Sochaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sochaux
Le musée de l'Aventure Peugeot.
Le musée de l'Aventure Peugeot.
Blason de Sochaux
Blason
Sochaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Arrondissement de Montbéliard
Canton Canton de Sochaux-Grand-Charmont
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays de Montbéliard
Maire
Mandat
Albert Matocq-Grabot
2008-2014
Code postal 25600
Code commune 25547
Démographie
Gentilé Sochaliens, Sochaliennes
Population
municipale
4 027 hab. (2011)
Densité 1 856 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 55″ N 6° 49′ 55″ E / 47.5152777778, 6.83194444444 ()47° 30′ 55″ Nord 6° 49′ 55″ Est / 47.5152777778, 6.83194444444 ()  
Altitude Min. 317 m – Max. 398 m
Superficie 2,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Sochaux

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Sochaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sochaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sochaux
Liens
Site web http://www.sochaux.fr/

Sochaux est une commune française, située dans le département du Doubs en région Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Sochaliens et Sochaliennes.

La commune qui n'est d'abord qu'un village jusqu'au début du XXe siècle, connait un essor très important à partir de 1912 avec l'implantation d'une usine de la société des Automobiles Peugeot qui deviendra le plus grand site industriel de France, employant jusqu'à 40 000 salariés dans les années 1970. La ville de Sochaux est également renommée au travers de son club de football, le Football Club Sochaux-Montbéliard, premier club professionnel à voir le jour en France en 1928 et qui restait en 2012 le club à avoir disputé le plus de saisons au sein de l'élite professionnelle française.

Au 1er janvier 2010, la commune comptabilisait 4 060 habitants tandis que l'agglomération de Montbéliard dont elle fait partie totalisait 108 502 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Sochaux est une ville de l'Est de la France, située entre le massif du Jura et le massif des Vosges dans ce qui est appelé la trouée de Belfort, passage reliant l'Alsace à la Franche-Comté et possédant une morphologie constituée de collines et de vallées. Elle se trouve plus précisément dans la partie nord-est du département du Doubs et de la région Franche-Comté, à 2,3 kilomètres à vol d'oiseau à l'est de Montbéliard[1], 67,6 kilomètres à vol d'oiseau au nord-est de Besançon[2] et 14,1 kilomètres à vol d'oiseau au sud de Belfort[3]. Elle est également proche de la frontière franco-suisse, distante d'une quinzaine de kilomètres à vol d'oiseau, la ville suisse la plus proche étant Porrentruy (21 km)[Note 1].

Communes limitrophes de Sochaux
Montbéliard Grand-Charmont Vieux-Charmont
Montbéliard Sochaux Vieux-Charmont
Exincourt Exincourt Étupes

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Localement, le choix de l’emplacement était assez limité pour ses fondateurs : au sud, la plaine de l’Allan est marécageuse et bordée par la forêt de la Vouaivre. Il ne reste donc qu’un endroit où s’installer, c’est au nord de la plaine, sur le pied de la colline « de la Chaux ».

Climat[modifier | modifier le code]

Sochaux est soumise à un climat semi-continental ou dit « dégradé ». Elle subit, d'une part, des précipitations importantes tant en quantité qu'en fréquence et, d'autre part, des hivers rudes avec de fortes gelées et de la neige et des étés chauds et secs[4]. D'une manière générale, le climat de Sochaux se caractérise par une forte variabilité, tant au cours d'une saison que d'une année à l'autre. Le tableau suivant donne une idée du climat belfortain en comparaison avec la moyenne nationale et quelques villes représentant les différents climats existant en France. Le tableau suivant donne les relevés météorologiques de la station de Belfort, à 422 mètres d'altitude et à 15 kilomètres au nord de Sochaux:

