Hanovre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir la page d’homonymie Hanovre (homonymie), ainsi que la page d’homonymie Hannover.
Hanovre
Hannover
Image illustrative de l'article Hanovre
Blason de Hanovre
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Lower Saxony.svg Basse-Saxe
Arrondissement
(Landkreis)
Région de Hanovre
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
51
Bourgmestre
(Oberbürgermeister)
Stefan Schostok (SPD)
2013-
Partis au pouvoir SPD-Grüne
Code postal 30001-30669
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
03 2 41 001
Indicatif téléphonique +49-511
Immatriculation H
Démographie
Population 518 386 hab. (31 décembre 2013)
Densité 2 541 hab./km2
Population de l'agglomération 1 132 130 hab.
Géographie
Coordonnées 52° 22′ 28″ N 9° 44′ 19″ E / 52.374444, 9.73861152° 22′ 28″ Nord 9° 44′ 19″ Est / 52.374444, 9.738611  
Altitude 55 m
Superficie 20 401 ha = 204,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Hanovre

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Hanovre
Liens
Site web www.hannover.de

Hanovre (en allemand, Hannover, prononcé [haˈnoːfɐ]) est une ville du Nord de l’Allemagne, capitale du Land de Basse-Saxe et située au bord de la rivière Leine. Avec ses 516 000 habitants, elle est la plus grande ville du Land et la troisième plus grande ville du Nord de l’Allemagne après Hambourg et Brême. La ville fait partie de la région métropolitaine (en allemand Metropolregion) Hanovre-Brunswick-Göttingen, la huitième d’Allemagne. Hanovre est également le siège de Region Hannover, un regroupement de 21 communes.

De plus, la ville est le siège de plusieurs établissements d’enseignement supérieur. Au parc d’exposition de Hanovre, le plus grand au monde, se déroulent chaque année des foires de renom.

En 2000, la ville de Hanovre a accueilli l’exposition universelle (Expo 2000).

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L’ancien Hôtel de ville de la vieille-ville de Hanovre

Hanovre est mentionnée pour la première fois dans un document daté de 1150. La ville n'est alors qu'un village de pêcheurs et de passeurs niché sur une terrasse surplombant la Leine (on peut traduire son nom originel, Honovere, par "haute rive"). En 1241, le duc Otto de Hanovre promet que la ville ne sera plus un fief. Deux actes confirment ce privilège, à l'origine de l'apparition de la plus ancienne forme du droit communal de la ville de Hanovre. Il y a à l'époque un important passage fluvial car deux anciennes grandes routes se croisent à cet endroit. Le village qu'est Hanovre se transforme vers la fin du Moyen Âge en une petite ville de foire et de commerce qui obtient bientôt ses droits communaux et est vendue à la maison princière des Welfs, lesquels font de Hanovre leur résidence définitive au XVIIe siècle.

La ville connaît rapidement une grande prospérité et devient cité hanséatique en 1368.

Au XIVe siècle sont construites les principales églises de Hanovre. À la même époque, la ville est fortifiée par un solide mur d'enceinte. Quelques restes de ce mur sont encore visibles aujourd'hui dans la tour du Béguinage et au musée historique.

Époque moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

À partir du XVIIe siècle, Hanovre joue un rôle politique international considérable : en 1714, le fils de Ernst-August de Hanovre monte sur le trône de Grande-Bretagne sous le nom de Georges Ier; cette union personnelle entre la couronne britannique et la principauté de Hanovre procure à celle-ci un prestige considérable.

Pendant la guerre de Sept Ans, en 1757, a lieu la bataille de Hastenbeck, au cours de laquelle l'armée française vainc l'armée de Hanovre. Cette défaite conduit à l'occupation de la ville. En 1803, lors des guerres napoléoniennes, la ville est occupée par près de 30 000 soldats français. Elle est annexée le 13 décembre 1810[1]

Hanovre est un royaume indépendant, siège des rois de Hanovre jusqu'au rattachement à la Prusse en 1866. Après le rattachement, les habitants de Hanovre s'opposèrent au régime prussien. À cette même époque, Hanovre commence à se développer de façon considérable. Un nouveau centre ville est même construit entre la gare et la vieille ville et une puissante expansion industrielle au cours des années de fondation de l'empire allemand, en 1871, s'ensuit.

