Stade de la Mosson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Stade de la Mosson
Stadium.svg
Australie-Fidji.4.JPG
Généralités
Surnom(s)
La marmite du diable
Nom complet
Stade de la Mosson-Mondial 98
Adresse
Avenue de Heidelberg
34080 Montpellier
Coordonnées
Construction et ouverture
Ouverture
Rénovation
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Équipement
Surface
Pelouse
Capacité
32 950
Tribunes
Haut-Languedoc, Roussillon, Aigoual
Cévennes, Gévaudan, Méditerranée
Petite Camargue, Étang de Thau, Larzac
Corbières, Minervois, Canigou
Affluence record
Dimensions
105 m × 68 m

Géolocalisation sur la carte : Montpellier

(Voir situation sur carte : Montpellier)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Le stade de la Mosson est un stade de football situé à Montpellier, en France. Depuis la Coupe du monde de football de 1998, son nom officiel est stade de la Mosson-Mondial 98. Inauguré en 1972, il est depuis 1974 le stade résident du Montpellier Hérault Sport Club, la principale équipe de football de Montpellier.

Géré par la communauté d'agglomération de Montpellier, il a connu de nombreuses rénovations. L'ensemble des tribunes du stade actuel est construit entre 1988 et 1997, ce qui porte sa capacité d'accueil à 35 500 places assises et lui permet d'accueillir la Coupe du monde de football. La dernière rénovation date de 2007 pour la coupe du monde de rugby, sa capacité est alors ramenée à 32 939 places assises. Dixième stade français au nombre de places proposées, l'enceinte est également utilisée pour des matchs de rugby à XV. Une nouvelle rénovation du stade est engagée depuis 2012 prévoyant pour 2015 la couverture totale des tribunes.

Situé dans le quartier de La Paillade, il doit son nom à la rivière Mosson qui coule à proximité et dont les crues, lors d'orages cévenols, peuvent provoquer des dégâts au stade.

Historique[modifier | modifier le code]

Naissance[modifier | modifier le code]

L'histoire du stade de la Mosson est liée à celle du quartier de La Paillade, sorti de terre en 1964 et qui accueille ses premiers habitants en 1967. Les footballeurs amateurs du quartier se retrouvent sur un terrain vague proche de la rivière Mosson et créent rapidement un club, l'AS Paillade[1]. Les premiers matchs de la formation de championnat de district se passent devant quelques dizaines de spectateurs rangés derrière les rambardes ou sur les buttes environnantes. Le stade a alors une capacité de 300 places[2].

En 1974, la fusion du Montpellier Littoral SC et de l'AS Paillade donne naissance au Montpellier Paillade Sport Club, qui préfère le stade de la Mosson au stade Richter, mal construit et mal-aimé des Montpelliérains[3],[4]. Le stade de la Mosson est cependant mal éclairé, peu grillagé et se transforme en bourbier à chaque orage. Malgré les demandes de Louis Nicollin, le président du club, la mairie, dirigée par François Delmas, ne réalise aucun travaux d'aménagement[4].

Modernisation[modifier | modifier le code]

Le premier grand chantier se produit en 1977. Le MPSC, alors en Division 3, vient de battre, en Coupe de France, l'Olympique de Marseille le tenant du titre. Il se retrouve opposé au grand club voisin, le Nîmes Olympique, en seizième de finale le 12 mars 1977, et ce à quinze jours des élections municipales. Le maire cède alors aux demandes de Louis Nicollin et la Mosson est aménagée en trois semaines afin d'accueillir cette rencontre. Une tribune est amenée d'Annecy, les vestiaires sont agrandis, des gradins sont installés derrière un but. Les supporters aménagent également une butte de terre sur laquelle des traverses de chemin de fer sont installées en guise de gradins. De cet épisode reste le surnom de « la Butte » attribué à l'actuelle tribune « Étang de Thau ». Le stade agrandi peut alors accueillir 18 000 personnes[4].

En 1980, Le MPSC, alors en division 2, élimine, en quart de finale de la coupe de France, l'AS Saint-Étienne de Michel Platini. 16 190 spectateurs assistent à cette rencontre[5], certains supporters sont perchés sur des arbres dominant le terrain de jeu. Le stade reçoit à cette occasion le surnom de « marmite du diable »[6],[7]. En demi-finale, le club s'incline devant l'AS Monaco, 4-2 après prolongation. C'est la seule demi-finale disputée par le club à domicile. Le nouveau maire de Montpellier, Georges Frêche, qui soutient contrairement à son prédécesseur le club local, promet alors un stade de 30 000 places si le club monte en première division[8].

De grands travaux sont ainsi engagés à chaque montée du club à l'échelon supérieur. En 1981, « la Butte » est bétonnée et la tribune présidentielle sort de terre en trois semaines et demie. En 1988, le projet des architectes du cabinet montpelliérain A+Architecture, Denis Bedeau et Philippe Bonon est retenu pour la construction du nouveau stade. La tribune présidentielle est rénovée, les tribunes Heidelberg et Mosson sont construites. Le stade a alors une capacité de 23 500 places dont 7 500 debout[9]. Le 19 mars 1991, 22 453 spectateurs assistent ainsi au quart de finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe opposant le Montpellier HSC à Manchester United[2].