Relevé météorologique de la station de Belfort (normales 1981-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -1,5 -1,1 1,9 4,6 8,7 11,7 13,8 13,6 10,3 6,9 2,3 -0,4 5,9
Température maximale moyenne (°C) 3,8 5,7 10,3 14,3 18,8 22,1 24,5 24,2 19,6 14,6 8,2 4,5 14,2
Record de froid (°C)
date du record
-20,6
1985
-21,4
1956
-13,9
2005
-6,1
1986
-3,7
1979
1,7
2006
4,6
1960
4,4
1979
0,3
1971
-6
1950
-10,1
1998
-15,7
2001
Record de chaleur (°C)
date du record
16,9
1999
20,4
1960
25,2
1989
29
1968
32,1
2009
35
2011
38
1949
37,5
2003
34
1949
27,5
2009
20,3
1979
18,2
1989
Précipitations (mm) 97,7 86,7 88,7 72 99,7 85,7 81,2 88,1 96,1 106,1 99,3 119,9 1 121,2
Nombre de jours avec précipitations 12 11 12 11 13 11 10 11 10 12 12 13 139
Source : L'Internaute des Villes[5] et Lameteo.org[6]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'accès routier à Sochaux est assurée par l'autoroute A36 qui borde directement le sud de la commune et qui dessert la ville et l'Usine Peugeot Citroën par le biais de l'échangeur sortie 9. La ville elle-même est irriguée par trois axes principaux organisés en étoile autour du carrefour de l'Europe, centre routier névralgique de la ville: vers le sud, la route départementale 437 prend le nom de rue de Pontarlier et permet de rejoindre l'autoroute, le sud de l'agglomération (Exincourt, Audincourt, Valentigney...) et plus loin le Haut-Doubs; vers le nord-est, la même RD437 prend le nom de rue de Belfort et permet de rejoindre le nord de l'agglomération (Vieux-Charmont, Nommay...) et le Territoire de Belfort ; vers l'ouest, la route départementale 613, appelée localement rue d’Épinal, aboutit au centre-ville de Montbéliard.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le territoire communal de Sochaux n'est pas très étendu avec une superficie de seulement 2,17 km² dont plus du tiers est occupé par l'usine Peugeot Citroën.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L’origine de la ville de Sochaux se trouve en un hameau de quelques âmes au départ. Il est généralement admis que c’est de sa colline que Sochaux tire son nom. Sochaux signifie « sous la chaux », référence au calcaire (calx en latin) de cette colline. Le village portera donc les noms de Sous Chaux, Souchal, Souchy et enfin Sochaux. Les villages environnants de Grand-Charmont et de Vieux-Charmont sont baptisés ainsi sur le même préfixe, le L final s’étant transformé en R avec l’accent des habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine de la ville[modifier | modifier le code]

Il ne reste rien des premières masures des XIIe et XIIIe siècle de Sochaux. Peu d'informations nous sont parvenues de Sochaux au Moyen Âge. On ne trouve trace du village de Souchy que dans un texte officiel daté de 1189 et traitant d’aumônes que les habitants devaient payer à l’abbaye de Belchamp à côté de Sochaux.

Sochaux n'est alors qu'une communauté dépendante des comtes de Montbéliard vassaux de l'Empire germanique. Elle ne sera rattachée à la France qu'en 1793 suite à la Révolution française, en même temps que le comté de Montbéliard.

Industrialisation de la ville[modifier | modifier le code]

En 1841, Sochaux se lance dans l’aventure industrielle, 60 ans avant la construction des automobiles de Frédéric Rossel et des frères Peugeot : Théodore Ienné fonde sa brasserie.

En 1912, la ville, d'une population d'environ 500 habitants, voit le rachat des ateliers automobiles Rossel par Peugeot. C'est le début du développement véritable de Sochaux : en vingt ans, la population de la ville est multipliée par six, malgré le passage de la Première Guerre mondiale. Ces nouveaux habitants, principalement des ouvriers immigrés, sont hébergés dans plusieurs cités ouvrières construites par la société Peugeot, propriétaire des terrains.

En 1928, Jean-Pierre Peugeot crée le Football Club Sochaux-Montbéliard (FC Sochaux), ainsi que la Coupe Peugeot, qui deviendra ensuite le championnat de France de football.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'occupation allemande est présente à Sochaux, où les ateliers automobiles sont réquisitionnés pour fabriquer du matériel de guerre. L'usine devient alors une cible pour les Alliés, qui tentent de la bombarder le . Le vent qui déplaça les marquages de cible fut, d'après certains témoins, la cause de l'erreur de bombardement, qui détruisit une partie de la ville, tuant 125 personnes, en blessant 500 autres… et laissant quasiment intacts les ateliers. L'armée allemande finit par déménager tout le matériel de production et vida l'usine de ses machines-outils.

Malgré cela, la Peugeot 202 sortit des chaînes de montage dès 1945.

Les trente glorieuses[modifier | modifier le code]

La ville continue son expansion après la guerre, aidée par ses deux industries, la bière et l'automobile. De nombreux quartiers seront construits sur des marais asséchés. Le bâtiment de l'hôtel de ville, abritant mairie, poste, théâtre et salles de réception sera construit en 1968.

Les grèves de mai 1968 ne pouvaient pas être absentes dans une ville industrielle comme Sochaux. Le 11 juin, les manifestants sont évacués de l'usine. L'opération se soldera, côté ouvrier, par deux morts et de nombreux blessés.

