Stade Bollaert-Delelis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bollaert et Delelis.
Stade Bollaert-Delelis
{{#if:
Tribunes du stade Bollaert-Delelis vides, vues de la pelouse.
Tribunes du stade Bollaert-Delelis vides, vues de la pelouse.
Généralités
Surnom(s) Bollaert
Adresse Avenue Alfred-Maës,
62 300 Lens, France
Coordonnées 50° 25′ 58″ N 2° 48′ 54″ E / 50.43278, 2.815 ()50° 25′ 58″ Nord 2° 48′ 54″ Est / 50.43278, 2.815 ()  
Construction et ouverture
Début construction 1932
Ouverture 18 juin 1933
Architecte Gustave Spriet
Rénovation janvier 2014 – décembre 2015[1]
Coût de construction 70 M (rénovation)[1]
Utilisation
Clubs résidents Racing Club de Lens
Propriétaire Ville de Lens
Administration Racing Club de Lens
Équipement
Surface Pelouse naturelle
Capacité Voir historique41 229 (act.) • 35 000 (après rénovation)
Tribunes Lepagnot (7 980 places)
Marek - Xercès (8 494 places)
Trannin (12 178 places)
Delacourt (12 577 places)
Affluence
record
48 912[2], le 15 février 1992 lors de Lens - Olympique de Marseille
Dimensions 105 mètres × 68 mètres

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Stade Bollaert-Delelis

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Stade Bollaert-Delelis

Le stade Bollaert-Delelis (prononcer /bɔ'laʁt/) est le principal stade de football de Lens, ville du Pas-de-Calais. Construit de 1932 à 1934, il est la résidence du Racing Club de Lens depuis son ouverture. Depuis 2008, le stade peut accueillir 41 229 spectateurs, pour une ville de 36 728 habitants, mais pour une aire urbaine de plus de 550 000 habitants.

Il s'agit du sixième plus grand stade français en nombre de places assises, derrière le stade de France de Saint-Denis, le stade Vélodrome de Marseille, le stade Pierre-Mauroy de Lille, le Parc des Princes de Paris et le stade de Gerland de Lyon.

Le stade doit son nom à deux hommes importants dans l'histoire du Racing Club de Lens : Félix Bollaert, directeur commercial de la Compagnie des mines de Lens soucieux de favoriser le développement des clubs sportifs de la région et qui décida la construction du stade en 1931, entre les fosses nos 1 et 9 de la Compagnie, et André Delelis, maire de Lens et ministre du gouvernement Pierre Mauroy qui « sauva » le stade et l’équipe au moment où, à la fin de l’exploitation charbonnière, les houillères s’en sont dessaisi.

Historique[modifier | modifier le code]

Le contexte amenant vers un nouveau stade à Lens[modifier | modifier le code]

À sa création, en 1906, le Racing Club de Lens occupe alors la Place Verte (actuelle Place de la République) où il dispute ses matchs. Mais lassé par tant d'agitations causées par les joueurs lensois qui sont pour la plupart de jeunes lycéens, les riverains les obligent à déménager, ce qui force le RC Lens à émigrer provisoirement vers la fosse no 2 - 2 bis et la pâture Mercier, avant de s'attirer encore une fois les foudres des propriétaires des lieux. C'est alors que la Compagnie des mines de Lens décide de mettre à leur disposition un champ (actuelle Cité des fleurs), avant de le reprendre en 1912 afin d'y construire des logements pour ses mineurs. Les Lensois sont donc obligés de déménager une nouvelle fois, et le club s'installe alors au Parc de la Glissoire, à proximité de la fosse no 5 - 5 bis, mais son nouveau terrain est malheureusement détruit, comme presque toute la ville, pendant la Première Guerre mondiale. Le directeur du Comité de secours Américain décide alors d'entreprendre la restauration d'une ancienne piste d'entraînement pour chevaux de courses qui est déblayée, restaurée puis nivelée afin de la rendre apte à la pratique du football, qui l'occupe jusqu'en 1922, avant de s'en servir comme terrain d'entraînement et de retourner au Parc des Glissoires.

Depuis 1920, le RC Lens se développe à toute vitesse. Avec ses nouveaux joueurs venus de Pologne pour travailler à la mine et après la naissance de son premier club de supporters, le Supporters Club Lensois, le Racing connaît ses premiers succès. En effet, il remporte le championnat d'Artois, puis la Promotion d'Honneur quelques années plus tard, et intègre donc la Division d'Honneur, en 1929. Le club reçoit aussi ses premières subventions de la part de la ville de Lens, qui s’intéresse de plus en plus à son équipe de football. Elles lui permettent alors de gérer les déplacements dans les régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie, le stade municipal Raoul-Briquet (aujourd'hui Léo-Lagrange et toujours occupé par la réserve du RC Lens) lui étant loué gratuitement.