Stade hôte de compétitions internationales[modifier | modifier le code]

La candidature de la France à la Coupe du monde 1998 modifie une dernière fois les plans du stade. Le projet montpelliérain est retenu pour accueillir à la Mosson des matchs du Mondial. La capacité du stade est portée à 35 500 places, toutes assises, avec la création d'une tribune d'honneur à trois niveaux. Un centre de presse et un salon officiel sont également réalisés. Les vestiaires, les équipements d'éclairage, de sonorisation, d'affichage du score et de vidéo-surveillance sont rénovés, les systèmes de drainage et d'arrosage de la pelouse sont améliorés. Les grillages de séparation sont également supprimés et remplacés par des filins élastiques, comme à Wembley, permettant ainsi une meilleure vue des spectateurs. L'extension du stade et ces aménagements nécessitent deux ans de travaux pour un coût de 130 millions de francs. Le stade nouveau est livré le 4 juin 1997[10].

Le stade de la Mosson fait l'objet de nouveaux travaux de mise aux normes afin d'accueillir la coupe du monde de rugby 2007. Une nouvelle pelouse est installée, alors que la précédente réfection du terrain de jeu datait de 2003 et faisait suite aux inondations dont avait été victime le stade[11]. Les vestiaires sont également réaménagés et deux écrans géants sont installés sur les tribunes « Larzac » et « Canigou ». La tribune de presse est agrandie passant de 82 places à 119 places[11] et un espace d'entretien est créé. L'éclairage et de la sonorisation du stade sont également rénovés. Le total des travaux se monte à 4 millions d'euros (M€)[12].

La qualification pour la Ligue Europa du Montpellier HSC, en 2010, entraîne elle aussi de nouveaux aménagements suite aux demandes de l'UEFA. La communauté d'agglomération de Montpellier effectue des travaux de réfection de l’éclairage et s'engage à changer l’intégralité des sièges du stade. Des travaux d'amélioration de la sonorisation et la création d'abris joueurs sont notamment réalisés, tout comme l’aménagement de la plate-forme TV et la numérotation de la tribune Haut-Languedoc. Le tout représente un investissement de 3,1 M€ au total[13]. Le stade de la Mosson n'est cependant pas retenu parmi les stades sélectionnés pour accueillir l'Euro 2016. Le coût de la rénovation, 50 M€, est jugé dans un premier temps trop lourd par la communauté d'agglomération et la ville de Montpellier[14].

Cependant, en février 2012, alors que les villes pour l'Euro 2016 ont déjà été choisies, Jean-Pierre Moure, président de l'agglomération, annonce que les travaux vont finalement être effectué d'ici à 2015[15]. Les principaux projets sont la couverture totale du stade, avec la construction d'un toit transparent, la création de nouvelles loges dites « d’un bon rapport financier », et la construction d'un parking silo de 1 800 places à Bonnier-de-la-Mosson, en accord avec la DRAC[16].

Structure et équipements[modifier | modifier le code]

Plan des tribunes du stade.

La capacité totale officielle du stade est de 32 939 places[17]. Le stade de la Mosson est le douzième plus grand stade français en termes de capacité d'accueil[18]. Les couleurs des sièges sont le bleu et le orange. La pelouse de la Mosson est entourée par quatre tribunes, chaque partie de celles-ci portant le nom de lieux géographiques de la région Languedoc-Roussillon. Des tribunes d'angle relient ces quatre tribunes entre elles. L'entrée du stade pour l'ensemble des tribunes se fait par l'avenue d'Heidelberg.

Le stade est doté d'un éclairage de 1 500 lux pour les matchs disputés en nocturne. L'éclairage est assuré par quatre mats de cinquante mètres équipés de 152 projecteurs de 1,8 kilowatt, et par une passerelle technique équipée de vingt-quatre projecteurs de 1,8 kilowatt installée sous la toiture de la tribune présidentielle[19].

Terrain de jeu[modifier | modifier le code]

Le terrain de jeu est en gazon naturel et mesure 105 mètres de long sur 68 mètres de large. Un système de filins élastiques sépare les gradins de la pelouse depuis la rénovation de 1998 et seize portillons automatiques électromagnétiques permettent l'évacuation des spectateurs vers l'aire de jeu[19].

Tribunes[modifier | modifier le code]

Tribune présidentielle[modifier | modifier le code]

La tribune présidentielle est une tribune à deux étages. La partie haute, Haut-Languedoc, a une contenance de 3 949 places. Elle comprend la tribune de presse (117 places pour la presse écrite et 30 places pour les journalistes radio TV) et un espace réservé aux caméras de télévision. La partie basse de la tribune, Roussillon, a une capacité de 2 935 places. Trente-deux loges pouvant accueillir 500 personnes sont situées entre les deux étages au sein de l'espace Étang de l'Or[19].

On retrouve dans la tribune les locaux du personnel et de l'administration du MHSC. Les vestiaires sportifs, les locaux des arbitres, le local contrôle antidopage, le bureau FIFA, l'infirmerie, le salon « officiels » et un gymnase se trouvent sous la tribune[19].