La rivière de l'Allan est détournée en 1987-1988, pour permettre l'extension de l'usine Peugeot, jusque-là divisée en deux par la rivière.

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune de Sochaux comptabilisant entre 3 500 et 5 000 habitants, le conseil municipal est composé de 27 membres : le maire, huit adjoints et dix-huit conseillers municipaux[C 1]. Le maire actuel est Albert Matocq-Grabot, élu pour la première fois en 2008 sous l'étiquette divers gauche.


Composition du conseil municipal de Sochaux (2008-2014)
Président de groupe Effectif Statut
     DVG Albert Matocq-Grabot 23 Majorité
     UMP Aimé Mourgeon 4 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1794 Léopold Lods    
1794 1811 David-frédéric Ferrand    
1812 1818 Jean-Frédéric Ferrand    
1819 1821 Georges-Grédéric Lods    
1822 1843 Jean-Frédéric Ferrand    
1843 1847 Frédéric Wettzel    
1847 1860 Jean Ferrand    
1861 1878 Charles-Frédéric Wettzel    
1878 1884 Théodore Ienne    
1884 1898 Charles-Frédéric Wettzel    
1898 1907 Georges Caray    
1907 1912 Albert Rossel    
1912 1919 Edmond Ienne    
1920 1943 Eugène Brunner    
1943 1944 René Caburet    
1944 1945 Gustave Fallot    
1945 1947 Marcel Martin    
1947 1953 René Caburet    
1954 1992 Maurice Thievent    
1992 2001 Libéro Cencig    
2001 2008 Aimé Mourgeon UMP  
2008   Albert Matocq-Grabot [7] DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour de l'élection présidentielle française de 2012, le socialiste François Hollande est arrivé en tête du vote des Sochaliens avec 31,44 % des suffrages, suivi de près par la candidate d'extrême droite Marine Le Pen (28,16 %), puis par Nicolas Sarkozy (droite, 16,39 %) et Jean-Luc Mélenchon (gauche, 11,56 %). Au deuxième tour, François Hollande a rassemblé 58,26 % des votes contre 41,74 % à son rival de droite Nicolas Sarkozy. Le premier tour de l'élection présidentielle française de 2007 avait vu la socialiste Ségolène Royal arriver en tête (27,04 %) devant Nicolas Sarkozy (droite, 26,08 %) et Jean-Marie Le Pen (extrême droite, 19,68 %) alors que le second tour s'était soldé par une égalité parfaite entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. En 2002, Jean-Marie Le Pen était très nettement en tête au premier tour (31,01 %) devant Lionel Jospin (gauche, 14,82 %) et Jacques Chirac (droite, 13,56 %), tandis que le même Jacques Chirac avait fait le plein des voix au deuxième tour (69,56 %) face à Jean-Marie Le Pen (30,44 %).

Les Sochaliens peuvent être qualifiés d'eurosceptiques, considérant les résultats aux référendums sur le Traité de Maastricht en 1992 (48,48 % de oui contre 51,04 % au niveau national) et sur le Traité établissant une Constitution pour l'Europe en 2005 (30,38 % de oui contre 45,33 % au niveau national).

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Sochaux fait partie du Pays de Montbéliard Agglomération, une communauté d'agglomération créée en 1999 et regroupant 29 communes pour une population totale de 117 731 habitants en 2009.

Justice et sécurité[modifier | modifier le code]

Juridictions[modifier | modifier le code]

La commune dépend des tribunaux d'instance, de grande instance, du conseil de prud'hommes et du tribunal pour enfants de Montbéliard, de commerce de Belfort et du tribunal administratif de Besançon. Elle est rattachée à la cour d'appel de Besançon et à la cour administrative d'appel de Nancy[8].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sochaux n'est actuellement jumelée à aucune autre ville.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 027 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
92 157 88 105 156 184 177 165 129
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
135 161 175 253 360 365 389 392 412
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
446 440 427 1 650 2 182 3 641 3 611 2 831 5 300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
7 557 6 116 6 344 5 254 4 419 4 491 4 492 4 328 4 152
2011 - - - - - - - -
4 027 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Sochaux en 2009 en pourcentage[B 1]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
1,0 
4,2 
75 à 89 ans
9,3 
14,3 
60 à 74 ans
12,5 
21,6 
45 à 59 ans
18,3 
21,3 
30 à 44 ans
19,1 
20,2 
15 à 29 ans
20,9 
17,9 
0 à 14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département du Doubs en 2009 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
5,9 
75 à 89 ans
8,9 
13,2 
60 à 74 ans
14,0 
19,6 
45 à 59 ans
19,6 
20,6 
30 à 44 ans
19,5 
20,9 
15 à 29 ans
19,5 
19,5 
0 à 14 ans
17,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville possède un club de football fondé en 1928 évoluant en Ligue 1, le Football Club Sochaux-Montbéliard.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois et revenus de la population[modifier | modifier le code]