Cependant, la Compagnie des mines de Lens, la plus puissante de France à l'époque, décide le 6 novembre 1929 d'acheter une parcelle de terrain en friche entre ses fosses nos 1 et 9 afin d'y construire un nouveau stade, conforme à ses nouvelles ambitions.

1932-1933 : un an et demi de construction[modifier | modifier le code]

À partir de 1932, la construction du stade commence. Cette réalisation est établie selon les plans de l'ingénieur en chef des travaux du jour de la Compagnie[3], Auguste Hanicotte. Confiée à plusieurs centaines de chômeurs qui s'activent durant des mois sur un terrain longeant la Ligne Arras - Dunkerque-Locale et déplacent plus de quatre-vingt-mille mètres cubes de terre, elle est menée par Gustave Spriet, ingénieur et chef du service des constructions, mais aussi membre de la famille d'un ancien maire lensois du siècle précédent, Henri Spriet. En janvier 1933, au cours des nouveaux terrassements du stade, les ouvriers découvrent deux gros obus et vingt-deux grenades non éclatés[4]. En avril, le député maire de l'époque, Alfred Maës, annonce à toutes les associations présentes la future inauguration du stade, fixée au dimanche 21 mai 1933[4].

À l'approche de la date finale, le comité d'organisation convie au début du mois de mai 1933 des dizaines de sociétés, mais également les champions olympiques de l'École de Joinville, qui préparent huit tableaux sportifs, comme le saut en hauteur ou le lancer du disque[4]. Des centaines de mineurs polonais étant présents lors de cette fête, les organisateurs décident de jouer en début de cérémonie les hymnes nationaux français et polonais[4].

Le 18 juin 1933, et sous l'initiative de Félix Bollaert, le président du Conseil d'administration de la Compagnie, le nouveau stade est inauguré sportivement devant quelques milliers de personnes, venues se presser pour un tel évènement[5]. À la mort de celui-ci, en 1936, son nom est donné fort logiquement à l'enceinte.

L'évolution du stade[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1970[modifier | modifier le code]

En 1937, le RC Lens accède pour la première fois de son histoire à l'élite du football français. Ce stade de forme ovale, construit et entretenu par des mineurs, et animé par eux les jours de match, fait déjà la fierté de la ville et acquiert une certaine réputation. En 1954, l'éclairage permet de disputer des matches en nocturne. Mais en même temps que les mines, le club et le stade sont en déclin lors des années 1960.

La mairie à la rescousse[modifier | modifier le code]

En 1970, les Houillères sont victimes de la crise économique et ne peuvent plus prendre en charge les important travaux de rénovation, ils signent donc le 1er avril 1974 une convention de mise à disposition gratuite du stade à la ville de Lens.

Lors d'un match opposant le RC Lens à l'AS Nancy-Lorraine, le pire est évité lorsqu'un bloc de béton chute du toit de la tribune honneur, sans faire la moindre victime. La municipalité décide alors d'entreprendre des travaux pour la mise aux normes de sécurité. Par la même occasion, des rénovations sont entreprises afin de pouvoir accueillir les Coupes d'Europe.

Le 7 septembre 1976, la municipalité devient définitivement propriétaire du stade en le rachetant pour un franc symbolique. Deux mois plus tard, une tribune de 12 000 places debout, est inaugurée : la Trannin (tribune Ouest).

L'année suivante, avec la première qualification du RC Lens pour la Coupe UEFA, le stade est une nouvelle fois rénové, avec l'amélioration de l'éclairage et le début de la construction d'une nouvelle tribune : la Tony Marek-Xercès Louis (tribune Nord), d'une capacité de 10 000 places debout et 5 000 assises.

Avec l'Euro 1984[modifier | modifier le code]

En 1984 en football, la France se voit attribuer l'organisation du Championnat d'Europe de football, et Bollaert fera partie des stades retenus avec l'octroi de deux rencontres. Le stade fait alors peau neuve avec une nouvelle amélioration de l'éclairage, l'ajout d'un étage de 3 600 places à la tribune Lepagnot (au Sud), et surtout l'érection d'une nouvelle tribune de 20 000 places debout, la Delacourt (à l'Est). Le stade Bollaert devient alors un stade carré, « à l'anglaise ». Il accueille également en son sein les bureaux du RC Lens.