Tribune Heidelberg[modifier | modifier le code]

La tribune Heidelberg, qui doit son nom à l'avenue qui la longe, est composée de deux étages. La partie haute de la tribune, Petite Camargue, a une capacité de 2 242 places et la partie basse, Étang de Thau, une capacité de 1 686 places. Cette tribune a été construite à la place de « La Butte » aménagée par les supporters montpelliérains en 1977, la tribune Étang de Thau en gardant le surnom. Le centre de cette tribune accueille les ultras de la « Butte Paillade 1991 » et de l'« Armata Ultras 2002 » lors des matchs à domicile du Montpellier Hérault[20].

Elle est reliée à la tribune présidentielle par la tribune Larzac, d'une capacité de 567 places. Lors des matchs du MHSC, L'association de supporters du MHSC, le « club central des supporters » occupe une partie de la tribune lors des matchs à domicile du club montpelliérain, et cette tribune accueille les équipes de jeunes du club[21]. La tribune Méditerranée, d'une capacité de 1 697 places, relie la tribune Petite Camargue à la tribune d'honneur[21].

Tribune d'honneur[modifier | modifier le code]

La tribune d'honneur est la seule tribune non couverte du stade. Inaugurée en 1997, c'est une tribune à trois étages. La partie basse, Gévaudan, a une capacité de 4 343 places, la partie centrale, Cévennes, 5 452 places et la partie haute, Aigoual, 4 508 places. La tribune Aigoual n'est ouverte que dans le cadre de matchs à forte affluence. Le niveau bas de la tribune est réservé aux personnes handicapées[19],[22].

Tribune Mosson[modifier | modifier le code]

La tribune Mosson porte le nom de la rivière qui coule à ses pieds. C'est une tribune à deux étages. La partie basse, Corbières, a une capacité de 1 716 places, la partie haute, Minervois, de 2 974 places. Elle est reliée à la tribune d'honneur par la tribune Canigou, d'une capacité de 870 places. Lors des matchs à domicile du MHSC, la partie droite de la tribune accueille le « Kop Wolf 34 »[23]. Depuis la saison 2012-2013, un autre groupe, les « Camarga Unitat », créé en 2011, les ont rejoint dans cette tribune[24]. La partie gauche de la tribune Corbières est réservée aux supporters visiteurs.

Affluence[modifier | modifier le code]

Records d'affluence[modifier | modifier le code]

Le record d'affluence du stade de la Mosson est battu le 22 septembre 2007 lors du match opposant l'Australie aux îles Fidji dans le groupe B de la Coupe du monde de rugby à XV. 32 231 spectateurs assistent à la victoire des Australiens 55-12[25].Pour un match de football, la meilleure affluence enregistrée est de 31 457 spectateurs, lors d'un match opposant l'équipe de France à la Côte d'Ivoire, le 17 août 2005.

Pour des raisons de sécurité, la capacité du stade est réduite lors de certains matchs. Ainsi, le match de la remontée en Ligue 1 du Montpellier HSC contre le RC Strasbourg, le 29 mai 2009, est joué à guichets fermés, mais seules 27 481 places sont vendues[26]. L'affluence est d'abord annoncée à 30 428, mais la Ligue de football professionnel corrige ce chiffre par la suite. Le record d'affluence pour un match du MHSC à la Mosson est de 29 507 spectateurs, à l'occasion d'un match de la première journée de championnat 2001-2002 disputé face à l'Olympique de Marseille[27]. Certaines sources annoncent également 30 112 spectateurs pour le match MHSC-OM du 16 décembre 1998, mais la Ligue annonce pour sa part 23 341 spectateurs présents ce soir-là[28].

Meilleures affluences en compétition sportive[29]
Rang Spectateurs Compétition (Tour) Rencontre Date
1 32 231[25] Coupe du monde de rugby à XV 2007 Groupe B Australie - Fidji 23 septembre 2007
2 32 204[30] Championnat de France de rugby à XV 2010 1/2 finale Stade toulousain - USA Perpignan 14 mai 2010
3 31 993[31] Test match France - Argentine 20 novembre 2010
4 31 579[32] Championnat de France de rugby à XV 2004 1/2 finale USA Perpignan - Stade toulousain 20 juin 2004
5 31 457[33] Match amical de football France - Côte d'Ivoire 17 août 2005
6 31 259[34] Coupe d'Europe de rugby à XV 2013 1/2 finale ASM Clermont - Munster 27 mai 2013
7 29 507[27] Championnat de France de football 2001-2002 1re journée Montpellier HSC - Olympique de Marseille 28 juillet 2001
8 29 312[35] Championnat de France de football 2009-2010 1re journée Montpellier HSC - Paris SG 8 août 2009
9 29 051[36] Championnat de France de football 2009-2010 22e journée Montpellier HSC - Olympique de Marseille 30 janvier 2010
10 28 750[25] Coupe du monde de rugby à XV 2007 Groupe A Afrique du Sud - États-Unis 30 septembre 2007
11 27 960[37] Championnat de France de football 1999-2000 6e journée Montpellier HSC - Olympique de Marseille 11 septembre 1999

Affluence par saison du Montpellier Hérault Sport Club[modifier | modifier le code]

Depuis la saison 1976-1977, le Montpellier Hérault Sport Club a obtenu ses meilleures affluences moyennes à domicile en 2010, année de remontée en Ligue 1, avec 18 980 spectateurs, et en 1999, avec 14 685 spectateurs. Ces moyennes s'améliorent avec les montées en première division, la plus forte progression ayant eu lieu en 2010 à la suite de la montée en Ligue 1 avec une progression de 9 479 spectateurs. Le MHSC réalise ainsi la neuvième plus forte affluence de la Ligue 1[38]. Elles ont également augmenté à la suite des différents travaux de rénovation du stade, qui porte sa capacité d'accueil à 32 939 places assises à partir de 2007[39].