En 2009, 1 546 Sochaliens disposaient d'un emploi dont 36,9 % l'exerçaient sur la commune même de Sochaux[B 2]. Le taux de chômage s'élevait à 23,2 % en 2009, en forte hausse par rapport à 1999 (13,4 %) tandis que sur la même période le nombre d'emplois pourvus sur la commune passait de 17 230 à 13 278[B 3]. Les ouvriers sont largement surreprésentés à Sochaux par rapport à la moyenne nationale, représentant près de la moitié de la population active de la commune (47,9 %) en 2009 alors que cette proportion est environ d'un quart au niveau de la France entière (23,6 %).


Répartition des 15 à 64 ans selon la catégorie socioprofessionnelle en 2009

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Commune de Sochaux 0 % 2,8 % 4,8 % 14,6 % 27,5 % 47,9 %
Moyenne nationale 1,6 % 5,6 % 15,1 % 24,2 % 28,9 % 23,6 %
Sources des données : INSEE[B 3]

Activités[modifier | modifier le code]

L'industrie reste le secteur d'activité largement prédominant à Sochaux, concentrant 10 224 (78,9 %) emplois en 2009, mais est en net recul depuis 1999 où il représentait alors 15 616 (89,8 %) emplois. Le deuxième secteur d'activité est celui du commerce, transports et services divers qui regroupe 1 989 (15,3 %) emplois[B 3].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Sochaux accueille depuis 1912 le site industriel majeur du groupe automobile PSA Peugeot Citroën fondé et dirigé par la famille Peugeot. Ce fut pendant longtemps le plus gros site industriel d'Europe faisant travailler jusqu'à 40 000 salariés dans les années 1970 contre environ 12 500 en 2009[12]. Les principales entreprises en termes d'effectifs sont :

Nom Employés Activité
PSA Peugeot Citroën environ 12 500 Industrie automobile
Société d'Environnement et de Service de l'Est (SENSE) 434 Prestations de services
Propreté Multi Services 54 Nettoyage industriel
Bancel 49 Travaux de maçonnerie
Système U (Socodis) 43 Supermarché
GEFCO 41 Transports internationaux
Arianis (Socotel) 24 Hôtel touristique avec restaurant

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine industriel[modifier | modifier le code]

Usine PSA Peugeot Citroën[modifier | modifier le code]

Ce site industriel est majeur pour le groupe automobile PSA Peugeot Citroën, et accueille aujourd'hui 12 000 salariés.

Article détaillé : Peugeot - Citroën Sochaux.

La brasserie de Sochaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brasserie de Sochaux.

La brasserie de Sochaux est fondée entre 1841 et 1845, par Théodore Ienne (maire de Sochaux entre 1878 et 1884) ; elle ferme ses portes en juillet 1979. L'emplacement et les bâtiments de l'ancienne brasserie de Sochaux sont maintenant occupés par le musée de l'Aventure Peugeot.

Patrimoine civil et religieux[modifier | modifier le code]

Le Temple et la Maison Commune (ancienne mairie)[modifier | modifier le code]

Pour la mémoire des habitants, c'est le Temple et l’ancienne mairie qui forment le cœur du village de Sochaux. Autrefois, le temple était la maison commune et inversement. En fait, c’est le manque de bureau de poste à Sochaux qui est la cause de ce bouleversement. Sochaux manque d’argent et la construction d’un local reviendrait trop cher. Alors, le conseil municipal se réunit en session extraordinaire le , sous la présidence du maire Georges Carray, et décision est prise de transformer l’oratoire en une mairie, avec au premier étage le bureau de poste et le logement de l’instituteur.

Le visage actuel du temple et de la maison commune date de 1905 : autrefois, l’ancien temple comportait un fronton triangulaire avec un œil de bœuf en son milieu. Lorsqu’il est décidé de créer la Maison Commune, il a été rajouté un étage pour abriter la salle du conseil municipal et un balcon en fer forgé.

Jusqu’en 1968, la Maison Commune abritera la mairie et les services de la poste. Cette ancienne mairie sera abandonnée au profit d'un nouveau bâtiment, plus grand, contenant en plus la salle de spectacle de la MALS (Maison des arts et loisirs de Sochaux) qui est l’actuel hôtel de ville.

