurs tricolores pour leur match qualificatif de l'Euro 2008 face à la Lituanie (2-0). À cette occasion, Thierry Henry bat le record de Michel Platini et devient le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France.

Après la relégation en Ligue 2 de Nantes en 2007, La Beaujoire quitte pour la première fois de son existence l'élite du football hexagonal.

À noter que le nouveau président du FCN Waldemar Kita, a laissé entendre qu'il souhaiterait pour l'horizon 2013 un nouveau stade à Nantes, ou tout au moins une restructuration profonde de la Beaujoire. La capacité du stade pourrait être portée à 57 000 places. En attendant des travaux de restructuration ont été menés pendant l'été 2008, pour 1,5M€[6].

Le , la Beaujoire accueille le dernier match des 8e de finale de la coupe de France : l'USJA Carquefou (CFA 2) joue face à l'Olympique de Marseille (alors 4e de Ligue 1). Le match est remporté 1 à 0 par l'USJA Carquefou. C'est l'un des plus grands exploits de la Coupe de France.

Le , un match caritatif au profit des victimes de la tempête Xynthia y oppose la sélection France 98 à une sélection de joueurs européens. 36 700 spectateurs assistent à ce match gagné 4 à 2 par France 98 permet de récolter 400 000 euros.

Pourtant pressentie pour faire partie des stades accueillant l'Euro de 2016 en France, la ville de Nantes préfèrera y renoncer, au vu des « exigences exorbitantes » du cahier des charges de l'UEFA[7].

Envahissements[modifier | modifier le code]

La pelouse de la Beaujoire a été envahi plusieurs fois dans son histoire par les supporters du FC Nantes, euphoriques :

- le 12 mai 2001 (lors du dernier titre de champion de France du FCN, face à Saint-Étienne),

- le 28 mai 2005 (lors du maintien in extremis à la dernière journée des Canaris, face à Metz)

- le 17 mai 2013 (face à Sedan lors de la remontée des Nantais en Ligue 1, après 4 ans de purgatoire en Ligue 2).

Pour une toute autre raison le stade sera également envahi le 19 mai 2007, lors du dernier match de la saison 2006-2007 à la Beaujoire (37e journée), par des supporters nantais manifestant leur colère de voir leur club descendre à l'étage inférieur. Le match en question, Nantes-Toulouse sera interrompu à 3 minutes de son terme.

Tribunes[modifier | modifier le code]

Les tribunes Océane Haut et Océane Bas vues depuis la tribune présidentielle.

En 2010, les places sont réparties de la façon suivante :

  • Paprec Loire : 7 125 ;
  • Expobain Erdre : 8 239 ;
  • Conseil Général Océane Haut : 5 306 ;
  • Jules Verne : 7 555 ;
  • Crédit Mutuel Océane Bas : 3 973 ;
  • Pays de Loire Présidentielle : 3 953 ;
  • Synergie Officielle : 723 ;
  • Loges : 320 ;
  • Presse : 94 ;
  • Protocole : 72 ;
  • Plate-forme PMR (Personne à Mobilité Réduite) : 113.

La capacité totale du stade est de 37 473 places assises.

Tribune Loire[modifier | modifier le code]

Cette tribune est située derrière un des buts du Stade de la Beaujoire et est le fief des supporteurs nantais ou Kop dans le jargon footballistique. Différents groupes de supporteurs l'ont animée depuis l'inauguration du stade. Le premier fut les Loire-Side, créateurs du mouvement supporteurs à Nantes en 1985 et dissous en 1990 par la présidence du FC Nantes suite à l'incendie (usage de chlorate) d'une tribune à Caen. Les plus modérés des Loire-Side créèrent alors les Young Boys tandis que les plus radicaux fondèrent les Urbans Service. Faute de relève et en manque de motivation, ces deux groupes disparurent en 1997/98. En janvier 1999, le premier groupe Ultra vit le jour à Nantes. Jusqu'alors, les groupes constitués étaient influencés par la manière nordique de supporter son club : la Brigade Loire rompit avec cet héritage en se tournant plutôt vers le modèle italien. Ce groupe qui compte aujourd'hui près de 300 membres est le seul actif à Nantes, mis à part le modeste groupe de supporters installé en tribune Erdre.

Tribune Erdre[modifier | modifier le code]

Depuis la saison 2004 - 2005, la tribune Erdre accueille son premier groupe de Fans : les Magic Canaris, qui tentent de faire monter l'ambiance et essaient de créer une sorte de rivalité bénéfique avec la tribune Loire en imaginant des chants qui se répondent par exemple. Malheureusement pour eux, l'accueil est plutôt froid et leur nombre réduit fait qu'ils sont vite déplacés sur le côté de la tribune alors qu'il s'étaient installés en plein milieu. Les Magic Canaris ont finalement annoncé leur dissolution à l'issue de la saison 2012/2013.