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile du Montpellier HSC depuis 1977[39]
Légende : point noir = saison en première division, point rouge = saison en deuxième division, point bleu = saison en troisième division.

Utilisations du stade[modifier | modifier le code]

Montpellier Hérault Sport Club[modifier | modifier le code]

Le stade de la Mosson est géré par la communauté d'agglomération de Montpellier. Le club résident est le Montpellier Hérault SC depuis 1974. Le club paye un loyer et a à sa charge tous les frais liés à l'organisation d'un match (sécurité, stadiers, force de police, pompiers). Les coûts liés à la sécurité sont de l'ordre de 90 000 à 100 000 euros pour le club lorsqu'une rencontre attire près de 20 000 spectateurs[40].

Les Montpelliérains jouent à la Mosson leurs matchs à domicile pour les compétitions nationales et continentales dans lesquelles ils sont engagés. L'équipe féminine y joue également ses matchs importants, à l'image d'un huitième de finale de Ligue des champions disputé contre le Bayern Munich le 4 novembre 2009[41].

Le club fête en 2004 l'anniversaire des trente ans de présidence de Louis Nicollin. Un match entre anciens joueurs est organisé en lever de rideau d'une rencontre de Ligue 2 opposant Montpellier à LB Châteauroux[42].

Autres matchs de football[modifier | modifier le code]

Championnat d'Europe Espoirs 1994[modifier | modifier le code]

Montpellier et Nîmes sont les deux sites choisis par la Fédération française de football pour organiser la phase finale du championnat d'Europe espoirs 1994. Une demi-finale et la finale se disputent à la Mosson. Le 15 avril, la France de Zidane se retrouve opposée à l'Italie dans la première demi-finale. Le match se termine sur un 0-0 et les deux équipes doivent se départager aux tirs au but. Les Bleuets s'inclinent 5-3 à l'issue de cet exercice, Christian Vieri marquant le tir au but décisif pour l'Italie[43].

En finale, les Italiens sont opposés au Portugal de Luís Figo devant 6 300 spectateurs. Les Italiens s'imposent 1-0 après prolongation, grâce au « but en or » de Pierluigi Orlandini (it), tout juste rentré en jeu en remplacement de Filippo Inzaghi[43].

Coupe du monde de Football 1998[modifier | modifier le code]

Le stade de la Mosson accueille six matchs de la Coupe du monde de football de 1998, dont un huitième de finale. Le 10 juin 1998 s'y déroule le second match du tournoi. Il oppose, pour le compte du groupe A, le Maroc à la Norvège et se conclut sur un match nul 2-2 devant 29 800 spectateurs, affluence moyenne pour tous les matchs à la Mosson[44]. Deux jours plus tard, le stade accueille un match du groupe B opposant le Paraguay à la Bulgarie, qui se termine également sur un match nul 0-0[45]. Le 17 juin, dans le cadre du groupe B, l'Italie y bat le Cameroun 3-0[46] puis le 22 juin la Colombie s'impose face à la Tunisie 1-0 dans un match du groupe G[47]. Le dernier match du groupe F voit l'Allemagne s'imposer face l'Iran 2-0[48].

Zinedine Zidane fait son retour en équipe de France en 2005 à la Mosson

En huitième de finale, les Allemands retrouvent le stade de la Mosson le 29 juin, date à laquelle ils rencontrent le Mexique. Menés à la suite d'un but de Luis Hernández à la 47e minute, les Allemands s'imposent grâce à deux buts de Jürgen Klinsmann à la 75e minute, et d'Oliver Bierhoff à la 86e minute[49].

Équipe de France de football[modifier | modifier le code]

Le stade de la Mosson a accueilli cinq fois l'équipe de France dans le cadre de matchs amicaux. Le 28 février 1990, la France affronte l'Allemagne de l'Ouest[50] et s'impose 2-1 grâce à des buts de Papin et Cantona devant 22 000 spectateurs dans un stade nouvellement agrandi. C'est la sixième victoire de suite de l'équipe entraînée par Michel Platini, et la première défaite de l'Allemagne depuis vingt-deux mois[51].

Sept ans plus tard, le 7 juin 1997, c'est dans le cadre du Tournoi de France que les Bleus reviennent à la Mosson rénovée pour la Coupe du monde. 28 500 spectateurs assistent à la rencontre, qui voit l'Angleterre l'emporter 1-0 sur un but d'Alan Shearer à la 84e minute[52].