Lens devient alors connu pour sa particularité d'avoir un kop sur le bord de la pelouse et non derrière les buts, dans une tribune qui s'appelle à l'époque « les Secondes ».

La capacité du stade est portée à 51 000 places. Le 15 février 1992, le record de spectateurs pour un match de Division 1 est battu, avec 48 912 personnes venues voir Lens-Marseille.

Bollaert accueille les Coupes du monde[modifier | modifier le code]

La France remporte l'organisation d'une grande compétition : la Coupe du monde de football de 1998, et Lens est encore une fois de la partie. Le stade Bollaert entame alors une profonde transformation : trois de ses tribunes sont détruites pour être reconstruites intégralement. La Trannin, dont la démolition a débutée en juillet 1995 rouvre en février 1996, tout comme la tribune Delacourt dont la reconstruction est achevée en août 1996. Vient ensuite la tribune Lepagnot qui est terminée l'année suivante.

Les installations du stade se modernisent encore (vestiaires, sécurité, équipements en télécommunications, loges...). Conformément aux nouvelles normes de sécurité, Bollaert perd sa dernière tribune debout, la Marek. La tradition lors des matches du RC Lens restera cependant, pour les spectateurs dans cette tribune, de se tenir debout.

À l'issue de cette rénovation, le nombre de places se réduit à 41 649, toutes assises.

En 2002, la ville de Lens, propriétaire des lieux, concède un bail emphytéotique de cinquante ans au club de Lens. C'est donc lui qui gère et entretient le stade à sa guise. Seuls les travaux les plus importants restent à la charge de la municipalité lensoise.

La tribune Lepagnot subit un lifting en 2004 avec l'installation de salons intérieurs de places V.I.P. pour les entreprises partenaires du club. Les bureaux déménagent en tribune Delacourt et une tour de sécurité est construite entre cette tribune et la Trannin. La capacité est abaissée à 41 333 places.

En août 2007, les grilles du stade sont abaissées à 120 centimètres, ce qui augmente la visibilité mais surtout rapproche le public des joueurs. Cette même année, deux écrans géants sont installés dans les coins du stade afin de pouvoir accueillir la Coupe du monde de rugby organisée par la France.

En 2008-2009, avec la descente en Ligue 2 et donc une baisse d'affluence, les niveaux 2 des tribunes Trannin et Delacourt sont fermés, mais rouverts ponctuellement lors des « matchs de galas ». La capacité baisse d'ailleurs de quatre places, et atteint désormais le chiffre de 41 229.

Le prix des places et des abonnements se situe dans les plus bas de France, en particulier pour les tribunes populaires, souhait de Gervais Martel, président du club à l'époque.

Projet d’agrandissement pour l'Euro 2016[modifier | modifier le code]

Alors que la France est pressentie pour organiser l'Euro 2016, les dirigeants du RC Lens et ceux de la ville décident de planifier la rénovation du stade. Le 28 mai 2010, le dossier français est officiellement choisi et un peu moins d'un an plus tard, le stade Bollaert est désigné comme étant l'un des neuf stades titulaires pour le déroulement de la compétition.

Le permis de construire est déposé mi-mars 2011[6]. Après un an de procédures administratives, le début des travaux est prévu pour février 2012, l'inauguration pour mars 2014 et le nombre des abonnements est même limité par le club dans les tribunes concernées, pour lesquelles on évoque également une fermeture partielle[7]. Le coût de la rénovation, dont l'étude a été confiée en décembre 2007 au cabinet toulousain Cardete et Huet associé à Pierre Ferret (architecte déjà demandé pour le Grand stade Lille Métropole), est estimé à 111 millions d'euros. Il doit être en partie couvert grâce à des subventions accordées par l'État (douze millions d'euros) et la région (25 millions) et par des prêts consentis par la communauté d'agglomération de Lens-Liévin (vingt millions d'euros) et le Conseil général du Pas-de-Calais (quinze millions)[8].

Un agrandissement de la tribune Marek-Xercès est prévu, faisant passer sa capacité de 8 000 à 14 000 places et celle du kop lensois à 6 000 places[9]. Le stade doit pouvoir accueillir 44 000 personnes[10] en version championnat de France et 40 000 en « version européenne »[11]. D'autres parties de l'enceinte doivent aussi bénéficier d'améliorations : le toit doit être agrandi afin de mieux protéger les spectateurs (sa rétractabilité, un temps envisagée, est finalement abandonnée pour cause de surcoût important[12]), un système de récupération d'eau de pluie et des panneaux photo-voltaïques doivent être installés[10].

