Emmanuel Petit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petit.
Emmanuel Petit
Manu-Petit-2000.JPG
Biographie
Nom Emmanuel Laurent Petit
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 22 septembre 1970 (44 ans)
Lieu Dieppe (Seine-Maritime)
Taille 1,85 m (6 1)
Période pro. 1989-2004
Poste Milieu de terrain
Parcours junior
Saisons Club
1977-1985 Drapeau de la France ES Arques-la-Bataille
1985-1989 Drapeau de la France AS Monaco
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1989-1997 Drapeau de la France AS Monaco 292 (5)
1997-2000 Drapeau de l'Angleterre Arsenal FC 119 (11)
2000-2001 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone 038 (1)
2001-2004 Drapeau de l'Angleterre Chelsea 076 (3)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1990-2003 Drapeau : France France 063 (6)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Emmanuel Petit est un ancien joueur de football français, né à Dieppe (Seine-Maritime) le 22 septembre 1970. Il évoluait au poste de milieu récupérateur et parfois comme défenseur central ou arrière gauche.

Révélé très tôt à l'AS Monaco, ce gaucher athlétique fut l'un des cadres de l'équipe de France qui a remporté la Coupe du monde 1998 et le Championnat d'Europe des nations en 2000. Il est particulièrement célèbre pour avoir marqué le dernier but de la victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde 1998 contre le Brésil qui fut aussi le millième but de l'équipe de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les années à Monaco[modifier | modifier le code]

Repéré par Pierre Tournier à l'âge de 14 ans, alors qu'il évoluait à l'ES Arques, Petit rejoint l'AS Monaco en 1985. Jusqu'en 1989, il se cantonne à l'équipe réserve. Il évolue alors au poste d'arrière (central ou gauche). À 19 ans, il intègre enfin l'équipe professionnelle, championne de France en titre. Un an plus tard, grâce à une fulgurante adaptation, il obtient sa première sélection en équipe de France face à la Pologne. En 1991, il remporte son premier trophée avec l’ASM, la Coupe de France face à l’OM. Il atteint par ailleurs la finale de la Coupe des Coupes, perdue face au Werder Brême en 1992. Il obtient quelques autres sélections en équipe de France et fait partie des 20 retenus pour l'Euro 92 en Suède. Mais il perd peu à peu sa place et n'est pas retenu pour l'Euro 1996. En 1997, douze ans après être arrivé à Monaco, il remporte enfin le championnat aux côtés de Fabien Barthez et Sonny Anderson. Il décide alors de franchir un palier et quitte le championnat de France, pour l'Angleterre, où son ancien mentor, Arsène Wenger lui demande de le rejoindre à Arsenal.

Arrivée en Première ligue[modifier | modifier le code]

Petit retrouve donc son ancien entraîneur, à Arsenal. Dès son arrivée, le Français est replacé en milieu récupérateur par Wenger. C'est une lumineuse idée, puisque Petit explose littéralement à ce poste. Auréolé d'un titre de champion d'Angleterre, il parvient même à décrocher une place dans la sélection française pour la Coupe du Monde 1998 grâce à sa polyvalence. Il y marquera les mémoires en remportant le titre, mais également en tirant le corner que Zinédine Zidane envoie dans le but de la tête pour marquer le 1er but de la finale face au Brésil, et en marquant le 3e but du match (son 2e dans cette coupe du monde et le 1000e de l'Histoire de l'équipe de France) sur la dernière action du match. Durant cette finale il fut pour Aimé Jacquet « le meilleur ». En 2000, il gagne l'Euro avec les Bleus face à l'Italie. Il tente alors l'aventure barcelonaise.

Échec espagnol et le retour en Première ligue[modifier | modifier le code]

Petit fera une année au FC Barcelone, mais cela se soldera par un échec malgré son transfert de 12,2 M €. Son jeu rugueux et physique ne correspond pas à la technique flamboyante de la Liga. Il retourne alors en Angleterre, à Chelsea. Il se refait une santé chez les Blues, formant un duo de milieu défensif exceptionnel avec Frank Lampard. Il est appelé pour participer à la Coupe du monde 2002, où la France sera éliminée dès le premier tour. Rongé par des blessures au genou, il finira par rompre son contrat en 2004. Ayant subi une autre intervention chirurgicale, il décide finalement d'arrêter le football le 21 janvier 2005, à l'âge de 34 ans.

Carrière de consultant[modifier | modifier le code]

Après sa carrière, il entame une carrière de consultant. Le 15 février 2005 sur France 2, il commente avec Florent Gautreau le Match pour l'espoir organisé en solidarité en faveur des victimes du séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien en Asie du Sud-Est. De 2005 à 2007, il commente les matchs du championnat anglais sur TPS Star.

En mars 2008, il publie un livre intitulé À fleur de peau (coécrit avec Jérôme Le Fauconnier) dans lequel il s'en prend notamment à l'Olympique de Marseille (« Je pense que Monaco et Paris ont été privés de deux ou trois titres de champions à une époque où (Marseille) dominait les autres en appliquant des méthodes un peu troubles ») ainsi qu'à Zinédine Zidane (« Pour Zidane, on est différents. On n'a rien à se dire. On ne peut pas prétendre aider ceux qui en ont besoin tout en servant la cause des grands patrons qui réalisent des bénéfices records sans les redistribuer »)[1].

L'Équipe TV fait appel à lui pour l'Euro 2008. Depuis 2008, il est consultant pour France Télévisions où il participe à l'émission de pronostics sportifs chaque samedi à 10h20 sur France 2 et commente les matchs de Cup anglaise, de Coupe de France et de Coupe de la Ligue. Parallèlement il est consultant pour les médias de L'Équipe : il tient une chronique sur le site internet, intervient après les matchs internationaux sur L'Équipe TV et est régulièrement présent sur le plateau de l'émission L'Équipe du Soir.