À la suite d'un stage d'oxygénation à La Grande-Motte, en préparation du championnat d'Europe 2004, la France y rencontre Andorre le 28 mai 2004. Elle s'impose 4-0 avec un doublé de Sylvain Wiltord et deux autres buts de Louis Saha et Steve Marlet[53].

Le stade de la Mosson est choisi un an plus tard pour accueillir le match de rentrée de l'équipe de France, le 17 août 2005, contre la Côte d'Ivoire. Ce match devait à l'origine opposer l'équipe de France au Sénégal au stade de France[54]. Cette rencontre se joue à guichets fermés suite à l'annonce, le 5 août, du retour en bleu de Zinédine Zidane, Claude Makelele et Lilian Thuram[55]. La France s'impose 3-0 grâce à des buts de William Gallas, Zinedine Zidane et Thierry Henry[33] devant 31 457 spectateurs et près de dix millions de téléspectateurs. Zinedine Zidane est particulièrement ému par l'accueil réservé par le stade de la Mosson[56].

La Mosson accueille, le 10 août 2011, une cinquième fois l'équipe de France. Les Bleus de Laurent Blanc sont opposés au Chili en match de reprise de la saison internationale. Les deux équipes se séparent sur un match nul 1-1. Les Français ouvrent le score à la 19e minute par Loïc Rémy avant que le Chilien Nicolás Córdova égalise à la 77e minute. C'est le onzième match consécutif sans défaite pour les joueurs de Laurent Blanc[57].

Autres équipes de France[modifier | modifier le code]

Équipe de France olympique[modifier | modifier le code]

La rencontre opposant l'équipe de France olympique à l'équipe d'Espagne olympique, dans le cadre des qualifications aux Jeux olympiques de Moscou, le 5 décembre 1979, est le premier match international disputé au stade de la Mosson. Hipólito Rincón ouvre le score pour les Espagnols à la 39e minute, et les Français égalisent sur un but contre son camp de Francisco Buyo à la 87e minute. 4 677 spectateurs assistent à cette rencontre[58].

Équipe de France Espoirs[modifier | modifier le code]

Montpellier accueille, le 8 mars 1994, le quart de finale aller des championnats d'Europe espoirs 1994. La France s'impose 2-0 face à la Russie grâce à des buts de Francis Llacer et de Nicolas Ouédec. Trois joueurs montpelliérains participent à la rencontre : Serge Blanc, Bruno Carotti et Fabien Lefèvre[59].

Équipe de France féminine[modifier | modifier le code]
Ronaldinho buteur à la Mosson avec le Brésil en 2007

L'équipe de France de football féminin dispute deux rencontres au stade de la Mosson. Les Bleues rencontrent le 9 décembre 1995, dans le cadre des qualifications au championnat d'Europe, les Pays-Bas devant 2 500 spectateurs. Les deux équipes se quittent sur un score nul 1-1, le but français étant inscrit par Marinette Pichon[60].

La deuxième rencontre a lieu le 21 février 2004 devant 2 000 spectateurs. La France accueille l'Écosse en match amical. La rencontre se termine sur le score de 6-3 en faveur des Françaises, Marinette Pichon signant un quadruplé et Sonia Bompastor, joueuse du Montpellier Hérault Sport Club un doublé[61].

Autres rencontres[modifier | modifier le code]

Le stade de la Mosson accueille le 22 août 2007 le match amical opposant le Brésil à l'Algérie, initialement prévu au stade Vélodrome[62]. Le match marque le retour sous le maillot « auriverde » de Kaká et Ronaldinho, absents lors de la Copa América 2007[63]. 26 392 spectateurs assistent à la victoire des Brésiliens 2-0, buts marqués par Maicon et Ronaldinho[64].

Lors de la saison 2009-2010 de la Ligue 1, l'effondrement de la scène prévue pour le concert de Madonna au stade Vélodrome entraîne la délocalisation du match de l'Olympique de Marseille à la Mosson[65]. Le 16 août 2009, l'OM rencontre Lille pour son premier match « à domicile » et s'impose 1-0 devant 26 965 spectateurs[66].

Rugby à XV[modifier | modifier le code]

Coupe du monde de rugby à XV 2007[modifier | modifier le code]

Match USA-Tonga au stade de la Mosson lors de la Coupe du monde 2007

Quatre rencontres de la coupe du monde de rugby 2007 se déroulent au stade de la Mosson[67]. Le 12 septembre, les Tonga s'imposent 25-15 face aux États-Unis dans le groupe A. Les Tongiens retrouvent le stade de la Mosson quatre jours plus tard, et battent 19-15 les Samoa.

Le 22 septembre 2007, dans le cadre du groupe B, l'Australie se retrouve opposée aux Fidji et s'impose 55-12 devant 32 231 spectateurs. Le 30 septembre, 28 750 spectateurs sont présents à la Mosson pour la victoire des Sud-Africains 64-15 sur les Américains.

Équipe de France[modifier | modifier le code]

Montpellier accueille, le 26 novembre 2005, l'équipe de France A, menée par Raphaël Ibañez. Elle est opposée aux Tonga et s'impose 39-19 devant 12 500 spectateurs[68]. Dimitri Yachvili, Clément Poitrenaud (par deux fois), Vincent Clerc et Benjamin Boyet marquent les cinq essais français.