Cependant, de graves problèmes financiers interrompent le processus et le retrait de Bollaert de l'Euro 2016 est même évoqué.

Il faut finalement attendre le 27 août 2012 pour que Guy Delcourt, maire de la ville, annonce la signature du permis de construire[13]. Le 20 septembre, le Conseil régional adopte à la majorité un projet de montage financier permettant la rénovation du stade Bollaert ; lors du même vote est acté le principe selon lequel la région récupère dans ce projet le rôle de maîtrise d'ouvrage[14]. Tout est finalement bouclé en décembre avec l'aide du Crédit agricole, nouveau propriétaire du Racing Club de Lens[1]. Le projet de rénovation est alors revu à la baisse, son coût passant dès lors aux alentours des 70 millions d'euros[1]. Les travaux, qui concernent toujours les quatre tribunes, devraient débuter en début d'année 2014 et se terminer en décembre 2015[1]. Une délocalisation des matches du RC Lens lors de la saison 2014-2015 est aussi évoquée[1]. En mars 2013, la convention de rénovation du stade est signée après un dernier vote du Conseil régional[15]. Dans les mois qui suivent, la délocalisation annoncée est confirmée par les dirigeants lensois, ainsi que la baisse de la capacité du stade, réduite à 35 000 places dont 32 300 dédiées au grand public après les travaux afin de répondre aux normes de l'UEFA[16].

Changement de nom[modifier | modifier le code]

Le 29 septembre 2012, la ville de Lens, propriétaire du stade, décide par délibération du conseil municipal d'accoler au nom de Bollaert celui d'André Delelis[17], maire de Lens et ministre du gouvernement Pierre Mauroy décédé quelques semaines plus tôt.

Structure et équipements[modifier | modifier le code]

Le stade porte à la fois les marques de son histoire, et de la rénovation entreprise à l'occasion de la Coupe du monde de football. Toutes les places sont assises, mais les supporteurs les occupent pourtant debout dans la partie centrale de la Marek. La Marek, tribune latérale populaire, considérée comme le cœur du « kop » lensois, est d'ailleurs l'une des particularités de ce stade. En effet, dans de nombreux stades, les supporteurs les plus fervents se placent derrière les buts.

Tribune Trannin[modifier | modifier le code]

Henri Trannin, gardien de but au club à 18 ans, directeur sportif du RCL de 1952 à 1956, décédé en juillet 1974 ; cette tribune est inaugurée le 4 décembre 1976. Située à gauche des bancs de touche, c'est la première grande tribune construite en 1977 en lieu et place du virage ouest. À l'occasion de la Coupe du monde 1998, elle est totalement reconstruite, passant de 12 000 places debout à 12 226 places assises réparties sur trois niveaux. La capacité est ramenée à 12 178 places en juillet 2008.

Sa forme en biseau est due au passage de la ligne Arras - Dunkerque-Locale. C'est au premier niveau, du côté de la tribune Lepagnot, que les supporters adverses prennent place, disposant de tout le niveau en cas de gros déplacement.

Tribune Delacourt[modifier | modifier le code]

Élie Delacourt est un ancien président des supporters. La tribune Élie-Delacourt fait face à la Trannin. Son architecture est semblable.

Reconstruite en 1996, elle peut accueillir 12 526 spectateurs, ce qui en fait la plus grande tribune du stade. Grâce à l'abaissement des grilles en 2004, la capacité a pu être amenée à 12 577 places. Mais avant le championnat d'Europe des Nations en 1984, elle pouvait accueillir 20 000 places debout.

Depuis 2004, elle héberge les services administratifs du stade.

Tribune Lepagnot[modifier | modifier le code]

Max Lepagnot est un ancien dirigeant et président du district d'Artois. La tribune Max-Lepagnot est dans un premier temps agrandie à l'occasion du championnat d'Europe des Nations de 1984, puis totalement reconstruite pour la Coupe du monde de 1998.

Cette tribune latérale peut accueillir 7 980 spectateurs en place assises réparties sur trois niveaux. La Lepagnot première occupe la partie basse. La Lepagnot Honneurs et Présidentielles s'étendent sur les deux autres niveaux. Entre la Lepagnot 1re et le premier niveau, se trouvent deux niveaux intermédiaires : Privilège et Prestige réservés aux partenaires du club.