La Seconde Guerre mondiale se termine pour Hanovre le 10 avril 1945, lorsque des troupes des États-Unis entrent dans la ville, sans mener de combat. Les conséquences de la guerre sur la ville sont importantes. Les bombardements alliés laissent le centre-ville dans un état de dévastation totale. En 1945, presque deux tiers des bâtiments sont en ruines ou ont été détruits par les bombardements. Les sans-abris se font nombreux. Le déblaiement des ruines est suivi par la reconstruction qui progresse rapidement.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, Hanovre se présente comme une ville moderne, avec une verdure très présente sur sa superficie. La ville compte d'importants aménagements culturels, de bons commerces et de remarquables événements interrégionaux comme les foires ou le Schützenfest, fête annuelle des clubs de tir à l'arc de la région voire davantage ainsi que la fête du lac de Maschsee, qui est très réputée. Une compétition d'un jeu nommé Ligue des Légendes (League of Legends, nom anglais) est présentée chaque année dans la ville de Hanovre.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Il faut avant tout évoquer le fil rouge (Der rote Faden) de 4,2 km de long, peint sur de nombreux trottoirs de Hanovre. Il relie les 36 principales curiosités touristiques du centre-ville et permet ainsi une visite touristique.

Au centre-ville, le nouvel hôtel de ville (construit en 1913) attire les touristes avec son ascenseur parabolique dans la coupole du haut de laquelle s'offre une vue sur la ville entière. Dans le hall, quatre maquettes montrent l'histoire de Hanovre du bourg fortifié au Moyen Âge jusqu'à la grande ville de nos jours, en passant par les destructions subies à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans la salle du conseil municipal se trouve une fresque de Ferdinand Hodler sur le thème de l'unanimité, (en allemand Einigkeit).

La vieille ville reconstruite invite à flâner dans les ruelles avec leurs cafés et boutiques dans les maisons à colombage typiques. La Marktkirche (littéralement l'église du marché) constitue le centre de la vieille ville, en face de l'ancien hôtel de ville datant du Moyen Âge, où se trouve aujourd'hui l'état civil. Sur la rive de la Leine, proche de l'ancien hôtel de ville, se situe le conseil régional (Landtag) dans un bâtiment du style néoclassique.

Sur les rives de la Leine a lieu, tous les samedis matin, un marché aux puces[2] traditionnel. On y trouve également les trois célèbres Nanas de Niki de Saint-Phalle, artiste française, qui ont suscité un scandale au moment de leur édification en 1974 et qui ont ainsi formé le début d'une discussion nationale sur l'art dans les lieux publics.

La grande zone piétonne qui s'étend de la vieille ville à la gare centrale et tout le long de la Georgstraße invite au shopping dans ce quartier moderne de la ville.

Au-delà de la vieille ville se trouve le lac semi-artificiel Maschsee (creusé de 1935 à 1936 par des chômeurs appartenant au Reichsarbeitsdienst), zone verte en plein milieu de la grande ville, qui invite à des promenades, à pied ou en bateau. De nombreux cafés et locations de bateaux sont apparus le long des rives.

Le club de football professionnel Hannover 96 représente la ville dans la première ligue allemande (Bundesliga). Son stade, l'ancien Niedersachsenstadion entièrement modernisé et rebaptisé AWD-Arena en 2004, a accueilli des matches lors de la Coupe du Monde FIFA de football en 2006. On entrevoit le stade depuis les rives du Maschsee.

Les halles d'exposition, situées au sud de la ville, accueillent chaque année le CeBIT, la plus importante foire des technologies de l'information et de la télécommunication du monde. Outre le CeBIT, de nombreuses autres foires ont lieu chaque année sur ce terrain, telles que la foire industrielle "Hannover Messe".

Jardins Royaux de Herrenhausen[modifier | modifier le code]

Les Jardins Royaux de Herrenhausen article wiki détaillé en allemand se composent du Grand Jardin (Großer Garten), du Jardin de la Montagne (Berggarten), du Jardin de Georges (Georgengarten), du Jardin des Welfs (Welfengarten)et une grande fontaine principale.