Le 20 novembre 2010, le stade de la Mosson reçoit pour la première fois l'équipe de France. Initialement prévue au stade de Gerland[69], la rencontre oppose la France à l'Argentine lors des tests matchs d'automne. Quelque 31 993 spectateurs assistent à la victoire des Français 15-9 dans un match sans essais[31].

Championnat de France de rugby[modifier | modifier le code]

Le stade de la Mosson a accueilli sept phases finales du championnat de France de rugby à XV, à six reprises pour des matchs impliquant le Stade toulousain. La première rencontre ayant lieu au stade de la Mosson est un quart de finale du championnat 1987-1988. Elle oppose, le 7 mai 1988, le Stade toulousain au RC Toulon. Ces derniers l'emportent 21-9 sous une pluie battante[70]. Le 22 mai 1999, le Stade toulousain est opposé au CS Bourgoin-Jallieu en demi-finale du championnat. Les Toulousains s'imposent 26-17 devant environ 25 000 spectateurs[71]. Les « rouge et noir » retrouvent le stade de la Mosson le premier juin 2002, et s'inclinent face au SU Agen 21-15 dans le cadre des demi-finales du Top 16. Le Stade toulousain prend sa revanche, au même stade de la compétition, la saison suivante en s'imposant 22-16 face aux Agenais.

Le 20 juin 2004, la demi-finale oppose l'USA Perpignan au Stade toulousain. Les Catalans l'emportent 18-16. Deux ans plus tard, en demi-finale du nouveau Top 14, l'USAP doit s'incliner face au Biarritz olympique 12-9. Le stade de la Mosson est de nouveau choisi pour accueillir une demi-finale en 2010. L'USAP bat alors le Stade toulousain 21-13 devant 32 204 spectateurs[30].

Montpellier Hérault rugby[modifier | modifier le code]

Le stade est utilisé, pour la première fois, par le Montpellier Hérault rugby en 2011. Les rugbymen montpelliérains rencontrent le 12 novembre 2011, le Leinster Rugby dans le cadre de la coupe d'Europe de rugby à XV. Devant 20 182 personnes, les deux équipes se séparent sur un match nul 16-16[72].

Environnement et accès[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le stade de la Mosson-Mondial 98 se trouve au nord-ouest de Montpellier, à quatre kilomètres du centre ville, à l'ouest du quartier de La Paillade. Situé à proximité de la rivière de la Mosson, il est parfois victime des crues de ce cours d'eau.

Le 12 décembre 2002, le stade de la Mosson est noyé sous plus d'un mètre d'eau après un orage cévenol. Les clôtures et grillages sont arrachées sur les terrains annexes. Les locaux du club sont dévastés et le réseau électrique est sérieusement endommagé. Le montant des travaux de remise en état dépasse 1,5 million d'euros et les travaux de restauration durent deux mois[73]. A l'automne 2014, à deux reprises, fin septembre 2014 puis début octobre 2014, le stade de la Mosson est à nouveau inondé lors de deux épisodes cèvenols et les dégâts sont considérables[74]. Le Montpellier HSC, le club résident, est alors contraint de délocaliser ses matches à domicile dans le stade de rugby de la ville, l’Altrad Stadium, pendant plusieurs mois[75].

Accès au stade[modifier | modifier le code]

Rame de la ligne 1 du tramway desservant le stade de la Mosson.

Le stade de la Mosson est desservi par le réseau de bus et tramway des Transports de l'agglomération de Montpellier (TAM). La station Mosson de la ligne 1 du tramway de Montpellier se trouve à proximité du stade[76]. De l’arrêt Gare Saint-Roch au Stade de la Mosson, la durée de transport est d’environ trente minutes. Des rames supplémentaires sont mises en place lors des matchs importants[77]. La ligne 3 du tramway de Montpellier (mise en service le 7 avril 2012) propose également un arrêt Mosson situé à proximité de celui de la ligne 1. Trois lignes de bus, les 15, 25 et 34 desservent également le stade. Leur arrêt est situé au niveau de la station de tramway.

En voiture, le stade est accessible depuis le réseau autoroutier à la sortie Montpellier Ouest de l'Autoroute A9 en suivant la direction Croix d'Argent puis Mosson. Par l'Autoroute A750, la direction à suivre est la Nationale 109 puis sortie Mosson[78].

