Franck Ribéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Franck Ribéry
Franck Ribéry 2013.JPG
Ribéry sous les couleurs du Bayern Munich en 2013.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Allemagne Bayern Munich
Numéro 7
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (31 ans)
Lieu Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)
Taille 1,7 m (5 7)
Poste Milieu offensif
Parcours junior
Saisons Club
1989-1995 Drapeau : France FC Conti de Boulogne-sur-Mer
1995-1999 Drapeau : France Lille OSC
1999-2000 Drapeau : France US Boulogne
Parcours amateur
Saisons Club
2000-2002 Drapeau : France US Boulogne 29 (6)
2002-2003 Drapeau : France Olympique Alès 19 (2)
2003-2004 Drapeau : France Stade brestois 40 (5)
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
2004-2005 Drapeau : France FC Metz 21 (2)
2005 Drapeau : Turquie Galatasaray SK 17 (1)
2005-2007 Drapeau : France Olympique de Marseille 89 (18)
2007- Drapeau : Allemagne Bayern Munich 262 (93)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
2004-2006 Drapeau : France France espoirs 13 (2)
2006- Drapeau : France France 81 (16)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 11 mars 2014

Franck Ribéry est un footballeur international français, né le 7 avril 1983 à Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais. Il occupe le poste de milieu de terrain offensif dans le club du Bayern Munich et en équipe de France.

Considéré comme l'un des meilleurs joueurs d'Europe, il remporte le prix du meilleur joueur français de l'année 2007, 2008 et en 2013[1], le prix du meilleur joueur du championnat allemand en 2008 et en 2013[2], le prix UEFA du meilleur joueur d'Europe en 2013[3] et termine troisième du Ballon d'or 2013, remporté par Cristiano Ronaldo[4]. Sa vitesse, sa rapidité d'exécution, sa vision du jeu ainsi que sa force de frappe font de lui l'un des leaders du Bayern Munich avec lequel il réalise notamment un quintuplé durant l'année 2013 en remportant le championnat d'Allemagne, la coupe d'Allemagne, la Ligue des champions, la Supercoupe et la Coupe du monde des clubs[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Franck Ribéry est un footballeur français né le 7 avril 1983[6] dans le quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer. À l'âge de deux ans, il est victime d'un accident de voiture qui lui laisse des cicatrices sur le visage. Il commence le football à six ans au FC Conti de Boulogne-sur-Mer, rejoint à douze ans le centre de formation du LOSC Lille, dont il est renvoyé quatre ans plus tard à la suite de mauvais résultats scolaires et de problèmes de comportement[7],[8].

Parcours amateur (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Franck Ribéry évolue tout d'abord à l'US Boulogne, entre 2000 et 2002, en CFA puis en National. Il joue ensuite à Alès, entre 2002 et 2003, en National, un club qui tombe en faillite.

Recruté par le Stade brestois, qui évolue également en National, il se fait remarquer lors du match Nantes - Brest par une roulette sur Sylvain Armand et un grand pont sur Mario Yepes. Lors de la saison 2003-2004 marquée par l'accession du club breton en Ligue 2, il est ovationné par le public brestois au Stade Francis-Le Blé, terminant meilleur passeur du National[9]. Il se fait repérer par l'entraîneur messin Jean Fernandez et son sélectionneur Étienne Ceccaldi, qui s'empressent de le faire venir en Lorraine, sans aucune indemnité de transfert[9],[10].

Révélation au FC Metz puis départ en Turquie (2004-2005)[modifier | modifier le code]

C'est sous le maillot grenat du FC Metz que Franck Ribéry effectue ses grands débuts en L1 en 2004. Immédiatement, il s'affirme comme l'une des grandes révélations de la compétition et est élu « joueur du mois » de la Ligue 1 en août 2004. Évoluant au poste de milieu droit, Ribéry est un redoutable et infatigable accélérateur de jeu, capable également d'être décisif devant le but. Et tandis que certains le comparent déjà à Robert Pirès (ancien joueur du FC Metz et champion du monde en 1998), il connaît ses premières sélections en équipe de France espoirs.

Après seulement six mois passés en Lorraine, Ribéry est transféré de manière surprenante vers le club turc de Galatasaray, lors des toutes dernières heures du mercato d'hiver[11]. La transaction s’élèverait à 1,5 million d'euros, avec une prime à la signature de 800 000 euros[12]. Ribéry ne tarde pas à devenir l'un des joueurs préférés des supporters turcs, gagnant les surnoms de « Ferraribéry » ou de « Scarface » (en hommage au célèbre personnage et en référence à ses dents et à la longue cicatrice qu'il a gardée sur la partie droite de son visage). Il inscrit sous le maillot du Galatasaray un but permettant à son équipe de l'emporter 5 à 1 en finale de la Coupe de Turquie contre le grand rival de Fenerbahçe[13].

Période marseillaise (2005-2007)[modifier | modifier le code]

Franck Ribéry à l'OM
Franck Ribéry en discussion avec l'arbitre contre Lille en 2005

Ribéry retourne dès le mois de juin 2005 dans le championnat de France, en signant un contrat de 4 ans en faveur de l'Olympique de Marseille, où il retrouve son ancien entraîneur, Jean Fernandez[14]. Ce transfert ne coûte rien à l'OM, puisque le joueur rompt unilatéralement son contrat avec le club turc[15], à la suite de problèmes de versement de salaires[16]. En parallèle, Ribéry change d'agent en quittant John Miko pour engager le Luxembourgeois Bruno Heiderscheid. Malgré une procédure lancée par le club turc pour « rupture de contrat abusive »[17], Franck Ribéry obtient de la FIFA une autorisation de jouer[18].

Le public du stade Vélodrome ne met que très peu de temps à l'adopter. Auteur de performances exceptionnelles, il finit meilleur espoir du championnat[19], se voit trois fois élu « joueur du mois »[20], et est l'auteur du « but de l'année » face à Nantes[19]. Il inscrit par ailleurs l'un des buts les plus rapides de la saison 2005-2006, au bout de 17 secondes de jeu seulement, lors du match Marseille-Rennes en Coupe de France[21]. C'est donc fort logiquement qu'il se retrouve sélectionné sous le maillot bleu pour la Coupe du Monde.