Cette tribune abrite aussi les vestiaires, tribunes de presses, installations sportives et de soins ainsi que des salons.

Tribunes Marek - Xercès[modifier | modifier le code]

La Marek - Xercès lors de Lens - Lille, le 20 septembre 2009.

Tony Marek est un ancien joueur et entraîneur du Racing et Xercès Louis est international dans les années cinquante. Les tribunes Tony-Marek et Xercès-Louis forment chacune deux niveaux, et sont situées face à Lepagnot.

En 1978, elles sont reconstruites en lieu et place des anciennes secondes. Les parties hautes et basses pouvaient accueillir respectivement 5 000 spectateurs assis et 10 000 debout.

Des supporters persistent à les appeler encore par leurs anciens noms : tribune panoramique pour la Xercès et seconde pour la Marek. Après la rénovation dû à la Coupe du monde de 1998, cette tribune permet une capacité de 8 494 places assises. Cette tribune a la particularité, pour une latérale, d'accueillir le célèbre Kop lensois.

Événements[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Euro 84[modifier | modifier le code]

Deux rencontres se sont déroulées à Bollaert durant cette compétition : Belgique / Yougoslavie (2/0) et RFA / Roumanie (2/1).

Euro 1984
Date Heure Équipe 1 Équipe 2 Résultat Tour Affluence
12 juin 1984 20:30 Drapeau : Belgique Belgique Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 2-0 1er tour, groupe A 40 000
17 juin 1984 17:15 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Allemagne de l'Ouest Drapeau : Roumanie Roumanie 2-1 1er tour, groupe B 31 803

Coupe du monde 1998[modifier | modifier le code]

Lens a été ville hôte de la Coupe du Monde 1998. Six rencontres s'y sont déroulées dont le huitième de finale entre la France et le Paraguay : Arabie Saoudite / Danemark (0/1), Espagne / Bulgarie (6/1), Allemagne / Yougoslavie (2/2), Colombie / Angleterre (0/2), Jamaïque / Croatie (1/3) et donc le 1/8 de finale entre la France et le Paraguay (1/0) où Laurent Blanc inscrit un but or au gardien José Luis Chilavert.

Le 21 juin 1998, lors du match Allemagne / Yougoslavie, le gendarme Nivel est grièvement blessé par des hooligans allemands. Miroslav Blažević, le sélectionneur croate, porta un képi durant le reste de la Coupe du monde pour lui rendre hommage.

Coupe du Monde 1998
Date Heure Équipe 1 Équipe 2 Résultat Tour Affluence
12 juin 1998 17:30 Drapeau : Arabie saoudite Arabie saoudite Drapeau : Danemark Danemark 0-1 1er tour, groupe C 38 140
14 juin 1998 21:00 Drapeau : Croatie Croatie Drapeau : Jamaïque Jamaïque 1-3 1er tour, groupe H 38 058
21 juin 1998 14:30 Drapeau : Allemagne Allemagne Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 2-2 1er tour, groupe F 38 100
24 juin 1998 21:00 Drapeau : Espagne Espagne Drapeau : Bulgarie Bulgarie 6-1 1er tour, groupe D 38 100
26 juin 1998 21:00 Drapeau : Colombie Colombie Drapeau : Angleterre Angleterre 0-2 1er tour, groupe G 38 100
28 juin 1998 16:30 Drapeau : France France Drapeau : Paraguay Paraguay 1-0 (b.e.o.) 1/8e de finale 38 100

Euro 2016[modifier | modifier le code]

Le stade accueille trois rencontres de la phase de groupes (groupes A, B et D), ainsi qu'un 1/8 de finale opposant le premier du groupe D au troisième d'un autre groupe (B, E ou F).

Euro 2016
Date Heure Équipe 1 Équipe 2 Résultat Tour Affluence
11 juin 2016 15:00 A3 A4 1er tour, groupe A
16 juin 2016 15:00 B1 B3 1er tour, groupe B
21 juin 2016 21:00 D2 D3 1er tour, groupe D
25 juin 2016 21:00 WD 3B/E/F 1/8e de finale

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Depuis 1976 et après huit matches, les Bleus sont toujours invaincus au stade Bollaert[18],[19]. Étant assez rares dans le Nord-Pas-de-Calais, l'ambiance au stade lors des matches des Français y est toujours festive et chaleureuse, bien plus qu'au stade de France selon les joueurs[20],[21]. Lorsque l'Équipe de France se déplace à Bollaert, elle est logée à l'hôtel du Golf, propriété du président du RC Lens, Gervais Martel.