Le Grand Jardin compte parmi les jardins baroques les plus importants de l'Europe. Il constitue le centre des Jardins Royaux, une grande superficie quasi-rectangulaire bordée d'un fossé nommé la Gracht. Les aménagements du parc datent du XVIIe siècle et sont basés sur le modèle des jardins de Versailles. Un château (détruit pendant la Seconde Guerre mondiale et en cours de reconstruction à l'identique), une orangerie, un théâtre baroque, un labyrinthe, différents rosaires, la Grotte de Niki de Saint-Phalle et la Grande Fontaine (haute de 80 m) font la gloire de ce parc. Aujourd'hui, le Grand Jardin accueille, surtout en été, différents festivals très populaires : la Petite Fête au Grand Jardin (festival de clownerie, mime et cabaret), le Concours international du Feu d'Artifice, des représentations de pièces et de comédies musicales dans le théâtre baroque, et autres événements culturels.

Le jardin de la Montagne, conçu à l'origine comme jardin potager, est devenu au cours des siècles un jardin botanique avec plusieurs attractions telles la serre d'orchidées et la bibliothèque botanique. À côté du jardin de la Montagne se trouvait depuis l'année 2000 une nouvelle serre tropique. Celle-ci est en ce moment transformée en aquarium Sea-Life.

Les jardins de Georges et des Welfs sont composés selon le modèle des jardins anglais. Ces deux parcs constituent un terrain de repos populaire, notamment pour les familles et pour les étudiants du campus central qui se trouve en face du parc.

Culture[modifier | modifier le code]

Hanovre propose un large choix d´activités culturelles de réputation internationale à ses citoyens et visiteurs grâce à ces nombreux musées, cafés et théâtres. On peut donc profiter de la beauté de cette ville qui offre de multiples activités.

Musées[modifier | modifier le code]

Musique et théâtre[modifier | modifier le code]

  • L'Opéra de Hanovre (Opernhaus Hannover)
  • le Grand Théâtre (Schauspiel Hannover)
  • le Jeu de Paume (Ballhof)
  • le Nouveau Théâtre (Neues Theater)
  • la Landesbühne

Médias[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Hanovre propose un choix assez large de journaux locaux et régionaux. La maison d'édition de presse Madsack édite le Hannoversche Allgemeine Zeitung journal régional de qualité et la Neue Presse locale avec un accent sur le sport et la société.

Il existe une édition du Bild-Zeitung pour la région de Hanovre.

En outre, de nombreux magazines urbains concernant la vie en ville sont distribués, en partie gratuits, en partie payants. On peut citer Stadtkind, Schädelspalter, PRINZ Hannover et magaScene.

Radio et télévision[modifier | modifier le code]

Le Norddeutscher Rundfunk, organisme de productions pour la radio et la télévision, possède une grande enceinte à Hanovre. Plusieurs émissions régionales y sont produites, mais aussi des émissions pour la ARD, premier programme national.

Outre ces institutions publiques, les radios privées et commerciales FFN et Antenne ont leurs maisons et studios à Hanovre.

On trouve des studios régionaux des programmes télévisés ZDF, Sat.1 et RTL.

Il existe une radio "citoyenne" (libre à tous les citoyens qui veulent y participer), qui s'appelle "Leinehertz 106einhalb" et qui remplace "Radio Flora" depuis le 17 juin 2009. Cette dernière est devenue une webradio et continue d'émettre exclusivement sur Internet. Une télévision citoyenne existe également, basée sur le même principe, nommée "H1".