Un parc de stationnement de 2 450 places, géré par la ville de Montpellier, est mis en place les soirs de matchs à l'espace Mosson situé à cinq minutes à pied du stade[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Nicolas Deltort, « Les castors pionniers du football à la Paillade », sur nicolasdeltort.ohaime.com,‎ décembre 2007 (consulté le 7 novembre 2010)
  2. a et b « Le guide de la coupe du Monde 1998 », L'Équipe, no 62029,‎ 9 juin 1998, p. 28 (ISSN 01531069)
  3. Roger Rabier, Allez SOM 50 ans de football montpelliérain 1919/70, Saint-Georges d'Orques (34), à compte d'auteur, 276 p., p. 193
  4. a, b et c Montpellier La Paillade S.C. Histoire d'une passion 1986, p. 25
  5. collectif, « La coupe de France 1979-80 », L'Équipe football 81, L'Équipe,‎ septembre 1980, p. 151 (ISSN 0153-1069)
  6. Montpellier La Paillade S.C. Histoire d'une passion 1986, p. 44
  7. « La marmite du diable », sur hors.jeu.free.fr (consulté le 22 décembre 2010)
  8. Montpellier La Paillade S.C. Histoire d'une passion 1986, p. 38
  9. Blandine Hennion, « Mondial 98. Dix villes racontent dix stades », sur www.liberation.fr, Libération,‎ 21 avril 1998 (consulté le 7 novembre 2010)
  10. « Le stade de la Mosson », sur www.montpellier-histoire.com (consulté le 7 novembre 2010)
  11. a et b « Coupe du Monde de Rugby: Présentation: La Mosson », sur lagazettesportive.sport24.com,‎ 8 août 2007 (consulté le 7 novembre 2010)
  12. [PDF] « En septembre 2007, Montpellier Agglomération accueille la coupe du Monde de rugby », Montpellier agglomération Harmonie, no 238,‎ mars 2007, p. 6 et 7 (lire en ligne)
  13. « Montpellier Agglomération engage 2,7 M€ de travaux pour le stade de la Mosson », sur www.secteurpublic.fr,‎ 9 juin 2010 (consulté le 7 novembre 2010)
  14. « Euro 2016 pourquoi Montpellier est hors-jeu », sur www.montpellier.maville.com, Midi libre,‎ 2 novembre 2009 (consulté le 7 novembre 2010)
  15. « D’ici 2015, La Mosson sera "un stade haut de gamme" », sur www.midilibre.com, Midi libre,‎ 28 février 2012 (consulté le 24 mai 2012)
  16. « Stade de La Mosson : un toit et un parking, 50 M€ de rénovations », sur www.midilibre.com, Midi libre,‎ 20 décembre 2011 (consulté le 24 mai 2012)
  17. « Le stade », sur www.mhscfoot.com (consulté le 7 novembre 2010)
  18. « Capacité des stades », sur www.stades-spectateurs.com (consulté le 18 décembre 2010)
  19. a, b, c, d, e et f « Stade de la Mosson-Mondial 98 », sur www.montpellier.fr (consulté le 7 novembre 2010)
  20. « Supporters », sur www.allezpaillade.com (consulté le 18 décembre 2010)
  21. a et b bertrandm34, « "A Grammont, c'était parfois folklorique" », sur www.webmhsc.com,‎ 20 juin 2009 (consulté le 18 décembre 2010)
  22. « Une accessibilité pour tous », sur www.gihplr.org (consulté le 20 décembre 2010)
  23. « Supporters », sur www.allezpaillade.com (consulté le 6 février 2013)
  24. « Camarga Unitat - Tribune Corbières », sur www.camargaunitat.fr (consulté le 26 août 2012)
  25. a, b et c (en) « Historique Coupe du monde de rugby », sur www.rugbystats.fr (consulté le 27 novembre 2010)
  26. « Montpellier-Strasbourg », sur football.sport.fr (consulté le 7 novembre 2010)
  27. a et b « Feuille de match Montpellier Hérault SC - Olympique de Marseille », sur www.lfp.fr, LFP (consulté le 7 novembre 2010)
  28. « Feuille de match Montpellier Hérault SC - Olympique de Marseille », sur www.lfp.fr, LFP (consulté le 7 novembre 2010)
  29. Hors matchs de la coupe du monde de football 1998 et Agen-Toulouse 2002 (estimations grossières).
  30. a et b « Feuille de match Perpignan-Toulouse », sur www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 7 novembre 2010)
  31. a et b « France – Argentine », sur www.ffr.fr, FFR (consulté le 30 septembre 2010)
  32. « Photos du stade de Montpellier : La Mosson », sur www.stades-spectateurs.com (consulté le 27 novembre 2010)
  33. a et b « Feuille de match France-Côte d'Ivoire », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 7 novembre 2010)
  34. « Feuille de match ASM Clermont-Munster », sur www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 28 mai 2013)
  35. « Montpellier-Hérault SC 1 - 1 Paris St-Germain FC », sur www.lfp.fr, LFP (consulté le 27 novembre 2010)
  36. « Montpellier-Hérault SC 2 - 0 Olympique de Marseille », sur www.lfp.fr, LFP (consulté le 27 novembre 2010)
  37. « Montpellier-Hérault SC 3-1 Olympique de Marseille », sur www.lfp.fr, LFP (consulté le 27 novembre 2010)
  38. « France Soccer Attendances 2010 », sur www.stades-spectateurs.com (consulté le 27 novembre 2010)
  39. a et b « Moyennes d'affluences de spectateurs Montpellier », sur www.stades-spectateurs.com (consulté le 27 novembre 2010)
  40. « sécuriser le stade et ses abords », sur www.20minutes.fr, 20minutes.fr,‎ 3 novembre 2010 (consulté le 6 février 2013)
  41. « Montpellier obtient un bon nul », sur www.footofeminin.fr (consulté le 7 novembre 2010)