Au début du mois d'août 2006, Ribéry se dit décidé à quitter l'Olympique de Marseille[22] après le départ précipité de l'entraîneur Jean Fernandez pour l'AJ Auxerre (départ pour des raisons non dévoilées)[23]. Ceci déplaît à Pape Diouf, le président du club : en effet Ribéry est sous contrat avec l'OM jusqu'en 2010, contrat qui a été prolongé en mars 2006[24], moyennant une très importante revalorisation salariale[25]. Le club de l'Olympique lyonnais, très intéressé par son profil, propose 22 millions d'euros pour sa venue[26]. Mais à la suite du match de son équipe à Berne en Coupe de l'UEFA, le joueur revient sur ses déclarations, et déclare mettre un terme définitif au « feuilleton Ribéry » en confirmant qu'il reste à l'OM[27].

Sous son impulsion, Marseille effectue un bon début de saison en championnat. Mais durant le mois de novembre, Franck Ribéry, souffrant d'une pubalgie, se montre moins décisif, et doit observer quelques semaines de repos[28]. Il est soigné au centre spécialisé de Capbreton[29]. Lors du mois de février, Ribéry est à nouveau blessé : il souffre d'une "fracture au métatarse du pied droit", ce qui entraîne une nouvelle indisponibilité de plusieurs semaines[30].

À la fin de la saison 2006-2007, Pape Diouf offre un bon de sortie à Ribéry, bien que le club olympien ait réussi à se qualifier pour la Ligue des champions. Ribéry est alors, une nouvelle fois, fortement courtisé par l'Olympique lyonnais, mais Pape Diouf refuse de renforcer un concurrent direct en championnat. Le manager général de l'OM réclame un minimum de 25 millions d'euros pour son départ. Le Real Madrid ne souhaitant pas mettre une aussi grosse somme[31], c'est finalement le Bayern de Munich qui se décide à l'accueillir, son nouvel agent Jean-Pierre Bernès s'étant occupé de la transaction[32]. Le montant du transfert atteint 30 millions d'euros (16 M€ immédiats, 10 M€ en 2008, et 4 M€ si le Bayern se qualifie en ligue des Champions)[33], ce qui constitue un record en Allemagne. Ribéry touchera 4 millions d'euros nets par saison[34]. Le Bayern, qui a terminé quatrième de la Bundesliga en 2007, ne joue pas de Ligue des champions, mais participe « seulement » à la Coupe UEFA.

Une star au Bayern Munich (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

Ribéry en train de jongler lors des entraînements du Bayern Munich.

Première saison exceptionnelle (2007-2008)[modifier | modifier le code]

Dès les premiers mois, Franck Ribéry réalise des débuts exceptionnels au Bayern Munich. Il permet à son équipe de gagner la coupe de la Ligue 2007 en pré-saison en étant le meilleur buteur. Il marque ensuite son premier but en championnat le 18 août 2007 contre le Werder Brême (4-0). Installé dans le couloir gauche par Ottmar Hitzfeld, son entente avec les deux autres recrues du Bayern, Luca Toni et Miroslav Klose forment l'armada offensive du club bavarois. Les performances de Ribéry ainsi que son style de jeu lui attirent rapidement les faveurs du public et de la presse allemande. Il est d'ailleurs surnommé « Kaiser Franck » en référence à Franz Beckenbauer, légende du club. Durant la saison, Ribéry réalise quelques prouesses, comme lors d'un match de Coupe d'Allemagne où il réussit une panenka, qui permet de qualifier son équipe pour les demi-finales[35]. Le Bayern réalise un départ canon en championnat et n'est plus rattrapé. Sacré champion au terme d'une saison récompensée par le doublé coupe-championnat, les bavarois sont toutefois éliminés de la Coupe UEFA par le Zénith Saint-Pétersbourg, alors qu'ils étaient favoris de la compétition. Individuellement, Ribéry a inscrit 19 buts en 46 matchs toutes compétitions confondues. Cette première saison en Allemagne est une réussite pour Franck Ribéry qui réalise donc le doublé national et devient un joueur offensif majeur de l’effectif bavarois.

« Quand nous l'avons engagé, c'est comme si nous avions gagné au Loto »

— Franz Beckenbauer[36].

Blessures et méformes (2008-2011)[modifier | modifier le code]

Franck Ribéry sous les couleurs du Bayern en 2009.

Pour sa deuxième saison au Bayern, Ribéry est contraint de rester en tribune jusque mi-octobre, à la suite de la blessure contractée lors de l'Euro 2008 lors du dernier match contre l'Italie. Absent des terrains, son équipe peine en championnat, et enchaîne les contre-performances. Le Français signe son grand retour le en Ligue des champions face à Lyon. Alors à la neuvième place en championnat, le Bayern réintègre le podium, grâce à une série de huit matches sans défaite. Toujours à son plus haut niveau, Ribéry multiplie comme en 2007-2008 les excellents matches, étant décisif quand il le faut (but vainqueur à Francfort, Schalke). « C'est Dieu qui lui a donné son talent », confie quelques jours plus tard son entraîneur Jürgen Klinsmann[37]. Nommé pour le Ballon d'or en 2008, il n'obtient finalement que 7 points et sera classé seizième sur la sélection de 30 joueurs. Cependant, il est sacré une semaine plus tard meilleur joueur français de l'année, pour la deuxième fois consécutive. Lors des huitièmes de finales aller de la Ligue des champions face au Sporting Portugal, il réalise deux buts et deux passes décisives pour une victoire 12-0 au cumul des deux matchs. En quart-de-finale aller, le Bayern de Munich perd lourdement à domicile contre le FC Barcelone 4-0. Franck Ribéry fait alors part de son admiration pour le club catalan et son jeu, ce qui alimente les rumeurs d'un futur départ du joueur durant le mercato d'été, et crispe ses relations avec le Bayern[38]. Éliminé des autres compétitions et second en championnat, le Bayern termine cette saison sans aucun titre. Ribéry est pour sa part moins performant que la saison précédente, avec 14 buts en 26 matchs toutes compétitions confondues.