Universités[modifier | modifier le code]

Hanovre propose aux étudiants un choix d'institutions d'enseignement supérieur :

  • la Gottfried Wilhelm Leibniz Universität Hannover, avec environ 23 000 étudiants en 2010, c'est la deuxième plus grande université de la Basse-Saxe. Facultés : architecture, génie civil et géodésie, génie électrique et informatique, droit, génie mécanique, mathématiques et physique, sciences naturelles, philosophie, économie et gestion. Site web : http://www.uni-hannover.de
  • la Fachhochschule Hannover (FHH), Haute école spécialisé. Facultés : Génie électrique et mécanique, informatique, économie et gestion, arts plastiques, information et communication, design et médias, biotechnologie. Site web : http://www.fh-hannover.de
  • la Medizinische Hochschule Hannover (MHH), hôpital internationalement réputé. Site web : http://www.mhh.de
  • la Hochschule für Musik und Theater Hannover, Conservatoire. Étudiants en musique (classique / jazz, rock, pop / sacrale) et en mime. Très réputée internationalement. Site web : http://www.hmt-hannover.de
  • la Tierärztliche Hochschule Hannover (TiHo), Haute école vétérinaire. Site web : http://www.tiho-hannover.de
  • la Evangelische Fachhochschule Hannover (EFH), Haute école protestante. Filières : sciences sociales, pédagogie de la religion, diaconie, pédagogie spécialisée, soins, management social. Site web : http://www.efh-hannover.de
  • la Fachhochschule für die Wirtschaft (FHDW), école privée spécialisée en gestion et comptabilité. Site web : http://www.fhdw-hannover.de
  • la GISMA Business School, école privée de management dont les cours sont en anglais est liée à l'Université Purdue. Site web : http://www.gisma.com

Personnages importants[modifier | modifier le code]

GentiLarves, créateur de nombreux édifices à Hanovre et dans d'autres villes allemandes au XIXe siècle.

  • Hermann Bahlsen (1859-1919), fondateur de l'entreprise Bahlsen (biscuits vs gâteaux)
  • Doris Dörrie, cinéaste allemande, est née à Hanovre en 1955
  • Le philosophe, mathématicien et logicien allemand Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) a résidé jusqu'à sa mort à Hanovre, pendant 39 ans.
  • Le groupe de rock Scorpions s'est formé à Hanovre en 1965.
  • Le guitariste du groupe Scorpions Matthias Jabs.
  • L'ex-guitariste de Blur, Graham Coxon est né à Hanovre le 12 mars 1969.
  • La philosophe Hannah Arendt est née à Hanovre (Linden) en 1906.
  • Le peintre et poète allemand Kurt Schwitters (1887-1948) est né à Hanovre et y résidera principalement, jusqu'aux années 1920.
  • Le général et sénateur français Armand-Octave-Marie d’Allonville (1809-1867) est né à Hanovre.
  • Lena Meyer-Landrut née le 23 mai 1991 à Hanovre, est une chanteuse allemande et représente donc l'Allemagne lors du Concours Eurovision de la chanson 2010, qu'elle remporte avec la chanson Satellite avec un total de 246 points.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Il existait un jumelage avec Utrecht (Pays-Bas) entre 1971 et 1976.

Entreprises[modifier | modifier le code]

Plusieurs entreprises importantes ont leur siège social à Hanovre :

  • Komatsu Hanomag (Kohag), fabricant d'engins de travaux publics, mines et carrières
  • Bahlsen, fabricant de biscuits et gâteaux depuis 1889
    L'ancien siège de Bahlsen
  • Continental, fabricant de pneus pour voitures
  • Volkswagen Nutzfahrzeuge, fabricant de véhicules utilitaires
  • TUI, remplaçant l'ancien Preussag AG, premier groupe de prestations de services, concernant le tourisme et la navigation
  • Vulkan, fabricant de luminaires extérieurs
  • AWD, prestataires de services financiers vendu au Swiss Life
  • Pelikan

Sports[modifier | modifier le code]

La ville accueille chaque année les IEM (Intel Extrem Master).

La ville possède de nombreux clubs sportifs :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Les jardins royaux de Herrenhausen, Hanovre » in Caroline Holmes, Folies et fantaisies architecturales d'Europe (photographies de Nic Barlow, introduction de Tim Knox, traduit de l'anglais par Odile Menegaux), Citadelles & Mazenod, Paris, 2008, p. 47-49 (ISBN 978-2-85088-261-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Servières, L'Allemagne française sous Napoléon Ier, Perrin et cie, 1904
  2. Un panneau indique que ce lieu est à 777 km du marché aux puces de Saint-Ouen.