  42. « Montpellier : 30 ans en famille », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 29 novembre 2004 (consulté le 7 novembre 2010)
  43. a et b « 1994 : Orlandini offre le doublé à l'Italie », sur uefa.com, UEFA (consulté le 7 novembre 2010)
  44. « Coupe du Monde de la FIFA, France 1998 - Maroc-Norvège », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 7 novembre 2010)
  45. « Coupe du Monde de la FIFA, France 1998 - Paraguay-Bulgarie », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 7 novembre 2010)
  46. « Coupe du Monde de la FIFA, France 1998 - Italie-Cameroun », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 7 novembre 2010)
  47. « Coupe du Monde de la FIFA, France 1998 - Colombie-Tunisie », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 7 novembre 2010)
  48. « Coupe du Monde de la FIFA, France 1998 - Allemagne-Iran », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 7 novembre 2010)
  49. « Coupe du Monde de la FIFA, France 1998 - Allemagne-Mexique », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 7 novembre 2010)
  50. « Feuille de match France-Allemagne de l'Ouest », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 7 novembre 2010)
  51. Eugène Saccomano, Une saison de football 1990, Éditions n°1-Onze Mondial, 222 p. (ISBN 978-2-86391-389-5), p. 90
  52. « Feuille de match France-Angleterre », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 7 novembre 2010)
  53. « Feuille de match France-Andorre », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 7 novembre 2010)
  54. « La Côte d'Ivoire remplace le Sénégal », sur www.sport.fr,‎ 18 juillet 2005 (consulté le 20 décembre 2010)
  55. Yann Hildwein, Jacques Henneaux, Gérard Ejnès et Pierre-Marie Descamps, Le Livre du Football 2006, t. Le retour du roi, L'Équipe,‎ 2006, 211 p. (ISBN 978-2-915535-27-3, lire en ligne), p. 20
  56. Luca Caioli, Zidane: 110 Minutes pour partir, t. Zorro, L'Équipe,‎ 2007, 219 p. (ISBN 978-2-916400-16-7, lire en ligne), p. 66
  57. Édouard Chevalier, « Les Bleus accrochés (1-1) », FFF,‎ 10 août 2011 (consulté le 11 août 2011)
  58. L'Équipe Football 81, L'Équipe,‎ septembre 1980, 290 p. (ISSN 0153-1069), p. 155
  59. (en) « France - U-21 - International Results - Details », sur www.rsssf.com (consulté le 7 novembre 2010)
  60. « Feuille de match France-Pays Bas », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 7 novembre 2010)
  61. « Feuille de match France-Écosse », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 7 novembre 2010)
  62. « Algérie - Brésil à Montpellier », sur www.dzfoot.com (consulté le 7 novembre 2010)
  63. « Ronaldinho et Kakà de retour », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 7 août 2007 (consulté le 20 décembre 2010)
  64. « Feuille de match Brésil-Algérie », sur www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 7 novembre 2010)
  65. « OM - Lille : Déplacé au stade de la Mosson à Montpellier… », sur om1899.football.fr,‎ 24 juillet 2009 (consulté le 7 novembre 2010)
  66. « Feuille de match OM-Lille », sur www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 7 novembre 2010)
  67. (en) « Rugby World Cup 2007 - Fixtures », sur www.rwc2007.irb.com, IRB (consulté le 6 février 2013)
  68. « Le rugby à Montpellier », sur www.ffr.fr, FFR (consulté le 20 décembre 2010)
  69. « Les Bleus vers la Mosson », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 3 août 2010 (consulté le 20 novembre 2010)
  70. « Bilan contrasté à La Mosson », sur www.stadetoulousain.fr, Stade toulousain,‎ 13 mai 2010 (consulté le 7 novembre 2010)
  71. « Bourgoin-Stade, le 22 mai 1999 », sur www.stadetoulousain.fr, Stade toulousain,‎ 27 février 2008 (consulté le 7 novembre 2010)
  72. « Sexton offre un nul aux champions », sur www.ercrugby.com, ERC,‎ 12 novembre 2011 (consulté le 12 novembre 2011)
  73. « Montpellier, réouverture du stade », sur www.ina.fr ina.fr, INA (consulté le 7 novembre 2010)
  74. « Ligue 1 : le stade de Montpellier ravagé par les inondations », sur www.lemonde.fr, Le Monde (consulté le 21 décembre 2014)
  75. « l'Altrad Stadium, solution confirmée », sur www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 21 décembre 2014)
  76. [PDF] « Plan du réseau TAM », sur www.montpellier-agglo.com, Montpellier Agglomération (consulté le 6 février 2013)
  77. « Rencontre France-Argentine à La Mosson : la ligne 1 du tramway renforcée », sur kportal.montpellier-agglo.com, Montpellier Agglomération (consulté le 6 février 2013)
  78. « Stade de la Mosson-Mondial 98 », sur www.montpellier-agglo.com, Montpellier Agglomération (consulté le 6 février 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Grimault et Éric Champel, Montpellier La Paillade S.C. : Histoire d'une passion, Montpellier, Éditions MHSC,‎ 1986, relié, 126 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 9 janvier 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.