Lors de la première moitié de la saison 2009-2010, Ribéry ne joue que quelques matches avec son club et est soit remplaçant soit absent du groupe avec les Bleus en raison de blessures récurrentes (tendinite rotulienne, inflammation de la cheville, inflammation de l'orteil). Après de nombreux reports, son retour en compétition après plus de trois mois d'absence intervient le . Entré comme remplaçant contre le Werder Brême, il contribue à la victoire du Bayern (3-2). Redevenu titulaire, il enchaîne les bonnes prestations, et donne la victoire à son équipe contre Hambourg (1-0) d'une superbe frappe. Le Bayern devient alors leader de Bundesliga grâce à cette victoire. Laissé au repos en prévision de la ligue des Champions, il revient en forme en marquant contre Manchester United (2-1) et contre Schalke 04, match décisif pour le titre, d'une superbe volée du droit (2-1). Il signe donc son retour en grâce, bien qu'il n'avoue pas encore être à « 100 % » depuis sa récente blessure. Quelques semaines plus tard, le Bayern est sacré champion d'Allemagne et réalise le doublé coupe-championnat après avoir remporté la coupe d'Allemagne contre le Werder Brême (4-0). Ce doublé est le second pour Ribéry après celui de 2008. En demi-finale aller de ligue des champions contre Lyon, Ribéry reçoit un carton rouge à la suite d'une semelle sur Lisandro Lopez. Suspendu deux matchs, il ne participe pas à la finale perdue face à l'Inter Milan de José Mourinho (2-0). Cette suspension tombe mal pour Ribéry, déjà fragilisé par l'affaire Zahia révélée quelques mois plus tôt. À l'issue de la saison 2009-2010, Ribéry signe un nouveau contrat avec le Bayern Munich, malgré des rumeurs l'envoyant au Real Madrid, le liant au club jusqu'en 2015. Il touchera 10 millions d'euros par an, devenant ainsi non seulement le joueur français le mieux payé actuellement, mais aussi le joueur le plus payé de toute l'histoire de la Bundesliga. Au total cette saison, Franck Ribéry inscrit 7 buts en 30 matchs toutes compétitions confondues.

Alors qu'il retrouve progressivement son meilleur niveau, il est à nouveau blessé en automne lors d'un match contre le TSG 1899 Hoffenheim, sur un tacle d'Andreas Beck. Le 8 décembre 2010, à l'occasion de la dernière journée de la phase de poules de la C1 (victoire 3-0 du Bayern Munich sur le FC Bâle), Ribéry retrouve le chemin des filets après quatre mois sans buts, en réalisant un doublé. Depuis ce moment-là, il retrouve peu à peu son niveau habituel. Le 22 décembre, il est d'ailleurs à l'origine des troisième, quatrième et cinquième buts de son équipe et marque le sixième lors du match de coupe d'Allemagne, contre le VfB Stuttgart, remporté 6-3 par le Bayern Munich. Il marque même en Bundesliga contre cette même équipe, le 19 décembre, lors de la victoire 5-3 du Bayern Munich. La fin de saison 2010-2011 est plutôt morose pour le club bavarois qui échoue en huitième de finale de la Ligue des champions, une nouvelle fois face à l'Inter Milan, et termine le championnat à la troisième place, derrière le Borussia Dortmund et le Bayer Leverkusen.

Un joueur de classe mondiale (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

Ribéry lors de la finale de la Ligue des champions en 2012 contre Chelsea.

Le départ de Louis van Gaal et son remplacement par Jupp Heynckes font du bien au français qui prend à nouveau du plaisir sur le terrain. En ce début de saison, l'ex-marseillais enchaîne les performances de haut niveau[39],[40] sur son côté gauche fétiche, ayant déjà réalisé 2 passes décisives et inscrit 3 buts à l'issue de la cinquième journée[41]. Le 23 novembre 2011, il inscrit un doublé contre Villarreal en ligue des Champions lors de la victoire 3-1 de son équipe qui propulse le Bayern en huitièmes-de-finale[42]. Son net regain de forme lors de la saison 2011-2012 (8 buts et 9 passes décisives en 17 matchs), lui vaut de figurer dans le top 3 des meilleurs joueurs de champ de la phase aller de la Bundesliga établit par le magazine allemand Kicker, derrière Mario Götze du Borussia Dortmund et Marco Reus du Borussia Mönchengladbach[43].

De plus, le renforcement important de l'équipe par les dirigeants permet au Bayern d'être encore plus compétitif. Programmée à l'Allianz Arena, la finale de la ligue des champions est l'objectif majeur du club cette saison. Il parvient finalement à se hisser en finale, en éliminant en phase finale tour à tour le FC Bâle, l'Olympique de Marseille et le Real Madrid. Le 19 mai 2012, le club bavarois s'incline finalement aux tirs aux buts dans son stade face à Chelsea 1-1 (4 t.a.b à 3) dans une finale mal maitrisée. Titulaire, Ribéry sort au cours de la prolongation. Cette même saison, le Bayern finit second de Bundesliga et laisse échapper à Dortmund, une seconde année consécutive, avant de perdre contre ce même Borussia Dortmund, en finale de la Coupe d'Allemagne (5-2) malgré une réduction du score de Ribéry. Ces trois échecs en autant de compétitions marquent, pour le Bayern et Franck Ribéry, une nouvelle saison blanche. Malgré cela, Franck Ribéry a inscrit 17 buts en 50 matchs toute compétitions confondues et retrouvé son meilleur niveau.

La saison 2012-2013 s'avère être l'année de la récompense pour Ribéry : titulaire indiscutable de l'équipe, il remporte avec le club le championnat devant le Borussia Dortmund, ainsi que la Coupe d'Allemagne face au VfB Stuttgart, sur le score de 3-2. Enfin, le 25 mai 2013, il clôt la saison sur une victoire en Ligue des champions - la cinquième du club bavarois - face au Borussia Dortmund (2-1) où il est à l'origine des deux buts. Dans la foulée, il remporte également en fin d'été la Supercoupe de l'UEFA face à Chelsea, sous la houlette de Josep Guardiola, nouvel entraîneur du Bayern. Le 29 août 2013, il remporte le Prix UEFA du Meilleur joueur d'Europe puis termine 3e du Ballon d'or derrière Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, vainqueur de cette édition, le 13 janvier 2014.