Depuis le début de la saison 2013/2014 (et la montée du FCN en Ligue 1), un nouveau groupe de supporters existe en tribune Erdre. Ce groupe porte le nom de "Passion Nantes Supp' Erdre", communément appelé le "kop Erdre", et essaie d'enflammer la tribune Erdre afin de créer un parallèle avec la tribune Loire. Il s'agrandit de plus en plus au fil des matchs.

Tribune Jules Verne[modifier | modifier le code]

Tribune latérale surplombant la présidentielle, Jules-Verne à pour particularité d'avoir un taux de remplissage inférieur aux autres parties du stade ce qui est certainement dû à son relatif éloignement du terrain. Lors des matchs de Ligue 2, elle est la plupart du temps fermée au public qui se concentre sur les tribunes Océane, Loire, Erdre et Présidentielle.

Tribune Océane[modifier | modifier le code]

La Tribune Océane est l'une des tribunes latérales de l'enceinte. Elle est divisée en 2 parties : la haute et la basse. Ces deux parties réunies en font la tribune la plus importante du stade en termes de capacité. Elle fait face aux tribunes Jules Verne et Présidentielle à l'image desquelles elle concentre un public plutôt familial.

Événements[modifier | modifier le code]

Concerts[modifier | modifier le code]

En dehors du sport, le stade a également accueilli des événements musicaux :

Utilisation[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Matchs internationaux[modifier | modifier le code]

Date Compétition Équipe 1 Équipe 2 Score Affluence
Euro 1984 Drapeau : France France Drapeau : Belgique Belgique 5 - 0 51 359
Euro 1984 Drapeau : Portugal Portugal Drapeau : Roumanie Roumanie 1 - 0 24 266
Éliminatoires du championnat d'Europe de football 1996 Drapeau : France France Drapeau : Slovaquie Slovaquie 4 - 0 26 000
Coupe du monde 1998 Drapeau : Espagne Espagne Drapeau : Nigeria Nigeria 2 - 3 33 257
Coupe du monde 1998 Drapeau : Brésil Brésil Drapeau : Maroc Maroc 3 - 0 35 500
Coupe du monde 1998 Drapeau : Japon Japon Drapeau : Croatie Croatie 0 - 1 35 500
Coupe du monde 1998 Drapeau : Chili Chili Drapeau : Cameroun Cameroun 1 - 1 35 500
Coupe du monde 1998 Drapeau : États-Unis États-Unis Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 0 - 1 35 500
Coupe du monde 1998 Drapeau : Brésil Brésil Drapeau : Danemark Danemark 3 - 2 35 500
Amical Drapeau : France France Drapeau : Danemark Danemark 1 - 0 37 548
Éliminatoires du championnat d'Europe de football 2008 Drapeau : France France Drapeau : Lituanie Lituanie 2 - 0 34 650

Coupe de France[modifier | modifier le code]

En tant que stade à vocation régionale, le stade accueille des matchs de coupe de France.

Date Tour Équipe Adversaire Score Affluence
8ème de finale US Jeanne d'Arc Carquefou Olympique de Marseille 1 - 0 36 883
Quarts de finale US Jeanne d'Arc Carquefou Paris SG 0 - 1 36 045
16ème de finale Vendée Luçon Football Olympique lyonnais 0 - 2 19 255

Informations techniques[modifier | modifier le code]

  • Largeur axe nord-sud : 230 mètres.
  • Longueur axe est-Ouest : 200 mètres.
  • Hauteur maximum : 37 mètres.
  • Distance entre le spectateur le plus éloigné, en tribune Jules-Verne, et la ligne de touche : 50 mètres.
  • Délai de réalisation du stade, études et construction comprises (la pelouse avait été ensemencée et close, un an à l'avance) : 16 mois.
  • Surface couverte : 14 000 mètres2.
  • Terrain : 105 mètres × 68 mètres.
  • Linéaire de gradins courants : 18 000 mètres.
  • 600 stadiers et 80 secouristes par rencontre.
  • Quantité de béton employée : 20 000 mètres3.
  • Nombre de pieux pour les fondations : 262.
  • Poids de la charpente métallique et des armatures : 2 000 tonnes.
  • Capacité initiale : 52 923 places assises et debout.
  • Capacité actuelle : 37 473 places assises.
  • 2 écrans géants.
  • Éclairage : 1 598 lux.
  • Couleur des sièges : gris et bleu.
  • Restaurant d'environ 100 places avec salons de séminaires

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]