Le stade Bollaert a également accueilli une rencontre de barrage pour la Coupe du monde de football féminin de 2003 opposant les Françaises aux Danoises. Le match s'est terminé sur le score de 2-0 en faveur de l’Équipe de France.

L'équipe de France de football féminin est également présente au stade Félix-Bollaert. Après sa quatrième place acquise à la Coupe du monde de football féminin 2011, elle dispute un match amical de rentrée à Lens le 24 août 2011. Elle s'impose 2-0 face à la Pologne devant 18 305 spectateurs. Les buts sont marqués par Élodie Thomis et Élise Bussaglia en première mi-temps[22].

Ligue des Champions[modifier | modifier le code]

Lens a joué deux éditions de la Champions League dans son stade fétiche. En 1998-1999 le Racing reçoit Arsenal (1/1), le Panathinaïkos (1/0) et le Dynamo Kiev (1/3). En 2002-2003, c'est au tour du Bayern Munich (1/1), de La Corogne (3/1) et du Milan AC (2/1) de se déplacer à Bollaert où les Sang et Or restent invaincus.

Le Stade Bollaert a également accueilli les nombreuses rencontres de Coupe des Coupes et de Coupe de l'UEFA du RC Lens. Les supporters se souviendront notamment d'un mythique Lens / Lazio Rome le 2 novembre 1977 (victoire 6/0 de Lens).

Bollaert accueille la Champions League pour Lille / Milan AC

Depuis son déménagement au Stadium Nord en 2004, les manquements aux normes de l'UEFA ont forcés le LOSC à délocaliser ses matchs de Ligue des Champions (à partir de la phase des poules), alternant entre le Stade de France et le Stade Bollaert. En acceptant de louer le stade Bollaert à Lille, les rivaux historiques du RC Lens, le président Martel, pourtant très populaire chez le public lensois, s'est attiré les foudres des associations de supporters[23], Martel argumentant sur la solidarité régionale.

En 2001-2002, Lens accueille Lille / La Corogne (1/1), Lille / Manchester United (1/1) et Lille / Olympiakos (3/1).

En 2006-2007, quatre rencontres se déroulent à Bollaert : Lille / Milan AC (0/0), Lille / AEK Athènes (3/1), Lille / Anderlecht (2/2) et Lille / Manchester United en 1/8 (0/1).

Le 20 février 2007, lors de la rencontre de Ligue des Champions entre Lille et Manchester United, des incidents opposent la police française et les supporters mancuniens, massés dans une tribune visiteurs visiblement bondée. Une spectatrice aura une jambe cassée dans un mouvement de foule. Les spectateurs accuseront la police de brutalités excessives (coups de matraque, gaz lacrymogènes), estimant la sécurité du stade très insuffisante. Ils seront soutenus par le ministre britannique des Sports, Richard Casborn. Le club de Lille et la police française rejetteront la faute sur des spectateurs selon eux entrés dans le stade en fraude, grâce à des billets contrefaits. L'UEFA tiendra Lille pour le principal responsable, lui infligeant le 22 mars une amende près de sept fois supérieure à celle de Manchester.

Autres clubs[modifier | modifier le code]

Avec les normes de la Coupe de France qui deviennent de plus en plus drastiques selon l'avancée de la compétition, le stade Bollaert est souvent mis à la disposition d'autres clubs du Nord-Pas-de-Calais, comme l'US Vermelles, Arras Football, l'AS Loison-sous-Lens, le CS Avion, US Boulogne Côte d'Opale, mais le plus connu reste Calais et son épopée mémorable lors de la Coupe de France 1999-2000 et qui a joué ses matchs des quarts de finale et demi-finale à Lens.

Lens a également accueilli un match amical entre le Sénégal et le Japon, le 4 octobre 2001, match remporté par les Africains sur le score de 2-0.

Rugby[modifier | modifier le code]

Le stade Bollaert durant la Coupe du Monde de Rugby 2007, rencontre entre l'Angleterre et les États-Unis

Bien qu'étant un stade de football, Bollaert a accueilli plus de coupes du monde de rugby que de football.

Coupe du monde 1999[modifier | modifier le code]

En 1999, la Coupe du monde de Rugby se déroulait en Grande-Bretagne, mais la France a accueilli quelques rencontres. Lens faisait partie des cinq élus avec Saint-Denis, Bordeaux, Toulouse et Béziers. Le Stade Bollaert a accueilli le match de barrages opposant l'Argentine à l'Irlande.