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

Franck Ribéry sous les couleurs de l'équipe de France

Débuts lors de la coupe du monde 2006[modifier | modifier le code]

Ses prestations en Ligue 1 ainsi qu'avec l'équipe de France espoirs lui ouvrent finalement la porte de l'équipe de France A et de la Coupe du monde 2006, puisque le sélectionneur national Raymond Domenech décide de le retenir dans la liste des 23 joueurs sélectionnés pour la compétition[44]. Il y porte le numéro 22 lors de sa première sélection, le 27 mai 2006, à l'occasion de la rencontre amicale France-Mexique au Stade de France, durant laquelle il fait une entrée remarquée à la 75e minute, sous l'acclamation du public. Ce match est aussi le dernier de Zinédine Zidane au Stade de France[45].

Pour sa deuxième sélection, il remplace Zidane et obtient un pénalty face au Danemark, transformé par Sylvain Wiltord, aboutissant à une victoire 2-0 de la France[46]. L'activité et le talent de Ribéry laissent présager qu'il peut devenir un des maillons essentiels des Bleus pour les années à venir[47]. Ribéry est à l'origine de deux buts marqués contre la Chine pour le dernier match de préparation des Bleus (victoire 3-1)[48]. Il connaît sa première titularisation lors du premier match des Bleus du tournoi, contre l'équipe de Suisse le 13 juin 2006 à Stuttgart (0-0)[49].

Ribéry franchit un palier en marquant son premier but en sélection nationale le 27 juin 2006 contre l'Espagne grâce à son débordement sur Iker Casillas, but qui permet à l'équipe de France d'égaliser puis de l'emporter 3-1, se qualifiant pour les quarts-de-finale de la Coupe du monde 2006[50]. Plus tard, il efface à plusieurs reprises plusieurs brésiliens, et met le gardien portugais Ricardo en difficulté[51]. Après la victoire en demi-finale contre le Portugal, il participe le 9 juillet 2006 à la finale contre l'Italie (défaite de la France 5 tirs au but à 3). Pendant la finale, son tir rase le poteau à la 99e minute alors que le score est de (1-1)[52]. Pour ses premières sélections en tant que titulaire, Franck Ribéry réalise un très beau parcours[53].

Leader sous l'ère Domenech (2006-2010)[modifier | modifier le code]

Franck Ribéry, en juin 2008, contre la Colombie.

À la suite de ses bonnes performances, la presse l'annonce déjà comme le successeur de Zinédine Zidane[54]. De plus, ses débuts en Bleu lui valent l'admiration de ses coéquipiers, notamment celle de Thierry Henry, le Gunners se reconnaissant dans ce joueur qui débarque en équipe de France pour la Coupe du monde 2006 sans avoir été convoqué auparavant[47]. Même Zidane, son capitaine, est impressionné par le talent du jeune nordiste : « Franck respire la joie de vivre. Il ne calcule pas, même dans sa relation avec les anciens. Il est très fort. C'est quelqu'un qui marquera les esprits à chaque fois qu'il sera sur les terrains. Il deviendra quelqu'un d'important dans le foot »[55],[56].

Après le départ de Zidane, Ribéry devient un cadre de l'équipe de Raymond Domenech. Joueur majeur durant la campagne de qualification pour l'Euro 2008, Ribéry souffre malgré tout d'une longue saison avec le Bayern[57]. En matchs de préparations pour l'Euro 2008, il permet à la France d'éviter le match nul contre l'Angleterre et la Colombie (victoires 1-0) en marquant l'unique but de ces deux rencontres grâce à deux penalties[58],[59]. Durant la compétition, il ne peut empêcher la France de concéder le match nul contre la Roumanie (0-0) puis la défaite devant les Pays-Bas (1-4)[60]. Lors du troisième match, contre l'Italie, il doit sortir sur blessure dès la 8e minute de jeu[61]. Il est évacué sur une civière[62]. Touché à un ligament de la cheville gauche, il est opéré avec succès par le chirurgien du Bayern Munich, mais est indisponible plusieurs mois[63]. Repositionné plusieurs fois durant la compétition, Ribéry ne parvient à empêcher l'élimination au premier tour de l'équipe de France.

Lors du second match des éliminatoires pour la Coupe du monde 2010, le 11 octobre 2008, il sauve Raymond Domenech, alors vivement critiqué, en marquant un but et en offrant une passe décisive à Yoann Gourcuff contre la Roumanie (2-2 alors que la France était menée 2-0)[64]. Ribéry se montre encore décisif en marquant les deux buts lors des deux rencontres face à la Lituanie pour les éliminatoires (1-0 pour la France à chacun de ses matchs)[65],[66]. Absent du groupe des Bleus en raison de blessures récurrentes (tendinite rotulienne, inflammation de la cheville, inflammation de l'orteil), il manque ainsi la double confrontation en barrage de l'équipe de France contre l'Irlande en novembre (1-0, 1-1 a.p.) où la France se qualifie de justesse pour le Mondial 2010[67]. Durant les trois matchs de préparation, il se montre moins prolifique malgré un très bon match contre le Costa Rica le 26 mai 2010 (victoire 2-1)[68]. La coupe du monde vire au fiasco à la suite d'une défaite contre le Mexique puis l'exclusion d'Anelka du groupe. Dans un contexte de crise, les Bleus s'inclinent face à l'Afrique du Sud (2-1) malgré une passe décisive de Ribéry pour Florent Malouda[69]. Considéré comme un cadre de la sélection française lors du Mondial 2010, il est suspendu par la Fédération française de football pour les premiers matchs du nouveau sélectionneur Laurent Blanc, à l'automne 2010, pour avoir été l'un des artisans de la mutinerie de l'équipe de France à Knysna, qui avait refusé de s'entraîner afin de protester contre l'éviction du groupe Nicolas Anelka, coupable d'avoir insulté le sélectionneur[70].

Retour en Bleu après Knysna (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Franck Ribéry, en action, lors de l'Euro 2012.