La maison du prince[modifier | modifier le code]

La maison du prince est la plus vielle bâtisse de Sochaux ; il semble qu'elle date du XVIe siècle. Elle fait face à l'ensemble ancienne mairie et temple. L'origine de ce bâtiment reste inconnue, mais il est probable qu'aucun prince n'y ait jamais logé. La maison semble en effet trop petite (une cave inondable, une pièce habitable au 1er étage et des combles sous le toit).

Elle a été restaurée en 1993 et est utilisée actuellement comme lieu d'exposition du patrimoine historique et culturel local.

Stade Auguste-Bonal[modifier | modifier le code]

Il accueille l'équipe du FCSM en L1. Il peut accueillir 20 005 personnes. L'aire de jeu du stade Bonal a une longueur de 106 mètres pour une largeur de 68 mètres. Le stade Bonal est situé à Montbéliard.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le musée de l’Aventure Peugeot[modifier | modifier le code]

Inauguré en juillet 1988 et installé sur le site de l'ancienne Brasserie de Sochaux, le musée de l'Aventure Peugeot a déjà attiré plus d'un million de visiteurs. Ce musée permet de suivre l'aventure de Peugeot, depuis la fabrication d'outillage (scies, tournevis, armes, moulins à café, plombages pour dent…), jusqu'aux automobiles, des premières aux plus récentes, sans oublier les modèles de course (205 Turbo 16, 905, F1, concept cars…).

La MALS[modifier | modifier le code]

La Maison des arts et loisirs de Sochaux est un théâtre dédié aux arts de la scène, des pièces classiques aux concerts, dans laquelle des artistes internationaux se produisent. Cette salle à l'italienne de 1 120 places se trouve dans le bâtiment de la mairie, construit en 1968.

Personnalités liées à Sochaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille Peugeot.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Sochaux (Doubs).svg Blasonnement de Sochaux
  • D'azur semé de billettes d'or au lion aussi d'or couronné du même, armé et lampassé de gueules, tenant une roue dentée de sable remplie de gueules, de laquelle est issante une barre de métal d'argent tordue en forme de S.
  • Le lion couronné sur champ de billettes est celui de la province de Franche-Comté d’après le sceau d’Othon IV, comte palatin de Bourgogne en 1286 (Archives nationales n° 85 bis). Ce lion tient une couronne dentée, symbole de l’industrie mécanique et une barre de métal tordue en forme de S (initiale de la ville) issant d’un brasier de gueules, symbole de la fonderie et de la mise en forme de la matière.[A 1].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le calcul des distances à vol d'oiseau avec les villes suisses a été effectué sur le portail Web Géoportail à l'aide de l'outil Calcul de distance.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Calcul de l'orthodromie entre Sochaux et Montbéliard », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 21 janvier 2013)
  2. « Calcul de l'orthodromie entre Sochaux et Besançon », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 21 janvier 2013)
  3. « Calcul de l'orthodromie entre Sochaux et Belfort », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 21 janvier 2013)
  4. « Le climat change, la Franche-Comté s'adapte », sur le site du conseil économique et social de Franche-Comté (consulté le 21 janvier 2013).
  5. « Le climat de Belfort », sur le site internaute.com, société Benchmark Group (consulté le 20 avril 2012)
  6. « Normales climatiques 1981-2010 Belfort », sur le site lameteo.org (consulté le 21 janvier 2013)
  7. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  8. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site de des annuaires du Ministère de la Justice (consulté le 26 janvier 2013)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. « Doubs (25 - Département) - Thème : Évolution et structure de la population », sur le site du recensement de l'Insee (consulté le 21 janvier 2013)
  12. « Connaître la Franche-Comté, édition 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 janvier 2013)
Site Mémoire vivante de Sochaux
  1. « Blason de la ville de Sochaux » (consulté le 21 janvier 2013)
Site du recensement de l'Insee
  1. « Sochaux (25547 - Commune) - Thème : Évolution et structure de la population », sur le site du recensement de l'Insee (consulté le 21 janvier 2013)
  2. « Sochaux (25547 - Commune) - Thème : Caractéristiques de l’emploi », sur le site du recensement de l'Insee (consulté le 21 janvier 2013)
  3. a, b et c « Sochaux (25547 - Commune) - Thème : Emploi - Population active », sur le site du recensement de l'Insee (consulté le 21 janvier 2013)
Site officiel de la municipalité de Sochaux
  1. « Les élus », sur le site de la mairie de Sochaux (consulté le 21 janvier 2013)