Coupe du monde 2007[modifier | modifier le code]

Le stade Bollaert a accueilli trois rencontres de l'édition 2007 qui se déroulait en France. Les deux finalistes (Afrique-du-Sud et Angleterre) sont notamment passés par la pelouse de Bollaert. Les spectateurs se souviendront d'une rencontre spectaculaire entre les Springboks et les Tongiens.

Rugby à XIII[modifier | modifier le code]

Le 20 octobre 2012, l'équipe de France a disputé une rencontre face au pays de Galles[24] (victoire 20-6 devant 11 628 spectateurs[25]).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le stade est le décor d'une scène du film Bienvenue chez les Ch'tis, tournée lors d'une rencontre entre Lens et Nice en avril 2007. On y entend « Les Corons », chanson entonnée par le public à la fin de la mi-temps.

Autres[modifier | modifier le code]

Le club a créé une filiale, Bollaert Développement, pour sous-louer le stade, capable d'accueillir tout type d'événement.

  • Concert de Johnny Hallyday pour son Tour 66, le 9 juin 2009.
  • Concert gratuit de Matt Pokora et Magic System pour le centenaire du RC Lens, le 14 juillet 2006.
  • Bollaert Développement a été victime d'un escroc se faisant passer pour l'organisateur des concerts de Robbie Williams. Le préjudice a été estimé à 95 000 euros, et l'auteur de cette supercherie a été condamné à deux ans et demi de prison ferme[26]
  • En juillet 2006, Bollaert Développement loue le stade aux Témoins de Jéhovah, qui prévoient d'y tenir un rassemblement régional. Le maire de Lens, Guy Delcourt déplore publiquement que cette assemblée annuelle, qui s'était tenue à Douai les six années précédentes, revienne dans sa ville comme dans les années 1990, tout en reconnaissant qu'il n'a aucun fondement juridique pour l'interdire. Le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy rappelle que l'association louant le stade est légalement reconnue, et que sa liberté de réunion ne peut être remise en cause. Le rassemblement se déroule normalement, du 21 au 23 juillet.

Affluences à Bollaert[modifier | modifier le code]

Affluences moyennes[modifier | modifier le code]

Source : Les affluences au stade Bollaert sur sitercl.com.

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile du RC Lens depuis 1993/1994
Une friterie aux abords du stade.
La Friterie « Momo » devant la boutique du club.

Autour de Bollaert[modifier | modifier le code]

Les « baraques à frites »[modifier | modifier le code]

Populaires dans la région, les « baraques à frites » font logiquement leur apparition autour du stade Bollaert vers les années 1980[27]. C'est le groupe Brussel's Café qui s'en charge, avec sa filière Sensas, spécialiste dans le domaine de la friterie ambulante. Plusieurs baraques sont donc installées autour du stade ainsi qu'à l'intérieur, entre les différentes entrées et les tribunes. Forte de son succès, l'entreprise devient même partenaire officiel du club, tout comme Dambrine JP[28].

Depuis le succès du film de Dany Boon, Bienvenue chez les Ch'tis, la friterie « Momo » du film, qui a permis de faire décoller les ventes de baraques à frites partout en France[29], stationne à l'entrée du stade tous les soirs de match[30]. Rachetée par Jean-Paul Dambrine, grand vendeur de frites dans la région, elle propose cette fois-ci de véritables frites-fricadelles-piccalilli.

La boutique Émotion Foot[modifier | modifier le code]

Depuis juin 1998, le Racing Club de Lens a mis à disposition à l'entrée du stade Bollaert un magasin unique en son genre, offrant un choix de plus de deux-mille-huit-cent références disposées au sein d'une surface grande de six-cent mètres carrés[31],[32].

Ouvert toute la semaine et les jours de match jusqu'à plus d'une heure après le coup de sifflet final, il est considéré par le monde du football comme l'un des meilleurs centres commerciaux sportifs de France[réf. nécessaire].

Accès[modifier | modifier le code]

Bénéficiant du large réseau autoroutier desservant la région Nord-Pas-de-Calais, Lens est accessible par autoroute depuis Paris, Amiens, Lille ou Calais. À chaque entrée de la ville, mais aussi sur l'autoroute A21, la direction du stade est indiquée, ce qui facilite grandement son accession. L'aéroport de Lille - Lesquin se situe à une trentaine de kilomètres du stade. Celui de Roissy-Charles-de-Gaulle est quant à lui éloigné de cent-soixante-dix kilomètres, via l'autoroute A1. Desservie par la ligne Arras - Dunkerque-Locale, la gare de Lens est située à cinq minutes du stade Bollaert. Sa prochaine implantation à proximité du futur musée du Louvre-Lens ne fera que réduire cette distance, grâce au Tramway Artois-Gohelle.