Rappelé par Blanc, il s'explique devant la presse française, demande pardon pour ses erreurs et se dit prêt à faire partie de l'avenir de l'équipe de France[71]. Il est titulaire lors de la victoire contre le Luxembourg (2-0) le [71]. Il célèbre sa 50e sélection le 29 mars 2011 au Stade de France lors du match amical contre la Croatie (0-0), où il est hué par le public à son entrée en jeu en seconde mi-temps[71]. Ensuite, il participe à la seconde partie de la campagne de qualification pour l'Euro 2012.

Le 28 mai 2012, lors du premier match de préparation à l'Euro 2012, face à l'Islande il marque à la 85e minute un but qui permet à l’Équipe de France de revenir au score (2-2, ils gagneront finalement 3-2). Franck Ribéry exprime après le match son soulagement, après 3 ans sans marquer en sélection. Il inscrit deux nouveaux buts contre la Serbie puis face à l'Estonie. Très bon lors de la préparation, Ribéry anime le côté gauche des Bleus[72]. Deuxième de leur groupe, les Bleus se qualifient pour le second tour. Opposé à l'Espagne, la France s'incline (2-0). Malgré l'élimination sans gloire de l'équipe de France à l'Euro 2012 et une absence de passes décisives et de buts, Ribéry est jugé par la presse et le public comme l'un des joueurs les plus motivés durant la compétition[73].

Indispensable sous l'ère Deschamps (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Le remplacement au poste de sélectionneur de Laurent Blanc par Didier Deschamps conforte le statut de Franck Ribéry sur la flanc gauche[74]. Le 11 septembre 2012, Ribéry dispute le deuxième match de qualification pour la Coupe du Monde 2014 contre la Biélorussie (0-1), au Stade de France. Il s'illustre par deux passes décisives et un but, son onzième en équipe de France et est élu homme du match par la presse[75]. Auteur de deux bons matchs contre l'Espagne (1-1) et l'Italie (2-1), Franck Ribéry termine meilleur buteur de la sélection au cours de l'année 2012 (4 buts)[76]. Il démarre l'année 2013 par une grosse prestation en amicale face à l'Allemagne (1-2) où il prend de vitesse plusieurs fois la défense allemande[77]. Ensuite, il inscrit son 12e but et donne une passe décisive pour Mathieu Valbuena contre la Géorgie (3-1)[78] Il inscrit un doublé lors du match retour face à la Biélorussie, alors que la France est menée à la mi-temps, Ribéry transforme un penalty provoqué par une faute sur lui-même. Et si la Biélorussie double la marque, Ribéry est en grande forme et marque un nouveau but quelques minutes plus tard. Finalement, la France l'emportera 4 à 2. Il est une nouvelle fois le maître à jouer des siens lors de la rencontre amicale contre l'Australie, où il ouvre le score avant de faire trois passes décisives pour une victoire 6-0. Contre la Finlande, il inscrit un but, jugé de grand qualité par les médias[79], d'une frappe enroulée sous la barre transversale.

Aspects socio-économiques[modifier | modifier le code]

Image publique[modifier | modifier le code]

Ribéry en 2010

Le , lors du match France - Angleterre, il marque sur pénalty et rend hommage à son ami Hicham ainsi qu'au commentateur Thierry Gilardi, mort la veille d'une crise cardiaque[80].

En mai 2008, après un sondage réalisé auprès de 268 joueurs du championnat d'Allemagne et publié par le magazine Kicker, il est élu meilleur joueur de la Bundesliga[81].

À cette époque, il apparaît dans les clips Les Cités d'or (de l'album Les Cités d'or) des Psy 4 De La Rime, enregistré en 2007 et Même pas fatigués de Magic System en 2009 . Il a participé aux concerts des Enfoirés 2009. Il se forge également une réputation de "blagueur", caricaturée en France dans l'émission humoristique des Guignols de l'info[82].

En avril 2010, Franck Ribéry est entendu par la police comme témoin dans une affaire de proxénétisme aggravé ; il reconnaît qu'il a bien eu des relations sexuelles tarifées avec une jeune femme, mais affirme aux enquêteurs qu'il ignorait que cette dernière était mineure. La presse s'en fait largement l'écho et évoque une « affaire Zahia » du nom de la jeune femme concernée, Zahia Dehar[83],[84]. Franck Ribéry conserve le soutien de ses sponsors et un sondage, publié en , indique que 67 % des Français souhaitent toujours le voir participer à la sélection française lors du Mondial 2010[85]. Zahia Dehar accorde de son côté une interview à Paris Match, dans laquelle elle se présente comme « une escort girl, pas une prostituée » et donne sa version de sa rencontre avec Franck Ribéry[86],[87]. L'élimination de la France au premier tour de la Coupe du monde de football de 2010 donne lieu à plusieurs rétrospectives parlant de l'affaire dans la presse nationale et internationale[88]. Le 20 juillet 2010, Franck Ribéry est placé en garde à vue avec Karim Benzema par la Brigade de répression du proxénétisme de Paris[89] puis mis en examen pour « sollicitation de prostituée mineure »[90].

En 2010 et en 2011, il est élu sportif français le plus détesté de France en raison de l'affaire Zahia, du scandale de Knysna et sa jalousie supposée envers Yoann Gourcuff[91],[92].

À la mi-temps de la demi-finale de la Ligue des Champions 2011-2012, il assène à son coéquipier Arjen Robben des coups de poing. En réaction, le Bayern lui inflige 50 000 euros d'amende[93],[94].

Le 15 août 2012, à l'occasion d'un match amical entre la France et l'Uruguay , un hommage, sous la forme d'une minute d'applaudissement, est rendu à Thierry Roland, décédé quelques semaines plus tôt. Franck Ribery n'applaudit pas. La Fédération française de football lui adresse un avertissement quelques jours plus tard[95].

Dans son livre Tout seul, Raymond Domenech garde un regard sévère sur son ex-joueur déclarant que « Ribéry n'aime pas Gourcuff, c'est certain. (...) Avant l'Uruguay , j'ai dit à Gourcuff : "Je t'ai confié les clés, à toi de jouer !" Le pire, c'est le regard de Franck Ribéry. Je me fais peut-être du cinéma, mais j'ai vu dans ses yeux la haine, le mépris, ou la jalousie. (...) Il est semblable à Anelka et Henry : tout tourne autour de leur nombril. »[96].