Pendant la coupe du monde de football de 2010, Emmanuel Petit coanime avec le journaliste Laurent Luyat le plateau avant, à la mi-temps et à la fin de chaque match retransmis par France Télévisions. Le 21 juin 2010, suite aux affaires et rebondissements touchant l'équipe de France de football, il revient sur la problématique concernant Zinédine Zidane à l'occasion de son coup de tête porté sur le défenseur italien Marco Materazzi lors de la finale de la Coupe du monde 2006. Selon lui, le fait que ce geste ait été « excusé » par le Président de la République de l'époque, Jacques Chirac, ne peut avoir de répercussion positive sur l'attitude des joueurs de football, référence faite aux insultes proférées par Nicolas Anelka à l'encontre de Raymond Domenech à la mi-temps du match France - Mexique. Il quitte ensuite le plateau de France 2 passablement énervé par plusieurs éléments dont l'intervention de la ministre des sports, Roselyne Bachelot auprès des joueurs de l'équipe de France, estimant que tout ceci arrive trop tard.

Depuis 2007, il commente les matchs de l'équipe de France de football sur TV5 Monde, en Afrique et en Amérique, en compagnie de Daniel Riolo, Jérôme de Verdière ou Jean-François Pérès. Il est également chroniqueur dans Le Match des experts, sur France 3.

Il commente également avec Kader Boudaoud, les matchs de Coupe de la Ligue et de Coupe de France sur France Télévisions.

Durant la Coupe du Monde 2014, il est consultant pour la chaîne I24news où, avec Sidney Govou, il analyse les matches en plateau.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Statistiques joueur[modifier | modifier le code]

Saison Club Pays Division Championnat Coupe d'Europe Équipe de France
1988 - 1989 AS Monaco Drapeau de la France France 1 9 matchs - -
1989 - 1990 AS Monaco Drapeau de la France France 1 28 matchs 7 matchs (C2) -
1990 - 1991 AS Monaco Drapeau de la France France 1 27 matchs / 1 but 5 matchs (C3) 1 match
1991 - 1992 AS Monaco Drapeau de la France France 1 28 matchs 7 matchs (C2) 3 matchs
1992 - 1993 AS Monaco Drapeau de la France France 1 25 matchs / 1 but - 5 matchs
1993 - 1994 AS Monaco Drapeau de la France France 1 28 matchs 10 matchs (C1) 5 matchs
1994 - 1995 AS Monaco Drapeau de la France France 1 25 matchs / 1 but - -
1995 - 1996 AS Monaco Drapeau de la France France 1 23 matchs / 1 but 1 match (C3) 1 match
1996 - 1997 AS Monaco Drapeau de la France France 1 29 matchs 7 matchs (C3) -
1997 - 1998 Arsenal Drapeau de l'Angleterre Angleterre 1 32 matchs / 2 buts 2 matchs (C3) 11 matchs / 2 buts
1998 - 1999 Arsenal Drapeau de l'Angleterre Angleterre 1 26 matchs / 4 buts 3 matchs (C1) 6 matchs / 1 but
1999 - 2000 Arsenal Drapeau de l'Angleterre Angleterre 1 27 matchs / 3 buts 2 & 8 matchs (C1 & C3) 9 matchs
2000 - 2001 FC Barcelone Drapeau de l'Espagne Espagne 1 23 matchs / 1 but 4 & 6 matchs (C1 & C3) 9 matchs / 1 but
2001 - 2002 Chelsea Drapeau de l'Angleterre Angleterre 1 27 matchs / 1 but 3 matchs (C3) 10 matchs / 2 buts
2002 - 2003 Chelsea Drapeau de l'Angleterre Angleterre 1 24 matchs / 1 but 1 match (C3) 3 matchs
2003 - 2004 Chelsea Drapeau de l'Angleterre Angleterre 1 4 matchs 2 matchs (C1) -

Buts en sélection[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

  • « On se souviendra longtemps de ses coups de gueule, mais plus encore de sa radieuse activité, patte gauche, au service de la collectivité. » (France Football, 20 décembre 2005)

Sponsoring[modifier | modifier le code]

Emmanuel Petit a souvent été sollicité par des marques pour être leur égérie ou apparaître dans des publicités. Après la Coupe du monde 1998, les retombées ont été immédiates. Opel fait appel au footballeur en septembre 1998 pour sa campagne Corsa[2]. C’est ensuite au tour de Tuc de solliciter Emmanuel Petit en 1999[3], d’ASSU 2000 en 2000[réf. nécessaire], puis de L’Oréal[4] et de Pepsi en 2002[5]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Petit s'est engagé aux côtés de la Fondation du Sport pour lutter contre l'obésité chez les jeunes. Plus précisément il a tourné dans un film court de "Bien Manger, C'est Bien Joué !" un programme d'éducation nutritionnelle et de sensibilisation à l'importance de l'activité physique pour les enfants et conçu par la Fondation du Sport.
  • Depuis décembre 2012, il est membre du conseil de surveillance du FC Rouen.
  • Emmanuel Petit est également le parrain de l'Association Huntington France, qui "œuvre pour soutenir les personnes touchées par la maladie de Huntington et leurs familles, informer le corps médical et paramédical, sensibiliser l’opinion et les pouvoirs publics, contribuer à la recherche. La maladie de Huntington est une maladie génétique neurodégénérative héréditaire pour laquelle il n’existe à ce jour aucun traitement curatif."[6]

Annexes[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Petit (auto-biographie), Emmanuel Petit - À fleur de peau, édition Prolongations, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]