Pour accéder au stade, la rue Édouard-Bollaert est la plus utilisée, et donne directement sur les espaces de stationnement. Grands de plus de vingt-huit-mille mètres carrés, ils sont au nombre de quatre. Deux d'entre eux sont réservés au public, les deux autres étant utilisés pour les autobus et les entreprises. La proximité du centre-ville (sept-cents mètres) offre également de nombreuses solutions de stationnement non payant, permettant une sortie plus aisée après la rencontre, les parkings avoisinant le stade étant régulièrement bondés et les rues autour de Bollaert-Delelis très empruntées.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Dossier « stade » : Gérard Lévêque fait le point », sur rclens.fr,‎ 15 janvier 2013
  2. Lens - OM se jouera à guichets fermés sur football.fr, le 17 novembre 2009.
  3. Le Majestic de Carvin sur cinemasdunord.blogspot.com, le 21 février 2009.
  4. a, b, c et d L'inauguration du stade Bollaert est fixée à l'année… 1933 sur lavenirdelartois.fr, le 1er octobre 2009.
  5. 1930 - 1940 : Une ascension fulgurante sur le site officiel du RC Lens. Consulté le 14 mai 2010.
  6. Philippe Leclercq, « Bollaert ou trente mois de travaux pour trente ans de vie », La Voix du Nord,‎ 2011 (consulté le 19 mars 2011)
  7. Campagne d'abonnements 2011-2012 sur rclens.fr, le 10 juin 2011.
  8. La Région fait cadeau de 25 millions d'euros pour rénover Bollaert sur lavoixdunord.fr, le 6 juillet 2011.
  9. Infos sur l'agrandissement de la tribune Marek sur info-stades.fr, le 8 juillet 2010.
  10. a et b G. Martel répond aux supporters – « Stade Bollaert » sur rclens.fr, le 28 décembre 2009.
  11. Euro 2016 : le projet de rénovation du stade Bollaert à Lens sur projets-architecte-urbanisme.fr, le 20 mai 2011.
  12. Détails sur le nouveau Bollaert sur info-stades.fr, le 8 juillet 2010.
  13. Rénovation du stade Bollaert : le permis de construire est signé sur lavoixdunord.fr, le 27 août 2012.
  14. Bollaert pourra être rénové sur lequipe.fr, le 20 septembre 2012.
  15. Bollaert, c’est fait ! Les investisseurs ? sur lensois.com, le 28 mars 2013.
  16. A quoi va ressembler le nouveau Bollaert ? sur lensois.com, le 27 mai 2013.
  17. Le stade Félix-Bollaert s'appelle désormais le stade Bollaert-Delelis sur lavoixdunord.fr, le 28 septembre 2012.
  18. Bleus : Invaincus à Bollaert sur football365.fr, le 26 mai 2010.
  19. Les Bleus aiment jouer à Lens sur lensois.com, le 26 mai 2010.
  20. Thierry Henry remercie le public de Lens sur lensois.com, le 27 mai 2010.
  21. Évra : « Lens, un public de connaisseurs » sur lensois.com, le 28 mai 2010.
  22. « Fiche du match de football féminin France-Pologne du 24 août 2011 », sur fff.fr (consulté le 13 octobre 2011)
  23. [1]
  24. Larrat : « Un vrai test » sur lequipe.fr, le 19 octobre 2012.
  25. Rugby à XIII : 11 628 spectateurs pour France - Galles sur lavoixdunord.fr, le 20 octobre 2012.
  26. Prison ferme pour faux concerts de Robbie Williams sur lci.tf1.fr, le 19 octobre 2007.
  27. Section « Friterie » sur le site du Brussel's Café. Consulté le 14 mai 2010.
  28. Section « Partenaires » sur le site officiel du RC Lens. Consulté le 14 mai 2010.
  29. La vague ch'tie profite à de nombreuses PME du Nord sur actionco.fr, le 21 mars 2008.
  30. Thomas Turillon, « À la friterie « Momo » des Ch'tis ! », actu24.be,‎ 1er avril 2008 (consulté le 16 mai 2010)
  31. Boutique du stade Bollaert sur www.emotionfoot.com. Consulté le 14 mai 2010.
  32. L’avenir de l’Artois : Les supporters sont chez eux sur footnord.com, le 25 juillet 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]