Hommage[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

En février 2006, Franck Ribéry se convertit à l'islam et adopte Bilal Yusuf Mohammed comme nom islamique. Marié depuis 2002, il est père de trois enfants[97].

En 2011, Franck Ribéry était le sportif français le mieux payé avec 11,4 millions d'euros de revenus[98]. Le 16 décembre 2011, il est condamné par la justice luxembourgeoise à verser trois millions d'euros de commissions à son ex-agent, de l'époque marseillaise[99].

Son frère, Steven, a signé un contrat stagiaire au Bayern de Munich en novembre 2013[100].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

   
 

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Statistiques détaillées[modifier | modifier le code]

Statistiques détaillées par saison[modifier | modifier le code]

Statistiques de Franck Ribéry au 16 novembre 2013[103]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Supercoupe de l'UEFA Sélection Total
Division M B M B M B M B C M B M B Équipe M B M B
2000-2001 Drapeau de la France US Boulogne 4 4 1 - - - - - - - - - - - - - - 4 1
2001-2002 Drapeau de la France US Boulogne 3 24 5 1 0 - - - - - - - - - - - - 25 5
2002-2003 Drapeau de la France Olympique Alès 3 19 2 - - - - - - - - - - - - - - 19 2
2003-2004 Drapeau de la France Stade brestois 3 35 3 5 2 - - - - - - - - - - - - 40 5
2004-2005 Drapeau de la France FC Metz 1 20 2 - - 1 0 - - - - - - - Drapeau : France France espoirs 5 1 26 3
2004-2005 Drapeau de la Turquie Galatasaray SK 1 14 0 3 1 - - - - - - - - - Drapeau : France France espoirs 2 0 19 1
2005-2006 Drapeau de la France Olympique de Marseille 1 35 6 6 3 - - - - CI+C3 5+7 2+1 - - Drapeau : France France espoirs
Drapeau : France France
6+10 1+1 69 14
2006-2007 Drapeau de la France Olympique de Marseille 1 25 5 5 1 2 0 - - C3 4 0 - - Drapeau : France France 8 1 44 7
2007-2008 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich 1 28 11 5 2 2 3 - - C3 11 3 - - Drapeau : France France 12 2 58 21
2008-2009 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich 1 25 9 3 1 - - - - C1 8 4 - - Drapeau : France France 8 3 44 17
2009-2010 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich 1 19 4 4 2 - - - - C1 7 1 - - Drapeau : France France 10 0 40 7
2010-2011 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich 1 25 7 3 2 - - - - C1 4 2 - - Drapeau : France France 4 0 36 11
2011-2012 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich 1 32 12 4 2 - - - - C1 14 3 - - Drapeau : France France 12 3 62 20
2012-2013 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich 1 27 10 3 0 - - 1 0 C1 12 1 - - Drapeau : France France 9 2 52 13
2013-2014 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich 1 11 4 1 1 - - - - C1 4 3 1 1 Drapeau : France France 6 4 23 13
Total sur la carrière 343 81 43 17 3 0 1 0 - 76 20 1 1 - 92 18 559 137

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Buts internationaux de Franck Ribéry
Date Lieu Adversaire Résultat Compétition
1. 27 juin 2006 AWD-Arena, Hanovre, Allemagne Drapeau : Espagne Espagne 3-1 Coupe du monde 2006
2. 2 juin 2007 Stade de France, Saint-Denis, France Drapeau : Ukraine Ukraine 2-0 Qualifications Euro 2008
3. 26 mars 2008 Stade de France, Saint-Denis, France Drapeau : Angleterre Angleterre 1-0 Match amical
4. 3 juin 2008 Stade de France, Saint-Denis, France Drapeau : Colombie Colombie 1-0 Match amical
5. 11 octobre 2008 Stadionul Farul, Constanţa, Roumanie Drapeau : Roumanie Roumanie 2-2 Éliminatoires de la coupe du monde 2010
6. 28 mars 2009 S. Dariaus ir S. Girėno stadionas, Kaunas, Lituanie Drapeau : Lituanie Lituanie 1-0 Éliminatoires de la coupe du monde 2010
7. 1er avril 2009 Stade de France, Saint-Denis, France Drapeau : Lituanie Lituanie 1-0 Éliminatoires de la coupe du monde 2010
8. 27 mai 2012 Stade du Hainaut, Valenciennes, France Drapeau : Islande Islande 3-2 Match amical
9. 31 mai 2012 Stade Auguste-Delaune, Reims, France Drapeau : Serbie Serbie 2-0 Match amical
10. 5 juin 2012 MMArena, Le Mans, France Drapeau : Estonie Estonie 4-0 Match amical
11. 11 septembre 2012 Stade de France, Saint-Denis, France Drapeau : Biélorussie Biélorussie 3-1 Éliminatoires de la coupe du monde 2014
12. 22 mars 2013 Stade de France, Saint-Denis, France Drapeau : Géorgie Géorgie 3-1 Éliminatoires de la coupe du monde 2014
13 10 septembre 2013 Stade central Gomel, Biélorussie Drapeau : Biélorussie Biélorussie 4-2 Éliminatoires de la coupe du monde 2014
14 10 septembre 2013 Stade central Gomel, Biélorussie Drapeau : Biélorussie Biélorussie 4-2 Éliminatoires de la coupe du monde 2014
15 11 octobre 2013 Parc des Princes Paris, France Drapeau : Australie Australie 6-0 Match amical
16 15 octobre 2013 Stade de France Saint-Denis, France Drapeau : Finlande Finlande 3-0 Éliminatoires de la coupe du monde 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ribéry, joueur français de l'année sur francefootball.fr, 10 décembre 2013
  2. Ribéry, joueur de l'année en Allemagne sur sofoot.com, 10 juin 2013
  3. Ribéry, joueur de l'année sur lequipe.fr, 29 août 2013
  4. Ronaldo, cinq ans plus tard... sur francefootball.fr, 13 janvier 2014
  5. Le Bayern passe la cinquième ! sur lequipe.fr, 22 décembre 2013
  6. Fiche de Ribéry sur le site de la FFF
  7. Douze ans après, Lille explique pourquoi Ribéry a été viré sur foot01.com, 30 septembre 2011
  8. Ribéry : du gentil ch’ti au bad boy de Boulogne-sur-Mer sur bakchich.info, 2 juillet 2010
  9. a et b Cédric Chapuis, « Ribery, le successeur », sur Maxifoot,‎ 9 novembre 2004 (consulté le 24 avril 2012)
  10. « Ribéry : Le nouvel espoir du FC Metz », fcmetz.com,‎ Le 2 juin 2004
  11. « Ribéry à Galatasaray », lequipe.fr,‎ Le 31 janvier 2005
  12. « Ribéry à Galatasaray », footmercato.net,‎ Le 31 janvier 2005
  13. « Feuille de match de la finale de la Coupe de Turquie », footballdatabase.eu,‎ 11 mai 2005
  14. Ribéry s'engage pour quatre ans en faveur de Marseille
  15. Franck Ribéry signe pour 4 ans à Marseille
  16. Franck Ribéry revient sur les conditions de son départ de Galatasaray
  17. « Galatasaray ne lâche pas Ribéry », uefa.com,‎ Le 16 juin 2005
  18. La FIFA autorise l'enregistrement à titre provisoire de Franck Ribéry avec l'OM
  19. a et b Les 15èmes Trophées UNFP du football, unfp.org
  20. « Ribéry... Et un, et deux et trois Trophées ! », unfp.org,‎ Avril 2006
  21. Les Rennais y auront cru 17 secondes..., www.stade-rennais-online.com, 20 avril 2006
  22. Maxime Dupuis, « Ribéry veut quitter l'OM », Eurosport.fr,‎ Le 5 août 2006 (consulté le 17 avril 2008)
  23. « Fernandez : départ confirmé », lephoceen.fr,‎ Le 23 mai 2006 (consulté le 17 avril 2008)
  24. « Ribéry prolonge à Marseille », uefa.com,‎ Le 13 mars 2006
  25. « L’incroyable flambée du salaire de Ribéry ! », le10sport,‎ Le 4 mars 2012
  26. « Transfert - Lyon offre 22 millions d'euros pour Ribéry », 20minutes,‎ Le 22 août 2006
  27. « Franck Ribéry : "Je suis Marseillais" », om.net,‎ Le 10 août 2006
  28. « Ribéry out 1 mois », om-passion.com,‎ Le 15 novembre 2006
  29. « Repos complet puis soins à Cap Breton pour Franck Ribéry », om.net,‎ Le 17 novembre 2006
  30. « Franck Ribéry indisponible 15 jours », om.net,‎ Le 25 février 2007
  31. « Franck Ribéry proche du Real Madrid », fifa.com,‎ Le 1 juin 2007
  32. « Ribéry est Bavarois », uefa.com,‎ Le 8 juin 2007
  33. Anthony Procureur, « OM : Et maintenant ? », sports.yahoo.com,‎ Le 15 juin 2007
  34. « Ribéry au Bayern, c'est fait », sport.fr,‎ Le 7 juin 2007
  35. « Le Bayern Munich l'emporte dans la douleur », cyberpresse.ca,‎ Le 27 février 2008 (consulté le 16 avril 2008)
  36. Claude Ladret, « Franck Ribéry, la tête de l'art du Bayern », 01men,‎ Le 25 mars 2008 (consulté le 17 avril 2008)
  37. « Ribéry, Klinsmann et Dieu », lequipe.fr,‎ Le 10 novembre 2008
  38. Article France Football du 1er septembre 2009
  39. http://www.tf1.fr/telefoot/news-football/bayern-munich-ribery-encense-par-heynckes-6717126.html
  40. ww.lefigaro.fr/football-clubs-etrangers/2011/09/19/02017-20110919ARTSPO00360-ribery-service-compris.php
  41. http://www.eurosport.fr/football/bundesliga/2011-2012/ribery-prefere-le-bayern_sto2947470/story.shtml
  42. « Ribéry propulse le Bayern en 8e de finale », sur opl.fr, 22 novembre 2011.
  43. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iFnNamStMQeBnkb8MLt8CNbIlY3g?docId=CNG.0000c17d2c74bdac0988d211ce1e01ca.3d1
  44. « Ribéry n'y croit pas », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 14 mai 2006 (consulté le 19 mai 2013)
  45. Rémi Chevrot, « J-87 : Un Bleu vers son destin - Franck Ribéry », sur onzemondial.com,‎ 16 mars 2012 (consulté le 19 mai 2013)
  46. « La France découvre Franck Ribéry et bat le Danemark à Bollaert en 2006 », sur lavoixdunord.fr, La voix du Nord,‎ 25 mai 2012 (consulté le 19 mai 2013)
  47. a et b « Le phénomène Ribéry », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 1er juin 2006 (consulté le 19 mai 2013)
  48. Vincent Fagot, « France-Chine : un match amical qui fait mal aux Bleus », sur lequipe.fr,‎ 7 juin 2006 (consulté le 19 mai 2013)
  49. « Ribéry sera là », sur eurosport.fr,‎ 13 juin 2006 (consulté le 19 mai 2013)
  50. « Ribéry : "Je le mérite" », sur eursport.fr,‎ 29 juin 2006 (consulté le 19 mai 2013)
  51. « Portugal 0-1 France », sur bbc.co.uk,‎ 5 juillet 2006 (consulté le 19 mai 2013)
  52. « EDF : Les souvenirs douloureux de Ribéry contre l’Italie », sur le10sport.com,‎ 14 novembre 2011 (consulté le 19 mai 2013)
  53. « Le Tigre de Ribéry », sur football.fr,‎ 15 juin 2006 (consulté le 19 mai 2013)
  54. Grégory Schneider, « Franck Ribéry, témoin de passage », sur liberation.fr,‎ 28 décembre 2007 (consulté le 19 mai 2013)
  55. Télé Magazine, no 2646
  56. « Groupe G : Franck Ribéry entre enfin en scène », sur 20minutes.fr,‎ 13 juin 2006 (consulté le 19 mai 2013)
  57. « Ribéry: "Gagner l'Euro" », sur eurosport.fr,‎ 24 avril 2008 (consulté le 19 mai 2013)
  58. « La France bat l'Angleterre grâce à un penalty de Ribéry », sur 7sur7.be,‎ 27 mars 2008 (consulté le 19 mai 2013)
  59. « Préparation Euro 2008 France - Colombie 1 - 0 », sur om4ever.com (consulté le 19 mai 2013)
  60. « Euro 2008. Franck Ribéry : c'est dur la solitude », sur ladepeche.fr,‎ 14 juin 2008 (consulté le 19 mai 2013)
  61. « Euro: sortie de Ribéry sur blessure », sur lefigaro.fr,‎ 17 juin 2008 (consulté le 19 mai 2013)
  62. « Entorse du genou pour Ribéry », Le Parisien,‎ Le 18 juin 2008
  63. « Ribéry de retour courant septembre », uefa.com,‎ Le 22 juillet 2008
  64. « Football : Domenech sans doute sauvé par Ribéry et Gourcuff », Ouest-France.fr, mis en ligne le 12 octobre 2008.
  65. « France-Lituanie (1-0) : merci Ribéry ! », LeParisien.fr, mis en ligne le 1er avril 2009.
  66. « Football : Ribéry délivre encore les Bleus contre la Lituanie (1-0) », LeMonde.fr, mis en ligne le 1er avril 2009.
  67. « Absent un mois, Ribéry manquera le barrage contre l'Irlande », sur 20minutes.fr,‎ 22 octobre 2009 (consulté le 19 mai 2013)
  68. « Ribéry est de retour », Football.fr, mis en ligne le 26 mai 2010.
  69. Romain Scotto, « France - Afrique du Sud: la honte et la défaite », sur 20minutes.fr,‎ 22 juin 2010 (consulté le 19 mai 2013)
  70. « Commission de discipline : Anelka, Evra, Ribéry et Toulalan suspendus », NouvelObs.com, mis en ligne le 17 août 2010.
  71. a, b et c « Équipe de France : les chantiers de Blanc », LeFigaro.fr, mis en ligne le 1er avril 2011.
  72. GeoffreyC, « Euro 2012 : Franck Ribery, l'homme en forme des Bleus », sur melty.fr,‎ 6 juin 2012 (consulté le 19 mai 2013)
  73. Markus Kaufmann, « La France a retrouvé Franck Ribéry », sur sofoot.com,‎ 26 juin 2012 (consulté le 19 mai 2013)
  74. « L'arrivée de Deschamps a relancé Ribéry », sur football365.fr,‎ 5 février 2013 (consulté le 19 mai 2013)
  75. Rabie4, « France - Biélorussie : Victoire des Bleus 3 - 1, un Ribéry de gala », sur melty.fr,‎ 11 octobre 2012 (consulté le 19 mai 2013)
  76. Gildas Devos, « Les Bleus en chiffres », sur sport24.com,‎ 15 novembre 2012 (consulté le 19 mai 2013)
  77. « France - Allemagne (1-2) - les notes des joueurs : Franck Ribéry y a pourtant mis du cœur », sur eurosport.fr,‎ 7 février 2013 (consulté le 19 mai 2013)
  78. « France - Géorgie (3-1): la revue de notes », sur lexpress.fr,‎ 23 mars 2013 (consulté le 19 mai 2013)
  79. http://www.africatopsports.com/2013/10/16/france-vs-finlande-le-plus-beau-but-de-ribery-en-bleu-video/
  80. « Une victoire pour Gilardi », Sport.fr,‎ Le 26 mars 2008 (consulté le 16 avril 2008)
  81. « Ribéry meilleur joueur de la saison », uefa.com,‎ Le 26 mai 2008
  82. « Les bonnes blagues de Ribéry », GQmagazine.fr, 9 janvier 2009
  83. Ribéry entendu comme témoin dans une affaire de proxénétisme lemonde.fr avec AFP, 19 avril 2010
  84. Cf. « Vices de buts… », Le Canard enchaîné no 4669, p. 1
  85. Ribéry, soutenu par ses fans et ses sponsors francesoir.fr, 26 avril 2010
  86. Affaire Ribéry : Zahia D. livre sa version des faits lemonde.fr, 29 avril 2010
  87. Exclusif : Zahia. L'interview intégrale, Paris Match, 3 mai 2010
  88. (en)Loss Completes France’s Dishonor nytimes.com, 22 juin 2010
  89. Ribéry et Benzema placés en garde à vue dans "l'affaire Zahia", Le Parisien, juillet 2010
  90. Affaire Zahia: Ribéry mis en examen Le Figaro, 20 juillet 2010
  91. Franck Ribéry élu sportif le plus détesté des Français , footmercato.net, 28 dcembre 2011.
  92. Les têtes a claques de l’année, vsd.fr, 29 décembre 2010.
  93. Bayern : après sa bagarre avec Ribéry, Robben ne veut plus prolonger, 30 avril 2012.
  94. l'Équipe, Je me suis demandé si tout cela valait le coup], interview d'Arjen Robben, 17 février 2013.
  95. EDF : Benzema et Ribéry avertis par la FFF! Le 10Sport, 22 aout 2010
  96. «Anelka a tué le groupe», lequipe.fr, mis en ligne le 19 novembre 2012.
  97. Laurent Louët, « Ribéry : "J'ai appris de mes erreurs" » sur Le Figaro, 11 novembre 2013
  98. Ribéry, sportif français le mieux payé Le Figaro Online, récupéré 3 mars 2012
  99. Aurélien Billot, « Ribéry condamné », sur Le Figaro,‎ 16 décembre 2011
  100. Franck Ribéry prend son petit frère Steven sous son aile à Munich
  101. « Ribéry, Lahm et Iajour récompensés », FIFA,‎ 21 décembre 2013 (consulté le 23 décembre 2013)
  102. « Ribéry dans le «Onze de rêve» de Bild », sur lequipe.fr (consulté le 23 décembre 2013)
  103. Statistiques de Franck Ribéry sur footballdatabase.eu